Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Comptes rendusKarine Bouchy et Hélène Campaigno...

Comptes rendus

Karine Bouchy et Hélène Campaignolle-Catel (dir.),
Écritures V. Systèmes d’écriture, imaginaire lettré

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2019
Philippe Maupeu
p. 187-190
Référence(s) :

Karine Bouchy et Hélène Campaignolle-Catel (dir.), Écritures V. Systèmes d’écriture, imaginaire lettré, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2019, 419 p.

Texte intégral

1Les actes du colloque international organisé en décembre 2015 à l’INHA prolongent la série d’ouvrages collectifs dirigés par Anne-Marie Christin, co-publiés entre 1982 et 1994, en collaboration avec le Centre d’Étude de l’Écriture et de l’Image dont elle fut la fondatrice. Vingt-six contributions, de qualités inégales, constituent ce volume d’hommage à la chercheuse décédée en 2014, dont les travaux ont renouvelé l’étude des rapports entre texte et image. La variété des objets étudiés ainsi que l’empan géographique et chronologique large adopté reflètent le décloisonnement disciplinaire pour lequel Anne-Marie Christin n’a cessé d’œuvrer, de ses travaux sur l’œuvre algérienne d’Eugène Fromentin à ses trois essais majeurs (L’image écrite ou la déraison graphique, 1995 ; Poétique du blanc : vide et intervalle dans la civilisation de l’alphabet, 2000 ; L’Invention de la figure, 2011), en passant par la direction de la monumentale Histoire de l’écriture en 2001 (rééditée depuis). Des inscriptions alphabétiques sur les céramiques attiques antiques aux poèmes spatialistes de Pierre et Ilse Garnier, de la « question de l’origine de l’écriture chinoise » (Olivier Venture) à la dynamique du collage dans la « poésie ready-made » ou aux dynamiques esthétiques du munjado coréen, « genre décoratif caractérisé par l’imbrication de la calligraphie et de la peinture » (Hye-Min Lee et Jeon-Kyung Lee), c’est un vaste champ d’études qui se présente ici à la curiosité du lecteur. Les auteurs (historiens de l’écriture, sémiologues, archéologues, conservateurs des bibliothèques, historiens de la littérature ou de l’art) tiennent depuis leur champ de spécialité un propos le plus souvent éclairant pour le non spécialiste, et c’est une des grandes qualités de l’ouvrage. On retiendra en particulier, dans cette perspective, les articles de Pascal Vernus (« L’iconicité et figurativité dans l’écriture : pour un affinage conceptuel »), de Florence Dumora sur les rébus de Théodore Maurisset, ou encore de Marie Laureillard sur les autoportraits humoristiques du peintre et calligraphe taïwanais Lo Ch’ing.

2Cet ensemble, qui pourrait sembler disparate, tient autour de l’ambition d’Anne-Marie Christin, qui n’a eu de cesse de penser les interactions sémiotiques et poétiques entre visuel et visible pour rendre à l’écriture sa part de figurativité. L’article d’Anne-Marie Christin elle-même (« Visible/Lisible : pour une typologie iconique de l’écriture »), en annexes, introduit utilement aux concepts discutés et repris dans le volume. On le complètera par le discours, bref mais éclairant, que Roger Chartier prononce à l’occasion de la remise de la Légion d’honneur quelques semaines avant sa mort. La thèse matrice d’Anne-Marie Christin consiste à déconstruire le « logocentrisme » occidental qui voit dans l’écriture alphabétique une simple « reproduction de la parole » et élimine ainsi de la langue son pôle visuel, pôle toujours vivant dans les écritures idéogrammatiques (hiéroglyphes égyptiens, écriture proto-cunéiforme, sinogrammes, etc.). L’idéogramme, « signe flottant » dans le blanc-vide du support repensé comme surface d’apparition, est tour à tour logogramme, phonogramme ou déterminant (ce que l’on appelle une « clé » dans le système des kanjis japonais d’origine chinoise), là où la lettre alphabétique n’est que la transcription inerte du son. Cet appauvrissement de l’écriture, réduite à sa dimension purement notationnelle dans le système saussurien, combinatoire, de la langue, aurait une responsabilité déterminante dans la construction même de la notion de civilisation en Occident, et la manière dont l’Occident se prévaut de sa « culture écrite » aux dépens de l’« art primitif » (notion héritée de Franz Boas). Cette critique du logocentrisme occidental amène Anne-Marie Christin à opérer un triple décentrement fécond par rapport à la tradition logocentrique et alphabétique gréco-latine : décentrement géographique (avec un intérêt marqué pour les systèmes d’écritures et l’art d’Extrême-Orient), historique (l’enquête sur les origines de l’écriture) et sémiotique (une revalorisation de l’image dans la construction du sens).

3La contribution d’Hélène Campaignolle-Catel s’inscrit dans une filiation explicite aux travaux d’Anne-Marie Christin, dont elle applique certains concepts structurants (surface, apparence, valeur) pour interroger le statut sémiotique et esthétique du blanc dans la « pensée typographique ». On trouvera, en contrepoint de cette étude, des éléments d’une mise à l’épreuve critique de certaines de ces notions (pensée de l’écran, origine divinatoire de l’écriture comme « médiation de l’invisible ») dans l’article de Luc Bachelot, qui pointe notamment le glissement notionnel opéré par Anne-Marie Christin entre une poétique du « vide » et une sémiotique de l’« espacement », confusion opérée à la faveur d’une acception polysémique, insuffisamment historicisée, du « blanc ». Cette réévaluation critique, amorcée par Bachelot dans la confrontation aux thèses de Derrida, aurait certainement mérité d’être engagée plus loin.

4Les objets étudiés ici, systèmes d’écritures et œuvres idéogrammatiques principalement, le sont certes dans une perspective interdisciplinaire qui, en pleine période structuraliste du primat linguistique dans les études littéraires, a remis en cause d’une manière stimulante le partage des systèmes sémiotiques (visuel-analogique vs verbal-digital) et l’annexion du visuel à une pensée logocentrique. Sans entrer dans les détails (ce n’est pas le lieu ici), on pourra regretter que certaines thèses ou postulats de l’œuvre d’Anne-Marie Christin n’aient pas (ou pas encore) été interrogés. L’invention des caractères mobiles de la typographie, selon Anne-Marie Christin, aurait renoué le lien que l’écriture alphabétique avait perdu avec son pôle visuel. Or, la chercheuse a négligé, dans l’écriture occidentale médiévale, tout autant sa puissance figurative (virtus métamorphique des monogrammes de l’art insulaire précarolingien de Kells ou Lindisfarne, hybridités zoo-et phytomorphes de la capitale romane, ramifications marginales de la lettrine gothique, scénographie de l’écrit sur l’espace de la page, entrelacs des lettres dans l’emblématique tardive, etc.) que la distribution fonctionnelle des écritures des scriptoria et des chancelleries (rotunda, bâtarde, cursive, etc.), traits qu’elle attribue à la typographie. Cette impasse sur dix siècles d’écriture manuscrite médiévale est particulièrement embarrassante pour un cadre théorique qui a l’ambition d’ancrer historiquement ses concepts dans l’invention de quelques moments fondateurs (l’imprimerie en est un) dont on saisit mal, en fin de compte, ce par rapport à quoi ils font rupture. Il semble que la critique du logocentrisme, en visant l’écriture alphabétique comme système notationnel de la langue, ait négligé la prodigieuse créativité des pratiques d’écriture à l’époque médiévale et confondu en somme, pour le dire en termes saussuriens, la critique de la langue écrite et celle du discours (ou de la « performance ») de l’écriture.

5Certaines affirmations théoriques mériteraient d’être discutées. Alberti a-t-il vraiment « pris l’alphabet pour modèle de la peinture » quand c’est à la rhétorique, comme l’a montré Baxandall, qu’il emprunte sa pensée de la représentation dans une entreprise de valorisation de la peinture comme art libéral : un corps de discours, et non comme l’affirme rapidement Anne-Marie Christin une « raideur, artificielle et dictatoriale, de l’alignement des lettres reflétant le fil d’un énoncé » (p. 363) ? Le « blanc » typographique (le terme n’apparait dans ce sens qu’au XIXe siècle dans le Dictionnaire de l’Académie) est-il réellement investi des valeurs de blancheur, lumière, pureté, « vide » que lui prête Anne-Marie Christin lorsqu’elle se tourne vers la naissance de l’art typographique depuis Claudel et Mallarmé (et les « écumes originelles » du Coup de dés) ? Mais sûrement cet inventaire théorique eût-il été prématuré et déplacé dans un recueil d’hommages qui rend justice à l’énergie de la pensée d’Anne-Marie Christin, qui, comme le montre cet ouvrage, aura en généreuse maîtresse du symposium ouvert un espace heuristique commun à des disciplines académiques et des objets iconotextuels aussi riches et divers. Et son « presque portrait » qu’esquisse finalement Bernadette Bricout restitue avec une belle sensibilité chez elle l’allant de la défricheuse, « frondeuse » et exploratrice de champs nouveaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Maupeu, « Karine Bouchy et Hélène Campaignolle-Catel (dir.),
Écritures V. Systèmes d’écriture, imaginaire lettré »
Littératures, 83 | 2020, 187-190.

Référence électronique

Philippe Maupeu, « Karine Bouchy et Hélène Campaignolle-Catel (dir.),
Écritures V. Systèmes d’écriture, imaginaire lettré »
Littératures [En ligne], 83 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/3241 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.3241

Haut de page

Auteur

Philippe Maupeu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search