Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75Dossier: Paul Lacroix, l’« homme-...L’ermitage mondain du bibliophile...Vermeer à l’Arsenal : la biblioth...

Dossier: Paul Lacroix, l’« homme-livre » du XIXe siècle
L’ermitage mondain du bibliophile Jacob à l’Arsenal

Vermeer à l’Arsenal : la bibliothèque-musée de Paul Lacroix

Magali Charreire
p. 45-56

Résumé

À partir de 1855, Paul Lacroix (1806-1884), nommé conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal, loge à ce titre dans le bâtiment qui abrite pendant près de quinze ans une bibliothèque-musée, entre une somptueuse collection de tableaux de maîtres et la riche bibliothèque personnelle du bibliophile. À la faveur de l’héritage de Théophile Thoré (1807-1869), marchand d’art réputé et collectionneur à l’origine de la redécouverte de Vermeer au xixe siècle, la femme de Paul Lacroix dote ainsi les appartements de l’Arsenal d’une galerie privée où se côtoient Vermeer et Jordaens, témoignant de la présence d’une véritable collection dans la collection, dont les plus belles toiles sont acquises ensuite par la National Gallery ou par Isabella Steward Gardner à Boston.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Arsenal, ms. 9623-2586, lettre d’Henri Martin à Paul Lacroix, 7 juillet 1871.
  • 2 Octave Uzanne, « Paul Lacroix (bibliophile Jacob) », in Le Livre : bibliographie rétrospective, Par (...)
  • 3 Paul Lacroix, Contes du bibliophile Jacob à ses petits-enfants sur l’histoire de France, Paris, Did (...)

1« Paul Lacroix et sa bibliothèque » équivaut à « Paul Lacroix est sa bibliothèque ». Cette image forge l’identité littéraire et sociale du bibliophile Jacob, né en 1806, mort en 1884. Qualifié d’« homme-livre » par Henri Martin1 et par Octave Uzanne2, il cultive l’image de l’érudit terré dans sa bibliothèque, happé par un in-folio, bibliothèque qu’il incarne avec pour seule compagnie des rongeurs tel qu’il est représenté dans la chromolithographie d’Émile Wattier en 18743.

  • 4 Richesses de l’Arsenal. Deux siècles de passion littéraire, Cahier d’exposition, (Paris, bibliothèq (...)

2À partir de 1855, Paul Lacroix, nommé conservateur de l’Arsenal, bénéfice à ce titre des appartements de la bibliothèque dont il devient l’hôte, lesquels abritent ainsi la bibliothèque privée du bibliophile. Outre les spécificités propres aux collections de la bibliothèque de travail d’un polygraphe, elle héberge pendant quinze ans une collection d’une autre nature, celle de tableaux provenant du legs d’un collectionneur renommé, Théophile Thoré (1807-1869) : au second étage de l’Arsenal « c’était, dit-on, un véritable musée » nous renseigne l’ouvrage Richesses de l’Arsenal4. La bibliothèque de Paul Lacroix qu’il travaille à auréoler d’une aura mythique l’est peut-être d’autant plus lorsqu’elle prend les traits d’une bibliothèque-musée, collection dans la collection où sont exposés face à face le livre et l’image, reliques à la fin du xixe siècle d’un romantisme hérité de la génération 1830.

3Il s’agira dans un premier temps d’examiner l’histoire de l’acheminement de ces tableaux apposés en miroir de la bibliothèque du bibliophile, lequel voit son sanctuaire livresque privé, profané par l’irruption d’une galerie iconographique héritée de Théophile Thoré. C’est la nature de cette galerie iconographique, véritable galerie hollandaise, qui s’en dégage ensuite. Enfin, cette bibliothèque-musée relie Paul Lacroix à l’héritage d’un romantisme polymorphe forgé en 1830, dont l’une des matrices est, chez le bibliophile, un rapport à l’art. Cette bibliothèque se révèle in fine un reliquaire du romantisme.

Le sanctuaire de Théophile Thoré

4À la faveur de descriptions vouées à insister sur le caractère pittoresque du lieu de travail du bibliophile Jacob, dans la continuité de sa mise en scène du pseudonyme, c’est un érudit collectionneur et amateur d’art qui se dessine. Le pittoresque du bibliophile surgit agrémenté de tableaux, dont la provenance interroge pourtant, et dont la pérennité dans les salons de l’Arsenal rehausse l’image de la bibliothèque en sanctuaire romantique et iconographique à partir de 1869.

Une bibliothèque sanctuaire romantique et iconographique

5Plusieurs descriptions esquissées par les contemporains de Paul Lacroix témoignent de l’existence d’une collection de tableau dans la bibliothèque de l’Arsenal et lui en attribuent la propriété. Des articles nécrologiques consacrés au bibliophile livrent un répertoire non exhaustif des œuvres d’art suspendues aux murs de l’Arsenal. L’une des belles descriptions du cabinet de Paul Lacroix est celle d’Octave Uzanne en 1884 :

  • 5 Octave Uzanne, « Paul Lacroix (bibliophile Jacob) », art. cit., p. 682.

Dans le logis qui lui était réservé à la bibliothèque de l’Arsenal, le cabinet était situé derrière la porte d’entrée. Lorsqu’on y pénétrait pour la première fois, on ne distinguait qu’une agglomération de livres, de journaux ou de brochures, une sorte d’arrière-boutique de bouquiniste, où il semblait impossible à un écrivain, ami du confort moderne, qu’un homme pût vivre, penser et travailler à loisir. On cherchait avec peine un siège pour s’asseoir, et tout à coup d’un amas de paperasses la tête souriante du vieux bibliophile surgissait. Assis devant une petite table d’acajou recouverte de papier goudron, l’historien du moyen âge et de la Renaissance, penché comme un myope sur sa copie, écrivait fébrilement […] dans l’âtre, à terre sur les sièges, des cartons, des papiers, des livres dans le plus incroyable des désordres ; – appendus au mur, des tableaux de maîtres, un Greuze : une femme vue de dos tressant sa chevelure, un Jordaens, un Ribera, quelques portraits de famille et une grande toile anonyme du xviie siècle représentant le Temps coupant les ailes de l’Amour5.

6Elle est complétée par un texte de Loredan Larchey (1831-1902), également bibliothécaire de l’Arsenal, qui fait état d’un tableau du xviie siècle dans le cabinet de travail de Paul Lacroix. Il s’agit d’une œuvre de Jacob Jordaens intitulée Le Rêve, désormais répertoriée sous le titre Apparition nocturne :

  • 6 Arsenal, ms. 9248, papiers Larchey.

Sur la cheminée un buste médiocre du maître du logis. À la muraille, un seul tableau d’une assez belle couleur représentant une femme nue s’apprêtant à monter dans le lit d’un cavalier qui lui tendait les bras. C’était l’œuvre d’un peintre flamand au commencement du 17e siècle ; il avait représenté une légende de sorcière se changeant subitement en jeune fille. La fenêtre n’était jamais ouverte et l’absence de rideau permettait au soleil de s’ébattre à l’aise quand il daignait se montrer. Dans tout ce réduit, régnait naturellement une odeur de papiers amoncelés à laquel [sic] vint se mêler quelques temps l’odeur musquée de deux singes de la plus petite espèce ; ils restaient ordinairement enfouis dans deux poches fourrées au fond d’une grande cage à mais [sic] dès qu’un entretien commençait la curiosité les dénichaient et ils arrivaient au plus près, ils paraissaient écouter avec une attention extrême, suivant de leurs petits yeux extraordinairement brillants, le moindre geste des interlocuteurs6.

  • 7 Alcanter de Brahm, « L’Arsenal sous la Commune », in Curiosités de Carnavalet d’après des documents (...)
  • 8 Médiathèque Émile Zola de Montpellier, « Dossier Paul Lacroix », carton non coté, lettre de Paul La (...)

7La présence continue de cette collection à l’Arsenal est confirmée depuis au moins 1871, d’une part grâce à une lettre d’Hippolyte Lucas (1807-1878), bibliothécaire et collègue de Paul Lacroix à l’Arsenal. Ému du sort réservé aux collections enfermées dans les caves pendant la Commune, il y exprime sa « peur pour les tableaux de M. Lacroix et de Labiche7 ». La confirmation émane d’autre part de Paul Lacroix lui-même en 1882, lorsqu’il écrit à la bibliothèque de Montpellier au sujet du legs de sa bibliothèque engagé au profit de cet établissement. Il envisage en outre de lui offrir une collection de tableaux propriété de Mme Lacroix : « Que ne puis-je léguer à la ville de Montpellier l’admirable collection de tableaux anciens (150) qui font une galerie de mon appartement ? Mais cette collection appartient à Mme Lacroix, qui la lègue à ses neveux et ceux-ci la vendront 3 à 400 000 fr8. »

  • 9 Lorédan Larchey, (1831-1902), bibliothécaire de l’Arsenal (1873) puis conservateur (1888).

8Comment Paul Lacroix a-t-il endossé à la fois la fonction de protecteur de sa bibliothèque privée et de dépositaire de cette collection ? Les renseignements livrés par un portrait du couple Lacroix dressé par son collègue Lorédan Larchey (1831-1902) ouvrent une voie9 :

  • 10 Arsenal, ms. 9248, papiers Larchey.

Cependant Mme Lacroix n’était point une femme ordinaire. Berthoud disait l’avoir vu à l’Odéon vers 1826 un temps de philhellénisme, fort touchant dans une scène où elle tombait à genoux en s’écriant Mon Dieu Sauvez les Grecs ! Un peu plus tard, fort critiquée par un jeune folliculaire qui n’était autre que Paul Lacroix, elle le souffletait au théâtre, et le rendait du même coup féru d’amour. Ainsi fut décidé le mariage qui souffrit un long intérim vers 1852. Après le coup d’état, Mme Lacroix ne voulut point laisser partir seul pour Bruxelles leur ami Thoré, surnommé le farouche, critique d’art connu sous le nom de Burger, et elle ne se rendit à Paris qu’après sa mort, instituée légataire d’une belle collection de tableaux flamands que son goût et sa patience lui avaient permis de former dans des conditions économiques. Mme Lacroix reprit sa place au foyer conjugal et les tableaux ornèrent à merveille le salon de l’appartement occupé par son mari à la bibliothèque de l’Arsenal10.

  • 11 Apolline Lacroix, née Biffe, (1805-1896). Cette comédienne épouse Paul Lacroix le 7 mai 1834.
  • 12 Voir Paul Cottin, Thoré-Bürger par lui-même. Lettres et notes intimes publiées par Paul Cottin, Par (...)

9On constate que le pivot de la collection de tableaux flamands est madame Lacroix, née Apolline Biffe (1805-1896)11. Et l’on comprend l’idée avancée à demi-mots par Loredan Larchey : la couple Lacroix battant de l’aile, Madame Lacroix a vécu aux côtés de Théophile Thoré y compris le temps de son exil12, puis a bénéficié du legs de sa collection de tableaux à la mort de ce dernier en 1869.

  • 13 Paul Cottin, « Lorédan Larchey (1831-1902), souvenirs, bibliographie », in Bulletin du bibliophile, (...)

10Reste à évaluer les allégations de Loredan Larchey qui avait eu à pâtir entre 1874 et 1877 d’une charge de travail alourdie, en succédant à Paul Lacroix pour la rédaction du catalogue des manuscrits de l’Arsenal13.

L’héritage de Théophile Thoré

  • 14 AN, ET/CVI 977, testament de Théophile Thoré.
  • 15 AN, ET/LXVI/1675, testament de Paul Lacroix, 1er codicille, 22 mai 1884.

11Lorédan Larchey a vu juste. Apolline Biffe est légataire universelle du collectionneur à son décès le 30 avril 186914. Paul Lacroix rappelle à ce propos dans son testament être séparé de biens de sa femme depuis 184315, situation juridique visant à pallier l’abolition du divorce depuis 1816. Donc en 1869, Apolline Biffe regagne les appartements de l’Arsenal où Paul Lacroix est domicilié, 1 rue Sully, munie de la collection de son compagnon défunt. Cet héritage devient ainsi l’hôte de la bibliothèque du conservateur, à la faveur d’un réseau formé de longue date.

  • 16 Sur Théophile Thoré, voir notamment les travaux de Frances Suzman Jowell,
  • 17 Charles Rosen et Henri Zerner, Romantisme et réalisme. Mythes de l’art au xixe siècle, Paris, Albin (...)
  • 18 Francis Haskell, La norme et le caprice. Redécouvertes en art. Aspects du goût et de la collection (...)
  • 19 W. Bürger, (Théophile Thoré) « Van der Meer de Delft », in Gazette des Beaux-Arts, xxi, 1866, p. 19 (...)

12Paul Lacroix et Théophile Thoré se sont en effet associés en 1842 dans l’entreprise de l’Alliance des Arts fondée sur la vente et l’expertise de livres, manuscrits et tableaux, jusqu’à sa faillite en 1848. Il est fort probable que les liens intimes entre Mme Lacroix et Théophile Thoré se nouent à cette époque. Or, Théophile Thoré est journaliste, critique amateur d’art, mais surtout infatigable collectionneur de tableaux et marchand d’art16. C’est un républicain engagé dont l’activisme politique se solde par un exil de dix ans entre 1849 et 1859, assorti du pseudonyme de William Bürger. Il met à profit cet exil pour parcourir l’Europe du Nord et s’adonner à l’étude des musées et de la peinture flamande qui avait retenu son attention dès 1842. À son retour, il se consacre exclusivement à la critique et à la vente d’œuvres d’art jusqu’à sa mort en 1869. Pour mesurer la place de Théophile Thoré, il suffit de mettre côte à côte le point de vue de Charles Rosen et Henri Zerner, pour qui Théophile Thoré est un « grand critique d’art moderne, l’un des plus brillants du xixe siècle17 », et celui de Francis Haskell qualifiant la redécouverte de Vermeer par Thoré d’« une des épopées majeures, et les plus inspirées, de l’histoire de l’art18 ». Il revient en effet à Théophile Thoré de remettre au goût du jour des peintres hollandais tels que Vermeer ou Franz Hals, quasiment oubliés dans la première moitié du xixe siècle. Ce dernier en orchestre la résurrection dans les années 1855, entérinée en 1866 par une série d’articles dans la Gazette des Beaux-Arts19.

13Sa collection tombée sous la protection de Paul Lacroix est donc le reflet de cette passion à l’origine d’une véritable galerie hollandaise abritée par l’Arsenal.

Une galerie hollandaise

Circulation de la collection (1869-1896)

  • 20 W. Bürger, (Théophile Thoré), « Les collections particulières », in Paris-guide par les principaux (...)
  • 21 Catalogue de tableaux anciens et remarquables de Van Der Meer de Delft et autres…, tableaux moderne (...)
  • 22 Ibid., p. 8.
  • 23 Frances Suzman Jowell, « Thoré, Théophile », in Dictionnaire critique des historiens de l’art, INHA (...)
  • 24 Son inventaire après-décès mentionne des tableaux estimés à 710 f.

14Théophile Thoré dresse lui-même en 1867 l’état de sa collection, – on y retrouve certains des peintres mentionnés dans les portraits du bibliophile par ses contemporains –, dont ses « raretés intéressantes pour l’histoire des écoles du Nord, entre autres ses Van der Meer de Delft, ses Fabritius, Metsu, Pieter de Hooch, Jean Steen, Hals de Keijser ; Rubens et Joardens ; et quelques modernes : Eugène Delacroix, Théodore Rousseau, Jules Dupré, Diaz, Courbet, etc.20 ». Il faut ensuite attendre 1892 pour voir resurgir un catalogue de la collection Thoré, lorsque Mme Lacroix se déleste de la précieuse collection quelques temps avant sa mort survenue en 1896. Ce catalogue détaille les 53 tableaux « anciens » et 6 tableaux « modernes21 ». Certains sont complétés d’une illustration et/ou du prix de leur vente. Selon l’auteur de la préface, Paul Mantz (1821-1895), critique et historien de l’art proche de Théophile Thoré, elle a quelque peu évolué depuis sa description en 1867 par Théophile Thoré, « modifiée par suite de trouvailles nouvelles et allégée par des éliminations intelligentes22 ». On peut également supposer des éliminations postérieures à la mort de Thoré, dans l’hypothèse de leur vente par Mme Lacroix avant 1892, en suivant l’idée suggérée par Frances Suzman Jowell23. Cela a pu être le cas pour les toiles d’Eugène Delacroix ou de Gustave Courbet, qui ne sont pas exposées chez les Lacroix, et pour celles de Jean-Baptiste Greuze (1725-1805) et de José de Ribera (1591-1652) qui étaient exposées mais ne figurent plus au catalogue de vente – à moins que certaines n’aient été conservées et léguées à titre privé24. Les acheteurs les plus prestigieux de Vermeer sont mentionnés, notamment la National Gallery et le musée de Boston via Isabella Stewart Gardner.

La Hollande à l’Arsenal

15Le catalogue de la vente de 1892 permet de dresser un inventaire de la collection Thoré échue à l’Arsenal. Il témoigne de la couleur d’une collection où les tableaux hollandais sont restés à l’honneur, où trois tableaux de Vermeer côtoient les pièces mentionnées dans les descriptions des contemporains :

TABLEAUX DE LA COLLECTION THORÉ (extraits)

Vermeer

Le Concert

La Jeune musicienne (Jeune femme debout au virginal)

La Femme au clavecin (Jeune femme assise au virginal)

Vermeer (attribué à)

Intérieure de ville La Femme qui dort

Fabritius Carel

Le Chardonneret

Jordaens Jacob

Le Rêve

Portrait de Catherine van Noort à l’âge de vingt-trois ans

Brueghel l’Ancien

Le massacre des Innocents, 91x124 cm

Metsu Gabriel

Agar chassée par Abraham

Hals Dirck

Élégante compagnie dans un intérieur

Koedijk Nicolas

Le portrait présumé de Van der Meer de Delft

Steen Jan

La promenade du bœuf gras

Rubens Pierre Paul

Vénus sur les eaux, esquisse sur bois Moines en extases, esquisse sur bois

Poussin Nicolas

Esquisse représentant « le côté gauche de la fresque de Raphael : la dispute du SaintSacrement »

  • 25 Frances Suzman Jowell, « Thoré-Bürger et la découverte du Chardonneret », in Carel Fabritius et l’â (...)

16Outre les trois tableaux de Vermeer, un fleuron de la collection est Le Chardonneret de Carel Fabritius (1622-1654), élève de Rembrandt, tableau adulé par Théophile Thoré après son exhumation inopinée25.

  • 26 Hans Devissher, R.A. d’Hulster, Nora De Poorter, Marc Van Denven, Jacob Joardens (1593-1678). Table (...)

17Les notices détaillant la physionomie des œuvres répertoriées dans le catalogue permettent d’identifier le tableau de Jacob Jordaens, Le Rêve ou Apparition nocturne dont deux exemplaires sont connus, l’un au musée Schwerin, l’autre dans une collection privée. Son sujet n’a pas été identifié avec certitude par les historiens de l’art26.

  • 27 Octave Uzanne dir., L’Art et l’idée. Revue contemporaine illustrée du dilettantisme et de la curios (...)
  • 28 Ibid., p. 372-373.

18Cette vente n’est pas passée inaperçue en 1892. Dans la revue L’Art et l’idée publiée par Octave Uzanne à cette date, on rappelle qu’il s’agit bien d’une collection dont Mme Lacroix a hérité. On comprend également que si Thoré a exhumé Vermeer, si Boston via Isabella Stewart Gardner ou Londres via la National Gallery se l’arrachent, l’auteur de la note commente pourtant une collection où « il n’y avait pas […] des œuvres de premier ordre, pouvant atteindre des enchères considérables, mais quelques petites toiles choisies avec goût, qui ont été vivement disputées27 ». Il détaille le prix auquel les œuvres attribuées à Vermeer ont été adjugées28, complétant par là les prix de vente mentionnés dans le catalogue.

Tableaux de la collection Thoré, vente 1892

Prix (francs)

Acquéreurs

Vermeer, Le Concert

29 000

Isabella Gardner, Boston

Vermeer, La jeune musicienne (Jeune femme debout au virginal)

29 000

National Gallery, Londres

Vermeer, La Femme au clavecin (Jeune femme assise au virginal)

25 000

National Gallery, Londres

Fabritius Carel, Le Chardonneret

5 500

Martinet, La Haye

Koedijk Nicolas, Portrait présumé de Van der Meer de Delft

5 500

Non mentionné

Metsu Gabriel, Agar chassée par Abraham

2 800

-

Vermeer (attribué à), Intérieur de ville

1 800

-

Vermeer (attribué à), La Servante qui dort

1 150

-

Total connu du montant de la vente

99 750

-

  • 29 Archives de la Seine, DQ7 10 615, n° 484, déclaration de succession Théophile Thoré, 30 avril 1869.

19Le montant total connu de la vente est a minima de 99 750 f. À titre de comparaison, lors de la succession Thoré en 1869, l’estimation de l’ensemble de sa collection de tableaux s’élevait à 27 123 f.29, soit approximativement le prix de vente d’un seul des tableaux de Vermeer authentifiés en 1892. Quant à Paul Lacroix, il aurait eu tendance à surestimer la collection à dessein, peut-être afin de se glorifier auprès de la ville de Montpellier, voire de se dédouaner dans son testament vis-à-vis de sa femme considérée comme suffisamment pourvue par cet héritage.

  • 30 Octave Uzanne, op. cit., p. 372.
  • 31 Marine Le Bail, « Charles Nodier entre bibliothèque réelle et bibliothèque rêvée », colloque Charle (...)
  • 32 Octave Uzanne, « Paul Lacroix (bibliophile Jacob », art. cit., p. 682.

20Cette riche collection qui trône sur les murs de l’Arsenal n’a pu échapper aux visiteurs, ce que confirme cette note du même passage de L’Art et l’idée : « Tous les visiteurs de l’Arsenal ont pu admirer cette belle galerie30 », transformant l’Arsenal en véritable bibliothèque-musée. Et ce probablement en particulier lors des soirées des vendredis de l’Arsenal, lorsque Paul Lacroix prolonge le souvenir des dimanches de l’Arsenal de Charles Nodier dans la mémoire duquel il travaillait à s’inscrire31. Octave Uzanne dépeint ces soirées du vendredi réunissant les « survivants de la génération 1830 », où, entre les causeries « on admirait la superbe galerie de tableaux de l’aimable et accueillante hôtesse32 ».

21Au-delà de son caractère esthétique, cette galerie suggère une interprétation plus vaste témoignant, telle une relique, de la pérennité des réseaux et des influences romantiques de la monarchie de Juillet à la fin du xixe siècle.

Un reliquaire du romantisme

  • 33 Sur le Petit Cénacle, voir Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’Âge des Cénacles : confraternités (...)
  • 34 Revue mensuelle parue entre le 15 avril 1855 et le 15 juin 1866. Dès le premier numéro, Théophile T (...)

22La collaboration Lacroix-Thoré a probablement pour antécédent à l’aube de l’année 1830 leur fréquentation du Petit Cénacle33 dont l’un des pivots est le sculpteur Jean Duseigneur. Paul Lacroix est alors un intime de l’artiste, tandis que Théophile Thoré partage des accointances politiques – saint-simonisme, fouriérisme – et esthétiques avec le sculpteur. Tous sont insérés dans le tissu géographique parisien de la Nouvelle Athènes, qui réunit autour de 1840 le front pionner des gens de lettres et des gens de l’art. Paul Lacroix loge rue Saint Lazare puis rue des Martyrs, tandis que Théophile Thoré élit domicile au 4 rue Notre-Dame de Lorette. Leur collaboration se prolonge malgré l’exil de Théophile Thoré, lequel participe à la Revue universelle des arts fondée par Paul Lacroix en 185534.

Deux collections, un précipité du romantisme

  • 35 Médiathèque Émile Zola de Montpellier, « Dossier Paul Lacroix », carton non coté, lettre de Paul La (...)

23Le résultat de cette collaboration débutée autour de 1830 s’affiche un demi-siècle plus tard, exhibant cette collection dans la collection. Envisagées séparément, ces deux collections ne répondent pas aux mêmes ambitions initiales. Dans le cas de Paul Lacroix, sa bibliothèque a vocation à être son sanctuaire littéraire, son précieux outil de travail et son « tombeau littéraire35 », lieu de conservation de ses ouvrages. Si Paul Lacroix est un conservateur, il ne revendique pas d’engagement politique, sa bibliothèque ne présente rien d’un étendard politique mais tout d’un étendard littéraire et érudit à travers une bibliothèque spécialisée où sont rassemblés à la fois ses nombreux ouvrages relatifs à histoire et ses romans historiques. Quant à Théophile Thoré, la peinture hollandaise recèle chez lui un double pouvoir, de séduction et d’intérêt. Outre son caractère esthétique, elle est investie d’une dimension symbolique reliée à son engagement républicain : c’est la peinture produite par la République de Hollande au xviie siècle. C’est l’effort pour la conquête de la liberté politique que Thoré voit dans ce xviie siècle hollandais, dont elle tire selon lui son génie créateur. Donc un point de vue aux antipodes des positions conservatrices de Paul Lacroix, en particulier dans la seconde moitié du xixe siècle.

  • 36 Alain Vaillant dir., Dictionnaire du romantisme, Paris, CNRS éd., 2012, p. xxv.

24Pour autant, elles participent de plusieurs points de convergence entre ces hommes qui les rattachent à un idéal romantique multiface des années 1830. Si leur fusion peut apparaître comme le fruit des hasards d’un trio, ce hasard est d’une part guidé par le jeu des alliances et d’une culture de la vie littéraire et artistique parisienne commune. D’autre part, il synthétise un investissement de la sphère privée propre au xixe siècle, rendu possible par la lente progression d’un libéralisme synonyme de transferts et d’échanges de biens culturels dégagés des sphères de l’État. Enfin, dans cette rencontre entre les deux collections, livresque et iconographique, se retrouve la quête « des origines historiques des nations36 » modelée et perpétuée par un désormais « petit romantique », Paul Lacroix, et un militant républicain désenchanté replié sur la critique d’art, Théophile Thoré.

Une bibliothèque miroir des genres

  • 37 Jacques Bony, « La tentation du roman historique dans Gaspard de la nuit », 2008, in Transfigurer l (...)
  • 38 Arsenal, ms. 9623-1099, lettre de Félix Davin à Paul Lacroix, 12 septembre 1831.
  • 39 Paul Lacroix, « À Jehan Duseigneur, sculpteur », Quand j’étais jeune, souvenirs d’un vieux, Paris, (...)
  • 40 Paul Lacroix, La chambre des poisons, Histoire du temps de Louis xiv. (1712), in Chroniques nationa (...)
  • 41 Aloysius Bertrand, « Le bibliophile », in Gaspard de la nuit. Œuvres complètes, Helen Hart Poggenbu (...)
  • 42 Nicolas Wanlin, Aloysius Bertrand. Le sens du pittoresque, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (...)

25Cette bibliothèque-musée de Paul Lacroix peut alors être lue comme un miroir des genres qui se répondent. Elle abrite ses romans historiques du Moyen Âge – Soirées de Walter Scott à Paris, Le Roi des ribauds, Les Francs-Taupins – façonnés par l’influence de Walter Scott, Walter Scott en qui certains ont vu une « sorte de romancier hollandais de la vie intime et familiale […]37 ». La remarque s’applique aux romans de Paul Lacroix, ce « Walter Scott de la France38 » dont les romans obsolètes s’entassent à la fin du xixe siècle sous l’œil de tableaux hollandais désormais eux en vogue. Or, dans la vogue du roman Moyen Âge autour de 1830, un écrivain comme Paul Lacroix puise lui aussi son inspiration dans l’univers pictural de ces peintres hollandais qui devient une référence structurant les réseaux romantiques. Il revendique sa position en 1833 dans une préface intitulée « À Jehan Duseigneur, Sculpteur », par une allusion à Rembrandt pour défendre le « laid idéal » du Moyen Âge de Notre-Dame de Paris39. On en retrouve ensuite par exemple l’influence dans une vignette illustrant La Chambre des poisons40. Elle fait écho à une synthèse de l’art et de l’histoire, en alliant une référence à la Leçon d’anatomie du Docteur Tulp de Rembrandt et à la mort du Dauphin Louis de France en 1712. Cette atmosphère d’un sombre Moyen Âge pittoresque jalonné de clairs-obscurs a influencé Aloysius Bertrand, lecteur des Soirées de Walter Scott à Paris. Dans Gaspard de la nuit, Fantaisies à la manière de Rembrandt et Callot paru à titre posthume en 1842, il rend hommage à Paul Lacroix à plusieurs reprises. Le poème Un bibliophile y met en scène le bibliophile Jacob41. Il traduit une conception analogique du livre associé à un tableau42, entendus tous deux comme une trace du passé, un morceau d’histoire.

  • 43 Honoré de Balzac, Le Voleur, Paris, 5 mai 1830.
  • 44 Honoré de Balzac, Le Chef d’œuvre inconnu, dans La Comédie humaine x, PierreGeorges Castex dir., Pa (...)

26La bibliothèque-musée dont hérite malgré lui le bibliophile, entre livres et tableaux hollandais, fait ainsi office de reliquaire des inspirations romantiques dont elle trahit les références culturelles et la pérennité des réseaux à la fin du xixe siècle. Elle est à son tour finalement l’incarnation de deux facettes du personnage croquées successivement par Balzac, qui moque une première fois le bibliophile en 1830 : « Il a l’air d’un vieux portrait sorti de son cadre et qui marche, ou plutôt il ressemble à une note, à un bourdon d’imprimerie, mis au milieu d’une page ; il vit en marge du temps présent43 », et poursuit dans le Chef d’œuvre inconnu : « Vous eussiez dit une toile de Rembrandt marchant silencieusement et sans cadre44. » Grâce à Théophile Thoré, si Paul Lacroix peut être associé à une toile, c’est à une toile de Vermeer dont le cadre vient s’inscrire sur les murs de l’Arsenal comme un prolongement des Soirées de Walter Scott à Paris.

Haut de page

Notes

1 Arsenal, ms. 9623-2586, lettre d’Henri Martin à Paul Lacroix, 7 juillet 1871.

2 Octave Uzanne, « Paul Lacroix (bibliophile Jacob) », in Le Livre : bibliographie rétrospective, Paris, A. Quantin, 1884, p. 680.

3 Paul Lacroix, Contes du bibliophile Jacob à ses petits-enfants sur l’histoire de France, Paris, Didot, 1874.

4 Richesses de l’Arsenal. Deux siècles de passion littéraire, Cahier d’exposition, (Paris, bibliothèque de l’Arsenal, 23 septembre-31 décembre 1997), Paris, Bibliothèque nationale de France, 1997, p. 19.

5 Octave Uzanne, « Paul Lacroix (bibliophile Jacob) », art. cit., p. 682.

6 Arsenal, ms. 9248, papiers Larchey.

7 Alcanter de Brahm, « L’Arsenal sous la Commune », in Curiosités de Carnavalet d’après des documents inédits, Paris, Librairie française, 1920, p. 168. Jean-Baptiste Labiche (1805-1879), journaliste et conservateur de l’Arsenal.

8 Médiathèque Émile Zola de Montpellier, « Dossier Paul Lacroix », carton non coté, lettre de Paul Lacroix à Léon Gaudin, 12 juin 1882.

9 Lorédan Larchey, (1831-1902), bibliothécaire de l’Arsenal (1873) puis conservateur (1888).

10 Arsenal, ms. 9248, papiers Larchey.

11 Apolline Lacroix, née Biffe, (1805-1896). Cette comédienne épouse Paul Lacroix le 7 mai 1834.

12 Voir Paul Cottin, Thoré-Bürger par lui-même. Lettres et notes intimes publiées par Paul Cottin, Paris, aux bureaux de la nouvelle revue rétrospective, 1900. Théophile Thoré s’installe non loin de l’Arsenal à son retour d’exil, sa dernière adresse étant au 20 boulevard des Filles du Calvaire.

13 Paul Cottin, « Lorédan Larchey (1831-1902), souvenirs, bibliographie », in Bulletin du bibliophile, Paris, H. Leclerc, 1905, p. 911. Cette mission incombait à Paul Lacroix depuis 1866.

14 AN, ET/CVI 977, testament de Théophile Thoré.

15 AN, ET/LXVI/1675, testament de Paul Lacroix, 1er codicille, 22 mai 1884.

16 Sur Théophile Thoré, voir notamment les travaux de Frances Suzman Jowell,

17 Charles Rosen et Henri Zerner, Romantisme et réalisme. Mythes de l’art au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1986 (1re éd. 1984), p. 200.

18 Francis Haskell, La norme et le caprice. Redécouvertes en art. Aspects du goût et de la collection en France et en Angleterre, 1789-1914, Paris, Flammarion, 1986, p. 176.

19 W. Bürger, (Théophile Thoré) « Van der Meer de Delft », in Gazette des Beaux-Arts, xxi, 1866, p. 197-330, p. 458-470, p. 542-575.

20 W. Bürger, (Théophile Thoré), « Les collections particulières », in Paris-guide par les principaux écrivains et artistes de la France, Paris, librairie internationale, 1867, p. 545.

21 Catalogue de tableaux anciens et remarquables de Van Der Meer de Delft et autres…, tableaux modernes, le tout formant la collection de feu Thoré-Bürger, dont la vente aura lieu Hôtel Drouot, salle 7, le lundi 5 décembre 1892.

22 Ibid., p. 8.

23 Frances Suzman Jowell, « Thoré, Théophile », in Dictionnaire critique des historiens de l’art, INHA, 2009 [en ligne].

24 Son inventaire après-décès mentionne des tableaux estimés à 710 f.

25 Frances Suzman Jowell, « Thoré-Bürger et la découverte du Chardonneret », in Carel Fabritius et l’âge d’or de Delft, Dossiers de l’art, n° 114, 2004, p. 40-43.

26 Hans Devissher, R.A. d’Hulster, Nora De Poorter, Marc Van Denven, Jacob Joardens (1593-1678). Tableaux et tapisseries, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1993, p. 236.

27 Octave Uzanne dir., L’Art et l’idée. Revue contemporaine illustrée du dilettantisme et de la curiosité, Paris, ancienne maison Quantin, 1892, p. 372.

28 Ibid., p. 372-373.

29 Archives de la Seine, DQ7 10 615, n° 484, déclaration de succession Théophile Thoré, 30 avril 1869.

30 Octave Uzanne, op. cit., p. 372.

31 Marine Le Bail, « Charles Nodier entre bibliothèque réelle et bibliothèque rêvée », colloque Charles Nodier et la passion du livre, 14 mars 2011, bibliothèque de l’Arsenal, communiqué par l’auteur, 2011.

32 Octave Uzanne, « Paul Lacroix (bibliophile Jacob », art. cit., p. 682.

33 Sur le Petit Cénacle, voir Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’Âge des Cénacles : confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013.

34 Revue mensuelle parue entre le 15 avril 1855 et le 15 juin 1866. Dès le premier numéro, Théophile Thoré livre un article intitulé « Des tendances de l’art au xixe siècle », p. 77-85.

35 Médiathèque Émile Zola de Montpellier, « Dossier Paul Lacroix », carton non coté, lettre de Paul Lacroix à Léon Gaudin, directeur de la bibliothèque publique de Montpellier, 11 avril 1883.

36 Alain Vaillant dir., Dictionnaire du romantisme, Paris, CNRS éd., 2012, p. xxv.

37 Jacques Bony, « La tentation du roman historique dans Gaspard de la nuit », 2008, in Transfigurer le réel : Aloysius Bertrand et la fantasmagorie, François Claudon et Maryvonne Perrot dir., Dijon, Centre Gaston Bachelard, 2008, p. 56-57.

38 Arsenal, ms. 9623-1099, lettre de Félix Davin à Paul Lacroix, 12 septembre 1831.

39 Paul Lacroix, « À Jehan Duseigneur, sculpteur », Quand j’étais jeune, souvenirs d’un vieux, Paris, Renduel, 1833, p. 8-51.

40 Paul Lacroix, La chambre des poisons, Histoire du temps de Louis xiv. (1712), in Chroniques nationales. Nouvelle histoire de France racontée à tout le monde en romans et en nouvelles historiques iii, Paris, Bry, 1853 (1ère éd. 1839), p. 49.

41 Aloysius Bertrand, « Le bibliophile », in Gaspard de la nuit. Œuvres complètes, Helen Hart Poggenburg dir., Paris, H. Chamion, 2000, (1ère éd. 1842), p. 157.

42 Nicolas Wanlin, Aloysius Bertrand. Le sens du pittoresque, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

43 Honoré de Balzac, Le Voleur, Paris, 5 mai 1830.

44 Honoré de Balzac, Le Chef d’œuvre inconnu, dans La Comédie humaine x, PierreGeorges Castex dir., Paris, Gallimard, 1979, p. 415.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Charreire, « Vermeer à l’Arsenal : la bibliothèque-musée de Paul Lacroix »Littératures, 75 | 2016, 45-56.

Référence électronique

Magali Charreire, « Vermeer à l’Arsenal : la bibliothèque-musée de Paul Lacroix »Littératures [En ligne], 75 | 2016, mis en ligne le 30 juillet 2018, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/668 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.668

Haut de page

Auteur

Magali Charreire

Magali Charreire est docteur en histoire et professeur agrégée d’histoire (Prag) à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Elle est membre du Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES, Université Paul-Valéry Montpellier 3) et a soutenu en 2013 une thèse consacrée à Paul Lacroix.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search