Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Dossier : États d'ivresse. Discou...De l’enthousiasme à l’ivresse dan...

Dossier : États d'ivresse. Discours du corps ivre de l'Antiquité aux Lumières

De l’enthousiasme à l’ivresse dans les Lumières espagnoles

Lydia Vázquez et Juan Manuel Ibeas-Altamira
p. 141-156

Résumé

Depuis ses origines, la peinture et la littérature espagnoles mettent en scène des anatomies associées à l’ivresse, tant pour la chanter comme une communion avec la nature et avec les dieux que pour dénoncer ses méfaits au sein d’une population qui aurait besoin d’être guidée pour ne pas tomber dans des excès nuisibles. Au XVIIIe siècle, des anacréontiques de Cadalso au Maçon ivre de Goya les chemins parcourus sont multiples. En effet l'art des ilustrados renoue avec la tradition ancienne des anacréontiques et des chants bachiques pour encenser l’ivresse laborieuse d’origine divine. En même temps le caractère engagé de ces artistes les pousse à collaborer avec les autorités éclairées dans leur campagne contre les abus dangereux de l’alcool. De là une représentation contrastée des corps sains et solaires face à des corps délabrés, grotesques, consumés par l’eau-de-vie.

Haut de page

Texte intégral

1Le vin est lié à la culture espagnole depuis l’Antiquité gréco-latine et chrétienne, mais c’est au XVIIIe siècle que les gouverneurs éclairés, aidés par les ilustrados, multiplient les mesures de contrôle sur la production et la consommation du vin et autres liqueurs spiritueuses. La médecine et l’Église, de leur côté, ont été aussi, au siècle ilustrado, de grands adversaires du vin et autres dérivés du breuvage bachique.

La médecine

  • 1 « qualidad calefaciente » (Félix Palacios, « Discurso Preliminar », Palestra pharmace (...)
  • 2 Les jésuites se servaient à Manille du vin des Canaries (Malvoisie) comme vin de mess (...)
  • 3 Andrés Velásquez, Libro de la melancolía, Séville, 1585. Consulté pour la dernière fo (...)

2Les apothicaires se servent du vin, fermenté ou distillé, et de l’esprit de vin pour leurs préparations. Cet usage en fait, dans l’imaginaire collectif, un élément aux vertus guérisseuses, grâce à son « pouvoir de réchauffement1 ». Toutefois, les chirurgiens font la différence entre l’ingestion vineuse, ou son application sous forme de cataplasme à des fins thérapeutiques, et l’ingurgitation festive. Dans ce dernier cas, les médecins mettent en avant la qualité du jus2. S’il est bon, il sied mieux, et s’il fait perdre la raison, du moins l’ivresse ouvre-t-elle sur des visions positives, alors que la piquette ne favorise que les idées noires : « Ainsi nous voyons toujours les enivrés de bon vin se rêver cardinaux, archevêques et rois. Et ceux enivrés de mauvais vin, se précipiter dans des abîmes ou sur les cornes d’un taureau et autres cauchemars3. »

3Mais en général, c’est l’excès qui se voit condamné par les professionnels de la médecine. Certains d’entre eux s’appuient, pour ce faire, sur les lois de la physionomie. La physionomie des « biberons », décrite par della Porta (De humana Physiognomonia,1586) sera reprise au XVIIIe siècle par Lavater (L’Art de connaître les hommes par la physionomie, 1775-1778) :

  • 4 , J.-G. Lavater, La Physiognomonie ou l’Art de connaître les hommes d’après les trait (...)

Ils ont la face petite et de couleur de safran ; les joues charnues et d’un rouge vif ; la respiration forte et prompte ; la gorge rude, et ses vertèbres proéminentes ; les mamelles pendantes ; la poitrine large et maigre ; les paupières inférieures gonflées ; les yeux rouges, humides, tressaillants, grands et luisants, ou renversés en haut, un peu rouges et grands4.

4Physionomie, on le voit, laissant transparaître des troubles de santé. En effet, les nouvelles manières de vivre, des habitudes plus salutaires, plus hygiéniques, poussent nos ilustrados à prôner une ingestion de vin modérée, voire sa totale suppression en une diète idéale. Dans une lettre « A un amigo proponiéndole un régimen de vida » (« Lettre à un ami lui proposant un régime de vie »), Jovellanos conseille :

  • 5 , Gaspar Melchor Jovellanos, Obras, éd. Cándido Nocedal, Madrid, 1859, t. II, p. 368.

5Diète, non seulement d’aliments, mais de boisson. Je sais bien qu’il n’y pas excès dans votre cas, mais je voudrais que vous supprimiez entièrement le vin, ou, au moins, que vous en bussiez très peu, et du pas fort ou mêlé à l’eau, et jamais, jamais, jamais de liqueurs5.

L’Église

6Au siècle des Lumières, l’Église catholique espagnole, dans les Penitenciales, vieux de quelques siècles, qui circulaient entre les confesseurs, prescrivait toujours la privation de vin (ainsi que de graisse, viande et bière) comme une des pénitences les plus habituelles pour laver le corps des pécheurs de leurs fautes. S’il en était ainsi, ce n’était pas simplement pour purifier un corps renfermant une âme corrompue, mais surtout pour punir les fidèles par la privation de l’un des breuvages les plus appréciés, notamment par ses propres ministres.

  • 6 Les ivrognes étaient souvent accusés de blasphèmes.

7Au XVIIIe siècle encore, l’Inquisition recommandait des châtiments pour les ivrognes6 : concrètement, c’était la « picota en tonel » (le « pilori en tonneau »). Il y avait deux sortes de « piloris en tonneau » : ceux qui avaient le fond fermé, où l’on introduisait la victime, nageant dans l’urine et le fumier ou simplement dans l’eau croupie, et les tonneaux ouverts, afin que les victimes marchent dans les rues de la ville avec ce poids terrible sur les épaules, ce qui provoquait blessures et douleur aiguë.

  • 7 Voir A. T. Palacios, Mitos y leyendas del vino, Madrid, AMV, 2016.
  • 8 Padre Isla, Fray Gerundio de Campazas, éd. J. Álvarez Barrientos, Barcelona, Planeta, 19 (...)

8Cependant, le rapport entre l’Église et les liqueurs bachiques est instruit par une longue tradition en Espagne, et les curés ou les moines qui abusent du « sang du Christ » remplissent chansons, estampes et autres productions populaires7. C’est le père Isla, dans son extraordinaire roman Fray Gerundio de Campazas (1758), qui fait le parallèle entre les prédicateurs et les ivrognes. L’ivresse des uns comme des autres les fait prêcher de la même manière, que ce soit à la chaire ou à la taverne8.

Les lois

9Dans le domaine législatif, la société civile espagnole, héritière de ce riche passé socioculturel qui intronise le vin, est très réglementée. Charles III, le monarque éclairé, fait promulguer une loi en 1745, assortie d’une « explication et son supplément aux règles » de 1751 et 1759, qui vise les « malentretenidos », « ivrognes, rebelles, joueurs, prodigues, troubleurs de la paix publique, ceux qui dérangent leurs femmes sans répit et injustement, les châtiant avec excès et ceux qui, par un vice dépravé, abîment les forêts communales, les travaux publics et les fontaines et les ponts ». Cette loi sera durcie dans la « ordenanza » de 1775 et surtout par la Novísima Recopilación de Charles IV (1805), qui ajoute à ces mesures celle de règlementer l’admission des hommes et des femmes dans les tavernes. Dans le Livre III, la Loi XIII codifie le fonctionnement des tavernes et précise que :

  • 9 Novísima Recopilación de las Leyes de España dividida en XII Libros, en que se reform (...)

5 Le vin doit être pur, légitime et de bonne qualité.
6 Il est interdit à ladite taverne d’avoir des puits ou des lances d’eau pour éclaircir le vin car si cela était nécessaire, cette action ne peut se faire qu’avec de la glaise et des œufs, en jetant entièrement la lie restant dans la cruche où il serait éclairci.
7 Sont interdits dans la taverne les jeux de cartes, de dés ou autres jeux interdits ou tout autre jeu de quelque sorte qui soit. […]
9 Les jours ouvrables, l’accès aux artisans qualifiés ou apprentis de quelque métier qui soit est interdit ; tous les jours aux ivrognes et aux femmes.
10 Le tavernier qui ne serait pas marié ne pourra avoir comme serveuse ou cuisinière une femme de moins de quarante ans9.

10Gare aux corps ivres, corps déchaînés, corps violents ! La crainte de la dérive criminelle et délinquante due à l’excès est sous-jacente dans ces « règles » qui excluent ivrognes, joueurs et femmes de ces lieux destinés à la consommation des boissons alcooliques.

L’économie

11Ce projet social, où médecins, prêtres et juges s’efforcent de guider les pas des patients, fidèles et sujets espagnols dans le sens de la modération dans la consommation d’alcool, se voit légitimé par des idées qui renchérissent sur ce concept de « mesure », émises par les ilustrados, en faveur d’une économie agricole réformée et d’un peuple sain, soucieux de son hygiène, capable de travailler mieux pour produire plus.

12Toutefois, dans une perspective économique, les idées de réforme agraire poussent l’intelligentsia espagnole vers des positions parfois paradoxales. En première analyse, la culture de la vigne semble promettre un futur prospère à la campagne espagnole, mais nuit à la culture des céréales ; puis, si la production de vin augmente, sa consommation aussi ; or, les intellectuels espagnols se rangent majoritairement contre l’ivresse, contre tout excès.

  • 10 , Benito Jerónimo Feijoo, Teatro Crítico Universal (1726-1740), t. VIII, 12-50, Madri (...)

13Le père Benito Feijoo (1676-1764), un de nos plus grands penseurs du siècle et auteur de la somme Teatro crítico universal, où il aborde tous les thèmes possibles, réfléchit à l’économie, à l’équilibre des exploitations agricoles, et critique la prolifération des vignes au détriment du blé : « C’est un fait prouvé que depuis un certain temps en Espagne la récolte de vin a augmenté alors que celle de pain a baissé. Dans des terres où on ramassait beaucoup de pain et peu ou pas de vin, il y a maintenant beaucoup de vin et peu ou pas de pain10. »

  • 11 Ibid., t. I, 4-19, p. 28.

14Quant à la consommation du vin pur, il en défend l’ingestion, sauf pour les « saints dans la Patrie » céleste ; il autorise le vin « mélangé » pour les « Justes sur terre ». Seuls Dieu et les saints dans leur « Patrie », le ciel, peuvent recevoir le vin pur en offrande, alors que les hommes doivent boire frugalement, car les affaires terrestres, dans leur impureté, demandent de la modération : « Suivant la droite intelligence, le vin pur est pour les saints dans la Patrie où la jouissance est pure ; le mélangé est pour les Justes sur terre, où se mélangent les troubles et le plaisir11. »

15Au fond, pour Feijoo, la question demeure la même : on ne peut pas baser l’économie sur la viticulture, car celle-ci n’est pas nécessaire à l’homme comme l’est celle des céréales, même si, comme il le reconnaît lui-même, le vin, remède salutaire pour les corps malades, peut sauver des vies ou, du moins, le manque de cette précieuse denrée peut entraîner la mort :

  • 12 Ibid., t. VIII, 12-50, p. 365.

Le prix élevé du vin ne fait que peu ou pas de mal à un royaume ; celui du pain peut le détruire, peut le dépeupler. Il peut arriver que la récolte de vin soit pauvre partout en Espagne, parce que dans certaines parties il sera tombé la grêle, dans d’autres il aura gelé et qu’il ne sera préservé que dans telle ou telle autre petite région. Qu’en résultera-t-il ? Que le vin étant très cher les pauvres n’en boiront pas ; ceux qui possèdent un capital moyen en boiront moins ; personne ne mourra pour autant si, par ailleurs, il se nourrit convenablement ; et même s’il n’est pas impossible que quelques-uns tombent malades ou meurent, faute de vin, il est certain qu’ils sont beaucoup plus nombreux à tomber malades ou mourir parce qu’ils en prennent en excès12.

  • 13 Informes en el Expediente de Ley agraria (Andalucía y la Mancha), 1768.

16C’est pourquoi quelques Intendants des régions espagnoles, comme celui de La Manche ou celui de l’Andalousie, transmettent au pouvoir central leur réticence à l’expansion de la culture viticole qui entraînera, disent-ils, une consommation abusive et nocive pour la population de leurs contrées13.

  • 14 Gaspar Melchor de Jovellanos, Informe en el Expediente sobre la ley agraria (1795). D (...)

17Mais la plupart des ilustrados voient dans la culture vitivinicole le futur des campagnes, un facteur du progrès de notre agriculture. Ainsi Jovellanos, dans son Informe sobre la Ley Agraria, rend-il compte des possibilités économiques du marché du vin en Espagne, à la condition que le territoire péninsulaire ait un meilleur réseau routier ; il approuve la clôture des champs de vignes comme méthode pour préserver cette culture et en améliorer la productivité14. La vision idyllique des vignerons dans la peinture espagnole, les anacréontiques dans la poésie se montrent des armes efficaces en faveur de cette transformation.

18Certains esprits « éclairés » font des recherches pour améliorer la qualité du vin. L’un d’entre eux, Joseph Alberto Navarro Mas y Marquet, directeur d’agriculture de la Real Academia de Ciencias de la ville de Barcelone, publie ainsi une Memoria sobre la bonificación de los vinos en el tiempo de su fermentación, y sobre la teoría y práctica de hacer vino (1784), inspirée du Mémoire sur la meilleure manière de faire et de gouverner les vins de Provence, soit pour l’usage, soit pour leur faire passer les mers, qui a remporté le prix au jugement de l’Académie de Marseille en l’année 1770 (1771-1772) de l’abbé François Rozier et des Expériences sur la bonification de tous les vins (1770) de Maupin.

Le vin au cœur d’une évolution des mentalités

19C’est, au fond, comme s’il existait deux phénomènes sans connexion : d’un côté, la culture de la vigne et la production de vin réalisées par des hommes robustes et sains dans une Espagne tournée vers le progrès, enthousiaste, se réclamant de sa tradition bachique pour que la nation espagnole rejoigne la France à la tête d’une Europe évoluée, riche et unie ; de l’autre, la consommation abusive des boissons alcoolisées qui conduit à la ruine des corps des ouvriers et des travailleurs des classes populaires en général. Car il est certain que l’imaginaire collectif de l’ivrogne souffre d’une évolution négative, glissant du personnage exultant et désinhibé de la fête populaire à l’individu déréglé de la ville. De là à associer cette bête humaine – car l’homme se transformerait en brute sous les effets de l’alcool – aux crimes de la guerre, il n’y avait qu’un pas, que les philosophes et artistes espagnols franchiront au tournant du siècle.

20Du mythe de Bacchus libérant l’homme de ses contraintes humaines et de ses problèmes terrestres, grâce au vin, inspirant l’artiste, le poète, pour en faire un homme en Dieu (« enthousiaste »), à l’image de l’homme ou la femme enivrés et délaissant leurs tâches les plus sacrées (le travail quotidien, la garde des enfants), une transformation perceptive et idéologique va se produire dans l’Espagne éclairée.

L’art, fidèle à la tradition

21L’art pictural et littéraire continue de rendre hommage à une tradition anacréontique et, à travers elle, aux amours rendues possibles par la potion magique qui attise l’ardeur de l’amant, l’attendrissement de la maîtresse, et l’enthousiasme poétique de l’écrivain pour chanter tout cela. Voici un bel exemple avec cette anacréontique de Meléndez Valdés (1754-1817) :

  • 15 Juan Meléndez Valdés, Poesías, éd. E. Palacios, Madrid, Alhambra, 1979, p. 171.

DU VIN ET DE L’AMOUR
Avec un doux verre,
Se réveille ma tendresse
Si dans les feux de l’amour
Dorila me trouve tiède.
Et si je la regarde méprisant ou lâche,
Sur le champ ses craintes
Je les endors grâce au vin
Dont la délicieuse ardeur
Dans les deux diffusée
Fait plus tendre Dorila
Et moi, me rend plus fin.
Et dans de savoureux débats
Au milieu des roses et des câlins
Les verres s’entrechoquent, gais,
Les soupirs se lâchent languissants.
Sachez donc amants
Que Lyeus et Cupidon se prêtent
Leurs flammes et leurs délires,
En toute fraternité,
Parce que le Malaga dompte,
Après la prière bienfaisante,
La belle qui indocile
Se défendrait de vous entendre15.

22Bacchus, désigné ici de son surnom « Lyeus », celui qui délie les langues, est convoqué par le poète-amant pour attendrir la dame et pour qu’il lui transmette l’art de dire, et ainsi le rende « fin », plus persuasif, séducteur. L’image du poète-amant enthousiaste, née à la Renaissance, garde dans le XVIIIe siècle espagnol une légitimité néanmoins fragile : c’est face à la mise en garde des philosophes contre l’enthousiasme religieux ou militaire, qui favorise la germination du fanatisme, contre l’enthousiasme populaire, qui conduit à la violence, aux mauvais traitements et aux affrontements belliqueux, que l’enthousiasme du poète s’affirme comme le seul capable de dévoiler la sensualité du corps masculin et féminin, ainsi que comme moteur de la création artistique.

23En somme, les philosophes et les artistes ilustrados se trouvent à un croisement fait de tensions irrésolues autour du vin, de sa production (et de celle de ses dérivés) et de sa consommation, d’ordre culturel, social (hygiénique et moral) et économique. Leur prise de parti est d’autant plus vacillante que Raison et Art paraissent ici s’opposer.

Le vin et le corps : une thématique des Lumières à multiples facettes

24Cette complexe thématique vinicole va être déclinée de manière récurrente dans une production artistique rococo littéraire et picturale aussi riche que variée. Nous pourrions la décliner en sept sites principaux : l’ivresse de l’amour, la culture de la vigne, l’abus de l’alcool dans le travail, l’alcool et les femmes, la violence du corps ivre, la dégénérescence du corps ivre et l’enthousiasme artistique.

25L’ivresse de l’amour d’abord. José Iglesias de la Casa, dans une de ses « Anacréontiques », expose bien le rapport entre le nectar divin et l’amour :

  • 16 Ibid., « Anacréontique V », t. I, p. 14.

Bois, bois, ma Nise :
Mange, jeune fille, mange :
Parce que sans Bacchus ni Cérès
Les amours se glacent.
Remplis, remplis le verre
Des douces liqueurs
Qu’elles nous réjouissent l’âme,
Qu’elles nous troublent l’esprit.
Mange, mange, ne t’arrête pas ;
Bois, bois, ne ralentis pas ;
Que varient les vins,
Que redoublent les aliments.
Bois ce verre, et encore celui-là,
Et encore celui-là, et cet autre-là ; Car alors
Seulement tu verras bouillir ta poitrine
D’amoureuses ardeurs.
Car alors sans se retenir
S’unissent les cœurs,
Les étreintes redoublent,
Et les amours excitent16.

26La culture de la vigne : Meléndez Valdés (1754-1817), le plus rococo de nos poètes, loue, comme on doit s’y attendre, le travail des jeunes hommes, sains, robustes et gais, dans un décor idyllique, au pied des vignes, au temps des vendanges, temps d’effort mais aussi temps festif, communautaire et égalitaire, hors de l’espace-temps réel, loin des villes avec leurs soucis et leurs intrigues, enfoui dans un univers bachique et magique que Goya sut recréer également dans ses cartons pour tapis :

  • 17 J. Meléndez Valdés, « Les Vendanges », Obras completas [1820], Madrid, Cátedra, 2004, (...)

L’automne frais donne, gai,
Le signal des vendanges,
Et sa voix redouble l’écho
Par monts et par vaux.
Du poids doux et fertile
De ses grappes vaincues
Vers la terre la vigne pompeuse
Penche son front courbé ;
Et au milieu de la verdure du sol
Que ses feuilles souillent
Tels des topazes ardents
Les raisins dorés brillent
Ou tel le jais noir
Qui défie la nuit même,
S’unissant, le désir du vol ils sollicitent.
Le soleil se lève, rayonnant,
Dans les bras du nouveau jour,
De Bacchus les larges dons,
[…] Lorsque je chantais ces doux vers
Avec ma lyre,
Dans l’insouciance de mon village
Je jouissais d’une paix glorieuse.
Depuis, le terrible sort
M’entraîna vers la ville,
Je vis la cour et y perdis
Tout le bien que je possédais.
Et ainsi, accablé par l’ambition,
Les duels et les agonies,
« Heureux, m’écriai-je, celui qui pourrait retourner
à son hameau et à ses vendanges »17.

27Autre thématique récurrente : l’alcool et les femmes. Le corps féminin est en général représenté dans la littérature et la peinture espagnoles comme un corps sobre côtoyant ceux, ivres, de ses compagnons. En effet, elles se bornent à servir du vin aux hommes lors des repas ou à l’occasion des fêtes champêtres, comme on peut voir dans les cartons préparatoires des tapis de Goya ou dans les poèmes de l’école de Salamanque. Deux cas font exception à cette règle, mais qui ne font que la confirmer : quand les hommes font boire une femme dans le but de « l’attendrir », comme nous venons de le voir dans les poèmes de Meléndez et de Iglesias, ou pour la violenter, son image devient celle d’un corps aviné et sans défense ; et lorsqu’il s’agit de femmes marginales, comme les prostituées, héritières de notre Célestine :

  • 18 Nicolás Fernández de Moratín, Arte de las putas, 1898 (vv. 300-305. Éd. électronique (...)

Ma muse se plaît aussi
à indiquer où se trouve la provision la plus abondante.
La célèbre cave du Chocante
et bien d’autres, écartent les jambes
de mille filles avec le nectar doux et moelleux
que donne le Bacchus de La Manche à leurs gosiers18.

  • 19 Accessible en ligne : https://www.museodelprado.es/en/the-collection/art-work/dure-la (...)
  • 20 Accessible en ligne : https://www.museodelprado.es/coleccion/obra-de-arte/joven-dormi (...)

28Mais les seuls véritables cas à part semblent être la femme énigmatique du dessin de Goya « Dure la alegría » (« Que la joie perdure », 1812-1814) qui, tournant le dos au spectateur, garde tout son maintien devant un groupe grotesque de buveurs prêts à sauter sur leur proie19, et la jeune fille de la toile de Paret y Alcázar (Joven dormida en una hamaca, Jeune fille endormie dans un hamac, 1775-177820) qui dort paisiblement auprès d’un verre renversé et de deux fioles dont une de liqueur à moitié vide. Ici, il est aisé d’imaginer que la belle a absorbé, quelques minutes avant, le précieux liquide, et que son corps léthargique repose sous les effets du vin. Il n’a subi aucune transformation hideuse ; elle est sensuelle et offerte au regard concupiscent du spectateur ; elle est aussi sans défense, son sein dénudé devenant métonymie de son sexe qu’on devine ouvert à cause de la position de ses pieds.

29La violence du corps ivre relève d’un autre univers. Nicolás Fernández de Moratín (1737-1780), dramaturge célèbre de l’Espagne éclairée, écrivit un Arte de las putas ou Arte de putear (Art des putains) qui circula dans notre pays sous forme manuscrite avant d’être publié plus de cent ans plus tard pour la première fois, en 1898. Dans cet Art, une liste des putains les plus connues de Madrid est donnée, avec la « spécialité » de chacune d’elles, enrichie de conseils aux « putañeros », dont celui qui encourage les clients à boire et à prendre par la force (« à la manière des majos ») ces femmes, qu’ils auront fait boire aussi pour les rendre soumises, avant de partir sans payer. Le vin abrutit les femmes, les assomme, et rend les hommes violents :

  • 21 Nicolás Fernández de Moratín, Arte de las putas, 1898 (vv. 283-294. Éd. Electronique (...)

Mais si ma Muse essaie de donner des préceptes,
que le « putañero » n’oublie pas que, avec Bacchus,
les esprits de Vénus s’enflamment ;
le mélange de vins les rendra ahuries ;
Et Vénus ne veillera sur rien, une fois saoule.
Pour ces femmes la violence
n’est que peu de chose
car ce ne sont pas des collégiennes
plaisanteries, railleries,
idioties leur font mille fois plus d’effet
que les soupirs et les prières ;
prends-les donc, attaque,
et ainsi de payer t’excuse ta besogne,
car jamais ne paie celui qui a foutu à la manière des « majos »21.

  • 22 Il s’agit d’un homme du peuple, payé comme d’autres par Ferdinand VII pour détruire l (...)

30Le corps ivre peut aussi être un corps dégénéré. L’artiste qui représente le mieux la laideur du corps ivre masculin est, sans aucun doute, Goya. Les corps de ses  personnages sont boursouflés, tels des outres à deux pattes (« Nadie nos ha visto », « Personne ne nous a vus », Caprice 79), mutants saisis dans une déformation monstrueuse (« Duendecitos », « Petits lutins », Caprice 49, 1799 : ce sont des moines métamorphosés en lutins par les effets de la boisson) ou dans une animalisation dantesque, comme le vautour symbolisant la retraite d’une armée française dont les soldats sont connus pour leur goût démesuré du vin (Désastre 76, 1814-1815). Ces êtres saouls apparaissent, dans la plupart des cas, les traits défigurés par l’excès : les yeux qui louchent, les jambes écartées, le ventre enflé, les extrémités tétanisées (La era o el verano, L’aire ou l’été, carton pour tapis, 1786-1787 ; « Buen sacerdote o dónde se ha celebrado », « Bon prêtre ou bien où a eu lieu la célébration », dessin préparatoire 1794-1797, du Caprice 18 : « Y se le quema la casa », « Et il laisse brûler sa maison », 1797-1798) ; les joues ballonnées (« Soldado francés con un acompañante borracho », « Soldat français avec un compagnon saoul », dessin de l’Album de Bordeaux, 1826), le regard hagard, la bouche ouverte, le rire niais, le corps à demi dénudé ; la démarche incertaine (« El espartero borracho », « Le cordonnier saoul », dessin préparatoire 1796-1797). Cette dégénérescence du corps atteint également l’esprit. Ainsi Goya représente le pauvre ivrogne qui a perdu la tête22, détruisant une œuvre d’art classique (Dessin 1816-1820 : « No sabe lo que hace », « Il ne sait pas ce qu’il fait »).

Goya, « Nadie nos ha visto », (« Personne ne nous a vus », Caprice 79), 1797-1799

Goya, « Nadie nos ha visto », (« Personne ne           nous a vus », Caprice 79), 1797-1799

https://www.goyaenelprado.es/​obras/​ficha/​goya/​nadie-nos-ha-visto-1/​

Goya, « Y se le quema la casa », (« Et il laisse brûler sa maison », Caprice 18), 1797-1799

Goya, « Y se le quema la casa », (« Et il           laisse brûler sa maison », Caprice 18),           1797-1799

https://www.museodelprado.es/​coleccion/​obra-de-arte/​y-se-le-quema-la-casa/​f71efdaf-5b2e-409a-9870-0f17da14c47b

31Enfin, l’ivresse a à voir avec l’enthousiasme artistique. Cadalso, dans un brillant autoportrait en forme de rondeau, revendique l’importance du breuvage divin comme symbole de la création artistique :

  • 23 Obras del coronel Joseph Cadalso, Madrid, Mateo Repullés impr., 1803, p. 38.

AU PEINTRE QUI DOIT ME PORTRAITURER
Disciple d’Appelle,
Si de ton beau pinceau
Tu te sers, par caprice
Sur ce visage laid,
Ne me fais pas renfrogné,
Les yeux coléreux,
À ma droite l’épée
De la célèbre ville de Tolède,
[…] Réserve cette peinture
Pour les nobles fous
Qui sollicitent des honneurs
Dans les siècles à venir ;
[…] représente sur ma face,
La joie sur le front,
La jouissance sur mes lèvres.
Entoure ma tête
Du thym odoriférant,
Du myrte amoureux,
Du pampre ivre ;
Les cheveux épars
Couvrant mes épaules
Et à l’air ma poitrine nue ;
À ma main droite un verre généreux
Et tout rempli de nectar de Xérès
Ou de moût de la Manche ;
À ma main gauche un thyrse,
Bacchanal ornement
Et en position de danseur
Avec mon corps petit et gros […]23.

32En effet, l’enthousiasme de l’écrivain et de l’artiste, n’est pas celui du militaire. Il ne prétend pas à l’immortalité que procurent les études à ces corps chétifs qui vivent dans la frugalité en attendant de faire partie de l’histoire. Il ne veut pas de couronne en or, ce métal venu d’Amérique, mais du thym, symbole du courage et de l’indiscipline, du myrte, symbole de l’amour et du désir, et des pampres, symbole du culte à Bacchus. Il est, comme le poète antique, un « corps petit et gros » qui apprécie les plaisirs de la vie, le repos et l’art, l’amour, la fête et le vin, qu’il vienne de Xérès ou de La Manche.

Conclusions

  1. Les artistes des Lumières espagnoles déclinent le corps ivre sous toutes ses formes, masculines ou féminines, solaires ou crépusculaires, enthousiastes ou assoupis, dans leurs réflexions, dans leurs dessins et tableaux, dans les poèmes ou leurs romans.
  2. La pénétration de l’idée « ilustrada » de l’ingestion de l’alcool comme un mal qui atteint le peuple et qui empêche la nation de prospérer, dérive vers une image de plus en plus négative de l’homme ivre.
  3. Cette vision se traduit par une représentation physionomique d’un corps en proie à une déchéance prématurée. Le corps, réifié, devient outre, gourde24, victime d’accident ou, en tout cas, inapte au labeur25, ainsi que violent.
  4. À l’encontre de cette image, le corps féminin ivre garde tout son charme, à la seule exception de sa « posture », offerte à l’amour.
  5. L’image de l’homme saoul tel un rieur qui rend comiques les situations dans lesquelles il intervient, topos scénique, se transforme progressivement en figure grotesque dont la représentation fait appel à une moquerie réprobatrice.
  6. L’« autre-ivrogne » devient un stéréotype négatif, que ce soit comme figuration des hommes (face aux femmes), du peuple ou d’une autre nation (la française).
  7. Le symbole christique du sang transformé en vin disparaît en faveur d’une approche profane et hygiéniste du jus de la treille.
  8. La complicité de Bacchus et de Vénus pour favoriser les amours grâce à la liqueur divine s’efface face à la représentation d’une réalité sociale bien plus terrible : celle des femmes victimes de la brutalité masculine sous les effets de l’alcool.
  9. Seul l’artiste paraît préserver la tradition de l’origine divine du vin, réclamant son rôle thaumaturgique grâce au nectar bachique.
  10. En Espagne on assiste à une évolution des mentalités qui perçoit favorablement une ingestion alcoolique plus modérée, plus élitiste (le bon vin ne cause pas de dégâts corporels comme la piquette ou l’eau-de-vie), plus rationnelle en somme, même si la réalité semble témoigner de l’échec de ce rêve ilustrado de modération et de prospérité grâce à des corps vigoureux et sains.
Haut de page

Notes

1 « qualidad calefaciente » (Félix Palacios, « Discurso Preliminar », Palestra pharmaceutica chymico-galénica, Madrid, Herederos de la Viuda de Juan García Infanzón, 1737, p. 14). Palacios était un des apothicaires-chirurgiens les plus connus en Espagne au XVIIIe siècle, auteur d’un véritable best-seller de la pharmacopée. Exemplaire consulté à la bibliothèque du Parlement basque, propriété d’un nommé « Doctor Zaballa, Josseph », chirurgien à Bilbao au XVIIIe siècle, cote 90007469.

2 Les jésuites se servaient à Manille du vin des Canaries (Malvoisie) comme vin de messe et aussi comme potion curative de grande réputation.

3 Andrés Velásquez, Libro de la melancolía, Séville, 1585. Consulté pour la dernière fois le 20 septembre 2017 : http://jardindelosclasicos.blogspot.com.es/2017/07/melancolicos-risuenos-y-borrachos.html

4 , J.-G. Lavater, La Physiognomonie ou l’Art de connaître les hommes d’après les traits de leur physionomie, rééd. Lausanne, L’Âge d’Homme, 1998, p. 209.

5 , Gaspar Melchor Jovellanos, Obras, éd. Cándido Nocedal, Madrid, 1859, t. II, p. 368.

6 Les ivrognes étaient souvent accusés de blasphèmes.

7 Voir A. T. Palacios, Mitos y leyendas del vino, Madrid, AMV, 2016.

8 Padre Isla, Fray Gerundio de Campazas, éd. J. Álvarez Barrientos, Barcelona, Planeta, 1991, p. 171.

9 Novísima Recopilación de las Leyes de España dividida en XII Libros, en que se reforma la Recopilación publicada por el señor Felipe II en el año 1567, reimpresa últimamente en 1775. Y se incorporan las pragmáticas, cédulas, decretos, órdenes y resoluciones Reales, y otras providencias no recopiladas, y expedidas hasta el de 1804, mandada formar por el señor Don Carlos IV, Impresa en Madrid, 1805, Livre III, p. 140.

10 , Benito Jerónimo Feijoo, Teatro Crítico Universal (1726-1740), t. VIII, 12-50, Madrid, Joaquín Ibarra, 1775, p. 444.

11 Ibid., t. I, 4-19, p. 28.

12 Ibid., t. VIII, 12-50, p. 365.

13 Informes en el Expediente de Ley agraria (Andalucía y la Mancha), 1768.

14 Gaspar Melchor de Jovellanos, Informe en el Expediente sobre la ley agraria (1795). Dans la page consultée le 30 septembre 2017 : http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/informe-sobre-la-ley-agraria--0/html/.

15 Juan Meléndez Valdés, Poesías, éd. E. Palacios, Madrid, Alhambra, 1979, p. 171.

16 Ibid., « Anacréontique V », t. I, p. 14.

17 J. Meléndez Valdés, « Les Vendanges », Obras completas [1820], Madrid, Cátedra, 2004, p. 346-348.

18 Nicolás Fernández de Moratín, Arte de las putas, 1898 (vv. 300-305. Éd. électronique site Cervantes : http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/arte-de-las-putas-poema--0/html/ff1960f8-82b1-11df-acc7-002185ce6064_4.htm.)

19 Accessible en ligne : https://www.museodelprado.es/en/the-collection/art-work/dure-la-alegria-album.

20 Accessible en ligne : https://www.museodelprado.es/coleccion/obra-de-arte/joven-dormida-en-una-hamaca.

21 Nicolás Fernández de Moratín, Arte de las putas, 1898 (vv. 283-294. Éd. Electronique site Cervantes : http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/arte-de-las-putas-poema--0/html/ff1960f8-82b1-11df-acc7-002185ce6064_4.htm.

22 Il s’agit d’un homme du peuple, payé comme d’autres par Ferdinand VII pour détruire les statues de la liberté. Il s’agit d’hommes recrutés dans les bas-fonds, qui s’enivrent pour mieux mener à bon terme l’ignoble tâche.

23 Obras del coronel Joseph Cadalso, Madrid, Mateo Repullés impr., 1803, p. 38.

24 Covarrubias, dans son Tesoro de la Lengua española, témoigne de l’usage du mot « borracho », « ivre » pour parler de la gourde. Dans le dessin de Goya « Después lo verás » (« Tu verras après », 1816-1820), dans une belle représentation spéculaire, l’homme attrape la gourde penchée et la secoue pour en faire sortir le vin, alors que la femme ballotte l’homme incliné à la manière de la gourde, comme pour lui faire rendre ce liquide qui gonfle son ventre.

25 Voir « Yvrogner », Acad. 1694 : « v. n. Boire avec excez & souvent. Il est tous les jours dans les cabarets à yvrogner, il ne fait point d'autre mestier qu'yvrogner. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Goya, « Nadie nos ha visto », (« Personne ne nous a vus », Caprice 79), 1797-1799
Crédits https://www.goyaenelprado.es/​obras/​ficha/​goya/​nadie-nos-ha-visto-1/​
URL http://journals.openedition.org/litteratures/docannexe/image/3191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Goya, « Duendecitos », (« Petits lutins », Caprice 49), 1797-1799
Crédits https://www.museodelprado.es/​coleccion/​obra-de-arte/​duendecitos/​d4c3825f-c96e-42dc-af7f-62005899ff5e
URL http://journals.openedition.org/litteratures/docannexe/image/3191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Goya, « Y se le quema la casa », (« Et il laisse brûler sa maison », Caprice 18), 1797-1799
Crédits https://www.museodelprado.es/​coleccion/​obra-de-arte/​y-se-le-quema-la-casa/​f71efdaf-5b2e-409a-9870-0f17da14c47b
URL http://journals.openedition.org/litteratures/docannexe/image/3191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lydia Vázquez et Juan Manuel Ibeas-Altamira, « De l’enthousiasme à l’ivresse dans les Lumières espagnoles »Littératures, 83 | 2020, 141-156.

Référence électronique

Lydia Vázquez et Juan Manuel Ibeas-Altamira, « De l’enthousiasme à l’ivresse dans les Lumières espagnoles »Littératures [En ligne], 83 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/3191 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.3191

Haut de page

Auteurs

Lydia Vázquez

Lydia Vázquez est Professeure des Universités à l’Universidad del País Vasco/Euskal Herriko Unibersitatea (UPV/EHU) et traductrice. Spécialiste de littérature française des XVIIIe et XXe siècles, de littérature comparée, de traduction littéraire, des rapports entre littérature et cinéma, elle a dirigé de nombreuses thèses et a traduit, entre autres, Cyrano de Bergerac, Marivaux, Crébillon, Diderot, Rousseau, Rétif de la Bretonne, Sade, Siéyès, Baudelaire, Mirbeau, Apollinaire, Khanweiler, Gide, Ernaux, del Amo, Taïa. Elle a publié avec Juan Manuel Ibeas Altamira : Lumières amères (Himeros, 2008), Perros et gatos del Rococó (ADE, 2013), ainsi que de nombreux articles sur les littératures française et espagnole et leurs rapports entre elles et avec la peinture au XVIIIe siècle.

Juan Manuel Ibeas-Altamira

Juan Manuel Ibeas-Altamira est Professeur Adjoint à l’Universidad del País Vasco/Euskal Herriko Unibersitatea (UPV/EHU) et traducteur. Il a publié avec M. Crogiez et A. Schorderet Savoir et Civisme. Les sociétés savantes et l’action patriotique en Europe au XVIIIe siècle (Slatkine, 2017), et avec L. Vázquez, Lumières amères (Himeros, 2008) et Perros y gatos del Rococó (ADE, 2013). Parmi ses collaborations et articles récents : « Le bonheur champêtre dans les poètes de l’école de Salamanque » (in Le Bonheur au XVIIIe siècle, Farrugia et Delon, La Licorne, PUR, 2015), « Entre amitiés et monstruosités : la réception hispanique des Liaisons dangereuses » (in Laclos après Laclos, Seth, Hermann, 2015). Il a traduit entre autres Jules Michelet, Pierre Mac Orlan, Desnos et Honoré de Balzac.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search