Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Présentation

Texte intégral

  • 1 Edmond de Goncourt, Journal, t. iii, éd. Robert Ricatte, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1989, (...)
  • 2 Jean Lorrain, L’Événement, 23 mars 2888. Repris dans Du temps que les bêtes parlaient, Paris, Éditi (...)

1La fortune critique d’Octave Mirbeau est à l’image des engagements de cet écrivain : passionnée, elle est rarement marquée par la tiédeur, a fortiori par l’indifférence. De son vivant, les admirateurs de son œuvre n’ont pas manqué de lui adresser de précieux éloges. Edmond de Goncourt, dont le Journal abonde en propos fielleux, brosse de lui le portrait bienveillant d’un « puissant nerveux, qui a de jolis rires d’enfant1 ». Jean Lorrain, dont la critique est souvent si acerbe, ne cache pas son enthousiasme après avoir lu L’Abbé Jules. Décelant dans le roman « la tristesse et l’écœurement des hautes intelligences », il imagine l’auteur comme « un sceptique en deuil de lui-même, un brûlé de la vie, excédé et lassé des autres et de lui2 ».

  • 3 Laurent Tailhade, L’Œuvre, 17 février 1917.
  • 4 Émile Zola, lettre du 3 août 1900 à Octave Mirbeau. Correspondance, t. x, Paris, Éditions du CNRS, (...)
  • 5 Thadée Natanson, « Sur des traits d’Octave Mirbeau », Les Cahiers d’aujourd’hui, n° 9, 1922, p. 120
  • 6 Eugène Montfort, « Variations sur la littérature : Octave Mirbeau », Revue naturiste, octobre 1900, (...)

2Laurent Tailhade, qui partage les sympathies anarchistes de Mirbeau, loue la « phrase ardente et ramassée » dans laquelle son confrère, « comme une onde intarissable, a étanché sur le monde moderne, sa dérision et son dégoût3. » Émile Zola, que son engagement dans les combats du dreyfusisme rapproche de Mirbeau, célèbre quant à lui « le justicier qui a donné son cœur aux misérables et aux souffrants de ce monde4 ». De même, Thadée Natanson voit en lui rien de moins qu’un nouveau Jérémie : « C’est bien encore à la façon des prophètes qu’il a fait toute sa vie trembler les puissants et fourni des opinions au monde5. » Eugène Montfort renchérit dans la même veine : Mirbeau, « moral comme un apôtre », est à ses yeux l’ « évangéliste de la sociale6 ».

  • 7 Paul Léautaud, Journal littéraire, Paris, Mercure de France, 1954, p. 356.
  • 8 Jules Renard, Journal, éd. Léon Guichard et Gilbert Sigaux, Pléiade, 1965, p. 449 (18 décembre 1897 (...)
  • 9 Jacques Copeau, Journal, t. i, éd. Claude Sicard, Seghers, 1991, p. 460.
  • 10 J.-H. Rosny, Portraits et souvenirs, Paris, Compagnie française des arts graphiques, 1945, p. 63.
  • 11 Ibid.

3D’autres témoins de l’époque se montrent cependant plus sévères. Paul Léautaud confie à son Journal son « impression sur Mirbeau » : « Une girouette, un parleur, rien au fond7. » Jules Renard, non moins féroce, caricature le chroniqueur le plus redouté de la presse parisienne en « peau de lion pour descente de lit » : « Une gueule ouverte qui n’avale rien, des dents superbes qui ne mordent pas, du rouge au cœur, mais c’est une bordure d’andrinople, une queue flasque, prétentieusement ramenée sur le flanc. Il croit que, pour casser les vitres, il suffit d’y jeter des pierres8. » Jacques Copeau, d’abord impressionné par Mirbeau, confie ensuite à son Journal une certaine déception : « Avec ses airs de terre-neuve il est aussi faux que les autres9. » Rosny aîné, qui n’aime guère son confrère, lui reproche de se complaire « dans la peinture de types rapaces, féroces, caricaturaux, un monde de crapules, de canailles et d’imbéciles10 ». Le portrait venimeux qu’il donne de lui peint un homme crédule, « prompt à accueillir la médisance et la calomnie », un forcené qui se laisse emporter par des indignations inconséquentes : « D’une versatilité extrême, il était toujours prêt à brûler ce qu’il avait adoré, à adorer ce qu’il avait brûlé. Avec lui tout devenait excessif et un peu fou, du moins en apparence. Son incohérence passait ce qu’on peut imaginer11. »

4Ceux qui s’efforcent d’être plus nuancés et semblent soucieux de se montrer équitables ne peuvent s’empêcher de mitiger leurs louanges de réticences ou de coups de griffe. Ainsi de Catulle Mendès dont L’Art au théâtre contient un long portrait dans lequel l’admiration pour l’audacieux agitateur des consciences se teinte d’une légère ironie, comme si Mirbeau, dans ses vitupérations enragées, ne pouvait être tout à fait pris au sérieux :

  • 12 Catulle Mendès, L’Art au théâtre, t. iii, Paris, Fasquelle, 1900, p. 473-474.

Octave Mirbeau, c’est l’impétuosité ! Au bord de l’eau torrentielle, il ne perd pas le temps à chercher le gué, il se précipite en criant de joie au danger, va se noyer, surnage, aborde et se dresse en un hourra de triomphe, qui défie d’autres torrents ! Tel il nous apparaît en ces violents romans, pleins d’un tumulte d’âmes effrénées, en ses enthousiastes, haineux, tendres, féroces articles, toujours généreux et à tel point que la générosité plus d’une fois y confine à l’injustice. Et moi, qu’extasie l’Excès, – cette condition indispensable du Génie, – j’ai toujours été entraîné, même quand il m’avait mis en fureur par quelque admiration baroque ou quelque rage comme hystérique, vers ce prodigieux violenteur d’esprit, vers ce secoueur de préjugés, vers ce déchireur, à grands gestes de belluaire peut-être fou, de l’énorme toile d’araignée sociale, où l’araignée est pareille à un effrayant tigre-vampire ! Par une autre chose aussi, — surtout peut-être, — il me charmait. Ce brutal bouleverseur d’idées est un très sûr et très patient artiste de la phrase, un délicat manieur de mots ; cet oseur devant la Société est un timide devant la Syntaxe ; c’est le plus rué des Révolutionnaires et le plus obstiné des Corrects ; et il se plaît […] à s’exiler de sa propre truculence pour s’inquiéter d’un rythme ou d’une sonorité ; ce terroriste est un miniaturiste ; ce guillotineur est un enlumineur ; et çà et là, en quelque idylle, presque libertine, ce Jean Marat est un Claude Dorat. Afféterie de la tuerie. Mais, toujours, quand il a raison, c’est pour la Beauté ! et, lorsqu’il se trompe, la Beauté du moins est encore le prétexte de son erreur12 !

  • 13 Jules Lemaitre, « Octave Mirbeau, L’Épidémie », Les Contemporains, 7e série, Paris, Société françai (...)
  • 14 Ibid., p. 303.
  • 15 Ibid.

5Jules Lemaitre montre de même une certaine sympathie pour cet « impulsif sentimental » chez qui il devine « un envers de sensibilité souffrante, inquiète, et même cette sorte d’humilité qui fait que le pessimiste ne s’excepte point lui-même de son dégoût et de son universelle malédiction13 ». Mais, s’il reconnaît à Mirbeau « un don remarquable de grossissement et de déformation caricaturale », on le sent sourire en considérant cet « écrivain d’une violence si folle », pris « de très belles colères contre des fantômes14 ». Car – affirme Lemaitre – le bourgeois qu’il poursuit de sa vindicte n’est qu’un type littéraire : « C’est un mot contre lequel [il] a l’air de se ruer15 ».

  • 16 Remy de Gourmont, lettre du 18 mai 1891 à Octave Mirbeau. Cité par Pierre Michel et Jean-François N (...)
  • 17 Remy de Gourmont, « Octave Mirbeau », Promenades littéraires, t. iii, Paris, Mercure de France, 196 (...)
  • 18 Octave Mirbeau, « Espoirs nègres », Le Journal, 20 mai 1900.
  • 19 Remy de Gourmont, Promenades littéraires, éd. cit., p. 88.

6Remy de Gourmont – qui écrit en 1891 à Mirbeau : « Vous êtes le chef des Justes par qui sera sauvée la presse maudite16 » – n’épargne pas son estime non seulement à « l’écrivain passionné », mais aussi à « l’explorateur social », au « philosophe qui contemple l’avenir en regardant le présent et qui ne craint, ni de dénoncer une iniquité, ni d’admirer le génie naissant d’un jeune homme, fût-il seul à sentir ainsi17. » Mais, quand Mirbeau s’avise d’éreinter Francis Vielé-Griffin18, Gourmont déplore avec sévérité que son ancien ami ait perdu sa « charité intellectuelle19 ». Il s’insurge contre la « férocité bizarre » de cet « éreintement fastidieux » par lequel un puissant critique a « fait du mal » en étant injuste :

  • 20 Remy de Gourmont, « Copeaux. Les poètes mystificateurs », Promenades littéraires, 7e série, Paris, (...)

Il a bien changé, depuis quelques années, M. Mirbeau ! Tels de ses amis de jadis, et qui ont gardé pour lui de la reconnaissance et de la sympathie, n’osent plus le lire, de peur d’arriver à se déprendre tout à fait. […] Pourquoi donc a-t-il tant parlé de justice pour la pratiquer si peu ? Jadis, il n’en parlait pas, mais il la pratiquait. Jadis il était avocat des novateurs ou même des oseurs ; aujourd’hui il est le procureur qui demande une sévère condamnation contre les perturbateurs de l’ordre littéraire. Il serait si simple de rédiger de bons gros romans naturalistes ou des vers grassouillets propres à chatouiller un public riche et bien pensant. Pas de nouveau en littérature ; ce n’est pas le moment. Taisez-vous, on va reprendre l’affaire, – et vous n’en êtes pas ! Car voilà peut-être la vraie explication de ce triste article. N’insistons pas. Tout cela est trop affligeant20.

  • 21 Roland Dorgelès, Préface des Œuvres illustrées d’Octave Mirbeau, t. i, Paris, Éditions Nationales, (...)
  • 22 Ibid.
  • 23 Léon Daudet, Fantômes et Vivants [1914], in Souvenirs et Polémiques, éd. Bernard Oudin, Paris, Robe (...)

7On le voit, la violence de Mirbeau combattant, si elle lui vaut ses plus fervents adeptes, appelle en retour la violence. Elle suscite aussi la contradiction, car l’écrivain continue de diviser au xxe siècle. Roland Dorgelès, qui préface l’édition de ses Œuvres illustrées, vante sa phrase où « l’on dirait que du sang bat21 » : « C’est le Goya de la plume, c’est Daumier aux enfers22. » Léon Daudet, tout en révérant les flamboyances de l’écrivain, ne partage point les causes pour lesquelles gronde ce solfatare : « Il suit ses funestes engouements avec l’impossibilité et l’horreur secrète de les contrôler et il éprouve une véritable jouissance à aller jusqu’au bout de ses erreurs, à déguster l’absurde23 ».

  • 24 André Gide, Journal, t. i, éd. Éric Marty, Bibliothèque de la Pléiade, 1996, p. 338.
  • 25 Ibid., p. 582 (8 décembre 1907).

8C’est Gide sans doute qui est le plus péremptoire dans ses condamnations : « Mirbeau est excessif, brutal, succulent comme ses articles, et stupide comme eux24 », écrit-il dans son Journal, le 29 janvier 1902. Cinq ans plus tard, le ton n’a guère changé, comme le montrent ces appréciations peu amènes faisant écho à la récente parution de La 628-E8 : « Il s’indigne et s’enthousiasme, on ne sait trop pourquoi mais sincèrement, je veux le croire, et comme un enfant, il aime se fâcher ; c’est le meilleur de lui. Il écrit tout chaud, sans réfléchir ; note ses tremblements comme on fait ceux d’un sismographe. L’esprit satirique empêche complètement chez lui l’esprit critique25. »

  • 26 Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, Paris, Stock, 1936, p. (...)
  • 27 Hubert Juin, Préface de L’Abbé Jules, Paris, U.G.E., « 10/18 », 1977, p. 7.
  • 28 Jean-Paul Sartre, Écrits de jeunesse, ́Paris, Gallimard, 1990, p. 145.

9Thibaudet n’est guère plus indulgent, lorsqu’il règle le sort de l’écrivain – qu’il ne retient que pour son théâtre – en quelques lignes de son Histoire de la littérature française : « Mirbeau déchaîne sur les planches sa combativité de publiciste anarchiste, incohérent et violent26. » Hubert Juin, rééditant à la fin des années 70 une série d’écrivains fin de siècle dans une collection de poche, est quant à lui sensible aux ambiguïtés de l’auteur de L’Abbé Jules, qu’il peint « avide de perversions » : « Il flaire la dépravation même où elle n’est pas : il lui faut ce remugle pour se conforter, se maintenir dévastateur (plus encore que dénonciateur)27. » Le jeune Sartre semble faire figure d’exception, puisqu’il se dit sans restriction « grand admirateur de Mirbeau28 », même s’il néglige de s’expliquer plus avant sur les raisons de cette admiration.

  • 29 Pierre Michel et Jean-François Nivet, Octave Mirbeau, l’imprécateur au cœur fidèle, op. cit., p. 10
  • 30 Œuvre romanesque, éd. Pierre Michel, Paris-Angers, Buchet-Chastel et Société Mirbeau, 2000-2001, 3 (...)
  • 31 Correspondance générale, éd. Pierre Michel, avec l’aide de Jean-François Nivet, Lausanne, L’Âge d’H (...)

10Faut-il considérer Pierre Michel et Jean-François Nivet comme ses héritiers ? La biographie de Mirbeau qu’ils publient en 1990 marque un tournant important dans la réception de l’écrivain. Cet ouvrage documenté, qui se propose de rendre justice à « l’une des personnalités les plus en vue du monde littéraire, artistique et journalistique de la Belle Époque29 », marque le début d’une vaste entreprise de réhabilitation qui se poursuit encore aujourd’hui dans le cadre de la Société Octave Mirbeau. Fondée à la fin de 1993, cette Société, qui se proposait « de contribuer à la connaissance de la vie, des combats et de l’œuvre du grand écrivain normand par tous les moyens à sa disposition », s’est acquittée de sa mission avec une ferveur peu commune dans le monde des sociétés savantes. Il faut savoir gré à l’équipe qui s’est ainsi constituée autour de Pierre Michel, son président, de l’immense travail accompli : publication annuelle, à partir de 1994, des Cahiers Octave Mirbeau, soutien d’ambitieux projet éditoriaux, à commencer par l’édition critique de l’Œuvre romanesque30 et de la Correspondance générale31, organisation de divers colloques, création d’un site internet donnant accès à une très abondante documentation, numérisation et mise à disposition du public sur Scribd et Wikisource d’un Fonds Mirbeau déposé dans un premier temps à la Bibliothèque Universitaire d’Angers...

  • 32 Pierre Michel et Jean-François Nivet, Octave Mirbeau, l’imprécateur au cœur fidèle, op. cit., p. 10
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid.

11Nul doute que Mirbeau n’ait été ainsi tiré de son « purgatoire32 ». Mais dans leur désir de réduire à néant un certain nombre de « légendes » et de « calomnies » – pornographie, frénétisme, incohérence idéologique, puérilité d’un écrivain « poussé par des impulsions incontrôlables » et empêtré dans un « amas de contradictions33 » – les entrepreneurs de cette œuvre pie ont parfois donné l’impression de céder intempestivement à la tentation hagiographique. Par une indubitable sympathie, ils ont en tout cas contribué à établir une sorte de vulgate en promouvant l’image d’un écrivain engagé, ennemi de tous les dogmatismes et de toutes les grandeurs d’établissement, fait pour scandaliser « les bien-pensants » et pour enthousiasmer « les assoiffés de nouveauté et de justice34 ».

12Ce numéro de Littératures, qui nuance parfois l’image de Mirbeau diffusée par ses zélateurs, aborde l’écrivain journaliste en dehors de tout militantisme, en tentant d’apporter de nouvelles contributions à l’étude de son œuvre. Il rassemble des spécialistes de la littérature fin de siècle, qui n’ont pas nécessairement consacré l’essentiel de leurs travaux à l’auteur du Journal d’une femme de chambre, mais qui ont tenté de lire Mirbeau à partir de leur connaissance du roman, du théâtre, des arts graphiques et de la presse de la Belle Époque. Si certaines contributions réunies dans ce volume abordent les œuvres les plus connues de Mirbeau, d’autres s’attachent à des textes moins célèbres – Dans le ciel, L’Amour de la femme vénale – qui ont été mis assez tard à la disposition des lecteurs.

13Quelques lignes de force se dégagent de l’ensemble. Les questions qui ont retenu l’attention des uns et des autres portent d’abord sur l’éthique de l’écrivain journaliste, que quelques articles ont tenté de préciser au regard de sa pratique de la littérature et des médias. Elles touchent aussi aux formes, aux équivoques et aux limites de l’engagement idéologique de Mirbeau – qu’il s’agisse de prendre fait et cause pour l’anticolonialisme, de réhabiliter les prostituées ou de dénoncer l’hypocrisie de la charité publique. Elles éclairent aussi des aspects de sa mélancolie, de son pessimisme, de son cynisme philosophique, de sa prétendue cruauté de conteur. Elles concernent enfin sa poétique – l’usage de la description, de l’intertextualité, du recueil – que certains contributeurs se sont employés à préciser, en ouvrant parfois des perspectives neuves sur le renouvellement des genres littéraires auquel Mirbeau a participé avec une inventivité qu’il est équitable de lui reconnaître.

Haut de page

Notes

1 Edmond de Goncourt, Journal, t. iii, éd. Robert Ricatte, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1989, p. 291 (3 juillet 1889).

2 Jean Lorrain, L’Événement, 23 mars 2888. Repris dans Du temps que les bêtes parlaient, Paris, Éditions du Courrier français, s.d. [1911], p. 235.

3 Laurent Tailhade, L’Œuvre, 17 février 1917.

4 Émile Zola, lettre du 3 août 1900 à Octave Mirbeau. Correspondance, t. x, Paris, Éditions du CNRS, 1995, p. 169.

5 Thadée Natanson, « Sur des traits d’Octave Mirbeau », Les Cahiers d’aujourd’hui, n° 9, 1922, p. 120.

6 Eugène Montfort, « Variations sur la littérature : Octave Mirbeau », Revue naturiste, octobre 1900, p. 112.

7 Paul Léautaud, Journal littéraire, Paris, Mercure de France, 1954, p. 356.

8 Jules Renard, Journal, éd. Léon Guichard et Gilbert Sigaux, Pléiade, 1965, p. 449 (18 décembre 1897).

9 Jacques Copeau, Journal, t. i, éd. Claude Sicard, Seghers, 1991, p. 460.

10 J.-H. Rosny, Portraits et souvenirs, Paris, Compagnie française des arts graphiques, 1945, p. 63.

11 Ibid.

12 Catulle Mendès, L’Art au théâtre, t. iii, Paris, Fasquelle, 1900, p. 473-474.

13 Jules Lemaitre, « Octave Mirbeau, L’Épidémie », Les Contemporains, 7e série, Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, 1899, p. 303-304.

14 Ibid., p. 303.

15 Ibid.

16 Remy de Gourmont, lettre du 18 mai 1891 à Octave Mirbeau. Cité par Pierre Michel et Jean-François Nivet, l’imprécateur au cœur fidèle, Paris, Librairie Séguier, 1990, p. 417.

17 Remy de Gourmont, « Octave Mirbeau », Promenades littéraires, t. iii, Paris, Mercure de France, 1963, p. 87-88.

18 Octave Mirbeau, « Espoirs nègres », Le Journal, 20 mai 1900.

19 Remy de Gourmont, Promenades littéraires, éd. cit., p. 88.

20 Remy de Gourmont, « Copeaux. Les poètes mystificateurs », Promenades littéraires, 7e série, Paris, Mercure de France, 1927, p. 113-114.

21 Roland Dorgelès, Préface des Œuvres illustrées d’Octave Mirbeau, t. i, Paris, Éditions Nationales, 1934. Repris dans Octave Mirbeau, Œuvre romanesque, t. i, éd. Pierre Michel, Paris, Buchet-Chastel, 2000, p. 25.

22 Ibid.

23 Léon Daudet, Fantômes et Vivants [1914], in Souvenirs et Polémiques, éd. Bernard Oudin, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1992, p. 116.

24 André Gide, Journal, t. i, éd. Éric Marty, Bibliothèque de la Pléiade, 1996, p. 338.

25 Ibid., p. 582 (8 décembre 1907).

26 Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, Paris, Stock, 1936, p. 504.

27 Hubert Juin, Préface de L’Abbé Jules, Paris, U.G.E., « 10/18 », 1977, p. 7.

28 Jean-Paul Sartre, Écrits de jeunesse, ́Paris, Gallimard, 1990, p. 145.

29 Pierre Michel et Jean-François Nivet, Octave Mirbeau, l’imprécateur au cœur fidèle, op. cit., p. 10.

30 Œuvre romanesque, éd. Pierre Michel, Paris-Angers, Buchet-Chastel et Société Mirbeau, 2000-2001, 3 vol.

31 Correspondance générale, éd. Pierre Michel, avec l’aide de Jean-François Nivet, Lausanne, L’Âge d’Homme, t. i [1862-1888], 2002 ; t. ii [1888-1894], 2005 ; t. iii [1895-1902], 2009.

32 Pierre Michel et Jean-François Nivet, Octave Mirbeau, l’imprécateur au cœur fidèle, op. cit., p. 10.

33 Ibid.

34 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Glaudes, « Présentation »Littératures, 64 | 2011, 5-11.

Référence électronique

Pierre Glaudes, « Présentation »Littératures [En ligne], 64 | 2011, mis en ligne le 03 août 2016, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.477

Haut de page

Auteur

Pierre Glaudes

Pierre Glaudes est professeur de littérature française à l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent principalement sur le roman et l’essai au xixe siècle. Il est l’auteur de travaux sur Joseph de Maistre, Chateaubriand, Balzac, Mérimée, Barbey d’Aurevilly, Léon Bloy et Mirbeau. Parmi ses récentes publications, la réédition revue et augmentée de l’ouvrage suer L’Essai qu’il a composé en collaboration avec Jean-François Louette (Armand Colin, « Lettres sup », 2011), une édition du Désespéré (GF, 2010) et du Journal d’une femme de chambre (Livre de poche, 2011).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search