Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23VariaBeauprey, un missionnaire de la R...

Varia

Beauprey, un missionnaire de la République : l’homme, le politique et les chevaux de Normandie en l’an III

Boris Cattan

Résumés

En janvier 1795, le député de l’Orne Beauprey est envoyé en mission en Normandie pendant trois mois afin d’y relancer l’élevage du cheval. Cette mission s’inscrit au moment où la Convention nationale songe à rétablir les haras qui avaient été supprimés en 1790. L’objet de ce travail n’est pas seulement de rendre compte du zèle extraordinaire du représentant en mission, mais aussi de montrer à quelles difficultés il est confronté. Celles-ci sont doubles. La première est politique. Il s’agit de convaincre les habitants et les autorités locales à participer à l’effort de régénération du cheval décidé par la Convention nationale. La seconde est matérielle car Beauprey doit, dans un temps très court, rétablir les haras alors que les difficultés financières sont très importantes. Sa correspondance témoigne de l’isolement d’un homme confronté à l’indifférence, voire à l’hostilité des administrations locales mais qui parvient au prix de tournées éprouvantes à mener à bien sa mission.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alphonse Aulard, Recueil des Actes du Comité de salut public [dorénavant RACSP], Paris, Imprimerie (...)
  • 2 Michel Biard, Missionnaires de la République, Paris, Vendémiaire, 2015, p. 156-158. Boris Cattan, « (...)

1Le 24 nivôse an III (13 janvier 1795), la Convention nationale décide d’envoyer le représentant du peuple Pierre François Nicolas Plet-Beauprey dans les départements de la Normandie avec comme mission de « surveiller les haras et [de] s’occuper de tous les moyens propres à les régénérer1 ». Cette mission, quelque peu différente des autres qui privilégient essentiellement le contrôle des armées et des départements, s’inscrit dans toute une série de missions décidées pendant l’hiver de l’an III pour régler les problèmes les plus urgents tel que l’approvisionnement de Paris en produits de subsistance. Envoyer en mission un représentant sur une question liée au cheval n’est pas une nouveauté. Ainsi, vingt représentants du peuple avaient été envoyés dans les départements pour surveiller la levée des chevaux pour la cavalerie décidée le 8 octobre 17932. Dans le cas de la mission de Beauprey, il ne s’agit pas de lever des chevaux pour l’armée, mais de relancer l’élevage du cheval dans sa première région productrice en France, la Normandie.

  • 3 Adolphe Robert, Edgard Bourloton et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, vol. 5 (...)
  • 4 Michel Biard, Les missionnaires ...op. cit., p. 359-360.

2Plet-Beauprey n’est pas inconnu dans cette région. Il est né à Sées le 28 janvier 1762 – il y meurt le 28 mai 1821 –, commune de l’Orne à une dizaine de kilomètres du haras du roi du Pin, fleuron de la production du cheval pendant l’Ancien Régime. C’est certainement sa connaissance de la région, de ce haras et les réseaux qu’il a entretenus avec les notables de son département qui conduisent la Convention à lui confier cette mission. Rien dans sa biographie ne montre qu’il a pu s’intéresser aux chevaux avant cette mission. Certes, son père étant aubergiste, il a pu dans son enfance se familiariser avec l’animal, mais c’est dans une autre direction qu’il s’engage avant la Révolution en embrassant la carrière ecclésiastique et en devenant abbé de Sées. Lorsque la Révolution éclate, il se range parmi ceux qui défendent le nouveau régime et devient administrateur du département en 1791. Le 8 septembre 1792, il est élu député à la Convention, cinquième sur dix dans le département de l’Orne. Classé parmi les députés de la Plaine, c’est un homme modéré qui vote la mort du roi, mais demande le sursis. Envoyé en mission dans l’Orne et dans le Loiret à partir de mars 1793, il ne participe pas au scrutin de mise en accusation de Marat le 13 avril 1793, ni à celui des députés girondins les 31 mai et 2 juin 17933. Cependant, il est rappelé le 2 juin par décret à la Convention avec trois autres députés girondins ou proches des Girondins. Il n’est pas pour autant inquiété, mais attend l’an III pour se voir confier une nouvelle mission, celle justement qui nous intéresse4.

3C’est dans un contexte de pénurie de chevaux et d’urgence que Beauprey est envoyé en mission en Normandie pour relever les haras. En effet, à partir 1792 et la déclaration de la guerre, les armées font une consommation élevée de chevaux pour l’artillerie, la cavalerie et les charrois à tel point que la production ne suit plus les besoins de la remonte. Pire encore, la Convention est informée dès 1794 que les chevaux manquent dans les campagnes pour le travail des champs, ce qui n’est pas sans inquiéter alors que la récolte de l’an II est mauvaise, que les difficultés d’approvisionnement de Paris, des villes et des armées s’accroissent et que l’hiver s’annonce aussi rigoureux que celui, terrible, de 1709. Or, depuis 1790, l’élevage du cheval est profondément désorganisé par l’abolition des haras royaux qui assurait en partie la production et les remontes. Les étalons nationaux ont été vendus dans la foulée et souvent hongrés par leurs nouveaux propriétaires si bien que la production ne permet plus de répondre aux besoins civils et militaires.

  • 5 Sur la place des savants pendant la Révolution et en particulier leur place incontournable lors du (...)

4Cette mission s’inscrit aussi dans un contexte politique et intellectuel renouvelé. Ce n’est pas tant la rupture thermidorienne qui change la donne pour le sujet qui nous intéresse que la disparition des ministères en germinal an II. En effet, ceux-ci sont remplacés par des comités de la Convention et des Commissions exécutives. Ainsi, le 1er floréal (20 avril 1794), et c’est une première, une commission spécifiquement dédiée à l’agriculture et aux arts est installée qui réunit des savants, des hippiatres, des artistes-vétérinaires, des agronomes et autres férus d’économie rurale dans des organes gouvernementaux tels que Huzard et Gilbert5. Celle-ci va chercher à imposer ses vues sur le cheval et les haras et collabore avec le Comité d’agriculture et des arts rassemblant des députés de la Convention. Malheureusement, dans le contexte de guerre, les intérêts des armées priment sur les considérations d’économie rurale et les membres de la Commission ne parviendra pas à imposer ses vues.

  • 6 Les haras nationaux avaient été supprimés le 29 janvier 1790 et la vente des étalons nationaux déci (...)

5Enfin, cette mission précède de près de trois mois le vote de la loi du 2 germinal an III qui restaure provisoirement les haras et établit sept dépôts dans la République, dont deux en Normandie à Pin et Tilly. Aussi, même si aucune loi sur les haras n’est encore votée, il n’est pas question pour la Convention de rester inactive. Sans que des instructions ne lui soient données, Beauprey ne doute pas qu’il doit prendre des mesures nécessaires et s’il le faut énergiques et contraignantes, pour relancer en Normandie un élevage de cheval de qualité qui existait avant la Révolution, ou du moins avant la guerre. Tout ceci tranche avec la politique du « laisser-faire, laisser aller » inaugurée en 1790 avec l’abolition du régime prohibitif des haras6.

6Les archives nationales conservent de nombreuses pièces relatives à la mission de Beauprey. Ce sont des courriers envoyés par le représentant en mission aux Comités de la Convention et aux administrations locales, des arrêtés ou des rapports qu’il a rédigés. Elles se trouvent essentiellement dans la sous-série F10 dans les cartons F10 630, F10 633 et F10 1045 et secondairement dans la sous-série AFII quand, à de rares occasions, les Comités lui répondent ou lui donnent des instructions supplémentaires. L’ensemble des pièces fournissent des renseignements sur les opérations de Beauprey, l’état des haras en Normandie et l’esprit public dans les départements normands.

  • 7 Jean Marc moriceau, « Une question en renouvellement. L’histoire de l’élevage en France », Annales (...)
  • 8 René Musset, De l’élevage du cheval en France, Paris, Librairie agricole de la Maison agricole, 191 (...)
  • 9 Octave Festy, Les animaux ruraux en l’an III, dossier de l’enquête de la commission d’agriculture e (...)
  • 10 Daniel Roche, « Les chevaux de la République : l’enquête de l’an III », Revue d’histoire moderne et (...)
  • 11 Michel Biard, « Contraintes de la Terreur ou pragmatisme ? À propos des réquisitions de chevaux en (...)
  • 12 Deux mémoires ont été rédigés sur le sujet : Sophie Baque, « La réorganisation des haras sous l’Emp (...)

7La richesse du corpus documentaire contraste avec la relative pauvreté de la production historiographique relative à l’élevage du cheval en France, et en Normandie en particulier. Pour l’époque moderne et le xixe siècle, on se rappelle le bon mot de Jean-Luc Moriceau qualifiant l’élevage de « Cendrillon de l’historiographie7 ». Au côté de l’ouvrage déjà ancien, mais toujours très utile, de René Musset, Jacques Mulliez, Nicole Blomac et Daniel Roche ont renouvelé les approches, mais sans trop s’attarder sur la période révolutionnaire8. Pour cette dernière, il s’agit véritablement d’un chantier à ouvrir pour l’historien du politique et de l’économie. Octave Festy avait le projet de rédiger une étude sur le cheval pendant la Révolution après avoir publié les résultats de l’enquête sur les animaux ruraux de l’an III9. Mais il ne put le mener à son terme. Très récemment, Daniel Roche reprenait le flambeau dans un lumineux article sur le cheval de la République à partir des données de l’enquête de l’an III10. De son côté, Michel Biard interrogeait les conséquences des réquisitions et des levées de chevaux sur l’élevage en Normandie en 1793 et 179411. Tout au plus, on trouve deux travaux universitaires qui traitent du sujet, le premier pour la période 1792-1795 et le second pour celle de 1804-180912. En somme, une production historiographique bien maigre qui ne cesse d’étonner tant le cheval est l’animal indispensable aux transports des marchandises et des hommes, au travail de la terre dans le nord et surtout pour les armées.

8L’article n’a pas l’ambition de réparer ou de combler ces lacunes historiographiques. Il ne se limite pas non plus à la description de la mission et de ses résultats dans le domaine de l’élevage du cheval. L’enjeu est ailleurs. La Normandie est la première région d’élevage de cheval de la France. L’abolition des haras et la guerre ont, à en croire les contemporains, considérablement affaibli cette activité essentielle de la province. La régénération des haras demandée à Beauprey se borne-t-elle à la reconstitution de l’élevage tel qu’il existe sous l’Ancien Régime ? S’agit-il de placer la relance d’une production sous les auspices des nouveaux principes défendus par la Commission d’agriculture et des arts ou d’établir les premiers fondements d’une politique nationale des haras en faisant de la Normandie un laboratoire ? Il s’agit aussi de mettre en évidence les différents obstacles que le représentant doit affronter tels l’état des routes et les lenteurs dans les communications entre Paris et Normandie et à l’intérieur de la Normandie, les difficultés pour financer les travaux et les achats, et les situations locales bien souvent compliquées. En somme, il s’agit de montrer comment le contexte incertain de l’année 1795 et les situations locale et nationale expliquent les limites de cette mission qui se conclut finalement par un bilan appréciable puisque deux dépôts sont établis en trois mois.

9Dans un premier temps, il est nécessaire de dresser un état des lieux de l’élevage du cheval en Normandie quand Beauprey y est envoyé et ainsi mesurer l’impact des débuts de la Révolution et de la guerre dans la première région d’élevage en France. Dans un second temps, l’analyse de la mission met en lumière une activité intense dans sa correspondance et dans ses tournées dans les territoires. Enfin, un bilan doit être dressé, rendant compte des difficultés et obstacles, parfois insurmontables, que le représentant affronte et les limites de l’action du gouvernement.

Le cheval en Normandie en l’an III : état des lieux

  • 13 Philibert Chabert (1737-1814) est le fils d’un maréchal-ferrant. Il devient professeur, puis direct (...)
  • 14 Outre les états et ses observations sur la Normandie, Chabert visite le Poitou, la généralité de La (...)
  • 15 Ainsi, selon Chabert, de 24 000 à 30 000 chevaux sortent chaque année de Normandie par la voie du c (...)
  • 16 Les résultats de l’enquête de Chabert sont rassemblés aux Archives nationales (ci-après AN) sous la (...)

10À la fin de l’Ancien Régime, la Normandie est la région française qui a l’élevage chevalin le plus solide et le plus intégré. Philibert Chabert, sur ordre du roi, effectue en 1788 une mission de reconnaissance de l’élevage dans l’Ouest de la France13. De toutes les provinces qu’il visite14, c’est en Normandie qu’il découvre les productions les plus diversifiées, aussi bien pour le carrosse, la selle, le trait ou le roulage. Les foires aux chevaux y sont les plus prospères et les maquignons y viennent de toutes les régions du Nord acheter et vendre de chevaux15. Enfin, elle compte à elle seule au moins 100 000 juments, produit 47 000 poulains tous les ans ce qui représente au moins 10 % du total du royaume16.

11Or, en l’an II et en l’an III, les correspondances locales, les retours des administrations et les réponses aux enquêtes demandées par les autorités parisiennes présentent une image chaotique de l’élevage du cheval dans les départements normands. Cette présentation dramatique, reprise souvent mot à mot dans les écrits sur les chevaux et les haras des xixe et xxe siècles, est à l’origine de la décision de la Convention nationale d’envoyer Beauprey en mission dans les départements.

Des sources précieuses, mais incomplètes

12Hormis la correspondance régulière des administrations locales et l’enquête de Chabert, deux sources exceptionnelles permettent d’évaluer l’état des lieux de l’élevage du cheval en Normandie en 1794 : il s’agit des réponses au recensement des chevaux susceptibles d’être utilisés pour la reproduction commandé par le Comité de salut public le 15 prairial an II (3 juin 1794) et les réponses au recensement sur les animaux ruraux décidé par la Commission d’agriculture et des arts le 17 vendémiaire an III (8 octobre 1794). Les réponses ont été envoyées en l’an II et l’an III et peuvent être confrontées au travail effectué par Chabert dans les provinces de l’Ouest en 1788 dans la mesure où elles peuvent permettre de mettre en lumière des évolutions, des ruptures et des inflexions.

  • 17 Sur ce sujet, voir deux ouvrages qui font référence encore aujourd’hui : Jean-Claude Perrot « L’âge (...)
  • 18 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 126-128 et 140-141.

13À l’évidence, les deux recensements sont à utiliser avec précaution. Les outils statistiques ne sont alors qu’à leurs balbutiements, l’habitude de faire des enquêtes nationales est somme toute très récente17. Déjà réticentes habituellement à fournir des renseignements sur leur élevage, les campagnes en Révolution au mieux sous-estiment le nombre de chevaux, au pire sont sourdes et muettes à toutes les demandes des autorités. Les levées et les réquisitions de 1793 et 1794 ont considérablement inquiété les éleveurs qui craignent que de telles demandes ne cachent de nouvelles réquisitions ou une nouvelle levée18. En Normandie, à la différence des autres régions françaises et malgré un contexte politique local troublé, le taux de réponses aux enquêtes est supérieur à la moyenne nationale comme le montre le tableau ci-dessous. Près de 60 % des districts normands ont répondu à la première enquête sur les chevaux utiles à la génération et plus de 85 % ont répondu à la seconde sur les animaux ruraux.

Nombre de districts

District répondant à l’enquête de prairial an II

District répondant à l’enquête de l’an III

Calvados

6

4

6

Eure

4

3

3

Manche

7

3

6

Orne

5

4

4

Seine inférieure

7

3

6

Total Normandie

29

17

25

Tableau 1 : Nombre de districts des départements de la Normandie ayant envoyé des réponses aux enquêtes de prairial an II et de vendémiaire an III © AN F10 1037 à F10 1046 A et F10 503 à F10 508. La moyenne nationale s’établit à un tiers des districts répondant à la première enquête et au deux tiers à la seconde.

  • 19 Louis Maggiolo, État récapitulatif et comparatif, indiquant, par département, le nombre de conjoint (...)
  • 20 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 74-75.
  • 21 Le haras du Pin n’est dispersé qu’en mars 1793 après plus de trois ans de tergiversations des assem (...)

14Ce taux important de réponses des districts peut s’expliquer de deux manières. D’une part, les départements normands font partie des départements les plus alphabétisés situés au nord de la ligne Saint-Malo/lac de Genève à la veille de la Révolution19. D’autre part, et c’est à l’évidence la raison principale, les éleveurs et les administrations locales des départements normands avaient tout intérêt à répondre à ces enquêtes et à faire confiance aux autorités à qui ils demandaient le rétablissement des haras. D’ailleurs, les premiers signaux d’alarme d’une crise de l’élevage du cheval que l’on trouve dans les cartons déposés aux Archives nationales viennent de la Normandie en floréal an II, lorsque la commune de Carentan s’inquiète des ponctions insupportables opérées sur les juments poulinières par les levées de l’an II20. C’est aussi dans le département de l’Orne que la résistance au démantèlement des haras est la plus forte21.

  • 22 AN F10 1447, Ordre du roi du 15 mai 1788.

15La troisième source qui compose notre corpus est l’enquête Chabert s’étalant de juin à août 1788. Elle est réalisée sur ordre du roi du 15 mai 1788, qui lui demande de visiter les emplacements occupés par ses régiments de troupes à cheval dans l’Ouest de la France, d’examiner l’état des chevaux et de déterminer les causes de leurs maladies et les moyens de leur guérison22. Chabert envoie entre le 6 juin et le 1er septembre 1788 les états demandés, division par division, en les accompagnant d’observations écrites parfois fort détaillées. Il complète son rapport par des observations sur l’état de l’élevage des territoires visités et donne aussi des indications chiffrées sur le nombre de juments, des naissances, les poulains propres aux troupes et les chevaux sortants de la Province pour y être commercialisés. L’enquête de Chabert présente un tableau de 28 pages sur l’élevage et l’économie du cheval en Normandie avant la Révolution qui apparaît cohérent et utile et qui nous permet de faire des comparaisons entre la situation avant la Révolution et celle des années 1794 et 1795.

16Cette source a ses lacunes. Chabert est très vite conscient des limites de son enquête. Il s’en explique avant même son départ en mission au Contrôleur général :

  • 23 AN F10 1447, Lettre de Chabert à Lambert, 20 mai 1788.

Les circonstances ne permettant pas de faire dans chaque lieu un séjour assez long pour voir moi-même tous ces objets, je serai obligé de m’adresser aux personnes qui me paraîtront devoir être les mieux instruites sur chacun d’eux. Peut-être jugerez-vous Monseigneur qu’il me serait bien plus facile de recueillir ces éclaircissements si j’étais autorisé à les demander, ou du moins les meilleurs [sic] de me les procurer à vos intendants, aux assemblées provinciales, aux subdélégués, aux syndics et surtout aux receveurs des impositions qui dans plusieurs provinces tiennent le registre des étalons, de leurs placements […]23.

17Chabert admet que sa mission, prévue pour ne durer que trois mois dans un très grand ouest du royaume, ne peut pas donner des résultats très précis. Il affirme qu’il ne connaît pas grand monde dans ces régions et que son réseau de vétérinaires formés à l’école d’Alfort n’y est pas très implanté. Aussi requiert-il l’appui des administrations locales et des chefs des dépôts de cavalerie qu’il obtient de la part de Breteuil, le ministre de la Maison du roi. Il n’est pas plus informé sur le nombre et l’emplacement des étalons, ce qui n’est pas surprenant puisque les haras dépendent dans cette province de l’administration du Grand écuyer très avare en renseignements. Seule la visite des dépôts de cavalerie apporte des observations précises jusqu’à la taille des écuries, le nombre de stalles et les améliorations que l’on pourrait y apporter.

En 1794 et 1795, pratiquement autant de chevaux qu’en 1789, mais une reproduction en panne

  • 24 Daniel Roche affirme que la chute du stock de chevaux et de poulains a été supérieure à 25 % entre (...)

18De manière générale, il ressort du recensement de l’an III que l’élevage du cheval en Normandie a beaucoup moins souffert que dans les autres régions françaises pendant les premières années de la Révolution. Ce sont plus de 250 000 chevaux de tous les âges et des deux sexes qui y sont dénombrés, soit près du quart du cheptel français. Si on se fie à ces résultats très certainement sous-évalués, les cinq départements normands rassemblent 115 003 juments en l’an III, alors que Chabert dans sa mission en 1788 en avait compté 103 500 ce qui peut surprendre le chercheur qui imaginait un chiffre bien inférieur24. Dans notre cas, le nombre de juments a augmenté de plus de 10 % en cinq ou six ans. En revanche, nous ne pouvons faire de comparaison sur les chevaux entiers, car Chabert n’avait pas fourni d’informations sur le sujet, mais nous connaissons leur nombre en l’an II grâce aux recensements recensés réalisés en vertu de l’arrêté du 15 prairial an II. Ils sont 490 d’au moins quatre pieds et dix pouces, valeur qu’il faut confronter avec les 94 090 chevaux que compte la Normandie d’après les résultats de l’enquête de l’an III, soit à peine 0,5 % (voir tableau 4).

19C’est donc dans la reproduction de l’espèce que la situation est alarmante. Les agents nationaux de districts chargés de rédiger des observations confirment les difficultés rencontrées dans la propagation. Le trop petit nombre d’étalons et la mauvaise qualité des chevaux entiers utilisées par les éleveurs sont souvent mis en avant. L’abolition des haras en 1790, les levées de chevaux et les réquisitions de toutes sortes sont accusées d’avoir tari le stock de chevaux disponibles pour la génération, comme l’illustre bien à propos l’observation d’un certain Gislot du district d’Avranches dans la Manche :

  • 25 AN F10 506, Observations de Gislot, district d’Avranches, le 1er messidor an III (19 juin 1795).

On n’a pas remplacé sept étalons qui étaient en dépôt chez différents cultivateurs, qui ont été vendus aux termes de la loi du 19 novembre 1790. De là sept étalons appartenant à la Nation ont cessé de faire la monte ; en outre 12 à 13 autres, chez différents particuliers qui jouissaient de différents privilèges ont été vendus. Par suite, le défaut de bons étalons ou trop âgés, ont fait [sic] des productions médiocres ou nulles25.

  • 26 AN F10 508, Observations de l’agent national de Neufchâtel, le 28 frimaire an III (18 décembre 1795 (...)
  • 27 AN F10 504, Observations des administrateurs du district d’Évreux, le 23 nivôse an III (10 janvier (...)

20Dans la Seine Inférieure et le district de Neufchâtel, l’agent national de district informe lui aussi qu’il n’y a plus d’étalons et que les juments poulinières, qui sont pourtant très belles, sont montées par des « chevaux tarés et mal faits26 ». Dans le district d’Évreux, dans l’Eure, « plusieurs propriétaires aisés et voués aux intérêts de la société désirent des étalons27 » qu’ils ne parviennent pas à trouver. Là aussi, les levées et réquisitions sont désignées comme responsables, mais on rappelle aussi que l’abolition des haras s’est suivie de la vente des étalons qui appartenaient à la Nation. Parmi ceux-ci, certains sont sortis de la province ou ont été revendus à l’étranger alors que d’autres ont été coupés parce que leurs propriétaires ne voulaient pas ou ne pouvaient plus les utiliser pour la seule reproduction eu égard les dépenses importantes en fourrages que cela demandait.

  • 28 Voir les ratios poulinières/chevaux entiers fournis au tableau 5 qui sont supérieurs à 50 pour le C (...)
  • 29 AN F10 1044, Réponse de l’agent national de district à l’arrêté du 15 prairial an 2, le 9 messidor (...)
  • 30 AN F10 630, Réponse de l’agent national de district à l’arrêté du 15 prairial an 2, le 22 fructidor (...)
  • 31 AN F 10 630, Réponse de l’agent national de district à l’arrêté du 15 prairial an 2, le 26 messidor (...)
  • 32 En plus des juments susceptibles d’être poulinières, les dépôts des troupes à cheval ne comptent pa (...)

21En conséquence, les juments poulinières se voient proposer des chevaux entiers peu nombreux, de mauvaise qualité et rarement des étalons. Ainsi, si l’on considère qu’un cheval entier peut servir pendant la monte en moyenne 25 juments – ce qui est communément admis à notre époque –, les données fournies par les districts et les dépôts des armées indiquent qu’elles ne sont pas toutes saillies pendant les montes eu égard le faible nombre de chevaux entiers28. Dans le district de Brutus-Villiers (Montivilliers) dans la Seine-Inférieure au 9 messidor an II (27 juin 1794), 122 des 746 juments ont été conduites à un cheval entier29. Dans le district de Rouen, seules 114 des 837 juments ont été saillies30. Pire encore, dans le district de Bayeux (Calvados), il n’y a que 71 des 5 370 juments qui l’ont été au 26 messidor (14 juillet 1794)31. Quand elles sont conduites au cheval, celui-ci est souvent âgé, taré ou beaucoup trop jeune. D’autres, pourtant belles, ont été distraites de la génération à cause des réquisitions et des levées alors que l’arrêté du 18 floréal an II prescrit leur exemption aux chefs des dépôts des troupes à cheval, il y a au moins 585 juments considérées comme poulinières dans les dépôts de la Normandie32 (voir tableau 4). Aussi, les naissances sont beaucoup moins nombreuses et prometteuses. Les remarques des agents nationaux de districts insistent sur l’« abâtardissement », la « dégénérescence » de l’espèce.

  • 33 AN F10 1147, Rapport sur la 17e division, Normandie, 1788. Chabert, dans ces observations générales (...)

Baillages

Nombre de juments

Nombre de naissances

Poulains propres aux troupes

Nombre de chevaux sortants du pays par la voie du commerce

Nombre de chevaux dans les régiments

Coutances

24 000

15 000

2 400

8 000

2 000

Caen

20 000

11 000

2 820

10 000

3 600

Alençon

15 000

9 000

300

6 000

85

Evreux

11 000

5 500

800

3 000

395

Rouen

8 000

2 000

200

800

165

Caux

20 500

4 000

100

1 500

70

Gisors

5 000

800

-

-

-

Total

103 500

47 300

7 500

29 30033

7 080

Tableau 2 : État de l’élevage normand d’après le compte-rendu de mission de Philibert Chabert © AN F10 1447

Chevaux

Juments

Poulains

Total

Calvados

15 630

29 701

12 174

57 505

Eure

17 288

6 776

2 570

26 634

Manche

33 319

31 205

14 170

78 694

Orne

9 572

12 775

5 894

28 421

Seine inférieure

18 281

34 546

6 353

59 180

Total

94 090

115 003

41 161

250 434

Tableau 3 : Nombre de chevaux, juments et de poulains © AN F10 503 à 508, enquête sur les animaux ruraux de l’an III

Juments poulinières

Chevaux entiers

Ratio juments/juments

Seine inférieure

2 482

141

17,6

Orne

1 327

37

35,9

Manche

1 067

10

106,7

Eure

995

34

29,3

Calvados

8 162

161

50,7

Dans les dépôts

585

107

Total

14 618

490

29,83

Tableau 4 : nombre des juments et des chevaux entiers susceptibles d’être utiles pour la propagation en l’an II et l’an III © AN F10 1037 à 1046

22De fait, il semble très vraisemblable que si le nombre de chevaux et de juments s’est très peu réduit, la reproduction de l’espèce languisse. La qualité de la reproduction laisse à désirer du fait d’un manque d’étalons et d’utilisation de chevaux entiers de mauvaise qualité. Les soins ne sont pas, ou mal, faits. En somme, c’est toute l’économie du cheval qui est touchée en Normandie, du propriétaire au maquignon en passant par l’herbager et le nourricier. Cela, Beauprey le sait à l’évidence et sa mission va lui permettre de confirmer ce diagnostic et d’évaluer les besoins de la région.

Un contexte nouveau, ou la prise de conscience de l’ampleur de la tâche

23Plusieurs éléments rendent compte de l’infléchissement de la politique de l’élevage du cheval en Normandie comme en France.

  • 34 D’après ce décret, il devait être levé un cheval sur vingt-cinq dans chaque canton de la République (...)
  • 35 Alphonse Aulard, RACSP, op. cit., t. XIII, p. 348. Le 3 juin 1794, un arrêté du même Comité précise (...)

24Premièrement, Beauprey et avant lui les comités de la Convention nationale ont compris dès 1794 que seule une intervention du gouvernement pouvait réorganiser et relancer l’élevage du cheval en France et en Normandie en particulier. C’était renoncer à ce qui avait été jusqu’alors la pierre angulaire du gouvernement : le laisser-faire et le laisser-aller inspiré des théories physiocratiques. C’est d’ailleurs de Normandie que la demande de secours à l’État a été exprimée la première fois en France. Et c’est à cette demande que le Comité d’Agriculture, puis le Comité de salut public ont répondu positivement. Elle fait suite à une pétition des officiers municipaux de Carentan dans la Manche au Comité d’Agriculture qui accusent les commissaires chargés de la levée décrétée le 18 germinal de choisir les plus belles poulinières et les plus beaux étalons34. Ainsi, le 18 floréal an II (7 mai 1794) parce que cela « occasionne un tort irréparable » à la « multiplication » de l’espèce, le Comité de salut public décide à la suite d’un rapport de la Commission d’agriculture et des arts d’interdire de lever les chevaux susceptibles d’être utiles à la reproduction35.

25Deuxièmement, la Commission d’agriculture et des arts, qui vient d’être installée en floréal an II, va jouer un rôle dans la redéfinition des missions du gouvernement dans l’élevage du cheval. Composée de vétérinaires et d’agronomes, elle multiplie les interventions auprès des comités pour qu’une loi rétablissant les haras soit votée. Dès sa première séance, elle s’estime être intéressée par le cheval et son élevage. Elle souhaite rechercher et trouver les moyens pour remédier à la pénurie de chevaux français. Sa première initiative date du 28 prairial an II, mais essuie un refus du Comité de la Guerre qui est inquiet de voir des chevaux jugés utiles à la reproduction échapper aux armées qui en ont besoin. En fait, dès le mois de messidor an II (juin-juillet 1795), le Comité de la Guerre, dans sa réponse au projet, rappelle à la Commission que les seuls comités de la Convention, en premier lieu ceux de salut public et d’Agriculture sont chargés de prendre des mesures concernant les haras et les chevaux. Ainsi, quand elle réclame la rédaction d’une instruction à destination des éleveurs, Delmas, au nom du Comité de la Guerre, le lui rappelle :

  • 36 AN F10 630, Réponse du Comité de la Guerre au projet de la Commission d’agriculture et des arts, s. (...)

L’instruction désirée par la Commission d’agriculture fait partie du plan fourni aux Comités de la Guerre et d’Agriculture et de Commerce. Ils la présenteront aussi à l’approbation du Comité de salut public, persuadés que les règlements à faire pour les haras ne doivent émaner que de la Convention nationale, ou de ses Comités sans que la Commission d’agriculture soit privée du droit de présenter ses vues36.

  • 37 AN F10 298, Projet de circulaire de Berthollet adoptée le 13 vendémiaire an III (4 octobre 1794).
  • 38 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 217-241 ; id., « L’él (...)
  • 39 AN AFII 12-83, Procès-verbal de séance du Comité d’Agriculture et des Arts, entre le 13 et 25 floré (...)

26Malgré cette mise à l’écart, la Commission n’abandonne pas sa mission de conseil auprès des comités. Ainsi, elle croit que les tableaux de l’enquête sur les animaux ruraux « faciliteront au gouvernement les moyens de s’assurer d’une manière plus positive dans quelle partie de la République il convient davantage d’établir des haras et des écoles vétérinaires37 ». Ce n’est que le 2 germinal an III (22 mars 1795) que le projet de décret rétablissant les haras est adopté par la Convention nationale. Il décide l’établissement de sept dépôts d’étalons en France, la vente à des cultivateurs d’un nombre indéterminé d’étalons et de six cents juments poulinières distraits des dépôts de l’armée ainsi qu’une indemnité pour ceux qui en deviennent les propriétaires38. C’est dans le cadre de cette loi que le Comité d’Agriculture propose d’établir deux dépôts en Normandie, un premier à Sées dans l’ancien haras du Pin et un deuxième à Tilly dans le Calvados39.

  • 40 Daniel Roche, « Les chevaux de la République… », art. cité, p. 118.
  • 41 AN F10 504, Réponse de l’agent national du district de Bayeux à l’enquête sur les animaux ruraux, 1 (...)
  • 42 AN F10 504, Réponse de l’agent national du district d’Évreux à l’enquête sur les animaux ruraux, 23 (...)

27Troisièmement, la demande de restauration des haras émane aussi de certaines campagnes françaises, dont les campagnes normandes. Celle-ci est évoquée dans le tiers des observations des agents nationaux dans l’enquête de l’an III. Elle est toujours souhaitée sous une forme différente de celle qui existait sous l’ancien régime. Il n’est plus acceptable que l’élevage soit administré verticalement ou que l’État ait le monopole de la monte comme avant 1789. Il faut au contraire associer l’action du gouvernement par la fourniture de chevaux reproducteurs et par l’établissement de dépôt et l’initiative privée par la distribution de primes et de prix pour relancer et stimuler l’élevage40. Ainsi, à Bayeux dans le Calvados, l’agent national du district relaie cette demande associée à des distributions de primes pour encourager les cultivateurs. Il réclame également des poulinières et des étalons qui manquent à son pays depuis la destruction des haras et l’enlèvement des plus beaux chevaux par les émigrés41. Les mêmes attentes parviennent de la Seine Inférieure, dans les districts de Cany et de Neufchâtel, où les éleveurs se désespèrent de ne plus avoir d’étalons. Dans le district d’Évreux (Eure), l’agent national informe que « plusieurs propriétaires aisés et voués aux intérêts de la société désirent des étalons et sont même disposés à vaincre les obstacles du site en créant à leur frais des prairies artificielles42 ».

28Telles sont les circonstances qui entourent la mission de Beauprey en Normandie : crise de l’élevage du cheval et de sa reproduction dans la plus grande région productrice de la République, redéfinition encore imprécise dans ce domaine du champ d’intervention de l’État et demandes locales et pressantes de rétablissement des haras en Normandie. C’est donc une mission difficile que doit mener avec des moyens limités le représentant Beauprey.

Beauprey au travail : le zèle extraordinaire d’un représentant en mission

29La correspondance tenue par Beauprey depuis la Normandie, les décisions qu’il prend sur place, ses échanges avec les autorités locales et les comités de la Convention illustrent les efforts déployés par le Conventionnel. Cette correspondance est conservée à la côte F10 630 aux Archives nationales. Non seulement il sillonne allègrement la région, mais il se montre aussi capable de mener à bien, en partie, les objectifs qui lui avaient été fixés : établir et garnir les dépôts d’étalons en moins de trois mois.

Beauprey sur le terrain

  • 43 On ne trouve nulle part trace de son passage dans les autres départements. Manifestement, Beauprey (...)

30C’est un homme infatigable qui sillonne l’ancienne Normandie entre la fin nivôse et la mi-prairial an III. Dans son compte-rendu à la Convention de messidor, Beauprey affirme avoir parcouru « 1 000 lieues de route » pendant sa mission. C’est sans doute exagéré. Mais force est de constater qu’il se déplace très souvent et ne reste en général que quelques jours dans un lieu avant de le quitter et d’en rejoindre un autre. La correspondance de Beauprey indique la date et les lieux pour 74 jours de sa mission dans les départements du Calvados et de l’Orne. Cela nous permet donc de connaître les grandes étapes43. En tout, elle comprend 90 pièces qui nous livrent des informations sur les principaux acteurs à qui il s’est adressé, les mesures qu’il a ordonnées ou autorisées et les itinéraires qu’il a choisis pendant sa mission.

31Parmi ces 90 pièces, 18 sont des arrêtés qui, pour la plupart, nomment provisoirement des employés et des chefs des haras, ordonnent les adjudications des travaux et réparations dans les dépôts établis ou l’évacuation du haras du Pin occupé illégalement. Les 72 pièces restantes sont des courriers écrits aux comités de la Convention nationale, aux autorités locales ou à des particuliers qui se ventilent ainsi :

Destinataires

Nombre

% du total

Comité de salut public

7

9,72

Comité d’Agriculture

15

20,83

Autres comités (Travaux publics, Transport)

3

4,17

Agents nationaux de district

14

19,44

Autres autorités locales (département, municipalités)

5

6,94

Garde-magasins des fournitures militaires

4

5,56

Employés de dépôts

5

6,94

Receveurs de district

11

15,28

Artistes-vétérinaires

2

2,79

Autres

6

8,34

Total

72

100

Tableau 5 : Destinataires de la correspondance de Beauprey pendant sa première mission du 9 pluviôse au 1er prairial an III © AN F10 630

32Sans surprise, deux groupes de destinataires se détachent. En premier lieu, les autorités locales qui sont les plus contactées. En tout, les administrations des municipalités, des districts et des départements, les agents nationaux des districts et les receveurs ont reçu 30 courriers, soit près de 42 % de l’ensemble. À eux seuls, les agents nationaux et les receveurs ont été les destinataires de 25 courriers. Les premiers sont de véritables courroies de transmission des décisions de Beauprey. Ils doivent surveiller les adjudications des travaux et des réparations des locaux, contrôler l’avancement des travaux et s’assurer de la sécurité et de la protection des dépôts rétablis.

33En second lieu, les comités de la Convention reçoivent près de 35 % des courriers de Beauprey. Ce sont ceux à qui il doit rendre des comptes, informer des décisions prises – comme la nomination des officiers des dépôts établis – et des difficultés rencontrées. Parmi les quatre comités avec qui il est en contact, le Comité d’Agriculture et des Arts est celui qui reçoit le plus de missives. Ce sont ainsi 15 courriers qui lui sont envoyés à partir du 29 pluviôse (17 février 1795) alors que jusqu’à cette date, Beauprey ne correspond qu’avec le Comité de salut public. En effet, ce n’est que par le décret du 12 pluviôse (31 janvier 1795) qu’il reçoit tardivement que le représentant en mission est informé que le Comité d’Agriculture est seul chargé des haras. Enfin, illustrant sa mise à distance, Beauprey n’envoie aucun courrier à la Commission d’agriculture et des arts, ni d’ailleurs à aucune autre commission exécutive.

Graphique 1 : Nombre de pièces dans la correspondance de Beauprey par décade

Graphique 1 : Nombre de pièces dans la correspondance de Beauprey par décade

© AN F10 630

34L’activité épistolaire apparaît aussi très inégale pendant la mission de Beauprey (graphique 1). Comme nous pouvions nous y attendre, elle est frénétique au début avec 37 des 90 pièces pendant le premier mois du 9 pluviôse (28 janvier 1795) au 8 ventôse (26 février 1795) dont treize le 14 pluviôse (2 février 1795) et sept le 19 pluviôse (7 février 1795). Beauprey agit dans l’urgence recherchant des renseignements sur les locaux possibles, décidant de lancer les travaux dans l’ancien haras du Pin avant même leur adjudication, de le faire évacuer et de rechercher des fourrages qui le garniront. La fréquence diminue par la suite avec dix-neuf pièces entre le 9 ventôse et le 8 germinal (27 février et 28 mars 1795) et autant les trente jours qui suivent. Pendant ces deux mois, il demande des mandats pour payer les réparations, travaux, employés et chevaux et organise la monte de l’an III dans la région et en particulier dans l’Orne.

  • 44 On ne peut émettre que des hypothèses : maladie de Beauprey qui semble peu envisageable, car il en (...)

35La ventilation des pièces par décade apporte quelques précisions supplémentaires. On retrouve de nouveau une très forte activité épistolaire pendant la deuxième décade de pluviôse (du 29 janvier au 7 février 1795) et la première décade de ventôse (du 19 au 27 février 1795) correspondant au début de sa mission, à son long séjour à Alençon et au rétablissement du haras du Pin. L’activité de Beauprey semble ralentir pendant les deux dernières décades de ventôse (cinq et six pièces chacune). Les décades de germinal et la première de floréal (du 21 mars au 28 avril 1795) sont entièrement consacrées au département de l’Orne et au haras du Pin. On note l’absence de pièces entre le 9 et le 21 germinal (29 mars au 10 avril 1795) sans qu’on puisse en donner une explication satisfaisante44. L’activité reprend à partir de la troisième décade et reste jusqu’à la fin de la mission très soutenue. Beauprey rappelle aux destinataires les décisions qu’il a prises et qui n’ont pas été suivies d’effets. Mais, surtout, il presse les receveurs d’honorer les dépenses faites.

36Cette activité épistolaire se double de tournées dans les départements du Calvados et de l’Orne. Rarement, il pousse ses visites jusque dans la Manche, puisqu’il n’en effectue qu’une seule, à Thorigny où se trouve le haras appartenant au Prince de Monaco. Quelquefois, les séjours dans les villes ne durent pas plus d’un jour, comme à Argentan et Sées qu’il visite le 9 ventôse (27 février 1795), Tilly le 27 le même mois (17 mars 1795) et le 10 floréal (29 avril 1795), Falaise les 23 germinal (12 avril 1795) et 30 floréal (30 mai 1795). À l’inverse, Beauprey s’arrête dans certaines villes plusieurs jours consécutifs, comme à Alençon du 14 au 19 pluviôse (2-7 février 1795), à Caen du 19 au 26 ventôse (9-16 mars 1795) ou au Pin du 2 au 6 ventôse (20-24 février 1795) puis du 6 au 22 germinal (26 mars au 11 avril 1795). Ce sont les trois villes dans lesquelles il séjourne le plus longtemps (voir tableau 7). Cela n’est guère surprenant étant donné que les deux premières sont les chefs-lieux des départements de l’Orne et du Calvados où les conditions sont plus propices au travail et au séjour et que la troisième accueille le principal haras sous l’ancien régime et est destiné à devenir un dépôt d’étalons. En tout, Beauprey séjourne 49 jours dans le département de l’Orne et 25 jours dans celui du Calvados. Cette nette prépondérance de l’Orne illustre manifestement l’importance donnée par Beauprey pour ce territoire qu’il connaît bien et où il espère retrouver les meilleures conditions pour l’élevage du cheval.

Villes

Jours

En %

Pin

23

31,5

Caen

19

26,02

Alençon

13

16,44

Sées

9

12,32

Argentan

4

5,48

Tilly

4

5,48

Bayeux

1

1,37

Falaise

1

1,37

74 jours

100 %

Tableau 6 : Nombre de jours de présence de Beauprey dans une ville lors de sa première mission de l’an 3 entre le 9 pluviôse et le 30 floréal © AN F10 630

  • 45 Une lieue représente 3,9 km à 4,3 km selon qu’elle soit de Paris ou des Postes
  • 46 Sur le sujet, voir les déjà classiques articles de Guy Arbellot, « La grande mutation des routes de (...)

37À l’évidence, ce ne sont pas « mille lieues45 » que Beauprey parcourt pendant l’hiver et le printemps 1795, mais au moins 1 600 kilomètres, ce qui n’est pas rien pour une mission qui a duré 121 jours (en moyenne un peu plus de 13 kilomètres par jour). Il va plusieurs fois sillonner les départements de l’Orne et du Calvados. À chaque fois, ces tournées se mesurent en dizaines de kilomètres. Le représentant est méritant parce que les routes ne sont pas sûres du fait du brigandage. De plus, leur état s’est dégradé depuis le début de la Révolution parce que les Assemblées constituante et législative désengagent le gouvernement de la construction et de l’entretien des routes et transfèrent ces missions aux départements qui n’ont pas de moyens financiers suffisants46. En tout, nous avons pu distinguer quatre tournées pendant sa mission.

  • 47 Toutes les distances sont données par commodité « à vol d’oiseau » par l’auteur à partir des itinér (...)

38La première se déroule du 2 au 11 ventôse (20 février au 1er mars 1795) dans l’Orne démarre au haras du Pin qu’il rétablit le 2 ventôse (voir carte no 1). Il y reste cinq jours pour y trouver du personnel, s’informer des réparations à opérer et des étalons à retrouver. Les 7 et 8 ventôse (25 et 26 février 1795), il séjourne à Alençon, puis rejoint Sées et Argentan le 9 avant de revenir le 10 à Alençon pour préparer son voyage qui l’amène jusqu’à Bayeux pour le 12. Du 2 au 10 ventôse, il parcourt 110 km47 – certainement plus – soit une moyenne de 12 km par jour.

39La deuxième tournée se déroule entre le 27 ventôse et le 6 germinal (17-26 mars). Argentan, Tilly et Alençon sont visités une fois et Beauprey s’arrête trois jours à Caen avant de se fixer à Pin pendant deux semaines afin d’y préparer la monte de l’an III. En tout, Beauprey voyage dix jours dans les deux départements et fait au moins 144 kilomètres (voir carte n° 2).

40Une troisième tournée sur les deux départements dure dix jours pour 154 kilomètres (voir carte n° 3).

  • 48 AN F10 630, Lettre de Beauprey au Comité d’Agriculture, le 27 floréal an III (16 mai 1795).

41Quant à la dernière, la plus longue puisqu’elle s’étend du 8 au 30 floréal (27 avril au 19 mai 1795), elle permet à Beauprey de visiter une dernière fois les deux dépôts dans lesquels il séjourne une semaine, de mesurer les premiers résultats de la monte et de demander aux autorités départementales et de district de faire pression pour que les fonds soient débloqués urgemment. C’est lors de cette dernière tournée qu’il visite le haras de Thorigny appartenant au prince de Monaco considéré comme émigré. Dans le local règne un profond désordre et la consommation en fourrages est selon lui excessive alors que les chevaux sont à l’herbe. Il en accuse les 48 chevaux de Grimaldi et demande qu’une indemnité lui soit réclamé pour toutes les dépenses ou que les juments poulinières qui n’en ont plus la qualité soient vendues48. Pendant les 23 jours de cette tournée, il fait au moins 262 kilomètres (11,5 km par jour). Le 1er prairial, il commence son voyage de retour de mission et entre dans Paris au bout de quatorze jours et près de 200 kilomètres (voir carte°4).

« Surveiller » et « régénérer » les haras : des objectifs atteints ?

42C’est une question qui mérite d’être posée et à laquelle il est difficile de répondre. Les sources donnent des informations contradictoires quand elles n’ignorent pas la mission de Beauprey. Les travaux anciens ou récents sur l’élevage en Normandie ne l’évoquent pas, comme ils accordent peu d’importance aux haras rétablis en l’an III. Bref, l’histoire des haras dans l’historiographie ne recommence qu’en 1806, dix-sept ans après leur suppression, lorsque Napoléon, devenu empereur, les rétablit définitivement. Or, à lire Beauprey, grâce à son zèle régulier, le bilan de la mission est largement positif au regard de la situation catastrophique qu’il découvre au début de sa mission :

  • 49 AN F10 633, Rapport de Beauprey au Comité d’Agriculture et des Arts, le 21 thermidor an III (8 août (...)

J’ai trouvé au haras, ci-devant si florissant du Pin, des bâtiments délabrés, des étalons dispersés à vil prix, nulle trace de l’ancienne prospérité. Les premiers objets de mes soins ont été d’abord de préparer le logement des chevaux précieux qui devaient y être rassemblés et des hommes destinés à les surveiller, ensuite de leur assurer la subsistance : j’ai pris soin en dernier lieu de réunir tous les anciens étalons disséminés dans les environs et d’en faire acheter de nouveaux pour compléter les moyens de multiplier l’espèce. J’ai pris les mêmes résolutions, les mêmes mesures à Tilly […]. Au moyen de ces opérations les haras du Pin et de Tilly sont réparés ; 71 étalons y sont réunis en bon état bien soignés et bien surveillés49.

  • 50 Les fourrages sont avec le traitement du personnel la principale dépense d’un haras. Il est diffici (...)

43Dans le rapport, seule l’alimentation en fourrages reste un écueil qu’il n’est pas parvenu à régler. Cette pénurie l’oblige à réduire les rations données aux chevaux et à lever une réquisition sur un citoyen parent d’émigré et les garde-magasins militaires. Mais la situation de la Normandie en la matière n’a rien d’exceptionnel50. Hormis cette difficulté, Beauprey parvient à établir et à procéder aux réparations urgentes des deux dépôts, à réunir des étalons, à trouver les employés indispensables et à organiser la monte en l’an III qui étaient les objectifs de sa mission. Les deux points cruciaux furent la recherche des étalons et l’embauche des employés.

44Après avoir établi des dépôts à Tilly et au Pin et y avoir décidé des réparations les plus urgentes, Beauprey doit s’atteler à la tâche principale : la réunion des étalons. Dès son arrivée sur les lieux, il prend la mesure de la tâche qui l’attend. Auprès du Comité de salut public, il s’inquiète de leur rareté et de leur cherté. Arrivant à Alençon, il ne trouve que cent chevaux à la foire de la Chandeleur alors qu’avant la Révolution on en comptait jusqu’à quatre milles selon lui. Il est prévenu qu’à Caen des marchands informés du probable rétablissement des haras en profitent pour augmenter leur prix. Dès le 14 pluviôse (2 février 1795), quelques jours après son arrivée sur les lieux, il prend un arrêté très coercitif valable dans tous les départements de sa mission. D’une part, il interdit que les chevaux entiers soient hongrés « sous quelque prétexte que ce soit et quel que soit leur âge » sans l’examen de deux artistes-vétérinaires qui certifient qu’ils « ne sont pas d’espèce à faire des étalons ». D’autre part, il réglemente la vente des étalons et limite ou interdit leur sortie de la province ou de la République :

Art.3 : Les cultivateurs ou marchands propriétaires d’étalons ne pourront les vendre qu’à des citoyens connus, après avoir préalablement passé, aux termes de la loi leur déclaration à la municipalité de leur domicile. […]

  • 51 AN F10 630, Arrêté du 19 pluviôse an III (7 février 1795).

Art.5 : Les étalons ne pourront être vendus qu’à des citoyens résidant au moins à vingt lieues des frontières de la République51.

  • 52 AN F 10 1058-1059, Dossier Bégé-Leroux (achat d’étalons), an III.

45Nous ne savons pas comment cet arrêté a été appliqué dans les départements, mais les prix des étalons achetés par Bégé et Leroux, les deux agents que le Comité de salut public a envoyés sur place, sont très élevés, beaucoup plus que ceux qui étaient achetés par l’ancienne administration des haras du Royaume. Ces deux agents, pendant leur mission qui dure jusqu’au 30 germinal (19 avril 1795), ont acheté quarante-trois étalons52. Les étalons ont tous été acquis dans les départements du Calvados et de l’Orne, treize dans le premier et le reste dans le second. Deux herbagers connus de Bégé lui en ont vendus plusieurs. Il en a acquis six du sieur Simon demeurant à Caen dans le Calvados pour un total de 49 150 livres dont 800 livres pour les seuls frais de route et les journées des palefreniers pour les mener au Pin et onze ont été vendus par le sieur Leraux résidant dans la commune de l’Aigle dans l’Orne pour un montant de 66 860 livres. Le prix d’achat moyen des quarante-trois étalons s’élève à 7 178 livres variant de 2 550 livres pour les plus bas à 11 550 livres pour les plus hauts. Seize ont coûté entre 5 000 et 6 500 livres et dix-sept entre 8 000 et 9 500 livres (voir graphique n° 2). Au total, 315 845 livres ont été dépensés pour les achats. Nous ne sommes pas très loin des 350 000 livres qui avaient été débloquées par le Comité d’Agriculture et reçues par les receveurs de Carenton, de Caen et d’Alençon.

Graphique 2 : Répartition des étalons achetés par Leroux et Bégé selon leur prix

Graphique 2 : Répartition des étalons achetés par Leroux et Bégé selon leur prix

© AN F10 1058-1059

  • 53 Il s’agit d’une hypothèse qui est corroborée par un courrier au Comité d’Agriculture le 26 ventôse (...)

46Ce sont des chevaux jeunes et relativement grands. Ils ont entre trois à six ans et 21 – près de la moitié donc – ont entre quatre et cinq ans. Ils mesurent entre quatre pieds neuf pouces (1,45 m) et cinq pieds un pouce (1,55 m) sans que l’on sache s’ils ont été mesurés à la chaîne ou à la potence, mais ces tailles correspondent à la taille moyenne du cheval dit normand53.

  • 54 AN F10 630, Lettre aux agents nationaux des six districts du département de l’Orne, 14 pluviôse an (...)
  • 55 AN F10 633, Rapport au Comité d’Agriculture et des Arts, Beauprey, thermidor an III.
  • 56 Ibid.

47La dernière mesure prise par Beauprey est de récupérer les quarante étalons du haras du Pin que l’administration du département de l’Orne avait été autorisée à confier à des cultivateurs pour le service de la monte en 1793. Le 14 pluviôse (2 février 1795), il demande que ces derniers les rendent au plus tard le 4 ventôse en promettant qu’ils seront remboursés des sommes qu’ils auraient pu avancer54. Dans l’ensemble, ces étalons sont restitués sans trop de difficultés. En peu de jours, trente-six étalons rentrent dans le haras du Pin « dont plusieurs encore beaux et bons, quelques-uns plus ou moins dépéris, [mais] deux sont morts depuis le 4 ventôse55 ». Rares sont les cultivateurs qui n’obtempèrent pas, comme le citoyen Guiller. Ce dernier, en infraction avec l’arrêté du département, a sorti l’étalon qui lui a été confié du district de Bellesme et du département. Il se trouve désormais dans le district de Nogent-le-Rotrou dans l’Eure-et-Loir. Au total, à la fin de sa mission, entre les étalons achetés et ceux qui ont été restitués, Beauprey avance que cinquante étalons sont désormais réunis au Pin et vingt-et-un à Tilly tandis que sept ont été confiés à Versailles pour le service de la monte du département de la Seine-et-Oise56.

48La recherche et l’acquisition des étalons sont de beaux succès pour Beauprey. Il lui faut aussi recruter et rémunérer les hommes pour diriger les deux dépôts établis et soigner les étalons réunis. On distingue deux catégories d’employés. D’une part, les officiers qui reçoivent des appointements. Ce sont les chefs, les contrôleurs, les surveillants et les artistes-vétérinaires et, d’autre part, les palefreniers et les piqueurs qui sont gagés.

  • 57 AN AF II 12-dossier 83, Arrêté du 13 floréal an III.

49L’exemple du haras du Pin illustre la méthode de Beauprey pour trouver les hommes compétents. Bien qu’il sache que toutes ces nominations sont provisoires, il désigne le 3 ventôse (21 février 1795) comme inspecteur du dépôt du Pin, Théobald Wagner qui a 38 années de service dans la cavalerie et qui est alors chef du dépôt des remontes de Sées. Guillaume Georges est nommé commandant du dépôt. Ce dernier est « depuis l’enfance dans la partie de l’équitation et élève du haras ». Son frère Nicolas est nommé contrôleur et le sieur Dupart conserve sa charge de concierge qu’il occupe depuis 40 ans. Ces nominations sont confirmées par le Comité d’Agriculture et des Arts le 13 floréal an III (2 mai 1795)57.

  • 58 François Hilaire Gilbert, « Notice historique sur la mort de Wagner du haras du Pin », Annales de l (...)

50Le milieu de l’armée est privilégié, mais aussi celui de l’équitation ou la présence ancienne dans le haras du Pin dans deux des cas. Il ne fait pas de doute que le choix de l’inspecteur est éclairé. Gilbert, par exemple, ne tarit pas d’éloge sur Wagner quand il rédige sa notice nécrologique en l’an IV. Il le présente comme un homme qui a servi la République comme il servait l’Ancien Régime, au « zèle infatigable, avec une exactitude rare et une probité bien plus rare encore », qui identifiait « tellement son bonheur avec celui de ces animaux, que bientôt il ne lui fut plus possible de s’en séparer » et ne trouvait jamais de chevaux méchants. Il affirme même que devant la pénurie en fourrages qui touche le haras en l’an III, il alla jusqu’à partager ses aliments avec ses chevaux et accepta de mourir seulement lorsqu’il put voir de sa fenêtre les étalons du haras une dernière fois en les appelant par leurs noms58. Cette appréciation est aussi partagée par une cinquantaine de propriétaires, cultivateurs et d’herbagers des environs du haras qui le soutiennent dans une pétition dans laquelle ils louent ses efforts depuis la restauration du haras :

Nous, soussignés propriétaires cultivateurs et herbagers des différents districts des cantons environnant le haras du Pin certifions que le rétablissement de ce haras a déjà donné, et donnera par la suite, les plus grands avantages à la République et à tous les citoyens, l’intérêt général et particulier que le commerce en ressentira sera inestimable, le service de la monte se fait avec la plus grande exactitude, avec justice, et par les connaissances rares du citoyen Wagnere [sic], a donné le cheval convenable à chaque jument, soit pour croiser la race, soit pour perpétuer la bonne et la belle espèce, que les étalons sortis lors de la destruction de cet établissement sont dans un état différent depuis qu’ils sont rentrés par les soins du représentant du peuple Beaupré. Ils font grand plaisir aux connaisseurs qui le visitent, le service des écuries se fait avec une exactitude, la propreté satisfaisante, enfin des gens impartiaux ne peuvent que manifester des sentiments de la plus vive reconnaissance aux auteurs de ce rétablissement et aux employés qui le régissent.

  • 59 AN F10 630, lettre à Gagnerot, le 28 floréal an III (17 mai 1795). Dans la même lettre, il l’autori (...)

51Il n’en est pas de même pour les autres employés du dépôt tel Dupart, Georges et Larmande qui sont suspectés très fortement d’amitiés contre-révolutionnaires. Le Directoire du département demande d’ailleurs leurs destitutions et Beauprey ne retient pas la candidature de Larmande, préférant dans l’immédiat recourir aux services du vétérinaire attaché au dépôt de remonte de Sées. Quant à Tilly qui n’a ni maréchal, ni vétérinaire dans les environs, il ordonne à Gagnerot de Caen, artiste-vétérinaire de son état, de s’y déplacer toutes les fois qu’il est requis et l’autorise à prendre pour cet effet un cheval dans les dépôts de Caen59.

  • 60 AN O1 905, Lettre du Conseil général de la commune du Pin, le 20 pluviôse an III (8 février 1795).
  • 61 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 315.

52En ce qui concerne les palefreniers, Beauprey prend contact avec la municipalité de Pin pour obtenir le tableau de ceux qui étaient attachés au haras jusqu’à sa suppression en 1793. À l’évidence, le représentant compte recruter les anciens palefreniers. Le 20 pluviôse (8 février 1795), les officiers municipaux lui répondent. À l’époque de la suppression du haras, il y reste vingt employés gagés dont trois n’étaient pas des palefreniers, mais sellier, jardinier et menuisier60. Sur les quatorze qui sont employés pendant la période de la mission de Beauprey, six travaillaient dans le haras lors de sa suppression, dont le piqueur Lemière et les trois frères Gautier, membres d’une dynastie de palefreniers présente dans le haras depuis des décennies61.

  • 62 Il s’agit des subsistances que reçoivent quotidiennement les soldats. Les palefreniers du Pin la re (...)

53Qualifiés de « malheureux » par les officiers municipaux du Pin et n’ayant eu aucune indemnité, ces recrues doivent être rémunérées. Au moment de la suppression du haras, ils touchaient 275 livres par an. En l’an III, il est prévu de leur verser trois livres par jour en raison de la forte inflation. La somme devient vite insuffisante d’autant que les assignats ne sont quasiment plus acceptés si bien que, le 3 floréal, Beauprey relève les gages à cinq livres tant que les palefreniers ne reçoivent pas l’étape, ce qui est fait à partir du mois de thermidor62. Fixé définitivement à trois livres par jour le 1er fructidor (18 août 1795), ces gages ne satisfont pas les palefreniers qui demandent huit livres et menacent de quitter le service, menace qu’ils réitèrent à plusieurs reprises en l’an IV quand ces derniers ne reçoivent plus du tout leurs émoluments.

  • 63 Malik Mellah, « L’École d’économie rurale vétérinaire d’Alfort 1766-1813 : une histoire politique e (...)

54Cette brève analyse du personnel appelle trois remarques. La première, et cela n’a rien d’étonnant, est l’orientation du recrutement dans un personnel qualifié dans le cheval, qu’ils proviennent de la cavalerie ou des anciens haras royaux. La deuxième est l’extrême difficulté de recruter des artistes-vétérinaires en nombre et en compétence. La loi du 29 germinal an III, prise dans la foulée de celle du 2 germinal, illustre la nécessité de réorganiser les écoles vétérinaires pour faire circuler dans la République un savoir savant au service d’une politique de l’animal alors que le nombre d’élèves qui s’inscrivent à l’école d’Alfort s’effondre depuis 1786 passant de 73 à 13 en 179163. La troisième pose la question de la fidélité au nouveau régime politique des hommes du cheval. Si Wagner a épousé les vues de la République selon Gilbert, ce n’est pas le cas d’autres employés, en particulier du gardien, du contrôleur et de l’ancien artiste-vétérinaire qui selon les courriers, dont certains datent de 1791, sont des intrigants au service des contre-révolutionnaires.

55La question de l’adhésion des populations locales à la nouvelle politique des haras définie par la loi du 2 germinal se pose aussi. Cette question, à laquelle il est difficile de répondre, recoupe en fait celle de la réussite ou de l’échec de la monte de l’an III dans les départements normands. Rappelons qu’il s’agit de la première monte réglementée depuis 1789. Six années ont passées depuis. Six années pendant lesquelles l’administration du département de l’Orne a organisé les montes dans la mesure de ses possibilités et sans que nous en connaissions les résultats.

  • 64 AN F10 631, Proclamation et arrêté du 27 germinal (16 avril 1795).
  • 65 AN F10 765, Lettre de Wagner au Comité d’Agriculture et des Arts et au Comité de salut public, le 1(...)
  • 66 Échec tout relatif, car, avant la Révolution, selon une pétition émanant de propriétaires, marchand (...)

56La monte de l’an III commence au haras le 2 floréal (21 avril 1795) et Beauprey confie à partir du 1er du mois neuf étalons à des cultivateurs du département. Chaque étalon ne peut monter plus de 35 juments s’il est hors d’âge et 25 juments s’il est jeune. Il doit être nourri convenablement et la saillie est gratuite. En contrepartie, les cultivateurs chez qui sont confiés les étalons reçoivent une indemnité de 400 livres64. Quatre sont dans le district d’Argentan, trois dans celui de Mortagne et deux dans celui d’Alençon. Ils rentrent en bon état entre le 17 messidor et le 3 thermidor. Les 42 autres étalons font le service au dépôt. Les résultats de la monte ne sont pas à la hauteur des espérances de Beauprey et de Wagner. Beaucoup de juments poulinières n’ont pas été couvertes au 1er thermidor an III qui est la date fixée pour la fin de la monte et seulement 612 juments ont été servies au dépôt, soit à peine quinze par étalon. Wagner juge nécessaire de prolonger de quinze à vingt jours la saison de la monte65. Aucune explication à cet échec relatif n’est donnée par Beauprey ou par Wagner66. Sans doute, des difficultés difficilement surmontables ont entravé le travail du représentant.

Beauprey, entre isolement, hostilité et indifférence

57Dans le rapport qu’il présente au Comité d’Agriculture et des Arts en thermidor an III sur la mission qu’il vient de mener en Normandie, Beauprey n’évoque pas les difficultés qu’il a pu rencontrer. À le lire, hormis les problèmes de subsistances des chevaux, les résultats de sa mission sont très positifs. 71 étalons sont réunis, bien surveillés et bien soignés au Pin et à Tilly. La monte éprouve quelques retards, qui peuvent être rattrapés selon lui, et il encourage le Comité à mettre en œuvre rapidement un plan de régénération des haras. Pourtant, la correspondance de Beauprey versée aux Archives nationales propose une autre lecture de la mission. En effet, le représentant en mission bute sur des obstacles incontournables qui relèvent des domaines politique et financier. Il doit affronter l’hostilité ou l’indifférence des autorités et des populations locales et regrette son isolement et le peu de soutien de Paris. En effet, presque toujours, celui-ci va se retrouver seul pour gérer les conflits ou les lenteurs.

Faire face à l’inaction des autorités locales

58Nous avons vu que des herbagers et propriétaires du Pin et de ses environs avaient loué le travail de Wagner et de Beauprey pendant la monte de l’an III. Il semble cependant que cette appréciation ne soit pas unanimement partagée par la population et les autorités locales.

  • 67 AN F10 630, Arrêté du 14 pluviôse an III (2 février 1795).

59Ainsi, si la municipalité du Pin a fourni à Beauprey les noms de ceux qui occupaient des places au haras avant sa dissolution, celui-ci ne peut pas compter sur elle ou sur l’agent national du district d’Argentan pour faire cesser les dilapidations et l’occupation du haras. Dès le 14 pluviôse (2 février 1795), il ordonne l’évacuation du haras occupé par des citoyens qualifiés d’« usurpateurs », de faire cesser toute occupation illégale et de lui faire passer « tous les renseignements qu’ils auront sur l’usage qui a pu être fait des meubles et effets provenant de l’établissement du haras du Pin67 ». Or, les dilapidations ne cessent pas. Furieux, il écrit à l’agent national d’Argentan le 7 floréal (26 avril 1795) :

  • 68 AN F10 630, lettre du 7 floréal an III (26 avril 1795).

La proclamation que je vous ai remise Citoyen, n’est point encore connue au haras du Pin et les dilapidations redoublent, serait-ce la faute de l’imprimeur il serait bien coupable, serait-ce oubli de votre part, ce serait malheureux ou enfin est-elle parvenue à la municipalité du Pin, ce serait de sa part une grande négligence quelle que soit la cause du retard, vous voudrez bien y remédier68.

60Ce courrier n’aura pas l’effet attendu. Avant de rejoindre Paris, sa mission se terminant, il s’adresse une dernière fois aux maire et agent national du district. Il regrette de voir que les dilapidations, loin de cesser, augmentent.

  • 69 AN F10 630, lettre du 1er prairial an III (20 mai 1795).

Des chevaux, moutons, cochons … séjournent dans les jardins, cours et autres endroits qui donnent des bons fruits. Vous n’ignorez pas cet établissement est sous votre surveillance immédiate et que tout abus est sous votre responsabilité au terme de la proclamation. J’espère que, d’après cet avertissement réitéré, vous prendrez des mesures fortes et promptes pour faire exécuter le contenu de l’arrêté69.

61Quand ils ne sont pas indifférents, les autorités locales ou des individus peuvent lui être hostiles. Très inquiet sur les conséquences que cela peut avoir sur sa mission et son honneur, il écrit au Comité d’Agriculture et des Arts le 8 floréal an III (27 avril 1795) au sujet d’une cabale dont il pense être la victime :

  • 70 AN F10 630, Lettre de Beauprey au Comité d’Agriculture et des Arts, le 8 floréal an III (27 avril 1 (...)

Je ne dois pas me croire à l’abri de la calomnie ou des effets du mécontentement de certains hommes qui se croyant exclusivement avoir du mérite et des talents, ont cru devoir refuser par orgueil des places que je leur ai offertes peut-être un peu légèrement. Je n’ai pas de raison spéciale qui me force à vous prier de vous mettre en garde contre les rapports des gens de cette espèce70.

  • 71 AN F10 630, Lettre de Beauprey à Mignot, commandant de la Garde nationale, le 10 floréal an III (29 (...)
  • 72 AN F10 630, Lettre de Beauprey à Dubois, le 15 fructidor an IV (1er septembre 1795).

62Beauprey reste très évasif dans ce courrier. On ne sait pas de qui il parle et quelles places il évoque. Cependant, dans certains courriers envoyés, il désigne des individus qu’il considère comme peu sûrs politiquement et dont il faut se méfier. La région est agitée et les campagnes sont parcourus par des bandes de « brigands ». Pour Beauprey, elles sont menacées par « la fureur des Chouans », à tel point qu’il demande au commandant de la garde nationale de Caen, ville qui s’est soulevée également à la fin de l’hiver71, des secours militaires pour défendre le haras du Pin. Beauprey n’a pas besoin d’aller chercher bien loin ceux qui sont susceptibles d’entraver sa mission. Ils sont au nombre de trois, dont deux sont à l’intérieur du haras et occupent des places importantes. Il s’agit de l’ancien artiste-vétérinaire, Lormande, qui entretient encore une correspondance avec le Grand écuyer Lambesc depuis son émigration en 1789. Lormande voulait devenir le chef du haras, mais s’était vu refuser cette place. Il ne fait pas de doute que cet individu lui en a gardé rancune. Par ailleurs, Beauprey est averti également que Dupard, le concierge du haras depuis quarante ans, invite à sa table des nobles contre-révolutionnaires et que le contrôleur Georges est sur les « mêmes principes ». Ces trois hommes, dont les deux derniers qu’il a pourtant lui-même nommés, détestent le régime républicain et considèrent la présence du représentant avec hostilité. Dans un courrier envoyé après sa mission à Dubois, chef du 4e Bureau du ministère de l’Intérieur, il demande leur remplacement, en particulier celui de Dupard qui continue selon lui « à former chez lui des rassemblements nocturnes de tous les ennemis les plus acharnés et les plus connus de l’établissement du haras » dont font partie Lormande et Georges « qui viennent presque tous les jours pleurer chez le concierge du ci-devant prince Lambesc leur maître »72. Ce sera chose faite, mais bien plus tard en 1799. À l’évidence, la situation locale très tendue a pu jouer un rôle important dans l’échec relatif de la monte de l’an III que nous avons relaté plus haut.

63En somme, la Normandie et l’Orne en particulier n’échappent pas aux formes de communalisation de la vie politique. Le représentant en mission ne peut pas tout quand les autorités locales n’en font qu’à leur tête. Mais ce qui marque le plus dans cet épisode est son isolement et le manque de soutien qu’apportent les comités de gouvernement à ses opérations. Ici comme dans d’autres domaines, les crises financières et politiques de l’an III s’additionnent pour contrarier les opérations.

Faire face à la crise financière et politique

64Deuxième obstacle, et non le moindre, rencontré par Beauprey lors de sa mission : la situation politique et financière. Celle-ci mine le régime thermidorien. Sans revenir sur les journées de germinal et prairial an III et l’accélération de la dévaluation de l’assignat à l’échelle nationale, nous nous efforçons d’en montrer les effets sur la mission du représentant.

  • 73 AN F10 630, Lettre au Comité d’Agriculture et des Arts, le 29 ventôse an III (19 mars 1795).

65À l’échelle locale, éloigné de Paris, Beauprey s’inquiète de l’absence de contacts avec les commissions et les comités et de la désorganisation du gouvernement. Ainsi, deux mois après son arrivée sur les lieux de sa mission, il écrit au Comité d’Agriculture et des Arts et l’alerte de ne pas avoir eu encore de réponses à ses demandes, l’interroge pour savoir avec quel comité il doit correspondre. Cela devient gênant, car il ne peut prendre que des mesures provisoires73. Un mois auparavant, il interrogeait le même comité sur ce dernier point et lui faisait remarquer que cela faisait obstacle à sa mission :

Citoyens collègues,

  • 74 AN F10 633, Lettre au Comité d’Agriculture et des Arts, le 19 pluviôse an III (7 février 1795).

La discussion qui, d’après les journaux, paraît s’être élevée dans la séance du 12 de ce mois sur le comité qui est chargé de l’emploi des moyens propres à la multiplication des chevaux dans la république, me met dans l’inexactitude sur celui avec lequel je dois correspondre plus directement attendu que le décret qui semble en être résulté ne m’est pas officiellement parvenu74.

66En d’autres termes, Beauprey est informé de décisions prises à Paris par les journaux avant même qu’un texte officiel – arrêté, décret... – ne lui soit communiqué. On imagine sans peine dans quelle situation se trouve le représentant quand le délai dépasse une semaine. Ces lenteurs, alors que l’urgence impose la rapidité, sont surprenantes et ne peuvent qu’isoler davantage Beauprey. D’ailleurs, ce dernier ne fait aucune allusion aux débats qui précèdent le vote de la loi qui rétablit les haras, comme s’il ignorait qu’ils avaient lieu, alors que le sujet est en rapport avec sa mission, pas plus qu’il n’évoque les événements du 1er germinal qui ont secoué Paris et la Convention.

  • 75 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 206-216.

67Ce problème n’est pas résolu avant la fin de la Convention. Les conflits entre comités de la Convention, notamment entre celui d’Agriculture et des Arts et celui des Transports et des Messageries ne sont jamais réglés, malgré les arbitrages du Comité de salut public favorables au premier. La Commission d’agriculture et des arts peine à récupérer les documents, tableaux et mémoires concernant les chevaux et les haras ou voit ses agents empêchés de récupérer des chevaux entiers et juments poulinières des dépôts des pays occupés comme l’ordonne le Comité de salut public75.

  • 76 AN F10 630, Lettre au Comité d’Agriculture et des Arts, le 28 germinal an III (17 avril 1795).
  • 77 AN F10 633, Rapport au Comité d’Agriculture et des Arts, reçu le 21 thermidor an III (8 août 1795)

68Ces difficultés politiques se doublent d’un obstacle financier. Le Comité de salut public avait débloqué un crédit d’un million de livres pour l’achat de chevaux pour garnir les dépôts établis en Normandie. Une partie de cette somme est envoyée aux receveurs des différents départements normands pour les achats d’étalons par les agents Bégé et Leroux. Mais rien n’est prévu pour financer les réparations, les achats d’ustensiles et les traitements des employés des dépôts rétablis. Dès la fin du mois de ventôse, Beauprey réclame des mandats au Comité d’Agriculture et des Arts pour le paiement de ces différents postes. Devant les dépenses qui s’accumulent et qui ne sont pas payées, il demande le 28 germinal an III (17 avril 1795) qu’« une régie des haras » soit établie le plus rapidement possible pour faire face aux « besoins multipliés et toujours renaissants que nécessitent ces établissements, [au] défaut de moyens pour y satisfaire, ne sachant sur quelle caisse doivent être pris les fonds nécessaires à ces dépenses et n’ayant reçu du Comité de salut public, ni de la Convention, aucune instruction »76. Très régulièrement, il écrit aux comités de la Convention pour leur demander de débloquer les fonds pour payer les réparations des dépôts ou le traitement des employés sans succès. Dans son rapport de fin de mission, il admet qu’il n’est pas parvenu à acquitter ces dépenses autrement qu’en soustrayant du million de livres les sommes nécessaires pour honorer les dépenses : « Dénué de fonds immédiatement affectés à en acquitter les dépenses, en ayant vainement réitéré plusieurs fois les demandes au Comité de salut public, je me suis vu contraint de les imputer sur le million destiné à l’achat des étalons77. »

  • 78 Ces 101 000 francs se décomposent ainsi : 21 000 francs ont été délivrés suivant les ordres de Beau (...)
  • 79 AN F10 907, Lettre du chef et du contrôleur du haras du Pin, le 24 prairial an IV (12 juin 1796).
  • 80 AN F10 630, Lettre au receveur du district de Caen, le 29 germinal an III (18 avril 1795).

69Cette somme prélevée est très modeste et surtout insuffisante pour payer l’ensemble des frais. Ainsi, en l’an IV, les chef et contrôleur du haras du Pin indiquent que 101 000 francs ont été payés par le haras78, mais que celui-ci doit encore aux fournisseurs et aux employés près de 109 000 francs au 24 prairial an IV (12 juin 1796)79. Quant aux achats d’étalons réalisés par Leroux et Bégé, Beauprey a toutes les peines du monde à faire payer leur montant aux vendeurs. Par exemple, il demande le 29 germinal (18 avril 1795) au receveur du district de Caen les 150 000 livres qui lui ont été transmis, mais qu’il n’a toujours pas reçus et que les vendeurs lui réclament80.

  • 81 Compte rendu par Plet-Beauprey, envoyé dans les départements de la Sarthe, l’Orne, la Manche, le Ca (...)

70Lui-même est obligé de faire l’avance de près de 10 000 livres sur les frais de sa mission que le comité des inspecteurs lui rembourse à son retour. En effet, il avait reçu au début de sa mission 16 000 livres de la Trésorerie nationale et du receveur du district d’Argentan alors que ses dépenses se montent au total à 25 891 livres dont plus de 19 900 livres pour les frais de route pour le postillon, son domestique, son secrétaire et lui. Il s’enorgueillit « de n’avoir mis en réquisition aucune espèce d’aliment pour [sa] nourriture ou autres matières pour [ses] besoins » et d’avoir payé tout ce qu’il a consommé81. Encore estime-t-il que la mission aurait été plus onéreuse s’il avait dû utiliser la poste comme il explique dans son compte-rendu de mission :

  • 82 Ibid., p. 2. Devant faire reposer les chevaux qui étaient fatigués, il dut se résoudre à utiliser l (...)

La nature de cette mission exigeant que je voyageasse tant en grande route qu’en chemins de traverse, conséquemment à cheval comme en voiture, par arrêté du Comité de salut public du 29 nivôse, il a été mis à ma disposition trois chevaux de trait et un conducteur : ce qui m’a mis dans le cas de ne prendre que très rarement la poste et d’éviter les frais énormes que plus de 1 000 lieues de routes auraient causés82.

71L’homme politique Beauprey est bien seul pour affronter cette mission qui dure plus de trois mois. Il n’obtient pas l’appui politique nécessaire que cela soit à l’échelon local ou à l’échelon national. Mais son zèle et sa ténacité permettent d’affirmer que sa mission est en très grande partie remplie. Deux haras sont établis, plus de 70 étalons sont disponibles, la monte de l’an III est faite même si elle ne rencontre pas le succès escompté et les hommes sont disponibles pour remplir les missions de surveillance et d’entretien des étalons.

Quel décalage entre le discours savant et la pratique du politique sur le cheval en l’an III ?

  • 83 Sur les analyses de Buffon et de Bourgelat et leur conception du cheval et de la race, il n’est pas (...)
  • 84 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 197-202.
  • 85 AN F10 509a, Lettre de Balbelat à la Commission d’agriculture et des arts, 7 nivôse an III.

72En refermant l’étude, il nous est impossible de laisser cette question sans réponse. Nous avons pu vivre avec Beauprey et ses actions. C’est un homme à la volonté de fer, guidé par les seuls intérêts de la chose publique. Mais quel grand écart avec le discours que les hippiatres et autres amoureux et amateurs de chevaux ont pu développer avant et pendant la Révolution et singulièrement en l’an III ! L’amélioration de la « race » de Buffon et de Bourgelat83, « le beau et bon cheval » et la nécessité des croisements avec les chevaux étrangers prônées par ces mêmes hommes, la promotion du cheval polyvalent et républicain84 de la Commission d’agriculture et des arts n’affleurent à aucun moment dans la correspondance de Beauprey. Nous n’osons cependant pas affirmer que le missionnaire, qui est un homme politique, n’a aucune ambition zootechnique, que l’amélioration du cheval n’est pour lui qu’une chimère et qu’il n’a aucune expertise dans le domaine très particulier du cheval. Beauprey, parce qu’il est homme politique investi d’une mission sacrée à ses yeux, fait des choix dans l’urgence parce que celle-ci ne peut durer plus de trois mois. Pour lui, ceux-ci ne peuvent être guidés que par les objectifs de sa mission : rétablir les haras et relancer l’élevage du cheval dans la Normandie. Il reprend à son compte ce qu’écrivait un agent de la Commission d’agriculture le 7 nivôse an III (27 décembre 1794) – moins de vingt jours avant la nomination de Beauprey – avant de partir en Espagne chercher des beaux chevaux pour la reproduction : « Autant que je le pourrai, je choisirai de beaux et de bons étalons, mais je ne serai pas extrêmement difficile parce que je sens, parce que vous me l’observez très bien, que si nous avons besoin de beaux chevaux, nous avons encore plus besoin de chevaux85.

73Son sérieux, sa ténacité et son amour du travail bien fait ne trompent pas la Convention qui le renvoie dans les départements normands dès le mois de fructidor, toujours pour s’occuper des chevaux de la République, mais avec une mission encore plus délicate, celle de fermer des dépôts de cavalerie et accessoirement visiter plus longuement le haras de Thorigny. Cette fois-ci, il ne connaît pas le succès car il s’attaque de front à une institution montante et puissante de la République : l’armée.

Haut de page

Notes

1 Alphonse Aulard, Recueil des Actes du Comité de salut public [dorénavant RACSP], Paris, Imprimerie nationale, t. 19, 1909, p. 460.

2 Michel Biard, Missionnaires de la République, Paris, Vendémiaire, 2015, p. 156-158. Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale, urgences des besoins civils et militaires et mise en place d’une politique du cheval dans la France républicaine en l’an II et l’an III », mémoire de Master II sous la direction de Pierre Serna, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2015, p. 32-57.

3 Adolphe Robert, Edgard Bourloton et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, vol. 5, Paris, Bourloton éditeur, 1891, p. 4.

4 Michel Biard, Les missionnaires ...op. cit., p. 359-360.

5 Sur la place des savants pendant la Révolution et en particulier leur place incontournable lors du « moment thermidorien » et le Directoire, lire le récent ouvrage de Jean-Luc Chappey, La révolution des sciences, 1789 ou le sacre des savants, Paris, Vuibert, 2019. Plus particulièrement sur le rôle des agronomes et savants au sein de la Commission d’agriculture et des arts et le Directoire, l’ouvrage de Pierre Serna, Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en Révolution, 1750-1840, Paris, Fayard, 2017, p. 157-197 et le très utile article de Malik Mellah, « Le travail des Comité(s) et Commission(s) d’agriculture des Assemblées révolutionnaires : une approche par la politique de l’animal domestique (1789-1795) », La Révolution française [En ligne], no 17, 2020, mis en ligne le 24 février 2020, consulté le 1er mars 2020, https://journals.openedition.org/lrf/3345.

6 Les haras nationaux avaient été supprimés le 29 janvier 1790 et la vente des étalons nationaux décidée en novembre de la même année. Certains départements, dont l’Orne ou l’Eure, tentèrent de s’occuper de l’élevage dans leur ressort respectif.

7 Jean Marc moriceau, « Une question en renouvellement. L’histoire de l’élevage en France », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 106, no 1, 1999, p. 17-40.

8 René Musset, De l’élevage du cheval en France, Paris, Librairie agricole de la Maison agricole, 1917. André-Jacques Bourde, Agronomie et agronomes en France au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1967, 3 vol. Jacques Mulliez, Les chevaux du royaume : aux origines des haras nationaux, Paris, Belin, coll. « Histoire et société », 2004. Nicole de Blomac, Voyer d’Argenson et le cheval des Lumières, Paris, Belin, 2004. Daniel Roche, La culture équestre de l’Occident, xvie-xixe siècle, Paris, Fayard, 3 vol., 2008-2015.

9 Octave Festy, Les animaux ruraux en l’an III, dossier de l’enquête de la commission d’agriculture et des arts, 2 vol., Paris, Hartmann, 1941-1946.

10 Daniel Roche, « Les chevaux de la République : l’enquête de l’an III », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 55-4, 2008, p. 82-124.

11 Michel Biard, « Contraintes de la Terreur ou pragmatisme ? À propos des réquisitions de chevaux en Seine-Inférieure (1793-1794) », Annales de Normandie, 57ᵉ année, no 3-4, 2007, p. 293-308.

12 Deux mémoires ont été rédigés sur le sujet : Sophie Baque, « La réorganisation des haras sous l’Empire (1805-1809) », mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Paul Bertaud, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1990 et Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité.

13 Philibert Chabert (1737-1814) est le fils d’un maréchal-ferrant. Il devient professeur, puis directeur de l’école vétérinaire d’Alfort en 1780, succédant à Bourgelat. Il devient également inspecteur général des écoles vétérinaires.

14 Outre les états et ses observations sur la Normandie, Chabert visite le Poitou, la généralité de La Rochelle, la Bretagne, les généralités de Tours et d’Orléans.

15 Ainsi, selon Chabert, de 24 000 à 30 000 chevaux sortent chaque année de Normandie par la voie du commerce, soit plus de 10 % de l’effectif total.

16 Les résultats de l’enquête de Chabert sont rassemblés aux Archives nationales (ci-après AN) sous la côte F 10 1047.

17 Sur ce sujet, voir deux ouvrages qui font référence encore aujourd’hui : Jean-Claude Perrot « L’âge d’or de la statistique régionale (an IV-1804), Annales historiques de la Révolution française, no 224, 1976 et Isabelle Guegan, Inventaire des enquêtes administratives et statistiques (1789-1795), Paris, CHTS, 1991.

18 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 126-128 et 140-141.

19 Louis Maggiolo, État récapitulatif et comparatif, indiquant, par département, le nombre de conjoints qui ont signé leur acte de mariage aux xviie, xviiie, xixe siècles, Statistique de l’Enseignement primaire, t. II, Paris, 1880 ; Michel Fleury et Pierre Valmary, « Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III d’après l’enquête de Louis Maggiolo », Population, 1957, p. 71-92.

20 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 74-75.

21 Le haras du Pin n’est dispersé qu’en mars 1793 après plus de trois ans de tergiversations des assemblées et d’oppositions des nourriciers et herbagers.

22 AN F10 1447, Ordre du roi du 15 mai 1788.

23 AN F10 1447, Lettre de Chabert à Lambert, 20 mai 1788.

24 Daniel Roche affirme que la chute du stock de chevaux et de poulains a été supérieure à 25 % entre 1789 et 1795 dans la France entière. Daniel Roche, « Les chevaux de la République… », art. cité, p. 100.

25 AN F10 506, Observations de Gislot, district d’Avranches, le 1er messidor an III (19 juin 1795).

26 AN F10 508, Observations de l’agent national de Neufchâtel, le 28 frimaire an III (18 décembre 1795).

27 AN F10 504, Observations des administrateurs du district d’Évreux, le 23 nivôse an III (10 janvier 1795).

28 Voir les ratios poulinières/chevaux entiers fournis au tableau 5 qui sont supérieurs à 50 pour le Calvados et 100 pour la Manche.

29 AN F10 1044, Réponse de l’agent national de district à l’arrêté du 15 prairial an 2, le 9 messidor an II (27 juin 1794).

30 AN F10 630, Réponse de l’agent national de district à l’arrêté du 15 prairial an 2, le 22 fructidor an II (8 septembre 1794).

31 AN F 10 630, Réponse de l’agent national de district à l’arrêté du 15 prairial an 2, le 26 messidor (14 juillet 1794).

32 En plus des juments susceptibles d’être poulinières, les dépôts des troupes à cheval ne comptent pas moins de 107 chevaux entiers de quatre pieds neuf pouces et plus. Cela confirme que les commissaires chargés de lever les chevaux aux termes des décrets de vendémiaire et de germinal an II ont choisi des chevaux qui devaient en être exemptés.

33 AN F10 1147, Rapport sur la 17e division, Normandie, 1788. Chabert, dans ces observations générales sur la province, estime à 24 000 environ le nombre de chevaux qui sortent réellement de la province chaque année, le restant changeant seulement d’élections.

34 D’après ce décret, il devait être levé un cheval sur vingt-cinq dans chaque canton de la République. Cette levée s’ajoutait à celle du 18 vendémiaire qui ordonnait quatre chevaux par canton pour la cavalerie.

35 Alphonse Aulard, RACSP, op. cit., t. XIII, p. 348. Le 3 juin 1794, un arrêté du même Comité précise la taille des chevaux entiers et des poulinières qu’il est nécessaire d’exempter de levée : AN F10 630, Arrêté du Comité de salut public, 15 prairial an II.

36 AN F10 630, Réponse du Comité de la Guerre au projet de la Commission d’agriculture et des arts, s. d.

37 AN F10 298, Projet de circulaire de Berthollet adoptée le 13 vendémiaire an III (4 octobre 1794).

38 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 217-241 ; id., « L’élevage du cheval et la loi relative au haras du 2 germinal an III », AHRF, no 4, 2019, p. 69-92.

39 AN AFII 12-83, Procès-verbal de séance du Comité d’Agriculture et des Arts, entre le 13 et 25 floréal an III (2-14 mai 1795). Dès le 7 germinal an III (27 mars 1795), c’est-à-dire cinq jours après le vote de la Convention, par un arrêté, le Comité prévoyait de former ces deux dépôts : AN AFII 12-79, arrêté du 7 germinal an III du Comité d’Agriculture et des Arts.

40 Daniel Roche, « Les chevaux de la République… », art. cité, p. 118.

41 AN F10 504, Réponse de l’agent national du district de Bayeux à l’enquête sur les animaux ruraux, 18 frimaire an III (8 décembre 1794).

42 AN F10 504, Réponse de l’agent national du district d’Évreux à l’enquête sur les animaux ruraux, 23 nivôse an III (12 janvier 1795).

43 On ne trouve nulle part trace de son passage dans les autres départements. Manifestement, Beauprey n’a pas eu le temps de les visiter.

44 On ne peut émettre que des hypothèses : maladie de Beauprey qui semble peu envisageable, car il en aurait parlé dans les courriers suivants ; oubli de Beauprey qui nous paraît tout aussi peu probable eu égard à la rigueur de ce représentant. Nous penchons plutôt pour une mobilisation de Beauprey pour les débuts de la monte à Pin et dans ses environs pendant une bonne quinzaine de jours.

45 Une lieue représente 3,9 km à 4,3 km selon qu’elle soit de Paris ou des Postes

46 Sur le sujet, voir les déjà classiques articles de Guy Arbellot, « La grande mutation des routes de France au xviiie siècle », Annales. Économies, sociétés, civilisations. 28ᵉ année, no 3, 1973, p. 765-791 ; id., « Les problèmes de la route française à l’entrée du xixe siècle », Histoire, économie et société, 9ᵉ année, no 1, 1990, p. 9-17 ; l’intéressant article sur les transformations du réseau routier en Normandie de Jean-Luc Vandewiele, « Les chemins de Rouen à Caen : histoire d’une liaison intra-provinciale à l’époque moderne », Annales de Normandie, 48ᵉ année, no 3, 1998, p. 231-258. L’auteur y observe un très net déséquilibre entre le développement des axes stratégiques joignant Paris aux grandes villes et grands ports de la région – Caen et Rouen – et les axes secondaires qui restent faiblement empruntés et négligés à la fin de l’Ancien Régime, en particulier l’axe reliant Caen et Rouen.

47 Toutes les distances sont données par commodité « à vol d’oiseau » par l’auteur à partir des itinéraires fournis par Beauprey.

48 AN F10 630, Lettre de Beauprey au Comité d’Agriculture, le 27 floréal an III (16 mai 1795).

49 AN F10 633, Rapport de Beauprey au Comité d’Agriculture et des Arts, le 21 thermidor an III (8 août 1795).

50 Les fourrages sont avec le traitement du personnel la principale dépense d’un haras. Il est difficile d’en avoir en quantité suffisante et de qualité satisfaisante. Cela était vrai avant la Révolution à cause des mauvaises récoltes des années 1780. C’est encore plus vrai en l’an III, car la récolte médiocre de l’an II et les besoins d’une armée en guerre ont provoqué une terrible pénurie dont sont victimes autant les chevaux de l’armée, que ceux destinés aux usages civils et à la reproduction.

51 AN F10 630, Arrêté du 19 pluviôse an III (7 février 1795).

52 AN F 10 1058-1059, Dossier Bégé-Leroux (achat d’étalons), an III.

53 Il s’agit d’une hypothèse qui est corroborée par un courrier au Comité d’Agriculture le 26 ventôse an III (16 mars 1795) dans lequel Beauprey dénombre quatorze étalons à Tilly, tous normands, mesurant de quatre pieds neuf à onze pouces et âgés de six ans au plus.

54 AN F10 630, Lettre aux agents nationaux des six districts du département de l’Orne, 14 pluviôse an 3 (2 février 1795).

55 AN F10 633, Rapport au Comité d’Agriculture et des Arts, Beauprey, thermidor an III.

56 Ibid.

57 AN AF II 12-dossier 83, Arrêté du 13 floréal an III.

58 François Hilaire Gilbert, « Notice historique sur la mort de Wagner du haras du Pin », Annales de l’agriculture française, t. II, an VI, p. 123-137. Wagner décède le 21 floréal an V (10 mai 1797).

59 AN F10 630, lettre à Gagnerot, le 28 floréal an III (17 mai 1795). Dans la même lettre, il l’autorise à délivrer aux préposés de ce haras une petite forge ambulante « vu son éloignement de la maison du maréchal ».

60 AN O1 905, Lettre du Conseil général de la commune du Pin, le 20 pluviôse an III (8 février 1795).

61 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 315.

62 Il s’agit des subsistances que reçoivent quotidiennement les soldats. Les palefreniers du Pin la reçoivent de manière provisoire à partir du 25 messidor an III (13 juillet 1795).

63 Malik Mellah, « L’École d’économie rurale vétérinaire d’Alfort 1766-1813 : une histoire politique et républicaine avec l’animal domestique », thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2018, p. 360-399.

64 AN F10 631, Proclamation et arrêté du 27 germinal (16 avril 1795).

65 AN F10 765, Lettre de Wagner au Comité d’Agriculture et des Arts et au Comité de salut public, le 1er thermidor (19 juillet 1795).

66 Échec tout relatif, car, avant la Révolution, selon une pétition émanant de propriétaires, marchands et fermiers des différents cantons du département de l’Orne datée du mois de juillet 1791, de 800 à 900 poulinières étaient servies par les étalons du haras : AN F10 769.

67 AN F10 630, Arrêté du 14 pluviôse an III (2 février 1795).

68 AN F10 630, lettre du 7 floréal an III (26 avril 1795).

69 AN F10 630, lettre du 1er prairial an III (20 mai 1795).

70 AN F10 630, Lettre de Beauprey au Comité d’Agriculture et des Arts, le 8 floréal an III (27 avril 1795).

71 AN F10 630, Lettre de Beauprey à Mignot, commandant de la Garde nationale, le 10 floréal an III (29 avril 1795).

72 AN F10 630, Lettre de Beauprey à Dubois, le 15 fructidor an IV (1er septembre 1795).

73 AN F10 630, Lettre au Comité d’Agriculture et des Arts, le 29 ventôse an III (19 mars 1795).

74 AN F10 633, Lettre au Comité d’Agriculture et des Arts, le 19 pluviôse an III (7 février 1795).

75 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 206-216.

76 AN F10 630, Lettre au Comité d’Agriculture et des Arts, le 28 germinal an III (17 avril 1795).

77 AN F10 633, Rapport au Comité d’Agriculture et des Arts, reçu le 21 thermidor an III (8 août 1795)

78 Ces 101 000 francs se décomposent ainsi : 21 000 francs ont été délivrés suivant les ordres de Beauprey de ventôse à prairial an III et 80 000 francs par le Comité d’Agriculture et des Arts et le ministère de l’Intérieur entre le 22 vendémiaire (13 octobre 1795) et le 22 ventôse an IV (12 mars 1796).

79 AN F10 907, Lettre du chef et du contrôleur du haras du Pin, le 24 prairial an IV (12 juin 1796).

80 AN F10 630, Lettre au receveur du district de Caen, le 29 germinal an III (18 avril 1795).

81 Compte rendu par Plet-Beauprey, envoyé dans les départements de la Sarthe, l’Orne, la Manche, le Calvados, la Seine-Inférieure et l’Eure, pour la régénération des haras, de retour à Paris le 16 prairial, des frais et dépenses de sa mission, Paris, Imprimerie nationale, 1794, p. 3. Les frais de nourriture, là où n’existe pas l’étape et l’entretien, et le pansement des chevaux s’élèvent à 2 625 livres.

82 Ibid., p. 2. Devant faire reposer les chevaux qui étaient fatigués, il dut se résoudre à utiliser la poste. Cela lui coûte 1 031 livres.

83 Sur les analyses de Buffon et de Bourgelat et leur conception du cheval et de la race, il n’est pas inutile de relire leurs œuvres principales : Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière avec la description du cabinet du Roi, t. 4, Paris, Imprimerie royale, 1753, p. 174-229 ; Claude Bourgelat, Éléments de l’art vétérinaire, Traité de la conformation du cheval, 8e édition, Paris, Huzard, 1832. Une interprétation séduisante et stimulante en a été faite par Claude-Olivier Doron, L’homme altéré : races et dégénérescence (xviie-xixe siècles), Paris, Champ Vallon, 2016.

84 Boris Cattan, « Les chevaux sous la Convention nationale… », mémoire cité, p. 197-202.

85 AN F10 509a, Lettre de Balbelat à la Commission d’agriculture et des arts, 7 nivôse an III.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Nombre de pièces dans la correspondance de Beauprey par décade
Crédits © AN F10 630
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6505/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Titre Carte 1
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6505/img-2.png
Fichier image/png, 116k
Titre Carte 2
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Carte 3
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte 4
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Graphique 2 : Répartition des étalons achetés par Leroux et Bégé selon leur prix
Crédits © AN F10 1058-1059
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/6505/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Cattan, « Beauprey, un missionnaire de la République : l’homme, le politique et les chevaux de Normandie en l’an III »La Révolution française [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lrf/6505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lrf.6505

Haut de page

Auteur

Boris Cattan

IHMC-IHRF
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search