Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Dossier - Pratiques et enjeux de ...Les genres littéraires à l’épreuv...Le crépuscule palimpseste : quand...

Dossier - Pratiques et enjeux de la réécriture
Les genres littéraires à l’épreuve de la réécriture

Le crépuscule palimpseste : quand Laforgue réécrit Baudelaire

Makki Rebai
p. 77-87

Résumé

La confrontation de deux poèmes crépusculaires exemplaires, «  Recueillement du soir  » de Jules Laforgue et «  Le Crépuscule du soir  » de son illustre aîné tant admiré, Charles Baudelaire, montre que les deux pièces se font remarquablement écho à travers des analogies de structure et de composition, mais aussi à travers un certain nombre de situations, de figures communes et d’images poétiques provenant tout droit de l’intertexte baudelairien. Toutefois, profondément animé par une volonté de démarcation à l’égard de l’hypotexte et par le désir de retrouver sa voix (e) personnelle, le jeune Laforgue garde une certaine liberté, qui se manifeste à travers le volume plus important du texte nouveau, le nombre et l’ordre des scènes retenues, la manière dont elles sont agencées, enfin, à travers la vision globale, fédératrice qui les commande et les informe. Ainsi, contrairement au dynamisme et à l’effet de quasi-concomitance qui marquent les scènes du «  Crépuscule du soir  » de Baudelaire, et rendent compte d’un véritable spectacle mouvant de la capitale parisienne de nuit, les scènes mécaniquement juxtaposées de «  Recueillement du soir  » de Laforgue frappent au contraire par leur fragmentation, leur immobilité et leur statisme profondément mélancoliques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression figure dans une lettre écrite à Gustave Kahn, datée du 18 janvier 1885.
  • 2 Les Complaintes suivi de Premiers poèmes, édition Poésie/Gallimard, présentée, établie et annotée p (...)

1Si les Premiers poèmes de Jules Laforgue sont aujourd’hui tombés dans l’oubli, c’est que la critique littéraire contemporaine s’est sans doute trop empressée de prendre au mot le poète reniant son premier recueil inachevé Le Sanglot de la terre ou ce qu’il appelle péjorativement ses «  vers philo1  ». Pourtant, ces poèmes de jeunesse ne sont pas sans intérêt pour celui qui voudrait saisir l’évolution, somme toute rapide, de l’esthétique laforguienne  ; négliger ou «  exécuter  » sommairement ces premiers écrits, sous prétexte que le poète lui-même les avait, à un moment précis de sa courte carrière, reniés, c’est postuler, d’une manière ou d’une autre, une rupture entre ces écrits de jeunesse et ce qu’il est courant aujourd’hui de considérer comme le chef-d’œuvre du poète, à savoir, Les Complaintes. Dans son édition critique du recueil, Pascal Pia, tout en décidant de placer, pour le lecteur, Les Complaintes, avant les Premiers poèmes, semble l’un des rares critiques à accorder un certain prix, quoique très partiel, à ces derniers  : «  S’il nous a semblé, écrit-il, que la lecture des Complaintes devait précéder celle des premiers poèmes, il ne nous échappe pas que ces vers de débutant sont indispensables à la connaissance du séjour que Laforgue disait avoir fait dans le Cosmique. Ils nous reflètent le caractère obsessionnel qu’eurent pour Laforgue les tourments que peut entraîner la perte de la foi2.  »

2Nous nous pencherons ici sur les premiers poèmes et, en particulier, sur un texte de Laforgue intitulé «  Recueillement du soir  », titre qui ne peut que rappeler à la mémoire du lecteur le poème de Baudelaire, ou de Charles-Le-Grand, comme l’appelle affectueusement Laforgue. La confrontation de ces deux poèmes offre en effet un cas tout à fait typique de réécriture. Cependant, «  Recueillement du soir  » n’est pas seulement pour le jeune Laforgue un exercice de style ou d’école  ; il est tout aussi bien, chez lui, le lieu d’une quête, encore confuse sans doute, d’une voix poétique propre et originale. Notre intérêt se portera d’abord aux manifestations et aux modalités de la réécriture laforguienne du poème de Baudelaire, ensuite à la signification, aux fonctions et aux enjeux de cet «  exercice de réécriture  » ou de cette transposition poétique.

  • 3 Daniel Grojnowski, « Le Démon de l’originalité », dans Laforgue aujourd’hui, textes réunis et prése (...)

3Pour Laforgue, Baudelaire a toujours été une référence de choix. Laforgue a surtout retenu chez Baudelaire une voix ou, plutôt, une nuance, un timbre de voix spécifique, qu’il assimile très précisément à des «  miaulements nocturnes  »  : «  Chaque fois, écrit Daniel Grojnowski, il [Laforgue] se poste à l’écoute d’une voix dont les accents le fascinent  : “miaulements nocturnes” de Baudelaire, “plaintes immortelles” de Corbière, “vagissements” de Verlaine, “divagations d’un cœur magnétisé” de Rimbaud… Écrire, c’est faire table rase et chaque fois repartir “à zéro”. À sa sœur Marie il déclare que “la destinée d’un artiste est de s’enthousiasmer et se dégoûter d’idéaux successifs3”.  »

  • 4 Lettre à Gustave Kahn, dans Mélanges posthumes, Mercure de France, 1903, p. 111-112. Cité par Jean (...)

4Dans une lettre à Gustave Kahn de février 1885, en des termes très précis qui, notons-le, rappellent immédiatement la «  leçon baudelairienne  » tout autant que «  Recueillement du soir  », il rend hommage, à l’auteur des Fleurs du mal, grand poète de la ville et de la modernité qu’elle inspire et dont elle est à la fois le lieu et le symbole  : «  Le premier, écrit Laforgue, particulièrement enthousiaste, [il] parla de Paris en damné quotidien de la capitale (les becs de gaz que tourmente le vent de la Prostitution qui s’allume dans les rues, les restaurants et leurs soupiraux, les hôpitaux, le jeu, le bois qu’on scie en bûches qui retentissent sur le pavé des cours, et le coin du feu, et les chats, des lits, des bas, des ivrognes et des parfums de fabrication moderne), mais cela de façon si noble, lointaine, supérieure4.  »

  • 5 « Il est probable que le sonnet a été écrit trop tard pour être inclus dans l’édition de 1861 : sa (...)

5Le titre du poème de Laforgue, «  Recueillement du soir  », est à l’évidence calqué sur celui du célèbre poème de Baudelaire «  Le Crépuscule du soir  ». La construction syntaxique est la même (nom + complément du nom), à cette différence près que l’article défini («  Le  ») est absent chez Laforgue. Toutefois, le titre «  Recueillement du soir  » pourrait tout aussi bien être le résultat d’une sorte de contraction de deux titres de poèmes baudelairiens  : «  Le Crépuscule et soir  » et «  Recueillement  », l’un des sonnets les plus célèbres de Baudelaire, mais non retenu dans l’édition des Fleurs du mal de 1861 et figurant simplement dans les «  Bribes  » du recueil5.

6Mais c’est surtout l’entame du poème de Laforgue qui fait irrésistiblement penser le lecteur – un tant soit peu familier de la poésie française du XIXe siècle – au début si caractéristique du poème de Baudelaire  : dans les deux cas en effet, c’est bien le présentatif «  Voici  », associé à l’avènement du soir, qui ouvre le texte  : «  Voici tomber le soir cher aux âmes mystiques  » // «  Voici le soir charmant, ami du criminel  ».

  • 6 Michael Riffaterre, « La Trace de l’intertexte », La Pensée, n° 215, octobre 1980. Cité par Nathali (...)

7Davantage sans doute que le titre, c’est essentiellement cette entame précise du poème de Laforgue, reprenant en écho celle du «  Crépuscule du soir  » de son illustre aîné, qui oriente le lecteur nécessairement vers l’intertexte baudelairien. Dans la perspective de Riffaterre, ce présentatif marqué et stratégiquement placé à l’ouverture du poème laforguien fait signe vers une «  intertextualité obligatoire  » que «  le lecteur ne peut pas ne pas percevoir, parce que l’intertexte laisse dans le texte une trace indélébile, une constante formelle qui joue le rôle d’un impératif de lecture, et gouverne le déchiffrement du message dans ce qu’il a de littéraire6  ».

8Dans le sillage de Baudelaire, Jules Laforgue évoque donc, à sa manière, tout en la réactualisant, cette «  fièvre de vivre  » qui s’empare de la capitale parisienne, la nuit. Outre les deux titres et les deux entames similaires, des vers tirés des deux textes se font explicitement écho de par leur construction syntaxique même  : «  C’est l’heure calme et triste où les chauves-souris / Dérangent dans l’air bleu les valses des moustiques / Et la fièvre de vivre illumine Paris  » (Laforgue, v. 2-4) // «  C’est l’heure où les douleurs des malades s’aigrissent…  » (Baudelaire, v. 32).

9D’autre part, par sa composition, «  Recueillement du soir  » rappelle immanquablement l’agencement du poème baudelairien. Ici comme là, le début et la fin encadrent la partie centrale du texte, à dominante descriptive, consacrée à l’évocation de certains «  tableaux parisiens  » de nuit  ; ici comme là, la fin est réflexive – quoique à des degrés divers –, tour à tour centrée sur le «  penseur navré  » (figure implicite, chez Laforgue, du poète angoissé, livré à lui-même) ou sur «  l’âme  » du poète, invitée, chez Baudelaire, à «  se recueillir en ce grave moment  » crépusculaire.

10La confrontation des deux poèmes révèle encore un certain nombre de situations et de figures communes  : la Prostitution, la vie cloîtrée à l’hôpital, l’agonie, l’orgie, l’ouvrier, le savant obstiné, le penseur navré.

11Mieux encore, certaines images, métaphores et comparaisons chez Laforgue proviennent tout droit de l’intertexte baudelairien, pris cette fois-ci dans un sens plus large. Contentons-nous d’en relever ici les plus marquantes pour éviter de verser dans l’inventaire pur et simple de ces convergences thématiques.

  • 7 « Quand la terre est changée en un cachot humide, / Où l’Espérance, comme une chauve-souris, / S’en (...)

12L’image des chauves-souris qui «  dérangent dans l’air bleu les valses des moustiques  » se rencontre certes dans «  Le Crépuscule du soir  » baudelairien où «  des «  démons malsains dans l’atmosphère / S’éveillent lourdement, comme des gens d’affaire, / Et cognent en volant les volets et l’auvent  » (v. 11-13), mais également ailleurs chez le poète des Fleurs du Mal, en particulier dans le premier «  Spleen7  ».

13L’image du hurlement bestial de la capitale parisienne («  L’orgie hurle  », v. 17  ; «  Paris hurle emporté par l’Espace rêveur  », dernière strophe chez Laforgue) provient de Baudelaire  : «  Recueille-toi, mon âme, en ce grave moment, / Et ferme ton oreille à ce mugissement  » (dans le dernier mouvement de l’hypotexte baudelairien)  ; l’idée de bestialité est elle-même déjà explicite dans les premiers vers du «  Crépuscule du soir  » où, en une métamorphose coïncidant avec l’avènement de l’ombre, «  […] l’homme impatient se change en bête fauve  » (v. 4).

14Le vers de Baudelaire «  La Prostitution s’allume dans les rues  » donne lieu chez Laforgue à deux strophes indépendantes (strophes 2 et 3)  : «  Tout s’allume  !...  » et «  La Prostitution met du fard sur sa joue  ». De manière remarquable, Laforgue garde la majuscule allégorisante qui affecte chez Baudelaire le terme «  Prostitution  », et qui assimile la prostitution à un réseau puissant, à une pieuvre complexe et souterraine, aux multiples «  issues  ».

15La figure du moine que ronge la frustration physique se rencontre en filigrane chez Baudelaire dans le poème «  Le mauvais moine  » où elle se colore chez le «  mauvais cénobite  » des idées de culpabilité et de remords dans le péché.

16Toutefois, le poème de Laforgue ne saurait être réduit à une répétition mécanique du poème de Baudelaire, encore moins à une imitation servile. Le jeune poète, tout en s’inspirant visiblement du poème de son aîné, garde une certaine liberté à l’égard du modèle tant admiré. Cette liberté se manifeste sur plusieurs plans touchant au volume du texte nouveau, au nombre et à l’ordre des scènes retenues, à la manière dont elles sont agencées, enfin à la vision globale, fédératrice qui les commande et les informe.

17Tout d’abord, s’il puise dans l’intertexte baudelairien un certain nombre de scènes et de situations exemplaires, Laforgue en ajoute d’autres par ailleurs, ce qui allonge considérablement le volume du texte d’arrivée. Le poème de Laforgue est ainsi à peu près deux fois plus long que celui de Baudelaire (60 vers répartis en quinze quatrains d’alexandrins chez Laforgue contre 38 alexandrins seulement chez l’auteur des Fleurs du mal), lequel est de composition bien plus compacte  : pas de disposition en strophes, mais quatre ensembles inégaux de vers, avec, en particulier, un deuxième bloc très dense et très homogène de 24 vers, et deux derniers vers constituant la chute du morceau.

  • 8 Terme employé par Tiphaine Samoyault à propos du mode intertextuel de l’hyperbole identifié par Lau (...)

18À l’origine de cet allongement ou de cette «  boursouflure formelle8  » du nouveau poème, une augmentation du nombre des portraits sur lesquels s’arrête l’imagination de Laforgue. Aux scènes déjà relevées qu’il partage avec «  Le Crépuscule du soir  », «  Recueillement du soir  » ajoute pas moins de neuf situations nouvelles, qui sont dans l’ordre  : le pharmacien (strophe 2), le mendiant (strophe 6), la vieille fille (strophe 7), l’aveugle (strophe 8), l’assassin (strophe 9), l’amoureux et la femme en couches (strophe 11), le moine (strophe 12), enfin, le fou (strophe 13).

  • 9 Gérard Genette, Palimpsestes, La littérature au second degré, Seuil, « Points Essais », 1982, p. 37 (...)

19Pour emprunter la terminologie genettienne, la réécriture laforguienne du poème de Baudelaire se fait ici sur le mode de l’augmentation et, plus précisément, de l’amplification, puisqu’il y a en l’occurrence à la fois extension – ajout de scènes, d’épisodes non présents chez Baudelaire –, mais également et simultanément expansion – allongement du poème, de ses proportions – la Prostitution prenant par exemple dans le texte d’arrivée bien plus de place que dans le texte source  : «  […] ces deux notions d’extension et d’expansion, écrit Gérard Genette dans Palimpsestes, renvoient à des pratiques simples que l’on rencontre rarement à l’état pur  ; et il en va de soi qu’aucune augmentation littéraire un peu conséquente ne s’en tient à l’un de ces types. Il faut donc plutôt considérer l’extension thématique et l’expansion stylistique comme les deux voies fondamentales d’une augmentation généralisée, qui consiste le plus souvent en leur synthèse et en leur coopération, et pour laquelle je réservais le terme classique d’amplification9.  »

20Autre transformation importante apportée à l’hypotexte baudelairien, l’ordre des scènes adopté par Laforgue dans «  Recueillement du soir  » est sensiblement différent de celui à l’œuvre dans «  Le Crépuscule du soir  ». Alors que chez Laforgue, la vie dure de l’ouvrier et celle du savant sont respectivement évoquées au milieu et à la fin du poème, Baudelaire les dépeint dès le début de la partie descriptive du «  Crépuscule du soir  ». La vie des malades à l’hôpital, associée à l’agonie et à la mort, est évoquée dans la quatrième strophe chez Laforgue, alors qu’elle l’est chez Baudelaire dans les derniers vers du «  Crépuscule du soir  » et précède immédiatement la chute à la fois nostalgique et pathétique du poème.

21De plus, les saynètes de nuit évoquées par Laforgue sont juxtaposées, indépendantes les unes des autres alors que, chez Baudelaire, elles sont intimement liées, conjointes, voire mêlées, grâce, notamment, aux subtiles articulations syntaxiques.

  • 10 À propos des valeurs de la conjonction de coordination « et », voir, dans une perspective à la fois (...)

22Ce «  liant  » tout baudelairien est obtenu, en particulier, dans «  Le Crépuscule du soir  », par la comparaison – figure de choix chez le poète – et par l’emploi récurrent, en début de vers, de la simple mais efficace conjonction de coordination «  et  », à valeur dynamique d’enchaînement et de relance10.

23Contrairement au dynamisme et à l’effet de quasi-concomitance qui marquent les scènes du «  Crépuscule du soir  » de Baudelaire et rendent compte d’un véritable spectacle mouvant de la capitale parisienne de nuit, les scènes rigoureusement et assez mécaniquement juxtaposées de «  Recueillement du soir  » frappent au contraire par leur autonomie, leur immobilité et leur statisme.

24Autre différence notable entre les deux textes, Laforgue choisit de brosser le portrait de personnages types (largement stéréotypés), en recourant fréquemment à des noms au singulier (le mendiant, la vieille fille, l’aveugle l’assassin, l’ouvrier, le moribond, le moine, le savant, le fou, le penseur), tandis que Baudelaire préférait résolument fondre les différentes scènes du «  Crépuscule du soir  » dans une vision d’ensemble, moins soucieuse de détail que d’harmonie et d’unité de ton. C’est d’ailleurs à cette volonté précise qu’il faudrait rattacher l’emploi marqué de termes au pluriel, l’exploitation du sens auditif (qui inscrit plusieurs scènes dans une sorte de simultanéité), la fréquence de l’énumération et de l’accumulation, autant de procédés et de figures qui dotent l’évocation poétique d’une homogénéité et d’une unité d’effet remarquables, nettement moins présentes dans «  Recueillement du soir  » du jeune Laforgue.

  • 11 Robert Smadja, « Faulkner, Absalon, Absalon! Richard Millet, L’Amour des trois sœurs Piale », dans (...)

25Analysant les liens intertextuels qui unissent le roman de William Faulkner Absalon, Absalon et celui de Richard Millet L’Amour des trois sœurs Piale, Robert Smadja rappelle à juste titre que «  la démarche ne doit pas être statistique ou de recension  »  ; elle doit plutôt être «  une démarche de structure qui, dépassant elle-même la comparaison des structures des deux romans, s’attachera à ne plus considérer que le roman de Millet en lui-même pour cerner sa double et indissociable caractéristique d’identité dans la différence et de différence dans l’identité11  ».

  • 12 Ibid., p. 404.

26Une question se pose alors dans le sillage ouvert par les réflexions du critique  : «  Recueillement du soir  » de Laforgue repose-t-il sur «  une vision intérieure suffisamment puissante et originale  » qui puisse «  l’arracher d’emblée à la pesanteur de son modèle  » baudelairien, et donc au statut inférieur de simple «  copie  », de «  reprise  » ou de «  pâle répétition12  »  ?

  • 13 « L’énonciation laforguienne, écrit Jean-Pierre Bertrand, est entêtée : elle ne se limite pas à pre (...)

27La question est d’autant plus épineuse et complexe que Laforgue n’opte pas de prime abord pour une démarche très originale en reprenant un topos particulièrement usé, celui du crépuscule (du soir), avec le risque évident et prévisible de verser dans le déjà dit et le cliché13.

  • 14 Judith Schlanger, La Mémoire des œuvres, Nathan, « Le texte à l’œuvre », 1992, p. 36.

28S’interrogeant dans La Mémoire des œuvres sur la pertinence de la réactualisation du topos ou du «  lieu partagé  », Judith Schlanger écrit  : «  À ce stade, la publication d’un nouveau coucher de soleil n’est pas destinée à un lecteur neuf, mais à un lecteur initié et compétent. Pourquoi une description de plus…  ? Au connaisseur, le lieu “coucher de soleil” pourra donner un plaisir essentiellement ludique  : celui de la variation dans la conformité (la même chose mais autrement). Ce qui conduira le lecteur à goûter l’ingéniosité dans la contrainte et la difficulté surmontée  ; mais surtout à valoriser la surprise, la note ou la résolution inattendues, l’innovation acceptable qui joue sur les limites d’identité du lieu. Justement parce que l’englobant reste diffus même lorsqu’il est explicitement codifié, ce qui est perçu avant tout dans la conformité, c’est l’écart (peut-être infime) de la nouveauté et de l’invention14.  »

29Pour revenir à Laforgue, il nous semble que dans «  Recueillement du soir  » cette «  note inattendue  » ou cet accent caractéristique résident dans quelques traits spécifiques, par lesquels le jeune poète se démarque assez nettement de l’hypotexte baudelairien et fait entendre une voix originale.

30L’inversion initiale du symbolisme du soir, désormais «  cher aux âmes mystiques  », et non plus, comme chez Baudelaire, «  ami du criminel  » doit ici être remarquée et soulignée. Chez Baudelaire, le soir «  charmant  » était associé, non sans une pointe d’humour et de provocation, à l’univers repoussant du crime  ; chez Laforgue, il est désormais rattaché, selon un symbolisme plus conventionnel et plus «  sage  », aux «  âmes mystiques  », à la rêverie et à la méditation.

31Tout se passe ainsi comme si, conscient du sérieux doute qui pourrait peser sur l’originalité de son poème, Laforgue avait voulu s’en défendre à l’avance en inversant radicalement (trop  ?) le symbolisme du soir. Ce renversement symbolique est d’autant plus capital qu’il inaugure le poème de Laforgue et en oriente donc toute la lecture.

32Deuxième trait particulièrement novateur chez Laforgue, l’organisation interne du poème frappe par son aspect morcelé, disparate, chaque strophe dans le texte renvoyant, selon une apparente autonomie, à une situation ou à un personnage, sans qu’il soit possible d’établir un quelconque lien immédiat entre ces scènes, autre que leur inscription urbaine et leur négativité essentielle. Contrairement au «  Crépuscule du soir  » où Baudelaire déploie une vision unifiante, homogène des différentes scènes du Paris nocturne, «  Recueillement du soir  » dresse méthodiquement et le plus objectivement possible des portraits de personnages qui sont autant de solitaires, de marginaux ou de parias livrés à eux-mêmes, dans une vision qui renvoie à l’évidence à un monde en pleine mutation et lui-même éclaté et fragmenté.

  • 15 Rappelons que « Le Crépuscule du soir » figure dans la section « Tableaux parisiens » des Fleurs du (...)
  • 16 Dans Mélanges posthumes, op. cit., p. 10. Cité par Jean Pierrot, « Laforgue, décadent ? », op. cit. (...)
  • 17 Significativement, l’image, dynamique chez Baudelaire, des « voleurs » en train de sévir et de « fo (...)

33Le dynamisme et l’agitation perceptibles dans «  Le Crépuscule du soir  » de Baudelaire sont supplantés dans le poème de Laforgue par une impression pesante de silence et de stagnation, comme si Laforgue, d’abord sensible dans la poésie de Baudelaire aux thèmes de l’ennui et du dégoût de la vie, avait relu «  Le Crépuscule du soir  » en y surévaluant le poids du spleen15. Ce qui explique qu’il ait supprimé dans l’hypotexte baudelairien presque toute idée de vie et de dynamisme et qu’il ait inoculé à son «  Recueillement du soir  » cette fameuse «  atrophie du vouloir16  » à laquelle il s’est condamné et dont il s’est toujours plaint. Plutôt que la «  fièvre de vivre  » annoncée dès son entame, le poème de Laforgue évoque ainsi essentiellement, et assez contradictoirement, un mal et une langueur incurables de vivre17.

34Ainsi, les personnages mis en scène par Laforgue sont essentiellement taciturnes, repliés sur eux-mêmes, prostrés, comme interdits  ; chaque strophe dans «  Recueillement du soir  » peint ainsi une figure, mais en la figeant et en la frappant symboliquement de mort. Profondément mélancoliques, toutes ces scènes sont remarquablement situées sous le signe de la régression, de la répétitivité et du ressassement  : le mendiant «  regagne son trou  »  ; l’assassin «  revoit son passé fleuri de quelque idylle  »  ; la femme battue «  revient du lavoir  »  ; le moine «  va et vient  » (tourne en rond)  ; le savant, en un geste répétitif, «  défait les bandelettes de la momie  ».

  • 18 « Le poème, écrit excellemment Judith Schlanger, introduit donc une variante qui ne diffère des aut (...)

35Enfin, et c’est peut-être l’un des traits d’innovation les plus importants, le poème de Laforgue fait entendre dans son finale une note tout à la fois imprévisible et inédite, qui l’arrache à sa globale monotonie descriptive et le distingue nettement de l’hypotexte baudelairien18  : sur le mode hyperbolique, le hurlement sauvage de la capitale parisienne résonne en effet comme un cri cosmique «  emporté par l’Espace rêveur  ». Cet agrandissement d’échelle démesuré, cette ultime plongée dans le cosmique semble avoir pour fonction de diluer le sentiment d’angoisse ou de pathétique que le poème aurait pu inspirer dans le sillage de l’hypotexte baudelairien. Ainsi, tandis que l’angoisse et l’introspection sont très sensibles dans «  Le Crépuscule du soir  », en particulier dans les derniers vers, où le sujet poétique se dédouble et s’adresse à son âme pour l’inviter à «  se recueillir  » dans la gravité et la solennité du moment crépusculaire, l’angoisse existentielle – et la dimension proprement réflexive et lyrique – est noyée chez Laforgue dans la litanie finale des interrogations lancées par le rêveur solitaire, figure du poète lui-même  : «  Tout est-il seul  ? Quelqu’un veille-t-il quand tout dort  ?  »

  • 19 Plus précisément ici, le « je » est médiatisé par le « il » du « penseur navré » et solitaire. À pr (...)

36Alors que dans «  Le Crépuscule du soir  », le «  je  » poétique, explicitement absent de la majeure partie descriptive du texte (réduit alors qu’il est au statut d’observateur), finit – comme souvent chez Baudelaire – par sortir de son anonymat pour s’affirmer nettement dans les tout derniers vers sur le mode de l’introspection et du dédoublement, l’ultime échappée cosmique coïncide au contraire dans le poème de Laforgue avec un quasi-effacement du «  je  », médiatisé toutefois par le «  il  » du «  penseur navré  » et solitaire19.

*
* *

  • 20 Ibid., p. 81.

37Si «  Recueillement du soir  » peut bien apparaître comme une réécriture du «  Crépuscule du soir  » de Baudelaire, encore faut-il ajouter que cette réécriture révèle au grand jour toutes les contradictions esthétiques du jeune poète tiraillé entre son admiration pour les grands modèles et son désir de trouver sa voix (e) personnelle. La réécriture de Baudelaire par Laforgue n’est ni une pâle copie, ni une imitation servile, elle est tout entière tendue par une volonté de démarcation à l’égard de l’hypotexte. Si Laforgue s’arrête sur des scènes, des images et des figures ayant déjà retenu l’imagination et la sensibilité de Baudelaire, il les ordonne et les décrit de manière nouvelle, étant plus sensible à leur aspect figé, statique et morcelé qu’à à leur dynamisme et à leur unité de ton. Le saut ultime et inopiné dans le Cosmique n’est pas là uniquement pour atténuer le pathos éventuel  ; le cri hyperbolique qui l’accompagne fait déjà signe vers l’écriture libérée, oblique et déconcertante qui sera à l’œuvre dans Les Complaintes : «  Le cri, écrit Jean-Pierre Bertrand, parce qu’il défie le silence et opère un retour à l’origine de la parole innocente, inaugure une écriture nouvelle20.  » À défaut d’une voix poétique tout à fait personnelle, la réécriture de Baudelaire par Laforgue aura débouché sur un cri désespéré, mais ô combien libérateur.

Haut de page

Notes

1 L’expression figure dans une lettre écrite à Gustave Kahn, datée du 18 janvier 1885.

2 Les Complaintes suivi de Premiers poèmes, édition Poésie/Gallimard, présentée, établie et annotée par Pascal Pia, 1979, p. 14.

3 Daniel Grojnowski, « Le Démon de l’originalité », dans Laforgue aujourd’hui, textes réunis et présentés par James Hiddleston, José Corti, 1988, p. 14.

4 Lettre à Gustave Kahn, dans Mélanges posthumes, Mercure de France, 1903, p. 111-112. Cité par Jean Pierrot, « Laforgue, décadent ? », dans Laforgue aujourd’hui, op. cit., p. 46.

5 « Il est probable que le sonnet a été écrit trop tard pour être inclus dans l’édition de 1861 : sa composition serait donc datée de cette année-là. Il se situe dans le prolongement du Crépuscule du soir en vers, in « Notice, notes et variantes », Œuvres complètes (désormais OC), texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois avec la collaboration de Jean Ziegler, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1975-1976, 2 vol. La référence est désormais donnée immédiatement après la citation, le chiffre romain renvoyant au tome, le chiffre arabe à la page : I, p. 1109.

6 Michael Riffaterre, « La Trace de l’intertexte », La Pensée, n° 215, octobre 1980. Cité par Nathalie Piégay-Gros, Introduction à l’intertextualité, Dunod, 1996, p. 16.

7 « Quand la terre est changée en un cachot humide, / Où l’Espérance, comme une chauve-souris, / S’en va battant les murs de son aile timide / Et se cognant la tête à des plafonds pourris ; », « Spleen », poème LXXVIII des Fleurs du mal, op. cit., I, p. 75. À propos de cette image, notons que « Spleen » qui date de 1857, réécrit « Le Crépuscule du soir », qui a probablement été rédigé entre septembre 1851 et le début de janvier 1852 : est particulièrement frappante et décisive à cet égard la reprise, sur le mode pronominal, du verbe « cogner » qui renvoie tour à tour aux « démons malsains » et aux « chauves-souris ».

8 Terme employé par Tiphaine Samoyault à propos du mode intertextuel de l’hyperbole identifié par Laurent Jenny, dans L’Intertextualité. Mémoire de la littérature, Armand Colin, 2005, p. 28.

9 Gérard Genette, Palimpsestes, La littérature au second degré, Seuil, « Points Essais », 1982, p. 375.

10 À propos des valeurs de la conjonction de coordination « et », voir, dans une perspective à la fois différente et complémentaire, les pages de Gérard Genette commentant l’analyse proustienne du style de Flaubert, dans Palimpsestes, op. cit., en particulier,
p. 148-151.

11 Robert Smadja, « Faulkner, Absalon, Absalon! Richard Millet, L’Amour des trois sœurs Piale », dans La Littérature dépliée. Reprise, répétition, réécriture, textes réunis par Jean-Paul Engélibert et Yen-Maï Tran-Gervat, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2008, p. 403.

12 Ibid., p. 404.

13 « L’énonciation laforguienne, écrit Jean-Pierre Bertrand, est entêtée : elle ne se limite pas à prendre acte d’une parole barrée, elle affirme la volonté de dire quand même, en dépit du déjà dit », « Se taire ou se dire », dans Laforgue aujourd’hui, op. cit., p. 77.

14 Judith Schlanger, La Mémoire des œuvres, Nathan, « Le texte à l’œuvre », 1992, p. 36.

15 Rappelons que « Le Crépuscule du soir » figure dans la section « Tableaux parisiens » des Fleurs du mal et ne peut être tenu, à proprement parler, pour un poème exemplaire du spleen baudelairien. 

16 Dans Mélanges posthumes, op. cit., p. 10. Cité par Jean Pierrot, « Laforgue, décadent ? », op. cit., p. 33.

17 Significativement, l’image, dynamique chez Baudelaire, des « voleurs » en train de sévir et de « forcer doucement les portes et les caisses » est absente dans « Recueillement du soir » de Laforgue.

18 « Le poème, écrit excellemment Judith Schlanger, introduit donc une variante qui ne diffère des autres que par une nuance. Un écart de détail qui ne touche pas au cadre du jeu, une notation qui ne remet absolument pas en cause la formule poétique qu’elle illustre. Dans ce scénario, posons que cette notation est tout de suite remarquée comme réussie et neuve. Pour ceux qui l’apprécient (lecteurs, poètes, critiques), le poème ressort sur la masse des autres : en ce sens, il fait événement », dans La Mémoire des œuvres, op. cit., p. 44.

19 Plus précisément ici, le « je » est médiatisé par le « il » du « penseur navré » et solitaire. À propos du personnage analogue du « pauvre fou qui veille » dans un autre poème de Laforgue intitulé « Apothéose », Jean-Pierre Bertrand écrit très justement : « L’anonymat est ici révélateur du refus d’assigner au poète une quelconque sacralité : sa valeur est à la mesure de sa solitude et de sa précarité. Le poète est avant tout un paria (ce motif se retrouve dans de nombreux autres textes). Plus encore : le poète est un “Il”, c’est-à-dire un être écarté de toute interlocution, de tout dialogue. », « Se taire ou se dire », dans Laforgue aujourd’hui, op. cit., p. 75.

20 Ibid., p. 81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Makki Rebai, « Le crépuscule palimpseste : quand Laforgue réécrit Baudelaire »Littératures, 74 | 2016, 77-87.

Référence électronique

Makki Rebai, « Le crépuscule palimpseste : quand Laforgue réécrit Baudelaire »Littératures [En ligne], 74 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/537 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.537

Haut de page

Auteur

Makki Rebai

Makki Rebai, docteur ès lettres, auteur d’une thèse intitulée Le Nocturne dans la poésie de Charles Baudelaire (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II, 2007), est maître-assistant au département de français de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sfax (Tunisie), membre du laboratoire de recherche Approches du Discours de l’Université de Sfax et membre associé du CELIS de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Il est l’auteur de nombreux articles consacrés à Baudelaire, Zola, Daudet, Thomas Mann, David Herbert Lawrence et Oscar Wilde. Ses recherches actuelles portent sur la poésie française moderne et contemporaine et, plus particulièrement, sur la nuit et le nocturne dans la littérature et les arts.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search