Navigation – Plan du site

13 | 2018
Pratiques et enjeux scientifiques, intellectuels et politiques de la traduction (vers 1660-vers 1840)

Volume 2 – Les enjeux scientifiques des traductions entre Lumières et Empire
Sous la direction de Patrice Bret et Jean-Luc Chappey

Les sciences et les techniques ont particulièrement participé et bénéficié des renouvellements historiographiques dont la question des traductions a été l’objet, comme il a été dit dans l’introduction générale des actes du colloque « Pratiques et enjeux scientifiques, intellectuels et politiques de la traduction (vers 1660-vers 1840) » (voir le numéro précédent de la revue, 12|2017). Jusqu’alors, hormis les retraductions de la science grecque en latin à partir de l’arabe au Moyen Âge, puis dans les langues vernaculaires à partir du latin ou du grec à la Renaissance, ou les traductions de quelques grands textes emblématiques de la « révolution scientifique » moderne, cette question avait été négligée par les historiens des sciences et des techniques, tandis que les traductologues se tenaient à l’écart de spécialités apparemment trop complexes ou rébarbatives. Depuis deux décennies surtout, grâce à la question plus large des transferts culturels signalée plus haut, celles des langues savantes, de la translation et de l’adaptation de textes scientifiques d’un espace linguistique à un autre se sont posées, assez naturellement pour les espaces culturellement les plus éloignés, puis au sein même de la mosaïque linguistique européenne et de ses prolongements coloniaux non négligeables.