Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Dossier : Octave Mirbeau romancie...Anticolonialisme et écriture litt...

Dossier : Octave Mirbeau romancier, dramaturge et critique

Anticolonialisme et écriture littéraire chez Octave Mirbeau

Jean-Marie Seillan
p. 185-201

Résumé

L’écriture d’Octave Mirbeau, engagée dans les grands combats de son époque, ne dissimule ni sa vocation référentielle ni sa tonalité polémique. Or ces deux caractères entrent en tension quand la polémique vient à porter sur un objet que l’écrivain, faute d’expérience personnelle, ne connaît que par la médiation des témoignages d’autrui. Telle est la position discursive contraignante où se trouvent placés ses textes antico- lonialistes, « Colonisons », « Le caoutchouc rouge », « Maroquinerie », etc. Comme cette étude le montre, le polémiste, forcé de se placer très loin au-dessus de faits qu’il maîtrise imparfaitement, fait subir à ces faits une généralisation susceptible d’en transformer la nature ; il doit fonder son jugement sur des savoirs d’emprunt dont il est intéressant d’interroger les sources et le réemploi ; enfin, il est poussé à une fuite en avant rhétorique qui, en déréférentialisant son propre discours, menace de le faire apprécier pour autre chose que pour son sujet même. De là la singularité de Mirbeau parmi les écrivains de la fin du XIXe siècle, moins rares qu’on ne le pense, qui se sont opposés à l’expansion coloniale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans Laure Himy-Piéri et Gérard Poulain (éd.), Octave Mirbeau. Passions et anathèmes, PU de Caen, 2 (...)
  • 2 Combats politiques, Paris, Séguier, 1990 ; Combats esthétiques, t. i, 1877-1892 ; t. ii, 1893-1914, (...)

1Dans une étude intitulée « Du bon usage de l’allégorie du Jardin des supplices à Dingo », Éléonore Reverzy souligne la singularité d’Octave Mirbeau à une époque, celle du tournant des xixe et xxe siècles, où l’écriture littéraire, abjurant volontiers sa vocation référentielle, s’enferme dans la littérature pour ne parler que d’elle-même. Mirbeau, écrit-elle, affirme le « primat des idées », « prend le verbe au sérieux », entend « faire œuvre signifiante1 ». Une seconde singularité s’ajoute à celle-ci et tient au type de discours privilégié par Mirbeau : sur les sujets qui mobilisent son attention, il s’empare de la réalité par le moyen de la polémique, au point que Pierre Michel et Jean-François Nivet ont pu rassembler son œuvre de journaliste sous le titre récurrent de « Combats2 ». Or ces deux spécificités ne reposent pas sur le même rapport du langage au réel. Le discours référentiel tend, en principe, à établir une relation binaire entre le monde et les mots chargés de le dire : il présuppose l’existence d’un matériau informatif préalable et une (relative) adéquation du discours aux faits qu’il prend en charge. Le discours polémique, lui, repose sur une situation discursive plus complexe : le polémiste ne parle pas directement du monde, mais d’une représentation du monde antérieure et différente de la sienne ; son objectif n’est pas de réfuter cette représentation pour faire changer d’idées l’adversaire qui la défend – ce serait peine perdue –, mais de disqualifier intellectuellement et/ou moralement cet adversaire devant une instance arbitrale, qui est le lecteur du texte polémique.

  • 3 Soshana Felman, « Le Discours polémique », Cahiers de l’Association Internationale des Études Franç (...)

Si le sens de la polémique consiste […] en le paradoxe d’un effort pour convaincre face à un adversaire absolument inconvaincable, c’est que la lutte pour la conviction cherche à conquérir le public, plutôt que l’antagoniste. C’est dire que toute polémique est une dynamique entre trois termes : les deux antagonistes, et en tiers, le public des lecteurs. Le discours polémique est […] un discours qui se donne en spectacle3.

  • 4 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre ouvrage : Aux sources du roman colonial. L’Afri (...)

2C’est dire que le passage du discours référentiel au discours polémique n’a rien d’aisé ni de naturel. Il suppose un travail complexe de réaménagement de la réalité, une suite d’opérations rhétoriques permettant de donner aux documents la portée critique que ceux-ci ne comportent pas nécessairement. Peu nombreux mais dotés d’une puissance polémique remarquable, les textes consacrés par Mirbeau à la question coloniale offrent une bonne occasion de s’interroger sur ce processus. Mais auparavant il n’est pas inutile de replacer ces textes dans le cadre général de la littérature inspirée par les colonies dans les années 1880-19104.

Fait colonial et littérature à la fin du xixe siècle

3L’idée coloniale, dans la décennie qui suit la défaite militaire de 1870, a mauvaise presse. Dix ans plus tard, changement radical : après la conférence de Berlin (1885) et l’adoption d’une politique officielle d’expansion territoriale, elle s’est diffusée dans la majorité des esprits – ceux du moins, infiniment minoritaires sans doute, qui s’y intéressent. La fiction romanesque a assurément contribué à cette évolution. Cependant, les écrivains reconnus par les institutions d’alors, faute de s’être saisis de la question, l’ont abandonnée aux feuilletonistes comme Louis Boussenard, Louis Noir, le capitaine Danrit, etc. Affabulateurs professionnels, ces derniers touchaient un public populaire par le canal des revues de voyages, des romans-feuilletons ou des publications par fascicules ; ils avaient peu d’ambition littéraire et servaient volontiers de porte-parole au puissant Comité de l’Afrique française, dont le Bulletin faisait l’apologie de la politique de conquête territoriale et fournissait des héros cocardiers à leurs romans d’aventures.

4Tous les écrivains n’ont cependant pas été les agents de propagande du colonialisme. Parmi ceux, peu nombreux, qui l’ont combattu, il est possible d’effectuer une distinction liée à la nature de leur expérience coloniale.

  • 5 Dictionnaire Octave Mirbeau, article « Anticolonialisme », consultable en ligne à l’adresse suivant (...)
  • 6 La Gloire du sabre, préface d’Urbain Gohier. Paris, Flammarion, 1900. Après avoir effectué plusieur (...)

5Certains sont des voyageurs ayant acquis, pour des motifs variables, une pratique des terres lointaines leur permettant de témoigner sur la réalité de la conquête. Officier de marine, Pierre Loti a participé en personne, le 20 août 1883, au sac de la citadelle de Hué, capitale du royaume d’Annam, et l’a décrit avec une terrifiante précision pour les lecteurs du Figaro les 28 septembre, 13 et 17 octobre de la même année. Paul Vigné d’Octon, qui disputerait à bon droit le titre « de principal écrivain anticolonialiste de son temps » attribué à Mirbeau par le Dictionnaire qui lui est dédié5, décrit, documents à l’appui, dans La Gloire du sabre, en 1900, l’atrocité de le conquête et l’horreur des hôpitaux des Rivières du Sud pour y avoir été affecté en 1885 comme médecin de la marine6. Georges Darien, l’auteur de L’Épaulette, a vécu dans sa chair l’expérience du bagne colonial du Sud tunisien avant de la transposer en 1890 dans Biribi. Paul Bonnetain a séjourné dans tous les pays dont il parle à des titres divers : marsouin en Guyane et aux Antilles, reporter de guerre au Tonkin, touriste en Chine, chargé de mission au Soudan, fonctionnaire de l’administration coloniale au Laos. Plus tard, Céline et Gide sauront eux aussi de quoi ils parlent, si différentes que soient leur expérience africaine et la forme de leur témoignage, dans Voyage au bout de la nuit et Voyage au Congo.

  • 7 Publié dans le recueil Diogène le chien, Paris, Charavay, 1882.
  • 8 En conflit avec l’administration française d’Indochine qui l’accusait de piraterie et de trafic d’a (...)
  • 9 Texte paru sous le titre « Colonisons » dans L’Assiette au beurre, le 9 mai 1903, et repris dans Le (...)
  • 10 Nombre de partisans de la colonisation n’ont pas davantage voyagé. Témoin Zola qui, emporté par la (...)

6D’autres ne se sont jamais embarqués. N’ayant aucune expérience personnelle de la réalité coloniale, ils perçoivent celle-ci de façon indirecte (rencontres, information livresque, journalistique, etc.) et sont conduits à la juger au nom de principes philosophiques, politiques ou religieux préalables. C’est le cas de Paul Hervieu qui déchiffre avec humour le projet colonialiste au travers de la grille relativiste des Lumières dans le conte intitulé « L’Esqui­mau »7 en 1882. Ou de Léon Bloy qui, parti de l’expérience indochinoise malheureuse de son frère Georges8, rappelle avec véhémence aux « équarisseurs d’indigènes » les impératifs bafoués de la foi et de la morale chrétiennes dans « Jésus-Christ aux colonies » (1903)9. Octave Mirbeau fait partie de ces anticolonialistes de principe puisqu’il n’a jamais foulé le sol des continents lointains sur lesquels il écrit. L’Inde, la Chine ou l’Afrique sont pour lui des espaces textuels et imaginaires10. Or l’extériorité du sujet à son objet a de multiples incidences sur son discours.

  • 11 Nous soulignons.
  • 12 À la différence des protestations qui suivent les articles de Loti sur les massacres de Hué et qui (...)
  • 13 Op. cit. Sur les affinités rhétoriques unissant Bloy et Mirbeau, lire Claude Hertzfeld, « Mirbeau e (...)

7Certaines sont positives. Le journaliste-écrivain qui traite des colonies sans être impliqué dans le processus de conquête ou de colonisation jouit d’un précieux avantage : il garde sa liberté de jugement et de parole. D’abord parce que ses lecteurs le savent, ou du moins peuvent le croire politiquement, financièrement ou affectivement indépendant vis-à-vis du lobby colonial. Ensuite parce que sa plume échappe aux astreintes de la référentialité auxquelles sont soumis les genres journalistiques comme l’interview et le reportage. N’étant pas tenu de dire de quels événements exacts il parle, de nommer les lieux et les peuples qu’il évoque, de citer ses sources livresques11, il ne risque pas, dès lors que son texte est génériquement dépourvu de valeur testimoniale, d’être entraîné dans des débats portant sur l’authenticité de ses dires12. Ce que fait par exemple Léon Bloy qui affirme dans « Jésus-Christ aux colonies » : « J’ai devant moi des documents, c’est-à-dire tels ou tels cas. On pourrait en réunir des millions », mais ajoute sans en citer aucun : « on peut dire avec certitude et sans documents, que la condition des autochtones incivilisés, dans tous les pays conquis, est le dernier degré de la misère humaine pouvant être vue sur terre13 ». Surtout, l’objectif du polémiste n’est pas d’informer les lecteurs sur des réalités factuelles vérifiables, ni même de convaincre l’adversaire qu’il combat par des arguments rationnels dans l’espoir de le rallier à son opinion. Il est de ne rien concéder au système afin de décrédibiliser l’intégralité de son discours. Adoptée par les écrivains de tendance anarchiste comme Mirbeau, Georges Darien ou Alfred Jarry, leur solution consiste à laisser la parole à un représentant accrédité du colonialisme qui se charge de dénoncer lui-même l’ignominie du système qu’il incarne ; à charge pour l’auteur d’emporter l’adhésion de son lecteur qui, ébloui par son efficacité rhétorique, le proclamera gagnant de la joute verbale. Nul doute que Mirbeau, qui jouit de tous ces avantages discursifs, n’en tire la force de pénétration qui caractérise ses textes anticolonialistes, parmi les plus salutaires qu’un écrivain de l’époque ait publiés.

8Mais cette précieuse liberté se paie de contreparties coûteuses que nous nous proposons ici d’examiner. Le polémiste doit se placer très loin au-dessus des faits, leur faire subir une généralisation qui en transforme la nature ; il doit aussi, faute d’expérience propre, fonder son jugement sur des savoirs d’emprunt dont il est intéressant d’interroger les sources ; enfin, il est contraint à une fuite en avant rhétorique qui, en déréférentialisant son discours, risque de le faire apprécier pour autre chose que pour son sujet même.

Mirbeau et l’interview imaginaire

9La première obligation tient aux conséquences découlant du rapport singulier que le polémiste entretient avec le réel. Impossible en effet pour Mirbeau de traiter directement du monde colonial en disant comme le pigeon de La Fontaine : « J’étais là ; telle chose m’avint ». À une époque où prévaut la poétique du document et où se développent le récit de voyage, le reportage et l’interview, il ne peut s’appuyer sur aucun matériau de première main ; il n’a en mémoire aucun paysage observé à décrire, aucun témoignage vécu à alléguer.

  • 14 Lettres de l’Inde, éd. établie, présentée et annotée par Pierre Michel et Jean-François Nivet, Caen (...)

10Que Mirbeau perçoive ce défaut d’expérience comme une faiblesse ne fait pas de doute puisqu’il s’efforce de le compenser de diverses façons, par exemple dans la première version de « Colonisons » parue dans Le Journal du 13 novembre 1892. On trouve dans cet article trois sortes de textes raboutés. Poursuivant la supercherie de ses Lettres de l’Inde14, Mirbeau fabrique d’abord, sous le pseudonyme de Jean Maure, un faux reportage en se mettant en scène dans un lieu où il n’est pas allé, pour en tirer un discours dénonciateur dont la tonalité pathétique culpabilisante tient précisément à l’emploi insistant du « je » :

  • 15 Texte repris dans Contes cruels, t. ii, éd. Pierre Michel et Jean-François Nivet, Paris, Les Belles (...)

Je me rappelle l’étrange sensation de « honte historique » que j’éprouvai, quand, à Candy, l’ancienne et morne capitale de l’île de Ceylan, je gravis les marches du temple où les Anglais égorgèrent les petits princes Modéliars […]. Tout cela m’émut jusques au fond des entrailles. […] Je ne sais quel respect humain me retint de m’agenouiller devant ces douloureux, ces vénérables pères de ma race, de ma race parricide15.

  • 16 « Je connais un vieux colonel », écrit Mirbeau sans plus de précision.
  • 17 On en lira le texte dans Le Temps du 11 novembre 1892, p. 1, col. 5.
  • 18 L’argumentation développée par Pierre Michel, selon laquelle Mirbeau a été forcé jusqu’en 1885 de p (...)

11Vient ensuite une saynète probablement imaginaire où un vieil officier (anonyme) de la coloniale détaille avec fierté à ses petits enfants les supplices effroyables qu’il a infligés aux Arabes16. Enfin, l’article se termine sur la citation d’une dépêche de l’agence Havas publiée l’avant-veille qui rapportait les propos du général Dodds sur le sort impitoyable réservé aux habitants de la ville récemment conquise d’Abomey17. Reportage bidonné18, affabulation, insertion d’un document d’actualité visant à authentifier rétroactivement le tout : ce pot-pourri générique révèle à quel point le discours mirbellien manque d’informations directes et a besoin d’en fabriquer à coups de témoignages à la première personne.

  • 19 Ou pour le dire autrement, « alors que la “colonisation” se situe au niveau des phénomènes historiq (...)
  • 20 L’Écho de Paris, 21 juin 1892.
  • 21 Le Jardin des supplices [1899], éd. Michel Delon, Paris, Gallimard, « Folio », 1991, chap. vi.
  • 22 Les Vingt-et-un Jours d’un neurasthénique, Paris, Fasquelle, 1901, chap. ix, p. 93-101.
  • 23 La 628-E8, Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1907, p. 118-122.
  • 24 Voir « L’interview imaginaire façon Mirbeau », dans Octave Mirbeau. Passions et anathèmes, op. cit.(...)

12C’est pourquoi Mirbeau, même s’il emploie le mot, ne traite jamais de la colonisation, qui est un fait observable, mais du colonialisme, qui en est le principe idéologique19. Dans les textes qu’il consacre aux territoires accaparés par la France ou la Belgique, il met en place une relation discursive médiatisée lui permettant de juger, non la réalité du monde colonial lui-même, mais les discours tenus sur le monde colonial par les acteurs qui lui paraissent les plus emblématiques de l’ignominie du système : un explorateur dans « Profil d’explorateur20 », un explorateur et un officier anglais dans Le Jardin des supplices21, un militaire dans Les Vingt-et-un Jours d’un neurasthénique22, un négociant belge dans La 628-E823. On reconnaît là la technique de l’interview imaginaire : cet énoncé à triple énonciation (l’interviewé supposé, le prétendu journaliste qui le fait parler, le narrateur qui dénonce l’un par l’autre) pirate une forme journalistique récente et dotée d’une forte valeur testimoniale en greffant le fictionnel sur le référentiel pour investir cette forme de contenus tout autres. Claude Herzfeld voit là « l’une des inventions les plus efficaces » de l’écrivain polémiste24. Efficacité indubitable, assurément, si on la mesure à la jubilation du lecteur. À condition cependant de rappeler que l’invention offre deux commodités importantes : elle délie Mirbeau, déguisé en interviewer fictif, du devoir de véridiction qui pèse sur un interviewer réel ; elle lui permet d’esquiver un débat dont il ne maîtrise pas les données en s’élevant d’un saut loin au-dessus du sujet traité.

  • 25 Né en 1850, le polytechnicien Louis Archinard appartient à l’artillerie de marine. Il commande au S (...)

13On observe ce processus dans le traitement infligé par Mirbeau à la source qui a nourri « Maroquinerie », le plus réussi, c’est-à-dire le plus virulent de ses articles anticolonialistes. Dans les deux versions successives du texte, Mirbeau attribue au général Louis Archinard, personnage réel représentatif de l’expansion militaire25, trois membres de phrases qu’il cite en épigraphe :

Plus on frappera coupables ou innocents, plus on se fera aimer.
Général Archinard.
(Gazette européenne.)
Le sabre et la matraque valent mieux que tous les traités du monde.
Idem. (Ibidem.)
… En tuant sans pitié un grand nombre.
Idem. (Ibidem.)

  • 26 Pour autant que le texte d’une interview, rédigé par le journaliste (ici anonyme), soit fidèle aux (...)

14Vérification faite, Archinard avait prononcé textuellement ces mots dans une interview publiée le 3 juillet 1896 par la Gazette européenne26. Propos intolérables qui méritaient sans nul doute d’être épinglés, en particulier lorsque l’on connaît la brutalité maligne avec laquelle ce général, ancien commandant en chef au Soudan, venait d’étendre les possessions françaises dans la vallée du fleuve Niger à l’insu même de son gouvernement.

15Pourtant, à regarder de plus près l’usage que le polémiste fait de ces citations, les choses se compliquent. Manifestement indigné par le cynisme inhumain d’Archinard, Mirbeau réplique dans Le Journal dès le 12 juillet, c’est-à-dire neuf jours seulement après la sortie de ces propos, en publiant « Maroquinerie ». Dans ces pages écrites à chaud, il désigne nommément sa source en expliquant qu’il vient de lire « les déclarations que M. le général Archinard voulut bien, tout récemment, confier à la Gazette européenne […] ». Mais il se garde de préciser, car un polémiste n’a aucun intérêt à s’enliser dans le récit des circonstances qui l’ont fait réagir, que l’interview en question avait été provoquée par une affaire récente fortement médiatisée : le marquis de Morès, un aventurier d’extrême-droite soutenu bruyamment par La Libre Parole de Drumont, venait d’être assassiné dans le Sud tunisien par les Touaregs, peuple dont la réputation était à l’époque désastreuse. Cette nouvelle ravivait dans les milieux coloniaux et l’opinion publique l’émotion causée par le massacre de la mission Flatters en 1881, et par la mort du colonel Bonnier, premier Français à entrer dans Tombouctou en janvier 1894 et victime peu après d’une embuscade tendue, disait-on, par les Touaregs. Sous le titre : « Comment venger Morès ? », la Gazette européenne avait justifié cette interview par l’expertise d’Archinard, officier « qui, au cours de sa brillante carrière, a eu maintes fois l’occasion d’approcher les Touaregs et de s’en faire redouter », et lui avait demandé comment s’y prendre pour les punir et pour sécuriser à l’avenir les expéditions menées dans la région. En réponse, Archinard, avant d’entrer dans diverses explications tactiques, historiques et ethnologiques, proposait de faire occuper par le Nord et par le Sud les puits fréquentés par les Touaregs de manière à leur interdire ces territoires et à les détruire. Archinard déclarait donc, pour rétablir dans son intégralité la phrase partiellement citée par Mirbeau :

Plus on frappera, coupables ou innocents, plus on se fera aimer. Le sabre et la matraque valent mieux que tous les traités du monde avec des gens qui certainement, à leur point de vue, ont un certain sentiment de l’honneur, mais qui ne le mettent nullement dans la fidélité à une parole donnée.

16Assurer, comme le fait Mirbeau, qu’Archinard décrivait là « le meilleur mode de colonisation » n’est pas conforme à la stricte vérité. Le polémiste prête à une opération de répression militaire localisée et occasionnelle une extension géographique illimitée ; il transforme cette opération, au moyen de l’ironie, en un principe général de colonisation, sélectionné parmi d’autres qui auraient été écartés au bénéfice de celui qui aurait été jugé le « meilleur ».

17Quelques années plus tard, Mirbeau remanie l’introduction de son article pour l’insérer dans le chapitre ix des Vingt-et-un Jours d’un neurasthénique. Il s’éloigne alors davantage encore de sa source, depuis longtemps oubliée des lecteurs, et écrit :

  • 27 Op. cit., p. 93.

Il y a quelques années de cela, le général Archinard, désireux d’ajouter à sa gloire de soldat, un peu de gloire littéraire, fit paraître, dans la Gazette Européenne une série d’articles, où il exposait ses plans de colonisation27.

18D’orale et circonstancielle qu’elle était, l’interview est maintenant convertie en « une série d’articles » et présentée comme le fruit d’une initiative personnelle, d’une réflexion mûrie formulée sous la forme d’un exposé méthodique ; le « mode de colonisation », lui, se transforme en « plans de colonisation » : la solution préconisée par Archinard pour châtier les Touaregs présumés coupables de la mort de Morès cède la place à une planification concertée et rationalisée applicable à l’ensemble des territoires coloniaux. Enfin, dernier déplacement du débat, les « peaux de nègres » dont Archinard, dans la suite du texte de Mirbeau, est censé avoir fait tapisser son bureau sont sans rapport étroit avec les Touaregs, qui ont en majorité la peau blanche.

19Qu’on ne s’y méprenne pas. Il ne s’agit pas ici de justifier la politique du général Archinard, mais de rappeler qu’un polémiste n’est pas contraint de réfuter terme à terme les dires de son adversaire. Il n’argumente pas. Il frappe où il veut, surtout où on ne l’attend pas. Mirbeau se garde donc d’entrer sur le terrain d’Archinard, car il n’a aucun élément factuel à produire sur l’affaire Morès, qui a provoqué l’interview. Il prend appui sur la « compétence » officielle d’Archinard et s’en sert comme d’un tremplin pour la mettre en procès et déconsidérer à la fois le général et la politique inhumaine qu’il représente. Quand Archinard parle tactique militaire, Mirbeau répond morale et droits de l’homme. Ou plus exactement, ce que Mirbeau a à dire relève d’un autre registre, celui de l’imaginaire.

« Mon imagination a vite fait d’y suppléer. » 

  • 28 Le texte a paru d’abord dans le Gil Blas du 28 septembre 1887 (repris dans Contes cruels, t. i, éd. (...)
  • 29 « Mirbeau et le discours anticolonialiste dans La 628-E8 », L’Europe en automobile. Octave Mirbeau (...)

20Dans les interviews imaginaires consacrées par Mirbeau à la question coloniale, aucun des personnages interviewés, même quand ils appartiennent au monde réel, ne constitue en effet un type observé en situation coloniale. Tous sont des cibles fabriquées ad hoc à l’aide de discours préconstruits, de topoï accrédités par le discours social antérieur. Mirbeau a conscience de cette obligation et ne la dissimule pas. À preuve, l’honnêteté avec laquelle il procède dans « Le Caoutchouc rouge » pour évoquer le Congo assujetti à la domination du roi Léopold II28. Debout devant la vitrine d’une boutique bruxelloise de produits coloniaux, le narrateur constate que les échantillons de latex exposés ne sont pas accompagnés « d’images explicatives, de photos », c’est-à-dire de documents à valeur référentielle. Il ajoute aussitôt : « Mon imagination a vite fait d’y suppléer », avant d’enchaîner : « Je songe aux forêts […]. Je songe aux nègres […]. Je me rappelle cette phrase d’un explorateur […]. Il me faut fermer les yeux pour échapper à la vision […] ». Le texte de Mirbeau développe donc, comme l’écrit Christopher Lloyd, « une série d’images provoquées par le potentiel métonymique de ces menus objets qui recèlent toute l’épopée du colonialisme industrialisé29 ». L’embarras tient à ceci que l’imagination, le songe, le souvenir, la vision (termes apparemment synonymes qui confirment que la référentialité est étrangère à l’esprit de Mirbeau) doivent bien emprunter quelque part ce « potentiel métonymique » et que celui-ci, en l’absence d’expérience, sort du catalogue d’images que la littérature coloniale fait circuler. Et du coup, rien ne manque à la boutique textuelle de stéréotypes et de clichés racialistes qu’ouvre l’auteur du « caoutchouc rouge ».

21À quoi ressemble le Congo précolonial que Mirbeau prétend imaginer pour stigmatiser la violence que le colon y introduit ? À un « paradis de soleil et de fleurs », à une nature vierge peuplée de nègres angéliques et innocemment cruels comme le sont les animaux sauvages ; ces grands enfants rient toutes dents dehors et ignorent l’existence de l’effort et du travail ; tous sont des musiciens nés pour jouer du pipeau et du tam-tam, pour danser, se ruer sur la verroterie coloniale et faire la fête quand ils ont de quoi boire ; ces êtres naïfs qui exhibent, nus comme au premier jour, une plastique à l’antique droit sortie d’un musée, ont des femmes sensuelles et faciles destinées à peupler le paradis sexuel du Blanc :

  • 30 La 628-E8, op. cit, p. 119-120.

Je songe aux forêts, aux lacs, aux féeries de ce paradis de soleil et de fleurs. Je songe aux nègres puérils, aux nègres charmants, capables des mêmes gentillesses et des mêmes férocités que les enfants. Je me rappelle cette phrase d’un explorateur : « Ils sont jolis et doux comme ces lapins qu’on voit, le soir, au bord des bois, faisant leur toilette, ou jouant parmi les herbes parfumées. » Ce qui, d’ailleurs, ne l’empêchait pas de les tuer. J’en vois montrer en riant leurs dents éclatantes et se poursuivre, s’exalter aux sons de leurs fifres et des tambours profonds. Je vois les bronzes parfaits des corps féminins, et les petits courir, dont le ventre bombe. Je vois de grands diables, aussi beaux que des statues antiques, sourire à un pagne, à des verroteries ; tendre les bras vers des liqueurs ; se pousser, trépigner autour des montres, des phonographes, de toute la pauvre camelote que nous fabriquons pour eux ; se cambrer, se dandiner, comme s’ils se moquaient de nous, ou se moquaient d’eux-mêmes ; remuer la tête comme des enfants gênés. Je vois, à leurs femmes, sensibles aux caresses des blancs, le geste gauche d’une paysanne qu’un citadin fait rougir d’aise30.

22Mirbeau, objectera-t-on, n’installe ces clichés éculés que pour les renverser puisqu’il fait succéder à ce tableau édénique une vision infernale :

  • 31 Ibid., p. 120.

Et voici que, tout à coup, je vois sur eux, et qui les menace, le fouet du trafiquant, du colon et du fonctionnaire. Je n’en vois plus que conduits au travail, revolver au poing, aussi durement traités que les soldats dans nos pénitenciers d’Afrique, et revenant du travail harassés, la peau tailladée, moins nombreux qu’ils n’étaient partis. Je vois des exécutions, des massacres, des tortures, où hurlent, pêle-mêle, sanglants, des athlètes ligotés et qu’on crucifie, des femmes dont les supplices font un abominable spectacle voluptueux, des enfants qui fuient, les bras à leur tête, leurs petites jambes disjointes sous le ventre qui proémine. Nettement, dans une plaque grise, dans une boule noire, j’ai distingué le tronc trop joli d’une négresse violée et décapitée, et j’ai vu aussi des vieux, mutilés, agonisants, dont craquent les membres secs31.

  • 32 En choisissant pour cadre des conversations du Jardin des supplices le pont d’un navire en partance (...)

23Belle et forte page, assurément. Mais qui ne voit que cette vision, dans laquelle le Je vois continue de signifier J’imagine, est tout aussi clichée que celle qu’elle est censée corriger ? Qu’elle est gavée de stéréotypes de même nature ? Une inversion des signes a suffi pour transformer le volet édénique du diptyque en volet démoniaque, grouillant comme une toile de Bosch. Toujours aussi admirable dans sa plastique, le corps de l’« athlète » noir dégage un érotisme d’autant plus piquant qu’il bascule dans le sadisme en suivant un double modèle iconographique et rhétorique : modèle catholique du martyre des saintes suppliciées et de la crucifixion de Jésus ; lieu commun scholastique fondé sur la gradation des victimes dans l’ordre du pathétique : hommes, femmes, enfants et vieillards. Déclaré indifféremment trafiquant, colon ou fonctionnaire, le Blanc est une figure du Mal aussi anhistorique que le Satan des tympans du xiiie siècle. Si généreux qu’il soit, ce pamphlet anticolonialiste, faute de témoignages tangibles à opposer comme autant de preuves à la propagande des adeptes de la conquête, n’a pas d’autre ressource que de retravailler les matériaux que celle-ci lui offre et d’en inverser les contenus32. Tributaire du discours de l’autre, Mirbeau se condamne à reproduire l’imagerie pathétique binaire du christianisme qu’il combat par ailleurs (jardin d’Éden / barathres des enfers, innocence / culpabilité, victimes / bourreaux) sans parvenir à atteindre son objet, qui est d’ordre économique.

  • 33 Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, « Folio », 1952, p. 179-181.
  • 34 Lire l’article de Henri Mitterand, « Nègres et négriers dans Le Voyage au bout de la nuit », Le Dis (...)

24On s’en convaincra en comparant cette page avec l’épisode célèbre du « Corocoro » de Voyage au bout de la nuit, dont le sujet, la récolte et la commercialisation du latex tiré de l’hévéa sauvage, est rigoureusement identique33. Autant le texte de 1952, est riche d’une humanité observée dans le fourmillement de ses détails, autant celui de Mirbeau apparaît schématique dans sa volonté démonstrative. Ainsi du dénouement de cette scène de « transaction péremptoire ». Tandis que Céline abandonne la famille africaine spoliée sur une image ouverte à l’avenir (« Toute la petite tribu, regroupée, silencieuse, de l’autre côté de l’avenue Faidherbe, sous le magnolier, nous regarda finir notre apéritif. On aurait dit qu’ils essayaient de comprendre ce qui venait de leur arriver »), Mirbeau s’enferre dans une stéréotypie qu’on croirait tirée de la couverture illustrée d’un roman d’aventures : « Il suffit d’un désaccord entre deux chiffres, pour que le sang jaillisse et qu’une douzaine de têtes aillent rouler entre les cases. » Poursuivre cette comparaison permettrait de comprendre que Céline, dont le premier roman a été accusé rétrospectivement de racisme, a écrit d’expérience un texte de démystification et de désaliénation coloniale34, tandis que Mirbeau, tenu à juste titre pour un des grands défenseurs de l’humanité et de la justice, a fabriqué dans « Le Caoutchouc rouge » une littérature de désaliénation aliénée et mystifiée à son insu par les matériaux qu’elle exploite, faute d’asseoir son discours sur une quelconque réalité.

Anticolonialisme et humour noir

  • 35 Le Deuxième Livre des masques, 2e éd., Paris, Mercure de France, 1898.
  • 36 Dans « Ubu colonial », le père Ubu, retour d’une exploration gouvernementale aux colonies, démontre (...)
  • 37 Anthologie de l’humour noir, préface, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1966, rééd. Le Livre de poche, p (...)

25L’absence de matériau original a enfin des incidences d’ordre générique et rhétorique. Aux écrivains dépourvus de pratique, elle ferme l’accès aux formes littéraires référentielles favorites de la littérature coloniale : recueil de correspondances (authentiques ou présentées comme telles), récit de voyage, mémoires, reportages, fictions romanesques qui se nourrissent de tous ces documents. Aux écrivains hostiles au colonialisme, de surcroît, elle ferme la voie du roman, puisque, s’il est facile d’inventer des aventures et des aventuriers dans le cadre de la conquête coloniale, il n’est guère concevable d’en imaginer qui reposeraient sur le non-événement d’une non-conquête. Les écrivains anticolonialistes sont donc voués à écrire des textes courts plus discursifs que narratifs. Or on sait qu’un texte de peu de mots doit, d’une façon ou d’une autre, contrebalancer sa brièveté par sa densité : la « chose vue » s’y emploie par la singularité de l’événement consigné, le poème en prose par sa clôture et la richesse de ses réseaux stylistiques, la nouvelle par sa chute, etc. Mais le discours anticolonialiste n’a ni vocation poétique, ni intention narrative, ni valeur de témoignage du fait de l’absence de contrôle exercé par les faits sur le discours censé les prendre en charge. Il reste pourtant, comme l’écrit Remy de Gourmont, que « le pamphlétaire a besoin d’un style »35. Ce style, Mirbeau le trouve dans cette logique ravageuse de l’humour noir qu’il partage avec un Alfred Jarry36. S’il est vrai, comme l’écrit Breton, que « pour prendre part au tournoi noir de l’humour, il faut avoir échappé à des nombreux éliminatoires37 », ses pages anticolonialistes auraient bien mérité de figurer dans la célèbre anthologie.

26Pourtant, dès lors qu’on mesure la qualité d’un polémiste à la virulence de ses attaques, il faut se rappeler que celui-ci instaure une relation triangulaire en combattant son adversaire devant un lecteur-spectateur chargé d’évaluer sa pugnacité et de désigner un vainqueur. C’est pourquoi on doit s’interroger sur le procédé favori de Mirbeau qui consiste en l’auto-dénonciation du colonialisme par ses propres agents. Si l’on reprend pour exemple l’interview imaginaire d’Archinard, on observe que cette page n’a pas pour vocation de fournir des informations sur la politique coloniale militaire de la France, mais qu’elle vise à illustrer son inhumanité sanguinaire. Le dispositif adopté à cette fin repose sur un code d’inversion ironique installé à l’ouverture du texte, rappelé régulièrement et dépourvu de toute ambiguïté : Archinard, l’auteur des principes ignominieux cités en épigraphe (« Plus on frappera coupables ou innocents, plus on se fera aimer », etc.), est présenté comme un « brave soldat », un « illustre conquérant », un « héros », un « glorieux soldat » et le « grand Civilisateur soudanais ». Ces qualifications antiphrastiques désignent au lecteur la réaction qu’il doit adopter devant un être dont le discours inspire un sentiment de répulsion horrifiée. Dans l’interview qui suit, c’est le journaliste censé se présenter au domicile du général qui représente le lecteur dans le texte et distribue les rôles énonciatifs et axiologiques. Lorsque le général Archinard accueille ce journaliste dans un salon décoré de « chevelures scalpées » et d’une « tête de jaguar empaillé », lorsqu’il le fait asseoir sur une peau de mouton en s’installant lui-même sur une peau de tigre, il s’auto-désigne comme un carnassier et définit son interviewer, et le lecteur avec lui, comme des victimes potentielles de sa sauvagerie. Quand le lecteur lit : « Mon estomac, soulevé par un brusque dégoût, se révolta presque jusqu’à la nausée », c’est l’estomac du lecteur qui est désigné ; quand il lit : « Je crus devoir rire, moi aussi, bien que ma gorge serrée protestât contre ce genre de gaieté anthropopha­gique et coloniale », c’est encore lui qui est invité à se révolter viscéralement contre l’atrocité désignée juste après par l’oxymore qui résume l’humour militaire, et donc à se sentir solidaire des martyrs dont la peau recouvre les murs du monstrueux officier.

  • 38 Ce même principe de surenchère explique, dans le discours de l’explorateur du Jardin des supplices, (...)

27Or, comme Mirbeau proportionne le sentiment de révolte qu’il entend susciter à la montée de la barbarie qui l’inspire, il lui faut régler son invention selon un principe de gradation dans l’horreur, horreur contrastant de façon explosive avec le ton du général qui présente ses actes effroyables avec le sérieux impavide d’un gestionnaire attentif aux ressources de l’État. L’humour noir aidant, après le tannage de la peau des Noirs vient donc, comme une surenchère inscrite dans la hiérarchie des races, le tannage de la peau des Blancs ; après le tannage de la peau des hommes vient, selon la hiérarchie des sexes, celui de la peau des femmes ; après la « maroquinerie » vient, surenchère dans la hiérarchie des interdits fondateurs, le cannibalisme38. Au point que le journaliste, surpassant son modèle dans l’horreur, pousse le jeu jusqu’à l’absurde en proposant au général de « teindre en nègres » les blancs des pénitenciers afin de pouvoir les tuer et de tanner aussi leur peau. Comme on le voit, la dispositio force l’écrivain à hausser sans cesse le ton, à faire assaut de trouvailles verbales – et à encourir un risque : celui de détourner l’attention du lecteur de l’horreur dénoncée vers l’inventivité du polémiste virtuose. À la fin d’un texte où le dire l’emporte sur le dit, où la forme tend à s’interposer comme un écran entre l’objet et le lecteur, nous avons personnellement tendance à applaudir le tour de force rhétorique plutôt qu’à compatir au sort des victimes de la barbarie coloniale ou qu’à chercher à comprendre dans quelles conditions et au nom de quels intérêts précis se manifeste, en Afrique, leur exploitation dont la peau tannée est à la fois l’allégorie et l’affreux résultat.

  • 39 L’Épaulette, Paris, Fasquelle, 1905, rééd. Paris, J. Martineau, 1971, p. 249. Biribi, discipline mi (...)
  • 40 Le conte a paru dans le Gil Blas du 8 mars 1887. On le lira dans l’édition Raitt-Castex, Paris, Gal (...)
  • 41 Paris, Lemerre, 1886, p. 113 à 151. Le texte avait d’abord paru dans La Revue illustrée des 15 févr (...)

28Faut-il voir dans ce procédé, qui menace de proportionner la gravité du crime au grossissement de l’image qui le figure, une fatalité propre à la dénonciation de la barbarie coloniale ? Certains textes contemporains et d’une inspiration voisine, comme L’Épaulette de Georges Darien, le laisseraient croire. Dans ce roman, un général de la coloniale rentrant d’opérations répond à son fils qui découvre une boîte pleine de petits os, d’ongles et de dents ayant manifestement appartenu à des hommes : « C’est pour faire des bijoux porte-veine. Une idée d’un bijoutier de la rue de la Paix ; il m’avait demandé de lui rapporter ces choses-là : il doit les monter en or. Ça va faire fureur ; on était las du cochon. On appellera ça la breloque humaine39… » Pourtant, si l’on replace ces textes dans la lignée de la littérature antiesclavagiste, on se rappellera que celle-ci a exploré au xviiie siècle une forme d’ironie bien différente : celle de Montesquieu dans sa page sur l’esclavage des nègres de L’Esprit des lois (xv, 5), celle de Voltaire dans le chapitre xix de Candide sur le nègre de Surinam. Malgré leur extrême concision, ces textes célèbres proposent une analyse économique de l’exploitation de la main d’œuvre asservie, démontent un à un les arguments qui servent d’alibi au trafic colonial. Surtout, en confiant au lecteur lui-même le soin d’identifier et de recomposer le processus d’inversion ironique, ils l’obligent à déchiffrer un discours ambigu et à construire son propre jugement. Or cette ironie pédagogique, plus subtile – plus fragile aussi : on sait que le texte de Montesquieu se prête à des contresens de bonne foi – que celle de l’interview imaginaire mirbellienne qui repose sur une surenchère par nature illimitée, était encore pratiquée dans les décennies de l’expansion coloniale. On relira, pour évaluer les mérites comparés de l’ironie pédagogique et de la véhémence dénonciatrice, le conte de Villiers de l’Isle-Adam, paru en 1887, qui raconte les aventures de Tomolo Ké Ké sous le titre « Le Navigateur sauvage »40, le conte de Paul Hervieu intitulé « Koukourounou. Fantaisie coloniale » paru dans Les Yeux verts et les yeux bleus41, ou encore le chapitre v consacré par Anatole France, en 1908, au « baptême des pingouins » dans la fable d’esprit voltairien intitulée L’Île des pingouins.

*

29Que conclure ? Une évidence, d’abord : l’écriture littéraire s’est heurtée à de réelles difficultés pour appréhender dans sa réalité un phénomène aussi lointain, mal connu et efficacement protégé par ses propagandistes que l’invasion coloniale, et donc pour s’y opposer. Sans vouloir tirer de cette étude trop rapide la typologie du discours littéraire anticolonialiste qui n’existe pas à notre connaissance, du moins peut-on suggérer que celui-ci a suivi au moins trois pistes génériques différentes en direction du même objet.

30La première est celle du témoignage fondé sur une expérience effective : à l’idéologie coloniale, l’écrivain-voyageur oppose ce qu’il a vu ; datées, localisées, ses observations factuelles constituent les pièces à conviction de son réquisitoire, celui-ci étant formulé sous des formes variées : reportages de presse (Loti), ouvrage à valeur argumentative (Vigné d’Octon), voire fiction romanesque (Céline). La seconde voie, inspirée du relativisme des Lumières, est celle du conte philosophique : déliée de l’impératif référentiel, elle transpose la situation coloniale dans un univers d’humour et de fantaisie, comme le font Villiers, Hervieu ou France ; elle fait crédit à l’intelligence comparatiste du lecteur ; sans avoir l’air d’y toucher, elle lui donne à penser et le laisse dégager lui-même le sens de ses apologues. La dernière voie, celle de Mirbeau, de Darien ou de Jarry, est celle du pamphlet et de l’humour noir : pour faire partager son indignation au lecteur, elle force l’adversaire à se discréditer lui-même en exhibant sa monstruosité avec le cynisme le plus révoltant ; elle trouve donc ses instruments rhétoriques du côté de la véhémence, de l’imprécation, de l’inventivité verbale illimitée. C’est la voie choisie par Mirbeau. Quant à dire si elle était la plus efficace, c’est ce qu’il nous semble impossible d’affirmer. Le plus sûr, c’est que la coalition de ces trois formes de dénonciation, même si elle a sauvé l’honneur de la littérature et produit de superbes pages, n’aura pas suffi à faire reculer les adeptes de l’idéologie colonialiste.

Haut de page

Notes

1 Dans Laure Himy-Piéri et Gérard Poulain (éd.), Octave Mirbeau. Passions et anathèmes, PU de Caen, 2007, p. 249 et 257.

2 Combats politiques, Paris, Séguier, 1990 ; Combats esthétiques, t. i, 1877-1892 ; t. ii, 1893-1914, Paris, Séguier, 1993 ; Combats littéraires, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2006.

3 Soshana Felman, « Le Discours polémique », Cahiers de l’Association Internationale des Études Françaises, n° 31, mai 1979, p. 192 (souligné par l’auteur). Lire aussi Ruth Amossy, « Modalités argumentatives et registres discursifs : le cas du polémique », in L. Gaudin-Bordes et G. Salvan (éd.), Les Registres. Enjeux stylistiques et visées pragmatiques, Louvain, Bruylant-Academia, 2008, p. 97.

4 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre ouvrage : Aux sources du roman colonial. L’Afrique à la fin du xixe siècle (1863-1914), Paris, Karthala, 2006, 509 p.

5 Dictionnaire Octave Mirbeau, article « Anticolonialisme », consultable en ligne à l’adresse suivante : http://mirbeau.asso.fr/dictionnaire/index.php?option=com_glossary&id=364. Sur cette question trop peu étudiée, on lira Jean-Pierre Biondi, Les Anticolonialistes (1881-1962), Paris, Robert Laffont, 1992, et Claude Liauzu, Histoire de l’anticolonialisme, Paris, Armand Colin, 2007.

6 La Gloire du sabre, préface d’Urbain Gohier. Paris, Flammarion, 1900. Après avoir effectué plusieurs missions d’étude en Afrique du Nord, il publiera Les Crimes coloniaux de la Troisième République. La sueur du burnous (Paris, Éditions de la Guerre sociale, 1911).

7 Publié dans le recueil Diogène le chien, Paris, Charavay, 1882.

8 En conflit avec l’administration française d’Indochine qui l’accusait de piraterie et de trafic d’armes, Georges Bloy a été condamné en 1885 à six ans de travaux forcés et déporté en Nouvelle Calédonie, où il est mort en 1908. Lire Maurice Dubourg, Un aventurier périgourdin en Indochine. Georges Bloy, frère de Léon Bloy, Paris, Peyronnet et Cie, 1950.

9 Texte paru sous le titre « Colonisons » dans L’Assiette au beurre, le 9 mai 1903, et repris dans Le Sang du pauvre (Œuvres complètes, t. ix, Paris, Mercure de France, 1983).

10 Nombre de partisans de la colonisation n’ont pas davantage voyagé. Témoin Zola qui, emporté par la thèse nataliste et la logique de l’utopie, se laisse entraîner à la fin de Fécondité (1899) dans une apologie embarrassée, et plus encore embarrassante de la « plus grande France ».

11 Nous soulignons.

12 À la différence des protestations qui suivent les articles de Loti sur les massacres de Hué et qui ont risqué de le faire chasser de l’armée. Lire sur ce point Alain Quella-Villéger, Pierre Loti, le pèlerin de la planète, Bordeaux, Aubéron, 1998, p. 95-99.

13 Op. cit. Sur les affinités rhétoriques unissant Bloy et Mirbeau, lire Claude Hertzfeld, « Mirbeau et Léon Bloy : convergences », Cahiers Octave Mirbeau, n° 17, 2010, p. 130-146.

14 Lettres de l’Inde, éd. établie, présentée et annotée par Pierre Michel et Jean-François Nivet, Caen, L’Échoppe, 1991.

15 Texte repris dans Contes cruels, t. ii, éd. Pierre Michel et Jean-François Nivet, Paris, Les Belles Lettres/ Archimbaud, 2000, p. 268-269. Nous soulignons.

16 « Je connais un vieux colonel », écrit Mirbeau sans plus de précision.

17 On en lira le texte dans Le Temps du 11 novembre 1892, p. 1, col. 5.

18 L’argumentation développée par Pierre Michel, selon laquelle Mirbeau a été forcé jusqu’en 1885 de prostituer sa plume pour des raisons alimentaires, perd de sa validité dans le cas de la récidive de 1892.

19 Ou pour le dire autrement, « alors que la “colonisation” se situe au niveau des phénomènes historiques, le “colonialisme” est de l’ordre du discours », Sophie Leclerc, La Rançon du colonialisme. Les surréalistes face aux mythes de la France coloniale (1919-1962), Les presses du réel, coll. Œuvres en société, 2010, p. 19-20.

20 L’Écho de Paris, 21 juin 1892.

21 Le Jardin des supplices [1899], éd. Michel Delon, Paris, Gallimard, « Folio », 1991, chap. vi.

22 Les Vingt-et-un Jours d’un neurasthénique, Paris, Fasquelle, 1901, chap. ix, p. 93-101.

23 La 628-E8, Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1907, p. 118-122.

24 Voir « L’interview imaginaire façon Mirbeau », dans Octave Mirbeau. Passions et anathèmes, op. cit., p. 84.

25 Né en 1850, le polytechnicien Louis Archinard appartient à l’artillerie de marine. Il commande au Soudan au début des années 90 et s’empare des villes de Ségou et de Djenné. Sur ce personnage, on lira l’ouvrage apologétique du général E. Réquin, Archinard et le Soudan (l’auteur était son neveu) paru chez Berger-Levrault en 1946, et le livre de Martine Cuttier, Portrait du colonialisme triomphant. Louis Archinard (Paris, Lavauzelle, 2006). – En mission au Soudan, le romancier Paul Bonnetain s’est heurté à l’autoritarisme d’Archinard et l’a dénoncé à son retour en France dans une interview au Figaro le 11 août 1893 : « Le Soudan appartient uniquement à l’artillerie de marine et n’est pour elle qu’un champ où poussent les galons…, qu’une école à feu : – rien de plus !... »

26 Pour autant que le texte d’une interview, rédigé par le journaliste (ici anonyme), soit fidèle aux déclarations faites par l’interviewé, ce qui est invérifiable.

27 Op. cit., p. 93.

28 Le texte a paru d’abord dans le Gil Blas du 28 septembre 1887 (repris dans Contes cruels, t. i, éd. Pierre Michel et Jean-François Nivet, Paris, Les Belles Lettres/ Archimbaud, 2000, p. 340-346) puis dans La 628-E8, op. cit, p. 118 sq.

29 « Mirbeau et le discours anticolonialiste dans La 628-E8 », L’Europe en automobile. Octave Mirbeau voyageur, textes réunis par Éléonore Reverzy et Guy Ducrey, PU de Strasbourg, 2009, p. 302.

30 La 628-E8, op. cit, p. 119-120.

31 Ibid., p. 120.

32 En choisissant pour cadre des conversations du Jardin des supplices le pont d’un navire en partance pour les colonies, c’est un topos du roman d’aventures que Mirbeau retraite, et que Céline reprendra sous forme parodique dans le Voyage. Et c’en est un autre, plus encore, que le sujet de ces conversations, le cannibalisme faisant alors les beaux jours de cette littérature.

33 Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, « Folio », 1952, p. 179-181.

34 Lire l’article de Henri Mitterand, « Nègres et négriers dans Le Voyage au bout de la nuit », Le Discours du roman, Paris, PUF, 1980, p. 91-104.

35 Le Deuxième Livre des masques, 2e éd., Paris, Mercure de France, 1898.

36 Dans « Ubu colonial », le père Ubu, retour d’une exploration gouvernementale aux colonies, démontre que le pays « est plein de cours d’eau et de petits nègres, toutes choses qui permettraient d’acclimater et alimenter le crocodile à peu de frais ». Almanach illustré du père Ubu (xxe siècle), 1901, Œuvres complètes, t. i, éd. Michel Arrivé, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1972, p. 599-619. Lire aussi « Paris colonie nègre », La Chandelle verte, Œuvres complètes, t. ii, éd. H. Bordillon, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade, » 1987, p. 287-288.

37 Anthologie de l’humour noir, préface, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1966, rééd. Le Livre de poche, p. 16.

38 Ce même principe de surenchère explique, dans le discours de l’explorateur du Jardin des supplices, les deux renversements touchant le stéréotype attendu du cannibalisme : « le Noir mange le Blanc » devient « le Blanc mange le Noir », puis « le Blanc mange le Blanc » (éd. citée, p. 114-115).

39 L’Épaulette, Paris, Fasquelle, 1905, rééd. Paris, J. Martineau, 1971, p. 249. Biribi, discipline militaire, recourt à l’ironie dans le même dessein : « Les femmes, le jeu, l’alcool, voilà les trois produits de notre civilisation avec lesquels nous faisons honte aux indigènes de leurs mœurs grossières et sauvages. Ah ! le progrès doit leur apparaître sous les plus riantes couleurs, à ces braves Arabes […] », Paris, Presses de la Cité/Omnibus, 2005, p. 32.

40 Le conte a paru dans le Gil Blas du 8 mars 1887. On le lira dans l’édition Raitt-Castex, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, t. ii, p. 301-304.

41 Paris, Lemerre, 1886, p. 113 à 151. Le texte avait d’abord paru dans La Revue illustrée des 15 février et 1er mars 1886.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Seillan, « Anticolonialisme et écriture littéraire chez Octave Mirbeau »Littératures, 64 | 2011, 185-201.

Référence électronique

Jean-Marie Seillan, « Anticolonialisme et écriture littéraire chez Octave Mirbeau »Littératures [En ligne], 64 | 2011, mis en ligne le 03 août 2016, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/497 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.497

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Seillan

Jean-Marie Seillan enseigne la littérature française à l’université de Nice-Sophia Antipolis. Ses travaux portent sur les écrivains de la fin du xixe siècle, Huysmans en particulier, et sur la littérature coloniale. Dans ce domaine, il a publié Aux sources du roman colonial. L’Afrique à la fin du xixe siècle. 1863-1914 (Paris, Karthala, 2006), et les actes de deux congrès organisés à Nice et Montpellier par la Société Internationale d’Études des Littératures de l’ère coloniale : Le Désenchantement colonial. Actes du IIe congrès (2006). Textes rassemblés par J.-F. Durand, J.-M. Seillan et J. Sévry, Pondichéry-Paris, Éditions Kailash, 2010 ; L’Aventure coloniale. Actes du IIIe congrès (2008). Textes rassemblés par J.-F. Durand et J.-M. Seillan, Pondichéry-Paris, Éditions Kailash, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search