Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Comptes rendusJules Renard, Un œil clair pour n...

Comptes rendus

Jules Renard, Un œil clair pour notre temps

Association « Les Amis de Jules Renard », 2011
Claude Sicard
p. 250-251
Référence(s) :

Jules Renard, Un œil clair pour notre temps, Association « Les Amis de Jules Renard », 58800 Chitry-les-Mines, Un vol. hors série, année 2011, 280 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les Actes du Colloque qui s’est déroulé à la Bibliothèque nationale de France et à l’Université-Paris VII, les 26 et 27 mars 2010, pour le centenaire de la mort de Jules Renard.

2C’est Michel Autrand — l’un des plus éminents spécialistes de Jules Renard, de son « humour » autant que de son « théâtre » — qui a organisé ces deux journées d’études et fédéré les vingt-quatre communications présentées.

3La richesse et la variété de ces interventions soulignent l’importance, encore méconnue, de Jules Renard, par-delà Poil de carotte, les Histoires naturelles et le Journal (malheureusement expurgé comme on sait). Du poète des Roses au dramaturge de Monsieur Vernet, du Plaisir de rompre, du Pain de ménage et de La Bigote, du romancier et chroniqueur des Cloportes, des Sourires pincés, de L’Écornifleur, de Poil de carotte, des Frères farouches au mémorialiste et à l’épistolier, en passant par le collaborateur du Mercure de France (dont il fut le cofondateur en 1889) et de la Revue blanche, les différents exposés se complètent sans jamais interférer, pour cerner le fort caractère de celui qui, attentif aux ridicules et aux misères de son temps, avouait : « Je vois trop vrai, les yeux me font mal ». Il était important qu’en retour ce Colloque permît d’approcher Jules Renard dans sa vérité problématique.

4Il faut, par ailleurs, féliciter la plupart des commentateurs d’avoir mis l’accent sur la quête permanente, chez lui, d’une forme qui approcherait au plus près le naturel, la simplicité, qui permettrait la communication immédiate, débarrassée des afféteries, des joliesses décadentes, des inanités sonores ! « L’image, cette cause de vieillissement du style » écrivait-il dans son Journal le 12 août 1890 et, le 13 octobre 1892, il lançait cette boutade : « Je ne fais pas de vers, parce que j’aime tant les phrases courtes qu’un vers me semble déjà trop long. »

5De là le prix, chez lui, de la pointe, du tranchant, du piquant (cf. la famille Lepic), la force de ses caricatures, de sa « rosserie », de ses « parodies », de son « humour » — autant de thèmes abordés, ou du moins effleurés, au cours du Colloque.

6On apprécie également la manière dont la figure de Jules Renard s’impose par rapport aux créateurs contemporains, Daudet, Mirbeau, Barrès, le jeune Gide, en répudiant vite les influences externes pour tenter d’affirmer, sinon sa vérité insaisissable, du moins la sincérité de ses refus.

7Il importe de mentionner le double concours d’Anne Pasquignon, Directrice adjointe du Département Littérature et Art de la BnF. En ouverture, elle présente les « Collections Jules Renard » de la Bibliothèque (manuscrits d’œuvres, correspondances, œuvres imprimées) : précieux inventaire qui aidera grandement les chercheurs à venir, que Michel Autrand appelle de ses vœux, tant il reste encore à découvrir chez Jules Renard... Et, en annexe au Colloque, Anne Pasquignon publie une bibliographie exhaustive des œuvres de Jules Renard de 1972 à 2010 : on note avec une heureuse surprise le grand nombre des rééditions, où domine, certes, Poil de carotte, mais le théâtre, Histoires naturelles, le Journal (en totalité ou par fragments) et la Correspondance ne sont pas en reste. Preuve que Jules Renard, cent ans après sa mort, continue à parler aux nouvelles générations, sensibles assurément à l’humanité fraternelle de son regard. Au lendemain de sa disparition, Jaurès l’avait deviné, qui écrivait dans L’Humanité du 23 mai 1910 : « il était resté notre ami, l’ami de la pensée socialiste, de l’action socialiste. Il n’avait pas, contre la médiocrité générale de la vie, les emportements romanesques de Flaubert ; mais au fond il la ressentait plus douloureusement, et aussi avec plus d’espérance. C’est ainsi qu’il était socialiste, discrètement, silencieusement, profondément ; c’était un grand artiste et un cœur très haut. »

8N.B. Le lecteur corrigera de lui-même les coquilles qui subsistent dans nombre d’articles, mais qui ne prêtent pas à conséquence. En revanche, et parce qu’il ne s’agit pas d’une coquille, nous nous permettrons d’apporter une rectification, p. 213 : dans le rappel, après Sartre, des essais d’écriture dialoguée, on cite « Martin-du-Gard » et son roman « Roger Barois » ! Il convient naturellement de lire « Roger Martin du Gard », auteur de « Jean Barois », ce roman sur la crise de l’âge scientiste et sur l’Affaire Dreyfus, qui, en 1913, le fit connaître et lui valut l’amitié confiante du groupe de La N.R.F.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Sicard, « Jules Renard, Un œil clair pour notre temps »Littératures, 64 | 2011, 250-251.

Référence électronique

Claude Sicard, « Jules Renard, Un œil clair pour notre temps »Littératures [En ligne], 64 | 2011, mis en ligne le 03 août 2016, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/511 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.511

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search