Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Le patriotisme à la romaine dans ...

Le patriotisme à la romaine dans les tragédies des années 1760‑1780

Catherine Bec
p. 59-72

Résumé

L’ouverture de la scène tragique aux préoccupations sociales, dans les années 1760‑1780, renouvelle les ressorts dramaturgiques, faisant appel en particulier à l’admiration. Le Spartacus de Saurin et le Régulus de Dorat, deux tragédies romaines dont les héros font preuve de vertu politique et de ferveur républicaine, ne se contentent pas d’illustrer les mouvements philosophiques de leur époque : elles attestent de l’émergence de l’État comme force tragique à part entière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antoine-Vincent Arnault, Pertinax ou les Prétoriens, tragédie en cinq actes et en vers, représentée (...)

1Commençons par évoquer une bataille littéraire : celle de Pertinax1, quasiment contemporaine de celle d’Hernani, puisqu’elle eut lieu le 28 mai 1829 ; si la dernière tragédie d’Antoine-Vincent Arnault n’est pas restée aussi célèbre que le drame de Hugo, sa première représentation n’en fut pas moins violente. La soirée a eu suffisamment de résonance pour que l’on en trouve le récit dans les Mémoires des contemporains. Armand de Pontmartin, par exemple, dresse ainsi le tableau des forces en présence : d’un côté les jeunes romantiques fomentant le tapage et les sifflets, de l’autre les têtes chenues des classiques, qui « dodelinaient comme pour battre la mesure d’un alexandrin ou préluder à un sommeil consolateur. » Dans le décor conventionnel d’une Rome à l’exactitude historique très douteuse, les acteurs prodiguent leurs efforts pour faire vivre la pièce.

  • 2 Armand de Pontmartin, Mes Mémoires, Paris, Calmann-Lévy, 1885, tome I, p. 163-173.

Tout à coup, au milieu d’une tirade presque aussi longue que le monologue d’Hernani, un bâillement retentit, qui servit de signal à plusieurs autres ; bâillement tellement sonore et prolongé, que les acteurs décontenancés s’arrêtèrent. […]
Les quarante immortels, métamorphosés par Melpomène en chiens de terre-neuve, n’auraient pas pu conjurer le naufrage. Il fut complet, absolu, irrévocable, lorsque la pauvre Mademoiselle Duchesnois, mettant la main sur son cœur, exclama ou expectora :
Je suis Romaine !
L’es-tu ? en es-tu bien sûre ? rugit Auguste Préault, rajeunissant une vieille facétie. Dès lors, ce fut pire qu’une chute ; on eût dit un évanouissement assaisonné de quolibets. Desmousseaux ne put faire entendre le nom de l’auteur à travers une grêle de sifflets, de calembours, de miaulements, de glapissements et d’éclats de rire2.

Le Courrier des théâtres renchérit, soulignant lui aussi le ridicule de la tragédienne :

  • 3 Courrier des Théâtres, article de Charles Maurice, 29 mai 1829.

Il fallait voir mademoiselle Duchesnois dans le rôle d’Helvidie, au moment où, campée sur ses reins, raidissant les bras, jetant à grands coups sa tête en arrière, elle a dit : « Je suis romaine ! » Un rire inextinguible s’est emparé de toute la salle, et le destin de l’ouvrage a été décidé. Tué3.

2Si les rires doivent beaucoup au jeu caricatural et outrancier d’une Joséphine Duchesnois vieillissante, la réplique elle-même ne manque pas de susciter les sarcasmes des railleurs, qui ne reculent pas devant le plus idiot des jeux de mots. Cette déclaration patriotique grandiloquente a en effet été tellement ressassée de tragédie en tragédie qu’elle en devient un cliché, une formule toute faite censée contenir, résumer, évoquer tant de vertus de la cité antique qu’elle en devient vide de sens, pompeuse, grotesque.

  • 4 Voir : Catherine Bec, La tragédie à sujet romain, du Brutus de Voltaire à la Lucrèce de Ponsard, th (...)
  • 5 Le relevé suivant a été établi à partir des catalogues de la BNF, de ceux de la Comédie-Française ( (...)

3Se proclamer Romain sur la scène tragique, pourtant, n’a pas toujours été source de moqueries et de quolibets, bien au contraire. Les Romains de tragédie ont été nombreux et appréciés, si l’on en croit le foisonnement des tragédies romaines, depuis le Brutus de Voltaire, dont on peut considérer qu’il constitue une nette insertion du débat politique sur la scène tragique, jusqu’à l’extinction du genre, vers 1850. Environ cent soixante-dix tragédies4, aux fortunes diverses, mais qui témoignent toutes de l’attachement du public et des auteurs à la thématique romaine, de la permanence et de la richesse de Rome sur la scène. Pour les seules décennies qui nous occupent, on recense vingt-deux pièces, aux fortunes diverses5 :

    • 6 Bernard-Joseph Saurin, Spartacus, tragédie en cinq actes et en vers, Paris, Prault petit-fils, 1760 (...)

    Spartacus6, de Saurin, représentée pour la première fois au Théâtre-Français le 20 février 1760 ; 9 représentations en 1760, puis 19 reprises jusqu’en 1818, sans compter la période révolutionnaire, pour laquelle les chiffres sont incertains ;

    • 7 Michel Paul Guy de Chabanon, Éponine, tragédie en cinq actes et en vers, Œuvres de Théâtre et autre (...)

    Éponine7, de Chabanon, représentée pour la première fois le 6 décembre 1760, au Théâtre-Français ; 2 représentations ;

    • 8 Mme Elizabeth Guibert, Les Triumvirs, publ. dans Poésies et œuvres diverses, Amsterdam, s.n. éd, 17 (...)

    Les Triumvirs8, de Mme Guibert, représentée le 5 juin 1764 ;

    • 9 Voltaire, Octave et le jeune Pompée, ou le Triumvirat, tragédie en cinq actes et en vers, Amsterdam (...)

    Octave et le jeune Pompée, ou le Triumvirat9, de Voltaire, représentée le 5 juillet 1764 au Théâtre-Français ; dernière tragédie romaine de Voltaire, présentée de façon anonyme, tombée à la première représentation.

    • 10 Pierre-Louis-Paul Randon de Boisset, Lucrèce, tragédie en 3 actes en prose, Londres et Paris, Dufou (...)

    Lucrèce10, de Randon de Boisset, non représentée, 1765 ;

    • 11 Michel Paul Guy de Chabanon, Virginie, Paris, Vve Duchesne, 1767, in-8˚

    Virginie11, de Chabanon, pièce lue aux acteurs, mais jamais jouée, 1767 ;

    • 12 Louis-Sébastien Mercier, Virginie, tragédie en cinq actes et en vers, Rennes, s.n., et Paris, Vve D (...)

    Virginie12, de Mercier, non représentée, 1767 ;

    • 13 Henri Panckoucke, La Mort de Caton, tragédie en 3 actes et en vers, par M. de Voltaire, sans nom d’ (...)

    La Mort de Caton13, de Panckoucke, non représentée, 1767 ;

    • 14 Lavalette, dit Grevé Biennourry, Annibal à Capoue ou les Campéniens, Le théâtre à la mode, Bordeaux (...)

    Annibal à Capoue ou les Campéniens14, de Lavalette, dit Grevé-Biennourry, représentée à Bordeaux en 1767 ;

    • 15 Jean-Gaspard Dubois-Fontanelle, Éricie ou la vestale, drame en trois actes et en vers, Londres ; Pa (...)

    Éricie ou la Vestale15, de Dubois-Fontanelle, représentée à Lyon en 1768, puis le 19 août 1789 au Théâtre-Français, 2 représentations ;

    • 16 Jean-Grégoire Bauvin, Arminius ou les Chérusques, tragédie en cinq actes et en vers, Amsterdam et P (...)

    Arminius ou les Chérusques16, de Bauvin, représentée pour la première fois le 26 septembre 1772 au Théâtre‑Français, 9 représentations en 1772-1773 ;

    • 17 Claude-Joseph Dorat, Régulus, tragédie en trois actes et en vers, précédée d’une Lettre au solitair (...)

    Régulus17, de Dorat, représentée pour la première fois le 31 juillet 1773 au Théâtre-Français, 14 représentations ;

    • 18 Comte Jacques Antoine Hippolyte de Guibert, Les Gracches, tragédie en trois actes et en vers, in Œu (...)

    Les Gracches18, du Comte de Guibert, non représentée, 1774 ;

    • 19 Jean-Baptiste Lacoste, Cléopâtre, tragédie en cinq actes et en vers, par M L***, s.n., Paris 1774, (...)

    Cléopâtre19, de Lacoste, non représentée ;

    • 20 Gudin de la Brenellerie, Caïus Marcius Coriolan ou le danger d’offenser un grand homme, tragédie en (...)

    Caïus Marcius Coriolan ou le danger d’offenser un grand homme20, de Gudin de La Brenellerie, représentée pour la première fois le 14 août 1776 au Théâtre-Français, 7 représentations ;

    • 21 M. Balze, Coriolan, tragédie en cinq actes et en vers, Paris, Prault fils, 1776.

    Coriolan21, de Balze, non représentée, 1776 ;

    • 22 C.A. Devineau du Rouvroy, Brutus, tragédie en trois actes et en vers, par M. D*** [C.A. Devineau de (...)

    Brutus22, de Devineau du Rouvroy, non représentée, 1776 ;

    • 23 Louis-Robert Parfait Duruflé, Coriolan, tragédie en cinq actes, en vers, non imprimée. [Brenner 603 (...)

    Coriolan23, de Duruflé, jouée en société en 1776 ;

    • 24 A. Carrière Doisin, dit Croisier, Virginie et le décemvirat, publ. dans Mes récréations, ou mélange (...)

    Virginie et le décemvirat24, de Carrière-Doisin, dit Croisier, non représentée, 1777 ;

    • 25 François Tronchin, Coriolan, publ. dans Mes récréations dramatiques, Genève, J.P. Bonnant, 1779-85, (...)

    Coriolan25, de Tronchin, non représentée, 1779 ;

    • 26 Ibid.

    Cornélie, mère des Gracques26, de Tronchin, non représentée, 1779 ;

    • 27 Ibid. Térentia, en prose, restée sous forme de plan, est parfois faussement attribuée à Diderot car (...)

    Térentia27, de Tronchin, non représentée.

  • 28 L’expression est de Dorat, Lettre au solitaire du Guélaguet, préface de Régulus.

4Certaines méritent l’oubli où elles sont tombées, et on ne peut guère les défendre face aux accusations que leurs contemporains leur ont portées. La « monotonie du nom romain28 » semble aller à l’encontre d’un renouvellement de l’intérêt dramatique. Les personnages semblent parfois n’être que des types figés, parmi lesquels celui du vieux Romain, celui de la mère intraitable, celui du conquérant orgueilleux, entre mille reconnaissables, auxquels on reproche d’encombrer la scène tragique. Le retour des mêmes épisodes corrobore cette impression : le meurtre de Virginie, les revirements de Coriolan, la mort de César bénéficient des faveurs des dramaturges, comme s’ils étaient autant de passages obligés, d’épreuves initiatiques permettant d’accéder au monde des lettres. On n’est pas loin ici de la littérature de collège, telle que les Jésuites l’ont fait pratiquer à leurs élèves. Enfin, la vérité historique offre la possibilité de se dégager d’une vraisemblance jugée trop contraignante, de présenter des situations émouvantes ou terribles, qui laissent libre cours aux inspirations romanesques les plus échevelées et aux passions débridées.

5Néanmoins, l’intérêt des auteurs et des spectateurs est sans cesse renouvelé, quoi qu’ils en disent. L’histoire romaine est une mine d’histoires tragiques, familières au spectateur cultivé. Elle est surtout au centre de débats politiques, remise à l’honneur par les penseurs du XVIIIe siècle. Historiens et philosophes interrogent les modèles antiques pour réfléchir sur la société d’ancien régime en crise, et dans la lignée de Voltaire, les dramaturges témoignent de ces préoccupations politiques et sociales, d’une réelle tentative pour faire exister la vie politique sur la scène, l’éloignement spatial et temporel permettant d’éviter une confrontation jugée inacceptable avec la France du XVIIIe siècle.

6La période 1760-1780 est particulièrement intéressante, parce qu’elle correspond au moment où la philosophie et la politique conquièrent définitivement leur place sur la scène. Conscients de l’influence du théâtre sur l’esprit public, les auteurs ajoutent donc au rôle moral requis par les théoriciens du XVIIe siècle un rôle social, et ouvrent leurs pièces à une réflexion sur la conduite de l’État, à l’affirmation de valeurs civiques, en un mot, au patriotisme, tel que le définit le XVIIIe siècle prérévolutionnaire.

7Si le Dictionnaire de l’Académie, dans son édition de 1762 ne nous apprend pas grand-chose en définissant le patriotisme comme le « caractère du patriote », c’est‑à‑dire de « celui qui aime sa patrie, et qui cherche à lui être utile », le chevalier de Jaucourt, dans l’Encyclopédie, affirme que :

C’est ainsi qu’on appelle en un seul mot l’amour de la patrie. […] mais le patriotisme le plus parfait est celui qu’on possède quand on est si bien rempli des droits du genre humain, qu’on les respecte vis-à-vis de tous les peuples du monde…

Et il ajoute :

  • 29 Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de ge (...)

Patrie : Le lexicographe vulgaire prend la patrie pour le lieu de la naissance quel qu’il soit ; mais le philosophe sait que ce mot vient du latin pater qui représente un père et des enfants, et conséquemment qu’il exprime le sens que nous attachons à celui de famille,, de société, d’état libre dont nous sommes les membres, et dont les lois assurent nos libertés et notre bonheur. Il n’est point de patrie sous le joug du despotisme. […] L’amour qu’on lui porte conduit à la bonté des mœurs, et la bonté des mœurs conduit à l’amour de la patrie ; cet amour est l’amour des lois et du bonheur de l’État, amour singulièrement affecté aux démocraties ; c’est une vertu politique, par laquelle on renonce à soi-même, en préférant l’intérêt public au sien propre29.

8Le patriotisme a donc partie intimement liée avec la conscience des droits du citoyen ; il devient devoir suprême, capable de disputer la suprématie dans les cœurs, et remplace la gloire, vertu cornélienne, par une vertu plus noble, l’esprit de fraternité envers ses concitoyens et même envers « l’humanité ».

9L’analyse des textes montre que c’est l’ouverture de la scène tragique aux préoccupations sociales qui entraîne un changement dans la dramaturgie : de la magnanimité cornélienne au dévouement à la patrie, le héros évolue, tout comme l’intérêt dramatique, du destin qui frappe l’individu à la destinée d’une nation, d’un peuple, de l’humanité même. Deux pièces, entre 1760 et 1780, illustrent cette tendance politique, le Spartacus de Saurin et le Régulus de Dorat. Toutes deux mettent en scène des héros patriotes qui accordent une large place à la question de la vertu politique, en lutte avec la soif de conquêtes ou la politique d’oppression de Rome. Leurs héros éponymes en présentent différentes nuances : Spartacus plus contestataire, Régulus dans le dévouement et la ferveur républicaine. Les deux pièces ont en commun de vouloir renouveler les ressorts tragiques, en faisant appel à l’admiration, celle que suscitent les actions grandes et vertueuses, plus qu’à la terreur et à la pitié.

  • 30 Cf. Mercure de France, septembre 1760, p 136 : le rédacteur compare Saurin à Corneille et Voltaire. (...)
  • 31 L’expression, fréquente et banale, apparaît dans la préface du Spartacus de Saurin.
  • 32 Ibid.

10C’est une esthétique très cornélienne que revendique Saurin, auteur en 1760 d’un Spartacus dont le héros est un proche cousin de Nicomède et de Sertorius30. Le théâtre, « cette école publique de morale31 », doit avouer désormais clairement son ambition sociale : aux passions qui « amollissent l’âme32 », on préférera celles qui l’élèvent ; au pathétique et au terrible, l’admiration, celle que suscitent des actions grandes et vertueuses :

  • 33 Ibid.

L’admiration est, dit-on, un sentiment froid : oui, quand pure et reposée, pour ainsi dire, aucun autre sentiment ne s’y mêle et ne la trouble ; mais en est-il de même quand il s’y joint le mouvement d’une action grande et intéressante pour l’humanité, quand elle est accompagnée de crainte, quand elle conduit à la terreur et à la pitié33 ?

11En s’attachant à peindre l’épisode bien connu de la révolte d’un esclave contre Rome, qui opposa une centaine de milliers d’hommes aux légions romaines, de 73 à 70 avant Jésus-Christ, l’auteur entend renforcer les ressorts tragiques en leur associant une peinture morale admirable :

  • 34 Ibid.

Je voulais tracer le portrait d’un grand homme, tel que j’en conçois l’idée ; d’un homme qui joignît aux qualités brillantes des héros, la justice et l’humanité d’un homme, en un mot, qui fût grand pour le bien des hommes et non pour leur malheur34.

  • 35 Il était particulièrement proche d’Hélvétius, de Saint-Lambert, de Montesquieu, de Turgot, mais éga (...)

12L’idée de la vertu et du pouvoir est de toute évidence alimentée par les réflexions des philosophes dont Saurin était l’ami35. Sa pièce, qui porte pour la première fois à la scène la figure de Spartacus, reflète les interrogations de Montesquieu, de Voltaire, qui ont fait allusion au gladiateur dans les écrits où ils abordent la question de l’esclavage, où ils en interrogent les fondements théoriques et examinent les différents peuples qui l’ont pratiqué. Montesquieu, pour qui l’analyse de l’histoire romaine permet de construire une réflexion comparative, conteste « ce droit de vie et de mort, ce droit de s’emparer de tous les biens qu’un esclave peut acquérir, ces droits si barbares et si odieux », qu’il déclare « injustes », contraires à la loi naturelle. Il approuve la révolte de Spartacus, dont il affirme qu’elle était la plus légitime qui ait jamais été entreprise :

  • 36 Montesquieu, Mes Pensées, dans Œuvres complètes, Paris, Seuil, coll. L’Intégrale, 1964, p 1047. On (...)

Malheur à ceux qui font des lois que l’on peut violer sans crime36 !

13On trouve des accents d’indignation comparables à ceux du philosophe dans la tirade, acte III, scène 4, qu’adresse Spartacus à Messala, envoyé des Romains pour négocier avec l’esclave rebelle :

Leur esclave !… eh ! Quel droit me mit entre vos mains ?
A quel titre, au berceau, ravi par les Romains,
Le fils d’Arioviste a-t-il porté vos chaînes ?
Rome m’opposera ses fureurs inhumaines !
Elle voudra s’en faire un titre révéré !…
Quoi ! Son ambition, à qui rien n’est sacré,
Désole mon pays et massacre mon père,
Traîne en captivité le fils avec la mère,
Et prétend s’arroger un juste droit sur eux ?…
C’est le droit qu’un brigand a sur le malheureux
Dont il ose ravir la dépouille sanglante !…
À part.
Rome, tu n’as sur lui que d’être plus puissante…
Mais à la terre, enfin, le ciel donne un vengeur !
Il est temps de marquer un terme à ta fureur,
Il est temps d’écraser une superbe race,
Un peuple de tyrans, dont l’insolente audace
Se vante que les dieux ont formé l’univers
Pour la gloire de Rome et pour porter ses fers !

14Messala, lui, fait l’apologie d’un empire fondé sur la force, où le droit de dominer est le prix glorieux de la bravoure :

La loi de l’univers, c’est : malheur au vaincu !

15Une telle affirmation relance la fureur de Spartacus, qui veut se faire « le vengeur de la terre opprimée » et s’exclame :

  • 37 Saurin, Spartacus, acte III, scène 4.

Eh ! Malheur donc à Rome !… autrefois son esclave,
Aujourd’hui son vainqueur, j’ai le droit du plus brave37 !

  • 38 Saurin, préface de Spartacus.

16La scène est pleine d’emphase, mais on appréciera la véhémence de Spartacus, associée à son habileté à démonter l’argumentation de son adversaire. L’affrontement entre les deux hommes permet d’une part de mettre en scène la question de l’esclavage et de la légitimité de la révolte contre un ordre injuste ; elle permet aussi de faire la critique de l’impérialisme romain et de sa politique guerrière, à une époque où la guerre de sept ans rend le sujet sensible. Le « peuple-tyran », « oppresseur systématique de tous les autres peuples38 » est peint sous un bien mauvais jour :

  • 39 Saurin, Spartacus, acte V, scène 5.

Rome, il faut l’avouer, eut des vertus d’abord,
Fruit de son premier âge et de sa politique ;
Ce n’est plus aujourd’hui qu’un faste tyrannique ;
Son luxe insatiable engloutit les États ;
L’univers est sa proie, et ne lui suffit pas39.

17Celui qui refuse ainsi la rançon proposée pour libérer la fille du consul, qui dénonce l’inhumanité des guerres et l’injustice de l’esclavage, a un tout autre dessein pour son armée :

  • 40 Spartacus, acte I, scène 2.

Si la vie, en effet, n’est qu’un rapide instant,
Employons-la du moins à le rendre éclatant ;
Faisons-en une époque utile et mémorable ;
Laissons à l’univers un monument durable,
Que la vertu consacre aux siècles à venir.
La gloire des Romains fut de tout envahir ;
Sur un titre plus beau que la nôtre se fonde ;
Soyons les bienfaiteurs, non les tyrans du monde40.

18Il est paradoxal de voir que Spartacus, l’esclave, le sans-patrie, manifeste davantage de vertus patriotiques que les Romains, au nom d’une plus haute idée de la patrie. Ses grandes envolées lyriques n’ont pas manqué d’être raillées : Fredon a critiqué l’emploi trop abondant des termes de vertu, d’humanité, ainsi que la philanthropie de l’esclave, sa folie de bienfaisance universelle :

  • 41 L’Année littéraire, 1760, tome IV, Lettre VII, p. 163

L’ambition de Spartacus, à force d’être vaste, devient ridicule. Qu’est-ce qu’un homme qui veut faire le bonheur de l’univers ? Il n’y a qu’un fou à qui cette idée-là puisse venir ; et l’on rit quand on lui voit emplir la bouche de ces grands mots d’amour de l’humanité, de bienfaisance universelle. Qu’un roi se propose de rendre son peuple heureux, ce dessein est noble et beau, parce que l’exécution en est possible. Mais qu’un homme comme Spartacus, séduit par quelques batailles qu’il a gagnées, s’imagine que l’univers attend de lui son bonheur et sa liberté, ce n’est qu’une pure fanfaronnade, une imagination de chevalier errant, en un mot, un délire encyclopédiste41.

  • 42 Grimm reproche à Saurin « la dureté du style, […] la pauvreté d’images, la stérilité d’idées, quelq (...)
  • 43 Le péché est parfois véniel : le dramaturge a fait de Spartacus un fils de roi et non un simple ber (...)
  • 44 « Quel tissu d’absurdités et d’extravagances ! Spartacus occupé de je ne sais quelle passion le jou (...)
  • 45 Jean-Pierre Perchellet fournit des chiffres précis : 1083 spectateurs pour la première, puis 972, 1 (...)
  • 46 Saurin figure parmi les poètes du second ordre, dans le Répertoire général du Théâtre Français, et (...)
  • 47 Le personnage n’a cependant pas de postérité à la scène : le sujet est-il trop subversif ? À l’exce (...)

19On ne se laisse pas entièrement convaincre, cependant, par cette attaque d’un ennemi des philosophes : elle est au contraire la meilleure critique que l’on puisse faire, car elle atteste, par sa virulence, de la puissance polémique de la pièce. Certes, on peut trouver bien des défauts à celle-ci. Elle n’évite pas certaines maladresses, des lourdeurs de style42, une volonté didactique qui s’affiche trop clairement par la présence trop fréquente de sentences, des libertés prises avec l’histoire43. Il lui fut aussi reproché l’invention d’une intrigue amoureuse entre Spartacus et la fille de Crassus, Émilie, qui introduit dans la pièce une galanterie déplacée44. Néanmoins, tout en désavouant le choix de certains personnages et la mauvaise construction de l’intrigue, les contemporains en ont vanté les mérites, les traits sublimes, l’esprit cornélien, et ont affirmé leur estime pour son auteur. Spartacus a connu un succès mitigé : neuf représentations entre 1760 et 1764, ce qui n’a rien de honteux45. Les reprises, qui s’échelonnent jusqu’à la fin du siècle, prouvent que, sans connaître de triomphe, la pièce a tout de même obtenu une honnête reconnaissance de la part du public et des critiques, ce que confirment ses très nombreuses rééditions, et sa place parmi les recueils de chefs-d’œuvre tragiques46. La grandeur de Spartacus, ses tirades généreuses et sa mort ont su toucher les spectateurs, sensibles à l’esprit philosophique dont la pièce se fait l’écho47.

  • 48 Dorat, Lettre au solitaire du Guélaguet, p. 46. Régulus, dont une première version avait été écrite (...)
  • 49 Dorat, Lettre au solitaire du Guélaguet, p. 47.

20C’est une autre nuance du patriotisme qui apparaît dans le Régulus de Dorat. La pièce, écrite en 1765, puis remaniée pour la scène en 1773, met en scène « Régulus abandonnant sa femme et sa patrie, repoussant d’un œil morne les caresses de ses enfants et les prières de ses amis, pour retourner à Carthage y dégager sa parole, et se dévouer aux tourments qui l’attendent48. » Ce faisant, l’auteur se place sous l’égide de Voltaire et de Corneille. Comme Cinna, comme Brutus, comme Spartacus également, Régulus s’attache à la « peinture de ces actions sublimes dont nous avons si peu de modèles49 » qui déconcertent un public plus friand de passions et de crimes que de vertus. Les choix dramaturgiques de Dorat sont fermes : il refuse le romanesque – alors même qu’il s’inspire assez largement d’un opéra antérieur de Métastase – pour privilégier l’enthousiasme patriotique et la ferveur républicaine.

21Son héros, revenu de Carthage pour négocier la paix avec les sénateurs et procéder à un échange de prisonniers, leur affirme préférer le cachot au déshonneur.

  • 50 Dorat, Régulus, acte I, scène 5.

J’y rentre sans regret, pourvu que par vos mains
Ruisselle jusqu’à moi le sang des Africains.
Que je hais leur demande et leur infâme adresse !
Ils ont cru dans mon cœur surprendre une faiblesse,
Et par un vil appât s’assurer de ma foi :
Mais ils me connaîtront, mais Rome est tout pour moi,
Mais je voue à Carthage une haine immortelle,
Et ne viens parmi vous que pour m’armer contre elle.50

22C’est donc le sacrifice de sa personne au nom de la vertu, de la discipline, de la honte du combattant vaincu que réclame Régulus. Une grande part de la tension de la pièce tient au fait que les Romains font preuve de plus d’indulgence que lui-même : c’est donc lui qui doit les convaincre, résister à l’envie de céder face aux larmes et aux témoignages d’estime de ses compatriotes. La résolution de Régulus ne fléchit pas même face à sa femme Marcie. Celle-ci, qui a assuré l’exposition de la pièce en racontant sa rencontre avec Régulus, leur amour et sa douleur de le savoir aujourd’hui esclave des Carthaginois, est assurément un élément capable d’introduire un semblant d’incertitude dans le cours de l’action ; Régulus repousse toutefois la tentation avec raideur :

  • 51 Dorat, Régulus, acte II, scène 9.

Avec le plus grand trouble
Elle aura mes regrets ; elle eut mes premiers vœux. De ce cœur déchiré plains l’effort douloureux,
Son trouble, ses combats… sa faiblesse peut-être.
(avec enthousiasme)
Que dis-je ? moi trahir les bords qui m’ont vu naître ! La patrie est un corps respectable et sacré :
Qui de nous peut, sans crime, en être séparé ? Lui prodiguer son sang, la servir, la défendre,
Va, crois-moi, ce n’est point lui donner, c’est lui rendre. Ne lui devons-nous pas rangs, honneurs, sûreté,
Le nom de citoyen, surtout la liberté ?
La liberté !… sans qui l’homme cesse d’être homme, Le fondement, l’orgueil et la gloire de Rome !
Il faut de quelque peine acheter sa douceur :
Mais, exempt de travaux, a-t-on droit au bonheur ? L’ingrat qui le prétend, qu’il s’éloigne, qu’il fuie, Qu’il aille loin du Tibre ensevelir sa vie,
Et malheureux partout, chassé de l’univers,
A des monstres errants disputer les déserts51 !

23À Marcie, qui épouse et mère, argumente pourtant en faveur des charmes de la vie familiale, plus importants à ses yeux qu’une chimérique liberté, il répond, avec une sorte de fureur :

  • 52 Régulus, acte II, scène 9.

Sois Romaine52.

24Cette dernière réplique de Régulus a été ressentie comme touchant au sublime, au même titre que le fameux « Qu’il mourût » du vieil Horace, auquel les journaux du temps l’ont comparé à plusieurs reprises. C’est l’exact contrepoint du risible « Je suis Romaine » de Pertinax : le mot résume ici à lui seul les valeurs de courage, de constance, d’amour de la patrie que l’on associe à la Rome tragique, capable de susciter l’admiration.

  • 53 Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire des lettres en France, depuis 1762 jusqu’à no (...)
  • 54 Ibid. La première version, fait remarquer Jean-Noël Pascal, montre un Régulus plus distant, comme e (...)
  • 55 Pierre Peyronnet, La Mise en scène au XVIIIe siècle, Paris, Nizet, 1774, p. 105.
  • 56 L’expression est de Voltaire (préface de Sémiramis).
  • 57 Desnoiresterres cite une lettre de Dorat au semainier de la Comédie-Française, datée du 31 mai 1773 (...)

25Cette réplique montre aussi l’impossible conciliation entre honneur et bonheur : rien ne pourra convaincre Régulus, que Bachaumont définit comme « un de ces caractères raides, difficiles à ployer au théâtre », qui ne produisent qu’une « admiration très grande d’abord, mais stérile et froide53 ». Pourtant, Dorat prend soin d’humaniser le personnage, mettant en avant les « combats et déchirements de l’âme », en particulier lorsque son jeune fils tente de le retenir au troisième et dernier acte : Régulus ne se résout à la séparation qu’« après avoir serré son fils longuement dans ses bras54 ». Le dramaturge, toutefois, ne se complaît pas dans le pathos, et renforce la grandeur des adieux de Régulus par des effets spectaculaires. La scène finale est tout en démesure : au milieu d’un décor représentant une vue panoramique de Rome, un vaisseau carthaginois de vingt-trois pieds de long et de vingt pieds de haut fait son apparition, tandis que trois cent vingt figurants escortent le général romain55. On a du mal à se représenter l’ampleur d’un tel spectacle, d’un tel déploiement de moyens, qui frappe assurément « l’âme et les yeux à la fois56 » et offre un tableau sublime, initiant l’une des tendances les plus marquantes de cette fin du XVIIIe siècle, le développement de la mise en scène57. Le départ de la flotte carthaginoise est une mise en tableau extrême, Dorat ni les comédiens n’ayant reculé devant l’outrance. L’histoire romaine est ici au service d’un grand et noble spectacle, plaisant pour les yeux comme pour l’esprit.

26Rome est donc tout à la fois décor, fondement de l’intrigue, et patrie pour laquelle il est grand de se sacrifier. La ferveur républicaine, l’enthousiasme patriotique de Régulus se résument en ces termes :

Rome est tout pour moi,

  • 58 Lucien Arnault, Régulus, tragédie en trois actes et en vers, représentée pour la première fois le 5 (...)

haussant le statut de l’État à celui de force tragique à part entière. Le patriotisme, ici, s’ajoute aux ressorts plus conventionnels, et se révèle plus fort que les liens familiaux ou amoureux. Il en reste néanmoins plus spectaculaire qu’imitable : il ne s’agit pas encore, en 1773, de donner des leçons de dévouement à la patrie, comme le voudra plus tard la Révolution, qui y a vu les germes d’un patriotisme plus combatif. On retrouve en effet Spartacus et Régulus parmi la liste des « spectacles gratuits donnés de par et pour le peuple ». À ce titre, les deux pièces furent représentées aux Délassements Comiques en 1791, dans le cadre du plan d’éducation populaire mis au point par les députés de la Constituante : les spectacles se voient chargés d’épurer les mœurs, de donner des leçons de civisme, de devenir des écoles de vertu et de patriotisme. Celui‑ci, autrefois lié à une réflexion sur un mode de gouvernement fondé sur la vertu, considéré comme amour de la patrie allié au désir de faire le bonheur des hommes dans la société, est désormais subordonné à l’instruction civique, pris dans les rets d’une propagande qui ne manque jamais de force, mais parfois de subtilité. Le patriotisme de Spartacus et Régulus n’était pas si virulent à l’époque de leur création que la Révolution a voulu le croire, mais les pièces se prêtent à de multiples lectures, quel que soit le pouvoir en place. Ainsi, sous la Restauration, il a été question de reprendre Régulus, en 1822 : l’Odéon, qui voulait rivaliser avec le Régulus58 de Lucien Arnault, en a cependant été empêché par la censure. À cette époque, Régulus parti retrouver son cachot faisait allusion à Napoléon envoyé à Sainte-Hélène, et le pouvoir royal ne pouvait décemment pas lui laisser dire à son fils :

  • 59 Dorat, Régulus, acte III, sc. 4 et dernière.

Que ne puis-je dans toi, formant mon successeur,
Laisser à mon pays un nouveau défenseur !
Ne me reproche pas un départ nécessaire :
Un jour ta fermeté justifiera ton père.
Ô mon fils, mon cher fils, au lieu de t’affliger,
Que ton bras, jeune encore, apprenne à me venger59 !

cela au moment où le duc de Reichstadt était senti comme une menace pour le pouvoir monarchique français. La pièce de Dorat n’est donc pas reparue sur scène.

27Le jeu des allusions, si fréquent au théâtre, autorise donc plusieurs lectures, plusieurs interprétations, plusieurs recontextualisations du patriotisme à la romaine. La réflexion sur des modèles de vertus, sur l’intérêt de l’État, sur le civisme peut être comprise comme l’appui d’une dramaturgie, mais aussi comme une école du spectateur, comme un instrument de propagande, comme le moyen d’une contestation politique, parfois très loin des ambitions de l’auteur. Parce qu’il est susceptible de se plier aux idées du temps tout en proposant un débat politique théorique, parce qu’il reflète les enjeux et les espoirs d’une époque, le patriotisme qui se met en scène dans les tragédies romaines a assurément contribué à assurer la vitalité du genre pendant plus d’un siècle.

Haut de page

Notes

1 Antoine-Vincent Arnault, Pertinax ou les Prétoriens, tragédie en cinq actes et en vers, représentée pour la première fois le 27 mai 1829 sur le Théâtre‑Français. La pièce n’a eu que deux représentations, et l’auteur n’a pas souhaité la faire imprimer. Il en existe cependant un manuscrit, conservé aux Archives Nationales.

2 Armand de Pontmartin, Mes Mémoires, Paris, Calmann-Lévy, 1885, tome I, p. 163-173.

3 Courrier des Théâtres, article de Charles Maurice, 29 mai 1829.

4 Voir : Catherine Bec, La tragédie à sujet romain, du Brutus de Voltaire à la Lucrèce de Ponsard, thèse de doctorat en littérature française, sous la direction de M. le professeur Jean-Noël Pascal, soutenue le 19 décembre 2007 à Toulouse.

5 Le relevé suivant a été établi à partir des catalogues de la BNF, de ceux de la Comédie-Française (dépouillés par A. Joannidès, La Comédie-Française de 1680 à 1900, dictionnaire général des pièces et des auteurs, 1901, rééd. New York, Burt Franklin, 1971), de ceux des Bibliothèques dramatiques (Soleinne, Pont de Veyle, Taylor, Pixérécourt), et de l’ouvrage de Clarence D. Brenner, A bibliographical list of plays in French language, 1700-1789, Berkeley, University of California Press, 1947. Il est cependant possible que des pièces non publiées, représentées en province ou en société nous aient échappé.

6 Bernard-Joseph Saurin, Spartacus, tragédie en cinq actes et en vers, Paris, Prault petit-fils, 1760. Nombreuses rééditions jusque vers le milieu du XIXe siècle. La pièce figure dans le Répertoire du théâtre français (Théâtre du second ordre, Tragédies, tome V, Paris, Vve Dabo, 1822.)

7 Michel Paul Guy de Chabanon, Éponine, tragédie en cinq actes et en vers, Œuvres de Théâtre et autres poésies, 1788, Paris, Prault et Pissot, in-8˚[L’auteur transforma sa pièce en tragédie lyrique : Sabinus, en 4 actes, par M. de Chabanon, musique de Gossec, représentée à la Cour en 1773 ; Paris, Ballard, 1773. La pièce est parfois attribuée par erreur à Henri Richer.]

8 Mme Elizabeth Guibert, Les Triumvirs, publ. dans Poésies et œuvres diverses, Amsterdam, s.n. éd, 1764.

9 Voltaire, Octave et le jeune Pompée, ou le Triumvirat, tragédie en cinq actes et en vers, Amsterdam et Paris, Lacombe, 1767.

10 Pierre-Louis-Paul Randon de Boisset, Lucrèce, tragédie en 3 actes en prose, Londres et Paris, Dufour, 1765, in-8˚.

11 Michel Paul Guy de Chabanon, Virginie, Paris, Vve Duchesne, 1767, in-8˚

12 Louis-Sébastien Mercier, Virginie, tragédie en cinq actes et en vers, Rennes, s.n., et Paris, Vve Duchesne, 1767. in-8˚

13 Henri Panckoucke, La Mort de Caton, tragédie en 3 actes et en vers, par M. de Voltaire, sans nom d’auteur, Paris, Panckoucke, 1767. [La pièce fut imprimée avec le nom de Voltaire, qui prit fort mal cette plaisanterie.]

14 Lavalette, dit Grevé Biennourry, Annibal à Capoue ou les Campéniens, Le théâtre à la mode, Bordeaux, Labottière, 1767.

15 Jean-Gaspard Dubois-Fontanelle, Éricie ou la vestale, drame en trois actes et en vers, Londres ; Paris, chez les libraires qui vendent les nouveautés, 1768, in-8˚. [La pièce avait été reçue par les Comédiens-Français en mars 1768, mais interdite par la censure. On notera qu’elle porte le nom de drame en 1768, de tragédie en 1799.]

16 Jean-Grégoire Bauvin, Arminius ou les Chérusques, tragédie en cinq actes et en vers, Amsterdam et Paris, Delalain 1769.

17 Claude-Joseph Dorat, Régulus, tragédie en trois actes et en vers, précédée d’une Lettre au solitaire du Guélaguet, Paris, S. Jorry, 1765. Toutes nos références renvoient à l’édition de Jean-Noël Pascal, Les deux Régulus de Dorat, Perpignan, PUP, 1996.

18 Comte Jacques Antoine Hippolyte de Guibert, Les Gracches, tragédie en trois actes et en vers, in Œuvres dramatiques de Guibert, publiées par sa veuve sur les manuscrits et d’après les corrections de l’auteur, Paris, Persan, 1822.

19 Jean-Baptiste Lacoste, Cléopâtre, tragédie en cinq actes et en vers, par M L***, s.n., Paris 1774, in-12.

20 Gudin de la Brenellerie, Caïus Marcius Coriolan ou le danger d’offenser un grand homme, tragédie en cinq actes et en vers, Paris, Ruault 1776, 64 p. in-8˚.

21 M. Balze, Coriolan, tragédie en cinq actes et en vers, Paris, Prault fils, 1776.

22 C.A. Devineau du Rouvroy, Brutus, tragédie en trois actes et en vers, par M. D*** [C.A. Devineau de Rouvroy], Paris, Cailleau, 1776, in-8˚.

23 Louis-Robert Parfait Duruflé, Coriolan, tragédie en cinq actes, en vers, non imprimée. [Brenner 6031 ; représenté en société.]

24 A. Carrière Doisin, dit Croisier, Virginie et le décemvirat, publ. dans Mes récréations, ou mélange de pièces fugitives en vers, Paris, Hardouin, 1777, in-8˚

25 François Tronchin, Coriolan, publ. dans Mes récréations dramatiques, Genève, J.P. Bonnant, 1779-85, 5 vol. in-8˚, t.V.

26 Ibid.

27 Ibid. Térentia, en prose, restée sous forme de plan, est parfois faussement attribuée à Diderot car elle a été retrouvée dans les papiers du philosophes après sa mort : Tronchin la lui aurait confiée pour avoir son avis.

28 L’expression est de Dorat, Lettre au solitaire du Guélaguet, préface de Régulus.

29 Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres. Paris, Panckoucke, 1751-1780, 35 vol in fol˚, t. XII, 1765.

30 Cf. Mercure de France, septembre 1760, p 136 : le rédacteur compare Saurin à Corneille et Voltaire. Il a, affirme-t-il, retrouvé l’allure et le style des grandes tragédies politiques du siècle précédent.

31 L’expression, fréquente et banale, apparaît dans la préface du Spartacus de Saurin.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Il était particulièrement proche d’Hélvétius, de Saint-Lambert, de Montesquieu, de Turgot, mais également de Voltaire, la correspondance de celui-ci en témoigne. C’est aussi une figure habituée des cafés et salons où l’on débattait.

36 Montesquieu, Mes Pensées, dans Œuvres complètes, Paris, Seuil, coll. L’Intégrale, 1964, p 1047. On trouve les mêmes réflexions chez Voltaire : « Aucun législateur de l’antiquité n’a tenté d’abroger la servitude ; au contraire, les peuples les plus enthousiastes de la liberté, les Athéniens, les Lacédémoniens, les Romains, les Carthaginois, furent ceux qui portèrent les lois les plus dures contre les serfs. Le droit de vie et de mort sur eux était un des principes de la société. Il faut avouer que, de toutes les guerres, celle de Spartacus est la plus juste, et peut-être la seule juste. » (Dictionnaire philosophique, comprenant les 118 articles parus sous ce titre du vivant de Voltaire avec leurs suppléments parus dans les Questions sur l’Encyclopédie, Paris, Garnier frères, 1987, article Esclaves.)

37 Saurin, Spartacus, acte III, scène 4.

38 Saurin, préface de Spartacus.

39 Saurin, Spartacus, acte V, scène 5.

40 Spartacus, acte I, scène 2.

41 L’Année littéraire, 1760, tome IV, Lettre VII, p. 163

42 Grimm reproche à Saurin « la dureté du style, […] la pauvreté d’images, la stérilité d’idées, quelques grandes pensées en mauvaises expressions, et puis sans cesse des maximes » (Correspondance littéraire, philosophique et critique, Paris, Garnier, 1877 ; mars 1760, tome IV, p. 194)

43 Le péché est parfois véniel : le dramaturge a fait de Spartacus un fils de roi et non un simple berger ou fils d’esclave ce qu’il justifie par la nécessaire vraisemblance du caractère de son grand homme. Plus discutable est la manière dont il a « défiguré le caractère des Romains », les avilissant, eux et leur chef Crassus, pour mieux mettre en lumière la valeur de Spartacus. On a trouvé indigne que Crassus propose à l’esclave révolté des conditions de paix humiliantes pour Rome, voire une place au sénat, ce qui était en contradiction totale avec les mœurs romaines, leur fierté face à l’ennemi et leur vif mépris pour les gladiateurs.

44 « Quel tissu d’absurdités et d’extravagances ! Spartacus occupé de je ne sais quelle passion le jour qui doit décider sa querelle avec les maîtres du monde ! Parlant à ses chefs d’armée d’amour quand il s’agit de combattre ! Et l’objet de cet amour se trouve être la fille du consul de Rome ! […] Que penser du génie d’un poète qui ose imaginer ou supposer [cela] ? » Émilie, cependant, est un beau personnage féminin, qui assure l’exposition de façon magistrale et participe pleinement à l’action.

45 Jean-Pierre Perchellet fournit des chiffres précis : 1083 spectateurs pour la première, puis 972, 1004, 804, 960 et 652 pour la première saison ; reprise jusqu’en 1818, la pièce a toujours attiré de 700 à 1000 spectateurs. À titre d’exemple, La Mort de César de Voltaire n’a attiré qu’environ 550 spectateurs par représentation pendant sa première saison (7 représentations), et autour de 800 pour les reprises entre 1760 et 1764. (Jean-Pierre Perchellet, L’Héritage des classiques : la tragédie à la Comédie-Française de 1680 à 1814. Thèse de doctorat, Université de Paris III, 1998, t. II, p. 224.)

46 Saurin figure parmi les poètes du second ordre, dans le Répertoire général du Théâtre Français, et apparaît dans les recueils du type « Chefs d’œuvres tragiques ». En outre, la pièce est fréquemment rééditée jusqu’au milieu du XIXe siècle.

47 Le personnage n’a cependant pas de postérité à la scène : le sujet est-il trop subversif ? À l’exception d’un obscur Spartacus de 1783, signé G. d’Ab ; d’une tragédie refusée par la Comédie-Française, de Beuzeville, finalement jouée à Rouen en 1843 ; d’un plan construit par Eugène Hugo dans sa jeunesse, et d’un drame représenté à l’Odéon en 1847, par Magen, chef‑d’œuvre de confusion, de bêtise et d’invraisemblance, le gladiateur n’apparaît plus avant la seconde moitié du XXe siècle !

48 Dorat, Lettre au solitaire du Guélaguet, p. 46. Régulus, dont une première version avait été écrite et publiée en 1765, est représenté le 31 juillet 1773 pour la première fois.

49 Dorat, Lettre au solitaire du Guélaguet, p. 47.

50 Dorat, Régulus, acte I, scène 5.

51 Dorat, Régulus, acte II, scène 9.

52 Régulus, acte II, scène 9.

53 Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à l’histoire des lettres en France, depuis 1762 jusqu’à nos jours ; ou Journal d’un observateur, Londres, chez John Adamsohn, 1784, 16 vol. in-12, août 1773, p 197.

54 Ibid. La première version, fait remarquer Jean-Noël Pascal, montre un Régulus plus distant, comme en témoigne la didascalie interne : « Vous ne m’écoutez pas,/Mon père ; vous m’avez repoussé de vos bras » (éd. 1765, acte III, scène 3)

55 Pierre Peyronnet, La Mise en scène au XVIIIe siècle, Paris, Nizet, 1774, p. 105.

56 L’expression est de Voltaire (préface de Sémiramis).

57 Desnoiresterres cite une lettre de Dorat au semainier de la Comédie-Française, datée du 31 mai 1773, soit deux mois avant la première représentation, qui atteste d’échanges entre Dorat et Brunetti au sujet de la construction du décor (Gustave Desnoiresterres, Le Chevalier Dorat et les poètes légers, Paris, Perrin, 1887, p. 196.). On connaît en outre son poème en quatre chants, La Déclamation théâtrale (Paris, S. Jorry, 1767), preuve de son vif intérêt pour les arts de la scène.

58 Lucien Arnault, Régulus, tragédie en trois actes et en vers, représentée pour la première fois le 5 juin 1822 au Théâtre-Français, Paris, Ponthieu, 1822, in-8˚.

59 Dorat, Régulus, acte III, sc. 4 et dernière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Bec, « Le patriotisme à la romaine dans les tragédies des années 1760‑1780 »Littératures, 62 | 2010, 59-72.

Référence électronique

Catherine Bec, « Le patriotisme à la romaine dans les tragédies des années 1760‑1780 »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/883 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.883

Haut de page

Auteur

Catherine Bec

Catherine Bec, professeur agrégé de l’enseignement secondaire, a soutenu en 2007 à Toulouse une thèse de doctorat sur Les Tragédies à sujet romain, du Brutus de Voltaire (1730) à la Lucrèce (1742) de Ponsard.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search