Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Traduire, faire de la critique : ...Reviennent les lucioles de Serge ...

Traduire, faire de la critique : réécrire ?

Reviennent les lucioles de Serge Valletti : « Traduction, translation, actualisation, imitation, contamination, réécriture, re-visitation, réinvention ou bien même trahison ! »

Marie Duret-Pujol
p. 199-208

Résumé

En 2012, l’auteur et acteur de théâtre Serge Valletti propose une réécriture de la comédie Les Grenouilles d’Aristophane, devenue Reviennent les lucioles. L’enjeu de cet article n’est pas d’analyser toutes les modalités des transpositions de personnages, de lieux ou d’effets comiques, ni d’interroger la pertinence et la justesse de la traduction de Valletti. Il s’agit plutôt de prendre cette comédie pour ce qu’elle est, soit une réécriture opérée par un praticien qui place le comique au premier plan et qui se situe à l’écart des débats littéraires sur les réécritures. Dans cette perspective, nous nous interrogerons sur le choix de réduire la consistance des débats esthétiques et politiques des Grenouilles et sur la perspective ludique de cette comédie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Romain Piana, La Réception d’Aristophane en France de Palissot à Vitez, 1760-1962, Thèse d’Esthétiq (...)
  • 2 À ce sujet, voir, par exemple, Traduire l’humour, Yen-Maï Tran-Gervat dir., Humoresques n° 34, Maye (...)
  • 3 Aristophane, Les Grenouilles, préface de Pierre Judet de La Combe, Les Belles Lettres, « Classiques (...)

1Les comédies d’Aristophane sont difficiles à saisir. Romain Piana le développe dans sa thèse consacrée aux évolutions et aux réceptions des comédies d’Aristophane entre 1760 et 19621, les pièces du poète comique grec sont hétérogènes, alternant des passages parlés et des passages chantés. Elles présentent des personnages et un ou plusieurs chœurs, elles ne cadrent pas avec le schéma-type des comédies classiques et traditionnelles. De plus, elles comportent de nombreuses références à des personnalités réelles et des allusions à l’actualité incompréhensibles pour un non-spécialiste. Ancrées dans la réalité extra-dramatique de leur temps, elles sont liées à l’histoire athénienne. À ces obstacles de compréhension s’ajoutent des difficultés à traduire le comique qui se définit et se produit en fonction d’un contexte culturel et social déterminé2. Pierre Judet de la Combe l’énonce par rapport aux Grenouilles, le langage d’Aristophane étant constamment parodique et empreint d’ironie, l’enjeu de la traduction n’est pas seulement de proposer des équivalents introuvables en français, mais aussi de tenir compte du jeu permis par l’ironie3.

  • 4 Le manuscrit conservé à la bibliothèque Classense à Ravenne, en Italie, daté du XIe siècle, est le (...)
  • 5 « Toutaristophane », dans Cauchemar d’homme suivi de L’argent, Monts, L’Atalante, « La Chamaille/ T (...)
  • 6 Sur Cauchemar d’homme et La stratégie d’Alice, réécritures de L’assemblée des femmes et de Lysistra (...)

2Au vu des obstacles pour saisir et pour traduire ces comédies, il peut sembler étonnant qu’un praticien, auteur et comédien de théâtre, se lance dans le projet de réécriture et d’adaptation de l’ensemble des comédies fragmentaires ou complètes d’Aristophane qui nous sont parvenues. C’est pourtant ce que fait Serge Valletti depuis 2012. Si Valletti a appris à déchiffrer le grec, s’il a travaillé à partir du manuscrit de Ravenne4 et s’il a entretenu des échanges réguliers avec Didier Pralon, philologue et Professeur émérite de langue grecque, il n’est toutefois pas chercheur. La dernière phrase présentant son projet, proposée en titre de cet article, en témoigne  : «  Traduction, translation, actualisation, imitation, contamination, réécriture, re-visitation, réinvention ou bien même trahison  ! Au lecteur de juger5.  » Valletti se pose à l’écart des traductions académiques et des débats des généticiens et des poéticiens. Son enjeu avec ces reprises des comédies d’Aristophane est de mettre au premier plan le rire et l’efficacité comique. Dans le cadre de cet article, il est impossible de traiter de toutes les comédies et de leur réécriture, qui répondent à des logiques distinctes6. Dans un souci de précision, l’étude se restreint à une seule pièce  : Reviennent les lucioles, réécriture des Grenouilles d’Aristophane.

3Dans la pièce du poète grec, Dionysos conduit le projet de ressusciter le poète tragique Euripide des Enfers car la beauté de ses vers lui manquent. Arrivé dans les Enfers, un duel s’organise pour déterminer qui d’Eschyle et d’Euripide est le meilleur poète sur les plans esthétique et politique. Le dieu du théâtre décidera finalement de ramener Eschyle dans le monde des vivants. Dans la réécriture proposée par Serge Valletti, il ne s’agit plus ni de théâtre, ni de la Grèce, mais de cinéma et de l’Italie. Dionysos souhaite ramener Fellini de la mort et, après un court débat, il fera ressusciter Pasolini.

  • 7 Pierre Judet de La Combe, préface des Grenouilles d’Aristophane, op. cit., p. IX.
  • 8 Ibid, p. VIII.
  • 9 Voir Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire [1992], Points, (...)

4Suivant Judet de la Combe, chez Aristophane, la poésie et l’actualité politique s’envisagent de façon conjointe puisque «  Les Grenouilles entrelacent l’examen parodique de la tragédie et la critique ou le rire politiques7  ». Comme les autres comédies d’Aristophane, Les Grenouilles est une pièce porteuse de thèmes d’actualité. L’année qui précède sa présentation en janvier - 405 av. J.-C. lors des Lénéennes, Euripide et Sophocle, tous deux présents dans la pièce, sont décédés, et de nombreux autres exemples renvoient directement au contexte social et politique. L’art poétique est traité comme «  une pratique sociale parmi d’autres, comme la science, l’économie, le droit, la politique, l’art de la guerre8  ». Si cette relation entre théâtre et société est établie au Ve siècle, de nos jours, à une autre époque et dans un autre contexte culturel, les pièces de théâtre et les spectacles ne sont plus systématiquement pensés par les artistes et par les critiques d’abord comme une pratique politique, ce qui s’explique notamment par l’autonomie du champ artistique, par la formalisation d’une pluralité d’approches pratiques et scientifiques et par le développement de la mise en scène en tant qu’art9. Je vais m’intéresser ici à la réécriture et aux transpositions de Valletti qui concernent les débats esthétique et politique des Grenouilles, dans un espace social où la critique semble occuper une place en constante diminution depuis la fin des années 1970, en interrogeant d’abord la consistance des débats dans la réécriture de Valletti, puis la perspective plus générale de cette comédie.

Des débats inconsistants ?

  • 10 Christophe Pébarthe, Cité, démocratie et écriture. Histoire de l’alphabétisation d’Athènes à l’époq (...)

5Chez Aristophane, les débats sur l’art poétique sont denses. Dans l’agôn, les échanges entre Eschyle et Euripide portent sur la forme, le langage, la finalité, le style, la mimèsis, et les effets de la tragédie sur les spectateurs. La joute est précise, à l’appui de citations de vers, de comptes de la métrique, de discussions des thématiques abordées et de leur traitement. Suivant Pierre Judet de La Combe, l’échange entre les deux poètes tragiques prend même la valeur d’un traité lorsque sont discutés les buts, les moyens, le prologue, le chant et le poids des mots de la tragédie. Au Ve siècle, les spectateurs présents dans les gradins du théâtre sont largement alphabétisés10, et on peut présupposer qu’ils ont une bonne connaissance des textes, qui leur permet de saisir les subtilités des débats entre les deux poètes tragiques.

  • 11 D’après les derniers chiffres, en 2008, seules 19% des personnes de 15 ans et plus ont assisté à un (...)
  • 12 D’après les enquêtes annuelles réalisées par le Ministère de la culture, la vente des livres de thé (...)
  • 13 Serge Valletti, Note d’intention de Reviennent les lucioles!, Monts, L’Atalante, 2012, p. 12.

6Aujourd’hui, alors que la pratique du théâtre concerne une fraction moins importante d’individus11 et que les textes de théâtre sont moins lus12, Valletti a choisi de transposer le théâtre au cinéma pour, écrit-il, «  toucher le public actuel qui n’a pas ce bagage13  » soit qui ne possède pas une bonne connaissance des textes de théâtre. Le chœur des Initiés est ainsi remplacé par un groupe de cinéphiles et Eschyle et Euripide par Fellini et Pasolini. La mise au point des conditions du concours, le débat et sa résolution occupent une place réduite par rapport à l’œuvre d’Aristophane et la teneur des débats esthétiques entre les deux cinéastes est moins sensible. Il n’y a pas d’éléments d’analyse filmique, pas de comparaison des plans et des cadrages, pas de théories sur la réalisation ou sur le montage.

  • 14 Fellini : « Il se complaît dans la fange et après il dit que c’est de la poésie », ibid., p. 99.
  • 15 Réplique de Pasolini, idem.

7De fait, sur quoi portent les échanges  ? Dès la mise en place du débat par Dionysos et par Pluton, les attaques, les ripostes, les esquives et les relances s’enchaînent, inscrivant les dialogues dans une dynamique de lutte. Les premières attaques de Fellini contre Pasolini portent sur les relations entre le beau, l’art, et la morale, le premier reprochant au second de proposer des films misérabilistes14. Les critiques de Pasolini concernent le rapport au réel. Il qualifie les œuvres de Fellini de «  papier crépon et guirlandes en plastique15  ». Il l’accuse de proposer des films qui privilégient le beau, qui charment par des images fabriquées en carton-pâte, au détriment d’un rapport plus franc au réel. Ces accusations valent pour des affirmations, elles ne reposent pas sur des arguments étayés. Les deux cinéastes se contentent d’énoncer les noms de leurs films sans les défendre, ils se chamaillent pour déterminer celui qui a fait tourner le plus grand acteur ou celui qui a eu le plus grand nombre de prix. Le débat tourne à la comparaison des titres et du prestige.

  • 16 Aristophane, Les Grenouilles, v. 1378-1481.
  • 17 Aristophane, Les Grenouilles, dans Théâtre complet, textes présentés, traduits et annotés par Pasca (...)

8Reprenons Aristophane pour aborder la deuxième partie du débat. Chez le poète grec, l’agôn se conclue sur une aporie puisque Dionysos ne parvient pas à choisir entre Eschyle et Euripide. Le débat change alors d’objet16  ; la question de la technique est laissée de côté au profit de la capacité des poètes à proposer des solutions pour la Cité. Les thématiques de la confiance, du langage, de la persuasion, la définition de la Cité sont développées. Les poètes sont sommés d’apporter des réponses précises aux problèmes politiques qui préoccupent les citoyens athéniens au Ve siècle, comme le propose le coryphée dans la parabase. Puisqu’ «  il est juste que le chœur sacré donne aussi à la Cité de bons conseils et d’utiles leçons17  » (v. 686), il énonce alors la nécessité d’amnistier les citoyens qui avaient pris part aux révolutions oligarchiques et il appelle à considérer les citoyens en fonction de leur utilité (khrêsta) pour la Cité. Eschyle et Euripide doivent se prononcer sur l’utilité sociale et politique du théâtre.

  • 18 Serge Valletti, Reviennent les lucioles, op. cit., p. 109.
  • 19 Réplique de Pasolini, ibid., p. 111.

9Chez Valletti, la question de Dionysos est moins précise puisque le dieu grec demande à Fellini  : «  Quel film tu ferais si je te ramenais18  ?  » Le choix de Dionysos est toutefois opéré d’après la même fonction que chez Aristophane  : Valletti choisit de ramener le cinéaste le plus utile à la cité, c’est-à-dire Pasolini, qui propose de retrouver une forme d’art «  d’avant la fureur du libéralisme19  », un art capable de rassembler les individus. Dans cette partie de la comédie, là encore, les débats ne sont pas développés. Ils sont toutefois marqués, puisque, par l’intermédiaire du groupe des cinéphiles, Valletti expose les principales problématiques de soixante ans de débats sur la définition et la fonction sociale de l’art en Europe et en particulier en France au XXe siècle. 

  • 20 Réplique du premier cinéphile, ibid., p. 88.
  • 21 Aristote : « Puisque le poète est auteur de représentations, tout comme le peintre est faiseur d’im (...)
  • 22 Voir Robert Abirached, La décentralisation théâtrale, volumes 1, 2, 3 et 4, Arles, Actes sud, 1992- (...)
  • 23 Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, Mayenne, éd. La Fabrique, 2010.
  • 24 Réplique du quatrième cinéphile, Serge Valletti, Reviennent les lucioles, op. cit., p. 90.
  • 25 Réplique du cinquième cinéphile, ibid., p. 89.

10Première problématique  : le théâtre a-t-il pour enjeu d’ «  élever l’âme des spectateurs et [de] les éclairer sur la vie non pas telle qu’elle est mais telle qu’elle doit être20  »  ? Valletti parodie ici la formule d’Aristote sur la mimèsis21 et, dans le même temps, renvoie aux débats sur le théâtre populaire en France, dont plusieurs enjeux étaient d’éduquer les spectateurs, de leur faire prendre conscience de leur condition pour ensuite leur permettre de s’émanciper par le spectacle22. Autre problématique, la question de l’égalité des compétences, notion développée par Jacques Rancière dans Le spectateur émancipé23 est abordée dans la réplique  : «  on ne saura jamais si les spectateurs sont intelligents24.  » La question de la pertinence et des moyens de l’émancipation par le spectacle est posée  : «  Et vous pensez que c’est judicieux de disserter sur le théâtre au milieu d’une représentation théâtrale25  ?  » Dernier exemple, la réplique qui suit, attribuée au premier cinéphile, reste sans réponse  : «  Et où voulez-vous le faire  ?  » Valletti demande quels sont les espaces de réflexions et les espaces de critique possibles aujourd’hui.

  • 26 Voir, par exemple, « La critique est-elle morte ? », dossier coordonné par Gwénola David et Tiago B (...)
  • 27 Voir Louis Pinto, Le café du commerce des penseurs, à propos de la doxa intellectuelle, Éd. du Croq (...)

11Comme Aristophane, qui lance des questionnements sans toujours y répondre, Valletti laisse ces interrogations en suspens. Surtout, ces phrases semblent se perdre au milieu des éléments comiques. Tout se passe comme si Valletti neutralisait les débats esthétiques et leur portée sociale. Tout se passe comme s’il fallait prendre acte de la mort des critiques journalistiques et spécialisées dans le domaine de l’art26 et, plus largement, tout se passe comme s’il fallait interroger la persistance d’une pensée critique aujourd’hui suite au tournant conservateur de la fin des années 1970-8027. Faut-il lire ici la résignation de Valletti, contraint de transposer la pièce d’Aristophane en lui retirant toute perspective critique pour rendre compte d’un évidement du sens critique aujourd’hui  ? Il convient alors de s’interroger sur cette réduction et sur la simplification des débats. S’agit-il de dépolitiser la pièce d’Aristophane pour lui préférer un traitement ludique  ?

Une réécriture ludique ?

  • 28 Pierre Judet de La Combe, op. cit., p. 210.
  • 29 Ibid.
  • 30 Exemples : Arkhédémos, le fils de Clisthène, Callias, v. 418 et suivants.
  • 31 Aristophane, Les Grenouilles, v. 354-371.

12À travers ces exemples, nous avons pu établir que, si les débats sont réduits, ils sont pourtant bien présents. Ils portent moins sur le contenu des œuvres et sur leur utilité que sur le fonctionnement du champ artistique et sur la place qu’occupe l’art dans l’espace social. Reprenons la comparaison entre Aristophane et Valletti. Dans Les Grenouilles, le Chœur des Initiés reprend les étapes des rituels d’Eleusis et des rituels dionysiaques (invocations de la promesse du bonheur, de la jeunesse et des prairies). Pierre Judet De La Combe compare le chœur des Initiés au chœur des Bacchantes d’Euripide et, suivant les analyses de Bollack sur la fonction des bacchantes, qui interviennent pour proposer une image classique, déjà connue du dyonysisme et de la Cité, il énonce que «  les initiés chantent la norme commune28  ». Il prolonge en indiquant que «  cette norme admise prend une valeur critique et violente quand la ville réelle est pervertie29  ». Suivant ces analyses, le Chœur des Initiés présente le monde tel qu’il est, à partir duquel se conduisent les réflexions. Ce chœur pratique les attaques ad hominem30, énonce les mauvais choix politiques des Athéniens, dénonce la corruption et fustige ceux qui ne respectent pas les poètes31.

  • 32 Serge Valletti, Reviennent les lucioles, op. cit., p. 55.
  • 33 Ibid., p. 111.

13Chez Valletti, le chœur est divisé en cinq cinéphiles. Ces personnages sont des mondains. Ils portent des smokings et des robes de soirée, ils «  ressemblent à un jury de festival de cinéma avec plantes vertes, buffet à volonté, journalistes, paparazzi et starlettes32  ». Leur occupation consiste à voir des films puis à en discuter de manière superficielle, ils sont davantage préoccupés par le buffet que par les films. Ils rejoignent les conclusions précédentes sur la place réduite de la critique d’art dans Reviennent les lucioles et y contribuent à leur façon. Valletti choisit de ne pas développer les caractères des cinéphiles (ils n’ont pas de nom, pas de traits spécifiques pour les différencier) et privilégie la généralisation. Toutefois, plusieurs indices permettent de situer culturellement Reviennent les lucioles en Italie. La présence de Fellini et de Pasolini, les mots en italiens nous mettent sur la piste, ce que confirme ensuite la question de Pasolini qui demande  : «  Qui dirige l’Italie en ce moment  ?  » Pluton répond  : «  La télévision33.  » Cette réplique intervient dans les dernières pages de la pièce, qui s’envisage alors à l’aune de l’empire médiatique de Silvio Berlusconi.

  • 34 En Italie : Canale 5, Italia 1, Rete 4. En Espagne, Telecinco et Cuatro.
  • 35 En 1991, l’acquisition de la plus grande maison d’édition italienne, Mondadori est possible grâce à (...)
  • 36 Voir, par exemple, Pierre Musso, Berlusconi, le nouveau Prince, Ed. de l’Aube, coll. « Monde en cou (...)
  • 37 Fabrizion Tonello, « Berlusconi et les médias, ou la démocratie à l’agonie », Le Monde, 12/09/2009.

14Silvio Berlusconi, chef d’entreprise, directeur de Mediaset, est à la tête de plusieurs chaînes de télévision italiennes et espagnoles34. Il est le principal éditeur italien de livres et de périodiques (maison d’éditions Mondadori35), il est actionnaire majoritaire du quotidien Il Giornale. Il est aussi producteur de cinéma. Il a déjà la main sur différents moyens de communication et il possède la totalité des chaînes nationales de télévision privée, lorsqu’il devient président du Conseil (1994-1995) puis qu’il est réélu au même poste (2001-2006 et 2008-2011). Cette mainmise sur les médias lui permet de diffuser largement ses idées et ses convictions politiques, et de déprécier celles de ses opposants36. Cette possibilité est amplifiée lorsqu’il accède au pouvoir puisque ses fonctions politiques lui permettent d’exercer des pressions sur des journalistes critiques, les intellectuels, l’Eglise, la Commission européenne et de faire changer les directeurs des chaînes de télévision publiques37.

  • 38 Serge Valletti, Reviennent les lucioles, op. cit., p. 60.

15Ses implications dans de nombreuses affaires de détournements de fonds, de corruption, de mœurs sont sensibles dans la comédie de Valletti. Les cinéphiles énoncent que «  les décideurs, ceux qui organisent  » ne sont «  pas des décideurs mais des dessoudeurs38  ». La fille du premier cinéphile est prénommée Laetitia, référence directe à Noemi Letizia, une jeune fille de 17 ans qui s’est retrouvée au cœur d’un des scandales impliquant Berlusconi et des jeunes filles mineures, en 2009. Laetitia énonce des pratiques qu’elle, jeune fille de cinéphile dédiée à la «  cause  » de son père, entretient avec des hommes de pouvoir  :

  • 39 Ibid., p. 64.

Comme d’habitude, il y a la soirée avec les invités, les ministres, tout le bataclan. On est obligé de faire des courbettes. Voyez ce que je veux dire. Y a les subventionneurs qu’il faut amadouer. Leur lécher les parties. […] On a besoin d’eux, alors bien obligé  ! Et je ne vous parle pas de ceux qui se mettent à quatre pattes, on doit se mettre à plusieurs pour les satisfaire39.

16Laetitia évoque ici des soirées où elle a des relations sexuelles avec des hommes de pouvoir, ce qui rappelle un autre scandale  : les soirées bunga bunga organisées par Berlusconi, où des jeunes filles sont engagées pour se prostituer, soirées dont l’existence est révélée au grand public en 2010.

  • 40 Gérard Genette, Palimpsestes ou la littérature au second degré, Seuil, « Points Essais », 1982.
  • 41 Le 14 mai 2011, Dominique Strauss-Kahn est accusé de viol par Nafissatou Diallo. L’affaire sera con (...)
  • 42 En février 2015 se tient le procès de l’affaire du Carlton de Lille où plusieurs personnalités poli (...)

17Par ces références, Valletti propose un autre niveau de lecture de sa comédie, qui devient une pièce à clés. Les attaques ad hominem présentes chez Aristophane ont été supprimées, les personnalités politiques ne sont pas nommées, mais le lecteur au fait de l’actualité italienne des dix dernières années les comprend. L’impression de perte de la pensée critique se lit comme l’un des effets de la censure et des pressions de la politique de Berlusconi. Par la transposition vers l’Italie, la comédie de Valletti prend la valeur d’une charge, au sens de Gérard Genette40, contre Silvio Berlusconi. En outre, la généralisation des personnages inscrits dans un champ de pouvoir permet une réception plus large. Il est ainsi possible de relier la situation énoncée par Laetitia aux affaires de mœurs impliquant des personnalités de pouvoir comme, récemment, les affaires du Sofitel de New York41 impliquant l’homme politique français Dominique Strauss-Kahn ou du Carlton de Lille42.

*
* *

18De façon subtile, alors qu’il semble, de prime abord, opter pour une réécriture sans place pour la critique, avec Reviennent les lucioles, Valletti propose une charge qui montre une partie des relations corrompues que peuvent entretenir le champ artistique, le champ médiatique et le champ du pouvoir en Italie. Alors que la perspective ludique semble privilégiée, il opte pour la satire critique. Dans un même mouvement, Valletti remplit son projet de provoquer les rires en laissant une grande place au comique. Il conviendrait alors d’analyser les procédés comiques et la teneur des rires suscités par Valletti, des rires déjouant les pièges du didactisme, tout en étant porteurs d’une critique sociale.

Haut de page

Notes

1 Romain Piana, La Réception d’Aristophane en France de Palissot à Vitez, 1760-1962, Thèse d’Esthétique, sciences et technologie des arts, mentions Arts du spectacle, théâtre et danse, soutenue à l’Université de Paris 8 le 16 décembre 2005 sous la direction de Patrice Pavis.

2 À ce sujet, voir, par exemple, Traduire l’humour, Yen-Maï Tran-Gervat dir., Humoresques n° 34, Mayenne, 2012.

3 Aristophane, Les Grenouilles, préface de Pierre Judet de La Combe, Les Belles Lettres, « Classiques en poche », 2012 ; partie « Traduire », p. XLV-XLIV.

4 Le manuscrit conservé à la bibliothèque Classense à Ravenne, en Italie, daté du XIe siècle, est le plus ancien et le plus complet d’Aristophane qui nous est parvenu.
Il comporte les onze comédies du poète grec ainsi que de nombreuses scolies.

5 « Toutaristophane », dans Cauchemar d’homme suivi de L’argent, Monts, L’Atalante, « La Chamaille/ Théâtre », 2012, p. 8.

6 Sur Cauchemar d’homme et La stratégie d’Alice, réécritures de L’assemblée des femmes et de Lysistrata, voir Marie Duret-Pujol et Christophe Pébarthe, « Rire de femmes, rire des femmes. De L’inconvenance comique au féminin », Colloque
L’inconvenance, CLARE-LaPRIL, Université Bordeaux Montaigne, 18-20 mars 2015, à paraître.

7 Pierre Judet de La Combe, préface des Grenouilles d’Aristophane, op. cit., p. IX.

8 Ibid, p. VIII.

9 Voir Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire [1992], Points, « Essais », 1998.

10 Christophe Pébarthe, Cité, démocratie et écriture. Histoire de l’alphabétisation d’Athènes à l’époque classique, Paris, De Boccard, 2006.

11 D’après les derniers chiffres, en 2008, seules 19% des personnes de 15 ans et plus ont assisté à un spectacle de théâtre professionnel au cours des 12 derniers mois. Source : « Théâtre et Spectacle », Chiffres clés 2011, statistiques de la culture : <http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/chiffres-cles2011/07-theatre-2011.pdf>

12 D’après les enquêtes annuelles réalisées par le Ministère de la culture, la vente des livres de théâtre et de poésie a représenté : 0,4% d’exemplaires vendus en 2009, 0,5% en 2010, 0,5% en 2011, 0,4 en 2012. Économie du livre, les chiffres-clés. Site du Ministère de la Culture : <http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Livre-et-Lecture/Documentation/Chiffres-et-statistiques>. Par ailleurs, la quantité de livres lus ailleurs que dans un contexte scolaire ou professionnel est en baisse depuis 1980. Voir : Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français à l’ère du numérique, La Découverte, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 2008.

13 Serge Valletti, Note d’intention de Reviennent les lucioles!, Monts, L’Atalante, 2012, p. 12.

14 Fellini : « Il se complaît dans la fange et après il dit que c’est de la poésie », ibid., p. 99.

15 Réplique de Pasolini, idem.

16 Aristophane, Les Grenouilles, v. 1378-1481.

17 Aristophane, Les Grenouilles, dans Théâtre complet, textes présentés, traduits et annotés par Pascal Thiercy, Pléiade, Paris, 1997, p. 773.

18 Serge Valletti, Reviennent les lucioles, op. cit., p. 109.

19 Réplique de Pasolini, ibid., p. 111.

20 Réplique du premier cinéphile, ibid., p. 88.

21 Aristote : « Puisque le poète est auteur de représentations, tout comme le peintre est faiseur d’images, il est inévitable qu’il représente toujours les choses sous l’un de trois aspects possibles : ou bien telles qu’elles étaient ou telles qu’elles sont, ou bien telles qu’on les dit ou qu’elles semblent être, ou bien telles qu’elles doivent être ». Aristote, Poétique, chap. 25, 60b7, texte, trad. et notes de R. Dupont-Roc et J. Lallot, Seuil, Ligugé, 1980, p. 129.

22 Voir Robert Abirached, La décentralisation théâtrale, volumes 1, 2, 3 et 4, Arles, Actes sud, 1992-1995.

23 Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, Mayenne, éd. La Fabrique, 2010.

24 Réplique du quatrième cinéphile, Serge Valletti, Reviennent les lucioles, op. cit., p. 90.

25 Réplique du cinquième cinéphile, ibid., p. 89.

26 Voir, par exemple, « La critique est-elle morte ? », dossier coordonné par Gwénola David et Tiago Bartolomeu Costa, revue Mouvement, l’interdisciplinaire des arts vivants, n° 49, octobre-décembre 2008, p. 48-53. Voir aussi les débats annuels regroupant des professionnels et des universitaires autour de la critique qui se déroulent en juillet dans le cadre du Festival de théâtre d’Avignon comme, par exemple, celui organisé par l’association Avignon Festival & Compagnies, animé par Christophe Galent, à l’Hôtel des Monnaies le 15 juillet 2008.

27 Voir Louis Pinto, Le café du commerce des penseurs, à propos de la doxa intellectuelle, Éd. du Croquant, « Savoir/ agir », Clamecy, 2009 ainsi que Didier Eribon, D’une révolution conservatrice et de ses effets sur la gauche française, Variations V, Clamecy, Éditions Léo Scheer, 2007.

28 Pierre Judet de La Combe, op. cit., p. 210.

29 Ibid.

30 Exemples : Arkhédémos, le fils de Clisthène, Callias, v. 418 et suivants.

31 Aristophane, Les Grenouilles, v. 354-371.

32 Serge Valletti, Reviennent les lucioles, op. cit., p. 55.

33 Ibid., p. 111.

34 En Italie : Canale 5, Italia 1, Rete 4. En Espagne, Telecinco et Cuatro.

35 En 1991, l’acquisition de la plus grande maison d’édition italienne, Mondadori est possible grâce à la corruption d’un juge et d’un avocat, Me Previti (cf. jugement confirmé par la Cour de cassation en 2007).

36 Voir, par exemple, Pierre Musso, Berlusconi, le nouveau Prince, Ed. de l’Aube, coll. « Monde en cours », Paris, 2003, où l’auteur analyse la manière nouvelle proposée par Berlusconi pour faire de la politique.

37 Fabrizion Tonello, « Berlusconi et les médias, ou la démocratie à l’agonie », Le Monde, 12/09/2009.

38 Serge Valletti, Reviennent les lucioles, op. cit., p. 60.

39 Ibid., p. 64.

40 Gérard Genette, Palimpsestes ou la littérature au second degré, Seuil, « Points Essais », 1982.

41 Le 14 mai 2011, Dominique Strauss-Kahn est accusé de viol par Nafissatou Diallo. L’affaire sera conclue par une transaction financière entre les deux parties, sans jugement en procès public.

42 En février 2015 se tient le procès de l’affaire du Carlton de Lille où plusieurs personnalités politiques et des hommes d’affaires sont mis en examen pour « proxénétisme aggravé en réunion».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Duret-Pujol, « Reviennent les lucioles de Serge Valletti : « Traduction, translation, actualisation, imitation, contamination, réécriture, re-visitation, réinvention ou bien même trahison ! » »Littératures, 74 | 2016, 199-208.

Référence électronique

Marie Duret-Pujol, « Reviennent les lucioles de Serge Valletti : « Traduction, translation, actualisation, imitation, contamination, réécriture, re-visitation, réinvention ou bien même trahison ! » »Littératures [En ligne], 74 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/559 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.559

Haut de page

Auteur

Marie Duret-Pujol

Marie Duret-Pujol est Maîtresse de conférences d’Études Théâtrales à l’Université Bordeaux Montaigne, spécialiste du comique, auteure d’une thèse sur la poétique de la comédie dans le théâtre contemporain, elle a publié plusieurs articles sur le comique et a coordonné le dossier «  Le comique théâtral contemporain, dans tous ses états  » (Registres, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2015) ainsi que le 3e numéro de la revue Horizons/ Théâtre consacré à l’adaptation (Presses Universitaires de Bordeaux, 2014). Elle a également coordonné un séminaire de recherches interdisciplinaire autour des thématiques «  Comique et politique  » à Bordeaux Montaigne, avec Christophe Pébarthe (publication des actes en cours).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search