Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Hommages à Marcel DorignyMarcel Dorigny : une histoire de ...

Hommages à Marcel Dorigny

Marcel Dorigny : une histoire de liberté

Anne de Mathan

Texte intégral

  • 1 Marcel Dorigny, Haïti, première république noire, Paris, Société Française d'Histoire d'Outre-Mer, (...)
  • 2 Marcel Dorigny, Grégoire et la cause des Noirs (1789-1831). Combats et projets, Paris, SFHOM, 2000.
  • 3 Marcel Dorigny, Léger-Félicité Sonthonax. La première abolition de l'esclavage. La Révolution Franç (...)
  • 4 Marcel Dorigny, Guillaume Thomas Raynal. Les colonies, l'esclavage et la Révolution française, Pari (...)

1La figure singulière de Marcel Dorigny est bien connue des historiens de la Révolution française et d’un public militant ou, à tout le moins, sensibilisé à l’histoire de l’esclavage ainsi qu’aux enjeux anciens et actuels de la décolonisation. Maître de conférences élu à l’université Paris VIII Saint-Denis en 1992, puis professeur en histoire moderne en 2009, il était un spécialiste connu et reconnu de la traite transatlantique et des abolitions de l’esclavage, auteur d’ouvrages faisant la lumière sur les combats pour la liberté et l’égalité des êtres humains, sans considération pour la couleur de leur épiderme, tels que Haïti, première république noire1, un livre consacré à l’un des plus fervents députés abolitionnistes de la Révolution française, Grégoire2, ou encore au premier député et représentant du peuple en mission à avoir ordonné l’interdiction de l’esclavage à Saint-Domingue, Sonthonax3. Il s’était aussi intéressé à la genèse de l’abolitionnisme en restituant ses origines intellectuelles dans la philosophie des Lumières chez des penseurs tels que Raynal4.

  • 5 Marcel Dorigny et Bernard Gainot, L’Atlas des esclavages, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Autrem (...)
  • 6 Marcel Dorigny et Bernard Gainot, La société des amis des Noirs (1788-1799). Contribution à l’histo (...)
  • 7 https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/document_numerique/projets/SAN
  • 8 Marcel Dorigny et Marie-Jeanne Rossignol (dir.), La France et les Amériques au temps de Jefferson e (...)
  • 9 Collectif, Esclavage, colonisation, libérations nationales, Paris, L’Harmattan, 1989.
  • 10 Collectif, Les abolitions de l’esclavage, de L.F. Sonthonax à V. Schoelcher, 1793-1794-1848, Paris, (...)
  • 11 Yves Bénot, Marcel Dorigny (dir.), Le rétablissement de l'esclavage dans les colonies françaises, 1 (...)
  • 12 Clément Thibaud, Claire Bourhis-Mariotti, Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Marie-Jeanne Rossignol (d (...)
  • 13 Collectif, Esclavage, résistances et abolitions, Paris, CTHS, 1999.

2Il avait l’habitude du travail collectif, comme le montrent L’Atlas des esclavages, de l’Antiquité à nos jours5 – préparé avec Bernard Gainot et plusieurs fois réédité – et la publication des registres de la première société anti-esclavagiste de France, La société des Amis des noirs6. Les deux collègues et amis avaient accepté une édition numérique augmentée de ce livre, établie en partenariat avec la Bibliothèque Mazarine, et accessible sur le site du pôle Document numérique de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen7. Marcel Dorigny avait organisé à l’Université Paris VIII des journées d’études – La France et l’Amérique au temps de Jefferson et Miranda8 – et coorganisé de grands colloques sur bien des aspects de l’histoire coloniale de la Révolution française jusqu’à nos jours : Esclavage, colonisation, libérations nationales9, ou bien Les abolitions de l’esclavage, de Léger-Félicité Sonthonax à Victor Schoelcher10, et encore Restauration de l’esclavage. Aux origines de Haïti11 en 2002 à Paris VIII, mais aussi Couleurs, esclavage et libérations coloniales12 et La colonisation nouvelle (2016) à Paris 1. Il participa bien sûr au congrès organisé par le Comité des travaux historiques et scientifiques à Fort-de-France en 1998, pour le cent-cinquantième anniversaire de l’abolition de l’esclavage13.

  • 14 Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution Française, Paris, PUF, 1989.
  • 15 Marcel Dorigny, Les abolitions de l’esclavage, Paris, PUF, collection « Que sais-je ? », 2018.
  • 16 Marcel Dorigny, L’esclavage : illustrations et caricatures (1750-1870), La Crèche, La Geste, 2021.

3Chercheur, il était aussi un véritable passeur qui avait commencé sa carrière d’enseignant au collège Issaurat de Créteil (1975-1977), puis au lycée du Parc des loges à Évry (1977-1987), et s’engagea dans de multiples formes de diffusion du savoir. Il fut secrétaire général de la Société des études robespierristes, membre de la section d’histoire de la Révolution Française au CTHS, membre de la Société française d’histoire de l’outre-mer, du Comité pour l’Histoire de l’Esclavage, mais aussi du comité de réflexion et de propositions pour les relations franco-haïtiennes, du conseil scientifique de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, et encore du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire. Il fut un actif animateur du Centre d’Information, Formation, Recherche et Développement pour les Originaires d’Outre-Mer, et encore président de l’Association pour l’étude de la colonisation européenne (1750-1850) fondée par Yves Benot (décédé en 2005). Il fut aussi l’une des chevilles ouvrières du Dictionnaire historique de la Révolution Française14 d’Albert Soboul, dans lequel il ne rédigea pas moins de quatre-vingt notices. Il ne dédaigna pas de proposer un très utile Que sais-je ? sur Les abolitions de l’esclavage15 ; il écrivait souvent dans L’Humanité et publiait fréquemment des articles dans des revues de diffusion du savoir comme l’Histoire. Enfin, de 2005 à 2014, Marcel Dorigny fut directeur de la revue Dix-huitième siècle, dont il coordonna deux numéros spéciaux : L’Atlantique en 2001, L’Afrique en 2012. Il avait co-écrit un film documentaire avec Didier Rotten, sorti en 2008, sur la Société des amis des noirs, dont le titre – Ne suis-je pas ton frère ? – en reprenait la devise. Il fut commissaire d’une exposition à La Rochelle, L’esclavage à travers la caricature (1750-1870), dont le catalogue fut publié en 2021. Marcel Dorigny y a donné sa dernière conférence, quelques jours avant sa mort16.

  • 17 Marcel Dorigny, « Le Cercle Social : égalitarisme et libéralisme aux débuts de la Révolution, ou l’ (...)
  • 18 Karl Marx, La Sainte Famille, Frankfurt, 1845.
  • 19 Albert Soboul (dir.), Girondins et Montagnards : Actes du colloque, Sorbonne, 14 décembre 1975, Par (...)
  • 20 William D. Edmonds, « ‘Federalism’ and Urban Revolt in France in 1793 », Journal of Modern History, (...)
  • 21 Michael J. Sydenham, The Girondins, London, Athlone Press, 1961.
  • 22 Albert Soboul (dir.), Girondins et Montagnards…, op. cit.

4Mais l’on sait moins – et peu d’articles in memoriam l’évoquent – que Marcel Dorigny se décrivait aussi comme un « historien des girondins ». Il avait obtenu en 1990 une délégation auprès du Centre national de la recherche scientifique et fut accueilli à l’Institut d’histoire de la Révolution française de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où il était un habitué du séminaire d’Albert Soboul. Grâce à cette précieuse parenthèse dévolue à la recherche dans une vie d’enseignant, il soutint en 1992, sous la direction de Michel Vovelle, une thèse de doctorat sur travaux intitulée Les Girondins et le libéralisme dans la Révolution Française. Il était venu à cet objet d’études, qui pouvait alors apparaître comme historiographiquement sulfureux ou, du moins, d’un intérêt secondaire, par le Cercle social, « lieu d’élaboration d’une doctrine égalitaire qui était allé jusqu’à une remise en question de la légitimité du droit de propriété, voire qui avait transgressé cette limite et proposé une société égalitaire17 », auquel Marx faisait remonter « l’idée communiste18 ». Il se disait frappé de cette « contradiction apparente » entre les thématiques très avancées qui avaient été agitées dans ce forum démocratique, et le fait que bien de ses membres devinrent girondins. La remarque d’Albert Soboul sur l’absence d’étude socio-économique sur la bourgeoisie de Bordeaux19 et, en conséquence, sur la mauvaise connaissance du groupe des girondins, avait également piqué sa curiosité. Une décennie après, consacrée à la Gironde en une trentaine d’articles, Marcel Dorigny était devenu un éminent connaisseur de la question. Les historiographies étrangères – représentées par les bataillons d’élèves que Richard Cobb envoya dans les provinces françaises, comme Alan Forrest, mais aussi par des chercheurs venus de nations qui ne connaissaient pas le tabou du fédéralisme, comme Antonio de Francesco – réinterrogeaient avec pertinence le sens des révoltes municipales et départementales suscitées par l’éviction des girondins au 2 juin 1793, sans toujours éviter l’écueil de l’explication par les particularismes locaux20, mais, depuis les travaux de Michael Sydemham, qui s’était efforcé de prouver que les girondins n’existaient pas21, et le colloque de 1975, qui ne les voyait qu’au miroir des montagnards22, bien peu nombreux étaient ceux qui s’intéressaient aux girondins pour eux-mêmes. Marcel Dorigny en renouvela profondément l’approche en faisant preuve d’une grande liberté intellectuelle.

  • 23 Marcel Dorigny, Les Girondins et le libéralisme…, op. cit., vol. 3, « Conclusions », p. 4.
  • 24 Archives parlementaires, tomes LII à LXVI.
  • 25 Marcel Dorigny, Les Girondins et le libéralisme…op. cit, vol. 3, « Conclusions », p. 9.

5Il n’hésita pas en effet à interroger des catégories données pour reçues et aller contre certaines analyses schématiques. Ainsi affirma-t-il : « La voie sociologique a été une étape nécessaire mais elle est devenue insuffisante pour définir la Gironde. [...] Voir à tout prix dans la lutte des deux “partis” une lutte des classes, au sens le plus immédiat et le plus classique, était un contresens historique majeur qui a largement contribué à égarer bon nombre d’interprétations de la Révolution23. » Avec le logiciel Frantext, il montra que les termes « Gironde » et « girondins » apparaissent fréquemment dans les imprimés littéraires entre 1789 et 1848, à rebours de ce lieu commun qui voulait que ces mots eussent été popularisés par Lamartine. Il indiqua que l’usage de ce terme géographique – dont une centaine d’occurrences figurent en effet dans les débats de la Convention jusqu’à l’arrestation des intéressés24 –, réduisant ce groupe politique à un département, voire à la ville de Bordeaux, induit « des assimilations grossières de la politique girondine à la défense des intérêts des armateurs, des négociants, du grand commerce atlantique, de l’exclusif colonial, voire, comble de l’absurde, du système colonial lui-même25 », de même que la lecture de la Gironde comme un parti politique ressort d’un « anachronisme absolu » tant l’objet est plus complexe qu’il n’y paraît à vue de pays.

  • 26 Marcel Dorigny, « Le Cercle Social, : égalitarisme et libéralisme… », Les Cahiers de l’IRM, op. cit

6S’il affirma de façon un peu abrupte que « tous les girondins furent des défenseurs absolus de la propriété absolue », en mettant de côté le traité que Brissot publia en 1780 sur la propriété, ainsi que les pressantes invitations de Fauchet à la limitation de la grande propriété ou le soutien de Condorcet à l’impôt progressif, il leur accordait cependant une « incontestable composante humanitaire » qui les amenait à refuser la conséquence ultime du libéralisme, à savoir la constitution d’une classe privée de tout moyen d’existence. Il considérait en effet que, dans ce rôle redistributeur de l’État imaginé par les girondins, résidait la condition même du fonctionnement du libéralisme26, mais précisa aussi que les girondins ne furent pas les libéraux que l’on croit parfois, chantres d’un État minimum et de la dérégulation la plus poussée :

  • 27 Marcel Dorigny, « Les Girondins avant le “fédéralisme”. Paris, chef-lieu de la Révolution », dans M (...)

7« L’État girondin » n’était pas un État minimum réduit à sa plus simple expression. La Gironde avait développé la théorie d’un État organisateur, doté de pouvoirs étendus dans des domaines réservés à l’initiative des individus par les libéraux classiques. L’État devait jouer un rôle dans la régulation du marché et dans le maintien de l’harmonie sociale : scolarisation et formation des futurs citoyens, fiscalité redistributive, législation successorale égalitaire, aménagement du territoire et initiatives dans le domaine de l’agriculture, du commerce, des manufactures, encouragements aux inventions ; enfin, l’État devait être capable de suppléer aux défaillances du marché en période de crise ou de guerre27.

  • 28 Marcel Dorigny, « Les Girondins : essai de définition d’une pratique politique », Cahiers d’Histoir (...)
  • 29 Marcel Dorigny, « Les idées économiques des Girondins », dans Albert Soboul (dir.), Girondins et Mo (...)

8Il convenait, à ses yeux, de « nuancer l’image devenue classique d’une Gironde émanation politique directe de la grande bourgeoisie liée au capital commercial28 ». Il montra de même que, à mille lieux de la défense inconditionnelle du libre-échange fréquemment imputée aux girondins, ceux-ci prônaient le protectionnisme industriel et une stricte réglementation capables de gêner les intérêts des négociants, perçus par Kersaint comme des parasites du corps social. Il battit en brèche les « rêveries abstraites que l’on prête souvent à la bourgeoisie révolutionnaire et aux girondins en particulier », les « spéculations vagues » ou encore les « théories spéculatives, comme l’historiographie girondine du xixe et du xxe siècle s’est plu à le répéter »29. Il souligna en revanche « le sens aigu des réalités » d’une réflexion économique cohérente et soucieuse d’efficacité, à l’instar des projets monétaires de Clavière, réalisés en Germinal, de ses projets de caisse d’emprunt, dont la gestion n’est pas sans rappeler les régents de la Banque de France, ou encore des vues bancaires de Condorcet, qui esquissa le réseau bancaire de dépôt mis en place sous le Second Empire.

  • 30 Marcel Dorigny, « Le cheminement de l’idée républicaine, 1789-1792 », Aux origines de la République (...)
  • 31 Marcel Dorigny, « Un milieu républicain : le groupe Brissot-Robert-Roland », dans Roger Bourderon ( (...)

9Loin du topos assimilant les girondins aux monarchistes constitutionnels, il les analysa en « républicains historiques 30» : si leur républicanisme ne se traduisit pas d’emblée par des propositions à la tribune parce que la république leur apparaissait un objectif stratégiquement impossible à atteindre et propre au contraire à discréditer la Révolution, Condorcet, Roland et Brissot, entre autres, déployèrent une intense activité éditoriale pour saisir l’opportunité représentée par la désertion royale en juin 179131.

  • 32 Ibid., p. 285.

10Quant au fameux fédéralisme girondin, Marcel Dorigny démontra dès 1990 comment le débat politique sur la décentralisation redonna vie à de « vieux mythes », qu’il démentit très clairement : « Le fédéralisme attribué à la Gironde ne peut être retenu si l’on veut désigner par ce terme un projet d’organisation fédérale de l’État32. » Si le plan de Brissot en 1790 visait à fonder l’unité nationale sur la constitutionnalisation des municipalités, sa défiance ne se tournait pas contre la centralité de l’État monarchique, mais contre l’arbitraire du pouvoir exécutif. Les girondins qui, jusqu’à l’automne 1792 du moins, étaient des jacobins comme les autres, furent aussi centralisateurs que les montagnards, et Marcel Dorigny l’affirma fortement au colloque de Marseille :

  • 33 Marcel Dorigny, « Pouvoir central et pouvoirs locaux dans les projets constitutionnels girondins de (...)

11Plus aucun historien sérieux ne peut maintenant opposer deux projets qui seraient radicalement antagonistes, l’un supposé unitaire et centralisateur – celui de la Montagne – et l’autre – celui de la Gironde – défini comme « fédéraliste » et dont l’objectif clairement conçu aurait été une transformation de la « République une et indivisible » en une sorte de fédération de départements ou d’ensembles plus vastes. [...] Le conflit Gironde/Montagne ne peut en aucune façon se réduire, ni même se résumer, à une opposition entre une vision unitaire de la république, et une vision « fédéraliste » qui s’appuierait sur les « particularismes », voire les « provincialismes » encore vivaces, malgré́ la législation uniformisatrice consécutive au 4 août 1789 pour contrebalancer Paris et sa puissance centralisatrice excessive. [...] Il n’est plus de mise de s’en tenir aux anathèmes lancés à la tribune de la Convention ou dans le virulent acte d’accusation présenté par Amar le 3 octobre, présentant le crime de « fédéralisme » en tête des chefs d’accusation retenus contre les députés girondins33.

12Non seulement le fédéralisme – élément d’un discours politique, celui de la Montagne – n’avait aucune consistance historique, mais Marcel Dorigny rappela en outre que les révoltes de Caen, Évreux et Bordeaux ne cessèrent de clamer leur attachement à l’unité de la République et visaient la reconquête du pouvoir central.

13Sans se contenter de déconstruire les idées reçues à propos des girondins, il prit le parti de scruter les doctrines économiques et sociales des girondins, leur positionnement dans la question coloniale, leur engagement dans l’émancipation par la loi et par l’autonomie intellectuelle, l’attention portée à l’éducation des enfants et à l’acculturation civique des adultes, leur vision de ce que devraient être les relations de la Révolution avec les autres peuples de l’Europe et du monde. Il proposa divers essais de définition tels que celui-ci, fort éclairant :

  • 34 Marcel Dorigny, « Condorcet, libéral et girondin », dans Pierre Crépel et Christian Gilain (dir.), (...)

14La Gironde, selon l’expression consacrée mais dont la pertinence n’est pas absolue, se différencia progressivement du vaste parti patriote de 1789 par une succession de prises de positions que l’on peut rapidement résumer ainsi : une participation souvent active à la Société des Amis des Noirs pour obtenir une réforme progressive du système colonial et de l’esclavage ; une condamnation absolue du système politique et social de l’Ancien Régime, avec un soutien sans faille aux mesures prises contre les droits féodaux et seigneuriaux ; un attachement au libéralisme économique fondé sur une libre propriété et une liberté d’entreprise, le tout pondéré par un interventionnisme étatique destiné à corriger les excès d’inégalité et à conduire une politique industrielle active, pour rattraper l’Angleterre ; l’idéal politique girondin peut se résumer en un système représentatif reposant sur un complexe va-et-vient entre mandataires et assemblées primaires ; système se voulant un compromis entre l’impossible démocratie directe et les dangers de la représentation pure, comme en témoignent les multiples débats sur ce sujet depuis le Cercle social jusqu’au projet de Condorcet au printemps de 1793. L’équilibre politique girondin apparaît comme fortement dominé par le législatif et très méfiant à l’égard de l’exécutif ; cette méfiance amena bon nombre de girondins à opter très tôt pour un gouvernement républicain, sagement confié à une élite sociale désignée par un système électoral rejetant le cens et appelant de ses vœux un vote populaire en faveur de ces élites. Vis-à-vis des classes populaires, la Gironde eut une attitude plus constante qu’on ne l’a dit trop souvent : les chefs de la future Gironde (Brissot, Gorsas, Pétion, Buzot) définirent dès la Constituante une stratégie d’alliance avec le peuple, mais à la condition que cette alliance restât contrôlée par ces « notables éclairés » ; les mouvements populaires étaient nécessaires à la victoire politique mais jamais ils ne devaient revendiquer une autonomie et encore moins proposer un programme. Cette ligne politique resta celle de la Gironde. Enfin, dernier élément à retenir ici pour définir la Gironde, une réelle conscience de la nécessité des mesures violentes et illégales pour asseoir le nouveau régime, mais accompagnée de l’affirmation aussi nette que cette violence, pour rester légitime, ne doit pas s’écarter de la ligne générale de la Révolution libérale et s’orienter vers un « despotisme de la populace » confondant liberté et licence. En dehors de ces crises aigües où la violence est légitime, les « moyens ordinaires » résideront avant tout dans une pédagogie politique, fondée principalement sur un vaste réseau de sociétés patriotiques et relayée par la presse et les écrits des « bons auteurs ». Un ambitieux système scolaire devra venir compléter l’édifice et lui assurer une paisible existence dans la durée34.

  • 35 Ibid.

15Son approche s’avère toujours complexe et nuancée. Marcel Dorigny montra la complexité des rapports de Condorcet avec la violence populaire : le philosophe excluait le recours à la répression systématique des mouvements populaires taxateurs, conscient du risque de précipiter les catégories populaires vers la contre-révolution, et prit ses distances à l’égard de la stratégie girondine de l’automne 1792 qui consistait à attaquer la Montagne par son refus de condamner les massacres de septembre35.

  • 36 Marcel Dorigny : « Les Girondins : essai de définition... », Cahiers d’Histoire, op. cit., p. 109.
  • 37 Marcel Dorigny, « Le Cercle social : libéralisme et égalitarisme », Les Cahiers de l’IRM, op. cit., (...)
  • 38 Marcel Dorigny, « La presse girondine et les mouvements populaire : nécessité et limites d’une alli (...)
  • 39 Marcel Dorigny, « La sentinelle de J.B. Louvet, un organe officieux du ministère girondin en 1792 » (...)

16Si Marcel Dorigny a donc joué un rôle pionnier dans le renouvellement de la connaissance des girondins, la modestie de ses présentations apparaît inversement proportionnelle à leur importance historiographique. Ses articles commencent très souvent par des dénégations : « ce bref article n’a aucunement l’ambition de faire le point des recherches actuelles sur la Gironde et les girondins ; mon propos sera plus modeste et plus limité36 » ; « cette communication ne prétend pas être une histoire du Cercle Social, elle a une ambition plus modeste : poser le problème de la place et de la signification de cette organisation trop peu connue37 » ; tel article vise à « tenter de répondre, en partie du moins, à ces interrogations38 » ; ailleurs, il ne s’agit que d’une « brève étude39 ».

  • 40 Marcel Dorigny, Aux origines de la République, op. cit.
  • 41 Marcel Dorigny, « Les Girondins : essai de définition », Cahiers d’Histoire, op. cit., p. 124.
  • 42 Ibid.
  • 43 Marcel Dorigny, « La presse girondine… », Mouvements populaires et conscience sociale, op. cit.
  • 44 Marcel Dorigny, « Violence et Révolution : les Girondins et les massacres de septembre », dans Albe (...)

17Certes les sources mobilisées sont essentiellement parisiennes et imprimées, mais l’érudition, impressionnante, de Marcel Dorigny a valorisé des sources peu connues (presse et brochures), permis d’élargir le regard hors de la seule arène parlementaire – laquelle n’est pas méconnue, tant s’en faut – et donné lieu à la publication d’une précieuse anthologie éclairant les Origines de la République40. Bien sûr, des angles morts laissent parfois quelque obscurité dans certaines questions troublantes : Marcel Dorigny constate sans expliquer qu’il n’y eut aucun futur montagnard d’envergure ni dans la Société des Amis des Noirs, ni dans le Cercle Social. À bien y chercher, des esprits chagrins trouveraient aujourd’hui dans l’œuvre déjà ancienne de Marcel Dorigny quelques facilités téléologiques, endossements des discours politiques ou jugements de valeur : sous sa plume, la chute des girondins est « inévitable » parce que le compromis était « impossible » entre leur défense de la propriété et leur programme de démocratie « relative » ; la victoire sur l’ancien régime avait « nécessité » les mesures de l’an II et la politique thermidorienne est appréciée comme la réalisation du programme de la Gironde illustré par le seul Daunou, même s’il est précisé ailleurs que la Gironde n’existe plus après 179341. Si les déterminants socio-économiques sont jugés d’autant plus insuffisants que Gironde et Montagne proviennent des mêmes milieux42, les girondins sont parfois qualifiés – comme ces « culottes dorées » que brocardait Robespierre – de « bourgeois » amalgamés aux « possédants du xixe siècle43 ». Si les usages politiques du passé sont très minutieusement démontés chez les girondins utilisant les massacres de septembre pour attaquer la députation parisienne, ne sont pas montrés les usages symétriques que la Montagne fit de cet événement pour suggérer chez leurs adversaires une hostilité à la Révolution44. Ce n’était pas le sujet et, dans l’importante histoire de la Gironde par Marcel Dorigny, la haute qualité de la démarche scientifique ne souffre jamais de la générosité d’une conviction politique des plus estimables.

Haut de page

Notes

1 Marcel Dorigny, Haïti, première république noire, Paris, Société Française d'Histoire d'Outre-Mer, 2003.

2 Marcel Dorigny, Grégoire et la cause des Noirs (1789-1831). Combats et projets, Paris, SFHOM, 2000.

3 Marcel Dorigny, Léger-Félicité Sonthonax. La première abolition de l'esclavage. La Révolution Française et la Révolution de Saint-Domingue, Paris, SFHOM, 2005.

4 Marcel Dorigny, Guillaume Thomas Raynal. Les colonies, l'esclavage et la Révolution française, Paris, SFOM, 2015.

5 Marcel Dorigny et Bernard Gainot, L’Atlas des esclavages, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Autrement, 2013.

6 Marcel Dorigny et Bernard Gainot, La société des amis des Noirs (1788-1799). Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage), Paris, Unesco, 1998.

7 https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/document_numerique/projets/SAN

8 Marcel Dorigny et Marie-Jeanne Rossignol (dir.), La France et les Amériques au temps de Jefferson et de Miranda, Paris, Société des études robespierristes, 2001.

9 Collectif, Esclavage, colonisation, libérations nationales, Paris, L’Harmattan, 1989.

10 Collectif, Les abolitions de l’esclavage, de L.F. Sonthonax à V. Schoelcher, 1793-1794-1848, Paris, Presses universitaires de Vincennes/UNESCO, 1995.

11 Yves Bénot, Marcel Dorigny (dir.), Le rétablissement de l'esclavage dans les colonies françaises, 1802. Ruptures et continuités de la politique coloniale française (1800-1830). Aux origines d'Haïti, Paris, Maisonneuve & Larose, 2003.

12 Clément Thibaud, Claire Bourhis-Mariotti, Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Marie-Jeanne Rossignol (dir.), Couleurs, esclavage et libérations coloniales. Réorientation des Empires, nouvelles colonisations (Europe, Amériques, Afrique, 1804-1860), Paris, Les Perséides, 2013.

13 Collectif, Esclavage, résistances et abolitions, Paris, CTHS, 1999.

14 Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution Française, Paris, PUF, 1989.

15 Marcel Dorigny, Les abolitions de l’esclavage, Paris, PUF, collection « Que sais-je ? », 2018.

16 Marcel Dorigny, L’esclavage : illustrations et caricatures (1750-1870), La Crèche, La Geste, 2021.

17 Marcel Dorigny, « Le Cercle Social : égalitarisme et libéralisme aux débuts de la Révolution, ou l’impossible compromis », actes du colloque « La Révolution Française : voie ou modèle spécifique ? », Les Cahiers de l’IRM, 1987, p.  p. 171.

18 Karl Marx, La Sainte Famille, Frankfurt, 1845.

19 Albert Soboul (dir.), Girondins et Montagnards : Actes du colloque, Sorbonne, 14 décembre 1975, Paris, SER, 1980.

20 William D. Edmonds, « ‘Federalism’ and Urban Revolt in France in 1793 », Journal of Modern History, n°55, 1983-1, p. 22-53

21 Michael J. Sydenham, The Girondins, London, Athlone Press, 1961.

22 Albert Soboul (dir.), Girondins et Montagnards…, op. cit.

23 Marcel Dorigny, Les Girondins et le libéralisme…, op. cit., vol. 3, « Conclusions », p. 4.

24 Archives parlementaires, tomes LII à LXVI.

25 Marcel Dorigny, Les Girondins et le libéralisme…op. cit, vol. 3, « Conclusions », p. 9.

26 Marcel Dorigny, « Le Cercle Social, : égalitarisme et libéralisme… », Les Cahiers de l’IRM, op. cit.

27 Marcel Dorigny, « Les Girondins avant le “fédéralisme”. Paris, chef-lieu de la Révolution », dans Michel Vovelle (dir.), Paris et la Révolution, Presses de la Sorbonne, 1990, p. 285-286.

28 Marcel Dorigny, « Les Girondins : essai de définition d’une pratique politique », Cahiers d’Histoire, I.R.M., 1982, p. 109-126, p. 115.

29 Marcel Dorigny, « Les idées économiques des Girondins », dans Albert Soboul (dir.), Girondins et Montagnards..., op. cit., p. 92, 93 et 102.

30 Marcel Dorigny, « Le cheminement de l’idée républicaine, 1789-1792 », Aux origines de la République, 1789-1792. Journaux, livres, brochures, pamphlets, 6 vol., Paris, EDHIS, 1992.

31 Marcel Dorigny, « Un milieu républicain : le groupe Brissot-Robert-Roland », dans Roger Bourderon (dir.), Saint-Denis ou le jugement dernier des rois, Paris, PSD, 1993, p. 389-401.

32 Ibid., p. 285.

33 Marcel Dorigny, « Pouvoir central et pouvoirs locaux dans les projets constitutionnels girondins de 1793, dans Bernard Cousin (dir.), Les fédéralismes. Réalités et représentations, 1789-1874, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 1995, p. 63-64.

34 Marcel Dorigny, « Condorcet, libéral et girondin », dans Pierre Crépel et Christian Gilain (dir.), Condorcet mathématicien, économiste, philosophe, homme politique, Paris, Minerve, 1989, p. 334-335.

35 Ibid.

36 Marcel Dorigny : « Les Girondins : essai de définition... », Cahiers d’Histoire, op. cit., p. 109.

37 Marcel Dorigny, « Le Cercle social : libéralisme et égalitarisme », Les Cahiers de l’IRM, op. cit., p. 171.

38 Marcel Dorigny, « La presse girondine et les mouvements populaire : nécessité et limites d’une alliance », dans Jean Nicolas (dir.), Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Maloine, 1985, p. 519.

39 Marcel Dorigny, « La sentinelle de J.B. Louvet, un organe officieux du ministère girondin en 1792 », dans Pierre Retat (dir.), La Révolution du Journal, 1788-1794, Paris, CNRS, 1989, p. 267.

40 Marcel Dorigny, Aux origines de la République, op. cit.

41 Marcel Dorigny, « Les Girondins : essai de définition », Cahiers d’Histoire, op. cit., p. 124.

42 Ibid.

43 Marcel Dorigny, « La presse girondine… », Mouvements populaires et conscience sociale, op. cit.

44 Marcel Dorigny, « Violence et Révolution : les Girondins et les massacres de septembre », dans Albert Soboul (dir.). Girondins et Montagnards…, op. cit., p. 103-120.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne de Mathan, « Marcel Dorigny : une histoire de liberté »La Révolution française [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lrf/6983 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lrf.6983

Haut de page

Auteur

Anne de Mathan

Université de Caen-Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search