Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Comptes rendusRencontres autour de Joseph de Ma...

Comptes rendus

Rencontres autour de Joseph de Maistre

Documents d’histoire savoyarde, volume III, Académie chablaisienne et Université de Savoie, 2010, 182 p.
Louise Durieux
p. 208-209
Référence(s) :

Rencontres autour de Joseph de Maistre, Documents d’histoire savoyarde, volume III, Académie chablaisienne et Université de Savoie, 2010, 182 p.

Texte intégral

1À l’initiative conjointe de l’écrivain Valère Novarina, de l’Académie chablaisienne et du Centre d’Études maistriennes de l’Université de Savoie, plusieurs conférences ont réuni en septembre 2006, à Thonon‑les‑Bains, des spécialistes de l’œuvre de Joseph de Maistre, en la présence de son descendant le comte Jacques de Maistre. De ces échanges, un ouvrage est né, qui explore les différentes facettes d’une pensée, riche en paradoxes et en nuances, souvent gauchie et mal comprise, et pourtant bien plus complexe qu’il n’y paraît, dans son actualité. La variété des interventions et leur densité permettront au lecteur averti d’appréhender de façon aiguë l’univers maistrien.

2Une première étude biographique retrace les étapes décisives d’une vie agitée, de la Savoie à l’exil en Russie, ce qui permet de mieux comprendre la genèse des œuvres de Maistre et les intentions originelles de l’auteur, notamment le choix de l’anonymat et la stratégie du discours adressé, en forme de monition, à un souverain – Alexandre Ier – dont il voudrait être le mentor (Jean‑Louis Darcel). Cet éclairage initial sur une existence riche de défis et de revers surmontés permet d’accéder plus facilement aux différents aspects idéologiques de l’œuvre, aspects multiples mais indissociables. Tout d’abord, la question politique brûlante des liens entre Maistre et les doctrines totalitaires : une étude tente de saisir les conditions sociales et intellectuelles qui, dans la réception de Maistre, ont permis un tel rapprochement (Jean Zaganiaris). Ensuite, la question théologique du péché originel, qui amène l’un des participants à chercher dans l’hypothèse d’une influence de l’augustinisme et d’une défiance profonde à l’égard de la philosophie moderne l’origine du pessimisme maistrien (Jérôme Alexandre).

3Toutes ces réflexions déjouent les malentendus et vont au cœur d’une démarche intellectuelle qui s’emploie à dévoiler la part cachée de l’idéologique et qui, comme le montre une autre étude, est toujours prête à courir le risque de penser à contre-courant (Michel Kohlhauer). Audacieux et actuel dans sa démarche, Maistre l’est encore en ne raisonnant pas seulement comme un croyant, mais comme un homme de science : l’un des participants s’interroge ainsi sur la nature anthropologique de la réflexion dans un ouvrage comme les Soirées de Saint‑Pétersbourg (Jean Dérive).

4Enfin, l’œuvre de Maistre ne peut se penser hors d’un langage qui lui est propre, un langage sémaphore, qui parle de lui-même et dont la valeur ne peut être trouvée que dans son origine et son essence : Dieu (Philippe Barthelet). Imprégné de la logique rhétorique des sciences juridiques étudiées à Turin, le verbe maistrien en gardera toujours la rigueur formelle et la précision conceptuelle qui lui permettront de contrarier, mais aussi, de cette manière, d’accroître l’élan inné et la virtuosité de sa plume (Bruno Berthier). Ce paradoxe fait de Maistre un acharné philosophe du langage, un écrivain qui pense avec des mots qui s’incarnent, vivent, respirent, et non pas avec des formes fixes ou une mécanique de concepts, paradoxe qui est peut-être ce point où se rencontrent à nouveau, non plus divisées mais unies, la mystique et la théologie (Valère Novarina).

5L’œuvre de Maistre constitue, pour celui qui veut bien s’y plonger, un précieux laboratoire critique. Elle nous fait découvrir une pensée paradoxale parfois, certes, mais toujours ouverte au débat, et qui contrarie la pensée unique. Bref une pensée libre qui, selon Valère Novarina, « scandalise comme un alcool bienfaisant ». Ces rencontres ont donc l’avantage, par la diversité des lectures proposées et leur caractère synthétique, d’ouvrir au lecteur de plus vastes perspectives, sans prétendre à l’exhaustivité : elles sont une incitation à découvrir Maistre avec un regard nouveau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Durieux, « Rencontres autour de Joseph de Maistre »Littératures, 62 | 2010, 208-209.

Référence électronique

Louise Durieux, « Rencontres autour de Joseph de Maistre »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/996 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.996

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search