Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23À la sourceCharles-Gaspard-Elisabeth-Joseph,...

À la source

Charles-Gaspard-Elisabeth-Joseph, marquis de Bailly (1765-1850) et l’Affaire de Nancy, 1790

Laurine Quetin

Texte intégral

  • 1 C’est la devise du marquis de Bailly. Archives départementales de la Mayenne, désormais abrégées AD (...)

Animi fortitudo1

  • 2 Service historique de la Défense-Armée de Terre, sous-série GRYd – dossier 8 YD 2166.

1Le chartrier du château de Fresnay, aux Archives de la Mayenne, contient plusieurs cartons consacrés à la famille de Bailly entre les années 1730 et 1850 et, notamment, à la vie ainsi qu’à la carrière militaire et politique de Charles-Gaspard-Elisabeth-Joseph, fils aîné de Jean-Baptiste-Joseph de Bailly et Aimée-Anne-Charlotte L’Escalopier, né et décédé au château de Fresnay, près du Bourgneuf-La Forêt en Mayenne. En ce qui concerne son parcours militaire dès 1790, il est possible de le retracer minutieusement grâce aux documents contenus dans le carton 508 J 14 ainsi que dans son dossier militaire déposé au Service historique de la Défense à Vincennes2. Trois étapes le jalonnent : l’Affaire de Nancy en août 1790 ; sa place dans les campagnes militaires en Allemagne entre 1791 et 1799 en tant qu’émigré ; et, enfin, son séjour au Portugal de septembre 1800 à fin 1807 durant lequel il écrivit plusieurs textes concernant la situation militaire du Portugal.

Portrait du marquis de Bailly, artiste inconnu, c. 1825-1830 (collection privée). Le marquis de Bailly résidait alors à Versailles. Après le départ de Charles X, il est retourné vivre au château de Fresnay en Mayenne

  • 3 AD 53, 508 J 14. Le carton 508 J 14 contient vingt-deux lettres qui lui furent adressées entre le 2 (...)

2Son dossier de retraite clos le 16 janvier 1816 mentionne qu’il fit carrière durant 35 ans, 11 mois et 14 jours et en développe les étapes. En 1780, il entre au régiment du Roi-Infanterie comme sous-lieutenant. En août 1789, il est nommé lieutenant en second de la compagnie de chasseurs de Saint-Méard. C’est sa bravoure au cours de l’Affaire de Nancy en août 1790 qui lui vaut, à l’âge de vingt-cinq ans, la Croix de l’Ordre de Saint-Louis. À la suite des événements qui se déroulèrent à Nancy, le régiment du Roi est licencié à la fin de l’année 1790 et Charles de Bailly, devenu officier réformé par sa nouvelle organisation, n’hésite pas à rejoindre l’armée des Émigrés à Worms au cours de l’année 1791 afin de se mettre au service des deux frères du roi Louis XVI, le comte d’Artois et le comte de Provence. Il entre tout d’abord comme chevalier-dragon dans l’unité de cavalerie de l’armée de Condé, les Chevaliers de la Couronne. En 1792, il est nommé colonel dans le régiment des hussards de Salm avant de passer sous l’autorité militaire anglaise qui lui accorde en 1794 le grade de commandant3.

Extrait d’une lettre du 17 janvier 1816 et solde de retraite résumant la carrière du marquis de Bailly

  • 4 AD 53, 503 J 14. Un long mémoire sur les deux ans passés par le comte von der Goltz au Portugal (se (...)
  • 5 Victoire de Pardaillan est la fille du comte Pierre de Pardaillan et de Madeleine-Laurence de Vezie (...)

3Avant son départ au Portugal où il est nommé brigadier des armées attaché au service du comte Karl-Alexander von der Goltz, nouveau maréchal des armées portugaises4, il épouse début mai 1800 à Altona où elle s’est réfugiée avec sa mère, Victoire de Pardaillan5. Il revient en France au château de Fresnay début 1808 avec le grade de maréchal de camp attribué par le roi du Portugal avant son départ en exil au Brésil en novembre 1807. Mais ce n’est qu’au printemps 1814, avec le retour du roi Louis XVIII, qu’il manifeste son intention de reprendre une activité politique : inspecteur des gardes nationales en Mayenne, député entre 1815 et 1816 à la Chambre des députés des départements, puis entre 1824 et 1827, avant d’être Pair de France. À soixante ans, en 1825, il obtient enfin la reconnaissance de sa carrière militaire et de sa fidélité au service de la monarchie : la Croix de Commandeur de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis. En 1830, il se retire de la vie politique après le départ de Charles X en exil. Il meurt au château de Fresnay le 9 janvier 1850.

L’Affaire de Nancy en août 1790

4Début août 1790, un conflit entre les soldats et leur hiérarchie surgit à Nancy où stationnent trois régiments : le régiment du Roi-Infanterie auquel Charles de Bailly est attaché ; le régiment de Châteauvieux-Infanterie ; Le Mestre de Camp Général-Infanterie. Un décret de l’Assemblée nationale avait prescrit le remboursement des « masses » aux soldats, c’est-à-dire l’argent destiné à l’entretien des troupes de chaque régiment. Ce décret engendra de nombreuses mutineries en France, mais c’est à Nancy que les soldats furent les plus violents au sein des trois régiments. L’agitation prend des proportions importantes au cours du mois et remet en question l’autorité des chefs militaires présents à Nancy face à leurs troupes. La situation s’envenime et, le 28 août, le comte de Noüe, commandant en second du gouvernement militaire de Lorraine, est arrêté par des soldats et des citoyens armés ; il est accusé de complicité dans l’évasion du général Malseigne. Des officiers présents à ses côtés s’interposent et veulent le libérer des mains de la troupe venue le saisir. Parmi eux se trouvent François-Guillaume Bragouze de Saint-Sauveur, Charles de Bailly et Louis Le Roy de la Potherie, tous trois blessés au cours du combat. Ils se retrouvent incarcérés jusqu’au 31 août ainsi que le général de Malseigne rattrapé à Lunéville. Entretemps, il est décidé à Paris qu’une intervention militaire est nécessaire pour rétablir l’ordre sur place ; c’est le marquis de Bouillé, nouvellement nommé commandant en chef de l’Armée sur le Rhin, qui est chargé de son exécution. Deux régiments acceptent le désarmement de leurs soldats, mais il reste les Suisses du régiment de Châteauvieux et une partie des gardes nationaux de Nancy ainsi que des citoyens prêts à en découdre. Une fusillade a lieu qui se termine par un nombre important de morts au soir du 31 août. La répression menée au sein des régiments par le marquis de Bouillé est féroce. Le marquis Charles de Bailly, sérieusement blessé le 28 août, n’a certainement pas pris place dans son régiment après sa libération au cours du 31 août.

5Onze lettres écrites entre octobre et fin novembre 1790 sont consacrées à son implication le 28 août dans la lutte pour libérer le comte de Noüe ainsi qu’aux blessures qu’il a reçues en s’opposant « aux soldats forcenés ». La description précise de la scène au cours de laquelle les officiers ont voulu protéger leur supérieur, le comte de Noüe, a un but précis : l’attribution de la Croix de Saint-Louis au marquis de Bailly comme elle le fut à François-Guillaume Bragouze de Saint-Sauveur afin de le récompenser pour son courage.

6Sur les six lettres placées dans le dossier militaire du marquis de Bailly, trois ne sont pas datées. En premier lieu, la lettre rédigée par le duc du Châtelet, député du bailliage de Bar-le-Duc, à l’intention du ministre de la Guerre, le comte de la Tour du Pin-Gouvernet, résume la carrière du jeune marquis dans l’armée et rappelle ses blessures, « coup de sabre à la tête et plusieurs autres sur les mains ». Elle répond certainement à la sollicitation de Jean-Baptiste de Bailly, père de Charles de Bailly et lui-même député de la sénéchaussée du Mans, qui mentionne son nom dans un courrier adressé au même ministre de la Guerre. Enfin, celle de Charles de Bailly justifie son intervention « en défendant Monsieur de Noüe au moment où il était traîné en prison par des soldats rebelles » et qui signale que « des soldats forcenés se jetèrent sur lui ». Jean-Baptiste Collenel, tout nouveau directeur du département de Lorraine intervient, au nom du Directoire du département, pour attirer l’attention du ministre de la Guerre sur le geste héroïque de « Monsieur le Bailli de Fresnay ».

7Les cinq lettres conservées aux Archives de la Mayenne sont la preuve que la décoration a bien été attribuée au jeune officier de vingt-cinq ans. Elles concernent la demande de la Croix de Saint-Louis au jeune officier et, ensuite, son attribution par le roi Louis XVI. L’attestation écrite par le comte de Noüe le 28 octobre fait écho à celle du 23 octobre présente dans le dossier militaire. Elle est cependant plus fournie dans la peinture de la scène et les détails du combat acharné qui faillit coûter la vie à Charles de Bailly. Enfin, une lettre datée du 28 novembre 1790, présente dans le carton 508 J 14, est signée par le comte Charles du Houx de Vioménil qui le félicite pour sa décoration. Ils se retrouvent un an plus tard dans l’armée de Condé, puis courant 1801 au Portugal quand le comte arrive à Lisbonne pour prendre la succession du maréchal von der Goltz à la tête de l’armée portugaise jusqu’en 1803.

8Il ne fait aucun doute que Charles de Bailly a fait partie des officiers très attachés à la discipline militaire qui lui a été inculquée au sein du Régiment du Roi-Infanterie. Le comte de Noüe le mentionne dans l’attestation écrite le 28 octobre 1790 : « depuis les malheureux événements qui ont eu lieu dans le Régiment du Roi, dès l’année dernière, on l’a toujours vu un des premiers à tout entreprendre pour aider à rétablir l’ordre et la discipline. »

9Pour conclure, il faut noter tout d’abord que le marquis de Bailly n’est pas repris dans le 102e régiment d’infanterie après le licenciement du régiment du Roi-Infanterie au début de l’année 1791 et qu’ensuite le comte de Noüe comme le Roi Louis XVI inscrivent des prénoms inexacts en confondant ceux du père et du fils : « Jean-Baptiste-Charles-Alexandre-Elisabeth » de Bailly. En 1815, Charles de Bailly fait appel à d’anciens officiers du régiment du Roi-Infanterie pour certifier que ses vrais prénoms sont : « Charles-Gaspard-Elisabeth-Joseph », tels qu’ils ont été enregistrés lors de son mariage à Altona début mai 1800.

Archives militaires de Vincennes, SHD 8Yd 2166

10Trois lettres non datées

  • 6 Frédéric-Séraphin de la Tour du Pin-Gouvernet, ministre de la Guerre de Louis XVI en 1790.

Monsieur le Comte6,

  • 7 Louis-Marie-Florent de Lomont d’Haraucourt, du Châtelet.

M. le duc du Châtelet7 étant à la campagne et ne devant revenir que ce soir, permettez-moi d’avoir l’honneur de vous présenter ce mémoire ; vous connaissez par la lettre qu’il a eu la bonté de vous adresser en faveur de mon fils, qu’il ne désapprouvera pas ma demande ; ce qui me fait espérer que vous voudrez bien, ainsi que vous avez eu la bonté de me le promettre, de présenter ce mémoire à Sa Majesté et lui faire valoir les services et les blessures de mon fils qui vous en aura, ainsi que moi, la plus grande reconnaissance.

Je suis avec respect

Monsieur le Comte

Votre très humble et très obéissant serviteur

  • 8 Jean-Baptiste Joseph de Bailly. Il est député de la noblesse aux États généraux de 1789 pour la sén (...)

De Bailly de Fresnay8, député

* * *

Monsieur du Châtelet demande la Croix de Saint-Louis pour le Sieur Bailly de Fresnay, lieutenant en 2nd dans le régiment du Roy.

Second sous-lieutenant surnuméraire le 3 juin 1780

Lieutenant le 24 avril 1785

Lieutenant en 2nd le 26 août 1789

Officier du 3 juin 1780 au 3 octobre 1790 (10 ans 4 mois)

Monsieur du Châtelet expose qu’il est fort aise de voir Monsieur de Saint-Sauveur jouir de cette décoration mais que Monsieur de Fresnay, également bon sujet et son ancien, s’est également bien conduit et qu’il a été en quelque sorte plus maltraité que lui puisqu’outre un coup de sabre à la tête, il en a reçu plusieurs autres sur les mains dont il sera probablement estropié comme Monsieur de Saint-Sauveur est menacé de l’être ; et il observe que la grâce accordée à ce dernier deviendrait pour Monsieur de Fresnay une injustice ou du moins un dégoût qu’il est bien loin d’avoir mérité. Il n’est pas le seul qui, avec Monsieur de Saint-Sauveur, dans la même occasion ait donné les mêmes preuves de zèle et de courage mais les autres officiers qui ont participé à ces mêmes dangers ont été moins grièvement blessés et ont déjà la Croix de Saint-Louis.

On demande l’intention du ministre

* * *

Régiment du Roi

Croix de Saint-Louis

Charles Gaspard Elisabeth Joseph de Bailly de Fresnay, officier au Régiment du Roi, supplie Sa Majesté de vouloir bien lui accorder la Croix de Saint-Louis ainsi qu’elle a eu la bonté de le faire dans les mêmes circonstances pour Monsieur de Saint-Sauveur.

Les motifs sur lesquels il fonde cette demande, sont les blessures qu’il a reçues dans la malheureuse affaire de Nancy, en défendant Monsieur de Noüe au moment où il était traîné en prison par des soldats rebelles ; en voici l’exposé succinct.

Après avoir reçu plusieurs coups de sabre sous lesquels il succomba, des soldats forcenés se jetèrent sur lui, le saisirent aux cheveux et avaient déjà commencé à lui scier le cou lorsque, par un dernier effort et avec le secours d’un honnête homme présent à cette scène cruelle, il se trouva entouré de ses camarades qui le ramenèrent au quartier, sans force et sans vigueur ; on le mit au lit mais bientôt on vint l’en arracher pour le traîner en prison.

D’après cet exposé succinct, il ajoutera qu’il est impossible d’avoir été plus maltraité, de s’être conduit avec plus de sang-froid et de courage qu’il ne l’a fait : les coups de sabre qu’il a reçus sur les mains lui font craindre d’en être estropié pour la vie. Il ose donc espérer de la justice qu’elle voudra bien lui accorder la même grâce qu’à Monsieur de Saint-Sauveur dont les blessures sont moins graves et dont il est l’ancien dans le service.

* * *

Nancy, le 23 octobre 1790

Demande de la Croix de Saint-Louis par M. de Noüe. Maréchal de Camp, employé dans le département de la Meurthe, Commandant à Nancy.

Pour

Monsieur Jean-Baptiste-Charles-Alexandre-Elisabeth de Bailly, lieutenant au Régiment d’infanterie du Roi.

Il a joint le Régiment du Roi le 3 juin 1780, s’est toujours distingué dans son service par son zèle et son activité. Le 28 août de cette année, voyant M. de Noüe arrêté et conduit par une foule de soldats et de citoyens dont une partie armée, sachant ses jours en danger, il s’est d’abord résigné à se sacrifier pour le dégager quoique tout lui annonçait une mort certaine. Il a été blessé grièvement à la tête et un autre coup de sabre lui a estropié un doigt. D’autres coups l’ont assommé et jeté par terre sans connaissance. D’infâmes assassins lui avaient déjà détaché le col, relevé les cheveux et commençaient à lui scier le cou quand il a été secouru. Au moment qu’on le pansait, des soldats forcenés l’ont arraché de son lit, ayant dit que ce n’était point la peine de mettre un appareil, devant être pendu sur le champ.

M. de Noüe ose espérer que Sa Majesté voudra bien juger cet officier digne de la même grâce accordée à M. de Saint-Sauveur ayant eu la même intrépidité et le même dévouement.

* * *

Lettre du président du département

Monsieur [Jean-Baptiste-Charles] Collenel

Nancy, le 25 octobre 1790

Monsieur de la Tour du Pin

Le roi a récompensé la belle action de Monsieur de Saint-Sauveur, lieutenant au régiment du Roi-infanterie qui s’est dévoué le 28 août pour la défense de Monsieur de Noüe, commandant à Nancy, en donnant à cet officier le prix de la valeur, la Croix de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, vous aurez appris sûrement avec plaisir, Monsieur, que Monsieur le Bailli de Fresnay, lieutenant au même régiment, s’est également distingué dans la même journée et pour la même cause, qu’il a été grièvement blessé d’un coup de sabre à la tête en défendant Monsieur de Noüe ; qu’il a eu les mains mutilées et qu’il est encore à craindre dans ce moment qu’il n’en reste estropié ; le Directoire du département a désiré, Monsieur, que vous fussiez instruit de cette affaire, dans la confiance d’intéresser votre justice en faveur de Monsieur le Bailli.

Cet officier n’a employé aucun moyen, aucune recommandation pour faire valoir sa conduite et pour en obtenir la récompense accordée à son camarade mais son silence et sa modestie ne le rendent que plus recommandable et ce sera certainement, Monsieur, un nouveau titre à vos yeux pour obtenir de Sa Majesté pour Monsieur le Bailli, la Croix dont Elle a voulu que Monsieur de Saint-Sauveur fût décoré. Les motifs qui ont décidé le roi, dispensent d’ajouter que Monsieur le Bailli est l’ancien de Monsieur de Saint-Sauveur et qu’il serait douloureux pour le premier de voir son courage et ses blessures moins appréciées que ne l’ont été les mêmes circonstances à l’égard de Monsieur de Saint-Sauveur, avec d’autant plus de raison que Monsieur le Bailli, percé de plusieurs coups, couvert de sang et renversé par les soldats assassins, ne leur a échappé ainsi qu’à la multitude effrénée qui voulait sa mort, que par un événement extraordinaire. Tel est le témoignage qui est dû à la valeur et au dévouement de Monsieur le Bailli. C’est le sentiment de justice, c’est celui qui vous rend, Monsieur, le protecteur de ses belles actions qui ont seules déterminé le Directoire à vous présenter cette demande pour Monsieur le Bailli. La plus belle prérogative des représentants du Peuple est de faire connaître les actions généreuses, d’en propager le goût et l’exemple, en cherchant à les faire récompenser. Messieurs de Bouillé et de Noüe, instruits des mêmes vues, se joignent à nous, Monsieur, pour vous supplier de faire valoir près de Sa Majesté les motifs de justice qui réclament pour Monsieur le Bailli la grâce distinguée accordée à Monsieur de Saint-Sauveur.

Je suis avec respect, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Collenel, président du département [de la Lorraine]

* * *

11Lettre adressée au Comte de la Tour du Pin, ministre de la Guerre

Ministre de la Guerre

Nancy, le 11 novembre 1790

Monsieur,

J’ai fait part à l’administration du département de la réponse que vous avez bien voulu faire à la lettre que j’ai eu l’honneur de vous écrire au nom du Directoire pour solliciter la Croix de Saint-Louis pour Monsieur le Bailli au régiment du Roi. L’administration du département me charge, Monsieur, de vous témoigner combien elle est satisfaite de la justice et de la récompense dont le roi a honoré Monsieur le Bailli, et d’avoir l’honneur de vous marquer aussi toute sa reconnaissance par l’intérêt que vous y avez pris, et pour l’attention que vous avez eue de ne pas le laisser ignorer le succès de sa demande.

Je suis avec respect,

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Collenel, président

Archives départementales de la Mayenne (AD 53), 508 J 14

Copie de l’attestation offerte par M. Denoue, Maréchal de Camp.

Les armées du Roi à M. de Bailly, officier au service de sa M[ajesté].

Nous, Maréchal des Camps des armées du Roi, employé dans le département de la Meurthe, Commandant à Nancy, certifions que M. de Bailly, officier au Régiment de l’Infanterie du Roi, est un des premiers de M. les officiers de ce corps qui s’est exposé avec la dernière intrépidité aux dangers les plus éminents pour me dégager d’entre les mains de la foule, tant de soldats que de citoyens qui m’avaient arrêtés et me conduisaient en prison ; que dans ce choc il a reçu deux blessures considérables, un coup de sabre lui entamant la tête et un à la main gauche dont il a un doigt estropié ; il est notoire qu’il a reçu plusieurs coups de sabre sur la tête, qu’ils l’ont assommé et jeté par terre sans connaissance, que c’est un miracle qu’il ait été à temps pour le tirer d’entre les mains d’une femme et deux hommes qui lui avaient déjà détaché le col et relevé les cheveux, commençant à lui scier la tête ; qu’à peine transporté dans sa chambre et mis au lit pour être pansé, un nombre de soldats sont entrés chez lui avec des imprécations atroces, annonçant que c’était inutile de le panser puisqu’il allait être pendu, l’ont arraché de son lit et entraîné au cachot. Non seulement dans cette occasion, il a montré la plus grande fermeté et la plus grande valeur mais dans tout le cours de son service aucun officier n’a marqué plus de zèle dans toutes les occasions. Depuis les malheureux événements qui ont eu lieu dans le Régiment du Roi, dès l’année dernière, on l’a toujours vu un des premiers à tout entreprendre pour aider à rétablir l’ordre et la discipline. Je ne fais que lui rendre justice dans le contenu de l’attestation ci-dessus, ne pouvant me flatter d’être assez heureux de m’acquitter jamais envers lui de son généreux dévouement pour moi.

À Nancy, ce 28 octobre 1790

À Paris, le 3 novembre 1790

Sur le compte, Monsieur, que j’ai rendu au Roi, des preuves de courage, de dévouement et de zèle que vous avez données à Nancy où vous avez couru les plus grands dangers en défendant M. de Noüe, Maréchal de Camp, contre les soldats, Sa Majesté a bien voulu vous accorder la Croix de Saint-Louis.

Je vous donne avis, avec plaisir, de cette grâce particulière, et je suis, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

La Tour du Pin

* * *

Monsieur Jean Baptiste Charles Alexandre Elisabeth Bailly de Fresnay, la satisfaction que j’ai de vos services m’ayant convié à vous associer à l’ordre militaire de Saint-Louis, Je vous écris cette lettre pour vous dire que j’ai commis le Sieur de Noüe, Maréchal de Camp en mes armées et Chevalier du dit Ordre, pour en mon nom vous recevoir et admettre à la dignité de Chevalier de Saint-Louis, et mon intention est que vous vous adressiez à lui pour prêter en sa main serment que vous êtes tenu de faire en la dite qualité de Chevalier du dit Ordre et recevoir de lui l’accolade et la croix que vous devez dorénavant porter sur l’estomac, attachée d’un petit ruban couleur de feu ; voulant qu’après cette réception faite, vous teniez rang avec les autres chevaliers du dit Ordre et jouissiez des honneurs qui y sont attachés. Et la présente n’étant pour autre fin, Je prie Dieu qu’il vous ait, Monsieur Jean Baptiste Charles Alexandre Elisabeth Bailly de Fresnay, en sa Sainte Garde.

Fait à Paris, le 3 novembre 1790,

Louis [XVI]

La Tour du Pin

* * *

À Paris, le 28 novembre 1790

Vous ne me devez aucun remerciement Monsieur pour la Croix de Saint-Louis qu’on vient de vous donner ; c’est à la distinction du mouvement qui vous a porté à venir au-devant de votre général et aux blessures que vous avez reçues dans cette circonstance, qu’elle a été accordée ; je n’ai été dans tout cela que le commissionnaire fidèle du désir très particulier et si bien placé qu’avait Monsieur de Noüe de vous voir cette décoration ; je lui dois même de la reconnaissance pour les marques d’estime qu’il m’a procurées de votre part.

Je vous prie de croire, Monsieur, que j’y suis infiniment sensible et qu’on ne peut rien ajouter d’ailleurs aux sentiments du parfait attachement avec lequel j’ai l’honneur d’être, Monsieur votre très humble et très obéissant serviteur.

Vioménil

* * *

12Lettre du ministre de la guerre du Portail.

13Le régiment du Roi-infanterie est supprimé début 1791. Le marquis intègre à l’automne le 5e régiment des Hussards de Salm-Kirburg à Worms.

À Paris, le 1er juin 1791,

Le ministre de la Guerre [Louis-Antoine Le Bègue de Presle] du Portail

Sur les bons témoignages, Monsieur, qui sont revenus de vos services et que j’ai mis sous les yeux du Roi, Sa Majesté a bien voulu vous conserver votre activité au service pendant dix ans et vous donner ainsi la faculté de profiter des avantages accordés aux officiers réformés par la nouvelle organisation militaire mais sans appointements jusqu’à ce que vous ayez obtenu votre remplacement.

[À] M. Bailly de Fresnay, lieutenant en second au ci-devant Régiment d’infanterie du Roi

* * *

Nous soussignés anciennement officiers au Régiment d’infanterie du Roi, certifions que M. le Marquis de Bailly (Charles, Gaspard, Elisabeth, Joseph) actuellement député à la Chambre des départements et précédemment officier général au Portugal, est le même qui, sous les prénoms de Jean-Baptiste Charles Alexandre Elisabeth, est entré au Régiment d’Infanterie du Roi, par lettres de son lieutenant surnuméraire du 3 juin 1780, a été fait Chevalier de Saint-Louis, le 3 novembre 1790 pour l’affaire de Nancy, a été en 1792 colonel au Régiment des Hussards de Salm, armée de Condé, et ensuite commandant du Régiment de Salm infanterie au service de l’Angleterre.

Nous certifions de plus, que ce n’a pu être que par erreur qu’il est entré au service sous d’autres prénoms que les siens propres qui n’ont été rétablis qu’à l’époque de son mariage en 1800.

En foi de quoi nous avons signé le présent certificat, à Paris, le 7 décembre 1815.

  • 9 Nicolas Le Cornu marquis de Balivière (1738-1821).

Le Maréchal de Balivière9, Lieutenant général commandant de l’ordre de Saint-Louis, ancien colonel du Régiment du Roi

Le comte du Lau, colonel de cavalerie, membre de la Chambre des députés

  • 10 Charles-Louis-Gabriel de Conflans (1772-1849), marquis d’Armentière, maréchal de Camp et pair de Fr (...)

Le Maréchal de Conflans10

Le Maréchal le Coustellier, chef du Bataillon d’Infanterie

  • 11 Joseph-Alexis Robert de la Salle de Lézardière (1765-1858). Député de la Vendée.

Le baron de Lézardière11, député à la Chambre des départements.

Haut de page

Notes

1 C’est la devise du marquis de Bailly. Archives départementales de la Mayenne, désormais abrégées AD 53, 508 J 14.

2 Service historique de la Défense-Armée de Terre, sous-série GRYd – dossier 8 YD 2166.

3 AD 53, 508 J 14. Le carton 508 J 14 contient vingt-deux lettres qui lui furent adressées entre le 20 juillet 1792 et le 18 novembre 1800 dans le cadre de ses responsabilités au cours des campagnes militaires menées en Allemagne.

4 AD 53, 503 J 14. Un long mémoire sur les deux ans passés par le comte von der Goltz au Portugal (septembre 1800-juin 1802) explique comment il ne put jouer son rôle dans la défense du pays contre les armées espagnole et française en février 1801.

5 Victoire de Pardaillan est la fille du comte Pierre de Pardaillan et de Madeleine-Laurence de Vezien, nièce de Michel-Paul-Guy de Chabanon.

6 Frédéric-Séraphin de la Tour du Pin-Gouvernet, ministre de la Guerre de Louis XVI en 1790.

7 Louis-Marie-Florent de Lomont d’Haraucourt, du Châtelet.

8 Jean-Baptiste Joseph de Bailly. Il est député de la noblesse aux États généraux de 1789 pour la sénéchaussée du Mans.

9 Nicolas Le Cornu marquis de Balivière (1738-1821).

10 Charles-Louis-Gabriel de Conflans (1772-1849), marquis d’Armentière, maréchal de Camp et pair de France.

11 Joseph-Alexis Robert de la Salle de Lézardière (1765-1858). Député de la Vendée.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Portrait du marquis de Bailly, artiste inconnu, c. 1825-1830 (collection privée). Le marquis de Bailly résidait alors à Versailles. Après le départ de Charles X, il est retourné vivre au château de Fresnay en Mayenne
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Extrait d’une lettre du 17 janvier 1816 et solde de retraite résumant la carrière du marquis de Bailly
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6479/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurine Quetin, « Charles-Gaspard-Elisabeth-Joseph, marquis de Bailly (1765-1850) et l’Affaire de Nancy, 1790 »La Révolution française [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lrf/6479 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lrf.6479

Haut de page

Auteur

Laurine Quetin

Professeure honoraire, université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search