Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Dossier d'articlesUn moment marxisant : l’œuvre de ...

Dossier d'articles

Un moment marxisant : l’œuvre de George Rudé (1910-1993)

Peter McPhee

Résumés

L’œuvre de George Rudé concerne les décennies entre le début de l’effondrement de l’Ancien Régime, soit les années 1770, et la consolidation de la société bourgeoise industrielle, à la suite des soulèvements populaires ratés de 1848. Au cœur de son travail sur cette période se trouve la transition sociale qui résulte de la mécanisation de l’économie urbaine, de la transition du « menu peuple » à la classe ouvrière, ainsi que les changements engendrés dans la nature de la protestation et de l’idéologie populaires. Pour quelques-uns, sa compréhension de l’idéologie reste trop mécanique ; pour d’autres, la « rudéfication » de la foule a rendu respectable la violence chaotique. Mais son œuvre demeure un modèle d’érudition, frappante par sa familiarité et son assurance avec les archives et l’historiographie, par son style fluide et élégant et surtout par son marxisme souple et de son intérêt pour l’histoire « vue d’en bas ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour la biographie de George Rudé, voir Doug Munro, « The strange career of George Rudé : Marxist h (...)

1George Rudé, né à Oslo en 1910, émigre à Londres avec son père norvégien et sa mère anglaise en 1919. Il obtient sa licence en langues à l’université de Cambridge en 1931. Intéressé par la politique et notamment par la gauche marxiste, il fait un voyage en Russie en 1932 et s’inscrit au Parti communiste anglais en 1935. Rudé est professeur de langues dans des écoles privées jusqu’en 1949, date à laquelle il est licencié, apparemment parce qu’un des parents d’élève l’a aperçu participant à une manifestation communiste. Il décide alors de commencer des études postuniversitaires et part pour Paris1.

  • 2 Eric Hobsbawm, « The Historians Group of the Communist Party », dans Maurice Cornforth (dir.), Rebe (...)
  • 3 Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II : histoire politique et sociale des sections (...)

2En 1950, Rudé achève à l’université de Londres sa thèse de doctorat, intitulée The Parisian Wage-Earning Population and the Insurrectionary Movements of 1789-1791 (La population salariée de Paris et les mouvements insurrectionnels de 1789 à 1791). Il appartient au groupe d’historiens du British Communist Party, où il rencontre de jeunes chercheurs importants comme Christopher Hill, Rodney Hilton et Eric Hobsbawm2. Malgré ses différences politiques avec Alfred Cobban, son directeur de thèse, il continue à participer à ses séminaires à l’université de Londres. Des études complémentaires dans les archives à Paris, quand ses obligations d’enseignement le lui permettent, enrichissent son travail : le résultat en est son premier livre, The Crowd in the French Revolution (La foule dans la Révolution française), édité par Oxford University Press en 1959, qui paraît peu après l’ouvrage de son ami Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II, et la mort de leur maître Georges Lefebvre. Dans l’avant-propos, Rudé rend hommage à Lefebvre et à ses « amis et collaborateurs » Richard Cobb et Albert Soboul. Pour lui, le livre est le résultat d’une « entreprise collective », dont sont aussi issues la thèse de Soboul et l’étude de Cobb sur les « armées révolutionnaires », les armées civiles formées pendant la deuxième moitié de 17933.

  • 4 Richard Cobb, The Police and the People. French Popular Protest 1789-1820, Oxford, Oxford Universit (...)

3Rudé, Soboul, Cobb étaient appelés « les trois mousquetaires » par leurs collègues ; avec un autre historien marxiste, Eric Hobsbawm, ils eurent un impact énorme sur le travail des historiens à partir des années soixante, en créant des possibilités nouvelles d’une histoire « vue d’en bas », essentielle au développement des études sur l’histoire sociale pendant la décennie suivante. Plus tard, George Rudé se dispute avec Richard Cobb, qui critique les « idéologues » – les historiens aussi bien que les politiciens révolutionnaires – prétendant parler pour le peuple et ses supposés intérêts. Il suggère que Rudé a rendu « respectable » la violence en révélant les noms, l’adresse et la profession des émeutiers et qu’il cherchait « l’euphorie de l’émeute vécue dans la sécurité des archives4 ».

  • 5 George Rudé, The Crowd in History. A Study of Popular Disturbances in France and England, 1730-1848(...)

4Mais The Crowd in the French Revolution devient vite un ouvrage de référence, bien qu’une version française ne paraisse qu’en 1982 ; Rudé a démontré que les gens qui participaient aux insurrections dans les moments clé de la Révolution et avaient été traités comme des masses amorphes avaient en fait un « visage » et la capacité de prendre des initiatives politiques. Neuf chapitres traitent les grandes journées, de l’affaire Réveillon d’avril 1789 jusqu’à la rébellion de vendémiaire an IV (octobre 1795) ; d’autres chapitres ont abordé les questions de la composition et des motivations des foules. Ses analyses des rébellions populaires ont été approfondies dans deux livres subséquents : The Crowd in History. A Study of Popular Disturbances in France and England, 1730-1848 (La foule dans l’histoire. Une étude des soulèvements populaires en France et en Angleterre, 1730-1848), 1964, et Ideology and Popular Protest (Idéologie et protestation populaires), 19805. Aujourd’hui cependant, l’œuvre de Rudé sur les foules révolutionnaires et les mouvements populaires est peu consultée et cet article considérera les raisons de ce déclin.

La période australienne

5Ma réflexion sur la contribution de Rudé à l’histoire des soulèvements populaires en France commence avec le récit des moments d’histoire personnelle qui m’ont amené à mieux comprendre le trajet particulier de ce grand historien. Comme pour d’autres jeunes historiens de l’époque, l’influence de Rudé sur moi était forte. Je me suis plongé pour la première fois dans l’étude de la Révolution française lorsque, étudiant de premier cycle à l’université de Melbourne en 1968, j’ai acheté en livre de poche The Crowd in the French Revolution. En 1968, l’esprit de contestation était partout : les premières grandes manifestations à Melbourne contre la guerre au Vietnam eurent lieu et on entendait des histoires d’événements enivrants et consternants en provenance de Paris, Prague et ailleurs. En lisant les citations des sources d’archives de Rudé, j’étais excité aussi par le fait d’entendre la « voix authentique du peuple » d’une époque antérieure de changement radical. Ce n’est que dix ans plus tard, en 1978, alors que j’assistais Rudé pendant qu’il enseignait brièvement à Melbourne à La Trobe University, que j’ai pris conscience de ses allégeances politiques et des conséquences de son grand livre pour la discipline historique en Australie.

6En décembre 1956, l’ecclésiastique John McManners, professeur à Oxford, arriva à Hobart pour occuper la chaire d’histoire de l’université de Tasmanie. Il travaillait alors à son premier livre sur le diocèse d’Angers au dix-huitième siècle. McManners est arrivé à Hobart au beau milieu d’une controverse qui passionnait cette petite ville de 130 000 habitants. Plus tôt dans l’année, Sydney Sparkes Orr, professeur en philosophie, avait été licencié après avoir été accusé d’avoir séduit une élève. Dans l’histoire des universités australiennes, ce procès incarna la procédure judiciaire la plus importante contre la liberté académique. Le jugement ne fut finalement rendu, en faveur d’Orr, qu’en 1965. En effet, le syndicat des enseignants, le Federal Council of University Staff Associations of Australia, avait estimé que l’université de Tasmanie avait porté atteinte aux droits légaux d’Orr. Un boycott de tout nouveau poste dans cet établissement s’ensuivit et McManners fut sidéré de son impact sur l’isolement de sa petite université. En 1960, le Conseil de l’Université refusa un poste à George Rudé parce qu’il était communiste. C’en fut trop pour McManners, qui démissionna et prit la chaire d’histoire de l’université de Sydney, qu’il occupa de 1960 jusqu’à son retour en Angleterre en 1965. Son livre Ecclesiastical Society under the Ancien Régime : A Study of Angers in the Eighteenth Century parut aux éditions de l’université de Manchester en 1960, l’année où il a quitté l’université de Tasmanie. Cet ouvrage a résisté à l’épreuve du temps et est toujours considéré comme un chef-d’œuvre du genre.

  • 6 Peter McPhee, « The French Revolution seen from the terres australes », dans Alan Forrest & Matthia (...)
  • 7 George Rudé, Wilkes and Liberty: A Social Study of 1763-1774, Oxford, Clarendon Press, 1962; Id., R (...)
  • 8 Voir James Friguglietti, « A Scholar ‘In Exile’: George Rudé as a Historian of Australia », French (...)

7Rudé, déjà bien connu pour The Crowd in the French Revolution, fut rejeté par la Tasmanie mais s’est rapidement vu offrir une situation à l’université d’Adelaïde6. Ayant passé une décennie 1950 difficile, Rudé occupe enfin un poste universitaire. Il a alors cinquante ans et ne perds pas son temps. Les dix années qu’il passe à l’université d’Adelaïde sont les plus productives de sa vie7. Il a publié ou achevé une importante série de livres d’histoire française, britannique et européenne, en général des œuvres destinées au grand public plutôt que des monographies spécialisées. Rudé était également au fait de l’histoire des sociétés britannique et française. Ses études sur l’Angleterre – Wilkes and Liberty, 1962 ; Captain Swing (avec Eric Hobsbawm), 1969 ; Hanoverian London, 1971 – ont nourri par la comparaison ses recherches sur la Révolution française et ses conséquences, mais elles ont été également enrichies par elles. De plus, sa remarquable compréhension des sociétés anglaise et française pendant cette période est complétée par sa connaissance non moins grande de l’histoire européenne en général. Par une série d’œuvres – Revolutionary Europe (1964) ; Europe in the Eighteenth Century (1972) et Debate on Europe (1972) – il a fait connaître à une génération de lecteurs les bases de la société européenne dans son ensemble. L’intérêt de Rudé pour le sort des radicaux anglais et irlandais exilés dans son pays d’adoption l’a poussé à consacrer Protest and Punishment (1978) à l’histoire des protestataires sociaux et politiques, transportés en Australie dans les années 1788-1868. C’est ainsi que devient compréhensible que des nationalistes militants irlandais et des « luddites » anglais soient présents aux origines du mouvement travailliste dans les colonies britanniques8.

  • 9 Parmi les analyses de l’œuvre de Rudé, voir Hugh Stretton, « George Rudé » et Frederick Krantz, « ‘ (...)

8En tant qu’historien marxiste, la préoccupation fondamentale de Rudé était d’examiner comment les deux grands bouleversements de la fin du dix-huitième siècle – la révolution industrielle en Angleterre et la Révolution française – avaient fondamentalement transformé les structures socio-économiques, la nature-même des élites au pouvoir, la composition sociale et les revendications collectives du peuple urbain comme rural9. Rudé portait un intérêt particulier aux gens ordinaires, le « menu peuple » de Paris, un groupement complexe de commerçants, artisans, apprentis, ouvriers et ouvrières, qui composaient environ les deux tiers de la population de la ville d’environ 650 000 habitants.

  • 10 Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Paris, Alcan, 1895 ; Georges Lefebvre, « Les foules révolut (...)

9Les études de Rudé concernant la participation populaire à la Révolution française examinent comment les artisans et les ouvriers militants de Paris – nommés à partir de 1791 les « sans-culottes » – intervinrent pour défendre et faire avancer le mouvement révolutionnaire pendant les années 1789-1795, en développant une idéologie qui allait bien au-delà la préoccupation de subsistances qui continua cependant toujours d’alimenter leur colère. Rudé ciblait principalement le stéréotype de la « canaille » ou « mob » popularisé par Hippolyte Taine et repris par Gustave Le Bon avec sa conception de la foule révolutionnaire comme un amalgame d’individus marginaux, voire criminels, motivés par la soif de violence et de pillage et manipulés par des politiques ou des démagogues sans scrupule. Néanmoins, comme Lefebvre dans son article classique de 1934, Rudé accepta de Le Bon la distinction entre la foule spontanée ou « agrégat » et la foule organisée ou « rassemblement » ainsi que le rôle de la psychologie collective comme moteur d’actions imprévisibles10.

Révoltes et violences populaires

10La thèse générale de Rudé – développée à partir d’un paradigme marxiste – est que, malgré les soulèvements révolutionnaires de 1789, 1792 et 1793, les protestations du « menu peuple » étaient limitées par la composition mixte des communautés urbaines préindustrielles et par des revendications essentiellement en réaction ou en défense face aux changements socio-économiques qui menaçaient leur bien-être. Comme son collègue et ami Albert Soboul, Rudé a toujours compris la Révolution comme le triomphe de la bourgeoisie française du dix-huitième siècle, commerciale et professionnelle surtout, où les aspirations des populations hétérogènes de sans-culottes ne pouvaient se développer ni dans une conscience de classe, ni dans un programme social et politique unifié.

  • 11 Parmi ses premiers ouvrages importants, voir Charles Tilly, « How protest modernized in France, 184 (...)
  • 12 Nicolas Bourguinat, Les grains du désordre. L’État face aux violences frumentaires dans la première (...)

11Dans ses études ultérieures sur l’histoire des soulèvements populaires français dans le temps long – de 1730 à 1850 – Rudé a articulé un modèle de la transformation des formes de protestation collective et de l’idéologie populaire. Comme son collègue américain Charles Tilly, Rudé voyait dans l’histoire des révoltes en France l’exemple emblématique de la corrélation des changements de la nature de l’État, de la société et de la contestation populaire11. À partir de 1750, il y eut une transition, graduelle et incomplète, des formes de protestation collective préindustrielles ou en réaction envers des formes industrielles, proactives ou modernes. Avant l’acceptation générale de la notion d’État-nation moderne et centralisé au dix-neuvième siècle, les formes préindustrielles étaient dominantes. Tout d’abord, ces manifestations étaient directes – comme un réflexe contre un danger immédiat et réel menaçant le bien-être collectif – et spontanées – dans les lieux habituels de réunion, suivant l’impulsion du moment et sans orchestration préalable. Ensuite, leurs objectifs étaient limités et rétrospectifs, telle la défense d’anciens droits acquis. Puis, troisième caractéristique, la violence ou la menace de violence, quoiqu’omniprésente, était dirigée vers la seule propriété. Enfin, ces manifestations avaient une composition sociale au niveau local – communale plutôt que de classe – avec souvent la participation ou la complicité quasi-unanime de communautés ou quartiers entiers. Toutes ces caractéristiques étaient présentes et dominantes dans la forme classique de cette contestation : la « taxation populaire »12.

  • 13 Peter McPhee, Politics of Rural Life. Political Mobilization in the French Countryside, 1846-1852, (...)

12La dernière grande vague des protestations préindustrielles eut lieu pendant le printemps 1848. Dans de nombreuses communes, surtout dans les régions montagneuses, 1848 fut une année de libération vis-à-vis des exigences de l’État : invasion des forêts, occupation des biens communaux, délinquance fiscale et militaire, braconnage, délits pastoraux et de défrichement, destruction de machines, contrebande13. Après l’irruption initiale de la violence préindustrielle qui a suivi la Révolution de février, des formes d’action plus modernes ont émergé dans l’atmosphère de liberté politique et sont devenues prédominantes dans la deuxième moitié du siècle. Les caractéristiques des formes dites industrielles ou proactives de protestation sont très différentes de celles d’une société préindustrielle typique. En effet, une telle protestation est habituellement indirecte, dans la mesure où elle cherche à résoudre les griefs locaux en faisant appel aux autorités externes ou en gagnant le pouvoir au niveau local, ou national à long terme ; on la distingue par son degré d’organisation via des syndicats ou des partis politiques plutôt que par la spontanéité ; ses objectifs sont nationaux aussi bien que locaux, car le bien-être de groupes locaux ou de communautés particulières est relié à l’accomplissement de changements politiques et sociaux à l’échelle nationale. Ceux qui prennent part à ce genre d’activité s’identifient et agissent de plus en plus avec d’autres gens dans des situations semblables à la leur, ailleurs dans la région et dans le pays : les fidélités communales cèdent la place aux loyautés associatives ou de classe. Bien que les grèves n’étaient pas rares au dix-huitième siècle – par exemple, celles des ouvriers en bâtiment dans les villes –, la grève industrielle est devenue, selon Rudé, la forme classique de protestation et le syndicat la forme typique d’association d’une société de plus en plus mécanisée.

  • 14 Voir Donald Sutherland, « Urban crowds, Riot, Utopia, and Massacres, 1789-92 », dans Peter McPhee, (...)
  • 15 Ce thème est développé dans George Rudé, The Crowd in History…, op. cit, chap. 14 et Id., Ideology… (...)

13Une critique de La foule dans la Révolution française accusait Rudé suggérer que les sans-culottes dépendaient de la bourgeoisie révolutionnaire pour leurs meneurs aussi bien que pour leurs idées politiques qui firent de leurs problèmes de subsistance des questions d’idéologie aussi bien que du prix et de l’accessibilité des vivres14. Ses œuvres ultérieures ont été plus souples en utilisant une interaction dynamique entre les perceptions et la réalité de « l’idéologie populaire ». Rudé a montré comment les idées provenant des autres ne furent pas simplement adoptées dans leur forme initiale, mais adaptées à des usages particuliers15. Il a affirmé que, tout comme les autres groupes sociaux, les travailleurs urbains ou ruraux voyaient le monde à travers des perceptions « inhérentes » et « dérivées », c’est-à-dire des attitudes, valeurs et préjugés qu’ils avaient absorbés « avec le lait maternel » en tant que membres de groupes sociaux – nous dirions aussi aujourd’hui ethniques et genrés – qui étaient sans cesse renforcés et modifiés par les idées transmises par ailleurs, oralement ou par écrit, des idées qui ne furent pas simplement adoptées et assimilées sous leur forme originale, mais qui furent adaptées à des circonstances particulières. Ces idées n’étaient pas statiques ; il y avait en effet un jeu dialectique entre l’idéologie populaire et une réalité en continuelle transformation. Ce monde en évolution qui entourait les gens n’était pas simplement « construit » par leurs perceptions, mais servait à son tour à changer, modifier ou renforcer ces perceptions au fur et à mesure que celles-ci se montraient plus ou moins capables d’expliquer le monde. Et ainsi, au fil du temps, les idées dérivées de la génération précédente devinrent les idées inhérentes, des perceptions positives ou négatives des expériences de 1789 à 1815 qui furent transmises à la nouvelle génération dès son enfance.

Emporté par la foule

14Une interaction dynamique entre les perceptions et la réalité est donc au cœur de la conceptualisation marxiste de Rudé de « l’idéologie populaire ». Tout comme la nature spécifique de chaque communauté ou quartier résultait de sa propre évolution historique, Rudé soutenait que leurs habitants percevaient leur monde au prisme de leurs propres expériences et des souvenirs transmis oralement. Lorsqu’ils réagissaient face à ce qui menaçait leur bien-être, ils n’agissaient pas de façon purement mécanique dépourvue d’idéologie. Leur perception des menaces nouvelles ou anciennes et les moyens spécifiques qu’ils adoptaient pour y répondre individuellement ou collectivement dépendaient d’une compréhension du monde dans lequel ils vivaient, qui avait été définie par leur histoire et la culture.

15Malgré sa connaissance profonde du Paris révolutionnaire et son utilisation minutieuse des archives, on a reproché à Rudé une analyse marxiste trop mécanique de l’interaction entre les sans-culottes et leurs meneurs jacobins dans La foule dans la Révolution française. Certes, ses études ultérieures sont plus subtiles. Dans The Crowd in History (1964) Rudé fournit une analyse brillante de la façon dont la foule en émeute manipulait ses chefs – réels ou imaginaires – à des fins tactiques d’autoprotection. Parfois, les émeutiers criaient « Vive le Roi ; » ; parfois, ils s’abritaient derrière les élus locaux, les maires, ou encore les prêtres.

  • 16 Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1932; Clay Ramsay, The Ideology of t (...)
  • 17 Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, Paris, Société des étud (...)

16Malgré l’influence profonde de La Foule et des interprétations ultérieures de Rudé de la nature de l’idéologie et de la protestation populaire, les approches des historiens des quarante dernières années ont inévitablement mis en lumière ses défauts. D’abord, la polarité de ses catégories de protestation, « préindustrielles » et « industrielles », paraît trop simpliste. La plus grande rébellion de la décennie révolutionnaire – la Grande peur de juillet-août 1789 – fut à la fois une « réaction » défensive contre les attaques de seigneurs vengeurs, mais aussi un soulèvement « proactif » contre le système seigneurial16. Même si les grèves industrielles sont devenues la forme prépondérante de protestation collective après 1850, il ne faut pas ignorer leur incidence dans les régions céréalières avant et pendant la Révolution. Des grèves souvent violentes, connues dans le nord-est comme « bacchanales », étaient fréquentes pendant des périodes de moissons abondantes, comme pendant l’été de 1791 quand les administrateurs de l’Aisne ont cherché à interdire la grève de sept cents moissonneurs autour de Château-Thierry. En 1793-1794, les administrateurs du district de Montpellier ont rapporté que « les ouvriers consacrés aux travaux de l’agriculture se coalisent, menacent, violentent et forcent le propriétaire de leur payer une journée au-delà de la fixation qui a été faite conformément à la loi. » À Heudicourt et ailleurs dans le département de la Somme, des moissonneurs ont déclaré qu’ils ne reprendront leurs travaux que si les patrons ajoutent deux setiers de grain à leur rémunération. Le 3 thermidor an II (21 juillet 1794), l’administration du district de Chartres se plaint des « coalitions tendant à faire abandonner les travaux, à les suspendre, à exiger des prix arbitraires17 ».

  • 18 Voir les essais classiques: Edward P. Thompson, « The moral economy of the English crowd in the eig (...)
  • 19 Claudy Valin, Autopsie d’un massacre. Les journées des 21 et 22 mars 1793 à La Rochelle, St-Jean-d’ (...)
  • 20 Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990 ; Peter McPhee, Revolution and Environ (...)

17L’emphase de Rudé pour décrire quantitativement les causes et les formes de la violence collective l’a éloigné d’une analyse plus qualitative de la pratique culturelle de cette violence collective. Bien que sporadiques, des moments de cruauté délibérée de la foule en émeute ont plus tard été étudiés plus attentivement, quand les chercheurs ont souligné l’importance des communautés étroites de lieu, de foi et de famille, et ont examiné les particularités des actes de violence18. Le 21-22 mars 1793, par exemple, six prêtres non-assermentés sont assassinés par des foules furieuses à La Rochelle, suite à la défaite d’un bataillon de volontaires rochelais face à des insurgés vendéens au nord de la ville, dans un contexte social par ailleurs explosif. Les cadavres des prêtres furent déshabillés, leur vêtements et leur corps coupés en morceaux et partagés, selon un témoin, « avec une rage dont on ne peut se faire d’idée19 ». Ce déchaînement de violence se retrouve dans d’autres homicides collectifs, par exemple à Villesèque (Aude) en 1830 ou à Hautefaye (Dordogne) en 187020.

  • 21 Voir Peter McPhee & Jeremy Teow, « Change and continuity in collective violence in France, 1780-188 (...)

18Mais ces horribles incidents furent très rares. En cherchant à nuancer les interprétations des manifestations contre la pénurie de vivres au-delà des motivations de subsistance, les analyses de la perspective de l’anthropologie culturelle ont souligné la logique interne des actes de la foule, en soulignant les rites symboliques de la violence populaire. La violence a pu être quotidienne dans les rues de Paris au dix-huitième siècle, mais ce monde de « désordre » habituel contenait aussi, comme le dit Arlette Farge, un « grand désir de justice et d’ordre » ; les habitants furent gouvernés par un sens de la solidarité communale et mobilisés au sein d’un système local de « droits et obligations coutumières ». Ces bornes morales, inscrites dans la vie quotidienne, étaient renforcées « dynamiquement » et limitaient la violence de la foule par une forte tradition d’autodiscipline21.

  • 22 Micah Alpaugh, Non-Violence and the French Revolution: Political Demonstrations in Paris, 1787-1795(...)

19En se focalisant, dans La foule…, sur les neuf journées parisiennes les plus significatives de 1789 à 1795, leur composition sociale et leurs conséquences politiques, Rudé a minimisé les instances de protestation populaire beaucoup plus fréquentes qui ont émaillé les années révolutionnaires. Les manifestations pacifiques, les pétitions, les banquets et les rassemblements de masse étaient beaucoup plus proche de la réalité que les images fortes des foules insurrectionnelles violentes. Micah Alpaugh a montré que de 1789 à 1795 seulement douze pour cent des 750 manifestations des sans-culottes se sont terminées par des violences physiques22.

  • 23 Paolo Viola, « Violence révolutionnaire ou violence du people en révolution ? », dans Antoine de Ba (...)

20Enfin, Paolo Viola souligne la nécessité d’approfondir l’argument « classique » de la violence populaire « vue d’en bas » pour la comprendre comme à la fois « souveraine » et une forme de « représentation politique ». Comme Colin Lucas et Regina Janes, Viola soutient que la foule révolutionnaire s’appropriait le pouvoir de punir de l’État et inscrivait dans le même temps ses actions dans la puissance souveraine, souvent en utilisant une « représentation virtuelle » de punition spectaculaire comme miroir des supplices de l’Ancien Régime23. Les crises militaires en particulier provoquaient de telles situations de rumeur, de peur et de panique et la recherche des coupables. Les « massacres » de septembre 1792 – il y eut soixante-quinze incidents dans trente-deux départements – furent les plus spectaculaires. Un des délégués à l’assemblée électorale de Soissons, Nicolas-Joseph Grain, a raconté dans ses Mémoires les conséquences d’une panique parmi un bataillon de volontaires des gardes nationales : « un soldat ou prétendu soldat […] fut accusé d’enrôler des soldats pour les émigrés ». Un suspect a été saisi en ville et traîné au camp aux cris de « Vive la Nation ! Meure le traître ! » :

  • 24 Nicolas-Joseph Grain, Mémoires, Archives départementales de l’Aisne, p. 153-157.

Arrivés au camp, ils font mettre cet homme à genoux, et formant un cercle autour de lui, ils lui font demander pardon à la Nation, et ensuite lui commandent de baisser la tête qu’un soldat fait tomber d’un coup de sabre. Alors ils le découpent en pièces, et le promènent en criant « Vive la Nation ! » L’un deux portant sa tête au bout d’une baïonnette vint à la porte de l’assemblée donner cette tête en spectacle au corps électoral. […] Il n’y a rien d’aussi horrible à voir. J’en frissonnai jusqu’au bout des doigts24.

Conclusion

21Malgré ces critiques et les approches nouvelles de l’histoire sociale depuis les années 1980, l’œuvre de George Rudé demeure un modèle d’érudition, dont la familiarité avec les archives et le traitement assuré de l’historiographie frappe le lecteur séduit par ailleurs par un style fluide, élégant et sans affectation. C’est surtout le raisonnement lucide, résultat d’un dialogue fin entre l’historien et ses sources, qui conserve à ses livres une force démonstrative. Il a eu une grande importance auprès de ses collègues, montrant aux jeunes chercheurs des années 1970 et 1980 comment ils pouvaient écrire l’histoire « vue d’en bas ». Il portait légèrement ses allégeances politiques, bien qu’elles aient eu quelquefois des conséquences sévères, en Australie aussi bien qu’ailleurs. Son influence personnelle en Australie et ailleurs fut forte. George Rudé était un homme charmant, éloquent et généreux dont la compagnie et l’amitié furent beaucoup appréciées et dont la décennie australienne et les fréquents voyages ultérieurs ont laissé un riche héritage. En 1978, le premier George Rudé Seminar s’est tenu en son honneur à l’université de Melbourne. Vingt-trois colloques biennaux en son nom ont eu lieu, dont les communications ont été répercutées via la George Rudé Society et son site internet. Sa dernière visite en Australie coïncida avec la visite de Michel Vovelle en 1988 au George Rudé Seminar, en vue du bicentenaire de 1989. Ce fut une rencontre à la fois très émouvante et profondément triste à cause des signes évidents de la déchéance de la santé de George, qui est mort en 1993 à l’âge de 82 ans.

Haut de page

Notes

1 Pour la biographie de George Rudé, voir Doug Munro, « The strange career of George Rudé : Marxist historian », Journal of Historical Biography, vol. 16, 2014, p. 118-169.

2 Eric Hobsbawm, « The Historians Group of the Communist Party », dans Maurice Cornforth (dir.), Rebels and Their Causes: Essays in Honour of A. L. Morton, Londres, Lawrence & Wishart, 1978, p. 21-48.

3 Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II : histoire politique et sociale des sections de Paris, 2 juin 1793-9 Thermidor An II, La Roche-sur-Yon, H. Potier, 1958 ; Richard Cobb, Les armées révolutionnaires : instrument de la Terreur dans les départements, avril 1793-Floréal An II, 2 vol., Paris, Mouton, 1961 & 1963.

4 Richard Cobb, The Police and the People. French Popular Protest 1789-1820, Oxford, Oxford University Press, 1970, p. 89-90.

5 George Rudé, The Crowd in History. A Study of Popular Disturbances in France and England, 1730-1848, New York, Wiley, 1964 ; Id., Ideology and Popular Protest, New York, Lawrence & Wishart, 1980.

6 Peter McPhee, « The French Revolution seen from the terres australes », dans Alan Forrest & Matthias Middell (dir.), The Routledge Companion to the French Revolution in World History, Abingdon, UK; New York, Routledge, 2015; Doug Munro, « The Politics of George Rudé’s appointment to the University of Adelaide », Lunch hour address to the xixth George Rudé Seminar, Deakin University, 11 juillet 2014, https://espace.library.uq.edu.au/data/UQ_333981/UQ333981_fulltext.pdf.

7 George Rudé, Wilkes and Liberty: A Social Study of 1763-1774, Oxford, Clarendon Press, 1962; Id., Revolutionary Europe, 1783-1815. Londres, Collins, 1964 ; Id., The Crowd in History…, op. cit. ; Id. (dir.) Robespierre, New Jersey, Prentice Hall, 1967 ; Id. avec Eric J. Hobsbawm, Captain Swing, New York, Pantheon Books, 1968 ; Id., Paris and London in the Eighteenth Century : Studies in Popular Protest, Londres, Collins, 1970 ; and Id., Hanoverian London, 1714-1808, Londres, Secker & Warburg, 1971.

8 Voir James Friguglietti, « A Scholar ‘In Exile’: George Rudé as a Historian of Australia », French History and Civilization. Papers from the George Rudé Seminar, no 1, 2005, p. 3-12. Parmi les études sur la Révolution française : George Rudé, « The Bread Riots of May 1775 in Paris and the Paris Region », dans Jeffry Kaplow (dir.), New Perspectives on the French Revolution : Readings in Historical Sociology, New York, Wiley, 1965, p. 191-210 ; Id., « La population ouvrière parisienne de 1789-1791 », Annales historiques de la Révolution française, vol. 39, 1967, p. 15-33 ; Id., « The Changing Face of the Crowd », dans L.P. Curtis Jr (dir.), The Historian’s Workshop. Original Essays by Sixteen Historians, New York, 1970, p. 187-204. Pour une bibliographie des ouvrages de Rudé : « Who was George Rudé ? », The George Rudé Society, https://h-france.net/rude/who/.

9 Parmi les analyses de l’œuvre de Rudé, voir Hugh Stretton, « George Rudé » et Frederick Krantz, « ‘Sans érudition, pas d’histoire’: The Work of George Rudé », dans Frederick Krantz (dir.), History from Below: Studies in Popular Protest and Popular Ideology in Honor of George Rudé, Montreal, Concordia University, 1985; Harvey J. Kaye, « Introduction: George Rudé, Social Historian », dans Harvey J. Kaye (dir.), The Face of the Crowd: Studies in Revolution, Ideology and Popular Protest – Selected Essays of George Rudé, New York; Londres, Harvester, 1988, p. 1-40.

10 Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Paris, Alcan, 1895 ; Georges Lefebvre, « Les foules révolutionnaires », Annales historiques de la Révolution française, vol. 11, 1934, p. 1-26.

11 Parmi ses premiers ouvrages importants, voir Charles Tilly, « How protest modernized in France, 1845-1855 », dans William O. Aydelotte, Robert William Fogel, and Allan G. Bogue (dir.), The Dimensions of Quantitative Research in History, Princeton, Princeton University Press, 1972, p. 192-255; Id., The Contentious French: Four Centuries of Popular Struggle, Cambridge, Harvard University Press, 1986; Id., The Rebellious Century 1830-1930, Cambridge, Harvard University Press, 1975. Sur la violence collective, voir Michael Hanagan, « Charles Tilly and Violent France », French Historical Studies, vol. 33, 2010, p. 283-297.

12 Nicolas Bourguinat, Les grains du désordre. L’État face aux violences frumentaires dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002, p. 154-161 passim.

13 Peter McPhee, Politics of Rural Life. Political Mobilization in the French Countryside, 1846-1852, chap. 3, Oxford, Clarendon Press, 1992.

14 Voir Donald Sutherland, « Urban crowds, Riot, Utopia, and Massacres, 1789-92 », dans Peter McPhee, A Companion to the French Revolution, Oxford, Wiley-Blackwell, 2013, p. 231-245.

15 Ce thème est développé dans George Rudé, The Crowd in History…, op. cit, chap. 14 et Id., Ideology…, op. cit., chap. 2.

16 Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1932; Clay Ramsay, The Ideology of the Great Fear: The Soissonnais in 1789, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1992.

17 Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, Paris, Société des études robespierristes, 1996, p. 236-237 et p. 416-423 ; Jacques Bernet, « Les grèves de moissonneurs ou ‘bacchanales’ dans les campagnes d’Île-de-France et de Picardie au xviiie siècle », Histoire et sociétés rurales, vol. 11, 1999, p. 153-186 ; Robert Legrand, La Révolution dans la Somme, Abbeville, F. Paillart, 1988, p. 262.

18 Voir les essais classiques: Edward P. Thompson, « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », Past & Present, no 50, 1971, p. 76-136; Natalie Zemon Davis, « The rites of violence: religious riot in sixteenth-century France », Past & Present, no 59, 1973, p. 51-91; Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1986.

19 Claudy Valin, Autopsie d’un massacre. Les journées des 21 et 22 mars 1793 à La Rochelle, St-Jean-d’Angély, Éditions Bourdessoules, 1992, p. 110 où Claudy Valin discute l’œuvre de Rudé.

20 Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990 ; Peter McPhee, Revolution and Environment in Southern France: Peasant, Lords, and Murder in the Corbières, 1780-1830, Oxford, Clarendon Press, 1999, chap. 8.

21 Voir Peter McPhee & Jeremy Teow, « Change and continuity in collective violence in France, 1780-1880 », dans Louise Edwards, Nigel Penn & Jay Winter (dir.), The Cambridge World History of Violence, t. IV: The Modern World, Cambridge, Cambridge University Press, 2020, p. 347-366.

22 Micah Alpaugh, Non-Violence and the French Revolution: Political Demonstrations in Paris, 1787-1795, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.

23 Paolo Viola, « Violence révolutionnaire ou violence du people en révolution ? », dans Antoine de Baecque & Michelle Vovelle (dir.), Recherches sur la Révolution, Paris, La Découverte, 1991, p. 95-97 ; Colin Lucas, « The crowd and politics from Ancien Régime to Revolution in France », Journal of Modern History, vol. 60, 1988, p. 426-427 ; Regina Janes, « Beheadings », Représentations, no 35, 1991, p. 24.

24 Nicolas-Joseph Grain, Mémoires, Archives départementales de l’Aisne, p. 153-157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter McPhee, « Un moment marxisant : l’œuvre de George Rudé (1910-1993) »La Révolution française [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 04 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lrf/6540 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lrf.6540

Haut de page

Auteur

Peter McPhee

Université de Melbourne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search