Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Dossier - Pratiques et enjeux de ...Les mythes : une permanente réécr...«  L’Huissier  » de Marcel Aymé :...

Dossier - Pratiques et enjeux de la réécriture
Les mythes : une permanente réécriture

«  L’Huissier  » de Marcel Aymé : une satire de la magistrature sous Vichy

Kamel Feki
p. 125-136

Résumé

Parmi les dix nouvelles que Marcel Aymé a publiées en 1943 dans le recueil Le Passe-muraille, «  Légende Poldève  » et «  L’Huissier  » évoquent particulièrement l’épisode du jugement dernier. Marcel Aymé renverse les représentations «  sérieuses  » du jugement dernier par un réinvestissement parodique. Les portraits caricaturaux de Saint Pierre et Dieu, l’attitude badine et désinvolte du héros Malicorne qui, admis à comparaître devant le Tribunal Suprême, n’hésite pas à mettre en cause le jugement prononcé contre lui, révèlent la visée satirique d’une réécriture subversive. S’inscrivant dans une longue tradition, la critique vise deux catégories de magistrats : le juge-bourreau, symbole de la justice injuste et inhumaine, et le juge formaliste, symbole de la justice procédurière factice et inefficace. Mais la parodie de l’épisode du jugement dernier permet aussi à Marcel Aymé de dénoncer la multiplication sous Vichy des juridictions d’exception et des Sections spéciales composées des juges «  les plus répressifs  ». On peut y lire un portrait charge de la politique vichyssoise antisémite et de la subordination du judiciaire à l’exécutif opérée par le maréchal Pétain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutes les références aux nouvelles du Passe-muraille renvoient à l’édition Folio, Gallimard, 1972.

1Publié en 1943, Le Passe-muraille1 de Marcel Aymé est composé de dix nouvelles  : «  Le Passe-muraille  » qui a donné son nom au recueil, «  Les Sabines  », «  La Carte  », «  Le Décret  », «  Le Proverbe  », «  Légende Poldève  », «  Le Percepteur d’épouses  », «  Les Bottes de sept lieues  », «  L’Huissier  » et «  En attendant  ». Évoquant l’épisode du jugement dernier, «  L’Huissier  » se rattache à la tradition chrétienne et représente ce que Gérard Genette appelle un «  hypertexte  » dont l’«  hypotexte  » est le récit biblique ainsi que les représentations iconographiques de cet épisode.

  • 2 Dominique Maingueneau, L’Analyse du discours: introduction aux lectures de l’archive, Hachette, 19 (...)

2La relation entre l’hypotexte et l’hypertexte est décrite par Dominique Maingueneau à la lumière du concept de «  réinvestissement  ». Maingueneau remarque que la pratique hypertextuelle «  vise […] à exploiter dans un sens destructif ou légitimant le capital d’autorité attaché à certains textes  », et distingue «  deux stratégies opposées  » qui caractérisent l’opération discursive de réinvestissement  : «  la captation  » et «  la subversion2  ».

  • 3 Georges-Elia Sarfati, Eléments d’analyse du discours, Nathan, 1997, p. 54.

3Georges-Elia Sarfati note qu’on parle de «  captation  » lorsque «  l’imitation  » va «  dans le sens de la structure exploitée  ». La captation est une démarche «  positive  » reconnue par «  la conformité sérieuse à des modèles invoqués pour la légitimité qu’ils confèrent au discours qui s’en inspire et dont, en retour, le “nouveau” discours actualise la légitimité  ». Par contre, la subversion est «  une démarche négative à l’encontre du discours qu’[on] “reprend”  » et qui «  vise à discréditer le discours originaire par une imitation qui feint le sérieux jusqu’à la caricature3  ».

  • 4 Nous utilisons l’abréviation « H » adoptée par Alain Juillard (Le Passe-muraille de Marcel Aymé, Ga (...)
  • 5 Évangile selon Matthieu, dans La Bible en français, version Louis Second, 1910, « Chapitre 25 », ve (...)

4Dans «  L’Huissier4  », Marcel Aymé brosse un tableau satirique du jugement dernier. Comparaissant «  devant saint Pierre, qui juge en première instance  » (H, 192) et évoquant avec beaucoup de détachement la souffrance des pauvres que provoque «  la saisie mobilière  » (193) à laquelle il recourt dans l’exercice de son métier, Malicorne est condamné à être jeté en Enfer. En appelant à Dieu «  de ce jugement inique  » (193), et affirmant qu’il s’est seulement réjoui «  de ce que le travail ne [lui] ait pas manqué  » (194), il obtient d’être renvoyé sur la Terre pour «  essayer de ressaisir [sa] chance de béatitude  » (195). Cherchant à «  profite[r] de ce sursis qui [lui] est accordé  » (195), il multiplie à contre gré les bonnes œuvres. Au cours de l’une de ses visites de charité, il «  [entend] frapper rudement à la porte  » et reconnaît la «  grosse voix rogue  » du propriétaire Gorgerin qui ordonne à la pauvre couturière de payer le loyer. Perdant la tête, Malicorne «  [se rue] sur Gorgerin  » et le [jette] hors du logis. «  Craignant pour sa vie, [le propriétaire tire] un revolver et, ajustant l’huissier, [l’étend] roide mort sur le petit palier  » (203). «  Admis à comparaître  » (203) de nouveau devant Saint Pierre, Malicorne est surpris d’apprendre que le livre céleste ne fait aucune mention de ses bonnes actions et que seule son attitude compatissante envers la pauvre couturière lui ouvre les portes du Paradis. Renversant les représentations «  sérieuses  » du jugement dernier dans lesquelles l’accent est mis sur le moment dramatique où venant «  dans sa gloire, avec tous les anges  », «  le Fils de l’homme […] s’assiéra sur le trône5  » et «  séparera  » (v. 32) les uns des autres, «  les justes  » qui iront à «  la vie éternelle  » et les pécheurs qui «  iront au châtiment éternel  » (v. 46), «  L’Huissier  » relève du régime de la subversion. Marcel Aymé y substitue en effet le thème de l’audience à celui du dialogue entre Jésus et les pécheurs et présente une image ironique du Tribunal Suprême dont les décisions sont aléatoires et révocables.

5Dans le présent article, nous étudierons d’abord les manifestations du réinvestissement parodique de l’épisode du jugement dernier. Nous analyserons ensuite les fonctions de cette réécriture subversive. Il s’agit, d’une part, de mettre à nu l’autorité judiciaire et de brosser un portrait dysphorique du magistrat bourreau et du magistrat formaliste. D’autre part, maintes allusions permettent à Marcel Aymé de dénoncer le fonctionnement de la magistrature sous Vichy et révèlent la dimension politique d’un récit allègre et léger destiné a priori à charmer et séduire le lecteur.

La dimension parodique dans «  L’Huissier  »

6Évoqué sur le mode litotique dans l’«  Apocalypse  », le jugement dernier est décrit avec force détails dans l’Évangile selon Matthieu. Assis sur «  le trône de sa gloire » (v. 31) parmi les anges, Jésus Christ y apparaît comme un juge juste qui récompense les hommes généreux et bons envers leur prochain et châtie les égoïstes insensibles aux malheurs des autres. Le jugement des élus et des damnés est évoqué par le truchement d’une double métaphore pastorale et spatiale. Jésus est, en effet, présenté comme un «  berger  » qui «  sépare les brebis d’avec les boucs  » (v. 32), met les premières «  à sa droite  » (v. 33), les déclare «  béni[e]s de son Père  » (v. 34) et les invite à prendre possession du Royaume céleste, et les autres à «  sa gauche  », les déclare «  maudits  » et leur fait savoir qu’ils seront jetés dans «  le feu éternel  » (v. 41).

  • 6 « Le Jugement dernier, Tympan de l’église de Sainte-Foy-De-Conques, début XIIe siècle – Moyen-âge » (...)

7Le jugement dernier est représenté dans les fresques et les tympans des églises et des abbatiales. En dépit des traitements artistiques différents, on peut remarquer la présence de certaines constantes  : «  la figure centrale du Christ » autour duquel «  tout s’ordonne  », la cour céleste conduite «  par la Vierge elle-même suivie de saint Pierre tenant la clé du paradis  », «  la scène de la pesée des âmes » et l’opposition entre les élus destinés au paradis et les damnés poussés par de hideux diables pour être jetés «  dans la gueule monstrueuse de l’enfer6  ».

8Inspiré de la tradition chrétienne, «  L’Huissier  » réinvestit sur le mode parodique l’épisode du jugement dernier. Marcel Aymé confère d’abord à Saint Pierre appelé plaisamment «  [le] grand saint Porte-Clés  » (H, 192) un autre rôle que celui de tenir la clé du Paradis. C’est lui, en effet, qui juge les morts et se substitue ainsi à Jésus. Les sentences du Saint peuvent cependant être contestées, et, ayant le droit d’en appeler «  à Dieu de ses jugements iniques  » (193), les morts sont décrits comme des accusés qui comparaissent d’abord devant une première juridiction, mais qui peuvent faire appel de ses décisions en s’adressant à Dieu dont le rôle évoque celui de la cour d’appel.

9À la dimension grandiose et sublime caractéristique des représentations «  sérieuses  » du jugement dernier, qui mettent l’accent sur le moment solennel où Jésus prononce son verdict en face des élus et des damnés, Marcel Aymé substitue un traitement humoristique voire caricatural du Jour du Seigneur. Dans «  L’Huissier  », l’attitude détachée et badine de Malicorne qui répond «  sans se démonter  » (193) aux répliques agressives de Saint Pierre confère au récit une dimension humoristique  :

– Vous vous appelez Malicorne et vous êtes huissier. Il n’y en a guère au Paradis.

– Ça ne fait rien, répondit Malicorne. Je ne tiens pas autrement à être avec des confrères. (H, 192)

10L’humour provient ainsi de la subversion de la représentation traditionnelle de Jésus en tant que juge juste et des pécheurs déconcertés et interdits. Accueillant «  froidement  » Malicorne et lui annonçant avec cynisme qu’il n’y a guère d’huissiers au Paradis, «  le grand saint Porte-Clés  » (H, 192) fait figure de juge injuste et xénophobe. De son côté, Malicorne n’est nullement troublé au moment où Saint Pierre l’accuse d’avoir réduit au désespoir la veuve et l’orphelin. Le détachement dont il témoigne et la facilité avec laquelle il se dérobe à l’accusation qu’on lui fait – en remarquant que la loi l’autorise à recourir à «  la saisie mobilière  » «  [quand] la veuve et l’orphelin sont de mauvais payeurs  » (193) – bravent le courroux du Saint qui perd le contrôle de soi et énonce hâtivement son verdict  :

Tant de paisible cynisme indigna saint Pierre qui s’écria en se tournant vers les anges  :

– En Enfer  ! Qu’on me l’accommode d’un feu et qu’on m’entretienne ses brûlures pour l’éternité en les arrosant deux fois par jour avec les larmes de la veuve et de l’orphelin  ! (H, 193)

  • 7 Georges Courteline, L’Article 330, comédie en un acte, nouvelle édition, Stock Editeur, 1904, p. 11 (...)
  • 8 Ibid., p. 31.

11L’attitude malicieuse et libre de Malicorne qui triomphe de l’agressivité de Saint Pierre, réduit au néant son chef d’accusation, exaspère son humeur et le pousse à énoncer hâtivement son verdict vindicatif rappelle celle de Jean-Philippe La Brige dans L’Article 330 de Courteline. «  Prévenu […] [d’avoir] montré [son] derrière [à] treize mille six cents quatre-vingt-sept personnes7  » qui ont déposé une plainte contre lui, La Brige parvient, comme l’a fait Malicorne devant Saint Pierre, à démontrer la fausseté des faits qu’on lui a imputés. Mais son esprit libre, son attitude désinvolte devant les juges et sa moquerie de la loi lui valent d’être condamné à «  treize mois d’emprisonnement, à 25 fr. d’amende, et aux frais8  ».

12L’image de Dieu et son rapport avec Saint Pierre participent encore de la veine parodique de «  L’Huissier  ». L’apparition théâtrale de Dieu qui se fait annoncer par «  un roulement de tonnerre  » et «  [entre] sur un nuage  » est burlesque. «  [Sa] façon bourrue d’interroger Malicorne  » révèle qu’il n’a pas «  les huissiers en grande faveur  » (H, 193) et évoque une attitude partiale et injuste. Sa relation avec Saint Pierre envers qui il tourne «  un front sévère  » (194) et à qui il reproche son «  imprudence  » (195) et son jugement hâtif modèle aussi l’image d’un Dieu moins juste que formaliste, car moins préoccupé par la réparation de l’injustice qu’a encourue Malicorne que par la bonne observation «  des procédures judiciaires  ».

13Dans la deuxième comparution de Malicorne devant le Tribunal Suprême, le dialogue entre Dieu et Saint Pierre n’est point tendu. Le ton familier que soulignent la présence insistante des interjections et l’emploi de tournures syntaxiques stéréotypées ôte au jugement dernier son caractère grave et majestueux. Dieu et Saint Pierre perdent leur aura sacrée, apparaissent comme deux figures légères et drôles et se transforment en véritables juges-bouffons  :

Dieu se trouvait à passer par la salle d’audience, lorsque Malicorne fut admis à comparaître.

– Ah  ! dit-il, voici revenir notre huissier. Et comment s’est-il comporté  ?

– Ma foi, répondit saint Pierre, je vois que son compte ne sera pas long à régler.

– Voyons un peu ses bonnes œuvres.

– Oh  ! ne parlons pas de ses bonnes œuvres. Il n’en a qu’une à son actif. (H, 203)

  • 9 Jean-Pierre Bours, « Le thème de la justice dans la littérature populaire », in Lettres et lois: l (...)

14Au-delà de l’image caricaturale d’un Dieu contrarié, partial et formaliste, et de l’image sombre d’un Saint Pierre cruel, rageur et acariâtre, le lexique juridique – «  comparaître devant saint Pierre, qui juge en première instance  » (H, 192), «  J’en appelle à Dieu de ce jugement inique  » (193), «  La procédure est la procédure  », «  Allez et profitez de ce sursis qui vous est accordé  » (195), «  la salle d’audience  » (203) – suggère que la parodie de l’épisode du jugement dernier est mise au service d’une critique acerbe des juges dont Marcel Aymé brosse un portait au vitriol. «  L’Huissier  » semble ainsi s’inscrire dans la continuité d’une tradition littéraire qui remonte à Aristophane et fait du «  monde judiciaire  », de «  ses errements  » et de «  son rituel  » «  un sujet privilégié9  ».

Du réquisitoire contre la justice à la dénonciation de la justice sous Vichy

  • 10 Ibid., p. 236.

15«  Dans le domaine de la fiction pure, écrit Jean-Pierre Bours, rares sont les grands écrivains à n’avoir pas consacré à la justice des pages vigoureusement critiques  : des Guêpes d’Aristophane au Procès de Kafka, en passant par La Farce de Maître Pierre Pathelin et Les Plaideurs10.  » À l’instar de nombreux grands écrivains, Marcel Aymé a présenté dans «  L’Huissier  » une vision critique de la justice. En effet, Saint Pierre et Dieu peuvent être considérés comme deux archétypes négatifs de magistrats et, plus généralement, d’hommes de loi, et renvoient ainsi à deux facettes sombres de la justice.

  • 11 Ibid., p. 240-241.
  • 12 Michel Crouzet, « Stendhal, la justice et les juges », dans Cahiers de l’Association internationale (...)
  • 13 Ibid., p. 141, 148, 142, 143.

16L’attitude agressive de Saint Pierre qui semble se plaire à condamner Malicorne en Enfer, et pour qui le sort de l’huissier est déjà réglé avant même qu’il ne comparaisse devant lui, évoque l’image du juge-bourreau et celle de «  la justice inhumaine  ». Symbolisant les «  magistrats ivres de leur pouvoir [et] assoiffés de condamnation  », Saint Pierre rappelle «  le mythe du “Juge pendeur”, expéditif et sanguinaire, descendant du Philocléon d’Aristophane, lequel rêvait de siéger jour et nuit “pour mettre le maximum à tout le monde11”  ». Le personnage de Saint Pierre permet ainsi à Marcel Aymé de dresser un réquisitoire contre le juge «  persécuteur  » présenté comme une sorte d’«  oppresseur légal […] qui n’est plus un juge mais “un jugeur”, un professionnel du verdict ou du couperet12  ». Aux yeux de ce juge «  criminel  » qui ne vit que de cruauté, dont le seul plaisir est de «  faire trembler tout le monde  », et pour qui «  la justice est le simple exercice à peine camouflé de la force  », rien n’est plus provocant que le détachement de l’accusé, sa sérénité et sa liberté d’esprit. «  Ce qui emporte la condamnation13  » de Malicorne, ce sont moins ses mauvaises actions que son attitude détachée et badine qui l’emmène à répondre avec sang froid à toutes les accusations de Saint Pierre.

  • 14 Ibid., p. 146.
  • 15 Ibid., p. 144, 142.

17Dans «  L’Huissier  », Saint Pierre ne joue pas seulement le rôle de «  juge  », mais également celui de «  procureur général  ». Après avoir fait appel contre la sentence injuste du «  grand saint Porte-Clés  » (H, 192), Malicorne est admis à comparaître devant une juridiction de deuxième degré présidée par Dieu lui-même. Après le tribunal de première instance, le voici dans une sorte de cour d’appel céleste, et «  [a]près le juge  », le voici devant «  le Grand Juge, le Juge des Juges14  »  ! L’audition révèle l’acharnement de Saint Pierre qui cherche à tout prix à condamner Malicorne, à ne pas manquer la proie qu’il poursuit. Son acte d’accusation est dressé avec beaucoup de perfidie. Quand Dieu lui rappelle qu’on ne peut pas imputer «  les larmes de la veuve et de l’orphelin  » à l’huissier qui, «  [saisissant] les meubles du pauvre […], ne peut que le plaindre dans son cœur  » (194), il s’écrie que «  loin d’accorder une pensée pitoyable au souvenir de ses victimes  », Malicorne «  en [parle] avec une horrible allégresse et [s’y complaît] cyniquement  » (194). Son attitude fourbe apparaît d’abord à travers l’emploi du déterminant possessif «  ses victimes  » qui lui permet de présenter Malicorne comme une sorte de bourreau alors qu’il n’est que «  l’instrument de la loi humaine dont il n’est pas responsable  » (194). Elle consiste aussi à vouloir tirer argument de la maladresse de l’huissier qui a évoqué avec allégresse la prospérité de ses affaires pour lui faire un procès d’intention et dénoncer son indifférence à la souffrance des pauvres. Saint Pierre rappelle perfidement encore que la seule pièce de «  dix sous  » que l’huissier a donnée à «  un pauvre  » «  en sortant de la messe  » était «  une pièce fausse  » (194), insinuant ainsi qu’il est plutôt coupable de faux-monnayage. Qu’il soit juge ou procureur général, Saint Pierre évoque l’image de l’homme de loi pervers, menaçant et «  si acharn[é] après le pauvre accusé  » qu’il «  [ferait] pendre le meilleur citoyen  ». N’hésitant pas à «  [truquer] les balances  » pour satisfaire sa passion mortifère, il est «  le cas exemplaire de la conscience truquée que désigne le terme à l’emploi si vaste d’hypocrisie15  ».

  • 16 Jean-Pierre Bours, « Le thème de la justice dans la littérature populaire », op. cit., p. 241.
  • 17 Ibid., p. 241.
  • 18 Michel Crouzet, « Stendhal, la justice et les juges », op. cit., p.145. Les expressions entre guill (...)

18À l’image du juge-bourreau, du procureur général perfide et de la justice inhumaine et injuste s’ajoute celle non moins sombre du juge formaliste et de la justice factice et absurde que symbolise Dieu. Sachant d’une part que si l’on s’en tient à son capital de bonnes œuvres, Malicorne a «  sa place toute trouvée en Enfer  », mais reconnaissant d’autre part que l’«  accusation  » de Saint Pierre «  [porte] à faux  », Dieu est «  très contrarié  » (H, 195) et ne sait que faire de l’huissier avant de se décider à le renvoyer sur la Terre. Cette attitude évoque l’image du juge soucieux de respecter la procédure et de se conformer à la lettre de la loi, fût-elle contraire à l’équité. Ce juge n’est certes pas «  un “pendeur”, mais il est devenu l’insignifiant rouage d’une machine inhumaine [et] le gardien stipendié d’un labyrinthe dont lui-même ignore les secrets16  ». L’attachement excessif à la lettre de la loi au détriment de son esprit permet encore de mettre en question l’institution judiciaire encombrée de procédures et de présenter l’image d’une justice bancale dont le «  souci […] d’organiser le procès selon des règles immuables a fait d’elle une mécanique tournant à vide, totalement inefficace, attentive à sa propre et factice grandeur, mais déconnectée de la réalité quotidienne17  ». L’entrée de Dieu à la salle d’audience sur un nuage peut d’ailleurs évoquer l’image du juge qui vit sur ses petits nuages, c’est-à-dire du juge formaliste qui a perdu le sens de la réalité et qui vit dans une sorte de monde imaginaire où il n’existe qu’en tant qu’homme de loi dont la fonction n’est plus la quête de la justice, mais le respect de la procédure. L’un des moments forts du deuxième procès de Malicorne est celui où Dieu, «  très contrarié  », parle «  en hébreu  » «  afin de n’être pas entendu de l’huissier  » et reproche à Saint Pierre son «  imprudence  » (195). Ce moment correspond à «  une terrible mise à nu […] de la justice par le juge18  ». Dieu ne reproche aucunement à Saint Pierre d’avoir condamné un innocent à être jeté en Enfer, mais seulement que son accusation porte à faux  ! Cette attitude «  [dévoile] ce qu’il faut cacher, l’envers de la justice, l’in-justice fondamentale sur laquelle elle repose  », car il suffit de respecter la procédure pour que soit admise la condamnation d’un innocent  ! Il y a ici un renversement des valeurs qui dénonce la perversion du juge formaliste pour qui la procédure l’emporte sur la justice. En remettant le jugement de Malicorne à une date ultérieure, Dieu recourt à la procédure du sursis à statuer contre sa conviction intime que l’huissier mérite le supplice éternel. C’est là un dernier exemple de l’inefficacité de la justice formaliste et procédurière qui «  [créant] des obligations inutiles  » finit par «  [mettre] en contradiction  » la loi et le juge qu’elle «  entraîne à prononcer contre sa persuasion intime, à sacrifier le fond à la forme et à juger comme homme de loi tout autrement qu’il ne ferait comme homme privé  ».

  • 19 Jean-Pierre Bours, « Le thème de la justice dans la littérature populaire », op. cit., p. 236-237.

19L’homme de loi, qu’il soit persécuteur ou formaliste, et la justice, qu’elle soit inhumaine et injuste ou procédurière et inefficace, sont l’objet de la satire acerbe de «  L’Huissier  » où Marcel Aymé dénonce l’esprit retors des justiciers qui «  trouvent à toutes [les] causes assez de biais pour les accommoder où bon leur semble  », «  les détours de la justice  » marquée par la prolifération des «  procédures embarrassantes  » et la perversion des juges dont «  le devoir  » est »  de rendre la justice  » et dont la fonction est «  de la différer19  » ou de la détourner.

  • 20 Alain Bancaud, « La magistrature et la répression politique de Vichy ou l’histoire d’un demi-échec  (...)
  • 21 Alain Bancaud, « La haute magistrature sous Vichy », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 49, (...)

20Il n’est pas indifférent à notre propos de rappeler que Le Passe-muraille a été publié en 1943, c’est-à-dire dans les années noires de l’Occupation nazie, et que «  L’Huissier  » a été l’objet d’une première publication dans le numéro 1 de Paris-toujours qui date du 4 janvier 1941, c’est-à-dire à un moment où le régime de Vichy s’empare de la justice et se sert des magistrats pour imposer son autorité. La prise en considération du contexte politique permet de jeter une lumière nouvelle sur «  L’Huissier  ». Outre l’image du juge bourreau, la sévérité de Saint Pierre qui condamne Malicorne à être jeté en Enfer évoque sans doute le rôle des juges qui font partie des «  juridiction[s] spécialisée[s] et exceptionnelle[s]20  » sous Vichy et à qui il est recommandé de prononcer des peines graves quand ce n’est pas la peine de mort, contre tous ceux qui perturbent l’ordre établi. Alain Bancaud remarque à cet égard que pour siéger dans les «  Sections spéciales  », «  le critère déterminant est [le] sens de la discipline d’État  » qui exige des magistrats de «  [manifester] du dévouement pour [la] politique de répression21  » de Vichy.

  • 22 René Lévy, « Les juristes français et le régime de Vichy : à propos de deux ouvrages récents », dan (...)
  • 23 Réné Lévy a présenté un compte rendu critique de deux ouvrages : Richard H. Weisberg, Vichy law and (...)
  • 24 René Lévy, « Les juristes français et le régime de Vichy : à propos de deux ouvrages récents », op. (...)

21Évoquant une sorte de malédiction dont est frappée la corporation singulière des huissiers, l’incipit humoristique de la nouvelle où Saint Pierre se plaît à informer Malicorne que ses pairs n’ont jamais été reçus au Paradis est également révélateur du dysfonctionnement de la justice sous Vichy. Il renvoie, en effet, à l’élimination «  des avocats, magistrats et autres professionnels du droit juifs22  », et, plus extensivement, aux «  nouvelles mesures raciales et religieuses décidées par le régime de Vichy  » dont «  la participation […] à l’extermination des Juifs […] a impliqué [selon Richard H. Weizberg23] l’ensemble du système juridique français  » qui «  a appliqué toute sa compétence technique à rationnaliser  » – ainsi que le fait Saint Pierre en cherchant à conférer à la condamnation de Malicorne un caractère légal – «  la prétendue différence irréductible des Juifs24  ».

  • 25 Alain Bancaud, « La magistrature et la répression politique de Vichy ou l’histoire d’un demi-échec  (...)

22Suggérant enfin que «  L’Huissier  » se rapporte à la période où Vichy n’a pas encore supprimé la procédure de l’appel, la comparution de Malicorne devant la cour d’appel céleste représentée par Dieu est symbolique de l’organisation de la justice sous ce régime. L’attitude de Dieu qui décide d’annuler le jugement sévère de Saint Pierre fait écho au pouvoir absolu du chef de l’État, Pétain, qui peut user de ses prérogatives pour réformer ou annuler les sanctions prononcées par les juges. Étudiant «  l’encadrement  » du corps judiciaire «  concurrencé dans l’exercice de la justice  » et «  contrôlé dans ses décisions  » par la Chancellerie, le chef de l’Etat, le ministère de l’Intérieur, etc., Alain Bancaud note que Pétain «  transforme [par exemple] le droit de grâce, prérogative traditionnelle du chef de l’État, en véritable voie judiciaire d’appel et de réformation des jugements, [et que dans] la division pétainiste du travail répressif, il revient au juge d’afficher toute la rigueur de la loi, de prononcer des sanctions exemplaires, et à Pétain, recours suprême et paternel, de corriger, selon son bon vouloir et dans la discrétion, la sévérité des peines25  ».

  • 26 Michel Crouzet, « Stendhal, la justice et les juges », op. cit., p. 149.
  • 27 Alain Bancaud, « La haute magistrature sous Vichy », op. cit., p. 56.

23«  Le grand mot de Jarry, “La vérité est bouffe”, s’applique d’autant mieux  » à «  L’Huissier  » que dans cette nouvelle «  la bouffonnerie  » caractéristique du jugement dernier de Malicorne révèle «  la vérité de la justice26  » sous Vichy. Les figures de Saint Pierre et du Grand Juge au pouvoir absolu qu’est Dieu permettent ainsi à Marcel Aymé de dénoncer la perversion de la magistrature sous Vichy en évoquant la multiplication des juridictions d’exception et des Sections spéciales composées des juges «  les plus répressifs  », la politique vichyssoise antisémite qui conduit à l’exclusion des hommes de droit juifs, et «  la centralisation de la justice27  » où le rôle principal revient toujours au chef de l’Etat, Pétain.

*
* *

  • 28 Jean-Pierre Bours, « Le thème de la justice dans la littérature populaire », op. cit., p. 235.
  • 29 Ibid., p. 236, 237.
  • 30 Michel Crouzet, « Stendhal, la justice et les juges », op. cit., p. 168, 161.
  • 31 Ibid., p. 157, 144, 157, 158.
  • 32 Jules Supervielle-Etiemble, Correspondance Jules Supervielle-Etiemble, Edition critique, Texte étab (...)

24Dans «  L’Huissier  », la parodie de la représentation «  sérieuse  » du jugement dernier a deux fonctions  : permettre d’abord à Marcel Aymé de s’inscrire dans la continuité des grands écrivains qui ont mis à nu «  [le] monde judiciaire  », «  son rituel  », «  ses errements28  » et son arbitraire, qui ont présenté une critique acerbe de «  la mesquinerie procédurière  », des «  lenteurs de la justice  », et de tous «  les détours  » qui la rendent «  labyrinthique29  », inefficace, «  truquée  » et «  pervertie30  », et qui ont tourné en dérision la figure des juges dont les uns rêvant à leur «  boutonnière  », feraient tout au monde «  pour accrocher la croix  » et dont les autres «  [rêvant…] d’échafaud  » se transforment en véritables «  professionnels du verdict ou du couperet31  ». L’originalité de l’auteur de La Tête des autres réside cependant dans le traitement humoristique et caricatural du thème grave de la justice injuste. Comme Supervielle, Marcel Aymé a ce don d’écrire «  des pages souriantes32  » pour aborder certains thèmes inquiétants.

  • 33 Alain Bancaud, « La haute magistrature sous Vichy », op. cit., p. 48, 56.
  • 34 Alain Bancaud, « La magistrature et la répression politique de Vichy ou l’histoire d’un demi-échec  (...)

25L’écriture parodique de l’épisode du jugement dernier permet également à Marcel Aymé de dresser un réquisitoire contre le régime de Vichy qui s’est emparé de la magistrature à travers le recours aux juridictions spécialisées et exceptionnelles, «  la promotion des magistrats les plus dévoués  », c’est-à-dire «  les plus aptes à l’autorité33 », et les moins susceptibles de déroger «  au principe “dura lex, sed lex”  », et l’attribution au Chef de l’Etat de maintes «  prérogatives  » qui feront de lui «  le détenteur d’un pouvoir de “justice politique” dont il use pour condamner certains inculpés  » ou pour «  corriger  », au nom du «  droit de grâce  », les sanctions sévères qu’«  il revient aux juges  » de prononcer34.

  • 35 Alain Bancaud, « La haute magistrature sous Vichy », op. cit., p. 45.
  • 36 René Lévy, « Les juristes français et le régime de Vichy : à propos de deux ouvrages récents », op. (...)
  • 37 Ibid., p. 112.

26En parodiant l’épisode du jugement dernier, Marcel Aymé évoque particulièrement les premières années de l’Occupation nazie avant que le droit d’appel ne fût supprimé et révèle que «  la haute magistrature sous Vichy  » est avant tout «  la haute magistrature de Vichy35  ». Renvoyant à travers l’attitude xénophobe de Saint Pierre et de Dieu envers la corporation judiciaire des huissiers au sort tragique des avocats et magistrats juifs et, plus généralement, de la communauté juive, il fait enfin allusion à «  la collaboration d’Etat  » et à «  la participation de Vichy à l’extermination des Juifs36  » à travers la mainmise sur la magistrature. Marcel Aymé touche ici à l’une des questions les plus délicates qui a longtemps fait débat dans la société française et qui consiste à reconnaître ou non la responsabilité de la France dans les crimes perpétrés contre les Juifs sous Vichy. Comme le note René Lévy, «  il a fallu attendre l’accession à la présidence de Jacques Chirac, en 1995, pour voir reconnaître au plus haut niveau la responsabilité de la France dans les agissements de “l’autorité de fait dite ‘gouvernement de l’Etat français’” comme la terminologie juridique officielle désigne le régime qui a dirigé le pays de 1940 à 194437  ».

Haut de page

Notes

1 Toutes les références aux nouvelles du Passe-muraille renvoient à l’édition Folio, Gallimard, 1972.

2 Dominique Maingueneau, L’Analyse du discours: introduction aux lectures de l’archive, Hachette, 1991, p. 155.

3 Georges-Elia Sarfati, Eléments d’analyse du discours, Nathan, 1997, p. 54.

4 Nous utilisons l’abréviation « H » adoptée par Alain Juillard (Le Passe-muraille de Marcel Aymé, Gallimard, 1995) pour désigner les citations extraites de « L’Huissier ». Chaque sigle sera ainsi suivi du numéro de la page. Quand plusieurs citations se succèdent, on emploiera l’abréviation mentionnée (H, p.) pour la première citation et on se limitera à indiquer le numéro de page pour les autres.

5 Évangile selon Matthieu, dans La Bible en français, version Louis Second, 1910, « Chapitre 25 », verset 31 ; disponible sur : <http://www.info-bible.org/lsg/INDEX.html>. Les citations extraites de l’Évangile selon Matthieu seront désormais représentées par l’abréviation « v. » suivie du numéro du verset.

6 « Le Jugement dernier, Tympan de l’église de Sainte-Foy-De-Conques, début XIIe siècle – Moyen-âge », disponible sur : <http://hidaclaudemasse.blogspot.fr/2012/12/le-jugement-dernier-tympan-de-leglise.html>

7 Georges Courteline, L’Article 330, comédie en un acte, nouvelle édition, Stock Editeur, 1904, p. 11. [Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France]. Cette pièce est représentée pour la première fois à Paris au théâtre Antoine, le 12 décembre 1900.

8 Ibid., p. 31.

9 Jean-Pierre Bours, « Le thème de la justice dans la littérature populaire », in Lettres et lois: le droit au miroir de la littérature, sous la direction de François Ost, Laurent Van Eyned, Philippe Gérard, Michel van de Kerchove, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2001, p. 235.

10 Ibid., p. 236.

11 Ibid., p. 240-241.

12 Michel Crouzet, « Stendhal, la justice et les juges », dans Cahiers de l’Association internationale des études françaises, n° 44, 1992, p. 157, 158. Ce document est disponible sur : <http://www.persee.fr./web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_1992_num_44_ 1_1784> ; < doi : 10.3406/caief.1992.1784>

13 Ibid., p. 141, 148, 142, 143.

14 Ibid., p. 146.

15 Ibid., p. 144, 142.

16 Jean-Pierre Bours, « Le thème de la justice dans la littérature populaire », op. cit., p. 241.

17 Ibid., p. 241.

18 Michel Crouzet, « Stendhal, la justice et les juges », op. cit., p.145. Les expressions entre guillemets de ce paragraphe : p. 146, 167.

19 Jean-Pierre Bours, « Le thème de la justice dans la littérature populaire », op. cit., p. 236-237.

20 Alain Bancaud, « La magistrature et la répression politique de Vichy ou l’histoire d’un demi-échec », in Droit et société, n° 34, 1996, p. 560.

21 Alain Bancaud, « La haute magistrature sous Vichy », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 49, janvier-mars 1996, p. 55, 56.

22 René Lévy, « Les juristes français et le régime de Vichy : à propos de deux ouvrages récents », dans Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 2, n°2, 1998, mis en ligne le 03 avril 2009, p. 113. [Document accessible en ligne sur <URL : /index973.html ; DOI : 10.4000/chs.973>. Ce document est le fac-similé de l’édition papier].

23 Réné Lévy a présenté un compte rendu critique de deux ouvrages : Richard H. Weisberg, Vichy law and the Holocaust in France, New York, Published for the Vidal Sassoon International Center for the Study of Antisemitism (SICSA), the Hebrew University of Jerusalem by New York University Press, 1996, XXIII, et Robert Badinter, Un antisémitisme ordinaire: Vichy et les avocats juifs, 1940-1944, Fayard, 1997.

24 René Lévy, « Les juristes français et le régime de Vichy : à propos de deux ouvrages récents », op. cit., p. 113.

25 Alain Bancaud, « La magistrature et la répression politique de Vichy ou l’histoire d’un demi-échec », op. cit., p. 564, 563.

26 Michel Crouzet, « Stendhal, la justice et les juges », op. cit., p. 149.

27 Alain Bancaud, « La haute magistrature sous Vichy », op. cit., p. 56.

28 Jean-Pierre Bours, « Le thème de la justice dans la littérature populaire », op. cit., p. 235.

29 Ibid., p. 236, 237.

30 Michel Crouzet, « Stendhal, la justice et les juges », op. cit., p. 168, 161.

31 Ibid., p. 157, 144, 157, 158.

32 Jules Supervielle-Etiemble, Correspondance Jules Supervielle-Etiemble, Edition critique, Texte établi, annoté et préfacé par Jeannine Etiemble, Société d’Edition
d’Enseignement Supérieur, 1969, p. 55.

33 Alain Bancaud, « La haute magistrature sous Vichy », op. cit., p. 48, 56.

34 Alain Bancaud, « La magistrature et la répression politique de Vichy ou l’histoire d’un demi-échec », op. cit., p. 561, 563.

35 Alain Bancaud, « La haute magistrature sous Vichy », op. cit., p. 45.

36 René Lévy, « Les juristes français et le régime de Vichy : à propos de deux ouvrages récents », op. cit., p. 112, 113.

37 Ibid., p. 112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kamel Feki, « «  L’Huissier  » de Marcel Aymé : une satire de la magistrature sous Vichy »Littératures, 74 | 2016, 125-136.

Référence électronique

Kamel Feki, « «  L’Huissier  » de Marcel Aymé : une satire de la magistrature sous Vichy »Littératures [En ligne], 74 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/546 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.546

Haut de page

Auteur

Kamel Feki

Kamel FEKI est maître-assistant à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax (Tunisie) et membre du laboratoire de recherche Approches du Discours de l’Université de Sfax. Auteur d’une thèse sur les romans de Jules Supervielle, Romans de poète : poétique des romans de Jules Supervielle, il a rejoint depuis 2014 l’Université Al Imam Mohamed Ben Saoud (Arabie Saoudite) où il travaille au Département des langues et de la traduction. Outre l’œuvre des romanciers-poètes (Pierre-Jean Jouve, Jules Supervielle, Pierre Reverdy), il s’intéresse à l’œuvre des romanciers-poètes (Pierre-Jean Jouve, Jules Supervielle, Pierre Reverdy) ainsi qu'à la littérature de guerre au XXe siècle. Il a publié plusieurs articles sur l’écriture de la Seconde Guerre mondiale : «  Effacement et Dérision dans La Peste d’Albert Camus  », «  La représentation de la séparation dans La Peste d’Albert Camus  » et «  L’écriture de la guerre dans En attendant de Marcel Aymé  ».

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search