Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Dossier - Pratiques et enjeux de ...Les genres littéraires à l’épreuv...Écrire, récrire et réécrire chez ...

Dossier - Pratiques et enjeux de la réécriture
Les genres littéraires à l’épreuve de la réécriture

Écrire, récrire et réécrire chez Proust

Isabelle Serça
p. 43-52

Résumé

L’article aborde la question de la réécriture – au sens de correction – dans une perspective de critique génétique et stylistique. On analyse certaines des corrections que Proust a portées sur les épreuves de Swann pour les comparer avec la version imprimée. On voit alors comment correction et création sont intimement liées : la réécriture est partie prenante de l’écriture, ou du style.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Ricardou, Pour une théorie du nouveau roman, Seuil, 1971 ; Nouveaux problèmes du roman, Seuil, (...)
  • 2 Julia Kristeva, Le Texte du roman, Mouton, 1976 .
  • 3 Antoine Compagnon, La Seconde main ou le travail de la citation, Seuil, 1979.
  • 4 Gérard Genette, Palimpsestes, Seuil, 1982.

1La notion de «  réécriture  » apparaît dans les années 70, avec les réflexions de Jean Ricardou sur le nouveau roman1, celles de Julia Kristeva sur l’«  intertextualité2  » ou encore le livre d’Antoine Compagnon sur «  le travail de la citation  » ou «  la seconde main3  » –, autant de notions que Gérard Genette formalisera comme il en est coutumier dans son livre Palimpsestes, avec les notions d’«  hypertexte  » et d’«  hypotexte4  ».

Des différents sens du mot «  réécriture  »

  • 5 Propos attribué tantôt au Père Bonhours, tantôt à Vaugelas.

2De même que l’on peut dire «  récriture  » ou «  réécriture  » – l’un et l’autre se dit ou se disent5 – ce terme de «  réécriture  » renvoie à nombre de formes très diverses telles que la copie, le plagiat, la citation, l’allusion, la parodie, le pastiche, la transposition, l’imitation, la traduction ou enfin… la correction. C’est à cette dernière forme que nous allons nous intéresser – les corrections –, à partir des épreuves ou des dactylographies «  corrigées  » de Proust – autant d’avant-textes de la Recherche du temps perdu.

  • 6 Pastiches et Mélanges, dans Contre Sainte-Beuve, édition établie par Pierre Clarac avec la collabor (...)
  • 7 Peu après la mort de sa mère, décédée en septembre 1906, il demande à Marie Nordlinger, qui a colla (...)

3On pourrait cependant s’intéresser à d’autres formes chez cet auteur, tant Proust est passé maître en réécritures, au pluriel – et tout d’abord dans celle du pastiche, forme nécessaire par laquelle il faut passer, dit-il, pour trouver (au sens étymologique d’«  inventer  ») son style, sa propre écriture. Pasticheur de génie fort prisé des salons mondains dans sa jeunesse, il fait ses gammes avec ses célèbres Pastiches qu’il publie dans Le Figaro à partir de 1908, éprouvant lui-même «  la vertu purgative, exorcisante  » de l’exercice, qu’il recommande aux écrivains6. On pourrait aussi considérer cet autre exercice de réécriture auquel Proust s’est livré lorsqu’il publia en 1903 et 1905 deux traductions de Ruskin, La Bible d’Amiens et Sésame et les Lys – lui qui connaissait très mal l’anglais et qui travaillait à partir de la version mot à mot que lui préparait sa mère et qu’il réécrivait ensuite7.

Réécriture et correction

  • 8 Correspondance de Marcel Proust, éd. citée, t. XII, p. 132.

4Nonobstant l’intérêt de ces types de réécriture, je voudrais m’intéresser ici aux corrections – fort nombreuses – que Proust a portées sur les épreuves de Du côté de chez Swann, premier tome de la Recherche paru en 1913. Proust ne cessait en effet de récrire et réécrire son texte, corrigeant sans cesse, jusque sur les placards que lui envoyait l’imprimeur, de telle sorte qu’il n’y avait plus qu’à les recomposer  : «  Il ne reste pas une ligne sur vingt du texte primitif (remplacé d’ailleurs par un autre). C’est rayé, corrigé dans toutes les parties blanches que je peux trouver, et je colle des papiers en haut, en bas, à droite, à gauche, etc.  », écrit-il à Jean-Louis Vaudoyer le 12 avril 19138.

5«  Réécriture  » ne s’entendra donc pas ici au sens de «  transposition  », mais au sens de «  corriger un texte déjà écrit  ». Tels sont les deux sens que retient le Littré pour le terme de «  récrire  »  : «  transposer  » et «  rédiger de nouveau  ». Dans ses travaux sur les ateliers d’écriture, Claudette Oriol-Boyer insiste sur l’importance de cette phase de la réécriture, cruciale pour les «  écrivants  » eux-mêmes  : non pas réécrire avec une nouvelle consigne (changer de point de vue, allonger ou raccourcir le texte…), mais réécrire en visant une amélioration du texte.

  • 9 Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, P.U.F., 1975, article « épanorthose ».

6Cette réécriture au sens des corrections que l’auteur apporte à son texte lorsqu’il se relit est une des dimensions fondamentales sur lesquelles se déploie l’écriture elle-même – c’est du moins ce que je voudrais montrer. Le terme de «  correction  » peut s’entendre en effet du point de vue de la norme (au sens des fautes dans une copie que l’on corrige afin lui attribuer une note), mais aussi d’un point de vue esthétique. Du point de vue rhétorique, la correction est d’ailleurs une figure de style, connue sous le nom d’«  épanorthose  » et définie par Morier comme une «  figure de pensée qui consiste à revenir sur ce que l’on vient d’affirmer, soit pour le nuancer, l’affaiblir et même le rétracter, soit au contraire pour le réexposer avec plus d’énergie9  ».

7Le présupposé est que, chez Proust du moins, correction et création sont liées, d’où l’intérêt de prendre en compte la genèse du texte pour mieux appréhender l’écriture – au sens de style. C’est ce lien entre genèse et style que nous allons interroger à partir des épreuves et des dactylographies corrigées de Proust.

Réécriture et avant-textes

  • 10 Les manuscrits présentent des variantes à l’infini sur le même thème : l’édition de la Pléiade donn (...)
  • 11 Le Dire et le Dit, Éditions de Minuit, 1985.
  • 12 On trouvera les reproductions de certaines des citations sur les placards des épreuves corrigées da (...)

8Un dernier mot sur ce matériau génétique des dactylographies et des épreuves, autrement dit le texte imprimé (ou dactylographié) corrigé de la main de Proust. Nous aurions pu en effet travailler sur tel ou tel passage manuscrit (au sens propre, écrit de la main de Proust  : cahier de brouillon, cahier de mise au net ou cahier de montage10)  ; nous avons préféré les épreuves, car c’est à ce moment-là qu’adviennent les corrections formelles, celles qui portent plus sur le style que sur la thématique – plus sur le dire que sur le dit, dirait Oswald Ducrot11. L’auteur qui se relit est en effet le premier lecteur de son texte  : c’est à ce moment-là, au moment où l’on passe du manuscrit à l’imprimé, lorsque la page (avec les retours à la ligne, les paragraphes et toute l’organisation du texte jusqu’à la phrase elle-même) apparaît sous les yeux, que l’écriture prend forme12.

Corrections de ponctuation

  • 13 Par parenthèse, j’entends tout à la fois le fragment textuel enserré par des parenthèses typographi (...)
  • 14 Voir mon livre Les Coutures apparentes de la Recherche : Proust et la ponctuation, Éditions Champio (...)

9Resserrant la focale, j’examinerai les corrections qui portent sur la ponctuation, phénomène a priori minime mais qui est à mes yeux un des éléments du style d’un auteur, et, parmi celles-ci, tout particulièrement celles qui mettent en jeu les parenthèses13. C’est un signe qui a ma prédilection14, mais c’est surtout un signe qui est tout particulièrement indiqué pour une réflexion sur la réécriture  : on définit en effet la parenthèse comme un «  ajout après-coup  », ce que sont très exactement les corrections chez Proust qui consistent la plupart du temps en ajouts – très rarement en suppressions. D’un point de vue linguistique en effet, la parenthèse porte sur l’expression qui la précède, soit pour la développer, soit pour la définir, soit pour la nuancer ou la critiquer  : elle correspond ainsi très exactement à la définition de l’épanorthose. La parenthèse, opérant un mouvement de retour sur ce qui vient d’être dit, met alors en œuvre la fonction métalinguistique du langage chère à Jakobson  : c’est bien ce retour sur ce qui est écrit que met en œuvre la réécriture, comme le montre le préfixe RE- dans le terme. Les citations qui suivent montrent combien cette minuscule figure de ponctuation est au cœur de la réécriture.

1. Recopier, c’est créer

10La première citation met en jeu l’acception la plus simple, voire simpliste, à tout le moins élémentaire du mot «  réécriture  » – celle de recopier, d’écrire à nouveau le même passage, activité à laquelle se livrait fréquemment Proust. C’est au moment où il recopie mot pour mot ce passage sur les premières épreuves (replaçant à l’endroit initial un fragment de la phrase qu’il venait de déplacer) que Proust ajoute ce tiret double autour du fragment «  et qu’il isolait  »  :

  • 15 La correction est portée sur les Premières épreuves corrigées (dites Épreuves Bodmer du nom de la F (...)

Ainsi passa près de moi ce nom de Gilberte [...]. Ainsi passa-t-il, proféré au-dessus des héliotropes, des verveines et des giroflées, aigre et frais comme les gouttes de l’arrosoir vert  ; imprégnant, irisant la zone d’air pur qu’il avait traversée et qu’il isolait du mystère de la vie de celle qu’il désignait pour les êtres heureux qui vivaient, qui voyageaient avec elle  ; déployant sous l’épinier rose, à hauteur de mon épaule, la quintessence de leur familiarité, pour moi si douloureuse, avec un inconnu où je n’entrerais pas. (Premières épreuves avant corrections15)

  • 16 Les citations renvoient à l’édition de la Recherche établie sous la direction de Jean-Yves Tadié da (...)

Ainsi passa-t-il, proféré au-dessus des jasmins et des giroflées, aigre et frais comme les gouttes de l’arrosoir vert  ; imprégnant, irisant la zone d’air pur qu’il avait traversée – et qu’il isolait – du mystère de la vie de celle qu’il désignait pour les êtres heureux qui vivaient, qui voyageaient avec elle  ; déployant sous l’épinier rose, à hauteur de mon épaule, la quintessence de leur familiarité, pour moi si douloureuse, avec elle, avec l’inconnu de sa vie où je n’entrerais pas. («  Combray  », Du côté de chez Swann, t. I, p. 14016)

11La citation met en scène ce qu’on pourrait appeler une mimesis graphique, le tiret double isolant du reste de la phrase une expression dont le verbe est «  isoler  »  : les signes typographiques de décrochement actualisent le contenu sémantique du terme qu’ils encadrent, mettant ainsi en scène une isotopie entre ponctuation et sémantique. La parenthèse entre tirets se découpe sur la phrase d’accueil de la même façon que la zone précise traversée par le nom de Gilberte se découpe de façon invisible sur l’air pur environnant. L’activité de «  recopiage  » est ainsi l’occasion d’une belle trouvaille stylistique  : recopier, c’est créer.

2. Écrire et réécrire jusque dans le texte final

12Avec de telles opérations d’écriture, le signe de ponctuation est ajouté après coup sur le texte. La citation suivante, où Proust a ajouté les tirets sur les deuxièmes épreuves, présente aussi une parenthèse «  rebrodée  » sur le texte  :

  • 17 La correction est portée sur les Deuxièmes épreuves corrigées, BnF, N. a. fr. 16755, p. 222, fo 113 (...)

Parfois ce morceau de paysage amené ainsi jusqu’à aujourd’hui se détache si isolé de tout, qu’il flotte incertain dans ma pensée comme une Délos fleurie, sans que je puisse dire de quel pays, de quel temps, peut-être seulement de quel rêve il vient. (Deuxièmes épreuves avant corrections17)

Parfois ce morceau de paysage amené ainsi jusqu’à aujourd’hui se détache si isolé de tout, qu’il flotte incertain dans ma pensée comme une Délos fleurie, sans que je puisse dire de quel pays, de quel temps – peut-être tout simplement de quel rêve – il vient. («  Combray  », DCS, t. I, p. 182)

13Là non plus, aucun changement textuel, mais le seul remplacement des virgules par un tiret double modifie le rythme de la phrase  : avec l’arrêt sur mot qu’introduisent les tirets, le groupe verbal arrive en dernier, in extremis comme souvent chez Proust, avec un effet de chute plus marqué. Qui plus est, la correction engage aussi le sens de la phrase. Les éléments étaient auparavant tous sur le même plan («  de quel pays, de quel temps, peut-être seulement de quel rêve  »)  ; la modification décroche le dernier élément de la série («  de quel rêve  ») pour le placer à un autre niveau. Les tirets mettent alors en relief le mot juste, celui qui subsume tous les autres (ce à quoi invite la modalisation adverbiale «  peut-être tout simplement  »), à moins qu’ils ne mettent en relief le processus de reformulation lui-même  ; c’est ce que la tradition rhétorique appelle la figure de la «  convergence stylistique  », qui désigne une correction sans marqueur textuel alors que l’épanorthose est introduite par un «  ou plutôt  », «  ou encore  », «  ou mieux encore  ». Voici comment Morier définit la convergence stylistique  :

  • 18 Dictionnaire de poétique et de rhétorique, éd. citée, p. 477 (entrée « Expolition »).

Chacun des termes énumérés serre de plus en plus près l’objet de la description, tantôt pour compléter le mot précédent, tantôt pour le corriger, ou enfin pour le supplanter18.

  • 19 Non pas, certes, le référent lui-même, mais sa désignation.

14Sans qu’il y ait ici coréférence stricte, les termes de la série énumérative ne désigneraient pas chacun un référent différent dans la mesure où ils pourraient être coordonnés par un «  ou  » inclusif de type «  ou plutôt  », ce qui donnerait quelque chose comme  : «  sans que je puisse dire de quel pays ou de quel temps ou peut-être tout simplement de quel rêve il vient  ». Cette affirmation semble quelque peu paradoxale, mais c’est parce qu’on rejoint là la difficile question du rapport entre le langage et la pensée. Vieux problème en effet que de savoir si le langage concourt à la formation de la pensée ou s’il désigne une idée déjà clairement formée  : «  Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement/Et les mots pour le dire arrivent aisément  », dit Boileau  ; l’on voit bien cependant avec ces formulations que le référent «  bouge  », si l’on peut dire19, au fur et à mesure des termes utilisés pour le viser  : l’appréhension progressive du référent se fait en le disant ou mieux, en l’écrivant.

15Claude Simon portera à son apogée ce procédé de reformulation, soutenu par des commentaires métalinguistiques du type «  c’est-à-dire  » ou «  pour ainsi dire  »  :

  • 20 Claude Simon, La Route des Flandres, Éditions de Minuit, 1960, p. 218.

[...] et maintenant c’était l’été, – non le premier mais le deuxième après que tout avait pris fin, c’est-à-dire s’était refermé, cicatrisé, ou plutôt (pas cicatrisé, car aucune trace de ce qui s’était passé n’était déjà plus visible) rajusté, recollé, et si parfaitement qu’on ne pouvait plus discerner la moindre faille, comme la surface de l’eau se referme sur un caillou, le paysage reflété un moment brisé, fracassé, dissocié en une multitude d’éclats20 [...].

16La parenthèse marque dans le texte la trace de cette opération de reformulation, en dessinant la cicatrice dont il est question. On a là une mise en scène de l’écriture, dans ses tâtonnements et dans ses reprises, telle qu’elle s’élabore dans l’atelier de l’écrivain  : les tirets inscrivent la réécriture.

17À côté de ces parenthèses «  rebrodées sur le texte  » qui correspondent au simple ajout des signes, d’autres parenthèses renvoient à une opération d’ajout des signes et du fragment textuel qu’ils encadrent. Le terme «  parenthèse  » est alors pris dans son sens plein, désignant à la fois les signes et le fragment de texte ainsi inséré. C’est le cas de la citation suivante, où la parenthèse correspond à un ajout marginal sur les premières épreuves  :

  • 21 La parenthèse est portée sur les Premières épreuves corrigées, Pl. 9, col. 2.

Ce goût c’était celui du petit morceau de madeleine que tous les matins à Combray, quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. (Premières épreuves avant corrections21)

Ce goût c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l’heure de la messe), quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. («  Combray  », Du côté de chez Swann, t. I, p. 46)

18La parenthèse intègre ainsi dans le texte un ajout sur la marge de droite qui prend sur le placard des Premières Épreuves la forme d’une bulle dont la pointe vient très exactement s’insérer dans le texte imprimé à l’endroit où prendra place la parenthèse. Les signes de ponctuation inscrivent de la sorte la genèse du texte jusque dans la version imprimée.

3. Écrire sur plusieurs lignes

19D’autres fois, les parenthèses figurent dès le premier jet dans l’écriture  : on dira qu’il s’agit de parenthèses «  natives  ». C’est le cas de la citation suivante  :

[Notre passé] est caché hors du domaine de [notre intelligence] et de sa portée, en quelque objet matériel (en la sensation que nous donnerait cet objet matériel), que nous ne soupçonnons pas. («  Combray  », Du côté de chez Swann, t. I, p. 141)

20La parenthèse (au sens plein) est présente quasiment dès les débuts de la rédaction, dans le Cahier 25 précisément  ; elle correspond à un choix délibéré de présenter les deux expressions à la fois, le terme corrigé et sa correction, alors que rien n’est plus simple à l’écrit que de remplacer directement le terme que l’on veut corriger, en cours d’écriture ou lors d’une relecture. Le problème ne se pose pas en effet de la même manière à l’oral et à l’écrit. Le locuteur déroulant la chaîne parlée ne peut, pour se reprendre, qu’ajouter un mot pour le substituer à un autre. Le scripteur, lui, peut faire disparaître toute rature en proposant directement le terme corrigé.

21Proust choisit de laisser coexister les deux expressions à la fois. Ce faisant, la parenthèse déploie dans le texte une dimension verticale, celle de l’axe paradigmatique – l’axe des corrections précisément, des substitutions –, à côté de l’axe syntagmatique – l’axe horizontal de l’ordre des mots dans la phrase. C’est très exactement ainsi que Jakobson définit la «  fonction poétique  »  :

  • 22 Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, Éditions de Minuit, 1963, t. I, p. 220.

La fonction poétique projette le principe d’équivalence de l’axe de sélection [paradigmatique] sur l’axe de la combinaison [syntagmatique22].

22Les parenthèses permettent alors, si l’on peut dire, d’écrire sur plusieurs lignes à la fois, à la manière des musiciens qui écrivent sur une portée  : l’opération de réécriture ainsi mise en scène permet de déjouer quelque peu la linéarité foncière de la langue.

23Claude Simon revient régulièrement sur cette aporie à laquelle se heurte toute expérience d’écriture, obligée d’emprunter une expression linéaire pour dire une réalité qui ne l’est pas  :

  • 23 Entretien de Claude Simon avec Claude Sarraute lors de la sortie de La Route des Flandres, Le Monde(...)

Quand j’écris, je suis forcé de plier ce magma de sensations, de souvenirs, de pensées [...] qu’il y a en moi simultanément [...] il faut bien que je les aligne dans un ordre puisque l’écriture est linéaire  : les peintres ont bien de la chance23  !

  • 24 Lettre du 28 ou 29 avril 1919 à Jacques Rivière, Correspondance de Marcel Proust, éd. citée, t. XVI (...)

24Il en est de même pour Proust, qui veut, comme il l’écrit à Jacques Rivière en avril 1919, «  travailler sur plusieurs plans, de manière à éviter la psychologie plane24  ».

4. Une écriture à «  plusieurs plans  »

25La dernière citation, qui décrit les reflets des vitraux de l’église de Combray, offre un très bel exemple de cette écriture à «  plusieurs plans  », de cette écriture en relief, pourrait-on dire  :

Ses vitraux ne chatoyaient jamais tant que les jours où le soleil ne se montrait pas, de sorte que fît-il gris dehors, on était sûr qu’il ferait beau dans l’église  ; l’un rempli dans toute sa grandeur par un seul personnage pareil à un Roi de jeu de cartes, qui vivait là-haut entre ciel et terre  ; un autre où une montagne de neige rose [...]. (Dactylographie corrigée, NAF 16733, fo 151)

Ses vitraux ne chatoyaient jamais tant que les jours où le soleil se montrait peu, de sorte que fît-il gris dehors, on était sûr qu’il ferait beau dans l’église  ; l’un était rempli dans toute sa grandeur par un seul personnage pareil à un Roi de jeu de cartes, qui vivait là-haut, sous un dais architectural, entre ciel et terre (et dans le reflet oblique et bleu duquel, parfois les jours de semaine, à midi, quand il n’y a pas d’office – à l’un de ces rares moments où l’église aérée, vacante, plus humaine, luxueuse, avec du soleil sur son riche mobilier, avait l’air presque habitable comme le hall, de pierre sculptée et de verre peint, d’un hôtel de style Moyen Âge – on voyait s’agenouiller un instant Mme Sazerat, posant sur le prie-Dieu voisin un paquet tout ficelé de petits fours qu’elle venait de prendre chez le pâtissier d’en face et qu’elle allait rapporter pour le déjeuner)  ; dans un autre une montagne de neige rose [...]. («  Combray  », Du côté de chez Swann, t. I, 59)

26La première parenthèse resserre progressivement le champ, pour le fixer tout à la fin sur le point que forme Mme Sazerat, après que la seconde parenthèse, enchâssée dans la première, aura élargi la vision à l’église tout entière, dans un va-et-vient entre général et particulier. Cette double parenthèse est l’objet d’un ajout sur la dactylographie, qui présentait une phrase plus courte. Sur la dactylographie corrigée, l’écriture manuscrite entoure et cerne le texte dactylographié qu’elle déborde ; de la même façon, la parenthèse, qui est plus longue que la phrase qui l’accueille, la gonfle démesurément  : c’est comme une pâte qui lève, une pâte feuilletée, faudrait-il préciser, car les parenthèses, dépliant différents plans, donnent une description proprement diffractée.

*
* *

  • 25 Anne Herschberg Pierrot, Le Style en mouvement. Littérature et art, Belin, 2005, p. 36.
  • 26 Marcel Proust, Préface de Sésame et les Lys de John Ruskin, Bruxelles, Éd. Complexe, 1987, avec une (...)

27Le texte final intègre ainsi les corrections, ajouts et autres opérations
de réécriture qu’il exhibe dans les parenthèses  : comme le dit Anne
Herschberg Pierrot, «  l’œuvre incorpore le temps de sa genèse25  ».
La parenthèse apparaît ainsi comme la mémoire du texte, gardant enserrée entre ses courbes une opération de réécriture dont elle est la trace  ; les signes de ponctuation sont dans cette perspective les «  traces persistantes du passé  » qu’évoque Proust dans la Préface de Sésame et les Lys26, traces persistantes des opérations de réécriture dont le texte porte les marques.
Si l’on se fonde sur le terme qui, à la Renaissance, désignait tous les signes de ponctuation – celui de «  points  » –, les signes de ponctuation seraient les «  points de suture  » du texte, voire ses cicatrices, pour reprendre la citation de Claude Simon.

28La genèse participe ainsi de ce processus qu’est le style, correction et création sont intimement liées  : la réécriture est partie prenante de l’écriture.

Haut de page

Notes

1 Jean Ricardou, Pour une théorie du nouveau roman, Seuil, 1971 ; Nouveaux problèmes du roman, Seuil, 1978.

2 Julia Kristeva, Le Texte du roman, Mouton, 1976 .

3 Antoine Compagnon, La Seconde main ou le travail de la citation, Seuil, 1979.

4 Gérard Genette, Palimpsestes, Seuil, 1982.

5 Propos attribué tantôt au Père Bonhours, tantôt à Vaugelas.

6 Pastiches et Mélanges, dans Contre Sainte-Beuve, édition établie par Pierre Clarac avec la collaboration d’Yves Sandre, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1971, p. 594.

7 Peu après la mort de sa mère, décédée en septembre 1906, il demande à Marie Nordlinger, qui a collaboré avec lui pour le travail sur Ruskin : « Travaillez-vous ? Moi, plus. J’ai clos à jamais l’ère des traductions, que Maman favorisait. Et quant aux traductions de moi-même, je n’en ai plus le courage. » (Correspondance de Marcel Proust, texte établi, présenté et annoté par Philip Kolb, 21 tomes, Paris, t. VI, p. 308).

8 Correspondance de Marcel Proust, éd. citée, t. XII, p. 132.

9 Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, P.U.F., 1975, article « épanorthose ».

10 Les manuscrits présentent des variantes à l’infini sur le même thème : l’édition de la Pléiade donne celles qu’elle juge « les plus réussies » dans les « Esquisses ».

11 Le Dire et le Dit, Éditions de Minuit, 1985.

12 On trouvera les reproductions de certaines des citations sur les placards des épreuves corrigées dans mon livre Esthétique de la ponctuation, Gallimard, coll. « Blanche », 2012.

13 Par parenthèse, j’entends tout à la fois le fragment textuel enserré par des parenthèses typographiques (parenthèse ouvrante et parenthèse fermante) ou par des tirets (qu’on appelle tiret double).

14 Voir mon livre Les Coutures apparentes de la Recherche : Proust et la ponctuation, Éditions Champion, coll. « Recherches proustiennes », 2010.

15 La correction est portée sur les Premières épreuves corrigées (dites Épreuves Bodmer du nom de la Fondation où elles sont conservées), Placard 23, colonne 4.

16 Les citations renvoient à l’édition de la Recherche établie sous la direction de Jean-Yves Tadié dans la collection « Bibliothèque de la Pléiade » (Gallimard, 1987-1989, 4 tomes).

17 La correction est portée sur les Deuxièmes épreuves corrigées, BnF, N. a. fr. 16755, p. 222, fo 113 vo.

18 Dictionnaire de poétique et de rhétorique, éd. citée, p. 477 (entrée « Expolition »).

19 Non pas, certes, le référent lui-même, mais sa désignation.

20 Claude Simon, La Route des Flandres, Éditions de Minuit, 1960, p. 218.

21 La parenthèse est portée sur les Premières épreuves corrigées, Pl. 9, col. 2.

22 Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, Éditions de Minuit, 1963, t. I, p. 220.

23 Entretien de Claude Simon avec Claude Sarraute lors de la sortie de La Route des Flandres, Le Monde, 8 octobre 1960.

24 Lettre du 28 ou 29 avril 1919 à Jacques Rivière, Correspondance de Marcel Proust, éd. citée, t. XVIII, p. 81.

25 Anne Herschberg Pierrot, Le Style en mouvement. Littérature et art, Belin, 2005, p. 36.

26 Marcel Proust, Préface de Sésame et les Lys de John Ruskin, Bruxelles, Éd. Complexe, 1987, avec une introduction d’Antoine Compagnon, p. 91 [1ère éd., 1906 : John Ruskin, Sésame et les Lys, traduction, notes et préface de Marcel Proust, Paris, Mercure de France].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Serça, « Écrire, récrire et réécrire chez Proust »Littératures, 74 | 2016, 43-52.

Référence électronique

Isabelle Serça, « Écrire, récrire et réécrire chez Proust »Littératures [En ligne], 74 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.532

Haut de page

Auteur

Isabelle Serça

Isabelle Serça est Professeur de stylistique française à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Spécialiste de Proust, elle s’intéresse à l’écriture et, tout particulièrement, à la ponctuation, chez Proust ainsi que chez des auteurs modernes et contemporains. Elle a rédigé les entrées autour du langage du Dictionnaire Marcel Proust (Champion, 2004) et a publié chez le même éditeur Les Coutures apparentes de la Recherche (2010). Son dernier livre, Esthétique de la ponctuation (Gallimard, «  Blanche  », 2012), pose la ponctuation comme un objet esthétique, en littérature mais aussi dans les arts. Elle mène actuellement le projet Idex «  ProusTime  » qui vise à penser le temps avec Proust dans une perspective transdisciplinaire avec des chercheurs de tous horizons : histoire, linguistique, neurosciences, astrophysique, arts plastiques, etc.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search