Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75Dossier: Paul Lacroix, l’« homme-...L’ermitage mondain du bibliophile...Paul Lacroix, conservateur de la ...

Dossier: Paul Lacroix, l’« homme-livre » du XIXe siècle
L’ermitage mondain du bibliophile Jacob à l’Arsenal

Paul Lacroix, conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal ?

Rémi Verron
p. 71-83

Résumé

Le bibliophile Jacob montra tout au long de sa vie un intérêt certain pour la Bibliothèque de l’Arsenal. Après plusieurs démarches infructueuses auprès du Ministère de l’instruction publique il obtint finalement une place de conservateur au sein de l’établissement où il vécut de sa nomination en 1856 à sa mort en 1884. Successeur autoproclamé de Charles Nodier, il y écrivit de nombreuses publications, tint un salon littéraire, occupa une place importante parmi les fonctionnaires de la bibliothèque et traita des fonds imprimés ou manuscrits. Ses relations difficiles avec Laurent de l’Ardèche, directeur sous le Second Empire, ses préoccupations littéraires, artistiques ou patrimoniales donnèrent lieu à une abondante correspondance.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours d’une vie passée au service du livre, Paul Lacroix consacra au moins trente ans de sa carrière à la bibliothèque de l’Arsenal. Il porta un intérêt certain à l’établissement avant d’en être nommé conservateur en 1855. Ses activités, ses préoccupations bibliothéconomiques ou patrimoniales en ce lieu, méritent attention, comme l’évocation de son quotidien à la bibliothèque de l’Arsenal et sa relation au fonds des manuscrits. Ses dons à plusieurs bibliothèques témoignent enfin de ce rapport étroit, mais parfois difficile, entretenu par le conservateur avec l’Arsenal.

Le rapport de Paul Lacroix à l’Arsenal

Un rapport intéressé avant 1855 ?

  • 1 Paul Lacroix, Les Cent-et-une : lettres bibliographiques à M. l’administrateur général de la Biblio (...)
  • 2 Paul Lacroix, « Œuvres diverses ». Arsenal, ms. 13427, f. 7.

2Grâce à ses activités de journaliste et de romancier, Paul Lacroix fréquenta la bibliothèque de l’Arsenal en tant que lecteur. Lorsque Charles Nodier le recevait dans son salon, c’était un jeune écrivain invité par un maître du mouvement romantique. À Paris, il côtoyait des écrivains parmi lesquels Victor Hugo, Sainte-Beuve, ou Alexandre Dumas. En 1838, il rédigea en collaboration avec Charles Nodier le catalogue de la bibliothèque de Pixérecourt, avant de travailler quelques années plus tard sur celui de la collection de M. de Soleinne. Dans la préface des Cent et une : lettres bibliographiques à M. l’administrateur général de la Bibliothèque nationale données au public à partir de 1849, Paul Lacroix affirmait : « Enfin, si je donne jamais mes loisirs à une bibliographie des romans français, que j’ai projetée, ce n’est pas à la Bibliothèque Nationale, c’est à l’Arsenal que j’irai pour trouver la suite bien complète de ces romans1. »Voici néanmoins plus tard l’opinion de Paul Lacroix sur le personnel de l’Arsenal : « On compte à peine chez nous dix bibliographes, dont la moitié ne produit rien ; il y en a deux ou trois à la Bibliothèque nationale ; il n’y en a pas à la Mazarine, pas à Sainte-Geneviève, pas à l’Arsenal, nous doutons même qu’il y ait là des bibliothécaires2 ! »

3Nous savons qu’il offrit maintes fois ses services au ministre de l’Instruction publique. Malgré des réponses négatives avançant qu’aucune place n’était disponible, Paul Lacroix ne renonça pas, ce dont témoigne une autre lettre adressée au ministre :

  • 3 Bibliothèque de l’Arsenal, ms-13427 n° 22, f. 287.

J’ai voulu une dernière fois, devant vous, protester contre l’oubli systématique dont je suis victime depuis si longtemps. Mon éloignement des bibliothèques publiques où je puis rendre tant de services incontestables, est comme un scandale public. Je n’ai pas demandé un emploi dans ces bibliothèques dont le personnel serait complet, suivant une réponse émanée de votre cabinet ; mais j’ai demandé, je demande une conservation avec charge spéciale de faire le catalogue d’une bibliothèque publique, ce qu’on n’a pas encore fait et ce qu’on ne fait pas3.

  • 4 Archives nationales carton F/17/13514. Dossier catalogues. Rapport du 8 février 1854.
  • 5 Ibid.

4Cet avis n’est cependant pas unanime. Un rapport adressé au ministre de l’Instruction publique évoque en 1854 le souhait de Paul Lacroix de présider à la rédaction des « catalogues des bibliothèques publiques de Paris, autres que la Bibliothèque Impériale, en commençant par la bibliothèque de l’Arsenal4 ». Il semble évident que les bibliothèques ne peuvent se conserver sans catalogues, et la bibliothèque de l’Arsenal contient environ 180 000 volumes imprimés ainsi que 6 000 manuscrits. D’après ce rapport, le catalogue des manuscrits est complètement achevé, et à moins d’une révision préalable, il est en état d’être imprimé dans un délai assez court, exception faite du cas particuliers des Archives de la Bastille. Le catalogue des imprimés, moins avancé, regroupe un ensemble de cartes et de plusieurs répertoires, où seul le fonds légué par l’abbé Grégoire est incomplètement décrit. « M. Paul Lacroix s’offre avec un zèle et un désintéressement louable, sans doute5 », ironise l’auteur du rapport ; il faut éviter, selon lui, de perturber l’ordre hiérarchique de la bibliothèque, puisqu’il suffit de faire appel aux conservateurs et bibliothécaires déjà présents à l’Arsenal.

Ses fonctions à la bibliothèque de l’Arsenal à partir de 1855

5Le nombre de conservateurs et bibliothécaires au service de l’Arsenal, fixé par le ministère de l’Instruction publique, fut compris entre 10 et 20 au xixe siècle. Suite au décès d’Adam Mickiewicz à la fin de l’année 1855, le poste de conservateur vacant fut pourvu en faveur de Paul Lacroix par un décret le chargeant en outre de la rédaction du catalogue de la bibliothèque par ordre de matières.

  • 6 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre (...)

6En 1858, il dut traiter le fonds Grégoire, ainsi que l’atteste la correspondance entre Laurent de l’Ardèche, Paul Lacroix et le ministre de l’Instruction publique6. Ce fonds regroupe un ensemble documentaire légué en 1831 à l’Arsenal par Henri Grégoire, tour à tour député, évêque ou bibliothécaire. Son combat en faveur de l’abolition de l’esclavage fut couronné de succès et l’assemblée révolutionnaire à laquelle il appartenait procéda à la première abolition de l’esclavage en France. En souvenir du temps passé à la bibliothèque de l’Arsenal, il lui offrit plusieurs centaines de documents réunis sur ce sujet.

  • 7 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre (...)

7En 1866, plusieurs extraits de correspondance attestent d’une seconde mission dévolue à Paul Lacroix7 : la rédaction du catalogue des manuscrits de la bibliothèque de l’Arsenal. Il semble que cette activité occupe dès lors le conservateur une dizaine d’années, favorisant son épanouissement à l’Arsenal d’après Eugène de Mirecourt :

  • 8 Eugène de Mirecourt, Le Bibliophile Jacob (Paul Lacroix), Paris, Librairie des contemporains, 1869, (...)

C’est là qu’il habite, heureux, tranquille, sans ambition, bienveillant, accessible à tous et travaillant sans cesse… Devenu bibliothécaire, il cesse d’être romancier et ne veut plus être qu’historien et bibliographe… Pour se délasser de ces publications innombrables, Paul Lacroix achève en ce moment le catalogue raisonné des manuscrits de la Bibliothèque de l’Arsenal8.

  • 9 Annuaire du bibliophile, du bibliothécaire et de l’archiviste, Paris, E. Meugnot, 1860, p. 29-32.
  • 10 Almanach national : annuaire officiel de la République française pour […] 1881. Paris, Berger-Levra (...)

8Il importe ici de dire quelques mots sur la bibliothèque de l’Arsenal et son fonctionnement au début des années 1850. À l’arrivée de Paul Lacroix, la bibliothèque était dirigée par Laurent de l’Ardèche, puis lorsque ce dernier demanda à bénéficier d’une retraite, sa charge revint à Édouard Thierry. En 1860, la Bibliothèque de l’Arsenal conservait 230 000 volumes dont 6 000 manuscrits, la collection du marquis de Paulmy comptant pour moitié dans cet imposant fonds. Elle était ouverte du lundi au samedi de 10 heures du matin à 3 heures de l’après-midi. D’après l’Annuaire du bibliophile, du bibliothécaire et de l’archiviste de 1860, l’établissement possédait un cabinet pour la lecture des manuscrits9. Dix ans plus tard une autre estimation attribuait à la bibliothèque 12 000 manuscrits. En 1881, l’Almanach national10 annonçait que la Bibliothèque de l’Arsenal conservait 350 000 volumes imprimés et 6600 manuscrits. Cette variation peut notamment s’expliquer par la situation particulière des archives de la Bastille au sein de l’établissement.

Lieux de travail du conservateur à l’Arsenal

Paul Lacroix et la salle des manuscrits

9C’est dans la salle des manuscrits que Paul Lacroix assurait au moins deux fois par semaine un service public. De nombreux témoignages de sa science et de sa bienveillance prodiguées lors de ces séances animées nous sont parvenus, tel ce commentaire d’Édouard Thierry :

  • 11 Édouard Thierry, « Rapport à Monsieur le ministre de l’Instruction publique sur la bibliothèque de (...)

C’est sous le nom de [Bibliophile Jacob] que les voyageurs de l’érudition littéraire le cherchaient à Paris, c’est de ce nom qu’ils le saluaient à la Bibliothèque de l’Arsenal, quand ils venaient y consulter son érudition si étendue et si diverse… Il n’a jamais pu faire un dénombrement exact ou seulement approximatif de ses productions en tout genre ; il n’a peut-être pas moins fait produire autour de lui, il n’a pas moins indiqué des sujets d’études à entreprendre ou à reprendre, d’ouvrages à faire ou à rééditer. Toute une clientèle attendait ses mardis et ses samedis, les jours où il était de service à la bibliothèque, pour venir auprès de son bureau et l’entretenir de projets, d’élucubrations, d’affaires de librairie dont il était le confident et le guide11.

10Paul Lacroix, écrivain fécond depuis les années 1830, continua à publier de nombreux ouvrages parallèlement à son activité de bibliothécaire. Comment conciliait-il écriture et traitement des collections de la bibliothèque ? Un de ses biographes nous apprend qu’il se levait de très bonne heure. Il faut bien sûr considérer que la plupart des conservateurs et bibliothécaires de l’Arsenal en cette seconde moitié du xixe siècle étaient avant tout des gens de lettres, des écrivains plus ou moins reconnus ; de ce fait, la gloire, les succès littéraires même passés du bibliophile Jacob, étaient de nature à froisser plus d’un de ses collègues.

  • 12 B.-H.-G. de Saint-Heraye, pseud. de Bernard-Henri Gausseron, « Cabinets de travail et bibliothèques (...)

11Comment travailla-t-il au catalogue des manuscrits de la bibliothèque ? Selon un article publié dans Le Livre en 1884, c’est bel et bien Paul Lacroix qui « a rédigé le catalogue des manuscrits que contient le dépôt de l’Arsenal. Rien de mieux fait, nul n’était capable de mieux faire12 ». L’auteur renchérit : « on garde le plus possible cet excellent catalogue sous le boisseau. » Un rapport adressé par Édouard Thierry, alors conservateur-administrateur, au ministre de l’Instruction publique à la fin de l’année 1884, est plus précis : il note que ce travail avait été confié « à la compétence de notre regretté collègue, M. Paul Lacroix, qui en a fait pendant plusieurs années, l’objet de ses soins et de son étude favorite » :

  • 13 Édouard Thierry, « Rapport à Monsieur le ministre de l’Instruction publique », op. cit.

Les fiches rédigées par M. Paul Lacroix sur un grand nombre de nos manuscrits français emplissent un coffre dans lequel elles sont consultées comme le travail d’un maître ; mais les développements qu’il avait donnés à son travail ne permettaient pas d’espérer qu’il pût l’achever assez promptement sans y être aidé, et d’autre part ce travail personnel ne pouvait être achevé que par celui qui l’avait conduit jusque-là13.

  • 14 Henry Martin, Histoire de la bibliothèque de l’Arsenal, Paris, Plon, 1900. Il s’agit du huitième to (...)
  • 15 Ulysse Robert, Inventaire sommaire des manuscrits des bibliothèques de France dont les catalogues n (...)
  • 16 Bulletin de l’École des chartes revue d’érudition, xl, Paris, A. Picard, 1879, p. 487-489.
  • 17 Ibid.

12Le catalogue des manuscrits de la bibliothèque fut publié par Henry Martin entre 1885 et 1900. Ce dernier s’appuya nécessairement sur les travaux de ses prédécesseurs, aidé en dernier lieu par Lorédan Larchey. Dans son Histoire de la Bibliothèque de l’Arsenal14 publiée en 1900, Henry Martin date de 1874 les premières contributions de Lorédan Larchey au catalogue des manuscrits de l’Arsenal. Deux ans plus tard, une instruction ministérielle traitait du classement des fonds de manuscrits des bibliothèques. Les deux hommes donnèrent au public en 1879 un inventaire des manuscrits de l’Arsenal intégré à l’Inventaire sommaire des manuscrits des bibliothèques de France dont les catalogues n’ont pas été imprimés15, œuvre d’Ulysse Robert. Dans la Bibliothèque de l’École des chartes de cette année-là, M. Raynaud annonce que « le nombre de catalogues de manuscrits publiés en France est [alors] relativement restreint16 ». La bibliothèque de l’Arsenal se glisse ici dans l’ordre alphabétique des toponymes, venant juste après dans le classement à la bibliothèque d’Arles ; son inventaire est toujours, selon M. Raynaud, la « partie la plus importante et la plus intéressante du fascicule [...]. L’inventaire de dom Poirier [qui remontait à 1803] fut complété, rectifié et amélioré par les fonctionnaires de la Bibliothèque de l’Arsenal, les ouvrages sont disposés par ordre de matières […] ; cette disposition […] facilite les recherches17 ».

Son appartement, sa bibliothèque

13Les conservateurs bibliothécaires et autres personnels employés à la bibliothèque demeurent sur place. Le logement occupé par Adam Mickiewicz fut attribué à Paul Lacroix qui s’y installa en 1856. Il disposait, au deuxième étage, d’un appartement de sept pièces ainsi distribué : un salon, une salle à manger, deux chambres à coucher, un cabinet, une cuisine et une chambre de domestique.

  • 18 B.-H.-G. de Saint-Heraye, pseud. de Bernard-Henri Gausseron, « Cabinets de travail et bibliothèques (...)
  • 19 Ibid., p. 245.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 246.
  • 22 Ibid., p. 247.

14Un de ses amis dépeint les lieux habités par le Bibliophile Jacob : « Les livres de M. Paul Lacroix ne sont pas somptueusement logés en son appartement de l’Arsenal », puisqu’il place des livres partout, mais il est aussi question d’une « pièce qui est la bibliothèque, ou le cabinet, plus particulièrement. Le maître l’appelle plutôt la salle des catalogues18 ». Les rayons couvrent les murs, on y trouve des volumes harmonieusement reliés. En dehors de cet ensemble si bien classé le désordre règne : les tables sont dissimulées par les livres entreposés et le visiteur peut y observer des « îlots massifs, de vastes piliers quadrangulaires à arêtes brisées19 » touchant presque le plafond. Dans la cheminée, point de bûches, mais des paquets de livres, et dans la pièce un buste réalisé par Jehan Duseigneur. Sur le bureau enseveli sous les livres et les cartons, face au fauteuil de Paul Lacroix, l’auteur aperçoit « un cahier de papier à moitié couvert d’une écriture extrêmement nette, mais si fine et si serrée que l’auteur, en se relisant, s’y use les yeux20 ». Au sol, des tas de livres, des paquets de brochures, peut-être des documents acquis au fil de ses promenades le long de la Seine et de ses emplettes chez les bouquinistes. « La salle des catalogues n’est que l’antichambre des nouvelles acquisitions de M. Paul Lacroix21 », renchérit l’auteur, précisant que ce dernier dispose un étage plus haut d’une chambre à coucher, d’un cabinet de toilette, d’un vestibule et d’une grande pièce où il emmagasine ses trésors. Dans sa vaste collection il conserve peu de documents politiques, plus de journaux littéraires de la première moitié du xixe siècle, et des romans. Il possède les œuvres « de son prédécesseur à l’Arsenal, Charles Nodier22 », des poésies, chansons et almanachs littéraires.

15Nous savons aussi que le premier janvier de chaque année, le bibliophile Jacob avait l’habitude de recevoir à l’Arsenal ses amis et plusieurs de ses collègues.

Préoccupations bibliographiques et patrimoniales de Paul Lacroix

Une relation houleuse avec le directeur de l’Arsenal

  • 23 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre (...)
  • 24 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre (...)
  • 25 Ibid.

16Il importe d’évoquer le conflit qui opposa Paul Lacroix à Laurent de l’Ardèche, le directeur de la bibliothèque, avec lequel il connut des heurts fréquents. Un désaccord dans le traitement du fonds Grégoire fut peut-être le prétexte à la revendication de certaines exigences du conservateur. Paul Lacroix écrivit ainsi plusieurs lettres peu aimables à Laurent de l’Ardèche et osa s’adresser au ministre, outrepassant le règlement pourtant très précis à ce sujet23. Le bibliophile Jacob affirmait bénéficier de la confiance de l’Empereur qui lui avait donné « la place occupée naguère par Charles [afin qu’il pût continuer son] travail littéraire et bibliographique, préparer la rédaction du catalogue de la Bibliothèque de l’Arsenal24 ». Il prétendit également disposer d’une lettre du ministre prouvant sa bonne foi, mais ne produisit jamais ce texte. Laurent de l’Ardèche, demandant au ministre s’il avait connaissance d’un tel document en 1863, reçut rapidement une réponse négative. Le directeur rappela donc que la place autrefois accordée à Charles Nodier, « bibliothécaire en chef […] premier sur l’ordre du tableau, occupant le principal logement, jouissant du plus haut traitement25 », était exceptionnelle et fut supprimée à son décès en juin 1844. Le bibliophile Jacob, un des conservateurs de l’établissement, devait se soumettre à ce titre à l’autorité de Laurent de l’Ardèche, qui le qualifia d’« enquêteur général » de la bibliothèque. Comment ne pas voir dans toutes les récriminations de Paul Lacroix l’expression de son mécontentement, ou de sa jalousie ? Au mois de novembre 1863 encore, Laurent de l’Ardèche sollicitait le ministre de l’Instruction pour se plaindre des réclamations de Paul Lacroix : en décrivant ainsi son emploi à l’Arsenal, le conservateur bafouait l’autorité du directeur de la bibliothèque, lequel dénonçait une prétention persistante de Paul Lacroix à une position anormale et privilégiée, en dehors de l’ordre hiérarchique dans l’établissement.

17En février 1856, le conservatoire de la bibliothèque de l’Arsenal était composé de M. Laurent, conservateur-administrateur, président ; de MM. Paul Lacroix, conservateur, et Ravaisson, conservateur-adjoint ; Cordiez, bibliothécaire ; de l’Escalopier, conservateur honoraire ; et enfin de Leroux de Lincy, conservateur-adjoint honoraire. Ce conservatoire adopta un règlement de la salle des manuscrits fréquentée par de nombreux artistes consultant les plus précieux manuscrits à miniatures. Des règles strictes furent imposées pour la communication des manuscrits :

  • 26 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95031 ii, admission des lecteurs. Dossier Communications g (...)

Les manuscrits renfermant des miniatures, et considérés comme très précieux à un titre quelconque, ne seront communiqués qu’avec une extrême réserve […]. Les manuscrits à miniatures ne pourront être communiqués que sous vitrine fermée à clé aux artistes qui voudraient faire des copies en couleur ou au crayon noir […]. La communication simultanée de plusieurs manuscrits est interdite […]. Tout calque de manuscrits est expressément défendu […]. Il est également interdit de s’approcher de la cheminée avec les manuscrits communiqués26.

18De même, le prêt des ouvrages à l’extérieur de la bibliothèque fut encadré :

  • 27 Ibid.

Le prêt des livres n’aura lieu que le mercredi & le samedi de chaque semaine […]. Le prêt fait aux fonctionnaires attachés à la bibliothèque sera inscrit sur un registre spécial, de la main ou en présence du fonctionnaire préposé à la garde & à la tenue de tous les registres relatifs à ce service. La radiation des prêts ne pourra être faite que par ce même fonctionnaire. Les autres formalités, exigées des emprunteurs étrangers, demeurent applicables aux employés de l’établissement, sans distinction de titre. Le prêt aux employés sera permis tous les jours27.

19Le directeur de la bibliothèque affirma être à l’origine de ces dispositions règlementaires.

  • 28 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre (...)
  • 29 Ibid.

20Un nouvel incident éclata en juillet 1863. Paul Lacroix s’adressa à l’administrateur pour obtenir l’autorisation de consulter un « ouvrage à figures avec texte imprimé qui se [trouvait] indûment parmi les estampes et qui avait été caché à tous les yeux pendant plus de deux années28 ». Puisqu’il travaillait dans la salle des manuscrits à son bureau de conservateur, il lui était impossible de se rendre au cabinet de Sully où M. Faucheux procédait à l’examen des estampes, c’était une pièce interdite tant aux fonctionnaires de la bibliothèque qu’au public. Pour convaincre l’administrateur, Paul Lacroix lui signalait son ouvrage sur les costumes français en dix volumes dédiés à l’Empereur. Le directeur rappela à Paul Lacroix que le cabinet des estampes avait été mis à la disposition d’un délégué interministériel, aucun document ne devant en sortir sans en avoir référé à l’autorité compétente. Laurent de l’Ardèche, placé à la tête de l’établissement par l’Empereur, autorisait bel et bien Paul Lacroix à se rendre au cabinet des estampes mais s’interdisait de faire sortir le document du cabinet Sully, les « considérations d’ordre général et d’utilité publique [primant sur les] convenances particulières29 ». Paul Lacroix enrageait en constatant la position exceptionnelle de Faucheux, délégué interministériel hors du périmètre de l’administration de Laurent de l’Ardèche. Pour ne pas déranger le travail du délégué ministériel M. Faucheux, l’administrateur plaça par exemple sous sa garde personnelle la clé du cabinet de Sully, auparavant conservée dans la salle publique des catalogues où les garçons de bureau en disposaient pour répondre à la curiosité des visiteurs. Paul Lacroix désapprouva cette décision le 9 juillet 1863. Le lendemain, la presse diffusait l’information, ce que Laurent de l’Ardèche prit pour une attaque personnelle.

  • 30 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Laurent de l’Ardèche (...)

21Enfin, en 1863 à nouveau, Laurent de l’Ardèche demanda au ministre de l’Instruction publique une autorisation d’absence de six semaines et proposa le conservateur Vaissade pour lui « suppléer dans la surveillance administrative30 » de l’établissement. Paul Lacroix eut beau revendiquer cette suppléance, en avertir Vaissade et Labiche, Laurent de l’Ardèche refusa de « suivre l’ordre du tableau dans le choix de [son] remplaçant provisoire » :

  • 31 Ibid.

Il est moralement impossible que je présente M. le conservateur Lacroix à Votre Exc. pour me suppléer après les quatre lettres que ce fonctionnaire m’a adressées à la date des 7, 9, 11 et 18 juillet, lettres que j’ai dû soumettre à votre appréciation […]. Depuis son entrée à la bibliothèque, M. Lacroix a constamment manifesté qu’il entendait autrement que moi nos devoirs & nos droits respectifs et souvent aussi le régime intérieur de la bibliothèque31.

22Paul Lacroix se lança régulièrement à la recherche de manuscrits ou imprimés prêtés trop librement par la Bibliothèque de l’Arsenal au début du xixe siècle, notamment du temps de l’administrateur Alexandre Duval dans les années 1830. Après avoir constaté la disparition de certains documents, il en avertit le directeur de la bibliothèque :

  • 32 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre (...)

Il importe que vous soyez édifié sur la valeur de ces deux ouvrages : 1° Les satyres bastardes 300 à 500 francs, Le roman d’Artus 1000 à 1500 francs. Une lettre manuscrite de Mme de Grignan vient de disparaître, elle vaut 100 à 200 francs. À la recherche de La poésie française de Charles de Ste Marthe, Lyon, 1540, in-8, 150 à 300 francs. La danse aux aveugles, par M. Michault, gothique sans date, in-4, 500 à 800 francs […]. Je continuerai […] de vous adresser le résultat de mon enquête […]. Vous jugerez sans doute convenable de tenir le ministre au courant de l’enquête et des recherches32.

  • 33 Ibid., lettre de Laurent de l’Ardèche à Paul Lacroix, 1863.

23Laurent de l’Ardèche, ne semblant pas apprécier ce ton, lui répondit qu’il en tiendrait « compte comme de tous [les signalements d’ouvrages manquants] qui lui sont fournis par MM. Les fonctionnaires placés, à divers titres, sous sa direction33 ».

Action en faveur de l’entretien du bâtiment

24Que dire des questions posées par Paul Lacroix au sujet des travaux de restauration du bâtiment et de sa transformation menée sous la direction de l’architecte Théodore Labrouste dans les années 1840-1860 ? Le Bibliophile Jacob, qui n’était pas insensible à toutes ces opérations, fut le témoin sans le savoir de la plupart des travaux à l’origine de l’aspect actuel de la bibliothèque de l’Arsenal.

25Une lettre non datée et conservée à l’Arsenal nous informe sur les travaux de l’époque. Un bibliothécaire demandait que le conservatoire fût associé au suivi des travaux des bâtiments de la bibliothèque de l’Arsenal, dans la mesure où leur destination particulière le justifiait. Une commission des bâtiments fut dès lors créée au sein du conservatoire, se composant de MM. Paul Lacroix, Vaissade, Ravaisson, Le Roux de Rincy et Cordiez.

  • 34 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95006, travaux. Dossier 1799-1880, année 1880.
  • 35 Ibid.

26En 1856, Paul Lacroix écrivit à l’administrateur au sujet des travaux menés dans le bâtiment : « J’ai demandé que les deux buchers attenant à la bibliothèque, dont ils ne sont séparés que par une simple porte, fussent réunis à la bibliothèque34. » Il évoqua le magasin du rez-de-chaussée, rappelant la nécessité de supprimer « dans le fond de la galerie toutes les causes d’humidité et d’insalubrité qu’on s’efforce de faire disparaître ailleurs […]. [L’] intention a toujours été de parvenir graduellement à isoler la bibliothèque et d’éloigner ainsi les déplorables chances d’un incendie35 ». Il fallait aussi réduire l’humidité :

  • 36 Ibid.

Faites que nous n’ayons plus la douleur de voir notre admirable exemplaire de Bayle, provenant du comte d’Hoym, chargé de végétation blanche comme celle d’un pommier en floraison. Ces avertissements me sont dictés par l’intérêt tout [naturel] que je ne puis m’empêcher d’avoir pour les livres et pour la bibliothèque en particulier36.

27Aujourd’hui pourtant, le dictionnaire de Bayle est encore bien conservé à la bibliothèque de l’Arsenal et ne porte pas de traces d’humidité.

28Les livres conservés à l’Arsenal furent plusieurs fois déplacés à l’occasion des travaux de l’architecte Labrouste : le mur nord donnant sur la rue de Sully fut entièrement repris, les salles de lecture réaménagées, déplacées. Paul Lacroix ne cessait d’alerter sur les négligences de l’architecte ou du directeur, car selon lui les ouvrages n’étaient pas évacués à temps et souffraient des perpétuels déménagements. Un peu plus tard, en 1860, il alerta à nouveau Laurent de l’Ardèche à ce sujet :

Mon cher ami, Vous avez dit hier à Mme Lacroix que vous deviez ce matin-même procéder au déménagement des livres du 1er étage-nord, pour les transporter dans les salles du midi. Il y a sans doute un malentendu, car je ne puis croire qu’on ait pris un parti aussi impraticable et aussi dangereux.

  • 37 Bibliothèque de l’Arsenal, ms-13427 n° 22, f. 277.

Les salles que l’on songe à déménager renferment plus de 60 mille volumes, dont trois ou quatre mille in-folio […]. Je suis donc forcé de croire à un malentendu […]. Tout ce qui se passe ici est de la folie et de l’affolement : il faut en finir dans l’intérêt de tous. Si, par extraordinaire, Thierry ne venait pas ce matin, comme conservateur suppléant, je ferai le nécessaire en allant trouver le ministre et prendre des ordres37.

29On peut se demander si la position de Paul Lacroix dans cette affaire était absolument neutre…

Paul Lacroix donateur

  • 38 B.-H.-G. de Saint-Heraye, pseud. de Bernard-Henri Gausseron, « Cabinets de travail et bibliothèques (...)
  • 39 Ibid., p. 243-244. Une liste des ouvrages offerts par Paul Lacroix à l’Arsenal est conservée dans l (...)

30Selon la publication du Livre, Paul Lacroix a « entrepris un jour de donner à la bibliothèque de Montpellier, sa ville natale, toutes ses œuvres38 », soit 1200 volumes déjà transmis pour moitié à cette date. Il a par ailleurs confié à la Bibliothèque Nationale 800 volumes. Outre 5 000 volumes généreusement offerts à la Bibliothèque des amis de l’instruction à la Villette, « il a donné à l’Arsenal toute la collection de la bibliothèque Elzevirienne [ainsi que] des journaux, des livres de toutes sortes39 ». De plus, M. Paul Lacroix, nous dit-on, ne donnerait plus aucun livre à l’Arsenal, même s’il consentait à prêter les documents présents dans sa bibliothèque personnelle pour une consultation en salle de lecture lorsque ceux-ci faisaient défaut.

  • 40 Bibliothèque de l’Arsenal, ms-95021 (2), « Dossier du don Paul Lacroix ».

31Venons-en au cas très particulier de la collection des manuscrits Lacroix aujourd’hui consultables à l’Arsenal. Un dossier des archives de l’établissement s’intitule « Dossier du don Paul Lacroix40 ». Serait-ce un repentir de l’homme qui dans les années 1860 fut offusqué par le manque de respect dont il fut la victime ? Pas tout à fait. L’affaire se conclut en effet en 1928, soit bien après le décès du Bibliophile Jacob survenu en 1884.

  • 41 Étiennette Brodin est la fille d’Étienne Moreau-Nélaton, un collectionneur d’art marié à Edmée Brau (...)

32Le 30 octobre 1928, Étiennette Brodin41 s’adresse à un bibliothécaire de l’Arsenal :

  • 42 Ibid., lettre d’Étiennette Brodin à un bibliothécaire de l’Arsenal [s.n.], 1928.

Monsieur, depuis la mort de mon frère, Monsieur Moreau-Nélaton, je suis dépositaire d’une collection de documents divers (autographes, manuscrits, œuvres complètes et reliées), provenant du Bibliophile Jacob Paul Lacroix. Son héritier M. Paul Guilhiermoz les avait légués à mon père avec le désir de les voir donnés à sa mort à la Bibliothèque de l’Arsenal. Je suis désireuse de réaliser ce don et je me permets de vous demander de bien vouloir venir prendre connaissance de ces documents42.

33Un mois plus tard, Mme Brodin souhaitait régler rapidement la question. Louis Batiffol, administrateur de l’Arsenal à l’époque, demanda en retour que le don soit conforme au droit afin d’éviter toute contestation. La réunion des Bibliothèques nationales à laquelle appartenait alors la Bibliothèque de l’Arsenal remercia chaleureusement Madame Brodin :

  • 43 Ibid., lettre non datée.

Le Comité des Bibliothèques Nationales a été informé que conformément à la volonté de M. Moreau-Nélaton, votre père, Madame votre sœur et vous aviez eu la bonté de faire don à la Bibliothèque de l’Arsenal de la collection de M. Paul Lacroix qui était entre les mains de son descendant direct M. Paul Guilhiermoz et avait été léguée par lui à M. Moreau-Nélaton avec le désir formel que cette collection restât la propriété de cette bibliothèque. Cette collection qui comprend les manuscrits de Paul Lacroix, un lot de 377 volumes en parfait état et un lot de 5 à 6.000 autographes a été incorporé dans les séries de la Bibliothèque de l’Arsenal. Le Comité a tenu à venir vous exprimer, Madame, tous ses plus vifs remerciements43.

*

  • 44 Gaston Schéfer, Mémoires, Coulommiers, 1919-1921, p. 276.

34Paul Lacroix prétendait être le successeur de Charles Nodier, d’une certaine façon à juste titre dans la mesure où les deux hommes ont fortement marqué de leur empreinte la bibliothèque de l’Arsenal. Le Bibliophile Jacob bénéficiait du soutien de ses amis, mais son manque de modestie lors de toutes ces années passées à la bibliothèque lui créa nombre d’ennemis. Gaston Schéfer, qui, entré à l’Arsenal à la fin des années 1870 ne prit pas part aux querelles passées, se souvenait de Paul Lacroix dans ses Mémoires publiés vers 1921 : « Près de la cheminée de marbre rouge venait s’asseoir régulièrement un grand vieillard en redingote […] à la mode de 1840. Cet aïeul si robuste, si droit était un des hommes les plus connus du monde de la littérature et de l’érudition : Paul Lacroix célèbre alors sous son pseudonyme du “Bibliophile Jacob44”. »

Haut de page

Notes

1 Paul Lacroix, Les Cent-et-une : lettres bibliographiques à M. l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, Paris, Paulin, 1849-1850.

2 Paul Lacroix, « Œuvres diverses ». Arsenal, ms. 13427, f. 7.

3 Bibliothèque de l’Arsenal, ms-13427 n° 22, f. 287.

4 Archives nationales carton F/17/13514. Dossier catalogues. Rapport du 8 février 1854.

5 Ibid.

6 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre de Laurent de l’Ardèche au ministre de l’Instruction publique, 2 février 1858.

7 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre de Vincent Duruy au ministre de l’Instruction publique, 16 février 1866.

8 Eugène de Mirecourt, Le Bibliophile Jacob (Paul Lacroix), Paris, Librairie des contemporains, 1869, p. 61-64.

9 Annuaire du bibliophile, du bibliothécaire et de l’archiviste, Paris, E. Meugnot, 1860, p. 29-32.

10 Almanach national : annuaire officiel de la République française pour […] 1881. Paris, Berger-Levrault, 1882.

11 Édouard Thierry, « Rapport à Monsieur le ministre de l’Instruction publique sur la bibliothèque de l’Arsenal » et « Discours prononcés sur la tombe de MM. Ravaisson-Mollien et Paul Lacroix », Bulletin des bibliothèques et des archives : Ministère de l’Instruction publique, t. 1, Paris, H. Champion, 1884, p. 250-252.

12 B.-H.-G. de Saint-Heraye, pseud. de Bernard-Henri Gausseron, « Cabinets de travail et bibliothèques. M. Paul Lacroix (le bibliophile Jacob) », Le Livre, Paris, A. Quantin, 1884, p. 241-249.

13 Édouard Thierry, « Rapport à Monsieur le ministre de l’Instruction publique », op. cit.

14 Henry Martin, Histoire de la bibliothèque de l’Arsenal, Paris, Plon, 1900. Il s’agit du huitième tome du Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque de l’Arsenal intégré au Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France publié à partir de 1886.

15 Ulysse Robert, Inventaire sommaire des manuscrits des bibliothèques de France dont les catalogues n’ont pas été imprimés, Paris, H. Champion, 1879-1886.

16 Bulletin de l’École des chartes revue d’érudition, xl, Paris, A. Picard, 1879, p. 487-489.

17 Ibid.

18 B.-H.-G. de Saint-Heraye, pseud. de Bernard-Henri Gausseron, « Cabinets de travail et bibliothèques. M. Paul Lacroix (le bibliophile Jacob) », op. cit., p. 244.

19 Ibid., p. 245.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 246.

22 Ibid., p. 247.

23 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre de Paul Lacroix à Laurent de l’Ardèche, 18 novembre 1856.

24 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre de Paul Lacroix [à Laurent de l’Ardèche ?], 1863.

25 Ibid.

26 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95031 ii, admission des lecteurs. Dossier Communications généralités règlements, texte de 1856.

27 Ibid.

28 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre de Paul Lacroix à Laurent de l’Ardèche, 9 juillet 1863 et ms-95030, visites. Dossier 1801-1961, année 1863.

29 Ibid.

30 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Laurent de l’Ardèche, lettre de Laurent de l’Ardèche au ministre de l’Instruction publique, 1863.

31 Ibid.

32 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95014, dossiers du personnel. Dossier Paul Lacroix, lettre de Paul Lacroix à Laurent de l’Ardèche, 18 juillet 1863.

33 Ibid., lettre de Laurent de l’Ardèche à Paul Lacroix, 1863.

34 Bibliothèque de l’Arsenal – Archives, ms-95006, travaux. Dossier 1799-1880, année 1880.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Bibliothèque de l’Arsenal, ms-13427 n° 22, f. 277.

38 B.-H.-G. de Saint-Heraye, pseud. de Bernard-Henri Gausseron, « Cabinets de travail et bibliothèques. M. Paul Lacroix (le bibliophile Jacob) », op. cit., p 243.

39 Ibid., p. 243-244. Une liste des ouvrages offerts par Paul Lacroix à l’Arsenal est conservée dans le manuscrit coté ms-13427, f. 23.

40 Bibliothèque de l’Arsenal, ms-95021 (2), « Dossier du don Paul Lacroix ».

41 Étiennette Brodin est la fille d’Étienne Moreau-Nélaton, un collectionneur d’art marié à Edmée Braun, elle-même petite cousine de Paul Guilhermoz. Ce dernier est le descendant de Paul Lacroix, dont il hérita de la collection de manuscrits.

42 Ibid., lettre d’Étiennette Brodin à un bibliothécaire de l’Arsenal [s.n.], 1928.

43 Ibid., lettre non datée.

44 Gaston Schéfer, Mémoires, Coulommiers, 1919-1921, p. 276.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Verron, « Paul Lacroix, conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal ? »Littératures, 75 | 2016, 71-83.

Référence électronique

Rémi Verron, « Paul Lacroix, conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal ? »Littératures [En ligne], 75 | 2016, mis en ligne le 30 juillet 2018, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/687 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.687

Haut de page

Auteur

Rémi Verron

Rémi Verron travaille actuellement à la Bibliothèque nationale de France, site Bibliothèque de l’Arsenal. Il est doctorant à l’Ecole pratique des hautes études pour une thèse sous la direction de Frédéric Barbier et Dominique Varry. Elle porte sur l’histoire de la Bibliothèque de l’Arsenal entre 1830 et 1930.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search