Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Dossier - Pratiques et enjeux de ...Écrire ou réécrire l’Histoire ?Failles de Yanick Lahens : du mot...

Dossier - Pratiques et enjeux de la réécriture
Écrire ou réécrire l’Histoire ?

Failles de Yanick Lahens : du mot au livre, une médiation de l’actualité

Alain Obame Mezui
p. 103-112

Résumé

Comment écrire après la catastrophe naturelle ? Quel est le pouvoir des mots sur l’horreur ? Autant de questions auxquelles le texte de Yanick Lahens, Failles, tente de répondre. Pour y arriver, l’écrivaine haïtienne se saisit du présent pour réécrire l’histoire de son pays. L’écriture lui offre la possibilité de dire l’évènement sans tomber dans le pathos. Chez Lahens, la réalité se met au service de l’imagination. L’auteure opère une traversée imaginaire de son île pour décrire, outre la faille géologique actuelle, d’autres failles d’une société exsangue. Le séisme du 12 janvier 2010 devient un motif littéraire pour réécrire l’histoire d’Haïti. Elle est l’occasion de repenser le monde tel qu’il va, de poser des questions de fond (des relations entre les pays pauvres et les riches). Pour la romancière haïtienne, la littérature est un moyen de repousser les frontières du drame, de le dé-hanter, de l’habiter par la pensée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Yanick Lahens, Failles, Paris, Sabine Wespieser, 2010. Abrégé F pour les références.
  • 2 Propos rapporté par Valerie Marin La Meslée, dans son avant propos au volume Haïti parmi les vivant (...)

1Après le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti, Yanick Lahens présente à Port-au-Prince lors du drame, comme d’autres survivants de la catastrophe, a retrouvé le chemin de l’écriture. Dans son livre intitulé Failles1, paru en octobre 2010 aux éditions Sabine Wespieser, l’écrivaine haïtienne revient sur ce que Dany Laferrière avait nommé «  le moment Haïti2  ».
Ce court récit, mû par la double nécessité d’écrire l’horreur et de la surmonter, apparaît comme une médiation de l’actualité. Pour Yanick Lahens, écrire le tremblement de terre consiste à s’arracher de la simple contemporanéité du discours, à s’extraire de la saturation des images pour s’inscrire dans l’après catastrophe. Il s’agit de dire, mieux que la presse ou les tiers témoignages, la part de la littérature, de reprendre l’actualité du séisme et d’y insérer sa touche personnelle. Mais, comment l’écrivaine parvient-elle à réaliser un tel projet  ? Par quelles stratégies littéraires  ? Notre réflexion s’articule autour de deux axes. Le premier point intitulé «  d’une faille à une autre  » nous permet de montrer comment l’écrivaine relie l’actualité à l’histoire. Le deuxième axe intitulé «  configurations narratives  : le travail de la fiction  » nous donne l’occasion de lire le travail de l’imaginaire sur la réalité du séisme. Autrement dit, ce point nous permettra de voir comment le texte de Lahens met en forme une expérience vécue en la confrontant au travail d’autres auteurs pour restituer et communiquer des émotions et des sensations.

D’une faille à une autre

  • 3 Yanick Lahens présente Failles – Librairie Mollat au festival America 2009, <http://www.swediteur.com/> (mis en ligne le 4 nov</http> (...)
  • 4 Collectif publié à Paris, Actes Sud, 2010.

2Né d’une réflexion sur la manière de surmonter le drame, Failles n’est pas seulement un livre de témoignage. Il se veut, comme le précise l’auteure elle-même, «  une facture littéraire3  », une manière de repenser le séisme par le biais de la littérature  : «  si j’arrête d’écrire, confie-t-elle, le malheur aura été doublement victorieux  ». La littérature, disait Valérie Marin La Meslée en avant-propos du livre Haïti parmi les vivants4, «  donne à imaginer l’inimaginable  ». Pour traduire un évènement aussi brutal et violent qu’une catastrophe naturelle, le recours à la littérature s’avère nécessaire. La littérature ou l’art se présentent comme le seul moyen susceptible d’appréhender l’inimaginable, de représenter l’irreprésentable, de rendre compte d’une réalité qui échappe et contraint ses victimes au silence.

  • 5 Ibid., p. 16.

3Le livre sonne d’abord comme un témoignage. Et pour cela, Failles est un texte d’obligation. Puis, une lecture attentive du texte nous plonge au cœur d’une incroyable imagination déployée tout au long de l’œuvre pour décrire le séisme. Une imagination qui trouve un écho favorable dans l’histoire d’Haïti. Pour aborder l’écrasante actualité du séisme, l’écrivaine met en place une stratégie d’écriture qui consiste à dire le présent tout en se tournant vers le passé. Dans ce passé, pas une seule faille, mais plusieurs : «  […] dans ma tête des images défilent en clair-obscur : Haïti. Pas une mais deux failles. Une histoire particulière, si particulière » (F, 30). C’est donc à partir de cette histoire si particulière et de ses autres failles que Yanick Lahens aborde l’écriture de ce livre. Et ce n’est pas pour elle un moyen d’esquiver l’actualité. Au contraire, elle veut interpeller la faille actuelle hors de sa portée immédiate : « comment dans ces pages ne pas laisser le dehors, l’inconnu qui surprend, dérange, déplace les bornes5 », se demande-t-elle. L’écrivaine veut élargir les bornes de son malheur pour l’inscrire dans l’histoire. Avec Yanick Lahens, l’écriture devient une forme de médiation culturelle. Par médiation culturelle, il faut surtout entendre les relations fécondes, parfois complexes et non univoques, que le texte littéraire entretient avec une société, un type de culture à un moment historique donné.

4Avec Failles, Yanick Lahens croise son expérience avec l’histoire de son pays. Avec ce livre où se donnent à lire les différentes tensions de la société haïtienne, l’écrivaine transforme sa douleur personnelle en une douleur commune. Elle fait une traversée à la fois rapide et profonde des réalités de son pays. Ici, la faille devient un motif d’écriture, une raison de faire de la littérature, comme si la douleur véhiculée par le temps présent fécondait son imagination, nourrissait ses rêves et réactualisait ses ambitions.

  • 6 En faisant référence aux multiples failles qui traversent la société haïtienne : sociale, politique (...)

5Déjà, le titre lui-même constitue un puissant indicateur. «  Failles6  », écrit au pluriel, montre que la tragédie du 12 janvier 2010 a laissé émerger, outre la faille géologique, d’autres fissures que l’écrivaine voudrait faire lire dans son livre. En effet, dès le deuxième chapitre du récit, l’écrivaine revient sur son projet d’écriture que le mot «  failles  » est venu réorienter. Quelques heures après la catastrophe, Yanick Lahens, comme ses compatriotes, a retroussé ses manches, aidé et secouru avant de retrouver le chemin de l’écriture. Pendant huit mois, elle prend des notes sans trop savoir où cela la conduira jusqu’à ce qu’un jour, un mot s’impose à elle, la guide au milieu des décombres de sa mémoire, de ses doutes et interrogations, de ses préventions à écrire sur le malheur  : «  Failles, un mot comme jamais entendu avant le 12 janvier 2010. Pas de cette façon-là. Un mot trou noir. Un mot sang. Un mot mort. Un mot ouvrant soudain en moi des résonances insoupçonnées.  » (F, 16).

  • 7 Florian Alix, « Le séisme haïtien en littérature », in ELFe XX-XXI (Études de littérature française (...)
  • 8 Florian Alix enseigne la littérature francophone à l’université Paris-Sorbonne. Il mène ses activit (...)

6Un mot pluriel à l’image de ce livre où se mêlent récit intime, ébauche de roman, témoignages et réflexions. Un livre hybride mû par le souci de se souvenir, de raconter, loin de toute exotisation ou de toute forme de misérabilisme, et de comprendre les maux et les impasses d’une société exsangue. Chez Lahens, tout part donc d’un mot. Mais, ce mot «  n’est pas un simple jeu de langage7  », selon Florian Alix8. En pensant à l’acte d’écrire, l’écrivaine relie le présent de sensations personnelles à l’histoire de sa communauté  : «  À l’écoute de cette simple syllabe, je ne peux m’empêcher de regarder là, sous mes pieds. À l’écoute de cette simple syllabe, j’hallucine et sentirai comme des milliers d’autres, des jours durant, la terre trembler sous moi.  » (F, 16).

7L’anaphore « À l’écoute de cette simple syllabe » permet d’insister sur le lien qu’un mot peut entretenir avec toute une communauté. Avec Failles, Yanick Lahens retrouve sa communauté, son identité même. Mais l’auteure n’écrit pas seulement pour les haïtiens, elle écrit aussi pour le monde et ses malheurs. Chez elle, l’écriture permet de « rapatrier ce malheur à sa vrai place. Au centre. » En d’autres termes, l’écrivaine haïtienne use de ce séisme haïtien pour aborder «  les urgences de fond  » (F, 71) entre pays pauvres et pays développés.

8En effet, l’écrivaine pointe du doigt le poids historique d’Haïti, quant à la colonisation française et le parcours singulier de son peuple. Mais encore une fois, il s’agit là d’une entreprise réparatrice qui met l’ordre dans le chaos de l’émotion vive, puisque «  Haïti n’est pas une périphérie. Son histoire fait d’elle un centre.  » (F, 70). En outre, l’écriture de Lahens, non seulement rectifie le bouleversement, mais aussi atténue la laideur perpétrée par une «  certaine presse, tenue par la vitesse, [qui] ne supporte pas les nuances, [...] avide de ces images qui nourrissent le voyeurisme, comportent le racisme ou l’idée de la malédiction divine.  » (85). D’où vient l’entrée en scène de la littérature qui doit avoir «  sa part et sa part belle  » (66). Cela signifie que le texte littéraire doit, mieux que les discours de la presse, traduire les réalités profondes de la société et réinventer, à partir des ruines, une société réconciliée avec elle-même.

  • 9 Elle a été coordinatrice des activités d’une plateforme de la société civile, action qui a été salu (...)

9Yanick Lahens est une citoyenne engagée sur le terrain des actions9. Par expérience, elle sait que l’une des failles de la société haïtienne, «  c’est le scandale de sa pauvreté  » (F, 13). Pour elle, il n’existe pas de plus grande faille que celle-là  : «  Je ne connais pas de faille historique et sociale plus grande que celle-là.  » (69). Parce que le pays est très pauvre, il ne pouvait faire face à la brusquerie d’un tel phénomène. Voilà pourquoi dans ce récit elle consent à faire, à l’instar de René Char, «  la santé du malheur  » de son pays. Comme René Char, elle croit au pouvoir des mots, de la littérature pour transformer le malheur en une source de lumière. La littérature communique des émotions malgré l’accablante actualité et postule au partage. Daniel Maximin, reprenant le philosophe et essayiste martiniquais René Ménil, disait à propos de l’identité antillaise  : «  Nous ramassons des injures pour en faire des diamants.  » Chez Maximin, l’identité antillaise est le fruit de son histoire. Une histoire faite de douleurs et d’humiliations (avec l’esclavage, les colonisations anglaises, françaises et espagnoles, etc.). Mais Maximin en appelle aussi au dépassement. Il milite pour une littérature engagée, où les mots deviennent selon le vœu de Brice Parain les «  pistolets chargés  », et écrire devient synonyme de tirer. Aimé Césaire parle des «  armes miraculeuses  » pour retourner les violences et malheurs en résistance, en création esthétique et poétique. C’est dans cette foulée que Yanick Lahens tente de réécrire le discours sur la pauvreté haïtienne. Mais, pour elle, la pauvreté haïtienne n’est pas le fruit d’une quelconque malédiction divine. Elle relève avant tout d’une succession de hasards. Le premier de ces hasards est géologique  : «  Hasard géologique qui nous a fixés sur la faille dantesque des séismes » (F, 69). Le second est géographique  : «  […] hasard géographique qui nous a placés sur la route des cyclones en nous sommant, en sommant le monde de repenser à chacune de ces catastrophes, les causes profondes de la pauvreté.  » (69).

10En dernier ressort, Yanick Lahens parle du hasard historique. Cet autre hasard se présente, non seulement comme la matrice de la nation haïtienne, mais aussi comme l’élément déclencheur de toutes les animosités que subit cette île fière et audacieuse :

Hasard historique qui nous a amenés à réaliser l’impensable au début du XIXe siècle, une révolution pour sortir du joug de l’esclavage et du système colonial. Notre révolution est venue indiquer aux deux autres qui l’avaient précédée l’américaine et la française, leurs contradictions et leurs limites, qui sont celles de cette modernité dont elles ont dessiné les contours, la difficulté à humaniser le Noir et à faire de leurs terres des territoires à part entière. À la démesure du système qui nous oppressait nous avons répondu par la démesure d’une révolution. Pour exister. Exister, entre autres, au prix d’une dette à payer à la France, au prix d’une mise au ban des nations. (F, 69-70)

11Là encore, l’écrivaine et citoyenne haïtienne affiche ses positions en même temps qu’elle fait entendre sa voix. Elle qui n’a jamais abdiqué son énergie et son talent au service d’une Nation qu’elle déclare pourtant aimer  : «  Et je l’aimais dans ces minutes fugaces où une journée inondée de lumière coule jusqu’à un crépuscule alangui de mauve et d’orange.  » (F, 12)

  • 10 Homi Bhabha, Les Lieux de la culture, Une théorie postcoloniale, Payot, 2007, p. 83. Le livre fut d (...)
  • 11 Marie Cuillerai, « Le Tiers-espace : une pensée de l’émancipation ? », Acta fabula, vol. 11, n° 1, (...)

12Cela l’amène à recentrer le débat autour de la question de la modernité telle que pensée par ses «  pères fondateurs  ». Idée qui, somme toute, s’est soldée par un échec, du moins pour ce qui est des peuples Noirs et qui s’est transformée en un système d’oppression des plus faibles  : «  À la démesure du système qui nous oppressait nous avons répondu par la démesure d’une révolution.  » (F, 70). Dans son livre Les Lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Homi K. Bhabha met en garde toute modernité qui n’intègre pas l’autre dans sa construction idéologique  : «  l’un des caractères marquants du discours colonial est sa dépendance au concept de “fixité” dans la construction idéologique de l’altérité10.  » Autrement dit, Homi Bhabha invite l’Occident à sortir du modèle colonial de la représentation de l’Autre. Et cette sortie passe selon lui par la déconstruction des structures de pensée et des logiques héritées de la domination coloniale. Bhabha cherche à construire une pensée de l’espace tiers, comme «  une pensée de l’émancipation11  », qui s’affranchit des schémas habituellement servis, schémas qui opposent les corps sociaux (classe, races ou genres).

  • 12 Homi Bhabha, préface la nouvelle traduction des Damnés de la terre. Cité par Marie Cuillerai « Le T (...)

Le désir de descendre dans un territoire étranger […] peut révéler que la reconnaissance de l’espace différenciant de l’énonciation ouvre éventuellement la voie à la conceptualisation d’une culture Internationale, fondée non pas sur l’exotisme du multiculturalisme ou la diversité des cultures, mais sur l’inscription et l’articulation de l’hybridité de la culture… En explorant ce tiers espace, nous pouvons éluder la politique de polarité pour une autre politique, et enfin émerger comme les autres de nous-mêmes12.

13D’un mot, à travers Failles, Yanick Lahens trouve l’occasion d’affirmer une autre image d’Haïti que celle véhiculée par la litanie de clichés souvent servis. Partant des ruines laissées par le séisme, l’écrivaine tente de réinventer sa ville, de réécrire l’histoire de son pays. Dans ce livre où l’écriture transite tous les corps (sociaux, politiques, économiques, etc.), Yanick Lahens fait triompher la parole poétique au milieu des décombres et insuffle à sa douleur une ode douce.

Configuration narrative  : le travail de la fiction

  • 13 Florian Alix, ELFe XX-XXIe siècles, op. cit., p. 137.

14La littérature, disait Florian Alix, est une médiation de l’actualité13  : elle met en forme une expérience vécue en la confrontant au travail d’autres auteurs pour restituer et communiquer des émotions et des sensations. À cet effet, on ne saurait donc l’opposer au témoignage, poursuit Florian Alix, comme simple artifice de langage. Bien au contraire, elle permet d’en élargir l’horizon pour l’inscrire dans la mémoire interculturelle. La littérature se superpose donc au témoignage en même temps qu’elle renforce sa pérennité. Parce que l’écrivain, dans le circuit de son imagination, peut transformer une expérience unique en plusieurs autres et ouvrir ainsi sa communicabilité. Et ce rôle de la littérature ne se réduit pas à la scénographie énonciative ou à l’intertextualité. Il s’agit aussi pour l’écrivaine haïtienne d’user de procédés de mise en fiction dans son texte.

15En effet, Yanick Lahens insère dans son livre quelques citations de son roman La Couleur de l’aube, un roman elle construit l’allégorie d’un pays où la monstruosité voudrait se faire loi. Par ce geste de rapprochement, Lahens tente de réécrire les malheurs d’Haïti, améliore son texte, le corrige d’un point de vue rhétorique et stylistique. Contrairement à La Couleur de l’aube où l’auteure s’attache à dire la contiguïté malodorante des corps, la mélancolie des regards, la violence des jours, Failles se construit dans un style qui privilégie la douceur, où la fiction reprend vite ses droits. La reprise de cette phrase du roman «  L’Apocalypse a déjà eu lieu tant de fois dans cette île  » (F, 27) vise à «  défataliser  » le drame, place la fiction au-dessus de la réalité.

16Aussi le récit fait-il alterner les chapitres où elle relate les résonnances et les conséquences du séisme avec les fragments de Guillaume et Nathalie, un roman qu’elle projetait d’écrire avant que le séisme ne lui impose un autre récit. Le roman qu’elle finira par publier trois ans plus tard, c’est-à-dire en avril 2013 chez la même Sabine Wespieser, lui permet de s’arracher de la dictature des circonstances pour imaginer une rencontre entre un homme et une femme. Une rencontre où l’amour garde les marques de son authenticité :

L’une de celles qui ravivent le goût de l’impossible. L’une de celles qui traînent leur cortège de surprises, de paradoxes, d’érotisme et de déraison. Dans cette ville où, comme dans d’autres villes, une certaine idée de l’amour a été façonnée par les livres, les chansons et le cinéma. Mais où les données du malheur universel sont immédiates ou vous rattrapent juste un peu plus vite qu’ailleurs. (F, 54)

17Dans ce récit, Yanick Lahens voudrait saisir l’écriture hors de sa portée immédiate. «  Comment écrire, s’interroge-t-elle, sans déplacer les bornes du malheur, sans tomber dans l’enrôlement des clichés longtemps servis  ?  » L’écrivaine haïtienne rappelle ainsi la fragilité de l’écriture  : elle permet de reconstruire la ville, cadre de l’intrigue romanesque, en imaginaire. Mais cette écriture reste inachevée. La fiction hante l’actualité comme pour ranimer les vies, encore fragiles. Elle ouvre aussi un possible, celui de retrouver l’écriture et de retrouver la ville dans un proche avenir, puisque le roman Guillaume et Nathalie sera finalement publié. Avec ce roman pétri de tendresse pour son pays, Yanick Lahens signe la victoire de la vie et de l’écriture sur le malheur.

18De même, pour écrire le séisme, l’écrivaine s’attèle avec ses «  amis du samedi matin  » (F, 80) à la lecture de plusieurs autres textes. L’un d’entre eux, Allah n’est pas obligé, lui permet de retourner l’actualité, d’opérer une traversée des continents pour essayer de croiser les malheurs de son temps et les dépasser. Le livre d’Ahmadou Kourouma, écrivain ivoirien, raconte la guerre civile qui a eu lieu au Libéria et en Sierra Leone de mars 1991 à janvier 2002. Birahima, le héros du livre, fait partie de ces orphelins qui ont tout perdu et n’ont d’autre recours, malgré leur jeune âge, que de devenir des sortes de mercenaires dans les guerres tribales qui déchirent des pays comme le Liberia ou la Sierra Leone, les fameux «  enfants-soldats  ». Le tableau est atroce  : c’est le règne du grand banditisme sous couvert d’activités soi-disant révolutionnaires, des massacres de populations civiles, les pires horreurs. Ce livre permet à Lahens de montrer comment la littérature permet de raconter une atrocité comme la guerre civile sans museler l’imagination. Autrement dit, Allah n’est pas obligé est un roman qui fait cohabiter réalité et fiction sans que l’une n’épuise l’autre. Dans le récit, Birahima, narrateur et protagoniste très volubile et parfois détaché du réel, parvient à dire la dure réalité de la guerre, tout en gardant un seuil de créativité poétique. De l’invention des mots issus du mélange entre le français et le malinké, sa langue natale, en passant par le style de l’œuvre empreint d’ironie et de satire, jusqu’à l’érection du langage familier comme registre littéraire, Ahmadou Kourouma raconte les monstruosités de la guerre sans tomber dans le pathos.

19Puis, Lahens évoque Hiroshima mon amour de Marguerite Duras
(F, 39). Le livre lui fait penser à la première bombe atomique lancée sur la ville d’Hiroshima pendant la seconde Guerre Mondiale par les américains pour se rendre compte de la cruauté des gouvernants de la planète. À la fois poème d’amour et de mort, Hiroshima mon amour est, comme Failles, une poétique de la mémoire. Le roman permet ainsi à son auteur d’acter la victoire de la parole poétique au cœur des ruines, du silence. Cet extrait du roman repris par Lahens éclaire davantage la compréhension  :

Le deuxième jour, dit l’Histoire, je ne l’ai pas inventé, dès le deuxième jour, des espèces animales précises ont ressurgi des profondeurs de la terre et des cendres. […]

… du quinzième jour aussi.

  • 14 Marguerite Duras, Hiroshima mon amour, Gallimard, 1960. Cité par Lahens, Failles, op. cit., p. 39.

Hiroshima se recouvrit de fleurs. Ce n’étaient partout que des bleuets et glaïeuls, et volubilis et belles d’un jour qui renaissaient des cendres avec une extraordinaire vigueur, inconnue jusque-là chez les fleurs14.

  • 15 C’est le titre d’un poème des Fleurs du mal de Baudelaire (1857)
  • 16 Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857. Dans la célèbre préface du recueil, cette ambition est (...)

20Yanick Lahens a donc conscience du rôle de la littérature en pareille circonstance et sait qu’il ne faut pas se laisser écraser par le malheur. Au contraire, il faut en être victorieux par le biais de la fiction, puisque, indique-t-elle, «  ne pas célébrer la vie malgré tout, ne pas la transformer par l’art ou la littérature, c’est nous faire terrasser une deuxième fois par la catastrophe  » (F, 92-93). Failles est une réécriture, une réponse, même partielle, aux discours d’une certaine presse qui voit dans le malheur haïtien une fatalité. Le récit réinvente le discours sur la misère haïtienne, donne à l’évènement une nouvelle signification. En même temps, la fiction permet à Lahens d’exorciser sa souffrance, de faire ce que Baudelaire appelle une «  alchimie de la douleur15  », d’«  extraire la beauté du Mal16  ».

21À la violence du désastre, Yanick Lahens oppose la douceur de l’écriture. Et cette douceur, elle la trouve dans le pouvoir des mots, dans la communion intime avec d’autres textes, de sorte que, au silence laissé par le séisme, silence qui condamne à l’enfermement, l’écrivaine haïtienne substitue celui de la lecture et, partant, de la réécriture, car pour elle «  lire, c’est ouvrir les portes du silence, y pénétrer à pas feutrés, le cœur battant, et miser gros sur l’inconnu  » (F, 120).

*
* *

  • 17 Sébastien Baudouin, préface au volume Représentations littéraires et picturales de la douleur du XI (...)

22Failles est une réflexion sur Haïti, sur les différentes failles qui le traversent et sur l’actualité du séisme. Mais le livre est aussi un médium où s’incrustent plusieurs textes pour dire le chaos haïtien, une sorte de texte carrefour qui permet à son auteure de réécrire l’actualité à partir d’autres textes proches ou éloignés de son sujet. Par ces différents détours, Yanick Lahens place son texte comme cet espace ouvert où viennent s’exprimer d’autres textes. Aussi, face à la douleur, l’écrivaine trouve-t-elle la solution cathartique, celle de se confier à la page, «  ce buvard insatiable des amères désillusions17  ». Le dernier chapitre du récit, qui devrait faire le bilan de la catastrophe, s’ouvre plutôt en Majuscule, se termine par un baiser. Par ce chapitre, Yanick Lahens signe la victoire de l’amour sur le malheur, de la fiction sur la réalité  :

LA PORTE S’OUVRIT sur une salle tous stores baissés et plongée dans la pénombre. Nuit qui n’en est pas encore une. Ombres douces jetées sur ces images éblouissantes et dures de la ville en contrebas, dans le lointain, et qui auraient, qui sait, empoisonné jusqu’à leurs étreintes  ? Nathalie ferme la porte et, quand elle se retourne, Guillaume lui saisit la nuque. Elle se hisse sur la pointe des pieds, et il l’embrasse à pleine bouche.

Haut de page

Notes

1 Yanick Lahens, Failles, Paris, Sabine Wespieser, 2010. Abrégé F pour les références.

2 Propos rapporté par Valerie Marin La Meslée, dans son avant propos au volume Haïti parmi les vivants, Actes Sud, 2010, p. 9-12.

3 Yanick Lahens présente Failles – Librairie Mollat au festival America 2009, <http://www.swediteur.com/> (mis en ligne le 4 novembre 2010).

4 Collectif publié à Paris, Actes Sud, 2010.

5 Ibid., p. 16.

6 En faisant référence aux multiples failles qui traversent la société haïtienne : sociale, politique, économique, écologique, historique.

7 Florian Alix, « Le séisme haïtien en littérature », in ELFe XX-XXI (Études de littérature française des XXe et XXIe siècles), Littérature et actualité, n° 3, Paris, Classiques Garnier, 2013, p. 126.

8 Florian Alix enseigne la littérature francophone à l’université Paris-Sorbonne. Il mène ses activités de recherche au Centre international d’études francophones. Il a rédigé plusieurs articles sur les littératures francophones et la question postcoloniale. Outre Yanick Lahens, il a également travaillé sur certains auteurs de la Caraïbe francophone comme Dany Laferrière ou Aimé Césaire.

9 Elle a été coordinatrice des activités d’une plateforme de la société civile, action qui a été saluée en 2007 par le Collectif féminin haïtien, Yanick Lahens est cofondatrice de l’Association des écrivains haïtiens, qui lutte contre l’illettrisme. En 2008, elle crée « Action pour le changement » (APC), destiné à former les jeunes générations aux stratégies de développement durable, à les sensibiliser à des questions d’intérêt national et à renforcer le lien social, notamment à travers la réalisation de courts-métrages. Cette fondation a aussi permis la construction de quatre bibliothèques supplémentaires en Haïti. Membre actuel du Conseil international d’études francophones, elle a également fait partie du cabinet du ministre de la Culture, Raoul Peck, entre 1996 et 1997.
En 1998, elle a dirigé le projet « la Route de l’esclavage », qui s’intéressait à la problématique de l’esclavage, en Haïti, à travers les sciences et les arts.

10 Homi Bhabha, Les Lieux de la culture, Une théorie postcoloniale, Payot, 2007, p. 83. Le livre fut d’abord publié en version anglaise sous le titre The location of culture, à Londres, puis à New York, Routledge, 1994.

11 Marie Cuillerai, « Le Tiers-espace : une pensée de l’émancipation ? », Acta fabula, vol. 11, n° 1, « Autour de l’œuvre d’Homi K. Bhabha », Janvier 2010, <www.fabula.org/revue/document5451.php>

12 Homi Bhabha, préface la nouvelle traduction des Damnés de la terre. Cité par Marie Cuillerai « Le Tiers-espace : une pensée de l’émancipation ? » op. cit.

13 Florian Alix, ELFe XX-XXIe siècles, op. cit., p. 137.

14 Marguerite Duras, Hiroshima mon amour, Gallimard, 1960. Cité par Lahens, Failles, op. cit., p. 39.

15 C’est le titre d’un poème des Fleurs du mal de Baudelaire (1857)

16 Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857. Dans la célèbre préface du recueil, cette ambition est clairement marquée.

17 Sébastien Baudouin, préface au volume Représentations littéraires et picturales de la douleur du XIXe au XXIe siècle, actes du colloque coordonné par Makki Rebai, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2007, <http://celis.univ-bpclermont.fr/IMG/pdf/Vol_douleur.pdf>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Obame Mezui, « Failles de Yanick Lahens : du mot au livre, une médiation de l’actualité »Littératures, 74 | 2016, 103-112.

Référence électronique

Alain Obame Mezui, « Failles de Yanick Lahens : du mot au livre, une médiation de l’actualité »Littératures [En ligne], 74 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/541 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.541

Haut de page

Auteur

Alain Obame Mezui

Alain Obame Mezui est docteur en Littérature française et comparée à l’Université de Cergy-Pontoise. Ses recherches actuelles portent sur les écritures de la catastrophe naturelle dans l’espace francophone de la Caraïbe. À son actif, il compte quelques publications dans des ouvrages collectifs  : «  Aimé Césaire  : Identité, Insurrection  » dans Césaire en toute lettres, coordonné par Marie Fremin, Paris, L’Harmattan, Coll. «  Classiques francophones  », 2013  ; «  Libreville  : une ville et son ancrage dans le refus de l’esclavage  » in Lignes de partage : littérature et sciences humaines, 2014, ODEM, Libreville.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search