Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Lumières et colonisation : relect...

Lumières et colonisation : relecture d’Alzire ou les Américains de Voltaire

Isabelle Ligier‑Degauque
p. 23-44

Résumé

Après le succès de sa tragédie orientale Zaïre (1732), Voltaire choisit le Pérou du XVIe siècle comme décor d’Alzire (1736). Écrite pour se réconcilier avec les dévots et regagner la confiance du roi, la tragédie entérine la supériorité du Dieu des chrétiens véritables sur les dieux des Incas. Ne serait‑elle qu’à lire dans un sens religieux ? L’ailleurs géographique ne doit pas tromper le lecteur : c’est aussi de la France du XVIIIe siècle et de sa puissance coloniale qu’il est ici débattu. Ainsi, l’exemple de bienveillance que l’ancien gouverneur espagnol (Alvarès) désire donner à son fils (Gusman) n’est-il pas pure charité, et il nous semble indiquer le rêve d’un modèle colonial pacifique, avec ses ambiguïtés. Voltaire se place aussi du côté des colonisés et montre, avec la révolte de Zamore, les difficultés de conjurer une violence suscitée par la situation d’occupation et d’exploitation. Enfin, le regard porté sur les Américains d’Alzire a évolué au cours du XVIIIe siècle : Romagnesi et Riccoboni intitulent leur parodie Les Sauvages en mars 1736 et réactivent les clichés attachés au « bon sauvage » que Voltaire avait abandonnés. Au milieu des années 1760, la situation personnelle des spectateurs de Saint-Domingue ou des marins qui donnent Alzire à bord du Comte d’Hérouville, au large de l’île de Gorée, rend la question coloniale soudain très présente. Derrière le Pérou d’Alzire ou les Américains, l’Afrique se devine‑t‑elle ?

Haut de page

Texte intégral

« Vous faites parler un Nègre comme j’aurais voulu faire parler Zamore. » (Lettre de Voltaire à Doigny du Ponceau, 12 octobre 1775)

  • 1 Sur le contexte de rédaction d’Alzire : René Vaillot, Avec Mme du Châtelet (1734-1749), Oxford, Vol (...)
  • 2 Voltaire, « Discours préliminaire », in Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. XIV, éd. T.E.D. Brau (...)
  • 3 Grâce à l’édition en 1884 du Portefeuille de madame Dupin par Gaston de Villeneuve-Guibert, nous sa (...)
  • 4 Selon T.E.D. Braun (éd. cit., p. 7), Voltaire s’appuie principalement sur deux sources historiques  (...)
  • 5 Potoze : ancienne dénomination du Pérou.
  • 6 Dès février 1702, la Comédie-Française donne, sans succès, Montézume, dernier roi du Mexique de Lou (...)
  • 7 Sur la fortune théâtrale d’Alzire : T.E.D. Braun, éd. cit., p. 46 : « Alzire remained in the repert (...)
  • 8 Voltaire, lettre à d’Argental, décembre 1734 (D804), cité en intégralité par T.E.D. Braun, éd. cit. (...)
  • 9 René Vaillot, op. cit., p. 32.
  • 10 Jean Ehrard, Lumières et esclavage. L’esclavage colonial et l’opinion publique en France au XVIIIe (...)
  • 11 Christopher L. Miller, The French Atlantic Triangle. Literature and Culture of the Slave Trade, Dur (...)
  • 12 Inventaire Voltaire, sous la dir. de Jean Goulemot, André Magnan et Didier Masseau, Gallimard, 1995 (...)
  • 13 La première d’Alzire est rapidement suivie de trois parodies : Alzirette de Pannard, Pontau et Parm (...)
  • 14 Christopher L. Miller, op. cit., p. 78.

1Après le succès de sa tragédie orientale Zaïre (1732), Voltaire choisit l’Amérique du Sud, et plus particulièrement le Pérou du XVIe siècle, comme décor de sa prochaine création. Lorsqu’il se consacre à la rédaction d’Alzire, il est sous la menace d’une arrestation, en raison de la lettre de cachet du 4 mai 1734 que lui a valu presque immédiatement la parution des Lettres philosophiques1. La leçon de tolérance religieuse incarnée par Alvarès, ancien gouverneur espagnol du Pérou, et l’affirmation de la supériorité du catholicisme sur les autres croyances doivent être des gages d’orthodoxie à porter à la cause de l’auteur. Le « Discours préliminaire » oriente la lecture à faire d’Alzire dans ce sens : Voltaire renvoie dos à dos « la religion d’un barbare [qui] consiste à offrir à ses dieux le sang de ses ennemis » et celle que pratique « un chrétien mal instruit » ; il rend hommage au « chrétien véritable » qui « regard[e] tous les hommes comme ses frères », fait le bien et pardonne le mal2. Le temps que Voltaire consacre à l’écriture d’Alzire3 et l’importance de ses recherches sur l’Amérique du Sud et la colonisation espagnole du XVIe siècle, témoignent de son implication personnelle et du soin apporté à l’arrière-plan culturel et historique4. Il offre au public parisien une pièce qui évite la dichotomie entre Nature et Culture. Selon la liste des personnages, Zamore est « souverain d’une partie du Potoze5 » et Montèze, père d’Alzire, « souverain d’une autre partie » : Alzire n’est, certes, pas une pièce isolée dans l’intérêt porté au Nouveau Monde6, mais elle fait preuve d’originalité en ne reconduisant pas le stéréotype du « bon sauvage ». La première, le 27 janvier 1736, est un triomphe, les critiques sont très favorables, et les représentations suivantes attirent souvent plus de mille spectateurs chaque soir7. La « pièce fort chrétienne » de Voltaire lui a-t-elle permis de « [se] réconcilier avec quelques dévots8 » ? D’Argental et le marquis d’Argenson s’étonnent, selon René Vaillot, de voir leur ami aussi conciliant avec un tel parti : « Les naïfs ! Mais qui ne voit que les conquérants espagnols font penser à chaque instant aux dévots hypocrites et sectaires du royaume de France9 ? ». La dénonciation des crimes commis en Amérique par la cupidité et le fanatisme espagnols est un combat que mènent aussi au XVIIIe siècle Montesquieu, Diderot, Raynal ou Marmontel, mais l’application au cas de la France, et à sa participation au commerce triangulaire, est loin d’être évidente. La réduction en esclavage des Indiens et l’exploitation de leurs terres au profit de l’Espagne choquent les esprits éclairés, mais Jean Ehrard fait observer que « cela se passe en Amérique du Sud, en terres espagnoles, avec la complicité de l’Église catholique »10, autrement dit là-bas, loin de la France. Ainsi, d’après Christopher L. Miller, « perhaps most important in Alzire is the fact of Voltaire’s talking so much about slavery while eliding and avoiding the transatlantic trade in Africans going on under his nose and supporter by his investments11 ». Sans faire le procès d’un « Voltaire négrier », vivement rejeté par André Magnan12, l’étude d’Alzire ne gagnerait-elle pas aujourd’hui à replacer la pièce dans le contexte colonial de la France du XVIIIe siècle ? La question de la croyance religieuse est bien au cœur d’Alzire, on l’a vu, mais doit-on y réduire la tragédie ? Une pièce telle qu’Alzire met en scène la rébellion possible des opprimés, conduits par Zamore, contre l’occupant (Gusman) qui règne par la force ou, plus exactement, dès lors qu’il pratique une politique de terreur. La bienveillance d’Alvarès, au contraire, a gagné le respect des Américains. Faut‑il y voir une légitimation de l’exploitation pacifique des colonies, avec le consentement des habitants ? Outre les ambiguïtés possibles de la ligne de conduite d’Alvarès, le spectacle d’un Gusman soudain devenu clément, dans la dernière scène d’Alzire, méritera d’être réexaminé, au‑delà de l’effet produit sur le public de l’époque, car il redéfinit de facto les rapports avec Zamore et Alzire d’une manière peu favorable aux représentants des Américains. En se plaçant ensuite du côté des colonisés, on continue à mesurer le gain d’une relecture politique d’Alzire replacée dans le contexte colonial : avec le personnage de Zamore, Voltaire ne soulève‑t‑il pas les difficultés posées par l’insoumission face à un pouvoir inique ? Toutefois, le jeune héros n’est pas un héros entièrement positif, et nous voudrions examiner son différend avec Montèze, sans reconduire la condamnation unilatérale de ce dernier personnage, peu aimé, on le sait, par d’Argental : l’affrontement entre Montèze et son ex‑gendre ne permet-il pas de faire réfléchir les spectateurs à la possibilité d’oublier les crimes du passé, au nom de la réconciliation des peuples ? Enfin, nous voudrions étudier le poids de l’ancrage sociologique et géographique des spectateurs dans la réception d’une tragédie qui devait faire voir, comme dans tous les écrits de Voltaire, « l’horreur de l’injustice et de l’oppression » (« Discours préliminaire »). Comment les Américains de Voltaire ont-ils été perçus au moment de la création ? La parodie de Romagnesi et Riccoboni créée le 5 mars 1736 à la Comédie‑Italienne porte un titre éloquent : Les Sauvages13. C’est un tout autre regard que devait porter le public de Saint‑Domingue lorsqu’Alzire est donnée sur l’île en juin 176514, ou bien les marins qui jouent eux-mêmes Alzire, un an plus tard, à bord du vaisseau négrier Le Comte d’Hérouville, au large de l’île de Gorée. Derrière le Pérou d’Alzire ou les Américains, l’Afrique se devine‑t‑elle ?

Définir un modèle colonial juste ?

  • 15 T.E.D. Braun, éd. cit., p. 39 : « parce qu’ [il] n’examine pas la psychologie ou l’affrontement des (...)

2Selon T.E.D. Braun, chaque personnage d’Alzire donne à voir un rapport différent à la religion ; Voltaire modifierait ainsi la structure de la tragédie classique, « for [he] is examining not psychology or the clash of characters but the impact of the points of view on one another. He devises certain situations within the play which serve to highlight the conflict of ideas »15. Un tel conflit ne se cristallise pas seulement autour du sentiment religieux, mais aussi autour du rapport à l’autorité politique, doublement représentée par Alvarès et Gusman. Le débat d’ouverture d’Alzire s’appuie sur des références précises que Marvin Carlson résume ainsi :

  • 16 Marvin Carlson, Voltaire and the theatre of the Eighteenth Century, Greenwood, 1998, p. 48-49 : « L (...)

The opening debate in Alzire between Alvarez and his son, Gusman, recapitulates a debate familiar to Voltaire’s audience between Gusman’s heroic morality of the strongest, associated with Plutarch, Machiavelli, and among the sixteenth-century Spanish historians, with Ginès de Sepúlveda, and Alvarez’s opposing Christian position that looked to St. Augustine and argued that the strongest needed to be the most just and helpful to the weak. Among the Spanish historians, Father Bartholomé de Las Casas was the leading spokesman for this position. Indeed, Voltaire’s entire play may be seen as a working out of the Las Casas position, particularly the deathbed ‘conversion’of Gusman so melodramatic and unlikely to a modern reader16.

  • 17 La Harpe, Lycée ou cours de littérature ancienne et moderne, Paris, P. Pourrat frères, 1839, t. X, (...)
  • 18 Alzire, acte I, scène 1, v. 16 et v. 19 (« Et j’ai pleuré longtemps sur ces tristes vainqueurs »).
  • 19 Ibid., v. 24.
  • 20 Ibid., v. 53-54. Les vers 56-57 sont encore plus explicites : « Tout pouvoir, en un mot, périt par (...)
  • 21 Ibid., « Vos yeux ne sont-ils pas assouvis des ravages,/Qui de ce continent dépeuplent les rivages  (...)
  • 22 Ibid., « Nous seuls en ces climats nous sommes les barbares./L’Américain farouche en sa simplicité, (...)

3Le différend entre le père et le fils est tranché par les commentateurs d’Alzire en faveur du premier : dès 1840, La Harpe voit en Alvarès un portrait de Las Casas17, c’est‑à‑dire l’incarnation d’un catholicisme bienveillant, qui contraste avec la brutalité dont les Espagnols ont fait preuve en Amérique ; Gusman, lui, aurait pour modèle Francisco Pizarro. Toutefois, le personnage d’Alvarès est‑il exempt d’ambivalences ? La scène d’exposition débute par le retour sur le passé de l’ancien gouverneur du Pérou. Il ne s’agit pas d’un simple artifice dramatique pour donner consistance à l’arrière‑plan historique : il s’explique par le fait que le dirigeant touche à la fin de sa vie et s’apprête à transmettre le pouvoir à son fils. Ses souvenirs jouent donc le rôle d’exemplum : la vie même d’Alvarès doit justifier l’exercice d’une autorité forte et mesurée pour garantir la paix civile. L’autoportrait d’Alvarès l’exonère des atrocités commises après l’expédition du Pérou en 1525 : à défaut d’avoir pu « en mortels vertueux changer tous ces héros », il a versé des pleurs « sur ces tristes vainqueurs18 » ; il aspire désormais, avant de mourir, à voir son successeur « régir sous d’équitables lois » l’empire qu’il lui laisse19. La libération des esclaves péruviens jetés dans les geôles du palais serait un premier signe de clémence, mais ce vœu est repoussé par Gusman au nom d’un certain pragmatisme politique. Les deux vers, souvent cités : « L’Américain farouche est un monstre sauvage,/Qui mord en frémissant le frein de l’esclavage20 », affirment la nécessité d’être redouté pour obtenir l’obéissance des indigènes, pourrait‑on dire. L’intransigeance politique, mêlée de mépris envers les colonisés, est stigmatisée par Voltaire. Il dresse le bilan désastreux, en termes de pertes humaines, de la conquête du Pérou par l’Espagne catholique : la réplique d’Alvarès est dominée par le champ lexical du carnage et de l’envie21. Les autochtones sont dépeints avec compassion, selon un renversement de la dichotomie civilisés/barbares (ou sauvages)22. Cependant, le constat du dévoiement de la mission évangélisatrice, qui visait à transformer les Américains en « chrétiens nouveaux », passe sous silence les intérêts commerciaux qui ont motivé l’expédition du Pérou au XVIe siècle.

  • 23 Ibid., v. 94.
  • 24 Ibid., v. 103-104 : « Qu’un peuple de tyrans, qui veut nous enchaîner,/Du moins par cet exemple app (...)
  • 25 Ibid., v. 107-109 : « Eh bien, vous gémissez : je sens qu’à ce récit/Votre cœur, malgré vous, s’éme (...)
  • 26 Ibid., v. 133-134.
  • 27 Thomas M. Carr jr., « Dramatic structure and philosophy in Brutus, Alzire and Mahomet », SVEC, vol. (...)
  • 28 Ibid., v. 161 et v. 163.

4Le rappel de l’acte charitable d’un jeune Américain (Zamore), qui a sauvé autrefois la vie d’Alvarès, répond à une double logique : légitimer le recours à la violence contre l’occupant espagnol par un peuple « rendu cruel enfin par notre barbarie23 », et montrer la façon de le conjurer. En effet, le souvenir partagé avec Gusman a une valeur exemplaire : le seul nom d’Alvarès fait « tomber [les] armes » des Américains qui avaient lynché ses compagnons, et Voltaire fait entendre pendant sept vers la voix de Zamore, relayée par Alvarès. Sa modestie dut-elle en souffrir, l’ancien gouverneur rapporte l’éloge qui lui fut rendu, et, détail intéressant, il trouve dans l’attitude de Zamore une double confirmation de la justesse de sa leçon inaugurale de clémence : d’une part, la vertu d’Alvarès lui a valu d’avoir la vie sauve, et même la reconnaissance de l’exercice d’une autorité paternelle (« Vivez, aux malheureux servez longtemps de père ») ; d’autre part, la grâce accordée par Zamore serait le signe tangible d’une entente possible entre les deux peuples24. L’émotion qui a gagné Gusman à l’issue du récit laisserait-elle présager son adhésion à la longue intervention d’Alvarès25 ? Seule la libération de Zamore et des autres Américains est acceptée. Gusman veut soumettre par la force les Américains au seul vrai Dieu, tandis qu’Alvarez prône la libre conversion : « J’en ai gagné plus d’un, je n’ai forcé personne,/Et le vrai Dieu, mon fils, est un Dieu qui pardonne »26. La réaction de son fils à ces mots (« Je me rends donc, Seigneur, et vous l’avez voulu ») ne doit pas être interprétée comme le couronnement de la stratégie de persuasion d’Alvarès : la conduite de Gusman dans la suite de la tragédie, hormis dans la scène finale, dément une telle réussite. De plus, l’« heureux don » qu’il reconnaît à son père n’est pas utilisé en faveur des Américains, mais à son profit : Gusman attend de lui qu’il persuade Alzire de l’aimer. Pourquoi Alvarez encourage-t-il une telle union ? Le mariage du gouverneur espagnol et d’une princesse péruvienne, convertie au catholicisme, ne vise pas à satisfaire des sentiments privés (ceux de la jeune fille en particulier), mais se joue d’abord et avant tout sur un plan politique27. La réplique d’Alvarès qui achève la scène d’ouverture est programmatique : « De tout ce nouveau monde Alzire est le modèle » ; elle ne se donnera pas seulement à Gusman, mais « son cœur aux Castillans va donner tous les cœurs28 ». On peut ainsi résumer l’enjeu d’Alzire à l’obtention de la soumission religieuse et politique des premiers habitants du Pérou, sans recourir à la violence.

  • 29 Alzire, acte I, scène 2, v. 101-104 (nous soulignons).
  • 30 Ibid., v. 119-120 : « […] Oui ; crois-moi, puisse-t-il aujourd’hui/T’engager à penser, à vivre comm (...)
  • 31 Alzire, acte V, scène 5, v. 165-166 : « Si j’avais mis ta vie à cet indigne prix,/Parle, aurais-tu (...)
  • 32 Ibid., v. 167-170 : « J’aurais fait ce qu’ici tu me vois faire encore./J’aurais prié ce Dieu, seul (...)
  • 33 Alzire, acte V, scène 7, v. 222 : « Je pardonne à la main par qui Dieu m’a frappé ».
  • 34 Voltaire cherche à recréer l’effet de surprise de Cinna, mais une comparaison attentive des deux pi (...)
  • 35 Ibid., v. 225-226.
  • 36 Ibid., v. 229-230.
  • 37 Ibid., v. 237-238 (nous soulignons).
  • 38 Ibid., v. 251-252 : « Ah ! la loi qui t’oblige à cet effort suprême,/Je commence à le croire, est l (...)
  • 39 Ibid., v. 255-256. La comparaison avec le changement qui s’opère en Émilie (Cinna, V, 3, v. 1725-17 (...)
  • 40 Ibid., v. 262 : [à Alzire] Tout vous est pardonné, puisque je vois vos pleurs ».

5La tragédie de Voltaire montre précisément les limites d’une telle ambition politique. L’entrée d’Alvarès sur les mots : « Soyez libres, vivez » (II, 2) provoque le saisissement de Zamore. Le pardon annoncé apure les comptes du passé : non seulement Alvarès est quitte envers l’Américain, mais il peut vérifier l’effet bénéfique du pardon auquel il est si attaché dans la reconnaissance qui lui est aussitôt témoignée. Après qu’ils se sont reconnus, les deux hommes reprennent pour ainsi dire l’échange jadis interrompu. Alvarès, dont Zamore continue à admirer le charisme, est resté un cas isolé : « Mon père, ah ! si jamais ta nation cruelle/Avait de tes vertus montré quelque étincelle !/Crois-moi, cet univers aujourd’hui désolé,/Au devant de leur joug sans peine aurait volé »29. Cette déclaration étaye ainsi l’argument exposé par Alvarès dans la scène d’ouverture, et qui scande l’ensemble de la tragédie de Voltaire : rien ne vaut l’exemple individuel pour régner durablement sur les cœurs. À son tour, Alvarès convoque l’exemple de Montèze pour enjoindre le jeune homme à se convertir30, mais l’émulation vertueuse se grippe dès lors que Zamore est confronté à son ex‑beau‑père, à la scène 4 de l’acte II, et qu’il apprend son apostasie, ainsi que sa décision de donner Alzire à Gusman, le bourreau de leur peuple. Pire encore, l’Américain peut retourner contre l’Espagnol sa propre stratégie de persuasion (et/ou de domination) par l’exemple : à la scène 5 de l’acte V, Alvarès essaie de sauver la vie de Zamore en le suppliant de renier sa foi et d’honorer le Dieu des chrétiens, mais il se voit renvoyer, à titre hypothétique, une telle exigence31. L’impossibilité du parjure, admis par Alvarès32, souligne l’inégalité profonde qui sous-tend ses rapports aux Américains : ces derniers sont, certes, reconnus comme égaux par nature avec les Espagnols, mais ils restent des mineurs en politique. La scène finale d’Alzire entérine un tel statut. La métamorphose de Gusman n’est pas imputable à Alvarès : c’est la grâce divine qui le conduit à imiter son père, et à reproduire le geste de pardon33. Voltaire se souvient ici de Corneille et, à l’instar d’Auguste dans Cinna, l’ancien tortionnaire s’absout de ses péchés et assoit d’une manière éclatante son pouvoir en pardonnant aux révoltés34. En digne fils d’Alvarès, Gusman comprend enfin l’impact de l’exemple personnel : « Vis, superbe ennemi, sois libre, et te souviens/ Quel fut et le devoir, et la mort d’un chrétien »35. Le poids de la clémence se fait sentir par le fléchissement irrépressible des corps (Montèze se jette aux pieds de Gusman, avant d’être imité par Zamore et Alzire) et par la désignation des Américains comme de nouveaux apôtres qui devront « instrui[re] l’Amérique » et « appren[dre] à ses rois/Que les chrétiens sont nés pour leur donner des lois36 ». Zamore résiste un peu (« Quoi, tu veux me forcer moi-même au repentir ! ») et désigne la violence qui lui est faite – violence au demeurant parfaitement assumée par Gusman (« Je veux plus, je te veux forcer à me chérir »)37. Par un tour de force, ce dernier lui donne la main d’Alzire, autrement dit de celle qui était sa propre femme, avant son mariage forcé. Cet acte généreux balaie les réticences de Zamore, qui admet la vertu de l’ensemble des chrétiens, et non plus du seul Alvarès. Le renoncement à la révolte se dit en temps réel, dans le texte de Voltaire : passé un moment d’hébétude (« Je demeure immobile, égaré, confondu »), Zamore entrevoit le Dieu du pardon dont parlait Alvarès38, qui bouleverse ses convictions. La peinture de sa transformation intime est achevée en deux vers : « Tant de vertu m’accable, et son charme m’attire./Honteux d’être vengé, je t’aime et je t’admire. (Il se jette à ses pieds) »39. Au pardon, répété une ultime fois par Gusman40, font écho les derniers mots d’Alvarès, qui comprend la valeur exemplaire de l’ensemble des destinées : « Je vois le doigt d’un Dieu marqué dans nos malheurs ». Il s’incline, le dernier, non pas devant son fils agonisant, mais devant celui qui l’a changé : « Mon cœur désespéré se soumet, s’abandonne/Aux volontés d’un Dieu, qui frappe et qui pardonne ». Alzire se termine donc par l’amnistie générale des crimes et par la sujétion librement consentie d’Alzire et de Zamore, mise en scène par Gusman lui‑même qui réalise son plus bel acte politique. Le rapport de forces ne s’est pas inversé en faveur des deux représentants du peuple péruvien : ils se sont convertis au Dieu des chrétiens et admirent, selon le mot de Zamore, ceux qu’ils honnissaient jusqu’à cette dernière scène de la tragédie. La bonté in extremis de Gusman trace-t-elle la voie d’un despotisme éclairé ? Le parcours de Zamore symboliserait-il alors le passage de la révolte désespérée à l’âge de raison ?

Violence et désespoir des colonisés : l’exemple de Zamore

  • 41 Christopher L. Miller, op. cit., p. 76 : « pour une pièce écrite en 1736 […] Alzire pressent remarq (...)
  • 42 Alzire, acte II, scène 4, v. 155-156. La triple motivation (politique, amoureuse et religieuse) de (...)
  • 43 Ibid., v. 157-178.
  • 44 Ibid., v. 174.
  • 45 Ibid., v. 157-161 : « Souviens-toi du jour épouvantable,/Où ce fier Espagnol, terrible, invulnérabl (...)
  • 46 Alzire, acte III, scène 4 : « Sais-tu que ce Gusman, ce destructeur sauvage,/Par des tourments sans (...)
  • 47 Alzire, acte II, scène 4, v. 189.
  • 48 Ibid., v. 217-218.
  • 49 Dans l’article « Civilisation », Jean Goulemot rappelle que « le mot lui-même n’est pas employé par (...)
  • 50 Alzire, acte II, scène 4 : « MONTÈZE : N’atteste point ces dieux, enfants de l’imposture,/Ces fantô (...)
  • 51 Christopher L. Miller, op. cit., p. 73 : « le nationaliste (Zamore), le collaborateur (Montèze), le (...)

6Contenir l’exaspération suscitée par l’occupation coloniale est l’une des difficultés majeures à laquelle la tragédie de Voltaire permet de réfléchir. Comme l’écrit Ch. L. Miller, « for a play written in 1736 […] Alzire is remarkably prescient about the tensions between colonizer and colonized. Most surprising, the play is filled with sympathy for the colonized and enslaved, given voice through Zamore and Alzire41 […] ». Si nombre de passages d’Alzire font entendre les plaintes des Américains, est-ce à dire que Voltaire encourage l’insoumission dans les colonies ? L’accusation de barbarie contre l’Espagne catholique est fréquente chez les philosophes des Lumières, mais pourrait s’étendre à d’autres pays, et à la France en particulier. On remarquera que Voltaire n’a pas fait de Zamore le héros d’Alzire, et qu’il a pris soin au contraire d’articuler l’intrigue autour de deux concepts antithétiques : le pardon et la vengeance. Le jeune Américain est un homme hanté par le passé, qui l’empêche d’opérer la conversion attendue (avant la scène finale). Interrogé par Montèze, au moment de leurs retrouvailles, sur le « dessein [qui] [l’]a conduit en ces lieux », Zamore répond : « La soif de me venger, toi, ta fille, et mes dieux42 ». L’exposition de ses mobiles est immédiatement suivie d’un long rappel des exactions de Gusman et des conquérants espagnols43, à savoir la destruction du temple de Cuzco, l’enlèvement d’Alzire, la réduction en esclavage de la famille de Montèze, et la torture en prison de Zamore et de ses compagnons. L’horreur de la conquête du Pérou n’est plus dépeinte de l’extérieur et en termes généraux, comme c’était le cas dans le récit inaugural d’Alvarès, mais de l’intérieur et avec force précisions. Zamore parle en survivant, pour qui « le temps ne peut jamais affaiblir les injures44 ». Son statut de victime conduit-il le lecteur d’Alzire à adhérer à sa vengeance ? La prégnance du passé sanglant dans ses réflexions nous incite à le rapprocher de Lusignan : à la scène 3 de l’acte II de Zaïre, le vieux croisé s’efforce de regagner sa fille Zaïre, enlevée très jeune et élevée dans la religion musulmane, à la cour du sultan Orosmane ; l’évocation circonstanciée du martyre de leurs ancêtres doit lui rappeler qu’elle est toujours chrétienne et ne peut choisir d’épouser un adorateur de l’Islam. Pareillement, Zamore veut s’assurer qu’il existe chez Montèze une soif de revanche par l’injonction « Souviens-toi45 ». Lorsqu’il revoit Alzire, à la scène 4 de l’acte III, il croit trouver en elle une auditrice qui saura pleinement compatir aux épreuves traversée, et la répétition de « Sais‑tu »46 joue le même rôle rhétorique que le « Souviens‑toi » adressé à Montèze. Dans Alzire, le partage se fait donc entre ceux qui ont su (ou dû) évoluer (Montèze et sa fille) et ceux qui restent attachés à leur souffrance (Zamore). Si l’on revient à la scène 4 de l’acte IV, Montèze refuse l’affrontement armé avec les Espagnols, qui ont pour eux la supériorité militaire : « L’univers a cédé ; cédons, mon cher Zamore »47. Céder devant la force ? Le pragmatisme de Montèze aurait de quoi irriter un lecteur sensible à l’appel à la révolte. Ce serait négliger les nuances apportées par Voltaire au combat personnel de Zamore, ainsi que le rôle de contrepoids idéologique que joue Montèze. Ce nouveau chrétien refuse de réduire tous les Espagnols à des ennemis, et célèbre même les bienfaits de la conquête du Pérou : « Il en est que le ciel guida dans cet empire,/Moins pour nous conquérir qu’afin de nous instruire »48. L’éloge de la mission civilisatrice49 des Espagnols fait horreur à Zamore, et son désarroi est aggravé par la découverte que son beau-père a abjuré sa foi50. La ferveur de Montèze est, sans doute, d’autant plus vive que sa foi est nouvelle et qu’il n’est pas en position de force : ce sont bien les Espagnols qui occupent son pays, et, dans ces circonstances, se convertir est un signe d’allégeance. Cela en fait‑il un « collaborateur » ? Selon Ch. L. Miller, une lecture moderne d’Alzire pourrait distribuer ainsi les rôles : « the nationalist (Zamore), the collaborationist (Montèze), the relativist (Alvarès), and the imperialist (Gusman) are reconciled ; and Alzire, the allegorical American, can live in peace51 ». Abstraction faite de l’aptitude de Montèze à louer ceux qui l’ont asservi, il s’avère fort intéressant par sa position politique : peu importe s’il croit par nécessité ou par réelle conviction au Dieu des chrétiens (si cette supputation a un sens pour un personnage de fiction), Montèze incarne, dans Alzire, la nécessité de l’oubli pour interrompre le cycle de la vengeance. Inversement, Zamore n’empêche-t-il pas la réconciliation entre Espagnols et Américains ?

  • 52 À la scène 6 d’Alzirette de Pannard, Pontau et Parmentier (février 1736), l’inconsistance dramatiqu (...)
  • 53 Alzire, acte II, scène 6, v. 287-288 et v. 290.
  • 54 Ibid., v. 291-293 : « Mais, crois-moi, dans l’instant qu’ils verront leurs vengeurs,/ Leurs mains v (...)
  • 55 Ibid., v. 303-304 : « Illustres malheureux, que j’aime à voir à vos cœurs/Embrasser mes desseins, e (...)
  • 56 Ibid., v. 306 et v. 308 (« Vengeance, arme nos mains, qu’il meure, et c’est assez »).
  • 57 Ibid., v. 309-310 : « Qu’il meure… mais hélas ! plus malheureux que braves,/Nous parlons de punir, (...)
  • 58 Ibid., v. 312 et v. 314.
  • 59 Ibid., v. 319-320.

7Un point essentiel ressort de l’étude d’Alzire : la personnalisation extrême du projet de renversement du pouvoir fragilise la position de Zamore. La voix des autres Américains se fait rarement entendre dans Alzire52, mais Voltaire fait longuement parler l’un d’entre eux, à la scène 6 de l’acte II, pour résumer en quelque sorte leur programme politique. Le tableau du concours prêté par la population locale, « enchaîné [e] en ces lieux », à la consolidation de « cet asile odieux » et de « ce siège de l’orgueil et de la tyrannie53 » n’entame pas le courage des révoltés. Ceux‑ci ne se définissent pas comme un groupe de factieux : représentants du peuple, ils savent qu’ils en seront écoutés et suivis dès lors qu’ils se seront manifestés. Voltaire communique à son lecteur la véhémence du discours révolutionnaire par l’emploi du futur catégorique ou de locution verbale projective54. L’éloignement pour préparer la révolte et le retour pour châtier l’ennemi, évoqués au vers 297 (« Partons, et revenons sur ces coupables têtes »), semblent quasi‑simultanés. Cependant, la confiance en l’imminence de la victoire ne s’apparente-t-elle pas à la foi ? L’incise « crois‑moi », placée au tout début de l’annonce du renversement des tyrans, le laisse à penser. Alors que Zamore découvrait la pusillanimité de Montèze (II, 4), il peut ici goûter le partage de ses convictions, et sa réponse à la fièvre de l’Américain est très empreinte d’affectivité55. La communion attendue dans la vengeance encourt alors le risque de devenir enthousiasme politique, autrement dit déraison. La fragilité du combat dans lequel s’est engagé Zamore se remarque par les assauts du doute qui dominent la fin de l’acte II. L’appel au meurtre de Gusman est d’abord formulé selon la loi du talion (« Que son sang satisfasse au sang de ma patrie »), puis sous une forme impérative (« qu’il meure »56). Notons que la volonté de Zamore et des insurgés doit être galvanisée par la sublimation de la colère et de la souffrance en une déité personnelle : la « Vengeance ». Le chef des Américains répète une fois encore l’ordre de tuer Gusman, mais avec moins de conviction (« Qu’il meure… »). La réflexion de Zamore s’assombrit : l’écart entre le sang réclamé et l’asservissement constaté ne peut être comblé, et la distinction entre « nous parlons de punir » et « nous sommes esclaves »57 a des accents de désespoir. Les données stratégiques sur lesquelles comptait Zamore ont changé, avec la perte de deux appuis de taille : « Alvarès disparaît, Montèze nous trahit », et l’amour est peut-être devenu une chimère : « Je n’ai d’autre douceur que d’en douter encore »58. Or, l’affection d’Alzire est pour Zamore un moteur aussi puissant que la vengeance, comme on l’a vu dans son premier entretien avec Montèze (II, 4). Les deux vers qui concluent le deuxième acte d’Alzire laissent attendre un combat incertain, si ce n’est suicidaire : « Voyons si de ces lieux on peut au moins sortir,/Si je puis vous sauver, ou s’il nous faut périr »59.

  • 60 Alzire, acte V, scène 4, v. 73-74 (« Gusman respire encore ; mon bras désespéré/N’a porté dans son (...)
  • 61 Ibid., acte V, scène 7, v. 256 (nous soulignons).

8La construction même de l’intrigue d’Alzire condamne la révolte de Zamore à échouer. Voltaire a conduit son personnage, au cours de l’acte II, vers un franc pessimisme : celui-ci a survécu aux geôles de Gusman et a trouvé dans cette épreuve la force de sauver Alzire et son peuple, mais il va de déconvenue en déconvenue, jusqu’à douter d’un possible passage à l’acte. L’esprit de vengeance n’apporte donc que souffrance et solitude, voudrait dire Voltaire, alors que l’esprit de pardon traverse l’ensemble d’Alzire et triomphe à la dernière scène. Nous avons pu aussi souligner le caractère fantasmatique du discours du compagnon de Zamore : leurs concitoyens auront-ils envie de se débarrasser de leur joug ? Devenus esclaves, se seront-ils habitués à obéir ? Dans l’acte III, Voltaire réduit presque à néant les motivations de Zamore : la conversion religieuse d’Alzire est un facteur de déstabilisation (III, 4), et la révélation du lien de filiation entre son ennemi personnel (Gusman) et l’homme qu’il admire (Alvarès) (III, 5) aggrave l’inquiétude du héros. Le soulèvement d’une partie des Américains (III, 6) criant le nom de « Zamore » provoque son arrestation immédiate. L’acte IV se joue par conséquent sans lui : Alvarez et Alzire travaillent à fléchir Gusman pour qu’il gracie le meneur de la révolte, en vain. Lorsque Voltaire fait réapparaître Zamore à l’acte V, c’est sous les traits d’un homme désabusé : persuadé qu’il a manqué son attentat, il imagine Gusman « goûter encor le plaisir des tyrans60 ». Le spectacle insupportable d’un Gusman sain et sauf (pourtant erroné) contredit la peinture de la victoire par « un Américain » (II, 6) de manière cruellement ironique. Avant que ne débute la scène de la clémence de Gusman, Zamore a donc perdu son combat politique, il a échoué à délivrer Alzire et se prépare à se suicider avec elle. Des ressorts de son action exposés, à l’acte II, à Montèze (« La soif de me venger, toi, ta fille, et mes dieux »), il ne reste plus que la foi en ses dieux. Celle‑ci est balayée in fine, et le combat politique disqualifié dans un vers qu’il convient de rappeler : « Honteux d’être vengé, je t’aime et je t’admire61 ».

Réception d’Alzire au XVIIIe siècle : derrière le Pérou, l’Afrique ?

  • 62 Lettre sur Alzire, citée par T.E.D. Braun, éd. cit., p. 12.
  • 63 Le comique de cette pièce tient surtout à ses comédiens de bois : « Il est précieux que la liste de (...)

9Alors que Voltaire avait poussé loin ses investigations sur les méthodes des militaires, les croyances religieuses, les coutumes des Incas, etc., il se heurte au reproche d’avoir créé des Américains trop européanisés. Une grande partie des spectateurs qui assistent aux premières représentations d’Alzire s’étonne de ne pas y trouver de « bons sauvages », et la tragédie de Voltaire pâtit de la méconnaissance de l’Amérique du Sud par le public français, y compris par sa frange la plus cultivée. D’après une Lettre sur Alzire anonyme datée de mai 1736, « bien des gens ne font pas pour ainsi dire de différences entre le Mexique et le reste de l’Amérique, et s’imaginent qu’il en était de cet Empire comme de mille petits états qui composent cette nouvelle partie du monde et dont les roitelets comptent à peine autant de sujets que nos rois comptent de gardes62 ». Les trois parodies d’Alzire se font l’écho d’un scepticisme amusé sur ces Américains si civilisés. Ainsi, à la scène 3 d’Alzirette (février 1736), Pannard, Pontau et Parmentier substituent au cadre sud-américain un décor parisien, à l’occasion du récit des frasques passées d’Avalarès. En mars 1736, l’auteur anonyme de La Fille obéissante transpose l’action « au Mexique63 ». Quant à Romagnesi et Riccoboni, ils donnent le 5 mars 1736 à la Comédie-Italienne une parodie intitulée Les Sauvages : à la scène V, Matamore (double de Zamore), qui vient d’être libéré, cherche à savoir où il se trouve, mais son compagnon (Négrillon) l’ignore :

[…] Personne n’en sait rien.
Peut-être croyez-vous l’apprendre dans la suite,
Mais non ; de la façon que la chose est conduite,
Je leur donne à choisir dans tout le Potosi,
Quel que soit cet endroit, il est fort mal choisi.

  • 64 Notice d’Alzire par Manuel Couvreur, in Dictionnaire général de Voltaire, op. cit., p. 26.

10Le flottement de l’arrière-plan géographique d’Alzire serait-il imputable à Voltaire ? Selon Manuel Couvreur, « la couleur locale doit cependant avoir été légère car le décor de palais, peint pour la circonstance, devait servir à d’autres productions64 ». Le 15 janvier 1760, la réponse à la duchesse de Saxe‑Gotha, qui projetait de faire jouer Alzire et demandait conseil pour le choix des costumes, montre que Voltaire n’était pas très au fait de l’habillement des Incas :

  • 65 Golille : « Le mot golilla, diminutif de gola, et qui se traduirait le mieux en français par « gorg (...)
  • 66 Lettre citée par T. E. D. Braun, introduction à Alzire, éd. cit., p. 57: « It might be said in Volt (...)

une espèce d’habit à la romaine pour Zamore et ses suivants, le corselet orné d’un soleil, et des plumes pendants aux lambrequins, un petit casque garni de plumes qui ne soit pas un casque ordinaire. […] Si l’on peut avoir pour Alzire une jupe garnie de plumes par‑devant, une mante qui descende des épaules et qui traîne, la coiffure en cheveux, des poinçons de diamants dans les boucles, voilà la toilette finie. Pour Alvarès et son fils, le mieux serait l’ancien habit à l’espagnole, la veste courte et serrée, la golille65, le manteau noire doublé de satin couleur de feu, les bas couleurs de feu, le plumet de même. Montèze vêtu comme les Américains66.

11La réalisation scénique d’Alzire a, certes, pu brouiller l’image des Américains, mais Romagnesi et Riccoboni vont introduire dans leur parodie des clichés que Voltaire a voulu écarter. Dès la première scène, les Incas sont confondus avec les Indiens Missouris, sur lesquels Garnement devra régner après son père, Bonhommès. Les souvenirs de ce dernier réactivent les craintes d’anthropophagie que le public du XVIIIe siècle nourrissait envers des mœurs étrangères :

Les Sauvages bientôt mirent en désarroi
Deux malheureux valets que j’avais avec moi.
Je suis pris ; et, suivant la coutume barbare,
À manger votre père un peuple se prépare.
Un d’entr’eux, tout à coup, en m’entendant nommer,
Fait éteindre le feu qu’on venait d’allumer.

  • 67 Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil, éd. Frank Lestringant, Presses du L (...)
  • 68 Nous renvoyons sur ce point à notre ouvrage : Les Tragédies de Voltaire au miroir de leurs parodies (...)

12En somme, cette scène de cannibalisme reconduit de façon humoristique les observations d’un Jean de Léry, dans son Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil éditée pour la première fois en 157867, ou les considérations d’un Montaigne, dans le célèbre chapitre « Des cannibales » du premier Livre des Essais. Dans la parodie de Romagnesi et Riccoboni, la gratitude de Bonhommès envers des hommes qui ont failli le manger est nuancée par Garnement : « Doit-on s’intéresser à des Américains ?/On les ménage peu dans le temps où nous sommes ». Les auteurs des Sauvages insèrent ici une observation tout à fait remarquable sur la possible transposition d’Alzire : grâce à l’ambiguïté de la locution temporelle, n’indiqueraient-ils pas que, derrière l’Amérique du XVIe siècle, se cache la réalité de la colonisation au XVIIIe siècle ? La réponse de Bonhommès est conforme à la bienveillance d’Alvarès, chez Voltaire, mais pourrait aussi traduire la reconnaissance d’une égalité entre les hommes que Romagnesi et Riccoboni affirmeraient le temps d’un vers : « Pour être un peu plus noirs, ils n’en sont pas moins hommes ». Il est rare que les parodistes se fassent l’écho des thèses défendues par Voltaire68. Dans les scènes suivantes des Sauvages, en revanche, ils multiplient les traits d’humour sur la ressemblance excessive entre Espagnols et Américains. Le mimétisme avec l’occupant pousse Fadèze (double de Montèze), à la scène VIII, à s’exprimer à l’aide d’une périphrase :

Avec de tels bretteurs nous devons filer doux.
Que produirait l’effort de nos armes fragiles,
Des habitants des eaux dépouilles inutiles ?

Sommé de parler plus clairement par Matamore, Fadèze glose ainsi sa déclaration :

Je n’ai pas voulu dire arêtes de poisson ;
Et quoique né sauvage, apprends que je me pique
D’employer très souvent des fleurs de rhétorique.
Voilà ce que l’on gagne avec les beaux parleurs.

13À la scène X, Matamore enjoint Négrillon à baisser le ton, pour ne pas alerter la garde, mais il est aussitôt rassuré : « Bon, bon ! À nos discours que peut-elle comprendre ?/Nous parlons Iroquois ». Et Matamore de rétorquer : « Ils le parlent aussi ». À la scène XV, un garde alerte Garnement des manœuvres militaires des Américains :

  • 69 En fait, ces vers sont assez fidèle à la scène 6 de l’acte III d’Alzire, où don Alonze vient inform (...)

Dans un ordre nouveau, marchant à pas comptés,
Ils semblent depuis peu s’être enrégimentés ;
Et pour mieux attaquer, ils ont eu la malice,
D’apprendre comme nous à faire l’exercice69.

14Dernier exemple, à la scène XVII, la prière de l’Alzire pour sauver Matamore étonne Garnement par sa sophistication : « Je n’aurais jamais cru qu’une fille sauvage/De la métaphysique eût si bien fait usage ». De la lecture des Sauvages ressort donc l’idée d’une différenciation culturelle entre Espagnols et Américains insuffisamment marquée dans Alzire. L’appartenance d’Alzire et de Zamore, chez Voltaire, à l’élite dirigeante du Pérou est escamotée : ces « sauvages » amusent par leur proximité avec un peuple dit « civilisé », dont ils auraient pris les habitudes de langage et les techniques militaires. Romagnesi et Riccoboni se préoccupent moins de vérité ethnographique qu’ils ne jugent les Américains de Voltaire à l’aune des stéréotypes propres au XVIIIe siècle.

  • 70 Christopher L. Miller, op. cit., p. 78 : « et elle a dû être donnée au moins six fois encore à Sain (...)
  • 71 Bernard Camier et Laurent Dubois « Voltaire et Zaïre, ou le théâtre des Lumières dans l’aire atlant (...)
  • 72 Christopher L. Miller, op. cit., p. 78 : « sept pour les mulâtresses et trois pour les négresses » (...)
  • 73 Bernard Camier et Laurent Dubois, art. cit., p. 40.
  • 74 Christopher L. Miller, op. cit., p. 79. Selon B. Camier et L. Dubois, « nommer ses esclaves d’après (...)
  • 75 Ibid., p. 71 : « à une date située en le 11 juin et le 26 août 1766 » (nous traduisons).
  • 76 Voir la publication de son journal par Olivier Petré-Grenouilleau : Moi, Joseph Mosneron, armateur (...)
  • 77 Christopher L. Miller, op. cit., p. 77 : « Les marins, Mosneron inclus — et je dirais aussi Voltair (...)
  • 78 Ibid., p. 79 : « and we can assume that the audiences in Nantes understood « slavery » in the play (...)
  • 79 Jean-Jacques Rousseau, Lettre à Mme de Warens, 13 septembre 1737.
  • 80 Christopher L. Miller, op. cit., p. 80 : « le corps de Rousseau agit sous le coup d’une révolte con (...)

15Trente ans après la création d’Alzire, la tragédie de Voltaire est représentée à Saint‑Domingue en juin 1765 « and it would be performed at least six more times in Saint‑Domingue between 1769 and 1782 »70. Le théâtre est alors extrêmement populaire sur l’île, et, selon les estimations de Bernard Camier et Laurent Dubois, de 1776 à 1781, au Cap, « entre 3 et 5 % de la population des villes ont pu avoir vu un spectacle »71. Au moins depuis 1766, les mulâtres et les noirs avaient le droit d’assister aux représentations théâtrales, assis au dernier rang et, d’après Moreau de Saint‑Méry, au Cap, dix loges étaient réservées, au fond du théâtre, aux spectateurs d’origine africaine, « seven for mulâtresses and three for négresses72 ». Selon B. Camier et L. Dubois, « les pièces qui atteignaient les colonies n’étaient pas des corps étrangers, car le théâtre des Lumières était en fait infléchi de façon significative par les questions culturelles et politiques liées à l’expansion européenne73 ». Dans le cas d’Alzire ou les Américains, le statut de colonie de plantation de Saint‑Domingue n’a‑t‑il pas favorisé, en 1765, la compréhension intime des destinées de Zamore et de son amante ? Le couple central de la pièce a dû perdre le caractère « exotique » qu’il pouvait avoir en 1736 aux yeux d’un public parisien. Le prénom « Alzire » a même été attribué, entre 1778 et 1820, à vingt-quatre femmes esclaves, et, toujours d’après The Afro‑Louisiana Historical and Genealogical Database cité par Ch. L. Miller, un esclave aurait été appelé « Alzir »74. Dans un autre contexte, « on a date between June 11 and August 26, 1766 »75, au large de l’île de Gorée, les marins commandés par Joseph Mosneron76 donnent Alzire à bord du vaisseau négrier Le Comte d’Hérouville. L’armateur nantais, qui assiste pour la première fois de sa vie à une représentation théâtrale, apprécie les vers de Voltaire, bien que l’héroïne soit incarnée par un homme vigoureux. En revanche, il ne rapporte rien au sujet de la teneur politique de la tragédie et des éventuelles réactions qu’elle aurait pu susciter. Ne vient-il à l’esprit d’aucun marin que la réduction en esclavage de Zamore et de ses pairs est le sort que subissent les Africains jetés dans les cales du Comte d’Hérouville ? Pour comprendre cette indifférence, Ch. L. Miller avance l’hypothèse suivante: « The sailors, including Mosneron – and I would say Voltaire as well – all appear able to « compartmentalize » issues to such an extent that they can emote over the fate of a Peruvian princess while, inches under their feet, Africans are in chains awaiting the Middle Passage and, if they survive, a life of bondage77 ». La dissociation entre la situation d’« esclavage » au cœur d’Alzire et la réalité de la traite transatlantique semble aussi pratiquée à Nantes, où la pièce de Voltaire est jouée à de nombreuses reprises78. On peut ajouter que le plaisir pris par les spectateurs du XVIIIe siècle aux amours malheureuses d’Alzire et de Zamore est avant tout physique et ne réclame pas nécessairement une application à la politique coloniale française et au sort des populations sous son contrôle. Ainsi, Ch. L. Miller rappelle l’émotion violente qui saisit Rousseau, en 1737, lors d’une représentation d’Alzire à Grenoble, et qui l’incite à « renoncer désormais au tragique jusqu’au rétablissement de [sa] santé79 ». La réaction physique aurait alors aboli « les distances du triangle atlantique » et rendu présent le Pérou : « Rousseau’s body acts out a revolt against real, non-European slavery, even if his mind and his pen do not follow80 ». Une objection s’impose ici : la commotion de Rousseau n’est garante d’aucun ébranlement de la pensée, mais relève d’une sensibilité de surface, à savoir l’agrément ambigu que procure le spectacle d’une injustice qu’on espère réparer. Presque vingt ans plus tard, en 1758, Rousseau n’émettra-t-il pas lui-même les plus grandes réserves dans sa Lettre à d’Alembert sur le pouvoir de conversion à la vertu du théâtre ? Pleurer à une représentation d’Alzire, dans les années 1760, en métropole, ne laisse donc pas présager la révélation de sa portée potentiellement anti‑esclavagiste, d’autant plus que Voltaire a déporté le débat loin de France. Pourquoi les spectateurs français d’Alzire en feraient-ils l’application à eux‑mêmes ?

  • 81 Jean Ehrard, op. cit., p. 214.

16Le déplacement des questions religieuses débattues dans Alzire ou les Américains vers le champ strictement politique met à nu la situation coloniale de la France du XVIIIe siècle, souvent occultée, ou minimisée dans l’étude de cette tragédie. Si Voltaire lui‑même a prétendu écrire une pièce orthodoxe et qui devait lui assurer l’attention favorable des dévots, on ne peut s’en tenir à une telle optique : pour reprendre la formule qui conclut l’essai de Jean Ehrard et l’appliquer à Alzire, nous dirions que cette pièce « n’a pas libéré les esclaves, mais à leur sujet [elle] a libéré la pensée81 ». Alors qu’en 1759, l’épisode des Guaranis du Paraguay dans Candide trahit des réserves sur une colonisation réussie, avec l’aide de l’Église, Voltaire en rêve en 1736, avec le personnage d’Alvarès. Une lecture attentive d’Alzire conduit à cerner les failles du modèle colonial pacifique ainsi incarné : le déséquilibre des rapports entre colonisateurs et colonisés est entériné par le refus unilatéral d’honorer les dieux de leurs ancêtres (V, 5), et la clémence de Gusman fait de Zamore et d’Alzire, représentants des Américains, les obligés à vie des Espagnols. D’autre part, si Alzire n’est pas une pièce abolitionniste, elle transcrit en termes dramatiques les tensions bien réelles qui traversent les colonies, et anticipe les débats qui vont marquer les années 1770 et suivantes sur la traite et l’esclavage. Le soulèvement des Américains, à l’instigation de Zamore, serait-il en partie justifié par la situation d’oppression ? Un relevé hâtif des doléances des autochtones conduirait, certes, à penser que Voltaire est en empathie, mais le chef des insurgés a de quoi aussi inquiéter un spectateur français du XVIIIe siècle, et l’auteur d’Alzire en particulier, par la violence qu’il entend retourner contre l’agresseur. Le dépassement d’une telle colère nous semble l’une des questions essentielles posées par Alzire : du refus de coopérer à la participation à la concorde entre Espagnols et Américains, le parcours personnel de Zamore serait une manière pour Voltaire de mettre en scène, de façon très concrète, le dépassement nécessaire du ressentiment. Un tel problème politique dépasse d’ailleurs le seul contexte colonial, car le combat de Zamore est gangrené par l’identification du despotisme à Gusman : « Vengeance, arme nos mains, qu’il meure, et c’est assez » (V, 6). L’appel au meurtre lancé par Zamore nous incite à le classer parmi Les Rêveurs de l’absolu, auxquels Hans Magnus Enzensberger a consacré son essai Politique et crime : à la logique paranoïaque entretenue par le tyran « répond la logique de l’attentat » :

  • 82 Hans Magnus Enzensberger, Les Rêveurs de l’absolu, essai tiré de Politique et crime, Francfort, Suh (...)

[…] quand l’existence de l’État ne repose que sur la vie d’un homme, il suffit de tuer cet homme pour modifier de manière révolutionnaire l’ordre de la société. L’idée fixe du dictateur, qui consiste à se croire irremplaçable, comme s’il n’était pas possible de le faire d’un instant à l’autre, gagne ses adversaires. Ils prennent pour argent comptant ce qui n’a jamais été qu’une illusion82.

  • 83 Voltaire, Correspondance choisie, éd. Jacqueline Hellegouarc’h, Paris, Le Livre de Poche, « La Poch (...)

17Enfin, si les Américains ont pu être assimilés, en 1736, à des « sauvages » ou si le fait colonial a été éclipsé par l’intensité émotionnelle d’Alzire, Voltaire lui-même les regarde avec une nouvelle acuité en 1775. « Vous faites parler un Nègre comme j’aurais voulu faire parler Zamore », écrit-il, le 12 octobre 1775, à René-François Chauvin Doigny du Ponceau, à l’occasion de son Discours d’un Nègre à un Européen de Paris (Paris, Demonville, 177583). S’agit-il de reconnaître l’insuffisance de la charge anti-esclavagiste d’Alzire ? La confrontation d’Alzire (1736) au Discours de Doigny du Ponceau (1775) atteste l’évolution des mentalités au siècle des Lumières :

Du moins, ne te plains pas si, marchant sur ta trace,
Ma vengeance t’imite, et même te surpasse.
Sans doute, nous devons des forfaits aux bienfaits ;
Mais à nos destructeurs nous devons des forfaits.

18Dans sa lettre, Voltaire exprime quelques réticences face au soulèvement des habitants de Pennsylvanie contre l’Angleterre, mais reconnaît qu’« ils méritent toujours l’éloge que vous leur donnez d’avoir rendu la liberté à la plupart des Nègres qui servaient chez eux ». Cet exemple historique l’oblige à se confronter, sans esquive, à l’appel à la subversion dont résonne Alzire. Avouer que le « Nègre » de son correspondant s’exprime comme aurait dû le faire Zamore, c’est ainsi relire Alzire en affirmant le lien entre la situation fictive du jeune Américain et la situation bien réelle d’un esclave africain. Celui‑ci ne se laisse plus seulement deviner derrière le lointain cousin d’Amérique du Sud ; sa voix se confond avec celle de Zamore et, mieux encore, la recouvre.

Haut de page

Notes

1 Sur le contexte de rédaction d’Alzire : René Vaillot, Avec Mme du Châtelet (1734-1749), Oxford, Voltaire Foundation, 1988, 1er chap. « Voltaire au désert ».

2 Voltaire, « Discours préliminaire », in Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. XIV, éd. T.E.D. Braun, Oxford, Voltaire Foundation, 1989, p. 117-118. Comme le précise Manuel Couvreur, dans sa notice d’Alzire, la suprématie du catholicisme sur le polythéisme des Américains « recouvre celle que Voltaire établit entre le Dieu de paix du Nouveau Testament et le Dieu jaloux de l’Ancien […]. Voltaire, alors sous l’influence de Clarke, établit la supériorité d’une religion sur une autre par la qualité morale du comportement induit » (Dictionnaire général de Voltaire, Paris, Champion, 2003, p. 25).

3 Grâce à l’édition en 1884 du Portefeuille de madame Dupin par Gaston de Villeneuve-Guibert, nous savons que Voltaire a imaginé un plan précis d’Alzire dès 1733 (reproduit par T.E.D. Braun, éd. cit., p. 205-209), qu’il complète en 1734. Toujours soucieux des critiques émises par d’Argental, Voltaire apporte dès cette année-là des modifications à Alzire. On retrouve une mention de la tragédie en février 1735, dans une lettre à Cideville, mais en juin, il n’en est pas satisfait et demande à son destinataire de la relire attentivement. Une deuxième vague de corrections survient fin 1735-début 1736 : Voltaire craint que Le Franc de Pompignan ne lui ait volé l’idée d’Alzire, et fait son possible pour terminer sa pièce au plus vite. Enfin, Voltaire retouchera encore Alzire pour l’édition (finale) de 1738. Pour une étude plus détaillée des différents états d’Alzire : T.E.D. Braun, p. 27-34. N.B. : René Vaillot souligne que la tragédie de Le Franc « n’avait qu’un point commun avec Alzire, c’est que l’auteur y opposait les mœurs européennes à celle de [l’Inde] » (op. cit., p. 29-30).

4 Selon T.E.D. Braun (éd. cit., p. 7), Voltaire s’appuie principalement sur deux sources historiques : l’Historia del descubrimiento y conquista del Perú (Anvers, 1555) d’Agustín de Zárate, dont il possédait une édition en deux volumes parue à Amsterdam en 1717, et les Commentarios reales de Garcilaso de La Vega (Lisbonne, 1609, Cordoue, 1617).

5 Potoze : ancienne dénomination du Pérou.

6 Dès février 1702, la Comédie-Française donne, sans succès, Montézume, dernier roi du Mexique de Louis Ferrier de La Martinière ; dans les années 1720, les pièces sur les habitants du Nouveau Monde sont très à la mode dans les petits théâtres de Paris ; on pourrait encore citer l’Arlequin sauvage de Delisle de la Drevetière (juin 1721), qui obtint un franc succès à la Comédie-Italienne, la Danse des deux sauvages, exécutée le 10 septembre 1725 dans ce même théâtre par deux Indiens venus de Louisiane (Claude et François Parfaict et Quentin Godin d’Abguerbe, Dictionnaire des théâtres de Paris, 1re éd. Paris, 1759 ; éd. Rozet, 1767 ; rééd. Genève, Slatkine, 1967, t. V, p. 69-70), et surtout Les Indes galantes de Rameau et Fuzelier, opéra-ballet donné à l’Académie Royal de Musique en août 1735, soit un an avant Alzire.

7 Sur la fortune théâtrale d’Alzire : T.E.D. Braun, éd. cit., p. 46 : « Alzire remained in the repertory of the Comédie-Française until 1830, and its 328 performances make it the fifth most popular of Voltaire’s plays » (nous traduisons : « Alzire resta au répertoire de la Comédie-Française jusqu’en 1830, et ses 328 représentations en font la cinquième pièce la plus populaire de Voltaire »).

8 Voltaire, lettre à d’Argental, décembre 1734 (D804), cité en intégralité par T.E.D. Braun, éd. cit., p. 28.

9 René Vaillot, op. cit., p. 32.

10 Jean Ehrard, Lumières et esclavage. L’esclavage colonial et l’opinion publique en France au XVIIIe siècle, Bruxelles, éd. André Versaille, 2008, p. 69.

11 Christopher L. Miller, The French Atlantic Triangle. Literature and Culture of the Slave Trade, Durham, Duke University Press, 2008, p. 73 : « le plus important peut-être dans Alzire est le fait que Voltaire parle beaucoup d’esclavage, alors qu’il esquive et évite la traite transatlantique des Africains, se déroulant sous son nez et soutenue par ses investissements » (nous traduisons).

12 Inventaire Voltaire, sous la dir. de Jean Goulemot, André Magnan et Didier Masseau, Gallimard, 1995, article « Négrier » par André Magnan, p. 967 : « Voltaire négrier ? Rumeur ancienne, apparemment né au milieu du XIXe siècle, et toujours en attente de preuve ».

13 La première d’Alzire est rapidement suivie de trois parodies : Alzirette de Pannard, Pontau et Parmentier, le 18 février 1736, à l’Opéra-Comique de la Foire Saint-Germain (BnF, ms. f. fr. 9323. Une publication déjà ancienne : Alzirette, an Unpublished Parody of Voltaire’s Alzire, éd. Gustave L. van Roosbroeck, New York, 1929 ; et une nouvelle édition critique par Isabelle Degauque, in Théâtre de la Foire. Anthologie de pièces inédites, 1712-1736, sous la dir. de Françoise Rubellin, Montpellier, Espaces 34, 2005, p. 307-355), puis, en mars 1736, La Fille obéissante, parodie anonyme jouée à la Foire Saint-Germain, dans le théâtre de marionnettes de Bienfait (BnF, ms. f. fr. 9313. Pièce éditée par I. Degauque, in Théâtre de la Foire, op. cit., p. 357-364), et Les Sauvages de Romagnesi et Riccoboni, le 5 mars 1736, à la Comédie-Italienne (éd. Paris, Prault, 1736). Pour l’analyse (entre autres) de ces trois parodies : I. Degauque, Les Tragédies de Voltaire au miroir de leurs parodies dramatiques : d’Œdipe (1718) à Tancrède (1760), Paris, Champion, 2007.

14 Christopher L. Miller, op. cit., p. 78.

15 T.E.D. Braun, éd. cit., p. 39 : « parce qu’ [il] n’examine pas la psychologie ou l’affrontement des personnages mais l’impact des points de vue sur un autre. Il imagine certaines situations dans la pièce qui servent à renforcer le conflit d’idées » (nous traduisons).

16 Marvin Carlson, Voltaire and the theatre of the Eighteenth Century, Greenwood, 1998, p. 48-49 : « Le débat d’ouverture dans Alzire entre Alvarez et son fils, Gusman, résume un débat bien connu du public de Voltaire entre, d’une part, la moralité héroïque du plus fort défendue par Gusman, associée à Plutarque, Machiavel et, parmi les historiens espagnols du XVIe siècle, Ginès de Sepúlveda, et, d’autre part, l’opinion chrétienne adverse soutenue par Alvarez, inspirée de Saint Augustin et qui affirmait que le plus fort devait se montrer le plus juste et le plus secourable envers le plus faible. Parmi les historiens espagnols, le père Bartholomé de Las Casas était le principal porte-parole de cette opinion. En fait, la totalité de la pièce de Voltaire peut être considérée comme une illustration de l’opinion de Las Casas, et particulièrement la conversion sur son lit de mort de Gusman, si mélodramatique et si invraisemblable pour un lecteur moderne » (nous traduisons).

17 La Harpe, Lycée ou cours de littérature ancienne et moderne, Paris, P. Pourrat frères, 1839, t. X, p. 343 : « C’est l’histoire qui paraît avoir fourni au poète l’intéressant caractère d’Alvarez [sic] : Alvarez n’est en effet que ce vénérable Las Casas, défenseur aussi courageux des Américains qu’inexorable accusateur de ses compatriotes, que ses éloquentes réclamations poursuivront au tribunal de la dernière postérité ».

18 Alzire, acte I, scène 1, v. 16 et v. 19 (« Et j’ai pleuré longtemps sur ces tristes vainqueurs »).

19 Ibid., v. 24.

20 Ibid., v. 53-54. Les vers 56-57 sont encore plus explicites : « Tout pouvoir, en un mot, périt par l’indulgence,/Et la sévérité produit l’obéissance ».

21 Ibid., « Vos yeux ne sont-ils pas assouvis des ravages,/Qui de ce continent dépeuplent les rivages ? » (v. 69-70), « Et nous de ces climats destructeurs implacables,/Nous et d’or et de sang toujours insatiables,/Déserteurs de ces lois qu’il fallait enseigner,/ Nous égorgeons ce peuple, au lieu de le gagner./Par nous tout est sang, par nous tout est poudre,/Et nous n’avons du ciel imité que la foudre » (v. 77-82) (nous soulignons).

22 Ibid., « Nous seuls en ces climats nous sommes les barbares./L’Américain farouche en sa simplicité,/Nous égale en courage, et nous passe en bonté » (v. 86-88).

23 Ibid., v. 94.

24 Ibid., v. 103-104 : « Qu’un peuple de tyrans, qui veut nous enchaîner,/Du moins par cet exemple apprenne à pardonner ».

25 Ibid., v. 107-109 : « Eh bien, vous gémissez : je sens qu’à ce récit/Votre cœur, malgré vous, s’émeut et s’adoucit./L’humanité vous parle, ainsi que votre père ».

26 Ibid., v. 133-134.

27 Thomas M. Carr jr., « Dramatic structure and philosophy in Brutus, Alzire and Mahomet », SVEC, vol. CXLIII (1975), p. 35: « From this point of view the play’s action is not just the personal matter of Alzire’s marriage to Gusman, but the union of two peoples for which the wedding is only a symbol » (« De ce point de vue l’intrigue de la pièce ne se limite pas simplement au problème du mariage d’Alzire avec Gusman, mais porte sur l’union de deux peuples pour qui les noces ne sont qu’un symbole », nous traduisons).

28 Ibid., v. 161 et v. 163.

29 Alzire, acte I, scène 2, v. 101-104 (nous soulignons).

30 Ibid., v. 119-120 : « […] Oui ; crois-moi, puisse-t-il aujourd’hui/T’engager à penser, à vivre comme lui ! ».

31 Alzire, acte V, scène 5, v. 165-166 : « Si j’avais mis ta vie à cet indigne prix,/Parle, aurais-tu quitté les dieux de ton pays ? ».

32 Ibid., v. 167-170 : « J’aurais fait ce qu’ici tu me vois faire encore./J’aurais prié ce Dieu, seul être que j’adore,/De n’abandonner pas un cœur tel que le tien,/Tout aveuglé qu’il est, digne d’être chrétien ».

33 Alzire, acte V, scène 7, v. 222 : « Je pardonne à la main par qui Dieu m’a frappé ».

34 Voltaire cherche à recréer l’effet de surprise de Cinna, mais une comparaison attentive des deux pièces révèle leur grande différence. Chez Corneille, Auguste est affecté par une série de trahisons de son proche entourage, alors que Gusman est en butte à un mouvement de libération du peuple lancé par Zamore. À la conjuration menée par quelques intimes du tyran (Cinna), Voltaire substitue donc la révolte des autochtones, et la portée de la clémence finale s’en voit infléchie. En outre, il faut tenir compte de la donnée religieuse omniprésente dans Alzire : Gusman pardonne à son ennemi (Zamore), au nom du Dieu de l’Espagne catholique. Chez Auguste, nul effet divin n’est à remarquer ; il transmue sa volonté de puissance en recherche de renom, et prône l’oubli des erreurs de chacun. Le dernier mot d’Alzire est d’ailleurs « pardonne » et celui de Cinna « oublier ».

35 Ibid., v. 225-226.

36 Ibid., v. 229-230.

37 Ibid., v. 237-238 (nous soulignons).

38 Ibid., v. 251-252 : « Ah ! la loi qui t’oblige à cet effort suprême,/Je commence à le croire, est la loi d’un Dieu même ».

39 Ibid., v. 255-256. La comparaison avec le changement qui s’opère en Émilie (Cinna, V, 3, v. 1725-1728) indique la prégnance de Corneille : « Ma haine va mourir, que j’ai crue immortelle./Elle est morte, et ce cœur devient sujet fidèle,/Et prenant désormais cette haine en horreur,/L’ardeur de vous servir succède à la fureur » (Corneille, Œuvres complètes, Paris, Le Seuil, 1963, p. 287).

40 Ibid., v. 262 : [à Alzire] Tout vous est pardonné, puisque je vois vos pleurs ».

41 Christopher L. Miller, op. cit., p. 76 : « pour une pièce écrite en 1736 […] Alzire pressent remarquablement les tensions entre colonisateurs et colonisés. De façon plus surprenante, la pièce est pleine de sympathie pour ceux qui ont été colonisés et réduits en esclavage, auxquels Zamore et Alzire donnent voix […] » (nous traduisons).

42 Alzire, acte II, scène 4, v. 155-156. La triple motivation (politique, amoureuse et religieuse) de Zamore est redite en termes similaires dans la suite d’Alzire : « [à Montèze] Prends pitié de ce cœur enivré tour à tour/De zèle pour mes dieux, de vengeance et d’amour » (II, 4, v. 247-248), ou bien : « [à Alzire] Depuis que ces brigands, t’arrachant à mes bras,/M’enlevèrent mes dieux, mon trône et tes appas » (III, 4, v. 89-90), vers auxquels répond symétriquement cette déclaration d’Alzire : « J’ai tout quitté, mes dieux, mon amant, ma patrie » (III, 4, v. 119).

43 Ibid., v. 157-178.

44 Ibid., v. 174.

45 Ibid., v. 157-161 : « Souviens-toi du jour épouvantable,/Où ce fier Espagnol, terrible, invulnérable,/Renversa, détruisit, jusqu’en leurs fondements,/Ces murs que du soleil ont bâtis les enfants ;/Gusman était son nom. […] » (nous soulignons).

46 Alzire, acte III, scène 4 : « Sais-tu que ce Gusman, ce destructeur sauvage,/Par des tourments sans nombre éprouva mon courage ?/Sais-tu que ton amant, à ton lit destiné,/Chère Alzire, aux bourreaux se vit abandonné ? » (v. 91-94). L’empathie d’Alzire est signalée par une didascalie interne : « Tu frémis. Tu ressens le courroux qui m’enflamme » (v. 95).

47 Alzire, acte II, scène 4, v. 189.

48 Ibid., v. 217-218.

49 Dans l’article « Civilisation », Jean Goulemot rappelle que « le mot lui-même n’est pas employé par Voltaire. C’est un néologisme, venu de l’anglais, qui apparaît entre 1750 et 1760, sans s’imposer. Mais le concept est bien présent dans son œuvre » (Inventaire Voltaire, op. cit., p. 267).

50 Alzire, acte II, scène 4 : « MONTÈZE : N’atteste point ces dieux, enfants de l’imposture,/Ces fantômes affreux, que je connais plus ;/Sous le Dieu que j’adore ils sont tous abattus./ZAMORE : Quoi ! ta religion ? quoi, la loi de nos pères ? » (v. 230-233). Jamais Montèze n’a évoqué le mariage de sa fille avec Gusman. Aussi le plus dur reste-t-il à découvrir pour Zamore. Appelé par un garde (II, 5), Montèze s’esquive et ordonne que Zamore et ses hommes ne puissent approcher des autels (« Mais Gusman vous l’ordonne, et parle par ma voix », v. 264).

51 Christopher L. Miller, op. cit., p. 73 : « le nationaliste (Zamore), le collaborateur (Montèze), le relativiste (Alvarès) et l’impérialiste (Gusman) sont réconciliés ; et Alzire, l’allégorie de l’Amérique, peut vivre en paix » (nous traduisons).

52 À la scène 6 d’Alzirette de Pannard, Pontau et Parmentier (février 1736), l’inconsistance dramatique des Américains est soulignée par cette adresse de Maigrefort (double de Zamore) : « Vous qui pour l’ornement accompagnez ma suite,/Valeureux champions, de mes troupes l’élite :/Freluquet, Platinos, Ventrevide, Marpod,/Piètremine, Basset, Corpssec et Maigredos,/Il ne vous suffit pas de grossir mon cortège ;/ Secondez à l’envi le bras qui vous protège,/Et montrez aujourd’hui dans nos pressants besoins/Que pour ne dire mot vous n’en pensez pas moins ».

53 Alzire, acte II, scène 6, v. 287-288 et v. 290.

54 Ibid., v. 291-293 : « Mais, crois-moi, dans l’instant qu’ils verront leurs vengeurs,/ Leurs mains vont se lever sur leurs persécuteurs ;/Eux-mêmes ils détruiront cet effroyable ouvrage », et v. 295-296 : « Nos soldats, nos amis, dans ces fossés sanglants,/ Vont te faire un chemin sur leurs corps expirants » (nous soulignons).

55 Ibid., v. 303-304 : « Illustres malheureux, que j’aime à voir à vos cœurs/Embrasser mes desseins, et sentir mes fureurs ! » (nous soulignons).

56 Ibid., v. 306 et v. 308 (« Vengeance, arme nos mains, qu’il meure, et c’est assez »).

57 Ibid., v. 309-310 : « Qu’il meure… mais hélas ! plus malheureux que braves,/Nous parlons de punir, et nous sommes esclaves » (nous soulignons).

58 Ibid., v. 312 et v. 314.

59 Ibid., v. 319-320.

60 Alzire, acte V, scène 4, v. 73-74 (« Gusman respire encore ; mon bras désespéré/N’a porté dans son sein qu’un coup mal assuré ») et v. 78.

61 Ibid., acte V, scène 7, v. 256 (nous soulignons).

62 Lettre sur Alzire, citée par T.E.D. Braun, éd. cit., p. 12.

63 Le comique de cette pièce tient surtout à ses comédiens de bois : « Il est précieux que la liste des « acteurs » ait été conservée, tant elle augmente l’effet burlesque : Zamore joué par Polichinelle a donc un physique peu propre au chef des rebelles (petit, trapu, un gros ventre et une bosse dans le dos, une voix nasillarde) ; quant à Alzire, elle est représentée en dame Gigogne, personnage dès l’origine joué par un homme travesti, grosse femme toujours associée à Polichinelle et qui symbolise la fertilité… » (notice de La Fille obéissante par I. Degauque, in Théâtre de la Foire, op. cit., p. 360).

64 Notice d’Alzire par Manuel Couvreur, in Dictionnaire général de Voltaire, op. cit., p. 26.

65 Golille : « Le mot golilla, diminutif de gola, et qui se traduirait le mieux en français par « gorgerette », désignait ce carcan de carton recouvert de toile qui emprisonnait le cou des Espagnols et commença à être en usage dans le premier tiers du XVIIe siècle » (Morel‑Fatio Alfred, « La golille et l’habit militaire », Bulletin Hispanique, t. VI, n˚ 2, 1904. p. 114).

66 Lettre citée par T. E. D. Braun, introduction à Alzire, éd. cit., p. 57: « It might be said in Voltaire’s defence that at least he tried to do something to create an illusion of exotic dress. Local colour was practically non-existent on the French stage before his time » (« Pour la défense de Voltaire, on peut dire qu’il avait au moins essayé de faire quelque chose pour créer l’illusion d’un habillement exotique. La couleur locale était presque inconnue sur la scène française avant lui », nous traduisons).

67 Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil, éd. Frank Lestringant, Presses du Languedoc/Max Chaleil éditeur, 1992, rééd. Livre de Poche, 1994.

68 Nous renvoyons sur ce point à notre ouvrage : Les Tragédies de Voltaire au miroir de leurs parodies dramatiques, op. cit., 4e partie « Un faible miroir des thèses voltairiennes », p. 369-421.

69 En fait, ces vers sont assez fidèle à la scène 6 de l’acte III d’Alzire, où don Alonze vient informer Gusman que les hommes de Zamore marchent sur Lima : « En bataillons serrés, ils mesurent leurs pas,/Dans un ordre nouveau qu’ils ne connaissaient pas,/Et ce peuple, autrefois vil fardeau de la terre,/Semble apprendre de nous le grand art de la guerre ».

70 Christopher L. Miller, op. cit., p. 78 : « et elle a dû être donnée au moins six fois encore à Saint-Domingue entre 1769 et 1782 » (nous traduisons).

71 Bernard Camier et Laurent Dubois « Voltaire et Zaïre, ou le théâtre des Lumières dans l’aire atlantique française », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2007/4, vol. 54-4, p. 44. À noter dans cet article : une histoire synthétique du théâtre à Saint-Domingue, qui s’appuie sur les travaux essentiels de Jean Fouchard et de Moreau de Saint-Méry.

72 Christopher L. Miller, op. cit., p. 78 : « sept pour les mulâtresses et trois pour les négresses » (nous traduisons).

73 Bernard Camier et Laurent Dubois, art. cit., p. 40.

74 Christopher L. Miller, op. cit., p. 79. Selon B. Camier et L. Dubois, « nommer ses esclaves d’après des œuvres classiques du répertoire littéraire était une pratique habituelle dans la Caraïbe française, et l’historien Jacques de Cauna a identifié des esclaves appelés Orosmane et Nérestan, manifestement en référence à Zaïre » (art. cit., p. 65).

75 Ibid., p. 71 : « à une date située en le 11 juin et le 26 août 1766 » (nous traduisons).

76 Voir la publication de son journal par Olivier Petré-Grenouilleau : Moi, Joseph Mosneron, armateur négrier nantais (1748-1833), Rennes, Éditions Apogée, 1995.

77 Christopher L. Miller, op. cit., p. 77 : « Les marins, Mosneron inclus — et je dirais aussi Voltaire — paraissent tous capables de « compartimenter » les problèmes à un point tel qu’ils pouvaient s’émouvoir du sort d’une princesse péruvienne alors que, juste sous leurs pieds, des Africains enchaînés attendaient la Traversée du Milieu et, s’ils survivaient, une vie d’esclavage » (nous traduisons). Sur la difficulté de traduire « The Middle Passage », voir entre autres : Serigne Kandji, Daouda Ndiaye et Sathya Rao, « Traduire pour l’Afrique. Une approche géo-traducto-logique », Traduction, terminologie, rédaction, vol. 18 n˚2, 2e semestre 2005, p. 115-133 (article consultable en ligne sur le site www.erudit.org).

78 Ibid., p. 79 : « and we can assume that the audiences in Nantes understood « slavery » in the play in the political, metaphorical sense that was so current in the Enlightenment — the sense that isolated slave traders from the inhumanity of their business » (« Et nous pouvons affirmer que les spectateurs à Nantes comprenaient « esclavage » dans la pièce dans le sens politique et métaphorique qui était si courant au siècle des Lumières – le sens qui séparait les marchands d’esclaves de l’inhumanité de leur commerce », nous traduisons).

79 Jean-Jacques Rousseau, Lettre à Mme de Warens, 13 septembre 1737.

80 Christopher L. Miller, op. cit., p. 80 : « le corps de Rousseau agit sous le coup d’une révolte contre le vrai esclavage non-européen, même si son esprit et sa plume ne suivent pas » (nous traduisons).

81 Jean Ehrard, op. cit., p. 214.

82 Hans Magnus Enzensberger, Les Rêveurs de l’absolu, essai tiré de Politique et crime, Francfort, Suhrkamp Verlag, 1964, et publié séparément aux éditions Allia, 1998, p. 61-62.

83 Voltaire, Correspondance choisie, éd. Jacqueline Hellegouarc’h, Paris, Le Livre de Poche, « La Pochothèque », 1997, lettre n˚ 839, p. 1217.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Ligier‑Degauque, « Lumières et colonisation : relecture d’Alzire ou les Américains de Voltaire »Littératures, 62 | 2010, 23-44.

Référence électronique

Isabelle Ligier‑Degauque, « Lumières et colonisation : relecture d’Alzire ou les Américains de Voltaire »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/859 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.859

Haut de page

Auteur

Isabelle Ligier‑Degauque

Isabelle Ligier-Degauque est maître de conférences en arts du spectacle à l’Université de Nantes depuis 2002, Responsable de l’enseignement du théâtre, elle organise à ce titre une dizaine de rencontres chaque année avec les acteurs du spectacle vivant, en partenariat avec le T.U. de Nantes et le Grand T, aussi bien sur le répertoire classique que sur des pièces contemporaines. Membre du Centre d’Étude des Théâtres de la Foire (TLI/MMA), et participante du programme de recherche POIESIS (Parodies d’Opéras : Intertextualité, Établissement des sources Interdisciplinaires des Spectacles d’Ancien Régime), dirigé par Françoise Rubellin, avec le soutien de l’ANR (2008‑2011), elle travaille sur les parodies dramatiques du XVIIIe siècle. Auteur de plusieurs articles sur le théâtre au siècle des Lumières, elle a également fait paraître en 2007 Les Tragédies de Voltaire au miroir de leurs parodies dramatiques : d’Œdipe (1718) à Tancrède (1760), chez Champion. Elle a édité plusieurs pièces foraines ou italiennes : édition critique d’Œdipe de Voltaire et d’Œdipe travesti de Dominique (Espaces 34, 2002), édition d’Alzirette et de La Fille obéissante et co-édition de Pierrot furieux ou Pierrot Roland et d’Olivette juge des enfers dans Théâtre de la Foire. Anthologie de pièces inédites (1712‑1736) (dir. F. Rubellin, Espaces 34, 2005). Enfin, elle a dirigé un livre intitulé Médée, un monstre sur scène. Réécritures parodiques du mythe au XVIIIe siècle, publié aux Éditions Espaces 34 (Montpellier) en janvier 2009.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search