Navigation – Plan du site

AccueilPrésentationSoumettre un article

Soumettre un article

Envoi des articles

Pour soumettre un article au comité de rédaction de la revue, merci d’écrire au secrétaire de rédaction : alexis.darbon@ens.fr

Mise en forme des contributions

Les articles ne doivent en aucun cas dépasser 90 000 signes, espaces, notes de bas de page (en numérotation continue pour la totalité de l’article), tableaux, graphiques et illustrations compris.

Les auteurs et autrices seront tenues, pour des raisons de mise en ligne, de se limiter à deux niveaux de titres. Les seules mises en forme des caractères seront : gras, italiques, petites capitales, souligné. L’usage de la couleur et le changement de police (hormis pour les caractères non latins, bien entendu) ne sont pas autorisés.

Les articles ou documents proposés devront être envoyés au format Word (fichier.doc ou .docx).

Rattachement scientifique

Merci de bien vouloir préciser, à la suite du titre de votre article, votre Prénom, votre Nom et l’institution de rattachement (université, centre de recherches…).

Résumé et mots-clés

Le résumé comme les mots-clés doivent être fournis en français et en anglais.

Le résumé ne doit pas excéder 1 000 signes, espaces compris. Afin d’éviter tout malentendu au moment de la traduction, il est recommandé de le rédiger avec des phrases courtes, claires et précises, plus aisées à traiter.

Le résumé doit être suivi de trois à cinq mots-clés.

Soumettre un article en anglais

Conformément aux directives européennes, dans la mesure du possible, employer l’anglais britannique, de préférence aux variantes (anglais américain notamment).

Écriture inclusive

Le cas se présentant rarement dans les contenus de la revue, le comité de rédaction a décidé de ne pas statuer définitivement quant aux normes à appliquer sur l’écriture inclusive (point inclusif, accord de proximité, pronoms neutres, mots « féminisés »…).

Elle est cependant acceptée dans les articles et son usage, ou non, laissé au jugement des auteurs et autrices. Les « féminisations » de mots (que ce soit avec un retour à une formulation abandonnée ou un néologisme) sont en particulier encouragées.

L’évolution de la réflexion autour de cette question pourra nous amener à préciser des règles plus spécifiques par la suite.

Normes typographiques de la revue

Pour tous les cas généraux, les règles suivantes devront être appliquées aux articles destinés à la revue La Révolution française.

Ces règles pourront être modulées en fonction des besoins spécifiques aux textes.

Références bibliographiques

Mise en forme d’une référence

Pour une monographie :

Prénom Nom, Titre, lieu d’édition, éditeur, [volume « vol. » ou tome « t. »,] année, page {au format p. xx}.

Pour une contribution dans un ouvrage :

Prénom Nom, « Titre de la contribution », dans Prénom Nom du ou des directeurs de publication (dir.), Titre, lieu d’édition, éditeur, [volume « vol. » ou tome « t. »,] année, page {au format p. xx-yy}.

On notera en particulier que la collection chez l’éditeur ne sera pas indiquée dans ces deux cas.

Pour un article dans une revue :

Prénom Nom, « Titre de l’article », Titre de la revue, numéro, année, pages {au format p. xx-yy}.

Si l’on veut donner une référence précise dans un article ou une contribution, il faut terminer la référence bibliographique en indiquant : « part. p. zz ».

Pour les revues en ligne, intégrer si possible les références papier, puis faire suivre par l’adresse URL de l’article. En l’absence de références papier, faire suivre l’adresse URL par la mention « [dernière consultation le jj/mm/aaaa] ». Si une URL devait terminer le paragraphe (si la mention « [dernière consultation…] » est fondamentalement inutile), ne pas la faire suivre d’un point, qui pourrait être intégré par erreur dans l’adresse et la rendre inopérante.

Présenter les rééditions sous la forme :

Prénom Nom, Titre [date de la première édition, le cas échéant], éd. par Prénom Nom, lieu d’édition, éditeur, année, page.

Pour les auteurs de contributions dans des recueils de leurs propres textes, on ne mentionne pas leur nom avant le titre de l’ouvrage :

Denis Diderot, « Lettres sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient » [1749], dans Œuvres complètes, éd. par Jules Assézat et Maurice Tourneux, Paris, Garnier, 1875-1877, vol. I, p. 279-342.

Références manquantes

Pas d’auteur identifié : « s. n. »

Attribution d’un auteur à un texte non signé : « [Prénom Nom] »

Pas d’éditeur / de lieu d’édition : « s. l. »

Pas d’année d’édition : « s. d. »

Répétition d’une référence

Pour la répétition d’une référence à un ouvrage, il faut la présenter sous la forme :

Prénom Nom, Titre {abrégé au besoin, suivi alors de « … »}, op. cit. [, vol. ou t., p.].

Pour la répétition d’une référence à un article ou une contribution, il faut la présenter sous la forme :

Prénom Nom, « Titre de l’article/de la contribution {abrégé au besoin} », art. cité.

Renvoi à la note précédente

Pour renvoyer à une référence donner juste avant, utiliser « Ibid. ».

Renvoi à une note antérieure

Il faut utiliser « Voir note xx » pour renvoyer à une note précédente (et non « cf. n. xx »).

Répétition d’un auteur

Si une note de bas de page mentionne plusieurs sources simultanément et que plusieurs d’entre elles (successives) ont le même auteur, on évitera la répétition du nom en utilisant « Id. » (en italique, avec l’initiale en grande majuscule et le « d » en petite majuscule).

Les autrices référencées pourront être indiquées par « Æd. » ou par « Id. », selon la préférence de l’auteur ou de l’autrice de l’article.

Directeur vs. Editor

Si l’article est en français et que la référence est dans une langue étrangère, les directeurs d’édition éventuels devront être indiqués par « dir. » et non pas par « ed. ».

Si l’article est dans une autre langue, on utilisera, pour les références dans des langues différentes de celle de l’article, le terme équivalent à « dir. » dans cette dernière. Donc, « ed. » pour les articles en anglais, « a cura di » en italien, etc.

Pour les directeurs en anglais, il ne faut par ailleurs pas mettre de « s » à la fin de « ed. ».

Références à des archives

La première référence à des archives doit indiquer l’intitulé complet (Archives nationales, par exemple). Cet intitulé devra être suivi, entre parenthèses, de la mention « abréviation dans la suite » :

Archives nationales (AN dans la suite).

On procèdera à la même présentation pour d’autres références récurrentes abrégés (comme les « Archives parlementaires », abrégées ensuite en « AP »).

Pour les archives étrangères, il faut préciser la localisation (Londres, Simancas, etc.).

Appels de notes et ponctuation

La position des appels de notes pose souvent problème, les règles semblant changer en fonction d’usages spécifiques à un milieu, un établissement… ou d’une mauvaise compréhension partagée des règles.

Généralités

En français

La règle est de placer l’appel avant les ponctuations, qu’il s’agisse de virgules, points, deux points, etc.

Si la phrase se termine avec une parenthèse, l’appel de note sera placé entre la parenthèse et la ponctuation finale (sauf évidemment s’il porte spécifiquement sur le contenu de la parenthèse).

En anglais

La règle est de placer l’appel après la ponctuation, excepté le tiret (semi-)cadratin.

Si la note est spécifique au contenu de la parenthèse, l’appel devra se trouver à l’intérieur de celle-ci.

Traitement des citations

Les citations, et particulièrement l’usage des guillemets associés, sont l’élément de typographie qui soulève le plus de problèmes spécifiques.

Généralités

Si la citation est insérée dans une phrase, alors la ponctuation est à l’extérieur. Dans ce dernier cas, les majuscules doivent être adaptées à la position dans la phrase.

Les guillemets, lorsque l’on cite une phrase complète, doivent contenir la ponctuation finale de cette dernière : les guillemets doivent être placés après la ponctuation finale.

Cette règle est valable en français comme en anglais.

Usage des guillemets

Dans un article en français, les citations sont ouvertes et fermées par des guillemets en chevrons («  »). Les guillemets qui pourraient être employés au sein de la citation devront être d’abord des guillemets anglais doubles (“ ”), avec, au besoin, des guillemets anglais simples à l’intérieur (‘ ’).

Quand les auteurs veulent mettre en relief un mot qui n’est pas une citation, il faut employer de préférence les guillemets anglais doubles, pour faire cette distinction. Les italiques sont réservés aux termes étrangers et aux titres d’ouvrages.

Dans un article en anglais, il faut utiliser d’abord les guillemets anglais simples, suivis des guillemets anglais doubles, et, enfin, les guillemets chevrons.

En anglais également, quand les auteurs veulent mettre en relief un mot qui n’est pas une citation, il faut employer de préférence les guillemets anglais doubles.

Citation après deux-points

Les citations ouvertes par deux-points constituent des phrases entières. Les guillemets se placent donc après la ponctuation finale et l’appel de note avant celle-ci.

Les deux points constituent la ponctuation finale de la phrase précédente (on ne place pas un point après les guillemets).

Il dit : « Prenez les armes3 ! »

Citation longue

Les citations longues, de plusieurs phrases, devront dans la mesure du possible, être isolées dans un paragraphe indépendant, avec des marges plus étroites (l’éditeur se chargera de les régler pour la mise en ligne).

Ces citations longues ne doivent pas encadrées par des guillemets.

Citation longue, mais dans le texte

S’il est nécessaire de maintenir une citation de plusieurs phrases dans le fil du texte de l’article, et que le début de la citation est intégré dans une phrase normale (sans les deux points d’ouverture), les guillemets de fermeture devront être placés après sa ponctuation finale.

Il écrivit « de petites brochures sur les matières qui fixaient alors les esprits » afin de se procurer quelque argent, car, nous dit-il, pour « vivre indépendant, je ne me reposais que sur ma plume, et il fallait écrire souvent, pour vivre tous les jours. […] Point de métier plus misérable que celui de livrier, comme dit Rousseau. […] On a beau dire qu’il n’y a point de déshonneur à vivre de sa plume ; non sans doute ; mais quand on s’accoutume à faire trafic de sa pensée, on se montre philosophe, non pas pour l’être, mais pour avoir de l’argent, et c’est ainsi qu’on avilit le plus sublime emploi de l’homme. »

Incises dans des citations longues

Dans des citations longues interrompues par des incises, privilégier l’usage des virgules :

C’est « l’amour de la gloire », nous dit Brissot, « qui, dès l’âge de neuf ans, me faisait travailler la nuit dans mon lit, qui me faisait feuilleter les livres latins et dévorer les histoires. J’avais sans cesse sous les yeux l’image des grands hommes qui s’étaient rendus célèbres par leurs écrits. »

Traductions de citations

L’insertion des traductions pose également quelques soucis.

Arrangement de l’original et de la traduction

Si les citations en langue étrangère ne sont pas trop nombreuses, privilégier la traduction en français, en plaçant éventuellement le texte original en note.

Fragments cités dans un paragraphe

Pour la succession de termes traduits les présentant sous la forme « traduction | original », le premier élément (en français) sera placé entre guillemets et le second entre parenthèses après les guillemets et en italique pour les caractères latins (y compris les transcriptions) :

« études célestes » (tianxue 天學)

Si les termes sont présentés dans l’ordre « original | traduction », le premier élément sera en italique (pour les caractères latins), sans guillemets, et la traduction sera entre parenthèses, également sans guillemets :

tianxue 天學 (études célestes)

Pour les traductions de titres d’ouvrage, si la version française suit la version originale, la placer entre parenthèses et en italique (puisqu’il s’agit d’un titre). Les traductions de titres d’articles seront placées entre parenthèses au sein des guillemets du titre lui-même, l’original n'étant pas mis en italique (afin d’éviter la confusion avec l’ouvrage ou la revue).

Traductions longues

Si des citations longues, en paragraphe indépendant, font l’objet d’une traduction, le texte d’origine ou la traduction (selon l’ordre qui fait sens pour l’article) sera donné en note de bas de page.

S’il faut mettre en regard deux textes, original et traduit, l’usage du tableau est à privilégier.

Usage des majuscules

L’utilisation des majuscules sur certains termes posant parfois des problèmes, voici une courte liste présentant les recommandations de notre revue :

Les états généraux (institution)

États généraux (ceux convoqués en 1789)

Le tiers-état : le groupe sous l’Ancien Régime

Le Tiers-État : spécifiquement les représentants convoqués aux États généraux de 1789

Ancien Régime

royaume et pas Royaume

Révolution française, Révolution américaine…

La Révolution : désigne spécifiquement la Révolution française

La révolution : pour désigner tout processus révolutionnaire

Comité de salut public et Comité de sûreté générale : pas de majuscules à « salut » et « sûreté ».

Pour les autres Comités (des Finances, etc.), la majuscule s’applique aux deux.

Pour les commissions, à l’inverse, l’usage des minuscules, partout, est préférable.

Autres règles de mise en forme

Ne pas oublier les espaces insécables entre les noms des souverains et leur « numérotation », afin d’éviter des retours à la ligne disgrâcieux.

Les numéros de siècles doivent être écrits en petites majuscules, en chiffres romains, suivis d’un « e » en exposant et, s’il y a « siècle » ou « s. » derrière, une espace insécable entre les deux : « xviiie siècle ».

Les dates du calendrier révolutionnaire devront, sauf quelques rares exceptions liées à des événements spécifiques (qui demandent alors la majuscule), être suivies de leur équivalent dans le calendrier grégorien entre parenthèses : « 27 thermidor an IV (14 août 1796) ».

Les abréviations ordinales sont : 1er, 1ers, 1re, 1res, 2nd, 2ds, 2de, 2des, 2e, 2es, 3e, 3es

Les abréviations d’unité sont séparées des chiffres les précédant par une espace insécable : 150 m, 23 L, 23 %. Elles ne sont jamais mises au pluriel : pas de « kgs », par exemple. En anglais, contrairement au français, le symbole « % » est accolé au nombre auquel il est associé.

De manière générale, les nombres entiers doivent être écrits en toutes lettres jusqu’à trente. On veillera toutefois à privilégier l’uniformité si un paragraphe spécifique comporte des chiffres non entiers, qui doivent alors être écrits en chiffres arabes.

Les chiffres arabes doivent être séparés par blocs de trois par des espaces insécables pour les valeurs entières, avec une virgule séparant les unités des fractions  : 1 234 567,890. S’ils sont suivis de million·s ou milliard·s, il faut les en séparer d’une espace insécable également.

Les incises emploieront les tirets semi-cadratins (–), séparés du texte par une espace insécable à gauche et une espace ordinaire à droite. Pour rappel, les tirets d’incise doivent être fermés en toute circonstance, hormis si l’incise termine la phrase. On écrira donc bien :

Dès le 9 brumaire an IV (31 octobre 1795) – le 10 selon le procès-verbal –, soit quatre jours après le début du Directoire […].

Mais :

La commission des finances devient ainsi permanente, en contradiction patente avec l’article 67 – si ce n’est qu’elle ne porte pas le nom de « comité ».

  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search