Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75Dossier: Paul Lacroix, l’« homme-...Paul Lacroix, le « roman-histoire...Romans historiques et romans de m...

Dossier: Paul Lacroix, l’« homme-livre » du XIXe siècle
Paul Lacroix, le « roman-histoire » du XIXe siècle

Romans historiques et romans de mœurs chez le bibliophile Jacob

Aude Déruelle
p. 113-124

Résumé

Le bibliophile Jacob a écrit, parallèlement à sa série de « romans-histoires » pour laquelle il est relativement connu, des romans de moeurs du temps présent. La question du divorce y est prépondérante. L’article explore la manière dont s’articulent dans ces romans la vie privée et l’histoire, selon que les moeurs conjugales sont historicisées ou que l’ambition historique est en repli pour laisser place à une intrigue fort mélodramatique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Balzac, lettre du 29 mai 1833, Lettres à Madame Hanska, éd. Roger Pierrot, Robert Laffont, « Bouqui (...)

1De nos jours, ce sont plutôt les pratiques érudites et bibliophiliques de Paul Lacroix qui retiennent l’attention ; il faut bien avouer que ses œuvres littéraires sont fort oubliées. Et pourtant, sans préjuger de leur valeur, il est incontestable qu’elles ont compté en leur temps. Balzac dit certes de Paul Lacroix qu’il est « le point culminant de la médiocrité1 » – mais il en parle.

  • 2 Le sous-titre était d’abord « histoire fantastique du quinzième siècle », et Jacob a procédé à cett (...)

2C’est surtout par ses romans historiques qu’il s’est distingué. Il les publie tout d’abord chez Eugène Renduel, qui a fait ses armes sous la Restauration auprès du libéral Touquet, et qui a été associé dans les années 1830 à la mode romantique – il édite alors Hugo, Sue, Nodier, Musset, Soulié, Gautier. Avant les cycles de Dumas qui paraissent la décennie suivante, les romans de Paul Lacroix dessinent, dans les années 1830, une fresque historique, ainsi que l’attestent les sous-titres des romans suivants : Les Deux Fous, histoire du temps de François ier, 1524 (1830), Le Roi des ribauds, histoire du temps de Louis xii, 1514 (1831), La Danse macabre, histoire du temps de Charles vii, 1437 (1832)2, Les Francs-Taupins, histoire du temps de Charles vii, 1440 (1834), Pignerol, histoire du temps de Louis xiv, 1680 (1836), La Folle d’Orléans, histoire du temps de Louis xiv, 1692 (1836), La Sœur du Maugrabin, histoire du temps de Henri iv, 1606 (1838), La Chambre des poisons, histoire du temps de Louis xiv, 1712 (1839) – et il y a encore quelques romans au début des années 1840.

  • 3 La date a parfois été ajoutée a posteriori, notamment en 1838, lors de la réédition de certains rom (...)
  • 4 Les Deux Fous. Histoire du temps de François ier, 1524, Paris, Eugène Renduel, 1830, p. xii.

3La reprise de la locution « histoire du temps », suivie du nom d’un roi et d’une date3, sans tisser une continuité chronologique, ni dresser un panorama systématique des temps passés, témoigne d’un désir de relier ces œuvres entre elles, et d’occuper, pour ainsi dire, le terrain du roman historique – voire de l’histoire : dès la préface des Deux Fous, Lacroix évoque « cette série de romans-histoires » qu’il s’apprête à publier les années suivantes4, expression qui, au rebours de l’appellation commune « roman historique », manifeste le désir d’outrepasser les bornes du seul territoire romanesque. En 1841, à l’ouverture du roman Le Chevalier de Chaville, une page de l’éditeur Dumont dresse la liste des « romans-histoires » déjà parus, par ordre chronologique de la fiction, avec, cette fois, la date placée en tête du titre.

  • 5 Le Roi des ribauds, histoire du temps de Louis xii, Paris, Eugène Renduel, 1831, t. i, sp.
  • 6 « L’Histoire et le roman historique », Les Francs-Taupins, histoire du temps de Charles vii, 1440, (...)
  • 7 La Folle d’Orléans. Histoire du temps de Louis xiv, Paris, Eugène Renduel, 1836, t. i, p. 3.

4L’ambition de Lacroix est donc double : constituer une fresque historique, et faire du roman historique une écriture légitime de l’histoire. L’expression de « romans-histoires », avec ce trait d’union qui accole les termes sans les hiérarchiser syntaxiquement, place le genre romanesque au niveau même de l’histoire, en une relation dont on ne sait d’ailleurs si elle est d’égalité ou d’équivalence. Tout l’argumentaire de Lacroix vise à gommer la frontière entre le roman historique et l’historiographie. Il rythme ses préfaces : « Voici un livre où l’histoire est tellement incorporée dans le roman, et le roman dans l’histoire, que moi-même je n’oserais distinguer la part du vrai et du faux. Ce n’est pas de l’histoire ; est-ce du roman5 ? » ; « est-ce ma faute si l’histoire et le roman historique sont tellement mêlés ensemble que je ne puisse toucher l’un sans l’autre6 ? » ; « Le roman est souvent de l’histoire, comme l’histoire peut être du roman7. »

5Mais le bibliophile a également écrit, et la chose est moins connue, des romans de mœurs qui portent sur le monde contemporain. Parallèlement à sa publication de romans historiques, pendant les années 1830, il écrit : Un divorce. Histoire du temps de l’Empire (la date de parution est 1832, mais il est annoncé en novembre 1831 dans la Bibliographie de la France) ; Vertu et tempérament. Histoire du temps de la Restauration (1832), Une femme malheureuse, qui paraît en deux volets : le premier, en 1836 (« fille, femme »), le second, en 1839 (« amante et mère »). Citons enfin De près et de loin. Roman conjugal, paru en 1837.

  • 8 Claude Duchet, « L’illusion historique : l’enseignement des préfaces (1815‐1832) », RHLF n° 2-3, 19 (...)

6Cette décennie est marquante du point de vue de l’évolution du genre romanesque. Contrairement à ce que l’on a pu longtemps croire (d’après le point de vue de Lukàcs qu’avait repris Claude Duchet dans sa fameuse étude des préfaces8), le roman historique ne s’arrête pas après la Révolution de Juillet, mais il est fortement concurrencé par le roman de mœurs contemporaines.

7L’évolution de Balzac est à cet égard significative. Il renonce progressivement à son projet d’« Histoire de France pittoresque » inspiré de Walter Scott. Le romancier livre encore durant cette période quelques fictions ancrées dans le passé, élaborées selon des formules diverses, comme s’il peinait à abandonner le terrain du roman historique. L’abandon définitif du projet intervient avec sa fictionnalisation dans le second tome d’Illusions perdues (1839), où celui-ci est proposé par d’Arthez à Lucien de Rubempré. Balzac l’abandonne pour développer son programme d’une histoire des mœurs présentes, qui sera explicité dans l’« Avant-propos » à La Comédie humaine de 1842 : il s’agit de peindre un présent (ou, le plus souvent, un proche passé, historicisé) sur le point de disparaître, pour donner aux générations futures un tableau de la société contemporaine.

8Jacob semble prendre un chemin exactement inverse : il investit le champ du roman historique, déjà en vogue depuis une décennie, tout en cherchant à occuper en partie le terrain de roman de mœurs, en testant plusieurs formules.

  • 9 Un divorce, Paris, Eugène Renduel, 1832 (1831), p. 12.
  • 10 Vertu et tempérament, Paris, Eugène Renduel, 1832, t. i, p. 19.
  • 11 Ibid., p. 20. Je souligne.

9Le discours préfaciel des romans de mœurs met en rapport cette production romanesque avec l’écriture du roman historique. Les préfaces, qui se présentent sous la forme de dédicaces, justifient le choix du bibliophile qui délaisse les chroniques du temps passé pour la peinture des mœurs contemporaines. C’est le cas, par exemple, de la dédicace à Amédée Pichot qui ouvre le premier de ces romans, Un divorce : « Maintenant, mon ami, vous me demanderez pourquoi je me suis relâché de mon amour du moyen âge au point d’écrire une chronique contemporaine ; pourquoi je sors un moment de mon genre habituel pour y rentrer aussitôt9. » Dans la dédicace à son frère Jules qui ouvre Vertu et tempérament, il déclare quitter à regret « la mine riche et profonde de l’histoire pour faire une excursion sur le terrain plat et battu de la société10 ». Mais c’est en définitive, peu après, pour mieux défendre cette « excursion » dans le monde des mœurs modernes : « Ce livre, qui tient au Divorce par des similitudes d’ensemble et de détails, n’est pas d’un genre que je prétende abandonner tout à fait ; il se lie intimement à une série de romans modernes que j’ai conçus à l’époque où j’observais en silence les bases vermoulues de notre société et l’innombrable famille des préjugés que la corruption engendre comme de hideux champignons11. » Si Balzac peinait à « abandonner tout à fait » son projet d’une série de romans historiques, Jacob, lui, prétend, face à son cycle de romans-histoires, développer une série de romans de mœurs.

10Comment ces romans de mœurs sont-ils sont conçus en regard des romans-histoires ? Ces romans sont-ils comme les récits de La Comédie humaine, des histoires du temps présent ? Les mœurs contemporaines sont-elles historicisées ? Ou bien ces romans de mœurs se réduisent-ils à des intrigues sentimentales, en forme de délassement (alimentaire) du bibliophile – qui n’en occupe pas moins ainsi une part importante de sa production romanesque ? À propos de Vertu et tempérament, le compte-rendu paru dans la Revue de Paris se moque (sans trop de férocité) du bibliophile qui donne dans le goût du jour, à savoir « la littérature adultérine et bâtarde ».

La question du divorce ou l’historicisation de la vie conjugale (Un divorce ; De près et de loin)

11Les mœurs du temps présent ressortissent, pour le bibliophile Jacob, avant tout aux mœurs conjugales (« roman conjugal » est le sous-titre de De près et de loin), et en cela peut-être suit-il la vogue lancée par Balzac avec la Physiologie du mariage (1829) et les premières « Scènes de la vie privée ». Mais contrairement à ce qui est élaboré dans le roman balzacien (on peut penser à la Maison du Chat-qui-pelote), la condition socio-historique des personnages est fort peu décrite : on sait très peu de choses de leur passé, parfois grossièrement esquissé, le plus souvent tu, le romancier s’attachant à suivre avant tout l’évolution d’un couple.

  • 12 Un divorce, op. cit., p. 13.

12L’histoire a-t-elle son mot à dire dans ces peintures de la vie conjugale ? C’est ce qu’affirme Paul Lacroix : « Au milieu de mes livres, squelettes de tant de sociétés mortes, j’ai étudié le cœur humain par comparaison ; car dire que le cœur est le même à toutes les époques et dans toutes les pays, c’est faire acte d’ignorance routinière : certes, le principe est identique, mais il procède différemment12. » En un plaidoyer anticlassique, le romancier proclame, suivant cela les propos de Mérimée dans sa préface à la Chronique du règne de Charles ix (1829), que les formes des passions humaines ne sont pas éternelles. Le bibliophile historicise plus précisément la question par son intérêt pour le divorce, qui a donné lieu au titre de son premier roman de mœurs contemporaines, mais qui sera aussi le centre du roman De près et de loin.

  • 13 Ibid., p. 90-91.

13L’intrigue d’Un divorce débute en 1812. Felix Revel, qui a vécu en union libre avec Adeline, finit par l’épouser lorsqu’elle est enceinte. Mais, victime d’une machination, il soupçonne sa femme de le tromper avec son meilleur ami, Jenneval, et décide de divorcer. Quelques informations, égrenées au fil du texte, rappellent au lecteur le contexte du régime impérial. La fascination pour la gloire militaire est brièvement rappelée en des termes d’ailleurs ironiques : Jacob évoque la « perfection plâtrée et mesquine de l’empire, où notre gloire militaire était seule gigantesque, où Bonaparte ne trouvait rien à sa taille13 ».

  • 14 Ibid., p. 61.
  • 15 Ibid., p. 358.

14À côté de ce couple, en évolue un autre. La femme subit les infidélités de son mari, dont le nom, « Bourbier », est assez parlant, mais ne se résout pas au divorce : « Fi donc ! le divorce ! de quel monde sortez-vous, mon innocente cousine ? le divorce a été aboli avec la république. – Aboli ! mais vous n’y pensez pas : la loi a été modifiée, restreinte ; mais le divorce est une loi de nature qu’il suffit de régler. Le mariage serait immoral sans le divorce14. » Le roman se conclut sur cette dernière phrase : « Madame Bourbier, ruinée, délaissée, maltraitée, après s’être longtemps résignée à son sort par dévotion et respect humain, venait enfin de former une demande en divorce, lorsque la loi qui l’autorisait disparut du code civil par ordonnance royale et morale du 8 mai 181615. »

  • 16 De près et de loin, Paris, Victor Magen, 1837, t. i, p. 142, p. 159, p. 185 et t. ii, p. 47.

15L’histoire de De près et de loin reprend le motif du divorce, mais la scène se passe après l’Empire, et le héros, qui croit ne plus aimer sa femme, ne cesse de regretter la disparition de la législation sur le divorce16.

16Dans Un divorce, une telle historicisation de la conjugalité se relie toutefois difficilement à la grande histoire, qui n’intervient qu’à la toute fin du roman, dans un chapitre qui signale la nature digressive du propos : « Une page d’histoire ». En une dizaine de pages, le narrateur évoque la fin de l’Empire : de la Bérézina, on passe à la campagne de France, puis à l’arrivée des Cosaques à Paris. Il peint alors la résistance des uns et la trahison des autres. L’intrigue privée se dénoue sur fond de soubresauts historiques : au Père Lachaise, Revel retrouve Jenneval, et lui réclame un duel alors que les Cosaques envahissent le cimetière. Parce qu’elle arrive bien tardivement dans le roman, une telle superposition entre drame personnel et tragédie nationale paraît toutefois artificielle, et ne dessine pas le jeu d’échos qui était à l’œuvre par exemple dans Delphine (1802) de Staël.

  • 17 Un divorce, op. cit., p. 14.

17On le voit, le bibliophile Jacob ne cache pas ses sympathies pour la législation du divorce, « cet indispensable correctif du mariage, cette première déclaration de l’égalité sexuelle17 ». La préface d’Un divorce configure d’ailleurs le rôle du roman de mœurs par rapport au roman historique d’une manière tout à fait intéressante. Il s’agit pour le bibliophile de modifier son ethos, son image d’auteur. Ce n’est pas parce qu’il se passionne pour le Moyen Âge qu’il est réactionnaire. Ce qui donne lieu à cette page tout ironique :

  • 18 Ibid., p. 3-4.

Certains lecteurs de mes chroniques ont jugé l’auteur par ses personnages ; vaudrait autant peindre un roi à l’image de ses ministres. J’ai été renvoyé inexorablement aux temps que j’aime à représenter ; on a classé mes idées, mon caractère, le nom du Bibliophile Jacob sous une date quelconque du moyen âge ; on m’a enfermé corps et âme dans les rayons de ma bibliothèque ; on a placé à la fin du seizième siècle mon nec plus ultra. Voyez : je suis un serf de châtellerie ou bien un haut baron suzerain ; j’habite le donjon d’une tour en ruines peuplée de hiboux ; j’ai cent vassaux en armes sous mon pennon […] fondons des obits, des maladreries, des monastères ? une échelle à la porte de mon manoir ; deux paysans pendus aux fourches patibulaires de ma justice féodale ; mort à qui touche à ma chasse, à ma pêche, à mes antiques privilèges de vieille noblesse ! honneur aux fils des preux ! amour aux dames ! largesse aux vilains ! Oh ! le bon temps que le temps jadis ! reprenez vos libertés, et rendez-nous nos franchises18 !

18Il précise peu après sa pensée. Il n’abjure nullement son amour du Moyen Âge, sa passion pour ce temps à proprement parler pittoresque, si coloré par rapport à la platitude moderne (il s’agit là d’un topos postrévolutionnaire, celui du nivellement des mœurs) :

  • 19 Ibid., p. 4-6.

Oui, je me plais à vivre par la pensée à ces époques de chevaliers ou de barbarie moins uniformes et plus poétiques cent fois que la nôtre. Il faut des couleurs au peintre, des contrastes à l’artiste. Eh bien ! les couleurs sont éclatantes et toutes broyées ; les contrastes frappants et inattendus. Le moyen âge seul a créé le genre romantique […]. Est-ce à dire qu’il faut rétrograder dans la vie matérielle, abjurer notre condition sociale et politique ? Est-ce une croisade prêchée en faveur de l’ignorance et du statu quo intellectuel ? Telles sont pourtant les imputations que l’on entasse contre les partisans de notre littérature nationale ; tels sont les dégoûts dont on paie le travail consciencieux du romancier historien. […] C’est un champ inculte, étouffé de ronces et couvert de sable, qu’on défriche longtemps avant d’obtenir une chétive moisson. On sème tôt pour recueillir tard : Walter Scott était antiquaire avant de devenir romancier19.

19Mais le bibliophile Jacob révèle que cette admiration est un sentiment de type esthétique, et ne procède aucunement d’une conviction politique :

Ce n’est pas comme modèle politique et social qu’on doit considérer le moyen âge, bien que certaines institutions communales fussent plus larges que les nôtres ; c’est l’art qu’on doit aimer dans le moyen âge ; c’est l’art sous toutes ses formes et avec ses différents caractères.

  • 20 Ibid., p. 3.

20Bref, il s’agit là d’une profession de foi libérale. Comme il le dit à l’orée de sa préface : « Je voulais me reposer du Moyen Age parmi mes rêves de perfectionnement moderne20. » Aimer et étudier le passé ne signifie pas être conservateur ou réactionnaire. Cette prise de position est particulièrement intéressante dans le champ littéraire de la Monarchie de Juillet : au même moment, en 1832, Balzac fait le choix strictement inverse. Il prend pour objet d’étude les mœurs modernes, viciées selon lui par l’individualisme, et se convertit au légitimisme ainsi qu’au catholicisme, adoptant un ethos réactionnaire pour mieux dénoncer les travers de la société capitaliste et bourgeoise moderne.

L’histoire au détriment de la peinture de mœurs (Vertu et tempérament)

21C’est une autre formule que celle de l’historicisation des mœurs conjugales par le divorce, que Jacob développe dans son roman suivant, Vertu et tempérament. Histoire du temps de la Restauration, alors même, on l’a vu, qu’il inscrit ce roman dans le prolongement du précédent (il souhaite faire une « série » de romans de mœurs). Le début du récit laisse croire au lecteur qu’il va lire une histoire d’amour, de mariage (et d’adultère bien sûr), avec la rencontre des deux protagonistes, le comte Edouard Dorand et la modiste Maria : épris de la jeune fille, le comte rompt, pour l’épouser, un mariage avantageux avec la hautaine Henriette de Maule. Or, par un rebondissement tout à fait mélodramatique, il s’avère que les deux femmes sont demi-sœurs, toutes deux filles d’un ancien forçat, nommé Bias (Mme de Maule ayant pu divorcer sous l’Empire et se remarier ensuite), qui a tous les vices possibles et imaginables.

22Toutefois, la suite est pour le moins déceptive pour le lecteur épris d’histoires de la vie privée. Certes, à un certain niveau de la fiction, le roman raconte l’histoire d’un couple aux mœurs libres : le comte Dorand a épousé la modiste, ils s’estiment profondément, mais ne s’aiment plus et se sont donné entière liberté de chercher l’amour en dehors de leur union. Mais ce n’est manifestement pas là le cœur du propos : le plaidoyer pour la liberté du couple, qui aurait pu prolonger la question du divorce, cède le pas à un autre projet romanesque. Une fois le mariage conclu entre les protagonistes, l’intrigue romanesque se développe en effet vers une tout autre direction. Les personnages, la situation, tout est prétexte à la peinture d’un complot carbonariste en 1820. Le bibliophile, dont on reconnaît là le libéralisme, ne se prive toutefois pas d’en montrer les ambiguïtés, puisque ce complot libéral rassemble aussi bien des bonapartistes qui rêvent au retour de l’Empereur ou de son fils, Napoléon ii, que des républicains dont le modèle politique est celui de la Convention. Est ainsi importé dans la fiction un vocabulaire de la charbonnerie (les ventes, les pilotes…).

  • 21 Vertu et tempérament, op. cit., t. i, p. 63.

23Pour les besoins du propos, l’origine sociale des personnages est un peu plus développée que dans le roman précédent, mais tout de même brossée à grands traits, et quasi caricaturale dans ses antithèses : le comte Dorand est de noblesse d’Empire, fils d’un soldat de Napoléon, et a lui-même été blessé à Waterloo. Il est ami de Jules de Remicourt, noble d’Ancien Régime, fils d’émigré, « monarchique comme un Vendéen, fidèle à Dieu et au roi, adorateur du drapeau blanc21 ». Les intrigues de cœur s’amenuisent peu à peu tandis que s’épaissit le fil historique, allant jusqu’à donner lieu à un tableau de l’ambiance politique de la Restauration :

  • 22 Ibid., t. i, p. 343 et sq.

En effet, cette mémorable année 1820, que le soleil fécondait en liberté, semblait avoir semé un germe de révolution dans tous les pays et dans tous les cœurs. Si le sublime chef du despotisme militaire succombait lentement dans sa prison anglaise aux tortures morales dont sir Hudson Lowe était le lâche exécuteur, si Napoléon était comme mort à deux mille lieues de la France, le moment était bien choisi pour restituer la couronne à son fils, que les puissances étrangères avaient confié à l’Autriche en otage. Le duc de Berry, ce prince médiocre et libertin, assassiné par le fanatique Louvel au sortir de l’Opéra, avait emporté le dernier espoir de la race décrépite des Bourbons, et quoique rien ne fût épargné pour lui donner un fils posthume, la tentative de Gravier et Bouton, contre la grossesse de sa veuve, témoignait assez de la haine publique envers l’occupation héréditaire du royaume par les représentants de la sainte-alliance ; d’ailleurs la défaite du ministère de M. Decazes avait transmis le pouvoir aux mains des royalistes purs, des émigrés, des Vendéens et des jésuites ; M. de Villèle était l’expression d’un nouveau système hardiment dessiné, qui devait succéder bientôt au ministère de transition de MM. de Richelieu et Siméon. On avait commencé à détruire la charte pièce à pièce et une fois le marteau porté dans la constitution octroyée, les cris et les rassemblements des écoles étaient d’impuissantes protestations contre sa démolition complète ; la censure ne rendait la presse que plus ingénieuse à rompre son bâillon. L’opposition éloquente du côté gauche avait un retentissement solennel, dans le peuple qui se nourrissait du Constitutionnel ; les noms de Manuel, du général Foy, de Benjamin-Constant, de Sébastiani, de Laffitte et de Casimir Périer servaient de boucliers aux libertés publiques ; la sympathie des masses était acquise à leurs défenseurs, tandis que la flatterie courtisanesque élevait par souscription un monument à la mémoire de la victime de Louvel, et promettait le château de Chambord en hochet au duc de Bordeaux qu’on lui avait promis22 […].

24En définitive, le roman s’intéresse moins aux infidélités du comte Dorand (dont on saura fort peu de choses si ce n’est qu’il désire finalement la femme qu’il avait refusée, Henriette) qu’à son engagement politique : il est le chef de la conspiration, dont le but est d’envahir les Tuileries, de mettre à mort les derniers membres de la famille royale, de faire flotter le drapeau tricolore, et – c’est selon – de proclamer la République ou d’attendre le retour de Napoléon. Bien plus, des personnages historiques, tel le duc de Richelieu, mais aussi, plus brièvement, Louis xviii, arrivent sur le devant de la scène, et tendent à absorber tout l’intérêt. Cette conspiration est certes traitée de manière fort romanesque : secrets éventés, conflits privés se mêlent aux aspirations politiques – le motif de la société secrète, on le sait, a nourri de nombreux romans au xixe siècle.

25La fin du roman vient entériner cette dérive de l’intrigue. De manière significative, après la mort de l’amant de Maria, l’histoire continue : on revoit le comte Dorand et sa femme, en fuite, en Espagne, au moment de l’intervention française de 1823. Et de même, après la mort de Maria, une « Conclusion », sous forme de quatre brèves saynètes comiques, saisit Henriette de Maule et son mari, au cours des années 1827, 1829, 1830 et 1831. Cette fin nous dit bien que la jeune héroïne qui ouvre le texte n’est pas le centre du récit. Il s’agit en revanche pour Paul Lacroix de rattacher la peinture de ces tentatives révolutionnaires au présent particulièrement agité de 1832, date de publication du roman.

Vie privée vs histoire (Une femme malheureuse)

26Le dernier ouvrage, Une femme malheureuse, marque un net reflux de l’histoire, que ce soit politique ou même des mœurs. L’intrigue est purement sentimentale, mélodramatique à souhait, avec moult rebondissements (des personnages que l’on croyait morts mais qui ne l’étaient pas resurgissent sous d’autres identités, etc.).

  • 23 Une femme malheureuse, Paris, Dumont, t. i, 1836, p. 43 et sq.

27Le premier volet commence à la fin de l’Empire : figurent des allusions à la paix avec la Prusse, à la guerre avec la Russie23. Mais, contrairement au roman précédent, l’histoire n’est convoquée que pour les intérêts du drame sentimental : une allusion à la bataille de Waterloo a pour seul but de démasquer l’identité d’un personnage. Jacob, d’ailleurs, dans sa préface dédiée au baron Taylor, semble marquer un net déclin de son ambition historique dans la peinture des mœurs contemporaines :

  • 24 Ibid., p. xxiij.

J’écris donc des romans de mœurs, parce que les romans historiques me coûteraient cent fois plus de peine et de labeur sans rapporter davantage. Au reste, le collège et l’école de droit s’en vont produire une pépinière de romanciers historiques qui se poseront dans leurs préfaces comme de véritables bénédictins, et qui diront nous en s’autorisant de l’exemple de Victor Hugo. Ces modestes jeunes gens font imprimer leur moyen âge aux frais de père et mère24.

28Le roman de mœurs n’est plus qu’une pratique alimentaire qui coûte moins d’efforts à son auteur – qui va jusqu’à écrire deux volets de cette histoire.

29Après avoir testé deux formules fort différentes – historicisation des mœurs, inscription de l’histoire dans la peinture du monde contemporain – on perçoit un net recul de l’ambition historique dans le roman de mœurs, qui se replie sur le sentimental et le mélodramatique, comme si le bibliophile n’avait su élaborer une formule romanesque satisfaisante.

30Dans ses romans-histoires, le bibliophile a pourtant souvent recours à un schéma narratif très efficace qui permet de lier vie privée et grande histoire : un personnage historique vient entraver l’action ou le désir d’un personnage fictif. Dans La Folle d’Orléans (1836), la reine Marie-Thérèse met au monde une fille dont la naissance n’a pas été révélée, car l’enfant était noir de peau à la naissance, et Louis xiv n’a pas voulu pas le reconnaître pour sien. Or le duc de Chartres, neveu du roi, sous le nom du chevalier de Sancy, s’éprend de cette fille cachée, qui a été élevée dans un couvent, où elle est toujours cloîtrée. Louise (c’est son nom) apprend le secret de sa naissance, et est heureuse d’être digne de son amant, qui souhaite l’épouser. Elle craint toutefois que son père ne la reconnaisse pas :

  • 25 La Folle d’Orléans, op. cit., t. ii, p. 306.

Que m’importe d’être née d’un roi de France ! Laissez-moi plutôt mon obscurité avec mes espérances ! Je veux rester Louise sans famille et sans biens, simple religieuse à l’abbaye de Moret ; je veux être encore aimée de mon chevalier de Sancy ! Ou bien promettez-moi, Madame, que sa majesté me mariera comme sa fille au duc de Chartres25 !

31Deux souhaits, deux tracés : soit rejoindre la lumière et la vie publique de la cour, soit demeurer obscure, mais aimer en paix. Deux destins, également impossibles ici. In extremis, Louise apprend qu’elle est en réalité la fille de la Hébert, appelée « la Folle d’Orléans », « ancienne servante mauresse » de Marie-Thérèse, qu’elle avait amenée d’Espagne, et qui a substitué son enfant à celui de la reine, mort à la naissance, espérant ainsi le doter d’une grande destinée. La « conclusion » du roman voit Louise revêtir l’habit de religieuse. Elle adresse un dernier adieu à son amant, qui tente de la délivrer lors de la cérémonie :

Adieu ! retirez-vous ! Suivons chacun notre destinée : la mienne consacrée à la pénitence ; la vôtre, à la gloire ; moi, religieuse ! et vous, prince du sang. […] je t’aime et je t’aimerai toujours, mais que pouvait-il y avoir de commun ici-bas entre le duc de Chartres et la fille de la Folle d’Orléans.

  • 26 Ibid., p. 376.

En achevant ces mots, elle tomba sans mouvement sur les dalles en s’enveloppant du drap mortuaire26.

32Le roman se termine sur la date du 18 février 1692, où le duc de Chartres, comme il se doit, épouse Mademoiselle de Blois. L’advenu finit donc par advenir à la fin du roman, et le personnage fictif le cède au personnage historique, la vie privée des sans-noms de l’histoire rentre dans son obscurité, son néant même, bien symbolisé ici par le « drap mortuaire » de la cérémonie des vœux. Les sentiments des individus sont broyés par les événements historiques dont le lecteur connaît déjà le déroulement, ce qui leur donne l’allure d’un mécanisme implacable. Ce schéma était déjà en germe dans Les Deux Fous (1830), où Caillette, fou de François ier aux côtés de Triboulet, est épris de la belle Diane de Poitiers. Il meurt empoisonné, désespéré de voir son amour dans le lit du roi de France. Ce modèle constitue une configuration particulièrement éclairante d’un processus où la vie privée est comme écrasée par l’histoire.

33Or Paul Lacroix ne reprend pas ce schéma dans les romans de mœurs contemporaines qu’il écrit pourtant en parallèle. Certes, dans Vertu et tempérament, on connaît l’échec des tentatives carbonaristes, et l’on sait d’avance que la famille royale ne sera pas mise à mort, mais le romancier ne montre pas la vie privée de ses personnages comme écrasée par la nécessité historique, ce qui était très efficace dramatiquement et permettait également de délivrer un message sur la manière dont l’individu est confronté aux grandes forces de l’histoire. Dans la brève « série » des romans de mœurs, le bibliophile peine à nouer véritablement peinture de la vie privée et histoire du contemporain, comme si le discours historique était pour Paul Lacroix avant tout la prise en charge d’un regard sur le passé : il n’y a pas de « romans-histoires » du présent.

Haut de page

Notes

1 Balzac, lettre du 29 mai 1833, Lettres à Madame Hanska, éd. Roger Pierrot, Robert Laffont, « Bouquins », 1990, t. i, p. 41.

2 Le sous-titre était d’abord « histoire fantastique du quinzième siècle », et Jacob a procédé à cette harmonisation a posteriori, afin de compléter l’effet de série.

3 La date a parfois été ajoutée a posteriori, notamment en 1838, lors de la réédition de certains romans dans le volume Romans relatifs à l’histoire de France aux xve et xvie siècles chez Delloye et Lecou ou dans les Œuvres complètes, qui paraissent en in-12° chez Barba, la même année. C’est le cas pour Le Roi des ribauds et La Folle d’Orléans.

4 Les Deux Fous. Histoire du temps de François ier, 1524, Paris, Eugène Renduel, 1830, p. xii.

5 Le Roi des ribauds, histoire du temps de Louis xii, Paris, Eugène Renduel, 1831, t. i, sp.

6 « L’Histoire et le roman historique », Les Francs-Taupins, histoire du temps de Charles vii, 1440, Paris, Eugène Renduel, 1834, t. i, p. xxxvii.

7 La Folle d’Orléans. Histoire du temps de Louis xiv, Paris, Eugène Renduel, 1836, t. i, p. 3.

8 Claude Duchet, « L’illusion historique : l’enseignement des préfaces (1815‐1832) », RHLF n° 2-3, 1975, p. 245-267.

9 Un divorce, Paris, Eugène Renduel, 1832 (1831), p. 12.

10 Vertu et tempérament, Paris, Eugène Renduel, 1832, t. i, p. 19.

11 Ibid., p. 20. Je souligne.

12 Un divorce, op. cit., p. 13.

13 Ibid., p. 90-91.

14 Ibid., p. 61.

15 Ibid., p. 358.

16 De près et de loin, Paris, Victor Magen, 1837, t. i, p. 142, p. 159, p. 185 et t. ii, p. 47.

17 Un divorce, op. cit., p. 14.

18 Ibid., p. 3-4.

19 Ibid., p. 4-6.

20 Ibid., p. 3.

21 Vertu et tempérament, op. cit., t. i, p. 63.

22 Ibid., t. i, p. 343 et sq.

23 Une femme malheureuse, Paris, Dumont, t. i, 1836, p. 43 et sq.

24 Ibid., p. xxiij.

25 La Folle d’Orléans, op. cit., t. ii, p. 306.

26 Ibid., p. 376.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Déruelle, « Romans historiques et romans de mœurs chez le bibliophile Jacob »Littératures, 75 | 2016, 113-124.

Référence électronique

Aude Déruelle, « Romans historiques et romans de mœurs chez le bibliophile Jacob »Littératures [En ligne], 75 | 2016, mis en ligne le 30 juillet 2018, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/725 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.725

Haut de page

Auteur

Aude Déruelle

Aude Déruelle est professeur de littérature française du xixe siècle à l’université d’Orléans. Ses travaux de recherche portent principalement sur l’écriture de l’histoire au xixe siècle et sur le traitement fictionnel de la Révolution française.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search