Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Comptes rendusLucien Vinciguerra, Celui qui par...

Comptes rendus

Lucien Vinciguerra, Celui qui parle. Science et roman

Paris, Hermann, « Cahiers d'histoire et de philosophie des sciences », 2019
Philippe Chométy 
p. 184-187
Référence(s) :

Lucien Vinciguerra, Celui qui parle. Science et roman, Paris, Hermann, « Cahiers d'histoire et de philosophie des sciences », 2019, 350 pages.

Texte intégral

1Qui est « celui qui parle » ? Quelle est, dans les récits scientifiques, cette « voix qui raconte la science » (p. 21) ? Comme le rappelle l’historien des sciences Lucien Vinciguerra dans un ouvrage fort stimulant, « le discours de la science raconte une histoire qui se présente comme si elle s’efforçait de livrer au lecteur la voix neutre de personne » (p. 29). Or les textes scientifiques aussi ont un narrateur : leur mise en récit suppose toujours une « voix narratrice ». C’est à cette « voix narratrice » des récits scientifiques que s’intéresse l’auteur.

2Le parti-pris méthodologique sur lequel repose cette recherche consiste à appréhender les « modalités de la mise en récit » des sciences et la place de « celui qui en raconte le récit » dans une perspective qui croise histoire des sciences, philosophie des sciences et théorie littéraire. Lucien Vinciguerra s’en justifie dans une introduction à double entrée : « porte des sciences » (p. 7-21) et « porte des romans » (p. 23-45). La thèse du livre est formulée avec beaucoup de précision : « Le texte scientifique a beau relever d’une tout autre structure que le roman » (p. 9), il joue « à un jeu de langage qui partage pour une part – mais pour une part seulement – ses règles avec ceux de l’histoire ou du roman. » (p. 10). Sans aller jusqu’à dire que « la science raconte des histoires » et qu’« elle ne fait que « [mettre] en scène de pittoresques personnages » (p. 7), l’auteur fait prudemment l’hypothèse que « le roman participe du même jeu incertain que le récit scientifique » (p. 10). Selon lui, « le récit mathématique peut bien reprendre certaines de ses formes au discours narratif tout en s’en distinguant profondément » (p. 10). Les quatre chapitres jettent ainsi les bases générales d’une « grammaire narrative » commune à la science et au roman : « Le récit scientifique, et en particulier le récit mathématique, relève donc d’une grammaire qu’il partage en partie avec celle du romancier » (p. 11).

3Les mêmes problèmes traversent la science et le roman. Tel est le postulat sur lequel Lucien Vinceguerra fonde son développement : « les deux s’éclairent l’un par l’autre » (p. 21). Parmi les passages particulièrement éclairants, on retiendra celui-ci : « Dans la science et dans le roman, nous rencontrons des termes qui semblent désigner des êtres ayant une certaine forme d’existence, le comte de Monte-Cristo ou la force d’attraction de la Lune sur la Terre, et nous maintiennent dans l’incertitude quant à la question de leur référence. Ainsi, c’est précisément du fait de l’incertitude quant à ce que ces récits désignent – s’ils désignent quelque chose – que la science rencontre le roman, et malgré cette incertitude » (p. 11). L’histoire des sciences a donc tout intérêt à se pencher sur les œuvres littéraires, sur les procédés romanesques et sur la théorie de la littérature : « Il faut peut-être prendre garde à ce que les théoriciens du roman ont mis depuis longtemps en évidence : le roman ne met en place son univers fictionnel que par le truchement d’un personnage qui, s’il peut bien parfois dissimuler sa voix, n’en est pas moins nécessairement là : le narrateur de l’histoire, celui qui sait l’histoire, plus ou moins bien, et met en scène son propre savoir pour le communiquer au lecteur. » (p. 18). Pour autant, en usant d’une démarche interdisciplinaire, Lucien Vinceguerra n’entend pas s’improviser critique littéraire : « Ce livre est un ouvrage d’histoire des sciences, écrit par un historien des sciences, même s’il lui a fallu se mettre à l’école des spécialistes de théorie littéraire. Il prend un bien singulier pour tenter de comprendre certaines transformations scientifiques entre la Renaissance et l’âge classique, ouvrant sur la modernité. » (p. 21) La méthode d’analyse littéraire rejaillit par conséquent sur le discours de l’historien des sciences, en enrichissant sa compréhension de ce qu’il est convenu d’appeler la « révolution scientifique ».

4L’ouvrage aborde en effet les grandes problématiques scientifiques de la Renaissance et de l’âge classique au prisme de la théorie littéraire : théorie des équations et de l’algèbre, théorie de la perspective et théorie galiléenne du mouvement de la Terre. De ce point de vue, certaines pages pourraient sembler ardues pour des non spécialistes (notamment p. 121-158, sur l’inconnue des équations), mais elles sont nécessaires pour établir des passerelles entre le savoir des scientifiques et des romanciers. La mise en récit de ces théories entretient des rapports étroits avec les procédés romanesques. Les textes scientifiques gagnent ainsi à être lus, en profondeur, comme des récits romanesques dans leur manière de « faire monde ». Lucien Vinciguerra se penche avec une attention particulière sur « la manière qu’a le roman d’ouvrir sur un monde fictionnel » (p. 25) et de « produire pour [le lecteur] un monde imaginaire » (p. 26). Avec la même minutie et la même compétence, il retrace l’histoire de « l’émergence de la psyché dans le roman » (p. 27). Il constate la concomitance de cette émergence avec la reconfiguration globale des savoirs scientifiques : « Le sujet psychologique du roman moderne est l’effet de dispositifs de représentation qui n’ont pu émerger qu’à un moment déterminé de l’histoire. » (p. 29). Faut-il postuler une liaison ? une simultanéité ? Lucien Vinciguerra avance ses arguments avec circonspection : « Il est peut-être ainsi essentiel que cette transformation romanesque soit contemporaine d’un bouleversement profond de la rationalité occidentale. Elle vient au moment de la naissance de la science moderne. L’ouverture nouvelle des paroles vers l’intériorité des personnages a lieu en même temps que dans la physique s’invente la science galiléenne du mouvement, la matière-étendue de Descartes, l’espace infini de la cosmologie moderne. » (p. 29).

5C’est dans ce contexte que Lucien Vinciguerra reprend à nouveau frais la « vieille question » (p. 30), étudiée par Lanson et Cassirer, des relations de la littérature du XVIIe siècle avec le cartésianisme et la science moderne. Il souligne l’étroitesse du lien entre les deux : « il faut peut-être penser que le partage moderne de l’esprit et du monde matériel et la mise en place d’un roman qui échafaude l’étrange entreprise de révéler l’âme des personnages sont peut-être tous deux les effets d’un régime nouveau qu’ils partagent en acte » (p. 33). Il ne s’agit cependant pas d’un lien de causalité. Il s’agit plutôt des « deux faces de la même transformation » (p. 33). Lucien Vinciguerra s’intéresse alors, dans quatre chapitres fermement articulés autour des concepts de « récit divisé » (p. 47-85), de « charnière » (p. 87-175), de « clôture des images » (p. 177-267) et de « narrateur effacé » (p. 269-314), aux dynamiques qui conduisent à l’émergence de la conception moderne du personnage, depuis les romans de chevalerie jusqu’à la naissance du roman psychologique à l’âge classique. Dans le premier chapitre, les analyses portent principalement sur Perceval ou le conte du Graal (XIIe siècle) de Chrétien de Troyes, Le Roman de la Rose (XIIIe siècle) de Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Amadis de Gaule (1508) de Garci Rodríguez de Montalvo et La Prison d’amour (1552) de Diego de San Pedro. Dans le deuxième chapitre, l’auteur isole deux romans qu’il considère comme exemplaires : Alector ou Le Coq (1560) de Barthélémy Aneau et Les Angoisses douloureuses qui procèdent d’amour (1538) d’Hélisenne de Crenne. Les chapitre 3 et 4 font la part belle aux romans du XVIIe siècle : L’Astrée d’Honoré d’Urfé, rapproché du traité des Deux règles de la perspective pratique (1583) de Vignole ; Le Francion et Le Berger extravagant de Charles Sorel ; Polexandre de Gomberville ; Ibrahim ou L’illustre Bassa, Artamène ou Le grand Cyrus et Clélie de Georges et Madeleine de Scudéry. Les commentaires, très riches, sont menés avec le souci de lier constamment le phénomène littéraire aux données scientifiques. C’est ce qui permet à Lucien Vinciguerra de démontrer avec force qu’entre la Renaissance et le XVIIe siècle, le bouleversement des formes du récit affecte en même temps les techniques narratives de la science et celles de l’écriture romanesque.

6Lucien Vinciguerra propose une foule de rapprochements inattendus : Le roman d’Alector et La Peau de chagrin de Balzac (auquel il consacre d’ailleurs une analyse spécifique dans l’annexe, p. 321-339), Le Francion de Sorel et Cosmos de Gombrowicz. Il les accompagne d’hypothèses nouvelles et suggestives qui reprennent et élargissent le postulat d’une adéquation entre le discours scientifique et l’art romanesque. Il avance l’idée que les scientifiques peuvent être envisagés, dans leur rapport au savoir, comme « le[s] narrateur[s] du récit du monde » (p. 38) parce que le savoir moderne, dans sa construction, est « une histoire que l’on raconte » (p. 39). Qu’est-ce alors qu’une science ? Une science ne saurait se réduire aux méthodes, aux concepts, aux pratiques et aux « styles » (pour reprendre le titre du n° 58 de la Revue de la BnF : « Le style de la science », paru en 2019). La définition audacieuse qu’élabore Lucien Vinciguerra au fil des pages peut se condenser dans la formule suivante : « Une science est dans son ensemble comme un unique et immense roman dont chaque traité est un épisode et qui comporte toutes sortes de rebondissements. » (p. 233).

7Pour arriver à cette conception toute « romanesque » de la science, Lucien Vinciguerra emprunte en partie le chemin de la théorie des « mondes possibles » et des « univers fictionnels ». Il cherche systématiquement, dans nombre de ses analyses, à comprendre les mécanismes par lesquels le roman « nous fait accéder par ses phrases à un univers de fiction » (p. 210). Il fait appel aux concepts de la philosophie analytique, en interrogeant « la place dans la fiction du quantificateur existentiel de la logique des prédicats » (p. 210), aussi bien qu’à la réflexion des théoriciens de la littérature, en se reportant à Dorrit Cohn, Thomas Pavel, Marie-Laure Ryan, Lubomir Dolezel, Umberto Eco, John Searle, Jean-Marie Schaeffer, etc. Certaines de ses remarques confirment et complètent des hypothèses analogues à propos de la singularité du discours romanesque formulées dans l’ouvrage collectif dirigé par Françoise Lavocat : La Théorie littéraire des mondes possibles (2010). Il s’agit de répondre au fil des chapitres à une succession de questions toutes aussi fondamentales les unes que les autres : comment un roman devient-il « véritablement monde » ? comment se configure « le partage du réel et du fictionnel » ? que signifie exactement « rentrer dans l’univers fictionnel » ? et comment se fabrique « cet autre monde dans la fiction qu’est le monde intérieur du personnage » (passim) ?

8Les éléments de réponse que Lucien Vinciguerra apporte sur la transformation du statut du narrateur « par effacement de l’histoire qu’il raconte » (p. 295), ainsi que sur la ressemblance entre la polyphonie bakhtinienne et la multiplicité des versions du monde auxquelles renvoient les récits scientifiques (« comme le monde du roman, le monde de la science a affaire à la pluralité des voix », p. 235) sont décisifs pour mieux comprendre la manière dont la science et le roman s’organisent respectivement pour construire un « monde possible » qui s’ouvre pour le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Chométy , « Lucien Vinciguerra, Celui qui parle. Science et roman »Littératures, 83 | 2020, 184-187.

Référence électronique

Philippe Chométy , « Lucien Vinciguerra, Celui qui parle. Science et roman »Littératures [En ligne], 83 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/3234 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.3234

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search