Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Traduire, faire de la critique : ...L’écriture critique comme réécrit...

Traduire, faire de la critique : réécrire ?

L’écriture critique comme réécriture : Jean-Pierre Richard et les Microlectures

Marta Sábado Novau
p. 209-219

Résumé

Partant de la conception de Barthes de la lecture comme écriture, cet article tente d’explorer comment l’écriture critique de Jean-Pierre Richard dans les deux Microlectures peut être une réécriture du texte littéraire commenté. Après avoir posé les paramètres de la microlecture richardienne, deux pratiques de réécriture sont analysées  : l’une, celle du critique tisserand qui coupe et découpe le texte pour le relier différemment, se livrant ainsi à une réécriture proche de la retranscription (notamment avec la versification)  ; l’autre, celle du critique compositeur qui réécrit sans retranscrire, écrivant le même autrement. Ces deux pratiques de la réécriture soulignent le débordement de la lecture sur l’écriture chez Jean-Pierre Richard, mouvement qui anime toute sa critique et interroge le statut d’écrivain du critique.

Haut de page

Texte intégral

Quand lire, c’est déjà écrire

  • 1 Roland Barthes, S/Z, Seuil, « Points Essais », 1970, p. 10.
  • 2 Jean-Pierre Richard, Microlectures, Seuil, « Poétique », 1979, p. 10.
  • 3 « […] je vois une différence de niveau entre l’écriture des créateurs et celle des critiques. Écriv (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Microlectures, ibid.
  • 6 Jean-Pierre Richard, Pages Paysages. Microlectures II, Seuil, « Poétique », 1984, p. 7.
  • 7 Microlectures, ibid.
  • 8 Ibid. 
  • 9 Roland Barthes, Bruissement langue. Essais critiques IV [1984], Seuil, « Points Essais », 1993, p. (...)

1Roland Barthes au début de S/Z propose une définition du travail littéraire, «  de la littérature comme travail  », qui consiste à «  faire du lecteur […] un producteur de texte  », production qui est toujours aussi une réécriture («  quels textes accepterais-je d’écrire (de ré-écrire1) […]  ?  »). Lecture et écriture en viennent à se suivre, l’une appelant l’autre, indéfiniment. Cette vision de la lecture et de l’écriture est aussi celle de Jean-Pierre Richard qui, dans l’avant-propos de Pages Paysages (1984), le deuxième volume des Microlectures (1979), évoque Barthes comme «  l’un des maîtres du style de lecture ici pratiqué2  ». Or, contrairement à Barthes, il maintient ses distances quant à se poser comme créateur au même niveau que les écrivains3. Plus que créer Jean-Pierre Richard souhaite «  raviver4  » les textes, et cela ne semble pouvoir se faire que de l’intérieur. Il inscrit ainsi sa pratique de critique dans la continuité d’un mouvement, d’une poussée, d’un désir, qui est celui de l’écriture première de l’écrivain. Dans l’avant-propos de Microlectures, on peut lire  : «  Si écrire, c’est toujours continuer à écrire, il me fallait tenter, chose peu faite jusqu’ici, de ressaisir les fils […] de cette continuité même […] de lire l’écrit […] dans la ligne même de sa suite, dans l’aimantation de son ensuite5 »  ; ou encore, dans celui de Pages Paysages : «  […] on trouvera ici […] plusieurs commentaires détaillés, tentant d’appréhender quelques textes assez courts dans leur tissu le plus fin6.  » Le travail de l’écriture est rapproché de celui de l’artisanat, du tisseur, tant pour l’écrivain qui écrit et tisse, que pour le critique qui lit, délie et relie, donc réécrit. Une conception qui rend tout son sens à l’expression barthienne de la littérature comme travail, et pour Richard, comme pratique artisanale, faite d’«  insistance  » et de «  lenteur7  ». Une lenteur qui évoque tant une relecture insatiable qu’une réécriture inévitable. De plus, le travail de l’écriture comme de la lecture inclut, chez les deux critiques, le corps  : «  Je demeure d’abord sensible dans un texte à sa façon de séduire vers lui le corps lisant8  », écrit Richard, et Barthes  : «  Lire, c’est faire travailler notre corps […] à l’appel des signes du texte9.  » Cette dimension corporelle de la lecture introduit d’emblée le lecteur dans une activité physique, désirante, proche de l’écriture.

2À cette conception de la lecture s’ajoute le préfixe «  micro  » qui opère un glissement d’une lecture-écriture vers une lecture-réécriture.

Paramètres de la microlecture chez Jean-Pierre Richard

  • 10 Michel Charles, « La lecture analytique », Poétique, nº 34, avril, 1978, p. 130 et 147.
  • 11 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Seuil, 1982.

3Les microlectures de Jean-Pierre Richard, par leur attention au détail et par leur exhaustivité, correspondent à ce que Michel Charles appelle une lecture critique. Ces deux formes de lecture ont en commun l’étude «  des fragments ou des textes “achevés” plus ou moins longs [...] qui sont cités dans leur intégralité  » dont une des formes extrêmes serait une «  réécriture10  » du texte commenté et cité. Mais, ce texte au second degré reste-t-il un commentaire (métatexte) ou peut-on lui octroyer le statut d’hypertexte selon la terminologie de Genette11  ? Quelle relation entretient la réécriture richardienne avec le texte commenté  ? Il nous semble, comme nous tenterons de le montrer, que les microlectures de Jean-Pierre Richard se situent dans une zone hybride entre métatexte et hypertexte, par leur valeur mais aussi par leurs pratiques. Elles s’inscrivent ainsi au cœur de la réflexion qui fait du critique un écrivain à part entière. Observons d’abord de quelle façon le métatexte richardien relève des valeurs de l’hypertexte avant d’étudier ses pratiques.

  • 12 Microlectures, op. cit., p. 11.
  • 13 Florian Pennanech, « “Tout peut être dit”. Critique et totalisation dans Microlectures et Pages Pay (...)
  • 14 Jean Starobinski, « La Relation critique », dans La Relation critique, Gallimard, 2001, p. 55.
  • 15 « Questions et réponses », op. cit., p. 99.

4Dès l’avant-propos du premier volume plusieurs indices nous amènent à considérer les lectures de Richard sous cet angle. L’origine de l’écriture du critique se situe dans le détail, «  le grain  » du texte, et c’est «  à partir de cette minimité même […] ou de son manque (pour nous, l’écriture  ?), [que] nous savons bien que tout peut être dit12  ». Loin de déboucher sur la partialité, c’est bien d’un «  vœux de totalité13  » que ces lectures sont investies. Ce manque d’écriture, Jean-Pierre Richard va le combler moins par le commentaire, que par la réécriture des textes, afin de tout leur faire dire. Son entreprise critique correspond ainsi à la vision qu’en donne Jean Starobinski  : «  […] c’est l’inquiétude et le sentiment du manque qui sont les sources d’inspiration critique  », et qui débouchent sur une «  vocation plénière  » de la critique. «  Pour répondre à sa vocation plénière  », poursuit-il, «  la critique […] doit se faire œuvre à son tour, et courir les risques de l’œuvre14  ». Nous notons donc un déplacement du statut de commentaire qui reste secondaire vis-à-vis du texte qu’il commente vers une position première (hypertexte) qui, tout en s’enracinant dans un l’hypotexte, assume sa propre valeur d’œuvre. C’est cet aspect qui selon Genette distinguerait, entre autres, le métatexte de l’hypertexte, et dans l’entreprise richardienne ces deux pratiques se trouvent brouillées. De plus, le préfixe micro délimite la lecture et son commentaire dans un espace précis («  la page  »), mais ne le limite pas. Ne tenant compte que du texte et non plus de son contexte, «  l’écart propre à la relation critique  » (et donc au métatexte) devient «  minime dans les Microlectures15 ». Jean-Pierre Richard se réfère à cette relation dans le sens qu’en donne Starobinski pour qui «  relation  » équivaut à distance. La critique richardienne va donc faire de la critique moins en commentant le texte qu’en le transformant, bref, en le réécrivant.

  • 16 Pages Paysages, op. cit., p. 256.
  • 17 Jean Starobinski, La Relation critique, ibid. Comme l’explique Michel Collot dans un compte rendu d (...)

5Enfin, ce déplacement se trouve confirmé au terme de son entreprise, dans l’annexe qui clôt le deuxième recueil des Microlectures. Dans celui-ci, intitulé symboliquement «  Terre écrite  », Jean-Pierre Richard assume poétiquement la marque d’une personne, celle du propre critique  : «  une fois la partie terminée […] la place (la page) provisoirement désertes, il ne restait, ne reste, ne restera plus, […] qu’à fermer le stylo, non sans l’avoir toutefois utilisé à tracer pour finir les lettres de ce dernier paraphe  : Jean-Pierre Richard16.  » Une signature qui peut surprendre à la fin d’un volume de critique, et qui néanmoins correspond parfaitement aux lectures-réécritures qui la précèdent. En effet, cette œuvre à part entière qu’est l’œuvre critique doit porter pour Jean Starobinski «  la marque d’une personne – mais d’une personne qui aura passé par l’ascèse impersonnelle du savoir “objectif17”  ».

  • 18 « Questions et réponses », ibid.

6Les Microlectures richardiennes doivent donc être comprises à l’intérieur de ce «  cadrage  ». Elles entraînent plus particulièrement une double pratique de la réécriture que nous analyserons en deux temps. La première relève de la pratique du tailleur ou du tisserand  : le critique va découper le texte pour ensuite le relier différemment avec le but de faire dire au texte le même, mais différemment. L’autre modalité, au contraire, ne découpera pas le texte, mais s’accouplera avec lui, comme une mélodie qui s’inscrit tantôt sur tantôt sous le thème principal d’une musique dans un «  mouvement d’adhésion18  » qui a toujours guidé la critique de Jean-Pierre Richard.

Dans l’atelier du tailleur-tisserand

7La pratique du découpage et du «  recollage  » va chez Jean-Pierre Richard dès un mot jusqu’à toute une séquence textuelle (plusieurs phrases). La réécriture la plus frappante concerne les phrases en prose que Richard va reprendre pour les réécrire en vers. Ainsi, dans «  La fiancée du vent  », lecture de La Sorcière de Michelet, Jean-Pierre Richard réécrit les paroles que le diable adresse à la sorcière  :

  • 19 Microlectures, op. cit., p. 55.

Ignorante et insensée, tu ne sais ce que tu dis… Cette plante qui roule ainsi a bien droit de mépriser tant d’herbes grasses et vulgaires19.

  • 20 Ibid., p. 72-73.

8Pour souligner «  la régularité  », «  le rythme très égal  » du discours, Richard propose de le «  transcrire graphiquement comme un poème, ou une suite de versets  ». Les premières phrases deviennent ainsi une «  strophe  » qui, dit Jean-Pierre Richard, «  s’en réécrirait aisément ainsi20  »  :

  • 21 Ibid.

Ignorante et insensée 7
Tu ne sais ce que tu dis… 7
Cette plante qui roule ainsi 8
A bien droit de mépriser 7
Tant d’herbes grasses et vulgaires 821

9Cela permet, à la manière dont on compte les syllabes d’un poème, d’ajouter à la fin de chaque «  vers  » le numéro de syllabes et de faire ressortir la régularité dont il était question. Le rythme et le style poétique de la prose de Michelet sont mis en avant grâce à cette retranscription du texte.

10Le même procédé se retrouve dans «  À tombeau ouvert  », lecture de Le rivage des Syrtes de Julien Gracq. J.-P. Richard explique  :

  • 22 Microlectures, op. cit., p. 274.

Prenons le risque de réécrire les deux phrases terminales dans le moule d’une sorte de poème […]. Un tel découpage (éminemment discutable certes) met en évidence des régularités  : ainsi l’abondance des octosyllabes et des heptasyllabes, souvent juxtaposés22 […].

11La versification qu’opère le critique consiste moins en une réécriture qu’en une mise en page, puisque le texte d’origine n’est nullement modifié. Toutefois, Jean-Pierre Richard semble dire qu’il s’agit pour lui d’une réécriture et non pas d’une simple retranscription. Car dans cette nouvelle forme il y inscrit la marque de sa lecture, son interprétation.

  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.

12Mais cette réécriture ne s’arrête pas au rythme d’un texte, elle permet aussi de faire converger forme et fond  : le sens, mais aussi le symbolique qui demeure enfoui sous les lignes disposées en prose sur la page. Jean-Pierre Richard distingue encore dans le texte de Gracq un passage qui évoque un des motifs du roman, et qu’il définit comme un «  effet de houle  », provoqué par un «  balancement  » et un «  déroulement23  ». Pour rendre compte du mouvement du texte, il ne suffira pas de disposer les phrases en vers, mais de les faire bouger sur la page, afin d’exprimer graphiquement le contenu, se rapprochant ainsi des calligrammes. Pour montrer comment «  l’élargissement du discours produit dans le texte même l’élan d’un débordement  » et «  la figure d’un départ24  », Jean-Pierre Richard dispose les morceaux de phrases (devenues des vers) sur deux colonnes qui rendent l’image de l’effet de houle, de débordement, puisque le dernier vers se retrouve légèrement décalé à droite par rapport aux autres vers  :

  • 25 Ibid.

Je la sentais
comme le lit que pressentent…
comme le vent de ces côtes qu’on dévale
Je me remettais à elle,
Comme à une route dont on pressent
Qu’elle conduit vers la mer25.

13Dans ce cas, il y a donc davantage transformation de l’hypotexte, dans la mesure où le critique choisit quelles phrases réécrire, laissant d’autres jugées moins importantes pour son propos de côté. Il réduit donc le texte pour paradoxalement en élargir le sens. Le critique prend davantage de libertés avec le texte d’origine et ne recopie pas sur le «  modèle  » déjà établi du poème, soulignant ainsi la dimension créative de cette critique mais aussi parce qu’il crée véritablement un nouveau texte, une nouvelle forme. C’est le cas où la réécriture devient grâce à l’interprétation du texte création, sans pour autant s’écarter du texte original, sans lui rajouter de nouveaux éléments. On pourrait cependant affirmer que Jean-Pierre Richard dépaysage le texte original, lui donnant une nouvelle page, un nouvel espace, pour représenter visuellement une idée que le texte contient implicitement. Ainsi s’établit un rapport actif avec l’espace et l’écriture dans l’espace  : ce n’est plus le texte qui dépayse le lecteur, mais le critique-écrivain qui dépaysage le texte.

  • 26 Ibid., p. 168.

14Mais la réécriture peut prendre d’autres formes qui correspondent davantage à la technicité du propos tenu par le critique, comme lorsqu’il dispose les éléments du texte analysé dans un tableau qui va le guider au long de sa «  lecture séquentielle lente et détaillée26  », ou lorsqu’il analyse les mots qui constituent la phrase dans leur suite en décelant la répétition des sonorités. Lors de l’analyse phonologique, Jean-Pierre Richard découpe les mots qui contiennent la même sonorité, et les réécrit en les replaçant dans un nouvel ordre, dans une nouvelle phrase. Ainsi la phrase de Claudel  :

  • 27 Ibid., p. 163.

Le soleil […] c’est lui qui mûrit notre champ, comme c’est le feu tout à nu qui cuit notre galette et qui rôtit notre viande27.

15devient  :

  • 28 Ibid., p. 176. Nous soulignons.

Ce nu jubilant s’insère […] dans une série des mots marqués par une prévalence de l’aigu (i, u, ui)  : c’est lui qui mûrit, à nu, qui cuit, qui rôtit28.

16Ou encore  :

  • 29 Ibid.

Nous ouvrons d’un soc fort dans la terre solide la raie où naît la croûte que nous coupons de notre couteau et que nous broyons entre nos mâchoires29.

  • 30 Ibid., p. 177.

17La phrase est décrite et réécrite par Jean-Pierre Richard comme «  la suite kaléidoscopique des présents actifs (nous ouvrons, nous coupons, nous broyons)  », et «  l’enchaînement ultra-rapide des monosyllabes dans la série signifiante  : nous ouvrons, d’un soc fort la raie où naît la croûte que nous coupons30  ». La reprise et la réécriture constante du texte original se traduit par les italiques qui occupent la page comme des points de rappels de l’origine du texte critique, de sa source et de sa fin. Comme une aiguille qui perce le tissu pour ressortir quelques millimètres plus en avant, le commentaire cherche à démêler les fils, les sens souterrains, non visibles à la première lecture. Mais, si «  perçage  » il y a, c’est pour rendre visible le mouvement du texte, ses liens, ses relations. À travers cette reprise constante, dont le texte par les italiques rend visuellement compte, on assiste tout au long des lectures, à une trame de tissu dont on pourrait voir les différents fils qui en constituent le feston.

18Cette pratique cohabite dans les Microlectures avec un autre genre de réécriture qui ne cite pas le texte littéraire, mais l’émule, donnant lieu à ce que l’on pourrait appeler des mimotextes, dans la mesure où le critique mime l’hypotexte dans son commentaire. Or celui-ci ne débouche pas sur une copie mais, au contraire, ébranle le texte original des l’intérieur.

Le critique comme compositeur  : thème et variation

  • 31 Georges Poulet, La Conscience critique, José Corti, 1971, p. 217.
  • 32 Gérard Genette, Figures IV, Seuil, 1999, p. 103.

19La deuxième modalité de réécriture est intangible mais présente  : le critique mime le rythme et les sonorités du texte littéraire. C’est dans ce sens que nous pouvons parler ici non pas de l’activité d’un tisseur, mais de celle d’un compositeur qui à partir d’un thème principal en proposerait une variation (qui peut revêtir différentes formes). Cette réécriture n’est donc pas visible dans la trame du texte puisqu’elle ne cite pas le texte littéraire. Elle épouse les mouvements du texte dans un élan d’adhésion. Georges Poulet écrit à propos de l’écriture de Jean-Pierre Richard qu’elle se «  surajoute, sans s’y confondre  » à la langue du poète, et que «  dans le même registre et avec le même timbre, surenchérit sur la première dans un crescendo d’équivalences  », formant ainsi un véritable «  duo  » chantant31. Cette pratique de la réécriture peut aussi se comprendre à la lumière de ce que Gérard Genette appelle «  l’autre du même  » et qui veut que l’«  on ne peut varier sans répéter, ni répéter sans varier32  », et dont l’art qui en rend compte par excellence est la musique.

20Dans «  La fiancée du vent  », nous voyons une réécriture qui correspond à cette idée de reprise et de répétition et en même temps de variation et d’approfondissement.

Jouet du sort, elle se vit, comme la triste plante des landes, sans racines, que la brise promène, ramène, châtie, bat inhumainement ; on dirait un corail grisâtre, anguleux, qui n’a d’adhérence que pour être mieux brisé. […]

  • 33 Microlectures, op. cit., p. 55.

Cette plante qui roule ainsi a bien droit de mépriser tant d’herbes grasses et vulgaires. Elle roule, mais complète en elle, portant tout, fleurs et semences. Ressemble-lui. Sois ta racine, et, dans le tourbillon même, tu porteras fleur encore33  […].

21Les deux paragraphes sont en fait deux séquences distinctes (la 2 et la 5) dans lesquelles Richard a découpé le texte original afin de mieux suivre son mouvement et sa cohérence interne. Une fois le texte délié, le critique relie ces deux séquences. Voici la réécriture de Jean-Pierre Richard, répétant le même autrement  :

  • 34 Ibid., p. 75.

On devine la rentabilité rêveuse de ce rouler. […] la forme implicite de son mouvement nous induit à imaginer aussi un arrondissement progressif, un tassement, un recourbement, puis un renfermement sur soi de ce qui roule, en somme la clôture circulaire, accomplie et immobile […]. Pierre qui roule n’amasse pas mousse, mais s’amasse sans doute elle-même autour d’un centre de plus en plus dense et personnel. Ainsi notre plante  : partout roulante, mais du coup toujours davantage enroulée sur elle-même  ; stérile communément, mais prête à accueillir, au creux nouveau de son involution, le travail d’une autre fécondité, les germes d’une jouissance totalement narcissique34.

  • 35 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 109.

22Il ne s’agit pas du même texte. Le texte de Michelet n’est pas cité, mais flotte sur le métatexte richardien en lui imposant son rythme. L’écriture de Richard se laisse entraîner dans le même élan et le même mouvement que le texte original, conséquence de son adhésion et de sa proximité au texte littéraire. Toute imitation, dit Genette, est généralisation d’un style35. Cependant, dans ce cas, en ce qui concerne le fond, le résultat n’est pas la généralisation, mais bien au contraire, l’emphase sur singularité de la prose et de la pensée poétique de Michelet, dont la convergence entre forme et fond ressort grâce à la réécriture du critique.

  • 36 À la fin de la microlecture « Dedans/dehors » : « Voilà écrit, ou réécrit, sous un parti pris spati (...)

23Jean-Pierre Richard varie les mots, mais répète l’essence (les sens) du texte. Le roulement de la plante que le texte de Michelet décrit, l’écriture critique s’efforce de le reproduire par le rythme de sa phrase (ici proche du poème en prose) et par les sonorités de ses mots. D’abord avec le [m] et le [s] qui invoquent le marmonnement et le sifflement du vent  : «  pierre qui roule n’amasse pas mousse, mais s’amasse sans doute elle-même  »  ; vent qui entraîne le roulement, le frottement contre le sol de la pierre ou de la plante, représenté cette fois-ci par les [r]  : «  […] partout roulante, mais du coup toujours davantage enroulée sur elle-même  ; stérile communément, mais prête à accueillir, au creux nouveaux de son involution.  » Si l’hypotexte offre l’image de la plante roulante, celui de Richard, quant à lui, offre au lecteur l’image souterraine, celle de la sensation qui est reconstruite dans l’imaginaire du lecteur par la réécriture. D’ailleurs, Jean-Pierre Richard n’hésite pas à employer ce mot à la fin de ses trois microlectures de La Sorcière36. Ainsi, le dessein de cette réécriture n’est pas de fixer le texte dans un sens, mais de rendre le mouvement du texte signifiant, et de signifier avec lui. Le mimotexte, tel que nous le comprenons ici, ne mime pas «  à l’arrêt  », mais implique de suivre l’hypotexte dans son mouvement, et de l’agrandir, de repousser ses limites, et ce des l’intérieur même.

24Jean-Pierre Richard remarque un procédé semblable chez Barthes, plus précisément dans le livre Michelet par lui-même, dont on peut imaginer l’influence qu’il a eue sur les Microlectures, sachant qu’à l’origine de ces lectures se trouvent trois écrivains, dont Michelet, et un critique, Roland Barthes. Dans l’hommage à Barthes à la fin de Pages Paysages, Richard commente le livre de Barthes sur Michelet avec des termes qui pourraient très bien s’appliquer à lui-même :

  • 37 Pages Paysages, op. cit., p. 234.

L’un des charmes, trente ans après, du Michelet par lui-même, c’est la manière dont le discours critique s’y donne constamment comme homologue, presque comme homogène à son objet […]. Ces gestes essentiels de l’écrivain d’histoire, ils se trouvent d’une certaine manière repris et prolongés par l’écrivain critique, Roland Barthes parlant de Michelet. […] ce livre se renferme sur lui-même, de sa première à sa dernière page, dans la courbe d’une parfaite cohérence. […] tout […] y baigne dans la même eau, la même nappe d’écriture, et de lecture37.

  • 38 Ibid., p. 255.
  • 39 Expression de Georges Poulet, dans La Conscience critique, ibid.

25La «  circularité du jeu  » et «  du sens 38 » évoquée par Jean-Pierre Richard à propos de sa propre méthode critique, rejoint l’idée d’une même nappe d’écriture et de lecture à propos de Barthes. Cette recherche constante d’une correspondance avec le texte commenté, se trouve dans son commentaire «  Connaissance du riz  », lecture de Connaissance de l’Est de Claudel, pour ne citer qu’un exemple. Cette lecture analyse les motifs du pain et du riz dans le poème, et la «  fureur mimétique39  » conduit Richard à mimer le mouvement général du texte dans l’ensemble de son propre texte, faisant correspondre forme et sens, mais aussi lecture et écriture. Cette étude sur Claudel se termine sur ces mots  :

  • 40 Microlectures, op. cit., p. 193.

Lorsque le poème s’achève sur la célébration enfin devenue unitaire, synthétique d’une terre nourriture, lorsqu’il se tait, après avoir si longtemps provoqué, nourri le travail jouissif de notre (de sa) bouche, après nous avoir (s’être) si puissamment, et si diversement fait venir, le mot est de Claudel, l’ »  eau à la bouche  », pourquoi ne pas dire qu’il a été, lui aussi [le poème], bon à manger40  ?

  • 41 Ce procédé est répété maintes fois dans les microlectures, pour en citer qu’un, la lecture de Célin (...)

26Le critique établit une analogie entre le poème commenté et son propre texte, dans la forme, mais aussi dans le sens. À notre tour, nous pourrions affirmer que le texte de Richard s’achève lui aussi sur la célébration enfin devenue unitaire de ce texte nourriture41.

Le débordement de la lecture sur l’écriture

  • 42 Nathalie Kremer, « La lecture comme tableau : la microlecture entre révélation et réécriture », Fab (...)
  • 43 Jean-Pierre Richard évoque lui-même l’image de la vague pour représenter l’acte de lecture du criti (...)

27L’image du texte comme tissu, de la lecture et de l’écriture comme artisanat, mais aussi celle de la réécriture comme variation d’un thème musical, ont en commun de mettre en relief le mouvement qui anime la critique de Jean-Pierre Richard. Contrairement à d’autres microlectures où «  la réénonciation se présente comme l’immobilisation d’une mouvance  » donnant lieu à un «  tableau42  », le résultat de la réécriture dans ces microlectures ne relève pas d’une dissection du texte. Ce mouvement empêche, malgré le mimétisme de cette critique, que l’écriture critique produise un effet de miroir avec le texte commenté. Ce mouvement constant s’avance, déborde, comme une vague qui se brise, mais toujours animé par un même élan43. Ainsi, cette lecture corporelle déborde sur l’écriture, un débordement qui rejoint l’expérience de jouissance, de lecture et d’écriture.

Haut de page

Notes

1 Roland Barthes, S/Z, Seuil, « Points Essais », 1970, p. 10.

2 Jean-Pierre Richard, Microlectures, Seuil, « Poétique », 1979, p. 10.

3 « […] je vois une différence de niveau entre l’écriture des créateurs et celle des critiques. Écrivains au second degré, ils ne sont pas, comme le pensait encore Barthes, des créateurs à part entière », Jean-Pierre Richard dans « Questions et réponses », dossier Jean-Pierre Richard, Littérature, décembre 2011, nº 164, Larousse, p. 100.

4 Ibid.

5 Microlectures, ibid.

6 Jean-Pierre Richard, Pages Paysages. Microlectures II, Seuil, « Poétique », 1984, p. 7.

7 Microlectures, ibid.

8 Ibid. 

9 Roland Barthes, Bruissement langue. Essais critiques IV [1984], Seuil, « Points Essais », 1993, p. 35.

10 Michel Charles, « La lecture analytique », Poétique, nº 34, avril, 1978, p. 130 et 147.

11 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Seuil, 1982.

12 Microlectures, op. cit., p. 11.

13 Florian Pennanech, « “Tout peut être dit”. Critique et totalisation dans Microlectures et Pages Paysages », Fabula-LhT, nº 3, « Complications de texte : les microlectures », septembre 2007, <http://www.fabula.org/lht/3/pennanech.html>, consulté le 16 mars 2015. Un vœu de totalité qui s’oppose à la microlecture telle que la pratique Jacques Derrida qui, elle, est marquée par l’inachevable et le décousu. Dans les deux conférences recueillies dans Ulysse gramophone. Deux mots pour Joyce, prononcées en 1982 et 1984 et contemporaines des microlectures de Jean-Pierre Richard, c’est plutôt la multiplication infinie qui est visée.

14 Jean Starobinski, « La Relation critique », dans La Relation critique, Gallimard, 2001, p. 55.

15 « Questions et réponses », op. cit., p. 99.

16 Pages Paysages, op. cit., p. 256.

17 Jean Starobinski, La Relation critique, ibid. Comme l’explique Michel Collot dans un compte rendu de Pages Paysages: « Il s’agissait de montrer que la critique thématique, […], était capable, en s’enrichissant d’une analyse stylistique et psychanalytique, de rendre compte d’un texte dans ses détails les plus minimes. La démonstration fut éblouissante, mais elle imposait à l’écriture du critique l’ascèse d’une technicité parfois pointilleuse et l’exercice d’une virtuosité perpétuelle, destinée à compenser la relative aridité du propos. Si bien que le livre […] dérouta ses lecteurs habituels, qui crurent avoir à faire à quelque expérience de laboratoire réservée aux spécialistes de la “science des textes”. » Michel Collot, « La critique sensualiste de Jean-Pierre Richard », dans La Quinzaine littéraire, nº 424, septembre 1984.

18 « Questions et réponses », ibid.

19 Microlectures, op. cit., p. 55.

20 Ibid., p. 72-73.

21 Ibid.

22 Microlectures, op. cit., p. 274.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 168.

27 Ibid., p. 163.

28 Ibid., p. 176. Nous soulignons.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 177.

31 Georges Poulet, La Conscience critique, José Corti, 1971, p. 217.

32 Gérard Genette, Figures IV, Seuil, 1999, p. 103.

33 Microlectures, op. cit., p. 55.

34 Ibid., p. 75.

35 Gérard Genette, Palimpsestes, op. cit., p. 109.

36 À la fin de la microlecture « Dedans/dehors » : « Voilà écrit, ou réécrit, sous un parti pris spatio-catégoriel, le petit “roman” de la Sorcière », Microlectures, op. cit., p. 108.

37 Pages Paysages, op. cit., p. 234.

38 Ibid., p. 255.

39 Expression de Georges Poulet, dans La Conscience critique, ibid.

40 Microlectures, op. cit., p. 193.

41 Ce procédé est répété maintes fois dans les microlectures, pour en citer qu’un, la lecture de Céline intitulée « Casque-Pipe », par exemple, se termine ainsi : « Me voici renvoyé, par le jeu du texte même, au questionnement/plaisir d’un autre objet. Ou pipé, si l’on veut – n’est-ce pas la définition même de la lecture : une tromperie continuée ? […] Pas question pourtant, ici, d’en piper mot », Microlectures, op. cit., p. 255. Cette tentation à laquelle Jean-Pierre Richard semble mal résister pourrait s’attacher à une espèce de « rêverie cratyléenne » qui toucherait non seulement les mots, mais l’ensemble des œuvres.

42 Nathalie Kremer, « La lecture comme tableau : la microlecture entre révélation et réécriture », Fabula – Lht, nº 3, « Complications de texte : les microlectures », septembre 2007, <http://www.fabula.org/lht/3/kremer.html> consulté le 16 mars 2015.

43 Jean-Pierre Richard évoque lui-même l’image de la vague pour représenter l’acte de lecture du critique, qui au lieu de glisser, passe « en dessous des vagues », dans
« Questions et réponses », op. cit., p. 97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta Sábado Novau, « L’écriture critique comme réécriture : Jean-Pierre Richard et les Microlectures »Littératures, 74 | 2016, 209-219.

Référence électronique

Marta Sábado Novau, « L’écriture critique comme réécriture : Jean-Pierre Richard et les Microlectures »Littératures [En ligne], 74 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.561

Haut de page

Auteur

Marta Sábado Novau

Marta Sábado Novau est doctorante en Littérature générale et comparée à l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 et prépare une thèse sur «  l’Ecole de Genève  » sous la direction de Tiphaine Samoyault. Elle travaille essentiellement sur la critique et la théorie littéraire. Son approche interroge les dimensions poétiques et littéraires de la critique.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search