Navigation – Plan du site

Numéros

  • 74 | 2016
    Pratiques et enjeux de la réécriture
    Couverture Littératures n°74

    La notion de réécriture ne cesse aujourd’hui d’être revisitée par la critique littéraire. Elle couvre de multiples modalités d’écriture, de l’imitation à la parodie, en passant par la citation, l’emprunt, le pastiche, l’adaptation, voire le plagiat. Si, pour certains théoriciens, tout texte est le produit d’une réécriture, elle est cependant plus caractéristique de certains processus créateurs. Entre écart, copie et invention, elle permet d’aborder les phénomènes d’appropr(...)

  • 72 | 2015
    Imaginaires de la ponctuation dans le discours littéraire (fin XIXe-début XXIe siècle)
    Couverture Littératures n°72

    « ; ... ! : , , – » ( ) ! ... ? « / / » ? ; ... ! : , , – ? « ( ) ! ... ?

  • 71 | 2014
    Villiers de l’Isle-Adam. Le théâtre et ses imaginaires
    Villiers de l’Isle-Adam. Le théâtre et ses imaginaires

    Comme beaucoup d’écrivains du XIXe siècle, Villiers a longtemps ‎escompté du théâtre le succès et la reconnaissance littéraire : ‎d’Elën (1865) à Axël (1890), en passant par Morgane (1866) refondu en Le ‎Prétendant (1874), La Révolte (1870), Le Nouveau Monde (1875), ‎et L’Évasion (1887), son œuvre dramatique est très diverse dans son ‎inspiration, ses ambitions, ses sujets, son style. Ce volume ouvre des ‎pistes pour renouveler la vision du théâtre de Villiers par des appr(...)

  • 70 | 2014
    Les irréguliers, un autre après-guerre
    Gary, Guilloux, Malaquais...

    « Je suis un irrégulier. Je n’adhère à rien à part entière. Tous les camps me sont tantôt proches, tantôt étrangers », déclarait Romain Gary. « Irrégulier » : combattant qui n’est pas du rang, franc-tireur, partisan. Affirmation d’indépendance provocatrice dans un après-guerre dominé par la surenchère à l’engagement et qui enrégimente les artistes. Les réfractaires en rupture de ban idéologique – Romain Gary, Louis Guilloux, Jean Malaquais, Marc Bernard, Jean Meckert, parm(...)

  • 69 | 2013
    Pascal Quignard et l’amour
    Couverture n°69

    Il est un geste de l’esprit dont Pascal Quignard a fait sa signature : remonter le temps, rechercher « le perdu », « héler » la plénitude à jamais brisée. Dans la musique et les arts, la lecture et l’écriture, la parole et le silence, les terreurs et les désirs... Comment l’amour, cette passion fondamentale de l’âme, dans toute sa phénoménologique manifestation, eût-elle pu échapper à la conquête intellectuelle de Pascal Quignard, à sa méthode d’investigation, à son étymol(...)

  • 68 | 2013
    Quadrillages labyrinthiques : l’échiquier Caillois
    Centenaire de la naissance de Roger Caillois
    Couverture n°68
    Cet ouvrage n’aurait jamais vu le jour sans la patience, l’amitié et l’aide de certains. Qu’ici soit tout particulièrement remercié Étienne Laviron pour sa lecture attentive et ses précieux conseils.
    Un grand merci à Enzo et à Nicola Pagano qui ont soutenu ce projet dès son commencement et l’ont accompagné avec leurs oeuvres, leur sensibilité et l’ironie de leur regard.
    À Dominique Autié, à sa générosité, à son enthousiasme, à sa pensée rigoureuse et souple, à son
  • 67 | 2013
    L’« indivision des savoirs » en question (XVIet XVIIIe siècle)
    Couv_67

    Entre XVIet XVIIIe siècles, moment charnière de la civilisation occidentale, une conceptualisation de l’univers cède le pas à une autre, et engage inéluctablement un processus de spécification – et donc de division – des savoirs, tandis que, dans un mouvement parallèle, l’image du savant isolé, susceptible à lui seul d’embrasser toutes les connaissances possibles, vit ses dernières heures, et que la place privilégiée qu'occupaient les Lettres est en régression. Toutefois(...)

  • 66 | 2012
    La mélophobie littéraire
    Couv_66

    Cave musicam ! » lançait Nietzsche, mettant en garde contre le pouvoir anesthésiant de la musique. Défiance de la littérature à l’égard de l’art des sons, lassitude agacée, voire, plus rarement, aversion caractérisée, la mélophobie n’est que bien rarement viscérale : l’on devine derrière nombre de déclarations hostiles à la musique d’autres cibles. « Je l’aime plus que je ne l’estime... » disait Valéry : à ce procès « sémiotique », qui pointe l’irresponsabilité d’un art no(...)

  • 65 | 2011
    L’irrespect : entre idéalisme et nihilisme
    Couverture Littératures n°65

    À l’heure où l’on multiplie les appels au respect, il n’est pas inutile de rappeler qu’en art la vitalité créatrice au XXe siècle a plutôt été du côté de l’irrespect : de Jarry aux surréalistes, de Michaux aux situationnistes, on a beaucoup brisé les idoles. Encore faut-il s’entendre sur ce dont on parle : tous les irrespects ne se valent pas. Tout dépend de leur visée. L’irrespect est-il une fin, un jugement qui clôt, ou ouvre-t-il sur autre chose ? Exprime-t-il un nihili(...)

  • 64 | 2011
    Octave Mirbeau
    Romancier, dramaturge et critique
    Couverure Litteratures n°64

    Ce volume consacré à l’écrivain Octave Mirbeau (1848-1917) se propose de réévaluer son œuvre et ses engagements dans les combats de son temps, littéraires, esthétiques, politiques, en considérant ses romans et ses contes, mais aussi ses textes dramatiques, son œuvre critique et sa collaboration avec les artistes de son temps.
    Il souhaite ainsi œuvrer à sa redécouverte par le public contemporain, et aller au-delà d’une lecture idéologique qui a montré ses limites.  (...)

  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals