Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Avertissement

Avertissement

Karine Bénac‑Giroux et Jean‑Noël Pascal
p. 5-6

Texte intégral

1Qu’aux approches de la Révolution la tragédie française devienne de plus en plus le lieu de discours et de débats politiques, c’est une évidence sur laquelle il n’est pourtant pas inutile de s’interroger. Qu’elle envahisse, en plus des territoires de l’histoire antique où elle a dès longtemps trouvé sa place, d’autres contrées, notamment exotiques, où développer ses fables pour illustrer les questionnements – sur l’altérité en général, sur le choc des civilisations, sur le fanatisme et les religions, sur le colonialisme, sur le pouvoir – qui taraudent les intellectuels de l’époque du triomphe des Lumières, c’est encore une évidence qui n’en exige pas mois d’être soumise à un examen critique attentif.

2Comment cette forme de la poésie dramatique, souvent considérée comme sclérosée ou même moribonde après avoir dominé l’âge classique, parvient-elle à se mettre au service de la modernité idéologique et, parfois, à y puiser l’énergie spectaculaire d’un véritable renouvellement ? C’est, pour faire vite, la question qu’on a souhaité se poser, à l’occasion d’abord d’une journée d’étude des équipes ATST (Besançon) et ELIRE (Toulouse), accueillie, grâce à Karine Bénac‑Giroux et à France Marchal‑Ninosque, par l’Université de Franche‑Comté le 11 juin 2010, puis de cet ensemble d’articles émanant tant d’autres chercheurs que des participants à cette rencontre bisontine, dans le but, non pas d’apporter des réponses définitives, mais d’accumuler quelques matériaux pour une réflexion collective qui devra être prolongée par d’autres rencontres et d’autres recueils.

3On y verra, à travers une série de contributions ponctuelles et d’articles plus synthétiques, comment la production tragique, autour de 1760, s’écrit dans le sillage d’un Voltaire (Jean‑Noël Pascal) qui a déjà expérimenté avec audace dans les années 1730 – et surtout en 1736, avec Alzire – les sujets exotiques (Isabelle Ligier‑Degauque). On vérifiera la présence constante de l’emprise du plus grand dramaturge du siècle sur son « nourrisson » La Harpe (Thierry Maligne) ou sur les auteurs de tragédies à sujets romains (Catherine Bec). On suivra le développement de la tragédie égyptienne, qui florissait déjà avant Voltaire mais sur laquelle le modèle voltairien n’a pas manqué d’imprimer sa marque (Renaud Bret-Vitoz), et on accompagnera aux Indes (France‑Marchal Ninosque) ou dans une île au large du Pérou (Karine Bénac‑Giroux) des auteurs qui, loin de se contenter d’imiter le pionnier de la tragédie exotique, débattent parfois audacieusement avec lui au cours d’intrigues dans lesquelles un romanesque échevelé sert de support à une véritable réflexion sur l’autre et l’ailleurs. À la fin d’un siècle qui, dès les années 1760, avait abordé à travers la mise en scène dramatique de la figure royale la question du pouvoir monarchique (Alexis de Hillerin), on pourra constater comment Marie‑Joseph Chénier, auteur tragique d’esprit voltairien à l’importance toujours scandaleusement mésestimée, transforme, à travers toute la période révolutionnaire, de pièce en pièce, la tragédie en un laboratoire d’idées politiques en prise constante avec les soubresauts d’une actualité perpétuellement mouvante (Gauthier Ambrus), tandis que son contemporain Luce de Lancival, qui avait déjà apporté sa pierre au débat à l’époque de la République, donne avec son Hector, au tournant de l’Empire, une œuvre au message politique crypté (François Jacob) et qui, événement combien symbolique, sera représentée devant Napoléon à quelques semaines de Waterloo.

4Quelques jalons, donc, et plus de questions que de réponses : merci à la revue Littératures et à son responsable Yves Reboul d’avoir accepté d’accueillir ces études, qui entendent s’inscrire dans le renouveau récent des travaux sur le théâtre tragique des Lumières et donner l’impulsion à d’autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Bénac‑Giroux et Jean‑Noël Pascal, « Avertissement »Littératures, 62 | 2010, 5-6.

Référence électronique

Karine Bénac‑Giroux et Jean‑Noël Pascal, « Avertissement »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/836 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.836

Haut de page

Auteurs

Karine Bénac‑Giroux

Karine Bénac-Giroux, maître de conférences à l’Université de Franche‑Comté où elle co‑dirige la revue de théâtre Coulisses et appartient au laboratoire Jacques‑Petit, a soutenu en 1999 une thèse sur Le Statut du sujet de la parole dans l’œuvre de Marivaux et publié, la même année, deux ouvrages pédagogiques sur cet auteur. La question de la subjectivité et du caractère expérimental de nombreuses comédies du siècle des Lumières est au cœur de ses études, qui s’attachent aussi à retracer la filiation entre Molière et des dramaturges contemporains de Marivaux (Destouches, Boissy…). Publication récente : L’Inconstance dans le théâtre du XVIIIe siècle (L’Harmattan, 2010). À paraître : Passion du moi et méta‑théâtralité dans la comédie « morale » de Destouches (PU de Dijon).

Articles du même auteur

Jean‑Noël Pascal

Jean-Noël Pascal est professeur à l’Université de Toulouse-Le Mirail. Membre de l’équipe de recherche ELIRE, ses travaux portent principalement sur les correspondances féminines (Julie de Lespinasse), la poésie du siècle des Lumières au Romantisme (notamment la fable en vers – deux anthologies et une étude critique publiées entre 1991 et 1995 –, la poésie religieuse et la production lyrique à l’époque de la Révolution et de l’Empire), le théâtre tragique après Racine (six volumes de tragédies oubliées publiés aux PUP entre 1996 et 2005, édition des Tragédies de Campistron en 2002, à la Société toulousaine de Littératures classiques, avec Jean-Philippe Grosperrin), les minores languedociens (éditions de Fabre d’Églantine et de Florian), les voltairiana et les questions d’histoire de l’enseignement littéraire entre 1750 et 1840. Président de la Société des amis des poètes Roucher et André Chénier, dont il organise les colloques annuels et dirige la revue (Cahiers Roucher‑André Chénier, Études sur la poésie du XVIIIe siècle), il donne aussi des feuilletons réguliers aux Cahiers Voltaire et à Orages, littérature et culture 1760‑1830. Publications récentes : Le Coeur terrible, tragédies et parodies de Baculard d’Arnaud, de Belloy, Imbert et d’Ussieux (PUP, 2005) ; Fables de Florian (Ferney‑Voltaire, CIEDS, 2005). À paraître fin 2010 : Lyres, harpes et cithares : les psaumes en vers de 1690 à 1820 (Presses littéraires).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search