Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19

19 | 2021
Appropriation de la Révolution française dans l'historiographie japonaise

Sous la direction de Pierre Serna et Kôbô Seigan
Triptyque : Vue d'ensemble du quartier français de Yokohama (Kuniteru II, Paris, Musée national des arts asiatiques – Guimet)
Informations sur cette image
Crédits : Photo © RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) / Thierry Ollivier

Consacrer un numéro spécial de La Révolution Française à l’historiographie japonaise de la fin du xviiie siècle n’est pas chose simple tant les modes d’écriture, de pensées et de compréhensions de l’histoire diffèrent entre les deux pays. Pourtant le résultat est là avec une somme d’articles qui exprime la vitalité des recherches au Japon, leur ancienneté et les perspectives futures qui s’y dessinent.

La difficulté mais tout l’intérêt aussi nait du fait que, bien vite, il est apparu dans ce travail commun que la spécificité des historiens japonais de la révolution se porte sur une interrogation qui est toute japonaise, avant d’être française. Qu’est-ce que Meiji Ishin, c’est à dire comment évaluer le grand moment de rupture de 1868, celui qui fait passer le Japon dans l’ère de la modernité, à l’aune de la Révolution française de 1789 ?

  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search