Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Hommages à Marcel DorignyMarcel Dorigny et l’histoire de l...

Hommages à Marcel Dorigny

Marcel Dorigny et l’histoire de l’esclavage dans les manuels scolaires

Anna Maria Rao

Texte intégral

  • 1 Tra insegnamento e ricerca. La storia della rivoluzione francese / Entre enseignement et recherche. (...)

1En 2003, les 2-4 octobre, j’organisai à Naples un colloque international sur « la Révolution française dans les manuels scolaires », dont malheureusement – faute d’argent et de collaborateurs – les Actes ne parurent que douze ans après1, mais cependant à temps pour que j’en apporte une copie et le lien pour télécharger la version numérique à Jinan (Chine), pour le XXIIe Congrès du Comité international des sciences historiques (23-29 août 2015). À l’occasion de celui-ci, comme prévu par ses statuts, devait se réunir la Commission internationale d’histoire de la Révolution française, dont j’avais été présidente de 2000 à 2005. Le Colloque de Naples de 2003 fut aussi l’occasion de tenir, le 3 octobre, une réunion de cette Commission Internationale, pendant laquelle on discuta entre autres de l’ouverture d’un site web et de l’organisation des journées d’études du XXe Congrès des Sciences historiques prévu à Sydney pour les 3-9 juillet 2005. Marcel Dorigny y était.

2Le Colloque de Naples posait aux participants deux questions précises : Quels étaient les rapports entre enseignement et recherche ? Dans quelle mesure et suivant quels décalages temporels les acquisitions nouvelles des études sur la Révolution française étaient reçues par les manuels scolaires dans les différents pays européens et extra-européens ? Des contributions furent apportées concernant la France, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, l’Angleterre, la Russie, la Tunisie, les États-Unis, la Chine, le Japon. La communication de Marcel Dorigny porta sur : « La question coloniale de la Révolution à l’Empire : les étranges “oublis” historiographiques. Des “classiques” aux manuels scolaires. »

  • 2 Je me réfère en particulier à Marcel Dorigny, « Du projet girondin de février 1793 au texte constit (...)

3Je le connaissais personnellement depuis longtemps, je l’avais rencontré à la fin des années soixante-dix aux séminaires du samedi d’Albert Soboul. Je connaissais ses premiers travaux sur les girondins, dans lesquels il invitait à ne pas trop exagérer les divergences entre leurs projets constitutionnels et les projets montagnards, tout en soulignant la rupture éclatante entre eux en ce qui concernait le droit-devoir d’insurrection. Il montrait, en particulier, que les deux textes n’étaient pas différents au sujet des colonies2.

  • 3 Patrick Garcia, Le bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration, (...)

4Comme le dirait plus tard Patrick Garcia dans son bilan du bicentenaire de la Révolution, ses études avaient contribué à « la remise en cause des catégories les mieux assises » : « les critères de l’opposition montagnards/girondins sortent ébranlés des débats du Bicentenaire. On insiste désormais, grâce aux travaux de Françoise Brunel pour les premiers et de Marcel Dorigny pour les seconds, sur la diversité de ces courants qu’on ne saurait plus réduire à une opposition nette entre dirigistes et libéraux… De ce point de vue, le Bicentenaire se présente bien comme un moment de relecture des catégories héritées3. »

5De l’histoire des girondins à l’histoire des colonies le pas était court. Quand j’invitai Marcel au colloque de Naples, il y avait déjà quelques décennies que nous nous croisions tout le temps, à l’occasion de séminaires, de colloques, de congrès sur la révolution, avant et après le foisonnement du Bicentenaire. C’est lui qui avait sollicité ma candidature au conseil d’administration de la Société des études robespierristes, dont je fus vice-présidente de 1999 à 2004, à l’époque où il en était le secrétaire général.

6Nos engagements aussi se croisaient tout le temps : il fut directeur de la revue Dix-Huitième siècle (2005-2014), alors que j’étais la présidente de la Société italienne d’études sur le xviiie siècle (2003-2008). Voici ce qu’il m’écrivait le 16 février 2003 : « Félicitations pour ton élection à la présidence de la Société italienne d’étude du 18e siècle ; nous allons pouvoir collaborer, puisque je vais prendre la direction de la revue Dix-huitième siècle... c’est un gros travail, mais je crois que c’est passionnant, je suis déjà rédacteur en chef, c’est donc une étape nouvelle mais pas vraiment un monde nouveau. »

  • 4 Droit des gens & relations entre les peuples dans l’espace méditerranéen autour de la Révolution fr (...)

7Hélas, surchargé – comme il nous arrive trop souvent – de tâches scientifiques et d’organisation, il n’arriva jamais à me donner le texte de sa communication de 2003 pour la publication dans les Actes. Encore le 11 février 2005 il m’écrivait : « Pour l’article sur les manuels je fais le plus vite possible, tu peux compter sur moi ». Et le 21 mars 2005, m’annonçant les résultats de l’Assemblée général de la SER, qui s’était réunie le 19 février pour le renouvellement de la moitié des membres du conseil d’administration : « Je pense à ton texte, je vais le finir dès que possible, mais comme tu sais c’est parfois compliqué. » À son tour, il lui fallut presque trois ans de sollicitations pour obtenir le texte de ma communication au colloque de Tunis des 6 et 7 mars 2002, qu’il avait organisé avec Rachida Tlili Sellaouti, sur les « Droits des gens et relations entre les peuples dans l’espace méditerranéen », où j’eus l’occasion de présenter le résultat des recherches que je menais depuis longtemps sur les projets méditerranéens du patriote italien Matteo Galdi4.

8Marcel me considérait comme « une part de “l’héritage Soboul” », comme il m’écrivit le 19 mai 2004, après une de ces « retrouvailles » organisées chez eux – avec Marie-Odile – et qui se passaient souvent quand j’étais à Paris. Il pensait déjà aux initiatives pour célébrer les cent ans de la SER : « La SER aura bientôt cent ans et il va falloir préparer cet anniversaire. »

9Au début de juillet 2008 nous nous retrouvâmes à Dresde pour le deuxième Congrès d’histoire globale et transnationale (3-5 juillet) organisé par Matthias Middel, où Marcel présenta une communication sur « Révolution française et Révolutions des colonies : Continuités et ruptures à travers l’Atlantique, des États généraux au Consulat. Esquisse d’un bilan des recherches depuis le bicentenaire de 1789 ». Nous en profitâmes pour une petite visite à Pillnitz, en nous attendant à y trouver qui sait quelles traces de la Grande Histoire. Mais voici ce que Marcel m’écrivait le 21 juillet 2008, en m’invitant aller les voir à Autun : « Chère Anna Maria, j’espère que tu es bien rentrée chez toi après cette croisière sur l’Elbe et la visite rapide de Pillnitz, sans y voir la trace de la fameuse déclaration qui mit le feu à l’Europe pour un quart de siècle... » Malheureusement je ne pus pas aller à Autun, mais quelques années plus tard, à la fin d’octobre 2016, nous nous rencontrâmes de nouveau à Naples où il vint visiter la ville avec Marie-Odile et leur petit-fils.

10Dans son intervention au colloque de 2003, Marcel avait rappelé que le débat sur les manuels scolaires, de temps en temps relancé par les interventions ou les tentatives d’intervention dans leur rédaction de la part d’organismes gouvernementaux, était particulièrement animé à propos de la colonisation et de l’esclavage, qui restait un des aspects les plus brûlants. Presque « oubliée » par les « classiques » du xixe siècle, sauf Jaurès, l’histoire de l’esclavage aux Antilles et le passé colonial africain a été l’objet d’investissements politiques majeurs depuis les années 2000. Certes, les recherches se multipliaient, mais leur prise en compte par les manuels et les ouvrages restait largement insuffisante.

  • 5 Vittorio Criscuolo, Storia moderna, Milano, Pearson, 219, p. 417-418 et 530.
  • 6 Marco Bresciani, Pasquale Palmieri, Marco Rovinello, Francesco Violante, Dal 1715 al 1900, volume 2 (...)

11En Italie, on retrouve enfin dans un manuel scolaire récent un paragraphe sur la traite des noirs : il est présent à l’intérieur d’un chapitre sur le « développement du commerce mondial et la révolution industrielle », donc comme un aspect de l’économie du xviiie siècle ; puis, très brièvement, à propos de l’abolition de l’esclavage décrétée par la Convention le 4 février 1794 sous les pressions de la révolte à Saint Domingue et de l’action de Toussaint-Louverture5. Dans un autre manuel récent, c’est dans le chapitre dédié à la révolution américaine et à la naissance des États-Unis que l’on retrouve une page sur l’esclavage et sur la traite, mais pas un mot sur l’abolition de l’esclavage pendant la Révolution française6.

12Ce n’est guère, mais c’est déjà quelque chose. Et si les manuels scolaires – même en Italie – commencent à faire place à ces sujets, on le doit aussi aux recherches et à l’action de Marcel Dorigny.

Haut de page

Notes

1 Tra insegnamento e ricerca. La storia della rivoluzione francese / Entre enseignement et recherche. L’histoire de la Révolution française, Anna Maria Rao (dir.), Napoli, ClioPress, 2015, 444 p. Ce livre est en libre accès sur https://openresearchlibrary.org/viewer/28824e1a-c400-4ba4-a27b-c1b78ceade8f/1

2 Je me réfère en particulier à Marcel Dorigny, « Du projet girondin de février 1793 au texte constitutionnel du 24 juin 1793 », dans L’An I et l’apprentissage de la démocratie, sous la direction de Roger Bourderon, actes du colloque organisé à Saint-Ouen du 21 au 24 juin 1993 par le Comité Idéaux de 89 en 93 (Conseil général de la Seine-Saint-Denis) et la ville de Saint-Ouen, sous la direction scientifique de l’Institut d’histoire de la Révolution française (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), et avec la participation du Centre de recherches historiques comparées sur la transition du monde contemporain (université de Rouen), préface de Robert Clément, président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, Éditions PSD Saint-Denis, Saint-Amand-Montrond, 1995, p. 107-118.

3 Patrick Garcia, Le bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration, Préface de Michel Vovelle, Paris, CNRS, 2000, p. 120-121.

4 Droit des gens & relations entre les peuples dans l’espace méditerranéen autour de la Révolution française, université de Tunis-La Manouba, Société des études robespierristes, Commission internationale d’histoire de la Révolution française, Tunis, 6-7 mars 2002, sous la direction de Marcel Dorigny et Rachida Tlili Sellaouti, Paris, Société des études robespierristes, 2007.

5 Vittorio Criscuolo, Storia moderna, Milano, Pearson, 219, p. 417-418 et 530.

6 Marco Bresciani, Pasquale Palmieri, Marco Rovinello, Francesco Violante, Dal 1715 al 1900, volume 2 du manuel Storie. Il passato nel presente, sous la direction d’Andrea Graziosi, Treccani scuola, Giunti, Firenze, 2019, p. 128.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Maria Rao, « Marcel Dorigny et l’histoire de l’esclavage dans les manuels scolaires »La Révolution française [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lrf/6999 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lrf.6999

Haut de page

Auteur

Anna Maria Rao

Università degli studi di Napoli Federico II

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search