Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Comptes rendusOrages, no 18, « Les révolutions ...

Comptes rendus

Orages, no 18, « Les révolutions de l’intime », dirigé par Paul Kompanietz et Jean-Marie Roulin

décembre 2019
Marine Le Bail 
p. 181-184
Référence(s) :

Orages, n° 18, « Les révolutions de l’intime », dirigé par Paul Kompanietz et Jean-Marie Roulin, décembre 2019, 258 p.

Texte intégral

  • 1 George Sand, Le Meunier d’Angibault, éd. Béatrice Didier, Paris, Le Livre de poche, 1985 (...)
  • 2 Ibid., p. 50.

1Le Meunier d’Angibault de George Sand, paru en 1845, suit le parcours de Marcelle de Blanchemont, jeune veuve ruinée contrainte d’abandonner pour un temps indéterminé la « jolie chambre si chaste et si fraîche » qui, depuis son mariage, lui tenait lieu de « sanctuaire1 ». Les ultimes moments passés dans cette retraite se révèlent pour elle l’occasion d’un poignant et mélancolique adieu adressé à tous les objets, tentures, coussins, accessoires et bibelots qui constituent les « muets témoins de sa vie intime2 », dans un passage emblématique du glissement de sens qui fait évoluer la notion d’« intime » du « sens relationnel » encore prédominant à la fin du xviiie siècle (p. 14) à l’idée d’une intériorité exacerbée et d’une vérité ontologique d’autant plus précieuse qu’elle se voudrait secrète, voire incommunicable, car nichée au plus profond de l’être.

  • 3 Brigitte et José-Luis Diaz, « Le siècle de l’intime », Itinéraires, 4 | 2009, (...)

2Si le sujet a déjà fait l’objet de nombreux travaux pour ce qui est de l’ensemble du xixe siècle, ce « siècle de l’intime3 », Paul Kompanietz et Jean-Marie Roulin font dans ce numéro de la revue Orages le choix de s’intéresser à la genèse de cet intime promis à une telle fortune éthique, artistique et littéraire en circonscrivant la réflexion à un « moment 1800 » qui embrasse les dernières décennies du xviiie siècle pour se prolonger jusqu’aux années 1830. Ce parti pris de périodisation, qui se déploie de part et d’autre de la grande césure révolutionnaire, permet de prendre toute la mesure des profonds bouleversements socio-historiques qui reconfigurent les domaines du public et du privé dans le sillage de 1789. De la Révolution en tant qu’événement historico-politique aux révolutions à la fois morales, mentales et sociales qui en découlent, le dossier se propose ainsi de mettre en lumière les tensions dialectiques qui, en diachronie, président aux évolutions sémantiques de l’intime.

3Ainsi que les deux responsables du volume le soulignent dans une introduction à la fois claire et efficace, l’intime refuse en effet de se laisser appréhender autrement qu’à travers une série de paradoxes structurants. Bien que lié à la promotion de la subjectivité individuelle qui s’opère dans les années 1760, en associant durablement goût de la solitude et de l’auto-analyse, l’intime ne prend sens « que lorsqu’il est formulé, partagé ou exposé à un autre » (p. 15) ; conçu comme l’aboutissement d’une logique révolutionnaire qui place les droits de l’individu et du citoyen au centre du nouvel ordre politique, il n’en constitue pas moins une tentation potentiellement délétère aux yeux d’un État décidé à faire primer le public sur le privé, le collectif sur le singulier et l’universel sur le particulier ; expression supposément idéale d’une transparence absolue de soi à soi, d’une appréhension lucide des moindres replis de l’intériorité, l’intime bascule au cours des années 1800 dans un régime d’opacité qui expose sur un mode douloureux la « dualité irréductible de l’être intérieur » et « l’étrangeté qui réside dans les profondeurs » du sujet (p. 18) ; enfin, la sphère de l’intime ne cesse d’être envahie et comme contaminée par les domaines de l’historique, du politique et du social au sens le plus large, que ce soit à l’échelle de la cellule familiale, d’une micro-société communautaire ou à celle, plus large, du pays entier.

4Les principaux axes de réflexion esquissés dans l’introduction sont repris et développés dans les 8 articles qui se succèdent selon une logique essentiellement chronologique. Un premier pôle se fait jour autour de l’articulation problématique entre les domaines du public et du privé, entre le singulier et le collectif, entre le temps cyclique du quotidien et celui, linéaire, d’une histoire à laquelle la Révolution a ôté une part de lisibilité. Ainsi, Paul Kompanietz, en s’intéressant à « L’intime des révolutions dans L’Émigré de Sénac de Meilhan », met en lumière la façon dont ce roman de l’émigration largement méconnu entrelace destinées individuelles et collectives, intrigues sentimentale et sociale. Outre les interrogations à la fois éthiques et métapoétiques qui mettent en question la légitimité du roman à « accueillir une fiction de l’intime dans un cadre historique » (p. 82), l’œuvre de Sénac de Meilhan semble prendre acte d’une forme de politisation inévitable de l’intime, comme si les élans du cœur qui en forment le territoire « devai[ent] nécessairement s’obscurcir pour se faire l’exact miroir de la période révolutionnaire » (p. 83). De la même manière, Olivier Ritz montre que la figure de Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour s’attache dans ses œuvres de fiction à définir « les conditions de possibilité de l’intime » (p. 89) sur un plan à la fois intellectuel, politique et juridico-économique : point d’accès à un moi « authentique », en effet, sans le secours de l’instruction qui garantit contre les préjugés, sans accès à une forme d’autonomie légale et financière, sans l’établissement d’une société qui garantisse une place à chacun (et à chacune !)

5Sur un plan plus proprement ontologique, voire même philosophique, la littérature de l’intime pose la question de la superposition entre ce qui, dans le sujet, relève du Moi, de l’ego dans ce qu’il peut avoir de plus haïssable (cette « effroyable quantité de Je et de Moi ! » dirait Stendhal), et ce qui a trait à la nature humaine dans sa dimension la plus universelle. En se livrant à l’exploration inlassable de l’intériorité d’un sujet saisi dans toutes ses idiosyncrasies, l’écriture de l’intime se révèle, paradoxalement, profondément exemplaire. Ainsi, Stéphanie Genand démontre de manière fort convaincante que le marquis de Sade, à qui l’on a si souvent reproché le manque d’épaisseur psychologique de ses personnages, procède à une redéfinition de l’intime en « substituant à l’homme privé le projet, bien plus ample, d’un tableau de l’ensemble de l’humanité » (p. 39). À l’autre extrémité de la période, George Sand apparaît sous la plume de Brigitte Diaz comme l’une des meilleures représentantes de cette nouvelle littérature de l’intime, « autoréflexive et centrée sur l’intériorité tout en étant tendue vers l’autre », qui invite à « écrire de soi » afin de mieux « écrire pour l’autre » (p. 139).

6On ne saurait toutefois oublier que si l’intime a certes partie liée avec le domaine des affects, de la pensée et des sentiments, il est aussi foncièrement lié à la vie du corps, à ses plaisirs comme à ses souffrances, et qu’il est à ce titre affaire de matière autant que d’idéal. Cette corporéité de l’intime, qui constitue l’une des orientations les plus stimulantes du volume, transparaît à travers l’évocation des conditions matérielles même de l’acte d’écriture dans ce qu’elles peuvent avoir de plus prosaïque, voire de trivial. Ainsi, Apolline Strèque nous rappelle opportunément dans un article consacré à Stendhal et à ses voyages italiens que « les conditions de rédaction en voyage complexifient l’écriture intime, notamment en ce qui concerne le lieu, souvent une auberge dans laquelle le voyageur exerce un bref séjour et qui ne permet pas la mise en place d’un cadre privé » (p. 122). Comment, en effet, écrire avec le recueillement nécessaire à l’introspection lorsque l’écriture viatique, par les incessants déplacements qu’elle suppose, compromet toute forme de refuge dans une « chambre à soi » (Virginia Woolf) ? Jean-Marie Roulin, quant à lui, souligne l’importance du récit mortuaire chez des auteurs comme Chateaubriand, Constant et de Staël, et analyse les enjeux à la fois poétiques et existentiels de la représentation du corps agonisant guetté par le trépas. Le spectacle de la mort de l’être cher, véritable « ultime de l’intime », moment suprême dont on attend une révélation qui ne viendra pas forcément, donne alors lieu à des récits pathographiques, voire « autopathographiques », « qui révèlent au correspondant des infirmités qu’on voudrait soustraire au regard du public » (p. 108).

7Enfin, s’il est une ligne directrice qui se dégage de l’ensemble des articles et contribue à cerner la spécificité d’un « moment 1800 » de l’intime, c’est bien l’idée d’une perte de transparence intérieure et la conscience croissante d’une scission identitaire qui fait du sujet à la fois l’acteur et le spectateur de sa propre vie. Le cas de Xavier de Maistre, traité par Romain Enriquez (« De l’intime à l’inconscient : Voyage autour de ma chambre de X. de Maistre »), se révèle à cet égard exemplaire. La mise en scène du scripteur gouverné par deux entités psychiques distinctes qui cohabitent sans toujours se comprendre, l’âme et « l’autre », le principe d’idéalité et la tentation bestiale, a en effet largement été lue par les médecins et les psychologues du xixe siècle comme une parabole du rôle des « processus mentaux inconscients » et comme une illustration particulièrement efficace de ce paradoxe : « l’intime est à la fois ce qui m’appartient en propre et ce qui m’est foncièrement étranger » (p. 69). Cyril Francès se penche quant à lui sur le cas de Casanova et de la dynamique oblique du secret à l’œuvre dans ses Mémoires, mettant à mal l’opposition entre transparence et opacité, sincérité et mensonge, spontanéité et manipulation. Ce qui se construit en définitive chez l’auteur vénitien, c’est bien un « dire intime qui subvertit la traditionnelle adéquation entre l’intimité, la sincérité et l’introspection pour se placer sous le signe du déguisement, de la dénégation et de l’étrangeté à soi […] » (p. 58).

8Ainsi se fait jour la valeur profondément performative de cette écriture de l’intime qui, loin de rendre compte d’une vie intérieure préexistante à laquelle le sujet aurait pleinement accès, « en est un des éléments constitutifs, avec la capacité de la bouleverser en profondeur » (Jean-Marie Roulin, p. 116). Signalons enfin, à la suite de ce passionnant parcours, la présentation de quatre lettres de Manon Phlipon, future Mme Roland, à deux amies de pension, qui offrent « un tableau sans équivalent de l’intimité d’une jeune bourgeoise à la fin du xviiie siècle » (p. 149, présentation par Cyril Francès) et qui s’accompagnent judicieusement de reproductions de documents autographes (quoi de plus intime, en effet, que le geste graphique même par lequel la main couche sur le papier l’expression de ses sentiments ?). Un entretien avec la grande historienne de l’intime Michelle Perrot vient clore ce numéro en permettant une ressaisie efficace des principaux points traités dans les articles, tout en apportant un éclairage interdisciplinaire bienvenu.

Haut de page

Notes

1 George Sand, Le Meunier d’Angibault, éd. Béatrice Didier, Paris, Le Livre de poche, 1985, p. 49.

2 Ibid., p. 50.

3 Brigitte et José-Luis Diaz, « Le siècle de l’intime », Itinéraires, 4 | 2009, p. 117-146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Le Bail , « Orages, no 18, « Les révolutions de l’intime », dirigé par Paul Kompanietz et Jean-Marie Roulin »Littératures, 83 | 2020, 181-184.

Référence électronique

Marine Le Bail , « Orages, no 18, « Les révolutions de l’intime », dirigé par Paul Kompanietz et Jean-Marie Roulin »Littératures [En ligne], 83 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/3226 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.3226

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search