Navigation – Plan du site
Varias

La science des races : la Société Ethnologique de Paris et le tournant colonial (1839-1848)

Thomas Bernon

Résumés

Cet article porte sur le rôle de la Société Ethnologique de Paris, fondée en 1839, dans le processus d’institutionnalisation de la race. Il éclaire l’influence des milieux politiques et économiques coloniaux, ainsi que d’un réseau de saint-simoniens dans la construction de la race comme catégorie scientifique qui, d’une part, prend une place importante dans la discussion parlementaire sur l’abolition de l’esclavage et, d’autre part, alimente l’argumentaire de nouveaux projets de colonisation. La pensée raciale et son rôle dans la modernité européenne sont analysés à travers les discussions menées lors des séances de la Société, mais aussi à la Chambre des députés. Ces discussions articulent projet colonial de première génération, fondé sur la traite et la plantation esclavagiste, et colonisation de deuxième génération, reposant sur l’annexion territoriale de l’Afrique et de l’Asie associée à de nouvelles formes de travail contraint. La race dite scientifique, dès ses débuts, est une notion singulièrement politique.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Aurélia Michel pour ses nombreux conseils et corrections.

  • 1 Frédéric Régent, « Préjugé de couleur, esclavage et citoyennetés dans les colonies françaises (1789 (...)
  • 2 Ainsi, M. de Cools, délégué à la Martinique, à la question du président sur les « capacités de la r (...)
  • 3 Alexis de Tocqueville, Rapport de la commission relative à l’abolition de l’esclavage, séance du 23 (...)

1La question de l’abolition de l’esclavage stimule sans aucun doute, depuis la fin du 18e siècle, les discussions scientifiques qui animent les milieux savants. Au moment de la première abolition, celles-ci s’étaient intéressées à l’existence d’une rupture en humanité entre les noirs et les blancs, reflétant l’enjeu politique de l’accès à la citoyenneté pour les libres de couleur1. En 1839, trente-sept ans après le rétablissement de l’esclavage par Napoléon, la discussion parlementaire sur les conditions l’abolition se poursuit en France sans grandes avancées. La monarchie de Juillet n’a que mollement entrepris de revenir sur une institution qui continue à organiser les productions coloniales, aux Antilles et à Bourbon. Pourtant, et d’autant plus à partir de 1838, lorsque l’abolition anglaise entre en application dans les îles à sucre britanniques, l’abolition apparaît comme une décision raisonnable et surtout, inexorable. Devant cette perspective, le lobby des planteurs à la Chambre continue de peser sur l’avancée du processus législatif, et crispe les débats autour de deux points de tension : l’indemnisation des planteurs pour la perte de leur propriété et le soutien de l’État pour assurer la continuité du travail des affranchis, autrement dit la contrainte. Une nouvelle commission parlementaire pour l’abolition de l’esclavage, dont le rapporteur est Alexis de Tocqueville, livre ses conclusions en juillet 1839 et pose alors le débat en des termes qui n’évolueront plus jusqu’à la commission de mars 1848 et l’abolition définitive. L’audition des délégués coloniaux en 1839, tous propriétaires de plantations, montre que cette question est jugée, depuis les colonies au moins, à partir de caractères physiologiques attribués à la race nègre2. Dans son rapport, Tocqueville chasse d’un revers les « fausses et odieuses doctrines » professées par les colons, qui veulent faire croire que « l’esclavage des nègres avait ses fondements et sa justification dans la nature elle-même », et s’en réfère au contraire à la science qui indique que « la culture à l'aide des nègres affranchis peut devenir plus facile, plus productive et moins onéreuse que la culture à l'aide des noirs esclaves »3.

  • 4 Claude Blanckaert, « 1800 – Le moment « naturaliste » des sciences de l’homme, Abstract », Revue d’ (...)
  • 5 Claude Blanckaert, « J.-J. Virey, observateur de l’homme (1800-1825) », in Bénichou et Blanckaert ( (...)
  • 6 ESL, en réalité une évolution inspirée par Edwards de l’Aborigenes Protection Society.
  • 7 Blanckaert, De la race à l’évolution. Paul Broca et l’anthropologie française, 1850-1900, Paris, L’ (...)
  • 8 Voir notamment Claude Blanckaert, « Fondements disciplinaires de l’anthropologie française au XIXe (...)
  • 9 Sandrine Lemaire, « Gustave d’Eichthal, ou les ambiguïtés d’une ethnologie saint-simonienne : du ra (...)
  • 10 Carole Reynaud-Paligot, « Construction et circulation de la notion de “race” au cours du XIXème siè (...)

2Comme le montrent de nombreux travaux4, la séquence de la première abolition de l’esclavage de 1794 à 1802 est essentielle dans les différentes formulations d’une inégalité naturelle à travers la notion de race5. Cinquante ans plus tard et au long des neuf années entre le rapport Tocqueville et la commission d’abolition de 1848, c’est désormais la question du maintien du travail dans les plantations, plus que celle de l’humanité des nègres ou de leur animalité, qui est en jeu. Elle prend la forme d’une spéculation sur la capacité des noirs à travailler sous le régime de la liberté. Elle détermine les négociations que les planteurs engagent avec le gouvernement sur les moyens que l’État mettra à leur disposition : législation, police, financement et subsides à l’importation de main d’œuvre. Or, ces neuf années sont précisément celles qui correspondent à l’activité de la Société d’Ethnologie de Paris (SEP), créée en 1839 par William Frederick Edwards, le fils d’un planteur jamaïcain, qui se donne pour objectif de constituer la « Science des races ». Dix ans auparavant, Edwards avait, dans une lettre à Amédée Thierry, introduit pour la première fois l’hypothèse de caractères physiologiques à la destinée historique des races, telle que la concevaient alors les historiens romantiques. Avec la SEP, mais aussi à Londres en intervenant sur la formation en 1842 de l’Ethnological London Society6, il cherche à constituer un cercle pour rassembler un ensemble de savoirs – ceux du linguiste, de l’historien, du naturaliste et du médecin – où pourraient s’élaborer des hypothèses pour une connaissance complète de l’homme et alors faire la démonstration empirique de la dynamique historique des peuples. La courte histoire de la SEP est donc importante à deux titres : elle est reconnue pour être une étape de l’élaboration d’une science de l’homme en France, précédant la Société d’Anthropologie fondée par Broca en 18587, étape qui installe ouvertement et de manière volontariste l’existence des races comme l’hypothèse scientifique principale de la connaissance de l’homme. En outre, sa grande porosité avec les débats contemporains sur l’abolition à la Chambre en fait aussi, à l’inverse, le lieu où le discours savant institutionnalise l’hypothèse raciale telle qu’elle se dégage du débat politique. La connaissance des races, objet de la SEP, devient alors une manière de poser la question du travail des nègres libres. Ainsi, bien au-delà d’une chronologie commune, il s’agira de montrer dans cet article comment ces deux processus, la négociation des planteurs avec le gouvernement français et l’élaboration scientifique de la race, sont concrètement articulés. À l’instar des travaux menés depuis de nombreuses années par C. Blanckaert, et plus récemment par C.-O. Doron, il s’agit de considérer la genèse de la théorie raciale comme une trajectoire du politique8. Il s’agira ici de mettre en évidence les relations entre la race scientifique et le projet colonial. S’il faut affirmer, avec certains auteurs, que les classifications raciales ont été strictement conçues « dans le but de justifier un rapport de domination9 », interprétation qui prend son sens pour la période suivante, lorsque les sociétés savantes sont auxiliaires à la conquête européenne10, ce raisonnement ne peut être tenu de la même façon pour cette période.

  • 11 Jan E. Goldstein, « Toward an Empirical History of Moral Thinking: The Case of Racial Theory in Mid (...)
  • 12 Voir Martin S. Staum, Labeling People: French Scholars on Society, Race, and Empire, 1815-1848, Mon (...)

3Une approche « pragmatique » des savoirs11 dans le contexte de l’abolition à la fin de la monarchie de Juillet permet en effet de montrer que la race a été installée comme un axiome au sein d’un milieu social bien déterminé par une élite économique dynamique aux intérêts coloniaux différents de ceux de l’ancienne génération issue de la plantation atlantique. Plus encore, nous prétendons montrer à travers cet épisode que la notion de race n’est pas tant à considérer dans sa trajectoire scientifique que dans son utilisation comme instrument de gouvernement, dont l’élaboration accompagne un changement de paradigme de l’économie de traite à la colonisation et que la construction institutionnelle du discours savant a permis d’installer comme tel12. Ainsi, dans cet article, nous nous intéresserons moins aux contenus scientifiques développés par tel ou tel membre de la société qu’à la SEP considérée comme un cercle, le lieu d’une sociabilité particulière qu’il nous faudra analyser et qui pourra expliquer à la fois la convergence qui peu à peu établit la race comme un préalable et l’interaction avec la discussion parlementaire qui se tient au même moment.

  • 13 Les archives de la SEP sont une sous-section du fonds de la Société Anthropologique de Paris, numér (...)

4Les activités de la Société d’Ethnologie de Paris sont l’occasion d’observer ce processus, dès lors qu’elles sont analysées non pas comme la somme de trajectoires individuelles, mais comme une sociabilité spécifique et une synergie d’acteurs dans leur relation avec les pouvoirs économiques et politiques de la monarchie de Juillet. Principalement à partir des archives de la SEP13, nous souhaitons ici reconstituer un épisode essentiel de la formation du paradigme racial. Nous décrirons d’abord la Société dans sa première période, edwardsienne, et comment l’hypothèse raciale y est peu à peu orientée, par la composition de ses membres et ses méthodes de recherche, vers la question coloniale. Puis, dans un deuxième temps nous montrerons le resserrement des activités scientifiques autour de nouveaux enjeux auxquelles prennent part d’autres élites sous l’influence croissante de Gustave d’Eichthal et des saint-simoniens. Nous verrons enfin comment, entre 1846 et 1847, le débat sur l’abolition à la Chambre investit largement la question des races à la SEP et comment s’y forment les bases idéologiques d’un nouveau projet colonial, celui de la mission de civilisation.

Comment se fait la science de l’homme (1838-1844)

  • 14 Staum, Labeling People…, op. cit., p. 131.
  • 15 Mémoires de la Société ethnologique de Paris (MSEP), séance du 29 mai 1840, vol. 1, BnF, p. 33.
  • 16 MSEP, séance du 27 août 1841, vol. 1, 50.

5Comme les nombreuses sociétés savantes françaises ou anglaises qui voient le jour à cette période de nouvelles conquêtes et d’abolition de la traite, la SEP est fortement articulée autour de la question coloniale et de la manière dont cette question se restructure en Angleterre après l’abolition de 1833. Elle s’inspire en effet de l’Aborigines Protection Society (APS), fondée à Londres en 183714 et qui donnera naissance à son tour en 1842, selon le modèle de la SEP, à l’Ethnological Society of London, selon l’idée que le meilleur moyen d'aider et « protéger » les sujets coloniaux était de les étudier. En 1839, William F. Edwards, médecin de formation et issu d’une famille de planteurs de la Jamaïque, attire autour de lui une quinzaine de membres fondateurs venus d'horizons différents, tels que son demi-frère le biologiste Milne-Edwards et l'historien Jules Michelet. Au cours de sa dizaine d'années d’activité, la société savante accueille jusqu'à trois cents membres. En fondant la « Science des Races », Edwards veut se donner les moyens de la démonstration d’une intuition qu’il travaille depuis des années, à savoir la mise en évidence de la race dans ses caractères physiologiques. Cette ambition se traduit dans la politique de recrutement des membres. À sa fondation, la SEP rassemble sept géographes, sept naturalistes ou zoologistes, six médecins, six historiens, cinq voyageurs (dont Alcide d’Orbigny et Eugène de Froberville), mais aussi cinq hommes politiques et trois hommes de lettres. En 1840, Auguste Le Duc, planteur dans l'océan Indien, devient le premier membre issu du monde colonial15. Dumoutier, médecin anatomiste, adhère en août de la même année16. Membre actif, influencé par la phrénologie, il participe aux voyages de Dumont d'Urville en Océanie et au pôle Sud, desquels il rapporte des moulages et des crânes qu'il présente régulièrement devant la Société. Assez rapidement, dès 1841, la composition socioprofessionnelle de la SEP s’enrichit de recrues issues non seulement du monde colonial (militaires, diplomates, médecins coloniaux, voyageurs), mais aussi du monde financier et économique, en particulier sous l’influence de Gustave d’Eichthal, qui fait entrer son frère banquier Adolphe en 1843, puis son beau-père Édouard Rodrigues en 1844.

Caractéristiques sociologiques des membres

  • 17 André-Jean Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849) : étude historique d’une psychologie s (...)
  • 18 Mémoires et Bulletins de la Société Ethnologique de Paris.
  • 19 Partant du constat que certaines notices biographiques mentionnent des grades de la Légion d'honneu (...)

6De manière générale, on peut dresser un tableau sociologique qui donne une bonne image de la « France des notables » promue par la monarchie de Juillet17. En dehors des personnages connus qui ont suscité des notices biographiques et sur lesquels nous reviendrons, des éléments mentionnés par les archives18 nous permettent de qualifier les membres plus anonymes19. Certains cas révèlent des liens d'amitié professionnelle entre membres de la SEP. Ainsi, Adolphe Moreau, banquier et agent de change, a été recommandé et introduit à la Légion par son collègue financier Édouard Rodrigues, lui aussi chevalier de la Légion d’honneur.

  • 20 Liste des membres de la Société ethnologique, Archives de la Société ethnologique, SAP 97, BC MNHN.
  • 21 Les familles Pereire et Rodrigues sont issues de la communauté juive portugaise sépharade installée (...)

7La situation géographique des membres est également à l’image du développement des élites parisiennes de l’époque. Dans la carte suivante (fig. 1) nous avons reporté les résidences des membres parisiens, qui s’organisent autour de deux foyers. Le quartier de la chaussée d'Antin, d’abord, est connu pour être devenu, dès la fin du xviiie siècle, celui de la grande bourgeoisie et une large partie des adresses des membres de la SEP gravite autour de ce lieu. Les quartiers Notre-Dame de Lorette et Saint-Georges, adjacents à la chaussée d'Antin, sont un succès entrepreneurial éclatant à l'époque. Dans les deux premiers quartiers habitaient quelques-uns des membres les plus éminemment impliqués dans la finance et la spéculation immobilière. Les frères Pereire, promoteurs des chemins de fer et devenus membres en mars 1846, habitaient au 7, rue d'Amsterdam20. Olinde Rodrigues habitait au no 3 de la même rue et son frère Henri logeait cité d'Antin, contigüe à la chaussée d'Antin. Dans la rue Neuve des Mathurins, proche de la Madeleine, habitaient six membres, dont le secrétaire Gustave d’Eichthal, voisin de son beau-père le banquier Édouard Rodrigues – un cousin des Pereire – ainsi qu'Ernest Gouin, ingénieur et également beau-fils de Rodrigues, et Adolphe Moreau, banquier, tous deux introduits à la SEP par Eichthal et Édouard Rodrigues. Adolphe Vieyra, banquier et également marié à une Rodrigues, habitait rue Saint-Georges, dans un quartier également en plein essor. Des liens familiaux, professionnels et même de voisinage liaient donc des membres aux profils similaires, impliqués dans l'essor du Paris de la Restauration21. La carte montre aussi que de nombreux membres de la SEP habitaient dans les quartiers traditionnellement cossus de la Rive gauche, notamment autour du jardin du Luxembourg, et les biologistes autour du Jardin des Plantes.

Fig. 1 : Adresses personnelles des membres de la Société ethnologique de Paris (curseurs rouges)

Échelle non indiquée sur le fond de carte original.
Sources : Plan de Paris comprenant l’enceinte des fortifications, J. Andriveau-Goujon, 1847 ; Liste des membres de la SEP, Archives de la SEP ; Base Léonore de la Légion d’honneur.

  • 22 29 médecins avant 1845, 10 entre 1845 et le début du débat de 1847, 14 entre le débat de 1847 et 18 (...)

8De façon schématique, les zones les plus densément habitées par les membres de la SEP, c’est-à-dire le faubourg Saint-Germain, le Jardin des Plantes et, surtout, la chaussée d’Antin, s’organisent également selon la chronologie du recrutement des membres. On peut considérer que si la participation des membres de l’élite savante qui gravitent autour du Jardin des plantes fut une constante, le recrutement a visé de plus en plus des personnes habitant à la chaussée d’Antin, c’est-à-dire une élite impliquée directement dans les futurs investissements de l’Empire, que ce soient les chemins de fers ou les plantations coloniales. En outre, si on regarde la cohorte du point de vue de leurs professions, la place des médecins dans ce recrutement, toujours importante, a été toutefois relativisée dans les années 184522 par l’arrivée de nombreux savants « coloniaux » ou membres de l’administration coloniale, ainsi que d’hommes politiques, élus ou hauts fonctionnaires.

  • 23 MSEP, séance du Comité central du 12 janvier 1844, vol. 2, p. 48-49.

9Les modalités des recrutements nous donnent également une indication de l’évolution de l’orientation scientifique, politique et professionnelle de la Société. Les membres ordinaires étaient introduits à la Société par un système de cooptation où deux parrains devaient présenter leur nouvelle recrue. Parmi les 163 membres ordinaires, nous avons trace du parrainage de 120 d'entre eux. Sur la totalité des années d'activité de la société savante, les co-parrains les plus actifs ont été Edwards, qui coopta 39 nouveaux membres, Imbert des Mottelettes, secrétaire de la société de sa fondation à 1846, qui en présenta 35, tandis qu’Eichthal avait 34 membres à son actif, Avezac (géographe et ancien président de la Société de Géographie) 30 membres et Santarem 26. Imbert des Mottelettes fit l'essentiel de ses parrainages entre 1840 et fin 1841,puis de façon éparse jusqu'à ce qu'il ne fût plus secrétaire en 1846. Henri Milne-Edwards, frère de William F. Edwards, parraina 12 membres, dont plusieurs collègues zoologistes et médecins, en particulier à partir de 1844, alors qu'il venait d'être élu président de la SEP après le départ de son frère23.

  • 24 MSEP, séance du 25 février 1842, vol. 2

10Assez logiquement, Edwards étant à l'origine de la création de la SEP, il est aussi le co-parrain de la quasi-totalité des nouveaux membres de 1839 à 1841, d'abord en duo avec le vicomte et historien Santarem, qui est vice-président puis président en 1842, après la démission d'Edwards due à sa santé déclinante24. Santarem est lié à la famille royale portugaise, qu'il accompagna en exil au Brésil en 1807, et fut ministre au Portugal avant de s'installer à Paris en 1834. Pour sa part, Eichthal commence à co-parrainer de nouveaux membres en juin 1841, dont plusieurs hommes politiques, notamment son ami d'enfance, le député Victor Lanjuinais. Eichthal a tendance à introduire des personnalités des mondes politique, financier et industriel, et en particulier des membres de sa famille (son propre frère) et par alliance (les Rodrigues). À leur tour, Édouard Rodrigues et Eichthal parrainent ensemble six membres, essentiellement des propriétaires, banquiers, industriels ou ingénieurs issus, selon toute vraisemblance, de leurs cercles de connaissances professionnelles. D'ailleurs, on trouve dans les archives de la SEP un certain nombre de lettres de remerciements adressées par des membres venant d'être reçus comme membre au sein de la Société. Au-delà des formules attendues exprimant la gratitude du nouveau membre, ces lettres sont parfois informatives quant à ce que l'ethnologie signifiait et impliquait pour chacun, montrant ainsi la diversité de motivations qui s'expriment à travers cette science en construction. Dans le cas des notables introduits par les Rodrigues, l'intérêt pour l'ethnologie semble au mieux superficiel. Dans une lettre du 24 juin 1847, Léopold Javal, banquier, député et agronome saint-simonien, admet volontiers avoir « été plutôt guidé par [ses] sympathies que par l'espérance de pouvoir [se] rendre utile à [leur] belle institution ». Il s'excuse par ailleurs d'être « obligé de partir pour Bordeaux aujourd'hui », lui étant alors « de toute incompatibilité de [se] rendre à [leur] réunion », situation qui se répéta dans des lettres d'autres membres ayant le même profil.

11Cette situation est symptomatique du lobbying effectué par le petit groupe actif constitué par Eichthal et sa famille par alliance pour attirer le plus de connaissances possibles à rejoindre la SEP, même si ce n’est pas pour y apporter un concours actif à ses travaux intellectuels. On verra que cette évolution de la composition sociologique et professionnelle de la SEP accompagne la mise en place du postulat de la race et le renoncement à en faire la démonstration.

La race comme hypothèse 

  • 25 Thomas Bernon, La science des races. La Société ethnologique de Paris à l’ère de l’abolition de l’e (...)
  • 26 MSEP, séance du 29 novembre 1844, vol. 2, p. 63.
  • 27 Séance du 29 août 1845, Archives de la Société ethnologique, SAP 97.

12L’enjeu défini par Edwards pour la société donc, consiste principalement à la démonstration de l’existence des races dans leurs caractères physiologiques et dans l’analyse de leur trajectoire historique. Comme le montrent ses choix de thèmes présentés en assemblée25, et ceux de son collègue Imbert des Mottelettes, la société cherche d’abord à rassembler les matériaux qui attestent d’une permanence des caractères raciaux à partir d’éléments ethnologiques dans les œuvres grecques classiques26, en se penchant sur le cas des Juifs et des Tsiganes en Europe chez Imbert27, ou bien la fusion entre race et histoire pour Edwards. La notion de race ne revêtait pas encore de caractère physiologique chez ces auteurs et la pertinence de la catégorie continuait de faire débat. Les premières assemblées et activités de la SEP sont donc avant tout dédiées à cette discussion et font entendre plusieurs arguments contradictoires. Non seulement la race ne fait pas consensus, mais les enjeux idéologiques pour la définir varient d’un bout à l’autre.

  • 28 Loïc Rignol et Philippe Régnier, « Races et politique dans l’histoire de France chez Victor Courtet (...)
  • 29 Ibid., p. 144-147.

13Victor Courtet de L’Isle par exemple, saint-simonien membre de la SEP depuis sa fondation, voulait suivre le chemin tracé par Edwards. Sa position générale sur la race est connue par l’analyse de Rignol et Régnier28, qui font de l'anthropologie de Courtet un projet politique libéral profondément ancré dans l'héritage révolutionnaire et qui passe par la fusion des races, véritable outil de transformation sociale. Edwards et Courtet affirment tous les deux pouvoir « physiologiquement » reconnaître les races anciennes dans les populations contemporaines. Courtet postule trois thèses qui se suivent l'une l'autre : l'inégalité naturelle des races, une hiérarchie de classes qui en résulte, et la nécessité du métissage pour détruire cette hiérarchie et arriver à l'égalité démocratique29.

  • 30 MSEP, séance du 24 décembre 1841, vol. 2, p. 16.
  • 31 Claude-Charles Pierquin de Gembloux, Lettre au général Bory de Saint-Vincent sur l’unité de l’espèc (...)

14À l’opposé, et sans que cela augure d’un positionnement politique différent sur l’abolition par exemple, on trouve des personnalités qui ne se laissent pas séduire par l’hypothèse des races. Basé à Bourges et exerçant le métier d'inspecteur des études30, Pierquin de Gembloux transmet à la SEP sa Lettre au général Bory de Saint-Vincent sur l'unité de l'espèce humaine en janvier 1840. Ce texte est un réquisitoire sans ambages contre l'idée même d'une science des races, plein de sarcasme pour le microcosme scientifique de son temps. Il y critique tout particulièrement le fait que « toutes les branches des connaissances humaines se prêtent un synergique appui » et prend pour exemple le cas précis de la lettre d'Edwards à Thierry en arguant que « l'historien et le philologue n'étaient point naturalistes et n'avaient pas besoin de l'être31 ». Il observe que la fusion des disciplines mena à ce que :

Les accidents historiques, les phénomènes ethnographiques, tout enfin dans l'histoire de l'homme, fut expliqué par la différence des races. […] Les migrations comme les guerres, les langues comme les dialectes, les religions comme les littératures, […] tout enfin, trouva une explication prompte et facile dans l'hypothèse, purement gratuite, de la distinction des races.

  • 32 Ibid., 7-9.

15Il fait remarquer qu'il n'existe aucun individu qui rassemble ne serait-ce que les trois-quarts des caractéristiques stéréotypées d'une race donnée : « Comment dès lors oserait-on espérer de pouvoir déclarer, de prime abord et avec certitude, quelle est la race positive à laquelle doit appartenir tel ou tel individu donné32 ? »

  • 33 MSEP, séance du 23 juillet 1841, vol. 1, p. 49.
  • 34 MSEP, séance du 27 janvier 1843, vol. 2, p. 32.
  • 35 MSEP, séance du 25 août 1843, vol. 2, p. 42.
  • 36 Bulletin de la Société ethnologique de Paris (BSEP), séance du 27 février 1846, p. 6.
  • 37 BSEP, séance du 26 juin 1846, p. 52.
  • 38 « L'auteur développe cette idée tout à fait nouvelle, que l’espèce humaine peut être envisagée comm (...)

16Contrairement à Pierquin, Eichthal, saint-simonien, propose un angle où la race est le prisme privilégié de l’analyse des rapports humains. Au début des années 1840, il propose une série d’exposés en assemblée pour mettre en évidence les grands groupes raciaux. Il se spécialise dans les études comparatives de régions très éloignées. Il s'attache à mettre en avant les similitudes, notamment des langues caribes et polynésiennes33, des langues de l'Égypte ancienne, de l'Océanie et de l'Amérique34, entre les races océaniennes et américaines35, entre les civilisations du Mexique, de l'Inde, de la Chine et du Japon36, il souligne la ressemblance entre les habitants de l'Asie de l'Est et les Amérindiens37, et enfin les rapports de complémentarité entre Blancs et Noirs et le rôle déterminant des métis à l’avenir38 (lecture de 1841 qui préfigure son initiative pour le débat de 1847). Pour Eichthal et une partie des saint-simoniens, au moins dans les premières années de la Société, l’existence des races n’induit pas une inégalité fondamentale entre elles mais l’idée qu’elles devraient déterminer des relations adaptées entre les populations, alors que, de manière paradoxale, le métissage, la fusion des races, constitue pour la plupart d’entre eux l’horizon d’une société souhaitable.

17Ainsi, pendant ses premières années, la SEP constitue avant tout un périmètre de discussion où prévalent une polysémie du terme de race, mais aussi un flou autour des enjeux de sa démonstration : fusion pour l’égalité révolutionnaire chez certains saint-simoniens, pertinence physiologique encore à établir chez les médecins, qui ne précisent pas encore les conclusions ou interprétations que l’on pourrait tirer de cette classification. Grands groupes humains, groupes linguistiques, les échelles également sont encore indéterminées. Au fond, la race y est une interrogation proprement scientifique, un enjeu de connaissance de l’homme dont les outils d’investigation sont encore mal définis. Or, à partir des années 1842 et le retrait d’Edwards, dès lors que les interlocuteurs coloniaux prennent une part plus importante aux matériaux analysés, la question coloniale pénètre peu à peu la définition des objets et des études et précise les méthodologies.

Le tournant colonial de la SEP

18Dès sa fondation, la Société d’Ethnologie de Paris est bien sûr profondément imprégnée d’un contexte sociologique, celui des élites intellectuelles européennes, dans lequel le fait colonial est non seulement une évidence, mais un appui matériel et une perspective économique partagée. La simple trajectoire d’Edwards, qui a probablement grandi dans une plantation jamaïcaine, pourrait le démontrer. Mais l’évolution du projet scientifique de la SEP au cours des années 1840 montre une emprise beaucoup plus directe du fait politique sur la construction des savoirs, marqué par la reconversion de l’économie coloniale en vue de l’inévitable abolition. Cette emprise peut se percevoir à travers les thèmes traités, le profil des membres recrutés au long des années, et les méthodologies mêmes qui y sont définies.

Une évolution méthodologique

  • 39 Marie-Noëlle Bourguet, Pierre-Yves Lacour, « Les mondes naturalistes : Europe (1530-1802) », in Dom (...)
  • 40 Lorelai Kury, « Les instructions de voyage dans les expéditions scientifiques françaises (1750-1830 (...)
  • 41 MSEP, séance du 27 mars 1840, p. XXX-XXXI.

19Comme les autres sociétés savantes, auxquelles d’ailleurs participent nombre de ses propres membres (Société de Géographie, Académie des Sciences, ou encore Sociétés asiatiques), Edwards avait engagé une pratique qui définit les premières activités de la Société, c’est-à-dire la rédaction et l'utilisation d'instructions aux voyageurs des expéditions coloniales. Les instructions de voyage mettent en exergue la spécialisation accrue de ces expéditions et la « normalisation des pratiques d’observation et de mesure39 ». Elles impliquent une division du travail ethnologique : « La collecte des informations et des objets revient aux voyageurs, tandis que leur analyse revient aux naturalistes restés en France40. » L'institutionnalisation de la discipline ethnologique avec la SEP passait par cette pratique. Edwards avait donc élaboré dès le départ une « Instruction générale aux voyageurs » qui détaillait les grands axes à prendre en compte lors d'études menées par les ethnographes de terrain : caractères physiques, langage, vie individuelle et familiale, vie sociale, rapports avec les étrangers, religion, rapports avec l'environnement ; en bref, le programme de l'ethnologie appliqué au travail de terrain. Lors de la séance du 27 mars 1840, se constitua une commission composée d'Edwards et de deux autres membres du bureau afin de réviser l'instruction générale et d’organiser sa diffusion la plus large possible « à tous les consuls de France, conseils de santé de la marine, toutes sociétés savantes pour la donner aux gens susceptibles de fournir des documents à la Société41 ».

  • 42 MSEP, séance du 39 mars 1844, p. LII-LIII.
  • 43 La relation avec le Prince de Joinville sembla se poursuivre puisque, en septembre 1845, le procès- (...)

20Deux ans plus tard, lors de la séance du 29 mars 1844, il est rapporté une visite du comité central au prince de Joinville42 (fils de Louis-Philippe) « afin d'appeler son attention et son intérêt sur le but et les travaux de la Société ». À l'issue de la visite, le prince offrit son « patronage ». Militaire de carrière dans la marine, il est possible qu'il fût à l'origine du partenariat qui lia la SEP et le ministère de la Marine et des Colonies dès la séance suivante puisqu'elle commença alors à recevoir la Revue coloniale publiée par le ministère43.

  • 44 T. Bernon, La science des races, op. cit., p. 129-130.

21Cette période correspond également au recrutement important de membres parmi les potentiels correspondants coloniaux et en général les individus portés par leur position ou profession à faire circuler des données sur toutes les populations possibles, que ce soit dans l’empire français, espagnol, portugais ou britannique. Ainsi, de la fin de l’année 1843 à janvier 1845, parmi les 29 nouveaux membres qui sont recrutés, plus du tiers, 11, viennent des milieux coloniaux ou bien sont affectés à l’étranger, tels que des militaires en poste aux colonies, des explorateurs, des consuls44. C’est la première fois que ce groupe est le plus nombreux devant les médecins (6 pour la même période) et, surtout, devant les savants naturalistes, historiens ou zoologistes (seulement 4 cette année, dont Armand de Quatrefages et Adolphe Quêtelet).

  • 45 Ibid., p. 122.

22L’évolution des thèmes présentés en assemblée est sensible également à partir des années 1843-44, tant du point de vue des sujets étudiés que des matériels utilisés. La liste des communications en séance, que l’on peut obtenir à partir des procès-verbaux, montrent que, à partir de 1844, les thèmes antiques se font plus rares au profit des thèmes contemporains45. En 1845 enfin, la terminologie pour désigner les groupes humains objets d’étude évolue visiblement vers un vocabulaire colonial. Alors que, jusqu’à présent, les communications portant sur des sujets africains présentées en assemblée concernaient les Abyssins, les Swahili, ou les Cyrénéens, des exposés sur la « race nègre » en général font leur apparition et se poursuivront jusqu’à la fin de la SEP en 1848. De même apparaît pour la première fois en 1845 un sujet sur l’« œil des indigènes algériens ».

Des Sociétaires discutent de l’abolition

  • 46 MSEP, vol. 1, Paris, Dondey-Dupré, 1841, p. XXVI.
  • 47 Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français depuis le 1er mai 1789 ju (...)
  • 48 Le Moniteur Universel, séance du vendredi 30 mai 1845, 1er semestre 1845, Paris, p. 1509-11.

23Sans que leur présence soit directe ou massive, plusieurs membres de la SEP ont aussi une activité parlementaire, notamment lors de la discussion qui précède les lois Mackau votées en 1845 et qui, tout en offrant des concessions importantes aux abolitionnistes, constituent l’ultime tergiversation de la Chambre devant l’abolition définitive. Un de ces membres est Henri Ternaux-Compans. Il fut parmi les premiers membres de la SEP, lors de sa première séance du 23 août 1839. Il était alors directeur des Nouvelles Annales des Voyages, et ce jusqu'en 1845, date à laquelle Vivien de Saint-Martin, un autre membre, par ailleurs fondateur de la Société de Géographie, en reprend la direction46. Élu député de la Loire-Inférieure en 1844, le Dictionnaire des parlementaires français le décrit « à gauche » et il « parut rarement à la tribune bien qu'il eût une grandeur d'esprit et d'à-propos47 ». Le projet de loi sur le régime des esclaves proposé en 1845 par Armand de Mackau, ministre de la Marine et des Colonies depuis 1843, est cependant l’occasion pour Ternaux-Compans de gratifier ses collègues d'un long discours à la Chambre, véritable plaidoyer pour l’abolition immédiate de l'esclavage et critique du projet de loi48.

24Abolitionniste modéré « sans originalité », il n’utilise en fait aucun argument scientifique dans la démonstration de la nécessité de l’abolition immédiate. En réalité, mis à part la double participation de certains de ses membres et une collusion qui relève d’une sociabilité commune, la discussion sur les conditions de l’abolition n’a pas encore envahi la SEP. C’est à partir de 1846que la discussion sur les races va s’articuler de manière précise à la question du travail colonial. C’est aussi l’année des élections à la Chambre, qui renforcent la majorité conservatrice et qui coïncident avec l’arrivée à la SEP des saint-simoniens et l’omniprésence d’Eichthal dans les prises de paroles comme dans l’animation scientifique.

25Depuis la mort d’Edwards en 1842, Eichthal avait gagné en influence au sein de la Société, ce qui se traduit notamment par la fréquence de ses communications en séances. À partir de janvier 1846, il succède à Imbert des Mottelettes en tant que secrétaire général alors même que les orientations thématiques des discussions en assemblées sont plus directement articulées aux questions d’actualités. Ainsi, au cours de l’année 1846, les séances sont dédiées aux rapports entre les civilisations (Eichthal sur le rapports entre les civilisations du Mexique, de l’Inde, de la Chine et du Japon), ou encore plus directement aux « relations entre colons et colonisés » dans l’empire Britannique (intervention de Bannister ; intervention de Froberville sur l’ethnologie de l’île Maurice), ou à un rapport d’Eichthal sur l’importation des sucres étrangers dans l’Empire britannique, ainsi qu’à la lecture du compte-rendu de Schœlcher sur son voyage en Égypte.

26Ce dernier entre à la Société en avril 1846, le même mois que les frères Pereire, Isaac et Émile, cousins de Rodrigues déjà présents à la SEP (Édouard, beau-père d’Eichthal, est membre depuis 1844). Deux saint-simoniens viennent gonfler les rangs de la Société, dont Michel Chevalier, qui entre en décembre 1846, et surtout Ismayl Urbain – ainsi qu’Ernest Carette, explorateur de l’Algérie. Personnalité originale du monde colonial, Urbain avait été secrétaire d’Eichthal et co-auteur de la Lettre sur la race noire et la race blanche publiée en 1839, texte augurant de la discussion menée à la SEP sous les mêmes termes durant l’année 1847.

27Ainsi donc, au début de l’année 1847, la personnalité d’Eichthal pèse toujours plus sur la discussion menée au sein de la société. Tout en maintenant le cadre d’activités imaginé par Edwards, en particulier la procédure des lectures en séance et la discussion sur le matériel présenté, la discussion sur l’existence des races va, au cours de cette année, être éclipsée par la nécessité de statuer sur la condition de leurs relations, nécessité commandée par le débat politique sur l’abolition à la chambre et qui va ainsi renforcer les positions d’Eichthal sur cette question et sa manière de poser les termes du débat.

  • 49 Valérie Assan, « Gustave d’Eichthal en Algérie. Entre utopie saint-simonienne et quête des origines (...)
  • 50 Lettre de Gustave d'Eichthal à Léopold Javal, 14 juin 1839, Fonds Enfantin, Bibliothèque de l'Ars (...)
  • 51 V. Assan, « Gustave d’Eichthal et l’Algérie… », art. cit., p. 335-336.

28En effet, la discussion qui sera menée et animée par Eichthal en 1847 est dans la droite ligne des idées qu'il avait commencé à concevoir lors de son séjour en Algérie en 1838-1839 en s'inspirant également de l'idéologie saint-simonienne. Dans un article sur l'épisode algérien d'Eichthal, Valérie Assan rapporte que c'est là qu'il élabora sa théorie : la tâche de l'ethnologie serait de « déterminer les caractéristiques et les aptitudes des différentes “races”, pour assigner à chacune un rôle spécifique » afin de préparer un avenir où la fusion des races serait inéluctable49. L'auteur met par ailleurs en avant sa volonté de lier le sort des Noirs et des Juifs, et il affirmait lui-même que « l’anathème qui pèse sur le Juif ne peut s’effacer qu’avec celui qui pèse sur le Noir50 ». Converti au christianisme à 13 ans, Eichthal restait marqué par son héritage juif et se sentait concerné par le sort des Juifs, notamment les communautés désorganisées en Algérie après la conquête française51. Le contexte algérois lui permit d'observer une ville où cohabitaient Noirs algériens et Juifs, ce qui nourrit sa réflexion. De celle-ci semble donc découler cette propension aux larges études comparatives présentées à la SEP, qui visent à créer des ponts entre les « races », et le programme politique contenu dans ce type d'initiatives procède de l'utopie saint-simonienne visant à l'émancipation universelle via l'industrie et l'administration économique, et l'assignation de chaque individu, donc par extension ici des individus de chaque groupe racial, à une tâche dans laquelle il est reconnu compétent et utile. La compréhension des rapports de race devient pour Eichthal la clef de leur coopération et de leur complémentarité.

La discussion sur la race noire et la race blanche en 1847

  • 52 Bulletins de la Société ethnologique de Paris, séance du 26 février 1847, BnF, p. 50. Olinde, Henri (...)

29Dans la dynamique de l’année précédente, la SEP d’Eichthal semble poursuivre sa politique de recrutement actif. En février 1847 adhèrent trois nouveaux membres issus de la famille Rodrigues, tous impliqués dans le mouvement saint-simonien, en particulier Olinde, qui fut aussi un des principaux investisseurs des projets de compagnies de chemin de fer de ses cousins Pereire52. Au même moment arrive à la SEP Adolphe Vieyra, banquier également proche des Rodrigues, mais aussi, à l’opposé, le député de la Vienne Hennecart, proche de Mackau. Entrent également, du côté des savants, Eugène Burnouf et le Baron d’Eckstein.

30Au début de l’année 1847 donc, la part des membres de professions scientifiques proprement dites s’efface devant le nombre de membres de la société civile, éclairés par leur expérience coloniale et militaire, ou encore par la volonté de développer de nouvelles relations sociales avec les populations du monde non-européen. L’affiliation au saint-simonisme, très nette parmi les membres recrutés dans la sphère d’Eichthal, ne signifie pas pour autant une convergence de positions quant à la manière dont ces relations sociales doivent être envisagées. Nous allons voir que la collusion entre la discussion scientifique et la discussion qui se tient au même moment à la chambre a écarté, au moment où elle était le plus en discussion, l’hypothèse de l’existence des races, au profit au contraire du postulat de leur existence. La discussion qui a finalement lieu, orientée par le débat parlementaire sur l’abolition, porte sur la question de leur égalité et la façon dont la connaissance des races permettra d’organiser le meilleur gouvernement des populations.

Séance du 26 février

31Au mois de février 1847, alors que plus de dix nouveaux membres sont recrutés et que les « pétitions » pour l’abolition de l’esclavage sont en train d’être présentées à la Chambre des députés par Paul de Gasparin, Eichthal met en place une discussion à la SEP qui attirera entre autres, au fil des mois, des parlementaires en train de discuter les pétitions à la Chambre, et qui pour la plupart intégreront la Commission pour l’abolition de mars 1848. Les termes et les détails de ces échanges « scientifiques » sont donc importants pour comprendre comment la discussion scientifique sur la race et la discussion politique sur l’esclavage se sont neutralisées.

  • 53 BSEP, séance du 26 février 1847, p. 45.

32Eichthal ouvrit la séance du 26 février 1847 par un discours d'inauguration du local qu'ils avaient loué rue Ventadour, entre le Palais-Royal et la place Vendôme. Son discours est parsemé d'éléments mettant en avant sa propre conception de l'ethnologie, si bien qu'il entérine en quelque sorte l'importance prise par son courant. Après avoir évoqué brièvement quelques étapes des huit années écoulées et les difficultés traversées, il s'efforce de rappeler les tenants et aboutissants de la science ethnologique en gestation. Contre les attaques à propos de la confusion des disciplines que l'ethnologie essuie, il insiste sur l'aspect « grand et élevé » (d'un point de vue moral) de « l'objet » de leurs études davantage qu'il n'est « vaste » (d'un point de vue méthodologique), en cela qu'il « touche aux intérêts les plus sacrés de l'humanité, à la question même des destinées humaines »53. Jusqu'ici transparaît assez clairement le syncrétisme traditionnel histoire/physiologie mis en programme par Edwards. Ce qui intéresse encore davantage Eichthal, c'est l'avenir qui en dépend :

  • 54 Ibid.

Mais les questions d'avenir ont encore un bien autre intérêt. Dans ce mouvement qui aujourd'hui rapproche et met en contact les diverses populations de notre globe, nous avons à examiner, à déterminer quelles sont entre les diverses races, les conditions d'association, quelle part spéciale est réservée à chacune d'elles dans l'œuvre commune, en raison de ses facultés morales et physiques54.

33De fait, Eichthal place la discussion sur les races comme un enjeu politique majeur, dès lors que le « mode d'association de la race noire et de la race blanche » est « l'objet des plus vives contestations diplomatiques entre la France, l'Angleterre, l'Espagne, le Portugal, le Brésil, les États-Unis : cause des divisions intestines les plus graves entre le nord et le sud de cette dernière république, la question de l'esclavage ou de la liberté des noirs est au premier rang. »

  • 55 BSEP, séance du 26 février 1847, p. 53-59.

34Pour cette raison, l'idée du débat est formulée par Eichthal à la fin de la séance, à la suite de la lecture par un nouveau membre, Lisboa, d'une Note sur la race noire et la race mulâtre au Brésil55. Lisboa, attaché à la légation du Brésil, y présente la société brésilienne comme constituée de trois races : « les blancs, les mulâtres et les nègres ». Il a pour objectif de « comparer le degré du développement des facultés morales et intellectuelles de ces deux dernières castes ».

  • 56 Ibid., séance du 26 février 1847, p. 51.

35Il est à noter que cette proposition suit également un changement important dans la méthodologie des discussions. Les comptes rendus et les notes présentant des observations ethnologiques faites à l'occasion de voyages avaient constitué la marche normale des séances de la SEP depuis le début de son existence. Jusqu'au grand débat de 1847, ces travaux avaient été écrits la plupart du temps par des personnes extérieures et lus par des membres de la SEP, à l’exception de Lefebvre, officier de la Marine et membre correspondant, qui effectua plusieurs lectures de ses propres observations entre 1840 et 1844 sur les Abyssins et l'Égypte. Les séances du printemps 1847 deviennent l'occasion pour les protagonistes de présenter eux-mêmes leurs observations et apportent un caractère concret aux séances. Ces lectures s'accompagnent parfois également de présentations en séance, par exemple de crânes, de dessins. Justement lors de la séance du 26 février, pour la première fois, Eichthal présente une note sur « le noir Seïd Enkess, présent à la séance56 », un esclave soudanais affranchi devenu modèle pour le sculpteur Charles Cordier. Autrement dit, la présence de Seïd Enkess dans l’assemblée, première expérience du genre pour la Société, renforce probablement de manière sidérante la réalité de la race noire pour ses membres, en particulier les nouveaux qui n’ont pas participé aux débats précédents à ce sujet.

Séance du 23 avril, la veille des « pétitions » à la Chambre

  • 57 Ibid., séance du 23 avril 1847, p. 64.

36Eichthal ouvre officiellement le débat deux mois plus tard, à la séance du 23 avril 1847, par des remarques préliminaires sur l’ethnologie, dont il souhaite qu’elle ne s’occupe pas seulement de « rassembler des faits, mais aussi [d’]instituer des doctrines57 ». Surtout, il organise la discussion selon des termes très personnels et un choix radical, celui de diviser l’humanité en deux groupes définis par la couleur de leur peau, les blancs et les noirs, quelle que soit leur origine géographique. En cela, l’objet de la race, n’est plus, comme dans sa conception romantique et edwardienne, la connaissance du destin des nations, mais bien la question de l’avenir de l’esclavage, c’est dire de la race nègre. Surplombant une immense partie des débats contemporains qui visaient à faire la différence entre les Créoles et les différents types africains, il propose un schéma très simple dans lequel les noirs africains furent réduits en esclavage par les blancs, avant de faire état de la question de l'esclavage et de son abolition dans les différents pays du monde :

L'esclavage subsiste encore aujourd'hui dans les possessions françaises et espagnoles, aux États-Unis et au Brésil. Ces contrées sont frappées de la nécessité de conserver le travail des noirs pour la continuation de leurs cultures, et ne veulent point renoncer au régime coercitif de l'esclavage, tant qu'elles ne croiront pas avoir à leur disposition d'autres moyens d'action pour déterminer les noirs à travailler.

  • 58 Ibid., p. 67.

37La question de la permanence du travail des esclaves après leur émancipation se pose à Eichthal parce que, dit-il, « l'Angleterre elle-même, après avoir aboli l'esclavage et la traite […] introduit des mesures de rigueur pour obliger au travail les noirs émancipés ». La portée politique de ce débat scientifique est bien établie par Eichthal quand il définit « les termes précis du problème » : le rapport entre les deux races a reposé jusqu'alors sur la domination de l'une sur l'autre, mais « le sentiment philosophique et religieux » contemporain ne peut plus supporter cet état de fait. Débarrassées du rapport de domination, il se demande alors « quelles sont les conditions normales de leur association »58. Pourtant, son analyse « dans l'étude du passé » le conduit à dégager des caractéristiques essentielles pour chaque race qui rétablissent d'emblée le rapport de domination dont il souhaite voir la fin. Ainsi le « développement de la science » est le propre de la race blanche, tandis que la race noire en serait dépourvue. Ou plutôt, sans « l'initiation des blancs », la race noire « n'a aucune initiative civilisatrice ». De ce fait, même si la race noire est présentée comme théoriquement capable de développement scientifique, une tutelle est selon lui nécessaire.

  • 59 Ibid., p. 68-69.

38Pour Eichthal, c'est au « contact » des Blancs que les Noirs peuvent intégrer la civilisation, peu importe le milieu. Tout comme les femmes, les Noirs sont pour lui non pas les égaux de l'homme « dans un sens absolu », mais leur fonction, leur « rôle » est aussi important dans le « couple humain59 ». Parallèlement, hommes noirs et femmes partageraient les mêmes « qualités » : « le noir est avant tout un être aimant et un être de plaisir ». La femme noire, dans ce système, est donc féminine à double titre, c'est « le type par excellence de la race noire ».

  • 60 Ibid., p. 90.

39La présence et la tutelle des Blancs comme seul horizon des Noirs – auxquels il manquerait « l'élément scientifique » selon Eichthal – est un autre thème important qui rythme le débat. Eichthal rappelle ici les propos des colons quant à l'« apathie » et l’« indifférence naturelle [des Noirs] […] difficiles à vaincre60. » Schœlcher est alors parmi les seuls, avec Olinde Rodrigues, à s'inscrire en faux. Au contraire, celui-ci attribue aux Noirs « la civilisation de l'Éthiopie et de l'Égypte, et par la suite la civilisation de l'antiquité ». Surtout, il fustige les « opinions de messieurs les délégués des colonies, qui ont été cités tout à l'heure », et les « regarde comme des opinions de bonne foi, mais cependant entachées de ce qu'on peut appeler un préjugé de famille », attribuant la prétendue paresse des Noirs au traitement inhumain auquel ils sont soumis. Bien que postulant une égalité universelle, Schœlcher ne pousse jamais la radicalité au point de remettre en cause le paradigme et la pertinence de la notion de race : « quoi qu'il en soit, les témoignages mêmes des délégués attestent que la race noire se perfectionne aux Antilles […]. L'exemple des colonies anglaises, en particulier, montre jusqu'où les noirs affranchis peuvent s'élever. » La perspective saint-simonienne d'Olinde Rodrigues apporte à la question de l’élévation de la condition une certaine originalité. Le saint-simonisme, dans toutes ses tendances, plaidait pour l'émancipation féminine et cette idée transparaît dans les propos de Rodrigues qui souhaite « que nous regardions les noirs comme nos frères. Si l'idée présentée par [Eichthal] a un mérite à [ses] yeux, c'est qu'elle n'exclurait pas l'égalité des deux races, sinon pour le présent, au moins pour l'avenir, puisque la femme, tenue jusqu'ici dans un état de subalternité, ne peut manquer de conquérir, dans un ordre de choses nouveau, son égalité avec l'homme. Mais il faut que cette égalité soit complète, sans aucune restriction. »

  • 61 Lettre de remerciement non datée signée Rodrigues, archives de la Société Ethnologique, SAP 97.

40Ces propos sont à rapprocher de ceux contenus dans une lettre que Rodrigues avait écrite à Eichthal, où il appelait de façon audacieuse à « l'affranchissement général de l'humanité[,] délivrée un jour […] de tous les préjugés aristocratiques de sexe, de race et de fortune, qui entravent encore l'association universelle du Genre humain61 ».

  • 62 BSEP, séance du 23 avril 1847, p. 72-73.

41Face à ces propositions plus affirmées que démontrées, les membres « scientifiques » de la société font part de leurs doutes : Milne-Edwards, tout en « admet[tant] ce fait », en conclut que deux champs de recherches séparés doivent être explorés afin de mesurer l'étendue de ces différences entre les races. La question amène Quatrefages à se demander « quelle est la nature, quelle est l'étendue de ce perfectionnement » ? Recadrant le débat, Eichthal « s'étonne de la difficulté qu'on éprouve à déterminer ce qu'il faut entendre par les mots de race noire ». La multiplicité des angles évoqués par le secrétaire (qu'il résume en trois catégories : physiologiques, historiques et sociales) met son collègue Lenormant « dans un grand embarras pour la direction à donner aux débats62 ».

42En réalité, la discussion sur les différences entre les Créoles et les Africains, qui oblige à discuter les conditions de l’expérimentation empirique et pose d’emblée la fragilité de l’hypothèse de la race, ne sera pas menée. Des députés qui discutent à la chambre de l’abolition vont rejoindre alors la Société pour y poursuivre les débats, et ainsi la discussion sur l’hypothèse de la race va être remplacée par une discussion philosophique, à savoir la question de l’égalité entre les races.

  • 63 Une publication aux frais de la Société pour l'Abolition de l'esclavage compile les discussions de (...)
  • 64 Ibid., p. 2.

43Au lendemain de la séance du 23 avril de la Société, commence à la Chambre des députés une série de trois séances (24 avril, 25 avril et 7 mai) de discussion des pétitions « pour l'abolition complète et immédiate de l'esclavage ». Ces pétitions, « comptant plus de 10 000 signatures », furent rapportées à la Chambre par Paul de Gasparin, frère d'Agénor63. Près de deux ans après la promulgation des lois Mackau, l'orateur rapporte les désillusions des pétitionnaires qui en regrettent l'inefficacité des « mesures transitoires et préparatoires. » Les critiques qui étaient adressées au projet de loi sont ici renouvelées, et les craintes confirmées : « On devait […] s'attendre à rencontrer les mêmes résistances dans les colonies françaises ; et en effet, […] elles se manifestent sous toutes les formes, soit qu'il s'agisse d'instruction religieuse et élémentaire, soit qu'il s'agisse de l'exécution des lois64. »

  • 65 Le conseil colonial de la Réunion a obtenu en 1847 une représentation à la Chambre, deux députés so (...)
  • 66 BSEP, séance du 23 avril 1847, p. 77.

44La veille de cette première séance des « pétitions » à la Chambre, donc, la discussion sur la race noire et la race blanche se tient à la SEP. Neuf nouveaux membres étaient présents à la séance du 26 mars, dont Lisboa lui-même, Casimir Chevreux, un entrepreneur de commerce de détail, et plusieurs artistes saint-simoniens. À la séance suivante du mois d’avril, quatre nouveaux membres sont présents, un avocat, un banquier (Adolphe Moreau), un député homonyme qui siège à droite, et le député Dejean-Labâtie. Celui-ci fut le délégué colonial de Bourbon entre 1830 et 1845 et, depuis 1847, il en est le député65. Représentant les intérêts coloniaux de la Réunion, il se prononce rapidement contre les pétitionnaires et s’apprête à rédiger Deux notes sur les pétitions présentées à la Chambre des députés pour l'abolition de l'esclavage à charge de l’abolition immédiate. C'est à la fin de la séance du 23 avril de la SEP, que Dejean-Labâtie, présent comme observateur, « exprima le désir d'être reçu membre » pour faire part de ses propres idées sur les deux races et « sur la condition sociale à laquelle [la race noire] peut être appelée »66. Sa demande fut acceptée « avec empressement » par le Président. Reizet, délégué colonial de la Guadeloupe, autre parlementaire issu du lobby des planteurs, intègre lui aussi la Société lors de cette même séance. Les deux députés coloniaux rejoignent ainsi Ternaux-Compans à la SEP et l’investissent pour y défendre le statu quo sur l’abolition, cette fois à partir de la discussion scientifique.

Séances de mai : les coloniaux investissent le débat

  • 67 Ibid., séance du 14 mai 1847, p. 81.
  • 68 Ibid., p. 85.
  • 69 Ibid., séance du 22 octobre 1847, p. 256.

45À la séance de la SEP du 14 mai, Reizet, délégué colonial de la Guadeloupe, est devenu membre67 et s'exprime sur la question posée. Alors que les membres dissertaient sur la pertinence méthodologique d'une séparation nette entre Blancs et Noirs et la distinction au sein de chaque groupe de plusieurs sous-groupes, Reizet plaide pour que l'on ne considère que les Noirs du continent africain et pas les Créoles pour faire ressortir des « types ». En effet, selon lui, les « caractères primitifs de la race » se transforment et se rapprochent du « type blanc » rien que par la réinstallation des populations noires dans les colonies, au contact des populations européennes68. De ce fait, un enfant né aux colonies de deux parents africains perdra les caractéristiques physiques propres à ses parents : « L'espèce se refait en quelque sorte ; le sang blanc s'y mêle ; elle tourne au blanc ; elle tend à disparaître. Il y a là un effet qu'on ne peut attribuer qu'à la transplantation. » Il tire ces idées en citant des travaux de Froberville, membre ayant séjourné à Bourbon et à Maurice. Celui-ci lui oppose un démenti formel quelques mois plus tard par le biais d'une lettre lue en séance : « Aucun fait de ce genre n'est venu à ma connaissance dans les deux colonies orientales où j'ai résidé69. » Exposant au passage son opinion polygéniste, croyant la race noire « plus ancienne », Reizet en conclut que c'était la raison pour laquelle « elle offre une organisation moins parfaite ». L'opinion du planteur se résume ainsi : « Aux colonies, [le noir] a déjà reçu la greffe de la civilisation. »

46Le terme de « greffe » de civilisation revient plus tard dans le débat, lorsque Reizet réaffirme que la colonisation est la seule chose qui ait permis que « la civilisation [ait] pu se greffer sur les noirs : la race noire s'y est améliorée comme certaines plantes s'améliorent par le déplacement ». Reizet exprime ensuite une opinion – bien éloignée de celle qu'il présentera quelques mois plus tard devant la Commission d'abolition, et où il semblera souscrire sans réserve au principe d'abolition immédiate – : « Là, d'ailleurs, l'esclavage est devenu la sauvegarde du noir, et a préparé son association avec la race blanche ; là le noir s'est en quelque sorte infiltré de race blanche. » Sa lecture polygéniste de la création biblique va avec le mythe de Cham, auquel il semble croire quand il affirme dans la même séance qu’« il y a sur la race noire un cachet indélébile, comme celui dont sont marqués les peaux-rouges ; il y a une destinée fatale à subir ». Curieux mélange que celui d'une perspective « fatale » causée par des caractères « indélébiles » d'une part, et d'une propension à l'amélioration au contact de la tutelle esclavagiste bienveillante des Européens d'autre part.

  • 70 Ibid., séance du 14 mai 1847, p. 86.

47C'est donc dans le métissage que Reizet voit le salut – relatif et imparfait – des Noirs : « C'est dans le mulâtre qu'est l'espoir de la race noire ; par elle-même, elle ne s'élèvera jamais aux hautes destinées de la race blanche. » Son point de vue se situe donc en marge des cadres posés par Eichthal dans la deuxième partie de la question posée sur les « conditions d'association » des deux races. Pour Reizet, cette association se situe exclusivement au bénéfice des Noirs, qui y trouveront une échappatoire, tandis que, pour Eichthal, c'est le destin commun de l'humanité qui est en jeu à travers le métissage. En outre, le métissage vu par Reizet n'est pas qu'une question de croisement, mais, comme on l'a vu, de contact et de déplacement, avec l'exemple de la différenciation entre « Nègres africains » et « Créoles ». À la suite d'une intervention où il postule la supériorité des Créoles sur les Africains, ses collègues de la SEP abondent dans son sens. Alcide d'Orbigny, explorateur, « confirme l'exactitude des observations précédentes au sujet de la supériorité des Nègres créoles. Il a vu constamment le même fait dans le cours de ses voyages70. »

Séance du 28 mai 

  • 71 Ibid., séance du 28 mai 1847, p. 125.

48Deux séances après son admission, Dejean-Labâtie fait à son tour une description de ce qu'il estimait être les étapes de la civilisation et celle à laquelle les Noirs se trouvaient. Faisant le constat du manque d'un vocabulaire suffisamment varié pour exprimer toutes « les nuances de l'état social », il tente malgré tout de rendre compte de ces dernières en mobilisant trois termes à sa disposition : sauvagerie, barbarie, civilisation. Suivant les schémas préexistants et déjà formulés de façon similaire par d'autres à la SEP, il définit la sauvagerie comme correspondant à une société de chasseurs-cueilleurs, la civilisation étant régie par le « droit civil » associé aux droits « religieux, politiques, administratifs71 ». Les Africains se trouveraient dans l'état intermédiaire de la barbarie, Dejean-Labâtie leur concédant un « commencement d'agriculture et de commerce », bien qu'il considère que l'Afrique se trouve dans « un ordre de choses évidemment peu différent » de celui de la « sauvagerie » complète. Pour lui, la civilisation n'existe que dans une société suffisamment dégagée des besoins immédiats de l'homme « continuellement occupé à défendre une proie », et en conséquence où une « partie de la population » a accès à « un loisir sans lequel il n'y aurait jamais ni lettres, ni arts, ni sciences, ni industrie ».

  • 72 Discussion des pétitions pour l’abolition complète et immédiate de l’esclavage. Séances de la Chamb (...)
  • 73 Marc-Antoine Dejean de la Bâtie, Deux notes sur les pétitions présentées à la Chambre des Députés p (...)

49Parallèlement, en réaction aux pétitions abolitionnistes déposées à la Chambre72, le député Dejean-Labâtie publia deux notes, vraisemblablement à ses frais, pour en critiquer point par point les conclusions73. Elles montrent un planteur déjà aux abois, mais certainement pas prêt aux mêmes compromissions qu’il montrera dans ses interventions devant la Commission d'abolition en mars 1848. L'attitude des colons est bien décrite par Gasparin, qui déplore que les conseils coloniaux aient dénaturé les décrets d'application des lois de 1845 et décrit « non pas un refus de concours, mais un concours équivoque ».

  • 74 Auguste-François Perrinon, Résultats d’expériences sur le travail des esclaves, Paris, Imprimerie R (...)
  • 75 Ibid., p4.

50Il semble que la discussion qui a lieu à la SEP constitue un enjeu qui attire à la fois le milieu économique et politique, le parti des planteurs comme des abolitionnistes et que la discussion sur le maintien du travail dans les plantations y tienne son volet scientifique. En effet, au mois de mai 1847, la SEP fait encore 14 recrutements, dont les banquiers Javal et Moreau, Mathieu Orfila, des députés et des hommes d’affaires, ainsi que, à nouveau, une série de médecins. Parmi les nouvelles recrues, et très impliqué dans la discussion sur le travail des plantations, Auguste-François Perrinon, introduit par Schoelcher, devient membre de la SEP et intervient à la séance du 28 mai 1847. Ami de Schœlcher, il est le fils d'une esclave affranchie au tournant du dix-neuvième siècle. Abolitionniste fervent, il publie au même moment, en mai 1847, ses Résultats d'expériences sur le travail des esclaves, travail auquel il affirme s'être livré « avec d'autant plus d'ardeur, qu'[il] compati[t] de toute [son] âme aux souffrances d'une classe d'hommes à laquelle [il] appartien[t] par [son] origine74 ». Son travail expérimental fait le lien entre les problématiques de la race d'une part, et de l'esclavage d'autre part. Il cherche à délégitimer le travail servile en défaisant les préjugés des maîtres dont il fait l’inventaire, tels que « pas de fouet, pas de travail », ou « pas de moyens coercitifs, pas de respect, pas d'influence morale »75. Pour Eichthal, l'expérience de Perrinon s'inscrit également dans les objectifs scientifiques de la SEP, car ce sont « des motifs d'intérêt, et plus encore peut-être le désir d'apporter non des théories mais des faits à la cause d'une race à laquelle il appartient par son origine » qui l'auraient motivé. En d'autres termes, il chercherait à apporter des faits tangibles pour le développement de la connaissance de la race noire, et à l'amélioration de sa condition, voire de son association à la race blanche grâce à la preuve que les Noirs peuvent travailler aussi efficacement en tant que libres. Comme Schœlcher, Perrinon est « persuadé que l'atonie qu'on reproche aux travailleurs noirs tient uniquement au régime disciplinaire auquel on les soumet », que c'est le « système de compression du régime colonial » qui empêche « les bonnes qualités » de se développer.

51Perrinon mélange travailleurs libres et esclaves, en les soumettant au même régime de labeur. Le succès est, selon lui, au rendez-vous et il parvient à établir un système vertueux et incitateur. Il en conclut alors que cette réussite « contredit […] victorieusement les assertions des hommes qui accusent les noirs d'être rebelles au travail libre et à la civilisation. » Il décrit même « l'étonnement » des maîtres curieux en visite, « tant est complète la métamorphose opérée parmi leurs esclaves ». Eichthal note bien ce lien entre la question de la race et la question du travail des esclaves lorsqu'il vante la pertinence de ces expériences « d'abord au point de vue industriel, mais aussi, et bien plus encore, au point de vue ethnologique ». Sur ce dernier point, il met en exergue la caractéristique supposément prépondérante chez les Noirs, « un mobile tout-puissant, celui de l'amour-propre, d'un amour-propre excessif ». Considérée comme un défaut par les maîtres, cette caractéristique devient qualité par le système de Perrinon. Par son expérimentation, Perrinon fait beaucoup plus que de tenter de démontrer l'iniquité du travail servile ou même l'appartenance des Noirs à l'espèce humaine. En dégageant de l'équation les questions de préjugés de race et du statut servile ou libre, il transforme les travailleurs noirs en prolétaires :

J'eus à combattre, comme cela arrive journellement en France, des refus de travail, des coalitions d'ouvriers et des demandes exagérées de salaire, qui, si l'on osait encore avancer que les nègres ne font pas partie de l'espèce humaine, serviraient peut-être de preuves pour établir le contraire.

Séance du 11 juin 

  • 76 BSEP, séance du 11 juin, p. 132.

52Lors de la séance suivante, en juin, la discussion sur la race noire semble sortir du contexte antillais pour s’attaquer au continent africain. Une nouvelle recrue, Charles Rochet d’Héricourt, est d’ailleurs commerçant explorateur en Abyssinie. Delegorgue, voyageur « qui vient de passer plusieurs années chez les Caffres76 », s'illustre plusieurs fois de cette manière aux séances. Le 12 mai 1847, il avait fait don d'un crâne de Cafre amazoulou suivi d'une lecture d’Eichthal concernant la craniométrie. La séance du 11 juin s'ouvre avec la lecture d'une note sur les Caffres de Delegorgue par l'auteur, qui « rentre dans le sujet qui est actuellement discuté par la Société, c'est-à-dire l'état de la civilisation en Afrique. »

  • 77 Ibid.

53Delegorgue débute son propos par une description géographique de la région avant de faire l'analyse des deux « sections » des Caffres qui l'habitent, les Makatisses et les Amazoulous, qu'il compare dans leurs langues, leurs mœurs, leur religion, leur agriculture, leur commerce. Il égrène son propos de nombreux exemples, comme un dialogue dont il aurait été témoin afin de démontrer la cruauté de leur gouvernement, « système incroyable d'atrocité77 ». Grâce à ces anecdotes qui rendent le récit vivant, il tire des conclusions morales sur leur caractère : « En revanche, une discipline aussi sévère produisit au dedans d'excellents effets. L'adultère, le vol, la fourberie, le mensonge sont très rares chez les Ama-zoulous. » À la suite de l’intervention de Delegorgue, Eichthal ajoute que, en réalité, les Caffres « n'appartiennent point à la race nègre » en cela qu'ils seraient un « mélange de sang arabe », s'appuyant sur le témoignage d'un autre membre voyageur, Froberville. C'est un exemple de discussion fréquente à la SEP, où les membres sont tous acquis à l'idée que des populations ne peuvent être considérées de « race nègre » si elles ont une tendance « conquérante », qui montre que tout compte fait, la question de la « race nègre » est la question des esclaves.

  • 78 BSEP, séance du 11 juin 1847, p. 151.

54Lors de cette séance, Victor Schœlcher va contrattaquer à la fois le parti des planteurs et celui des explorateurs. Sa participation notable au débat sur les caractères distinctifs des races consiste en un discours qu'il prononce à la séance du 11 juin. Le prérequis de son propos est explicité dès la première phrase : « Je crois à l'égalité absolue de tous les membres de la grande famille humaine, quels que soient leur sexe, la forme de leur nez, la largeur de leurs pommettes, la couleur de leur épiderme et la nature de leurs cheveux78. » Il semble clair que les discussions auxquelles Schœlcher a pu assister à la SEP ont eu un impact sur lui et l’ont affermi dans ses positions. En effet, il déclare que « les discussions accidentelles qui ont eu lieu ici à cet égard [l]'ont conduit à de nouvelles études qui ont plus que jamais fortifié [s]on ancienne opinion ». Cependant il fait une concession : « je ne prétends pas que les nègres soient arrivés où nous en sommes », ce qui n'affaiblit pas son postulat d'égalité absolue, mais ouvre la voie à l'apologie de la colonisation dans le but de corriger en quelque sorte l'inégalité de fait.

  • 79 On est tenté de rapprocher ces mots de ceux qu'il prononcera en 1879 lors d'un banquet de commémora (...)
  • 80 BSEP, séance du 11 juin 1847, p. 164.

55En s’appuyant sur des récits de voyageurs, Schœlcher cherche à montrer que « l'intérieur de l'Afrique est loin d'être aussi barbare qu'on le croit ». Après avoir établi ces « éléments bien caractérisés d'une civilisation très réelle », il ajoute n'être « pas assez insensé […] pour dire que tout cela vaille ce que nous avons en Europe », puis témoigne de la sympathie pour l'idée de tutelle coloniale : « Il ne faudrait pour la mettre en œuvre [la civilisation] qu'un peu de la lumière apportée chez nous par les Romains79. » La spécificité de Schœlcher se trouve à la fin de cette phrase. La colonisation, davantage encore qu'une mission ou un service rendu, est vue comme une réparation, peut-être une substitution à l'indemnité que les esclaves affranchis n'ont jamais pu obtenir et que Schœlcher avait en vain voulu imposer, avant de céder à la demande d'indemnisation des maîtres. Il déclare ainsi : « Fondez des colonies sérieuses, et de là partiront les bienfaisantes et lumineuses influences80. » On trouve déjà formulée l'idée d'une indemnité morale :

Oui, en vérité l'Europe doit à l'Afrique de grandes et solennelles réparations : elle lui a ravi 30 millions d'habitants pour les faire périr dans ses champs de cannes. Quelle dette ! Et pour la faire payer nous disons aux nègres : Vous êtes des hommes inférieurs ; nous tâcherons de faire quelque chose de vous en vous croisant. Mais ce croisement fera des mulâtres, il n’améliorera pas la race nègre proprement dite. C’est la civilisation qu’il faut croiser et non pas les hommes.

  • 81 Ibid., séance du 26 février 1847, p. 43.
  • 82 Philippe Régnier, « Du côté de chez Saint Simon : question raciale, question sociale et question re (...)
  • 83 BSEP, séance du 25 juin 1847, p. 202.

56Schœlcher discute de la race dans une perspective entièrement politique. Le débat scientifique de la SEP n'est qu'une arène de débats de plus pour lui, une configuration différente dans laquelle il affronte les mêmes protagonistes, avec des positions à la fois radicales, marginales, mais mâtinées de contradictions. Son discours dans le cadre du débat scientifique rencontra l'hostilité immédiate de Quatrefages, qui protesta « au nom de la science et des savants contre les accusations qu'a dirigées contre eux son honorable confrère ». Cette fois ce sont les scientifiques qui défendent non seulement le postulat des races, mais l’évidence de leur inégalité. La séance suivante du 25 juin fut l'occasion d'une réponse détaillée du secrétaire adjoint de la SEP, Victor Courtet de l'Isle. Lors du discours d’Eichthal le 26 février à l'occasion de l'inauguration du nouveau local de la SEP, Courtet était présenté comme « du petit nombre de personnes qui, dans notre pays, ont pu faire de l'Ethnologie leur étude spéciale », autrement dit un des premiers ethnologues de profession81. Il accuse Schœlcher de baser ses faits sur sa théorie préalable, sur sa croyance en l'égalité absolue des hommes. La différence de civilisation entre Noirs et Blancs est pour lui évidente, c'est « le fait le plus capital, le plus incontesté, celui qui n'a besoin du témoignage d'aucun auteur pour être démontré ». Courtet trouve en fait l’inégalité des races humaines dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Il y interprète l'égalité « en droits » comme une sorte de compensation ou de protection face aux « prédispositions » naturelles inégales dont il affirme qu'elles sont la conséquence de la race à laquelle les individus appartiennent82. De cet état de fait découle selon lui un phénomène naturel : « Il existe chez les peuples noirs un sentiment universel d'admiration, de respect et d'humilité à l'égard des blancs83. » Mais Courtet conclut par un propos auquel Schœlcher ne pouvait que souscrire. En effet, cet écart supposé immense entre la civilisation des Noirs et des Blancs « ne doit pas servir d'argument à l'oppression d'une partie » de l'humanité :

  • 84 Ibid., p. 204-205.

Oui, il y a des races naturelles prépondérantes ; oui, il y a des races naturelles débiles ; il y a pour ainsi dire des races d'enfants et des races d'adultes […]. Mais rien ne serait à la fois plus odieux et plus dénué de raison que de considérer cette disparité essentielle comme donnant à la force le droit d'opprimer la faiblesse […]. L'œuvre de l'initiation, la tutelle appartient à l'adulte84.

57En d’autres termes : il est certes criminel de mettre en esclavage d'autres hommes au prétexte qu'ils sont naturellement inférieurs, mais il est tout aussi coupable de les abandonner à eux-mêmes à partir du moment où ils sont considérés comme des enfants. Ou, dans les mots de Courtet, « le bras qui opprime est aussi celui qui protège ». Schœlcher, d'ailleurs, ne réfute pas cette conclusion dans sa réponse à Courtet. Il se contente de souligner qu’« il peut y avoir des partis pris dans la science comme dans la politique ». Science et politique constituent ici les deux faces de la même pièce. Ainsi, il serait réducteur d'assimiler les protagonistes du débat à des adversaires s'opposant en tout point. S'ils opposent en effet sur les prémisses idéologiques, les implications des notions d'égalité et d'inégalité ou les catégorisations raciales, ils se rejoignent presque absolument sur les conclusions pratiques à en tirer : l'esclavage doit être aboli, la tutelle doit être maintenue, et l'instrument de cette tutelle doit prendre forme dans une colonisation méthodiquement organisée.

Séance du 9 juillet

  • 85 Ibid., séance du 9 juillet 1847, p. 221.

58La séance du 9 juillet est l'occasion pour Eichthal de faire une synthèse des débats, et en particulier des interventions de Schœlcher et de Courtet. Reconnaissant du travail effectué par Schœlcher qui « plus que personne en France […] aura contribué à délivrer nos colonies du fléau de l'esclavage », il lui reproche pourtant justement sa ferveur abolitionniste. Pour Eichthal, « l'exagération » du « dogme de l'égalité complète et absolue des races humaines » met l'ethnologie en péril, « car l'ethnologie n'est pas autre chose que la classification des races d'après les différences caractéristiques qui les distinguent85. »

  • 86 Ibid., séance du 9 juillet 1847, p. 231.
  • 87 Ibid., p. 163.
  • 88 De façon singulière, il donne un certain crédit à Reizet, « dont l'avis en pareil cas a un double p (...)

59La synthèse d’Eichthal relève un décalage dans le raisonnement de Schoelcher « au point de vue logique », lorsque le premier note que « si, comme il le dit, ce qu'il faut aux noirs c'est une initiation venue de la race blanche, si une de ces races est à l'autre dans le rapport d'initié à initiateur, elles ne sont donc pas absolument égales86 ». Schœlcher répond alors que « l'initiative » de la race blanche n'équivaut pas à une « supériorité » dans son esprit. Dans son discours à la SEP, Schœlcher s'oppose non pas à l'idée d'une infériorité relative, qu'il admet volontiers mais qu'il qualifie en quelque sorte de conjoncturelle, mais à celle d'une infériorité absolue. Il désigne alors ses adversaires ethnologues sur ces questions, citant Reizet qui considère les Noirs comme « incivilisables », et Eichthal pour le postulat « d’infériorité. » Ce dernier proteste d'ailleurs, arguant qu'il a simplement fait état du rapport dans lequel les Blancs sont aux Noirs ce que l’homme est à la femme, « ce qui dans [sa] pensée n'entraîne pas une infériorité. » Cette infériorité de fait, Schœlcher l'attribue à l'avilissement de leur condition causé par la traite, qui « a rempli ces malheureuses contrées de désordre et de carnage87 », et à la classe sociale à laquelle ils appartenaient déjà avant d'être réduits en esclavage. Il étayait cet argument un peu plus tôt en citant un ancien gouverneur de la colonie du Sénégal, qui jugeait que nègres et paysans de France, blancs ou noirs « dans un état social pareil, ont un caractère pareil88 ».

Épilogue conclusif

  • 89 T. Bernon, La science des races, op. cit., p. 110-117.
  • 90 Ibid., p. 113.

60La discussion menée par Eichthal à la SEP, en parallèle de celle sur les pétitions à la Chambre, a été, on l’a vu, investie par les parlementaires, qui finalement mènent le débat sur les deux fronts, politique et scientifique. L’épilogue de cette discussion est notamment la mise en place de la Commission d'abolition de mars 1848, à laquelle participent Dejan de la Bâtie, Reizet, Perrinon, et évidemment Schœlcher. Les coloniaux, manifestement paniqués, chercheront avant tout à y négocier le passage au travail forcé, expliquant à nouveau que le Blanc fut le salut du Noir esclave et sera le salut du Noir libre89. Les « arguties de possesseurs d’hommes » qui exaspèrent Schœlcher vont jusqu’à inférer que le gouvernement de la France, à travers les siècles, aurait « forcé les colons à acheter des nègres90 ».

61On ne peut imaginer que les discussions menées à la SEP n’aient pas eu une influence directe sur les débats parlementaires. Or, cette discussion, qui s’achève sur une sorte d’impasse idéologique en juillet 1847 – c’est-à-dire beaucoup plus qu’une hypothèse sur le destin des nations, une difficulté à déterminer la nature de la distinction entre la race des esclaves et la race des esclavagistes –, sera la dernière, au sein de la communauté des savants, qui pose frontalement la question de l’existence ou non des races, avant le Congrès sur les races inauguré en 1911 par Franz Boas. Offensés presque par la mise en cause de ce qui restait encore dix ans auparavant une hypothèse, les médecins naturalistes reprennent la main au sein de la société savante. La SEP recrute encore neuf médecins après juillet et encore quelques savants, zoologues, géographes en novembre. Il semble, que désormais, l’affaire de la race leur revienne et la Société d’Anthropologie de Paris établie par Broca en 1859 se fonde entre autres sur la critique de la SEP et de ses errements « politiques ». L’absence de sources provenant de la SEP après février 1848 nous empêche aussi bien d’avoir accès à ce qu’il s’y est dit au même moment que la préparation des décrets d’abolition, et de savoir si des séances se sont tenues pendant la période révolutionnaire. Quelques listes de présence et comptes rendus manuscrits laconiques témoignent de la survie de la SEP en mai et juin 1850, avant que les sources ne disparaissent et que l’on suppose sa disparition effective.

  • 91 Paul Schor, « Statistiques de la population et politique des catégories aux États-Unis au xixe siè (...)

62De fait, durant les quelques années qui préparent l’abolition définitive de l’esclavage, la race est devenue une institution, une catégorie du politique et de la vie économique, et bientôt, dans le futur dispositif colonial, une des modalités de gouvernement. Dans cette mutation, les médecins qui, sans démonstration mais sous l’influence d’enjeux politiques bruyants, installent la race dans l’ordre de la nature, semblent jouer le même rôle que les statisticiens et les démographes étasuniens qui, exactement à la même époque, à travers les pratiques du recensement, construisent la catégorie raciale du blanc et du noir91 pour des raisons toutes politiques : une catégorie pragmatique, directement issue du système esclavagiste et conçue pour résoudre la question du travail des affranchis. Cette catégorie, nourrie du préjugé de couleur pendant l’esclavage et de ses conséquences en termes de mesures discriminatoires contre les libres de couleur, s’impose définitivement comme notion théorique et se verra dans un avenir proche dotée de fonctions similaires à celles de l’esclavage : distinguer le Blanc de tous les autres et organiser sa domination.

Annexes

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Communications en séance

Sources : Procès-verbaux de séances de la Société Ethnologique (Mémoires, Bulletins et Archives de la Société Ethnologique)

Année

Lecteur

Auteur

Sujet

Région concernée

1839

Edwards

Idem

Abyssins

Afrique Est

1839

Lajard

Idem

Chaldéens

Mésopotamie

1840

Eichthal

Boré

Chaldéens

Mésopotamie

1840

Berthelot

Idem

Guanches

Canaries

1840

Berthelot

Idem

Guanches

Canaries

1840

Froberville

Idem

Malgaches

Magadascar

1840

Dumoutier

Idem

Crânes, ossements

Canaries, Chili

1840

Desvergers

Idem

Arabes

Europe (Sicile)

1840

Imbert

Pavie

Parsis

Inde

1840

Lefebvre

Idem

Abyssins

Afrique Est

1840

Benet

Idem

Objets

Inde (Lahore)

1840

Lefebvre

Idem

Abyssins

Afrique Est

1840

Lefebvre

Idem

Mehemet Ali

Egypte

1841

Benet

Idem

Sikhs

Inde

1841

Garcin

Pavie

Monuments

Inde

1841

Martins

Idem

Céphalomètre

Europe (Laponie)

1841

Eichthal

Idem

Foulahs

Afrique Ouest

1841

Avezac

Idem

Yébous (yorubas)

Afrique Ouest

1841

Desvergers

Idem

Arabes

Europe (Sicile)

1841

Lacger

Idem

Algériens

Afrique Nord (Algérie)

1841

Thomassy

Idem

Musulmans/Chrétiens

Afrique

1841

Lélut

Idem

Taille de l'homme

Europe (France)

1841

Avezac

Thomassy

Musulmans/Chrétiens

Afrique

1841

Eichthal

Idem

Langues caribe/polynésien

Caraïbe / Polynésie

1841

Avezac

Jackson

Arts et inventions

1841

Berthelot

Idem

Mœurs

Canaries

1841

Dumoutier

Idem

Croquis, moulages

1841

Eichthal

Idem

Rapport blancs/noirs et métis

1842

Berthelot

Idem

Guanches

Canaries

1842

Avezac

Löwenstern

Archipel Sandwich

1842

Dulaurier

Idem

Langue malaise

Asie Est

1842

Berthelot

Idem

Ossements

Europe (France)

1842

Avezac

Idem

Basques

Europe

1842

Imbert

Edwards

1842

Löwenstern

Idem

Pop du Mexique

Amérique (Mexique)

1842

Desvergers

Idem

Europe (Sicile)

1842

Castelnau

Idem

Histoire ancienne

Amérique

1842

Yermoloff

Obermuller

Carte ethnographique

Europe

1842

Eichthal

Idem

Copte / langues africaines

Afrique

1842

Thomassy

Idem

Caravanes

1843

Eichthal

Idem

Langues

Egypte/Océanie/Amérique

1843

Yermoloff

Idem

Kirghiz

Asie centrale

1843

Biot

Idem

Tatouages chinois

Asie (Chine)

1843

Eichthal

Idem

Langues

Egypte/Océanie/Amérique

1843

Yermoloff

Idem

Kirghiz

Asie centrale

1843

Dumoutier

Idem

Population

Pacifique (NoukaHiva)

1843

Eichthal

Idem

Langues

Egypte/Océanie/Amérique

1843

Avezac

Idem

Yébous (yorubas)

Afrique Ouest

1843

Brière

Idem

Langue des prêtres

Egypte

1843

Vivien

Idem

Anthropologie

1843

Eichthal

Idem

Compte rendu de Prichard

1843

Garcin

Desalle

Philologie monogéniste

1843

Vivien

Idem

Anthropologie

1843

Eichthal

Idem

Yolofs (wolofs)

Afrique Ouest (Sénégal)

1843

Eichthal

Idem

Rapport océaniens/américains

Océanie/Amérique

1843

Vivien

Idem

Races et religions

1843

Vivien

Idem

Races et religions

1844

Avezac

Troyer

Indiens

Inde

1844

Avezac

Idem

Cyrénéens

Afrique Nord

1844

Lefebvre

Idem

Abyssins

Afrique Est

1844

Troyer

Idem

Indiens

Inde

1844

Eichthal

Troyer

Indiens

Inde

1844

Avezac

Troyer

Indiens

Inde

1844

Imbert

Idem

Compte rendu Omalius

1844

Troyer

Idem

Indiens

Inde

1844

Vivien

Idem

Pops antiques

Asie mineure

1844

Troyer

Idem

Indiens

Inde

1844

Troyer

Idem

Indiens

Inde

1844

Avezac

Troyer

Indiens

Inde

1844

Imbert

Idem

Ethnologie œuvres grecques

Europe (Grèce)

1844

Vivien

Idem

Anthropologie

1844

Lefebvre

Idem

Abyssins

Afrique Est

1844

Orbigny

Idem

Péruviens

Amérique Sud (Pérou)

1845

Froberville

Idem

Swahilis

Afrique Est

1845

Lafond de Lurcy

Idem

Australiens

Océanie

1845

Mandl

Tschudi

Crânes des péruviens

Amérique Sud (Pérou)

1845

Imbert

Idem

Langues français/flamand

Europe (Nord France)

1845

Furnari

Idem

Œil des indigènes algériens

Afrique Nord

1845

Imbert

Idem

Monument à Korsabad

Mésopotamie

1845

Imbert

Idem

Amérindiens

Amérique Nord

1845

Dumoutier

Morton

Amérindiens

Amérique Nord

1845

Dumoutier

Morton

Amérindiens

Amérique Nord

1845

Imbert

Idem

Rapport sur visite aux Amer.

Amérique Nord

1845

Dumoutier

Morton

Amérindiens

Amérique Nord

1845

Imbert

Idem

Juifs et Tsiganes

Europe

1845

Dumoutier

Idem

Ossements

Europe (Meudon)

1845

Imbert

Hoeven

"Race nègre"

1845

Imbert

Idem

Monument à Korsabad

Mésopotamie

1845

Imbert

Hoeven

"Race nègre"

1846

Bannister

Idem

Relations colons/colonisés

1846

Eichthal

Idem

Rapports civilisations

Mexique/Inde/Chine/Japon

1846

Yermoloff

Idem

Amérique russe

1846

Lenormant

Ferguson

Ethnologie de l'Irlande

Europe

1846

Eichthal

Idem

Compte rendu sur Raffenel

Afrique Ouest

1846

Orbigny

Idem

Amérique du Sud

1846

Troyer

Idem

Inde

1846

Eichthal

Idem

Similitude asiat. de l'est / amérindiens

Asie Est / Amérique

1846

Yermoloff

Idem

Amérique russe

1846

Eichthal

Picksring

Pacifique (Ile Lord North)

1846

Vivien

Idem

Populations

Caucase

1846

Vivien

divers

Habitants primitifs

Europe (îles britanniques)

1846

Vivien

Idem

Populations

Caucase

1846

Quetelet

Idem

Caract. phys. "Hercule"

Amérique Nord

1846

Froberville

Idem

Ethnologie de Maurice

Ile Maurice

1846

Eichthal

Parlement anglais

Importation sucres étrangers

Empire Britannique

1846

Lenormant

Idem

Compte rendu de Schoelcher

Egypte

1846

Eichthal

Idem

Compte rendu de Squier et Davis

Amerique Nord (Ohio)

1846

Eichthal

Idem

Rapport sur Quetelet et l'Hercule

Amérique Nord

1846

Lenormant

Idem

Rapport sur Courson et les bretons

Europe (Bretagne)

1847

Eichthal

Société abol. Londres

Esclavage

1847

Courtet

Idem

Races antiques

Afrique Est (EgypteEthiopie)

1847

Eichthal

Idem

Rapport sur Froberville

Afrique Est

1847

Dumoutier

Idem

Bustes d'amérindiens

Amérique nord

1847

Semallé

Idem

Amérindiens du Wisconsin

Amérique nord

1847

Eichthal

Idem

SeidEnkess présent en séance

1847

Lisboa

Idem

État des noirs au Brésil

Amérique du Sud (Brésil)

1847

Rugendas

Idem

Portraits polynésiens, indiens, chinois

Asie

1847

Dumoutier

Idem

Crânes

1847

Delegorgue

Idem

Crâne de Cafre amazoulou

Afrique Sud

1847

Eichthal

Idem

Rapport sur Revue coloniale

Caraïbes

1847

Eichthal

Idem

Tombeau gallo-romain

Europe

1847

Lallemand

Idem

Description physique des noirs

1847

Eichthal

Idem

Buste de Seid

1847

Delegorgue

Idem

Cafres

Afrique Sud

1847

Arnoux

Idem

Car. physiques Martinique

Caraïbes

1847

Froberville

Idem

Créoles et africains

Caraïbes

1847

Morton

Métissage et fécondité

1847

Morton

Têtes amérindiennes

Amérique

1847

Froberville

Idem

Voyage

Afrique Est

1847

Dumoutier

Idem

Bustes

Océanie

1847

Middendorf

Samoyèdes

Russie (Sibérie)

1847

Eichthal

Idem

Rapport sur voyage de Delegorgue

Annexe 2 : Liste des membres de la Société ethnologique de Paris par ordre d'adhésion.

Sources : Procès-verbaux de séances de la Société Ethnologique (Mémoires, Bulletins et Archives de la Société Ethnologique)

Nom

Prénom

Activités

Devenu membre en

Type de membre

Edwards

William Frédéric

Médecin, naturaliste

1839

Président 1839, Fondateur

Santarem de Barros e Sousa

Manuel Francisco

Vicomte, historien, diplomate, homme d'État, politique

1839

Vice-Président, Président 1843, Président honoraire, Fondateur, Comité central

D'Avezac

Marie-Armand

Archiviste, géographe

1839

Vice-Président 1843

Garcin de Tassy

Joseph-Héliodore-Sagesse-Vertu

Orientaliste, indianiste

1839

Fondateur, Vice-Président, Comité central

d'Orbigny

Alcide

Naturaliste, explorateur, paléontologue

1839

Vice-Président 1847, Fondateur, Comité central

Imbert des Mottelettes

Charles

Cosmographe, géographe

1839

Secrétaire, Fondateur, Comité central

Filon

Charles Auguste Désiré

Historien, professeur à l'École Normale

1839

Fondateur, Comité central

Milne-Edwards

Henri

Médecin, zoologiste

1839

Président 1844, Fondateur, Comité central

Michelet

Jules

Historien

1839

Fondateur, Comité central

Letronne

Jean-Antoine

Philologue, helléniste, épigraphiste, archéologue, géographe

1839

Fondateur

D'Angers

David

Sculpteur, graveur

1839

Fondateur

Flourens

Marie Jean Pierre

Médecin, biologiste

1839

Fondateur

Lenormant

Charles

Archéologue, égyptologue, numismate, professeur à la Sorbonne, bibliothécaire

1839

Fondateur, Comité central, Président

Berthelot

Sabin

Naturaliste

1839

Fondateur, Comité central

Foville

Achille Louis François

Médecin, neurologue, psychiatre, chef médecin à la Maison royale de Charenton

1839

Fondateur, Comité central

Emmanuel de Rougé

Charles

Archéologue, égyptologue, philologue, homme politique, conseiller d'État (1854)

1839

Fondateur

Noël des Vergers

Adolphe

Archéologue, historien, épigraphiste, orientaliste, étruscologue

23/08/1839

Trésorier, Comité central

Ternaux-Compans

Henri

Politique, député de la Loire-Inférieure (1844-1848), historien, traducteur

23/08/1839

Membre ordinaire

de Bertou

Jules ?

Cartographe, géographe

23/08/1839

Membre ordinaire

Comte

Achille

Médecin, zoologiste, chef de bureau au ministère de l'Instruction publique

23/08/1839

Membre ordinaire

d'Eichthal

Gustave

Écrivain, journaliste, helléniste, saint-simonien

25/10/1839

Secrétaire adjoint 1841, Secrétaire 1846, Comité central

Pavie

Théodore

Voyageur, orientaliste

25/10/1839

Membre correspondant

d'Abbadie

Antoine

Explorateur, numismate, physicien, cartographe, archéologue, homme politique

25/10/1839

Membre correspondant

Deane

Charles

Soit peintre, soit ingénieur en plongée sous-marine

25/10/1839

Membre correspondant

Courtet de l'Isle

Victor

Journaliste, saint-simonien

25/10/1839

Secrétaire adjoint 1846

de Froberville

Eugène

Explorateur (Madagascar), géographe

25/10/1839

Comité central

Jaubert

Amédée

Orientaliste, traducteur, voyageur, maître des requêtes

25/10/1839

Membre ordinaire

OrchardHalliwell

James

Historien, écrivain

25/10/1839

Membre ordinaire

Forbes

Frederick M. F. ?

Médecin (Bombay Army)

25/10/1839

Membre ordinaire

de la Renaudière

Philippe François

Écrivain, géographe

25/10/1839

Membre ordinaire

Toussenel

Alphonse

Écrivain, journaliste

25/10/1839

Membre ordinaire

Verrollot

Pierre

Médecin, saint-simonien

25/10/1839

Membre ordinaire

Geoffroy Saint-Hilaire

Isidore

Naturaliste, zoologiste

29/11/1839

Membre ordinaire

Cazeaux

Euryale

Ingénieur hydrographe, directeur de la compagnie d'Arcachon, saint-simonien

29/11/1839

Membre ordinaire

Desjardins

Julien

Zoologiste

27/12/1839

Membre ordinaire

Barbié du Bocage

Alexandre François?

Géographe

27/12/1839

Membre ordinaire

Brongniart

Alexandre

botaniste, géologue, zoologiste, chimiste, minéralogiste, directeur muséum histoire naturelle

31/01/1840

Membre ordinaire

Muller

Clément

Agronome, arabisant, orientaliste

31/01/1840

Membre ordinaire

Mandl

Louis

Médecin

31/01/1840

Membre ordinaire

Dussieux

Louis

Historien, géographe, professeur d'histoire à l'école de Saint Cyr

31/01/1840

Membre ordinaire

Le Breton

Médecin

31/01/1840

Membre ordinaire

Le Roi

Médecin

31/01/1840

Membre ordinaire

Fourcault

Alexandre?

Médecin

31/01/1840

Membre ordinaire

Da Gama Machado

Joseph Joachim

Naturaliste, ornithologue, conseiller de la Légation du Portugal à Paris

31/01/1840

Membre ordinaire

de Bonnechose

Emile

Bibliothécaire du Palais de Versailles, historien

28/02/1840

Comité central

Ditchfield

28/02/1840

Membre ordinaire

Boué

Ami

Géologue, médecin

28/02/1840

Membre ordinaire

Fortoul

Hippolyte

Politique, député (1848-1851), ministre (1851-1856), archiviste, historien

28/02/1840

Membre ordinaire

Cournelet

28/02/1840

Membre ordinaire

Thomassy

Raymond (A. dans MSEP)

Archiviste, paléographe, géographe, voyageur

28/02/1840

Membre ordinaire

Matter

Jacques

Inspecteur général des bibliothèques publiques 1832, professeur d'histoire

27/03/1840

Comité central

Werner

Jacques Christophe

Peintre au muséum d'histoire naturelle au Jardin des Plantes

27/03/1840

Membre ordinaire

Hocquart

Jacques ou son frère Adolphe?

Imprimeur libraire, éditeur

27/03/1840

Membre ordinaire

Breton

François Pierre Ernest

Archéologue, dessinateur

24/04/1840

Membre ordinaire

Ségur Dupeyron

Philippe

Conseil sanitaire de la marine, Tanger, diplomate, consul de France, politique

29/05/1840

Membre correspondant

Benit

Médecin de la légation de France, États-Unis

29/05/1840

Membre correspondant

Le Duc

Auguste

Planteur dans l'océan indien

29/05/1840

Membre ordinaire

Le Duc

Saint-Elme

29/05/1840

Membre ordinaire

Desnoyers

Médecin

29/05/1840

Membre ordinaire

Le Bas

Philippe

Helléniste, épigraphiste, archéologue, traducteur, précepteur de Napoléon III

29/05/1840

Comité central

de Grasse-Briançon

Annibal Joseph Paulin

Militaire, capitaine

26/06/1840

Membre correspondant

Montefiore

Moses?

Banquier

26/06/1840

Membre ordinaire

de Brière

Éditeur libraire ?

26/06/1840

Membre ordinaire

Benet-Deperraud (De Perraud)

Joseph Fr. R. Alex

Médecin, ex-médecin du Roi de Lahore, chirurgien de l'armée du roi de Lahore

26/06/1840

comité central

Troyer

Anthony

Militaire à la retraite

31/07/1840

Comité central, Vice Président 1847

Codazzy

Agostino

Colonel, militaire, géographe, cartographe, gouverneur de la province de Barinas (Venezuela)

28/08/1840

Membre correspondant

Le Febvre ou Lefebvre

Charlemagne Théophile

Militaire, officier de la marine

28/08/1840

Membre correspondant

Stanger

William

Médecin, géomètre « Surveyor general » d'Afrique du Sud, géologue, botaniste

28/08/1840

Membre correspondant

de Courson

Aurélien

Historien, publiciste, directeur de la Revue archéologique, secrétaire de la Société archéologique du Finistère, conservateur et sous-directeur adjoint à la Bibliothèque nationale

28/08/1840

Membre ordinaire

Lélut

Louis-Francisque

Politique, Médecin (chef des "aliénés" à la Salpêtrière), député 1848-1849 au centre, 1849-1851 à droite, 1852-1857 puis 1857-1863 majorité dynastique

28/01/1841

Membre ordinaire

Vivien de Saint Martin

Louis

Géographe, historien

28/01/1841

Membre ordinaire

Dulaurier ou Du Laurier

Édouard

Égyptologue, professeur de Malais, Arménien.

28/01/1841

Membre ordinaire

(de) Schoenefeld

Wladimir

Botaniste

28/01/1841

Membre ordinaire

Sicé

François Eugène

Commissaire adjoint de la Marine attaché au bureau du Domaine, Pondichéry

23/04/1841

Membre ordinaire

Lanjuinais

Victor

Politique, conseiller municipal du 10e arrondissement de Paris en 1830, député (1838-1848, 1848-1849, puis 1849-1851), ministre de l’Agriculture, puis de l’Instruction publique.

25/06/1841

Membre ordinaire

Suquet

Jean Baptiste Etienne

Médecin. CHIRURGIEN à la marine, Beyrouth.

25/06/1841

Membre ordinaire

Rey

25/06/1841

Membre ordinaire

Guéroult

Adolphe

Politique, consul de France au Mexique 1842, journaliste, député (Gauche bonapartiste anticléricale et démocratique, 1863-1869)

25/06/1841

Membre ordinaire

Sicé

Pierre Constant

Maitre de français, arithmétique et géographie du Collège royal de Pondichéry

25/06/1841

Membre ordinaire

Yanoski (Yanosky)

Jean

Historien

27/08/1841

Membre étr. élu spont.

Dumoutier

Pierre Alexandre Marie

Médecin (mais pas fini ses études apparemment), naturaliste, anatomiste

27/08/1841

Membre ordinaire

Löwenstern

Isidore

Voyageur, antiquaire (autrichien)

27/08/1841

Membre ordinaire

Raymond ou Raimond

Xavier

Journaliste, homme de lettres, traducteur

24/12/1841

Membre ordinaire

Pierquin de Gembloux

Charles Claude

Médecin, écrivain, inspecteur d'académie

24/12/1841

Membre ordinaire

comte de Castelnau

Francis

Naturaliste, explorateur, consul à Bahia (1848), au Siam (1848-1862), à Melbourne (1864).

28/01/1842

Membre ordinaire

Biot

Édouard

Ingénieur, sinologue.

22/04/1842

Membre ordinaire

Exarque ou Eksarh

Alexandre

Journaliste, homme politique bulgare

22/04/1842

Membre ordinaire

de Yermoloff

Michel

Militaire, homme de lettres

24/06/1842

Membre ordinaire

Ober-Müller / Obermüller

Wilhelm / Guillaume

Géographe, cartographe

26/08/1842

Membre ordinaire

Auguis

Pierre René

Politique, Député des Deux-Sèvres (1831-1844) dans l'opposition, puis Conservateur de la bibliothèque Mazarine sur proposition de Guizot 1842.

25/11/1842

Membre ordinaire

de Salles (Desalle)

Eusèbe

Médecin, orientaliste, interprète à Alger (1830), professeur d'arabe à Marseille (1835)

25/11/1842

Membre ordinaire

Bargès

abbé Jean-Joseph-Léandre

Prêtre catholique, professeur d'arabe à Marseille, professeur d'hébreu à la Sorbonne (1842)

24/03/1843

Membre ordinaire

Armand

Alfred

Architecte (Chemin de fer Paris - Saint-Germain, gares dans le Nord de la France)

24/03/1843

Membre ordinaire

Demarquay

Jean Nicolas

Médecin, chirurgien, "élève interne à l'Hôtel-Dieu"

24/03/1843

Membre ordinaire

Maury

Alfred

Archéologue, historien, professeur

24/03/1843

Membre ordinaire, secrétaire adjoint 1846

Guérin

Casimir

Poète ? Auteur ?

26/05/1843

Membre ordinaire

d'Eichthal

Adolphe

Banquier, politique, député de la Sarthe (Conservateur, 1846-1848)

23/06/1843

Membre ordinaire

Clapeyron

Emile

Ingénieur, physicien

28/07/1843

Membre ordinaire

Ayrton

Frederick

Lieutenant d'artillerie, Compagnie anglaise des Indes Orientales (retraite en 1843)

27/10/1843

Membre ordinaire

de Quatrefages

Armand

Naturaliste, zoologiste

26/01/1844

Membre ordinaire

Duvernoy (Duvernois)

Louis Georges

Médecin, zoologiste

26/01/1844

Membre ordinaire

Pelletan

Alcide

Médecin

23/02/1844

Membre correspondant

Mallat

Jean

Médecin (chirurgie) à l'hôpital St Jean de Dieu de Manille, agent colonial

23/02/1844

Membre ordinaire

Guérin

Jules

Médecin à la Muette (orthopédie)

23/02/1844

Membre ordinaire

Valenciennes

Achille

Zoologiste, naturaliste

23/02/1844

Membre ordinaire

Rodrigues

Édouard

Banquier, agent de change, saint-simonien

23/02/1844

Membre ordinaire

Morton

Samuel

Médecin

29/03/1844

Membre étr. élu spont.

d'Orléans (Prince de Joinville)

François, S.A.R.

Prince de Joinville, politique

29/03/1844

Protecteur/Patronage

de Mofras

Eugène

Naturaliste, botaniste, explorateur, directeur/attaché aux Affaires étrangères

29/03/1844

Membre ordinaire

(de) Maizan

Eugène

Explorateur, enseigne de vaisseau

29/03/1844

Membre ordinaire

de Semallé

René

Professeur, géographe

03/05/1844

Membre ordinaire

Dally

Nicolas

Médecin, géographe

26/07/1844

Membre ordinaire

Ferrao de Castel Branco

Joao Da Silva Martens

25/10/1844

Membre ordinaire

Raffenel

Anne Jean Baptiste

Militaire, explorateur, gouverneur/commandant des établissements français de Madagascar (1855)

25/10/1844

Membre ordinaire

Haight

29/11/1844

Membre ordinaire

Haywood

James

29/11/1844

Membre ordinaire

Lafond de Lurcy

Gabriel

Consul Général Honoraire du Costa Rica à Paris, voyageur, publiciste

27/12/1844

Membre ordinaire

Liger de Libessart

Jean Louis Eléonor Alfred

Officier de la marine royale

27/12/1844

Membre ordinaire

Moerenhout

Jacques Antoine

Consul français à Tahiti

?1844

Membre ordinaire

Biard

François Auguste

Peintre

?1844

Membre ordinaire

Griffith

Médecin

?1844

Membre ordinaire

Lambert

Charles Joseph

Directeur de l’École polytechnique du Caire, saint-simonien, explorateur, ingénieur

?1844

Membre ordinaire

Lelewel

Joachim

Historien, homme politique

10/01/1845

Membre étr. élu spont.

Retzius

Anders

Médecin, anatomiste

10/01/1845

Membre étr. élu spont.

Conolly

Arthur

Militaire, explorateur

10/01/1845

Membre étr. élu spont.

Quetelet

Adolphe

Naturaliste, mathématicien, statisticien, astronome

10/01/1845

Membre étr. élu spont.

Martinez

Secrétaire de l’académie des sciences de Madrid

10/01/1845

Membre étr. élu spont.

Elphinston

Mountstuart

Historien, homme d'État, homme politique

10/01/1845

Membre étr. élu spont.

Malcolm

Charles

Militaire, Amiral

10/01/1845

Membre étr. élu spont.

Furnari

Salvatore

Médecin, ophtalmologiste, voyageur

24/05/1845

Membre ordinaire

Gallatin

Albert

Linguiste, secrétaire au Trésor américain, fondateur de l’université de New York

25/10/1845

Membre étr. élu spont.

Robinson

Edward

Théologien, archéologue

25/10/1845

Membre étr. élu spont.

Schoolcraft

Henry

Géographe, géologue, Agent indien

25/10/1845

Membre étr. élu spont.

(de) Mauroy

Prosper

Fondateur de la Revue des Deux Mondes

25/10/1845

Membre ordinaire

Desnoyers

Jules

Bibliothécaire, géologue, archéologue, spéléologue, historien

28/11/1845

Membre ordinaire

Dunlop

John

Fondateur de la Temperance Society London

26/12/1845

Membre ordinaire

Leclère

Médecin

30/01/1846

Membre ordinaire

Courty

Amédée

Médecin, gynécologue

30/01/1846

Membre ordinaire

Ferguson

James

Antiquaire

27/03/1846

Membre étr. élu spont.

Hugart

27/03/1846

Membre ordinaire

Péreire

Emile

Banquier, directeur des Chemins de fer Saint Germain, politique, député de la Gironde (1863-1869)

27/03/1846

Membre ordinaire

Péreire

Isaac

Banquier, directeur des Chemins de fer Saint Germain, politique, député des Pyrénées Orientales (1863-1870).

27/03/1846

Membre ordinaire

Schoelcher

Victor

Politique, député de la Martinique (1848-1851), puis de la Guadeloupe (1871-1875), sénateur inamovible (1875), critique d'art, journaliste

24/04/1846

Membre ordinaire

Catlin

George

Peintre (spécialisé dans les amérindiens)

26/06/1846

Membre correspondant

Duprat

Pascal

Politique, diplomate, député (1848-1851)

26/06/1846

Secrétaire adjoint 1847

Rugendas

Johann Moritz

Peintre, voyageur

26/12/1846

Membre correspondant

Dumas

Jean-Baptiste

Chimiste, pharmacien, doyen de la Faculté des Sciences

26/12/1846

Membre ordinaire

Mohl

Jules

Orientaliste, traducteur, professeur

26/12/1846

Membre ordinaire

Blandin

Philippe Frédéric

Chirurgien, médecin, professeur

26/12/1846

Membre ordinaire

Trousseau

Armand

Médecin, Professeur à l’École de Médecine

26/12/1846

Membre ordinaire

Le Bret

Étudiant en médecine

26/12/1846

Membre ordinaire

Chevalier

Michel

Politique, député de l’Aveyron (1845-1846), sénateur (1869-1870), saint-simonien, économiste libéral

26/12/1846

Membre ordinaire

Rayer

Pierre

Médecin, dermatologue, médecin consultant de Louis-Philippe, médecin ordinaire de Napoléon III

26/12/1846

Membre ordinaire

Jourdan

Directeur adjoint, Compagnie des Annon.

30/01/1847

Membre ordinaire

Urbain

Ismayl

Conseiller rapporteur au Conseil du Gouvernement d'Alger, saint-simonien

30/01/1847

Membre ordinaire

Denonvilliers

Charles Pierre

Chirurgien, anatomiste, professeur à l'École de Médecine

30/01/1847

Membre ordinaire

Carette

Ernest

Militaire, capitaine du génie, commission scientifique de l'Algérie

30/01/1847

Membre ordinaire

Burnouf

Eugène

Linguiste, orientaliste, indianiste

26/02/1847

Membre ordinaire

Rodrigues

Olinde

Mathématicien, banquier, économiste, saint-simonien

26/02/1847

Membre ordinaire

Rodrigues

Henri

Banquier, agent de change

26/02/1847

Membre ordinaire

Rodrigues

Hippolyte

Banquier, agent de change

26/02/1847

Membre ordinaire

Hennecart

Jules François

Politique, député de la Vienne (droite, 1846-1848, 1849-1851), banquier.

26/02/1847

Membre ordinaire

Paton

Emile

Homme de lettres

26/02/1847

Membre ordinaire

Toussaint

Armand

Sculpteur, graveur

26/02/1847

Membre ordinaire

Vieyra

Adolphe

Banquier, agent de change

26/02/1847

Membre ordinaire

Eckstein

Ferdinand (baron d')

Orientaliste, auteur

26/02/1847

Membre ordinaire

Ritt

Georges

Inspecteur de l'enseignement primaire (1846), inspecteur général de l'instruction publique (1852)

26/02/1847

Membre ordinaire

Girard

Pierre (probablement)

Peintre

26/03/1847

Membre ordinaire

Cumberworth

Charles

Sculpteur

26/03/1847

Membre ordinaire

Lallemand

François

Médecin, chirurgien (maladies du cerveau)

26/03/1847

Membre ordinaire

d'Alcantara Lisboa

Pedro

Attaché à la légation du Brésil

26/03/1847

Membre ordinaire

Delaroche

Paul

Peintre

26/03/1847

Membre ordinaire

Bourgeois

Propriétaire

26/03/1847

Membre ordinaire

Gouin

Ernest

Ingénieur civil

26/03/1847

Membre ordinaire

Cheuvreux

Pierre Casimir

Homme d'affaires, négociant en textiles

26/03/1847

Membre ordinaire

Bonheur

Raymond

Peintre, saint-simonien

26/03/1847

Membre ordinaire

Dejean-Labâtie / Dejean de la Bâtie / Dejean de Labâtie

Marc Antoine Jules

Politique, délégué colonial de l’île Bourbon (1830-1845), député de la Réunion (1847-1849)

23/04/1847

Membre ordinaire

Moreau

Adolphe Ferdinand

Banquier, agent de change

23/04/1847

Membre ordinaire

Moreau

Adolphe

Politique, propriétaire, maire de Morville, député de la Meuse (Droite, 1848-1849)

23/04/1847

Membre ordinaire

Lemaître

Ernest?

Avocat

23/04/1847

Membre ordinaire

Orfila

Mathieu Joseph Bonaventure

Médecin, chimiste, doyen de la faculté de médecine de Paris

14/05/1847

Membre ordinaire

Vernet

Horace

Peintre

14/05/1847

Membre ordinaire

Javal

Léopold

Banquier, politique, député de l'Yonne (Indépendant, Opposition, Gauche, Centre-Gauche ; 1857-1872), agronome, saint-simonien

14/05/1847

Membre ordinaire

Petit

Charles

Médecin, inspecteur adjoint des eaux de Vichy

14/05/1847

Membre ordinaire

Béniqué

Pierre-Jules

Chirurgien, médecin

14/05/1847

Membre ordinaire

Reiset

Marie Xavier "Eugène"

Membre du conseil colonial, délégué de la Guadeloupe

14/05/1847

Membre ordinaire

Thomas

Emile

Chimiste, ingénieur civil, directeur des Ateliers Nationaux (1848)

14/05/1847

Membre ordinaire

Feuilherade

Jean Marie Laurent VICTOR

Avocat

14/05/1847

Membre ordinaire

De Montigny

Charles

Consul de France à Shanghai (1848-1853)

14/05/1847

Membre étr. élu spont.

Boussakis

Médecin

14/05/1847

Membre étr. élu spont.

Jacquinot

Honoré

Médecin, chirurgien, botaniste, zoologiste

28/05/1847

Membre ordinaire

Génuyt de Beaulieu

Henri Sébastien

Propriétaire, maire de Langres 1848, ou président du tribunal de Langres

28/05/1847

Membre ordinaire

Perinnon

Auguste François

Militaire, chef de bataillon d'artillerie de la Marine, politique, député (1849-1850)

28/05/1847

Membre ordinaire

Rochet d'Héricourt

Charles Xavier

Commerçant, explorateur en Abyssinie

11/06/1847

Membre ordinaire

Billiard

Auguste

Ancien préfet du Finistère 1831, Secrétaire général du ministère de l'intérieur 1830,

11/06/1847

Membre ordinaire

Gobert

Médecin

11/06/1847

Membre ordinaire

de Monglave

Eugène

Publiciste

11/06/1847

Membre ordinaire

Guillot

Natalis

Médecin à la Salpêtrière

09/07/1847

Membre ordinaire

Bonaparte

Charles

Ornithologue, Prince de Canino

09/07/1847

Membre ordinaire

Ebray

Théodore

Ingénieur civil, cartographe

09/07/1847

Membre ordinaire

Arnoux

Louis

Médecin, chirurgien de la marine

09/07/1847

Membre ordinaire

Meruault

Ministère de la Marine et des Colonies, employé

09/07/1847

Membre ordinaire

Fleury

dit Champfleury?

Homme de lettres

09/07/1847

Membre ordinaire

Cornay

Joseph-Emile

Médecin

09/07/1847

Membre ordinaire

Delegorgue

Adulphe

Voyageur

23/07/1847

Membre ordinaire

de Arrieta

Francisco

23/07/1847

Membre ordinaire

Marchal (de Calvi)

Charles Jacob

Médecin, professeur d'anatomie et de physiologie au Val de Grâce

26/11/1847

Membre ordinaire

Duméril fils

Auguste

Zoologiste

26/11/1847

Membre ordinaire

Philippeau

Aide naturaliste au Jardin des plantes

26/11/1847

Membre ordinaire

Roberty

Peintre

26/11/1847

Membre ordinaire

Barret

Médecin

26/11/1847

Membre ordinaire

Hombron

Jacques

Naturaliste de la marine, médecin

24/12/1847

Membre ordinaire

Gosselin

Léon Anathase

Médecin, chef des travaux anatomiques, école de médecine

24/12/1847

Membre ordinaire

Vaïsse

Léon

Professeur à l’École des sourds et muets

28/01/1848

Membre ordinaire

Ampère

Jean Jacques

Historien

11/02/1848

Membre ordinaire

Boudin

Jean Christian Marc

Médecin, chirurgien en chef de l'hôpital militaire de Versailles

11/02/1848

Membre ordinaire

Tricoche

Hector

11/02/1848

Membre ordinaire

Wallon

Henri Alexandre

Historien, homme politique, député de Guadeloupe (1849-1851) puis du Nord (1871-1875), doyen honoraire Faculté des Lettres de Paris

Membre élu spontanément

Prichard

James Cowles

Médecin

Membre étr. élu spont.

Lawrence

William

Médecin

Membre étr. élu spont.

Ritter

Karl

Géographe, professeur

Membre étr. élu spont.

Ruppell

Eduard

Naturaliste, explorateur

Membre étr. élu spont.

vonMartius

Carl Friedrich Philipp

Médecin, botaniste, ethnographe, explorateur

Membre étr. élu spont.

Balbi

Adriano

Géographe, conseiller impérial à Vienne pour la géographie et la statistique

Membre étr. élu spont.

Washington

John

Militaire, officier de marine, hydrographe, géographe

Membre étr. élu spont.

de Angelis

Pedro

Historien, journaliste à Paris entre 1821 et 1826, puis en Argentine

Membre étr. élu spont.

Franzini

Marino Miguel

Militaire, météorologue, statisticien

Membre étr. élu spont.

Rafn

Carl Christian

Archéologue, philologue

Membre étr. élu spont.

Graberg de Hamsö (Graber di Hemso)

comte Jacopo

Géographe ?

Membre étr. élu spont.

Magnussen

Finn

Archéologue

Membre étr. élu spont.

Hodgkin

Médecin

Membre étr. élu spont.

Rodrigues da Silveira

Francisco Elias

Médecin, 1er médecin de la Chambre Royale de Lisbonne

Membre étr. élu spont.

de la Sagra

Ramon

Botaniste, anarchiste, homme politique, écrivain

Membre étr. élu spont.

Dubois de Monpereux

Frédéric

Archéologue, ethnographe

Membre étr. élu spont.

Cor

Mathurin Joseph

Traducteur (drogman) à l'ambassade de Constantinople, professeur de turc au Collège de France

Membre étr. élu spont.

Vilardebo

Teodor

Médecin, naturaliste, historien uruguayen, directeur du Musée de Montevideo

Membre étr. élu spont.

de Roujoux

Alexandre

Consul de France à Syra, directeur des paquebots à Athènes

Membre étr. élu spont.

Geel

Jacob

Bibliothécaire de Leyde, Helléniste

Membre étr. élu spont.

Schröder

Johan Henrik

Recteur de l’université d'Uppsala, archéologue, bibliothécaire, bibliographe

Membre étr. élu spont.

Wright

Médecin, chirurgien, archéologue, paléontologue, géologue

Membre étr. élu spont.

Asher

Adolf

Libraire, Editeur, Antiquaire, Bibliographe

Membre étr. élu spont.

Arri

Abbé

Abbé à Turin, orientaliste,

Membre étr. élu spont.

Rosellini

Ippolito

Egyptologue, orientaliste

Membre étr. élu spont.

Allen

William

Pharmacien, chimiste,

Membre étr. élu spont.

Fowell Buxton

Member of Parliament, brasseur,

Membre étr. élu spont.

Hodgson

William

Ancien consul des États-Unis à Alger, Consul général de Tunis 1841, planteur à Savannah Georgia

Membre étr. élu spont.

Jackson

Julian R.

Colonel, Militaire au Bengale, en Russie, Géographe

Membre étr. élu spont.

Wagner

Rudolf

Médecin, anatomiste, physiologiste, professeur à université de Göttigen

Membre étr. élu spont.

Wilson

Horace Hayman

Médecin, orientaliste, professeur de sanskrit à Oxford

Membre étr. élu spont.

Bodmer

Charles

Peintre

Membre étr. élu spont.

von Schlegel

Guillaume August

Écrivain, poète, philosophe, critique, orientaliste, professeur à Bonn et Iéna

Membre étr. élu spont.

Lassen

Christian

Orientaliste, professeur à Bonn

Membre étr. élu spont.

Mickiewicz

Adam

Poète, écrivain, professeur au Collège de France

Membre étr. élu spont.

Kazimirski de Biberstein

Albert

Drogman (interprète officiel) ambassade de France en Perse, orientaliste

Membre étr. élu spont.

WirervonRettenbach

Franz

Médecin, conseiller de l'empereur à Vienne, recteur de l’université de Vienne

Membre étr. élu spont.

Tognio

Lajos

Professeur à Pest, Médecin

Membre étr. élu spont.

Schordan

Zsigmong

Médecin, professeur de physiologie et d’anatomie à Pest

Membre étr. élu spont.

Bene

Consul

Membre étr. élu spont.

Czermak

Joseph Julius

Médecin, anatomiste, physiologiste, professeur à Vienne

Membre étr. élu spont.

Kriegk

Georg Ludwig

Historien, philologue, géographe, archiviste

Membre étr. élu spont.

Claussen

Pierre

Géologue

Membre étr. élu spont.

Wallich

Nathaniel

Botaniste, médecin, chirurgien

Membre étr. élu spont.

O'Shaughnessy

William

Médecin

Membre étr. élu spont.

Omalius d'Halloy

Jean Baptiste Julien

Géologue

Membre étr. élu spont.

Buschmann

J.K.

Philologue

Membre étr. élu spont.

Renouard

George Cecil

Orientaliste

Membre étr. élu spont.

Carus

Carl Gustav

Professeur, médecin, peintre

Membre étr. élu spont.

Carr Woods

Robert

Journaliste, avocat, météorologiste

Membre correspondant

Dufoz de Maufras

Membre correspondant

Leguével de la Combe

B F

Militaire, général, explorateur

Membre correspondant

Martin de Moussy

Jean Antoine Victor

Médecin (directeur de l'hôpital de la légion française de Montevideo), naturaliste

Membre correspondant

Duke of Sussex

Prince Augustus Frederick

Membre honoraire

Blumenbach

Johann Friedrich

Naturaliste, professeur à l’université de Göttingen

Membre honoraire

Comte de Munster

Georg

Paléontologue

Membre honoraire

Lord Brougham

Henry Peter

Pair (démission 1834), homme politique, écrivain

Membre honoraire

Major Jarvis

Médecin, chirurgien -général

Membre honoraire

de Wied-Neuwied

Prince Maximilien

Voyageur aux USA, naturaliste, explorateur

Membre honoraire

von Humboldt

Alexandre

Géographe, voyageur, Conseil d'État de Prusse

Membre honoraire

von Hammer Purgstall

Baron

Conseiller à Vienne, orientaliste, diplomate, historien

Membre honoraire

Van den Bosch

Johannes

Militaire, ministre des Colonies, ex-gouverneur aux Indes néerlandaises

Membre honoraire

Van de Weyer

Sylvain

Ministre plénipotentiaire de Belgique à Londres, Membre gouvernement provisoire de 1830, Premier Ministre belge 1845-1846

Membre honoraire

Ouvarov

Serguei

Diplomate, ministre de l'instruction publique russe,

Membre honoraire

Vorontsov (Woronzow)

Mikhail

Gouverneur général de Nouvelle Russie

Membre honoraire

Golowin

Evgeny

Militaire, Général, commandeur en chef, Grusie, Arménie, Trans-Caucasie

Membre honoraire

Osterman-Tolstoi

Alexandre

Militaire armée russe

Membre honoraire

(von) Steven

Christian

Médecin, Botaniste, entomologiste, conseil d'État de Russie

Membre honoraire

de Navarrete

Martin Fernandez

Historien, navigateur

Membre honoraire

de Macedo

Joaquim José

Conseiller, historien, archiviste

Membre honoraire

Camaldoli

Comte

Juriste, avocat, homme politique

Membre honoraire

Colettis

Jean

Général, militaire, plénipotentiaire de Grèce à Paris, ministre, premier ministre de Grèce

Membre honoraire

du Ponceau

Pierre etienne

Linguiste, juriste, philosophe

Membre honoraire

Dallas Bache

Alexander

Physicien, géomètre

Membre honoraire

Ticknor

George Curtis

Ex-ministre (Secretary of the interior), USA

Membre honoraire

de Souza

Guilermo

Ministre des affaires étrangères, Brésil

Membre honoraire

de Villela Barbosa

Francisco

Militaire, marine brésilienne

Membre honoraire

Barboza

Paulo

Secrétaire de l'empereur, Brésil

Membre honoraire

de San Leopoldo

Vicomte

Écrivain, magistrat, homme politique, militaire

Membre honoraire

Comte de Santangelo

Terenzio

Ministre de l'intérieur, Naples

Membre honoraire

Haut de page

Notes

1 Frédéric Régent, « Préjugé de couleur, esclavage et citoyennetés dans les colonies françaises (1789-1848) », La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, no 9, 2015 ; Silyane Larcher, L’autre citoyen : l’idéal républicain et les Antilles après l’esclavage, Paris, Armand Colin, 2014 ; enfin sur la question de la frontière humain/animal, voir Pierre Serna, Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en Révolution (1750-1840), Paris, Fayard, 2017.

2 Ainsi, M. de Cools, délégué à la Martinique, à la question du président sur les « capacités de la race nègre », répond : « Je ne la crois pas plus difficile que d'autres à gouverner, mais je la regarde comme très-bornée. Dans la métropole même, des hommes placés à la tête de la science ont assigné des causes à cette infériorité. D’ailleurs, l'histoire tout entière est là pour justifier ce jugement. » Un autre délégué colonial, Vidal de Lingendes, propriétaire à la Guyane, tente aussi d’invoquer « les physiologistes » pour témoigner de « l’infériorité de la race noire », avant de se faire rabrouer par le président de la commission, qui considère, tout comme son rapporteur, qu’il ne faut examiner la question de la liberté du travail que sous un angle politique. (Commission chargée d’examiner la proposition de M. de Tracy relative à l’abolition de l’esclavage, PV de la séance du 10 juillet 1839, déclarations des Délégués des colonies)

3 Alexis de Tocqueville, Rapport de la commission relative à l’abolition de l’esclavage, séance du 23 juillet 1839.

4 Claude Blanckaert, « 1800 – Le moment « naturaliste » des sciences de l’homme, Abstract », Revue d’Histoire des Sciences Humaines no 3, no 2, 2000, p. 117‑60 ; Jean-Luc ChappeyLa Société des Observateurs de l’Homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes, 2002.

5 Claude Blanckaert, « J.-J. Virey, observateur de l’homme (1800-1825) », in Bénichou et Blanckaert (dir.), Julien-Joseph Virey naturaliste et anthropologue, Paris, Vrin, 1988, p. 97-182.

6 ESL, en réalité une évolution inspirée par Edwards de l’Aborigenes Protection Society.

7 Blanckaert, De la race à l’évolution. Paul Broca et l’anthropologie française, 1850-1900, Paris, L’Harmattan, 2009.

8 Voir notamment Claude Blanckaert, « Fondements disciplinaires de l’anthropologie française au XIXe siècle. Perspectives historiographiques », Politix 8, n°29, 1995, p. 31‑54 ; et Claude-Olivier Doron, L’homme altéré : race et dégénérescence (xviie-xixe siècles), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2016.

9 Sandrine Lemaire, « Gustave d’Eichthal, ou les ambiguïtés d’une ethnologie saint-simonienne : du racialisme ambiant à l’utopie d’un métissage universel », Philippe Régnier (dir.), Études saint-simoniennes, Lyon, PUL, 2002, p. 154.

10 Carole Reynaud-Paligot, « Construction et circulation de la notion de “race” au cours du XIXème siècle », in Nicolas Bancel David, et Dominic (ed.), L’Invention de la race, Paris, La Découverte, 2014.

11 Jan E. Goldstein, « Toward an Empirical History of Moral Thinking: The Case of Racial Theory in Mid-Nineteenth-Century France », The American Historical Review, 120, no 1, 2015.

12 Voir Martin S. Staum, Labeling People: French Scholars on Society, Race, and Empire, 1815-1848, Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2003.

13 Les archives de la SEP sont une sous-section du fonds de la Société Anthropologique de Paris, numérotée SAP 97, Bibliothèque centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. Elles retracent les comptes rendus de séances ainsi que des correspondances personnelles, des listes d’adresses, des notes etc. Nous avons utilisé également des archives parlementaires via le Moniteur universel compilé à la BnF et sur Gallica.

14 Staum, Labeling People…, op. cit., p. 131.

15 Mémoires de la Société ethnologique de Paris (MSEP), séance du 29 mai 1840, vol. 1, BnF, p. 33.

16 MSEP, séance du 27 août 1841, vol. 1, 50.

17 André-Jean Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849) : étude historique d’une psychologie sociale., Paris, France, Presses universitaires de France, 1964 ; Christophe Charle. Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Seuil, 1991.

18 Mémoires et Bulletins de la Société Ethnologique de Paris.

19 Partant du constat que certaines notices biographiques mentionnent des grades de la Légion d'honneur pour certains membres, nous avons par exemple constaté que la SEP compte 89 légionnaires sur ses 304 membres, soit 29 % du total. En ne considérant que les 184 membres de nationalité française, on obtient une proportion de 48 % de légionnaires, alors que, au 1er janvier 1839, il y avait en France 147 légionnaires pour 100 000 habitants. Se reporter à la Base Léonore en ligne, Archives nationales –  http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore/pres.htm – et à T. Fleury, Annales du parlement français, par une société de publicistes, sous les auspices des deux Chambres, Paris, Libr. de Firmin Didot Frères, 1839.

20 Liste des membres de la Société ethnologique, Archives de la Société ethnologique, SAP 97, BC MNHN.

21 Les familles Pereire et Rodrigues sont issues de la communauté juive portugaise sépharade installée à Bordeaux (avec les familles Henriques et Gradis) au début du xviiie siècle et qui a pris une place prépondérante dans l’économie atlantique par son activité bancaire et commerciale.

22 29 médecins avant 1845, 10 entre 1845 et le début du débat de 1847, 14 entre le débat de 1847 et 1848, et 19 membres honoraires ou étrangers élus spontanément et dont la date d’adhésion n’est pas indiquée.

23 MSEP, séance du Comité central du 12 janvier 1844, vol. 2, p. 48-49.

24 MSEP, séance du 25 février 1842, vol. 2

25 Thomas Bernon, La science des races. La Société ethnologique de Paris à l’ère de l’abolition de l’esclavage, mémoire de M2, Université Paris-Diderot et Carl Bridge, King’s Collège London (sous la direction d’Aurélia Michel), 2017, p. 62-65.

26 MSEP, séance du 29 novembre 1844, vol. 2, p. 63.

27 Séance du 29 août 1845, Archives de la Société ethnologique, SAP 97.

28 Loïc Rignol et Philippe Régnier, « Races et politique dans l’histoire de France chez Victor Courtet de l’Isle (1813-1867), enjeux de savoir et luttes de pouvoir au xixe siècle », in P. Régnier (dir.), Études saint-simoniennes, Lyon, PUL, 2002, p. 127‑52.

29 Ibid., p. 144-147.

30 MSEP, séance du 24 décembre 1841, vol. 2, p. 16.

31 Claude-Charles Pierquin de Gembloux, Lettre au général Bory de Saint-Vincent sur l’unité de l’espèce humaine, Bourges, Impr. de P. A. Manceron, 1840.

32 Ibid., 7-9.

33 MSEP, séance du 23 juillet 1841, vol. 1, p. 49.

34 MSEP, séance du 27 janvier 1843, vol. 2, p. 32.

35 MSEP, séance du 25 août 1843, vol. 2, p. 42.

36 Bulletin de la Société ethnologique de Paris (BSEP), séance du 27 février 1846, p. 6.

37 BSEP, séance du 26 juin 1846, p. 52.

38 « L'auteur développe cette idée tout à fait nouvelle, que l’espèce humaine peut être envisagée comme un couple dans lequel la race blanche représenterait le type mâle, et la race noire le type femelle », MSEP, séance du 24 décembre 1841, vol. 2, p. 17

39 Marie-Noëlle Bourguet, Pierre-Yves Lacour, « Les mondes naturalistes : Europe (1530-1802) », in Dominique Pestre (dir.), Histoire des sciences et des savoirs. I. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 2015, p. 262.

40 Lorelai Kury, « Les instructions de voyage dans les expéditions scientifiques françaises (1750-1830) », Revue d’histoire des sciences 51, no 1, 1998, p. 66.

41 MSEP, séance du 27 mars 1840, p. XXX-XXXI.

42 MSEP, séance du 39 mars 1844, p. LII-LIII.

43 La relation avec le Prince de Joinville sembla se poursuivre puisque, en septembre 1845, le procès-verbal évoque une lettre de remerciements de sa part pour l'envoi du second volume des Mémoires de la Société (BSEP, séance du 22 mai 1846, p. 51 ; voir T. Bernon, La Science des races, op. cit., p. 57).

44 T. Bernon, La science des races, op. cit., p. 129-130.

45 Ibid., p. 122.

46 MSEP, vol. 1, Paris, Dondey-Dupré, 1841, p. XXVI.

47 Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889, Paris, Edgar Bourloton, 1891, p. 381-382.

48 Le Moniteur Universel, séance du vendredi 30 mai 1845, 1er semestre 1845, Paris, p. 1509-11.

49 Valérie Assan, « Gustave d’Eichthal en Algérie. Entre utopie saint-simonienne et quête des origines (1838-1839) », Archives de sciences sociales des religions, no 169, 2015, p. 337.

50 Lettre de Gustave d'Eichthal à Léopold Javal, 14 juin 1839, Fonds Enfantin, Bibliothèque de l'Arsenal, BnF, Ars. Ms 14406, Fo 63.

51 V. Assan, « Gustave d’Eichthal et l’Algérie… », art. cit., p. 335-336.

52 Bulletins de la Société ethnologique de Paris, séance du 26 février 1847, BnF, p. 50. Olinde, Henri et Hippolite Rodrigues, issus, comme Édouard Rodrigues et les frères Pereire, des familles de banquiers et négociants Gradis et Rodrigues-Henriques, juifs du Portugal établis à Bordeaux depuis le début du xviiie siècle.

53 BSEP, séance du 26 février 1847, p. 45.

54 Ibid.

55 BSEP, séance du 26 février 1847, p. 53-59.

56 Ibid., séance du 26 février 1847, p. 51.

57 Ibid., séance du 23 avril 1847, p. 64.

58 Ibid., p. 67.

59 Ibid., p. 68-69.

60 Ibid., p. 90.

61 Lettre de remerciement non datée signée Rodrigues, archives de la Société Ethnologique, SAP 97.

62 BSEP, séance du 23 avril 1847, p. 72-73.

63 Une publication aux frais de la Société pour l'Abolition de l'esclavage compile les discussions de ces trois séances et permet d'en parcourir l'intégralité : Discussion des pétitions pour l’abolition complète et immédiate de l’esclavage. Séances de la Chambre des députés des 24 et 26 avril et 7 mai 1847, Paris, Bulletin de l’Abolitionniste français, 1847.

64 Ibid., p. 2.

65 Le conseil colonial de la Réunion a obtenu en 1847 une représentation à la Chambre, deux députés sont élus pour siéger à Paris.

66 BSEP, séance du 23 avril 1847, p. 77.

67 Ibid., séance du 14 mai 1847, p. 81.

68 Ibid., p. 85.

69 Ibid., séance du 22 octobre 1847, p. 256.

70 Ibid., séance du 14 mai 1847, p. 86.

71 Ibid., séance du 28 mai 1847, p. 125.

72 Discussion des pétitions pour l’abolition complète et immédiate de l’esclavage. Séances de la Chambre des députés des 24 et 26 avril et 7 mai 1847, Paris, Bulletin de l’Abolitionniste français, 1847.

73 Marc-Antoine Dejean de la Bâtie, Deux notes sur les pétitions présentées à la Chambre des Députés pour l’abolition de l’esclavage, Paris, Guiraudet et Jouaust, 1847.

74 Auguste-François Perrinon, Résultats d’expériences sur le travail des esclaves, Paris, Imprimerie Royale, 1847, p. 3.

75 Ibid., p4.

76 BSEP, séance du 11 juin, p. 132.

77 Ibid.

78 BSEP, séance du 11 juin 1847, p. 151.

79 On est tenté de rapprocher ces mots de ceux qu'il prononcera en 1879 lors d'un banquet de commémoration de l'abolition en présence de Victor Hugo et du fils de François Arago. En préambule de l’apologie de la mission civilisatrice, Schœlcher fait l'éloge de Hugo, dont la « voix […] pénètrera jusqu'au cœur de l'Afrique […] pour porter la lumière à des populations encore dans l'enfance ». Sa « parole […] aura puissance de civilisation ; elle aidera ce magnifique mouvement philanthropique qui semble, en tournant aujourd'hui l'intérêt de l'Europe vers le pays des hommes noirs, vouloir y réparer le mal qu'elle lui a fait. »

80 BSEP, séance du 11 juin 1847, p. 164.

81 Ibid., séance du 26 février 1847, p. 43.

82 Philippe Régnier, « Du côté de chez Saint Simon : question raciale, question sociale et question religieuse », Romantisme, 35, no 130, 2005, p. 30.

83 BSEP, séance du 25 juin 1847, p. 202.

84 Ibid., p. 204-205.

85 Ibid., séance du 9 juillet 1847, p. 221.

86 Ibid., séance du 9 juillet 1847, p. 231.

87 Ibid., p. 163.

88 De façon singulière, il donne un certain crédit à Reizet, « dont l'avis en pareil cas a un double poids » selon Schœlcher (car il est planteur), lorsqu’il affirmait que la physionomie des Noirs créoles différait de celle des Africains, avec un « angle facial plus ouvert. » Pour Schœlcher, l'esclavage avilit, mais a au moins permis de mettre les Noirs au contact de plus civilisés qu'eux et leur a ouvert la voie du perfectionnement, thèse principale de Reizet.

89 T. Bernon, La science des races, op. cit., p. 110-117.

90 Ibid., p. 113.

91 Paul Schor, « Statistiques de la population et politique des catégories aux États-Unis au xixe siècle. Théories raciales et questions de population dans le recensement américain », Annales de démographie historique, no 105, no 1, 2003, p. 5‑22.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/2448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Bernon, « La science des races : la Société Ethnologique de Paris et le tournant colonial (1839-1848) », La Révolution française [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lrf/2448 ; DOI : 10.4000/lrf.2448

Haut de page

Auteur

Thomas Bernon

Master in European History (Université Paris Diderot - King’s College London)

Haut de page

Droits d’auteur

© La Révolution française

Haut de page