Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Dossier - Pratiques et enjeux de ...Les genres littéraires à l’épreuv...Une appropriation de Madame Bovar...

Dossier - Pratiques et enjeux de la réécriture
Les genres littéraires à l’épreuve de la réécriture

Une appropriation de Madame Bovary par la nouvelle québécoise contemporaine dans Les Aurores montréales de Monique Proulx

Sylvie Vignes
p. 21-29

Résumé

Le roman Madame Bovary de Flaubert était déjà, à sa manière, une réécriture. Réécriture d’un fait divers tragique concernant l’épouse adultère d’un médecin de campagne, Mme Delphine Delamare. Échappant au contrôle que Flaubert aurait, semble-t-il, jalousement aimé garder sur elle, Emma Bovary, entre 1957 et nos jours, a accédé au statut de mythe moderne et ne cesse de donner le jour à de nouveaux avatars. Sans parler des autres arts qu’elle a pu féconder – du plus indigeste et indigent des romans-photos aux transpositions musicales, picturales et cinématographiques – elle a inspiré des «  hypertextes  » littéraires allant de la parodie la plus débridée à la réécriture la plus exigeante. Dans sa riche descendance outre-Atlantique, nous avons retenu ici la nouvelle «  Madame Bovary  » de Monique Proulx. La transposition dans un environnement résolument contemporain, l’épuration inhérente au choix générique et les occasionnelles notes d’un humour très moderne laissent selon nous intact l’essentiel  : l’impérissable mythe que Flaubert a su faire naître.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gustave Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1972-199 (...)

1Dans une lettre à Louise Colet datée du 8 mai 1852, à propos de la lecture, de l’écriture et de l’intime liaison, pour lui, entre ces deux pratiques, Flaubert use d’une métaphore énergique sinon élégante  : «  Il faut boire des océans et les repisser1.  »

2Cent cinquante ans plus tard, un chercheur du Centre Flaubert, Matthieu Desportes, glose cette affirmation dans un registre sensiblement plus poétique  :

  • 2 Matthieu Desportes, Les Pratiques de la réécriture dans Trois contes de Gustave Flaubert, colloque (...)

On peut, à la suite de Flaubert, se représenter l’espace littéraire comme un monde d’océans, les uns se gonflant, les autres s’évaporant un temps, tous se touchant, avec un renouvellement constant au fil des marées. Et c’est toujours la même eau2.

  • 3 Héraclite, « On ne peut se baigner deux fois le même fleuve », fragment 91.
  • 4 Notamment in Semeiotike, Recherche pour une sémanalyse, Seuil, 1969.
  • 5 Cf. Essais de stylistique structurale (1971), La Production du texte (1979) et Sémiotique de la poé (...)

3L’espace littéraire, échappant aux règles d’Héraclite3, fonctionnerait
donc comme un gigantesque système de vases communicants sans sources neuves mais sans non plus de risque d’asséchement. On sait que selon Salman Rushdie l’histoire de la littérature ne compte guère plus de deux ou trois sujets. Sans aller aussi loin, on peut, nous semble-t-il, adhérer tout à fait à l’image de la réécriture qu’offre Julien Gracq dans une conférence datant de 1960, soit une dizaine d’années avant que Julia Kristeva4 puis Michaël Riffaterre5 ne commencent à forger les outils conceptuels peaufinés à la décennie suivante par Gérard Genette  :

  • 6 Julien Gracq, « Pourquoi la littérature respire mal », in Buffart (Grasset, 2001) ; Steap-tease de (...)

Tout livre […] se nourrit […] non seulement des matériaux que lui fournit la vie, mais aussi et surtout de l’épais terreau de la littérature qui l’a précédé. Tout livre pousse sur d’autres livres, et peut-être que le génie n’est pas autre chose qu’un apport de bactéries particulières, une chimie individuelle délicate, au moyen de laquelle un esprit neuf absorbe, transforme et finalement restitue sous une forme inédite […] l’énorme matière littéraire qui préexiste à lui6.

4Comme on le voit, Gracq élit quant à lui la métaphore de l’épiphyte, mais il rejoint au fond Flaubert sur l’essentiel  : la possibilité de faire, grâce à une «  chimie individuelle  », du «  neuf  » avec du vieux, de l’«  inédit  » à partir du déjà-écrit.

5Flaubert a lui-même beaucoup pratiqué la réécriture, comme en témoignent La Tentation de saint Antoine, «  La Légende de saint Julien l’hospitalier  » ou «  Hérodias  », voire l’auto-réécriture, comme en témoignent les repentirs et impitoyables ratures de remplacement et déplacement et plus souvent encore de suppression dont fourmillent ses manuscrits, mais aussi les deux versions de L’Éducation sentimentale. Madame Bovary, à sa manière, est d’ailleurs aussi déjà une réécriture  : réécriture d’un fait divers tragique, contemporain du romancier, concernant l’épouse adultère d’un médecin de campagne normand, Mme Delphine Delamarre.

  • 7 Cf. en particulier, le téléfilm de Koralnik, les films de Claude Chabrol, de Manoel de Oliveira, et (...)
  • 8 Cf. la terminologie de Gérard Genette, Palimpsestes, La littérature au second degré, Seuil, « Point (...)
  • 9 On peut citer, parmi beaucoup d’autres et pour s’en tenir au domaine francophone des vingt dernière (...)
  • 10 Roland Barthes, Article « Théories du texte », Encyclopedia universalis, 1973.
  • 11 Cf. Agathe Antanaclaz, Métamorphoses d’Ulysse, Flammarion, « GF », 2003, p.17.

6En 1987, c’est dans la collection «  Figures mythiques  » des éditions Autrement que paraît l’ouvrage collectif Emma Bovary dirigé par Alain Buisine. Rares sont, on le sait les mythes dont l’origine n’est pas antique, mais les spécialistes accordent par exemple ce statut à Dom Juan et Faust, au vu de leur résonance dans l’imaginaire collectif et de leur postérité artistique. Or, sans même parler des autres arts qu’elle a pu féconder – du plus indigent des romans-photos aux avatars télévisuels, cinématographiques, picturauxet musicaux7 –, la figure d’Emma a, depuis Flaubert, essaimé dans des «  hypertextes8  » narratifs et dramatiques allant de la parodie la plus débridée à la réécriture la plus exigeante9. Ajoutons toutefois que si, pour reprendre la formule de Roland Barthes, «  tout texte est un intertexte10  », toutes les œuvres ne se prêtent pas au même titre à des réécritures. Le texte premier doit posséder un pouvoir de fascination, mais ne doit pas être trop «  plein  »  ; loin de répondre d’avance à toutes les interrogations et de se constituer en espace clos et encombré, il doit ménager quelques énigmes et ellipses qui fonctionnent «  comme des signaux à l’intention des écrivains futurs, invités à combler ces lacunes11  ». Si des épisodes bibliques sont si souvent à l’origine de réécritures, y compris, on l’a vu, chez Flaubert, c’est certainement entre autres parce qu’il s’agit de passages fort brefs, de motifs tout juste esquissés, qui donnent bien plus à l’imaginaire qu’à l’œil. Or, malgré sa longueur, le roman de Flaubert réussit le coup de force de remplir lui aussi cette seconde condition, expliquant qu’à sa suite les figures d’Emma se soient multipliées jusqu’au vertige, en France comme à l’étranger, jusqu’aux temps les plus modernes.

  • 12 Dans le recueil Les Aurores montréales, éditions Boréal, Montréal, 1996 (ce livre, dans cette éditi (...)

7Parmi les plus réussis de ces hypertextes, à notre avis, figure la «  Madame Bovary  » de Monique Proulx, nouvelle d’une quinzaine de pages publiée en 1996 aux éditions Boréal dans le recueil Les Aurores montréales12.

8En matière d’horizon d’attente, voici donc, dès le titre, le terrain balisé, Monique Proulx semblant expressément inviter le lecteur à reconnaître en Diane, jolie banlieusarde désœuvrée, un avatar de l’héroïne flaubertienne.

9Dans Palimpsestes, Gérard Genette remarque  :

  • 13 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 431.

[L]e mouvement habituel de la transposition diégétique est un mouvement de translation (temporelle, géographique, sociale) proximisante  : l’hypertexte transpose la diégèse de son hypotexte pour la rapprocher et l’actualiser aux yeux de son propre public13.

10La nouvelle «  Madame Bovary  » ne déroge pas à cette tendance générale  : Diane est une habitante de Saint-Lambert, banlieue du Montréal actuel, qui soupire en rêvant d’un au-delà de la croix du Mont-Royal qui borne son horizon visuel, ce qui la rapproche dans le temps mais aussi dans l’espace des lecteurs de Monique Proulx.

  • 14 Ibid., p. 408. Choix très fréquent dans les réécritures d’œuvres flaubertiennes.
  • 15 Entrée de la petite Berthe comme ouvrière dans une filature, et triomphe d’Homais, qui voit son imp (...)

11Optant pour une forme générique différente et pour un resserrement temporel extrême par rapport à son hypotexte (quelques semaines de juin), Monique Proulx opère en outre ce que Gérard Genette appelle une «  transfocalisation14  ». Le roman Madame Bovary est célèbre pour les subtils effets de sa focalisation interne variable qui interdit, par exemple, d’obtenir une «  vérité  » stable sur la petite Berthe. Or, pour sa réécriture, Monique Proulx choisit une focalisation interne fixe qui va produire d’autres effets  : tout est vu par les yeux de Diane, jusqu’au dénouement, forcément fort différent de celui de Flaubert, ne serait-ce que parce qu’Emma est morte depuis plusieurs années au moment des événements révoltants relatés dans la dernière page du roman flaubertien15.

12La transfocalisation opérée dans la nouvelle de Monique Proulx, amenant plus de fixité dans le point de vue, ne permet pas pour autant d’approcher davantage une «  vérité  », car, bien qu’appartenant à un milieu très conformiste, Diane, aveugle aux signes qui contredisent son désir, se montre encore moins lucide qu’Emma. Nouvel effet de transposition, la nouvelliste québécoise a l’idée de présenter l’engouement pour les chroniques journalistiques comme l’équivalent moderne de la «  fureur de lire  » du XIXe siècle, boulimie parfois sans recul ni discernement qui contribue au malheur d’Emma. Monique Proulx choisit en effet de nous conter l’histoire d’une sorte d’Emma Bovary «  à la puissance deux  », pour emprunter cette fois au langage des mathématiciens, qui constitue soigneusement une bibliothèque de grande tenue… mais sans en lire une page (monomaniaque, elle ne lit que les chroniques journalistiques qui la conduisent à ces achats) et qui programme de quitter son mari pour un fantasme, une sorte d’«  homme de papier  », puisqu’il s’agit de l’éditorialiste dont elle s’est éprise avant même de le rencontrer fort brièvement. L’héroïne de Flaubert, malgré ses illusions romantiques, décrypte suffisamment bien les êtres qui l’entourent pour s’appuyer, dans ses pathétiques tentatives de transformer ses fantasmes en réalités, sur des désirs masculins effectifs. Diane, quant à elle, erre dans un total contre-sens, et, s’il n’était attentif aux furtives suggestions et subtiles inflexions d’un narrateur anonyme qui tient beaucoup du narrateur flaubertien, en particulier dans la fameuse scène du bal à la Vaubyessard, le lecteur pourrait partager son erreur quasi jusqu’au dénouement dans la mesure où il n’a accès qu’à son point de vue sur l’unique scène de rencontre avec le Journaliste. À noter que, d’une manière en elle-même significative, celui-ci reste anonyme d’un bout à l’autre de la nouvelle  : jamais, quoi que s’imagine ou fantasme Diane, il n’entrera vraiment dans sa vie et n’interagira avec elle, à la différence de Rodolphe Boulanger et de Léon Dupuy dans l’histoire d’Emma.

  • 16 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 291.
  • 17 Ibid., p. 45 et p. 293.

13Autre point caractéristique de la réécriture de Monique Proulx  : sans que cela signifie, nous le verrons, un bannissement systématique de l’humour, le sujet flaubertien est fondamentalement pris au sérieux. Peaufinant la narration et le style, la nouvelliste n’opte ni pour le travestissement par la «  trivialisation16  » ni pour la parodie  ; elle manifeste un investissement à la fois intellectuel et émotionnel en optant pour ce que Gérard Genette appelle une «  transposition thématique17  ». La nouvelle de Monique Proulx présente une nouvelle version de l’ennui abyssal, de la frustration et des aspirations bovarystes d’une jeune femme au foyer que son mari et sa progéniture sont loin de combler.

14S’inspirant d’une expérience tentée par le célèbre chroniqueur québécois Pierre Foglia  – se faire inviter par ses lecteurs pour trouver matière à des chroniques de la vie ordinaire – Monique Proulx campe le personnage d’une lectrice d’éditos subversifs qui s’imagine pouvoir changer radicalement de vie en invitant et en séduisant leur auteur. Les tentatives d’évasion d’Emma par ses lectures et par ses liaisons adultères sont habilement condensées et comme mises en abyme ici en un seul désir  : le désir, pour une jeune femme que tout désigne comme étrangère au monde de la culture et de la réflexion critique, de posséder celui qui écrit. L’échec sera cuisant comme l’édito lapidaire inspiré au Journaliste par son unique rencontre avec sa lectrice, qui, à lui seul, justifie d’ailleurs le titre de la nouvelle de Monique Proulx  :

J’en ai marre, écrivait-il. Ces chroniques du monde ordinaire étaient une méchante idée […], le coup de grâce m’a été asséné la semaine dernière par une petite madame de banlieue, une électroménagère pathétique cherchant son âme entre l’astrologie et la pâtisserie, une madame Bovary beaucoup plus saumâtre que celle de Flaubert. Je reviens dès demain à mes chroniques habituelles. (AM, p. 137)

15Dans la conclusion de Palimpsestes, Gérard Genette estime qu’«  à la limite, aucune forme d’hypertextualité ne va sans une part de jeu consubstantielle à la pratique du remploi de structures existantes  », ajoutant  :

  • 18 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 558.

L’hypertexte à son mieux est un mixte indéfinissable, et imprévisible dans le détail, du sérieux et du jeu (lucidité et ludicité), d’accomplissement intellectuel et de divertissement18. 

16Si la nouvelle de Monique Proulx est bien une «  transposition  », c’est-à-dire une transformation de l’hypotexte sur un mode sérieux, une composante ludique y est effectivement discernable. Elle se manifeste par le goût du paradoxe – une Emma Bovary incapable de lire un livre entier ou de séduire un autre homme que son mari – et par des passages dont la drôlerie vient faire efficacement contrepoids à l’atmosphère tendue, vide ou désespérée qui caractérise la vie de Diane. Le Journaliste, comme tant d’hommes de lettres, est un amoureux des chats. Pour l’inciter à lui rendre visite, Diane, qui n’a rien d’autre en propre qu’un talent de pâtissière et de jardinière, «  sacrifie l’existence  » bien réelle d’un mari et de deux enfants «  au profit de celle d’un chat imaginaire  » (AM, 128), nommé Paris-Brest à cause du gâteau à la crème du même nom qu’elle réussit à merveille. On se souvient qu’Emma avait quant à elle une distinguée compagnie canine  : une levrette nommé Djali, probable clin d’œil à ses lectures romantiques, puisque c’est aussi le nom de la chèvre d’Esmeralda. Le chat errant adopté en catastrophe par Diane avant l’arrivée du Journaliste, constitue par rapport aux modèles animaliers présentés par les deux hypotextes dix-neuviémistes, une figure nettement dégradée, et il donne lieu au seul épisode résolument burlesque de la nouvelle  :

Vincent qui était un brave type et l’aimait davantage que toute forme de complication, obtempéra facilement, et les enfants applaudirent à cette innovation vivante, le chat, gris comme un cliché, le poil ras, une oreille biffée par les avatars de l’existence […] se retrouva dans la maison, ronronnant d’étonnement sur les fauteuils. 

17Bien sûr elle l’aurait aimé plus joli et plus gras, mais, pour peu que l’on y joigne de la nourriture, il répondait à n’importe quoi avec promptitude, même à un nom de pâtisserie. (AM, 130)

  • 19 Voir en particulier son inquiétude et sa proposition (AM, 129), écho de ceux de Charles à Tostes.

18On aura noté au passage la parenté de caractère et fonctionnement entre cette bonne pâte de Vincent «  qui ne voi[t] jamais rien  » (AM, 129) et Charles Bovary, confirmée par plusieurs autres passages de la nouvelle19. Mais en l’occurrence la «  bonne composition  » du mari s’avère inutile  : la petite Caroline déclenchant une «  féroce  » crise d’allergie à son contact, le matou se voir renvoyé «  dans l’anonymat du dehors, lesté de quelques boîtes de viande compensatoires  ». Or, lorsque le Journaliste répond enfin à l’invitation de Diane, il demande immédiatement à voir le chat  :

Il demanda Paris-Brest, en fait, et elle se leva avec un certain désarroi pour sortir du frigo le gâteau qu’elle ne destinait qu’à l’heure creuse de l’après-midi. Ils ne rirent ni l’un ni l’autre du quiproquo, surtout pas elle, embourbée dans une histoire sanglante de chat broyé sous un autobus scolaire. (AM, 134)

19En dépit de ce type de «  parenthèses  » ludiques, voire désopilantes, la nouvelle de Monique Proulx réussit, comme l’hypotexte flaubertien dont l’humour est loin d’être absent également (qu’on se souvienne de la conversation de Charles Bovary «  plate comme un trottoir de rue  »), une gradation dans la perception d’un malaise existentiel qui invite à l’empathie avec cette jeune femme inculte et naïve  ; doublement démunie. Tout au long de la nouvelle, Monique Proulx semble partager avec Flaubert, dans Madame Bovary comme dans la nouvelle «  Un cœur simple  », d’ailleurs, une vision de son héroïne où une distance critique non exempte d’humour voire d’ironie, le dispute, sans triompher, à la tendresse compatissante.

20Le coup de théâtre du dernier édito, qui, loin de rendre compte d’un enchantement partagé, compare expressément Diane à une version «  saumâtre  » de l’héroïne flaubertienne, ne saurait du coup, malgré des items ridicules, être perçu comme une scène comique  :

Il n’y eut pas de chronique avant le lundi suivant. Le lundi, lorsqu’elle ouvrit fiévreusement le journal, il était là. Elle dut le relire plusieurs fois avant de se rendre compte qu’il parlait d’elle, si peu à vrai dire, à peine quelques lignes […].

Elle le lut, elle le relut. Elle courut à la librairie du centre commercial acheter cette Madame Bovary de Flaubert, dont elle avait pourtant déjà un exemplaire dans sa bibliothèque idéale. Elle dévora le livre rageusement en en sautant de grands bouts, les descriptions infinies et les comices agricoles, et quand elle eut terminé, elle lança le livre à bout de bras dans le salon. Elle ne comprenait pas, elle ne voyait pas le rapport, elle ne voyait que le mépris. (AM, 137)

21Piètre lectrice de Flaubert, Diane se révèle suffisamment bonne lectrice du chroniqueur, comme on voit, pour comprendre, l’essentiel. Brutalement initiée à la lucidité, elle en vient à des interrogations qui remettent en cause bien plus que son pouvoir de séduction en une occasion ponctuelle  :

Où s’était-elle trompée  ? Où se trompait-elle  ? Se pouvait-il qu’elle ait été incorrecte depuis toujours, affligée d’une imperfection si grande qu’elle n’en avait jamais perçu ni le début ni l’extrémité  ? (AM, 137)

22Et la clausule, petit chef-d’œuvre de virtuosité intertextuelle, restitue tout le climat de dépression sans issue que le roman de Flaubert avait quant à lui pas à pas instauré et fait respirer au lecteur bien en amont du dénouement  :

Devant le jardin explosant de couleurs, assise droite dans son fauteuil, elle ressentit soudain un tel vide, une telle angoisse, qu’elle pensa s’évanouir.

Que faisait donc Emma, à la fin du livre  ? Elle s’empoisonnait à l’arsenic. Il y avait toujours dans les livres des solutions pour tout à portée de la main, les livres étaient menteurs.

Dans la vie réelle, quoi qu’il arrive, il fallait vivre. Il fallait vivre interminablement, même pétrifiée, même creuse, en imaginant que l’arsenic avait ce goût douceâtre, inoffensif, ce goût de larmes et de café noir. (AM, 137-138)

*
* *

  • 20 Mais avec d’autant moins de prétention que la comparaison opérée par le Journaliste dans son édito (...)
  • 21 Yvan Leclerc, « Antoine Billot : Monsieur Bovary, c’est lui », Le Monde, 18/06/2006.

23Bien que titrée «  Madame Bovary20  », la nouvelle des Aurores montréales n’hésite donc pas à sacrifier certains éléments-clés de son hypotexte  : Diane n’est pas plus une vraie lectrice qu’une vraie séductrice, et elle est condamnée à vivre, contrairement à l’héroïne flaubertienne qui, à défaut de «  solutions pour tout  », a, quant à elle, «  à portée de la main  » le pot d’arsenic qui va lui valoir une si longue et atroce agonie… Mais, si elle a l’audace de ne pas en respecter la lettre, Monique Proulx reste profondément fidèle à son esprit et à sa complexité tonale. Jouant pleinement la carte de l’esthétique de la nouvelle brève, avec ses contraintes et ses effets spécifiques, opérant des choix narratologiques subtils et intégrant une sensibilité moderne, elle illustre à son tour, après tant d’autres et sans démériter le moins du monde, l’«  infini pouvoir d’engendrement21  » du chef-d’œuvre flaubertien. À sa modeste manière, une réécriture aussi réussie contribue même, à notre sens, à prêter au mythe de «  Madame Bovary  » une vie aussi longue et épanouie que celle d’Emma fut brève et travaillée par le vide.

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1972-1998, t. II, p. 86.

2 Matthieu Desportes, Les Pratiques de la réécriture dans Trois contes de Gustave Flaubert, colloque des doctorants de l’Université de Rouen, 2001.

3 Héraclite, « On ne peut se baigner deux fois le même fleuve », fragment 91.

4 Notamment in Semeiotike, Recherche pour une sémanalyse, Seuil, 1969.

5 Cf. Essais de stylistique structurale (1971), La Production du texte (1979) et Sémiotique de la poésie (1983).

6 Julien Gracq, « Pourquoi la littérature respire mal », in Buffart (Grasset, 2001) ; Steap-tease de Madame Bovary de Paul Bouissac (L’Interligne, 2004) ; L’Arrière-petite- fille de Madame Bovary de Bernard Marcoux (Heurtebise, 2006), etc., jusqu’à la toute fraîche naissance du Monsieur Bovary d’Antoine Billot (Gallimard « L’un et l’autre », 2006).

Roland Barthes, Article « Théories du texte », Encyclopedia universalis, 1973.

Cf. Agathe Antanaclaz, Métamorphoses d’Ulysse, Flammarion, « GF », 2003, p. 17.

Cf. recensement effectué par Michel Lord des avatars québécois d’Emma Bovary, et notamment le truculent hypertexte que Michel Lord lui-même a écrit (et signé Lord Flaubert d’Aquin), présentant Emma « en patins à roulettes, mèches vertes au vent » (Revue « Nouvelle donne », n° 12, janvier 1997, p. 44).

Préférences, Corti, 1961, p. 82-83.

7 Cf. en particulier, le téléfilm de Koralnik, les films de Claude Chabrol, de Manoel de Oliveira, etc. et « destin musical » du roman <http://flaubert.univ-rouen.fr/derives/mb_musique_dauge.php>, etc.

8 Cf. la terminologie de Gérard Genette, Palimpsestes, La littérature au second degré, Seuil, « Points Essais », 1982, p. 13.

9 On peut citer, parmi beaucoup d’autres et pour s’en tenir au domaine francophone des vingt dernières années, Emma Bovary est dans votre jardin de Mariette Condroyer (Robert Laffont, 1984) ; Madame Bovary sort ses griffes de Patrick Meney (La Table ronde, 1988) ; Madame Homais de Sylvère Monod (Belfond, 1988) ; Charles Bovary, médecin de campagne, portrait d’un homme simple de Jean Amery (Actes Sud, 1991) ; Mademoiselle Bovary de Raymond Jean (Actes Sud, 1991) ; Mademoiselle Bovary de Maxime Benoît-Jeannin (Belfond, 1991) ; Emma, ô Emma! de Jacques Cellard (Balland, 1992) ; Monsieur Bovary de Laura Grimaldi (Métaillé,1995) ; Cette diablesse de Madame Bovary de Lionel Acher (en ligne sur <www.planet4u.com>, 2001) ; Monsieur Bovary ou mourir au théâtre de Robert Lalonde (Boréal, 2001) ; La Fille d’Emma de Claude-Henri Buffart (Grasset, 2001) ; Strip-tease de Madame Bovary de Paul Bouissac (L’Interligne, 2004) ; L’Arrière-petite- fille de Madame Bovary de Bernard Marcoux (Heurtebise, 2006) et Monsieur Bovary d’Antoine Billot (Gallimard « L’un et l’autre », 2006).

10 Roland Barthes, Article « Théories du texte », Encyclopedia universalis, 1973.

11 Cf. Agathe Antanaclaz, Métamorphoses d’Ulysse, Flammarion, « GF », 2003, p.17.

12 Dans le recueil Les Aurores montréales, éditions Boréal, Montréal, 1996 (ce livre, dans cette édition, sera désormais présenté par l’abréviation AM).

13 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 431.

14 Ibid., p. 408. Choix très fréquent dans les réécritures d’œuvres flaubertiennes.

15 Entrée de la petite Berthe comme ouvrière dans une filature, et triomphe d’Homais, qui voit son imperturbable étroitesse d’esprit récompensée par la croix d’honneur.

16 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 291.

17 Ibid., p. 45 et p. 293.

18 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 558.

19 Voir en particulier son inquiétude et sa proposition (AM, 129), écho de ceux de Charles à Tostes.

20 Mais avec d’autant moins de prétention que la comparaison opérée par le Journaliste dans son édito assassin peut à lui seul, on l’a vu, rendre compte du choix de ce titre.

21 Yvan Leclerc, « Antoine Billot : Monsieur Bovary, c’est lui », Le Monde, 18/06/2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Vignes, « Une appropriation de Madame Bovary par la nouvelle québécoise contemporaine dans Les Aurores montréales de Monique Proulx »Littératures, 74 | 2016, 21-29.

Référence électronique

Sylvie Vignes, « Une appropriation de Madame Bovary par la nouvelle québécoise contemporaine dans Les Aurores montréales de Monique Proulx »Littératures [En ligne], 74 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/529 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.529

Haut de page

Auteur

Sylvie Vignes

Sylvie Vignes est Professeur à l’Université Toulouse – Jean Jaurès où elle dirige le master «  Métiers de l’écriture  ». Elle a soutenu une thèse sur Julien Gracq et une thèse sur Jean Giono. Ses ouvrages et articles portent essentiellement sur l’œuvre de ces deux auteurs et sur la littérature française et québécoise des années 80 à nos jours.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search