Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Hommages à Marcel DorignyMarcel Dorigny (1948-2021) : L’am...

Hommages à Marcel Dorigny

Marcel Dorigny (1948-2021) : L’ami des gens de toutes les couleurs

Jeremy D. Popkin

Texte intégral

1Résumer les contributions de Marcel Dorigny aux études portant sur l’histoire des Lumières, les combats contre le racisme et l’esclavage à l’époque révolutionnaire et la culture contemporaine aux Caraïbes n’est pas une chose facile. Celui que j’ai eu la chance de compter comme un ami pendant un quart de siècle ne nous a pas laissé une grande somme de ses recherches dans aucun de ces domaines. Il a préféré le rôle d’inspirateur et d’organisateur, rassemblant dans d’innombrables colloques et publications collectives des collègues venus d’horizons divers afin de lancer des débats qui ont fourni de perspectives nouvelles sur des sujets souvent négligés jusqu’alors.

  • 1 Marcel Dorigny, dir., Les Abolitions de l’Esclavage de L. F. Sonthonax à Victor Schoelcher. 1793, 1 (...)

2Étudiant d’Albert Soboul, Dorigny est sorti du cadre franco-français de l’historiographie classique de la Révolution française en suivant les pas de son grand ami Yves Bénot, militant anticolonial dont le livre La Révolution française et la fin des colonies, paru en 1988, a marqué un tournant dans l’étude de l’histoire de l’esclavage en France. J’ai dû rencontre pour la première fois l’œuvre de Dorigny avec la publication des Abolitions de l’esclavage, livre qui a fait date dans ce domaine. Comme tant d’initiatives de Dorigny, cette collection rassemble des contributions de chercheurs français, haitïens et anglophones pour ouvrir ce que lui-même définissait comme « une célébration nécessaire » d’un événement souvent passé sous silence dans les histoires de la Révolution : la première abolition de l’esclavage, le 16 pluviôse an II1.

  • 2 Marcel Dorigny et Bernard Gainot, dirs., La Société des Amis des Noirs, 1788-1799. Contribution à l (...)

3Même s’il parlait d’une « célébration nécessaire » de cette initiative historique, Dorigny ne voulait pas passer sous silence les hésitations et les confusions des révolutionnaires face à l’esclavage. Avec son ami Bernard Gainot, il a édité le registre des séances de la Société des Amis des Noirs, document jusqu’alors inconnu, donnant aux chercheurs la possibilité de comprendre à la fois l’importance et les limites de l’œuvre de ce groupe. Contrairement à la légende, il a montré que l’abbé Grégoire ne fut pas un anti-esclavagiste de la première heure : « l’ami des hommes de tous les couleurs » ne devient membre de la Société des Amis des Noirs qu’à la fin de l’année 1789 et il fut parmi les architectes de la « nouvelle colonisation » prônée par la Société des Amis des Noirs et des Colonies de l’époque directoriale. Suite à une enquête minutieuse et convaincante, Dorigny a expliqué pourquoi le grand discours contre la traite promis par Mirabeau au début de 1790 ne fut jamais prononcé2.

  • 3 Marcel Dorigny, dir., Léger-Félicité Sonthonax. La première abolition de l’esclavage. La Révolution (...)

4 Avec Yves Bénot et d’autres collaborateurs, Dorigny a mis en relief l’importance de Léger-Félicité Sonthonax, auteur du premier décret d’abolition à Saint-Domingue en 1793, mais aussi la nature du conflit de celui-ci avec Toussaint Louverture, conflit qui a affaibli les forces anti-esclavagistes face au régime de Bonaparte. Dorigny fut très fier de son rôle dans l’organisation du grand colloque de 2002 sur le rétablissement de l’esclavage par celui-ci. Ceux d’entre nous qui ont assisté à la séance d’ouverture de ce colloque, tenu dans le grand salon de l’Hôtel de Ville de Paris, n’oublieront jamais l’impact de cette reconnaissance officielle d’une violation flagrante des droits de l’homme passée presque sous silence depuis deux siècles. Les actes de ce colloque, dirigé encore une fois par Bénot et Dorigny, constituent une contribution essentielle à l’histoire. Sa contribution à la prestigieuse collection Que Sais-Je ?, Les Abolitions de l’esclavage (1793-1888), en 2018, a consacré sa position comme le meilleur spécialiste français de cette question3.

  • 4 Marcel Dorigny, Révoltes et revolutions en Europe et aux Amériques, 1773-1802, Paris, Belin, 2004 ; (...)

5 En parallèle de ses contributions aux recherches historiques, Dorigny fut très fier de ses contributions à la pédagogie. En plus de l’enseignement qu’il a donné comme maître de conférences à l’université de Paris VIII Saint-Denis pendant plusieurs années, il a publié plusieurs ouvrages à l’intention des étudiants. Le manuel sur Révoltes et révolutions en Europe et aux Amériques, 1773-1802, qu’il a écrit pour les candidats au CAPES en 2004, introduisait une promotion de jeunes enseignants aux perspectives de « l’Atlantic history », alors peu connue en France. L’Atlas des esclavages qu’il a rédigé avec Bernard Gainot montrait sa compréhension de l’utilité des images, des cartes, et des graphiques dans la transmission des connaissances historiques. Traduit en italien et en portugais, cet ouvrage, qui a connu quatre éditions françaises, n’est malheureusement toujours pas disponible en anglais4. En plus de ses publications, il prenait souvent la parole durant manifestations publiques dédiées à la mémoire de l’esclavage, comme celles tenues à l’occasion des Journées nationales des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition qui ont lieu le 10 mai de chaque année en France.

6Marcel Dorigny ne voulait pas se limiter seulement aux recherches sur ce « passé difficile » de l’époque révolutionnaire. Il se passionnait aussi pour la culture actuelle des îles Caraïbes francophones, où il se rendait souvent. Il connaissait les artistes, les auteurs, les cinéastes d’Haïti, de la Martinique et de la Guadeloupe. Les magnifiques livres Arts et Lettres contre l’Esclavage (2018) et L’Esclavage : illustrations et caricatures, 1750-1870 (2021) témoignent de sa compréhension de l’importance des documents visuels pour la diffusion de l’histoire et pour la création d’une mémoire vivante du passé dans le présent.

7Homme d’initiatives collectives, Marcel Dorigny savait l’importance des organisations, que ce fut la Société des études robespierristes, la Société des Études du Dix-Huitième Siècle, ou l’Association pour l’étude de la colonisation et de l’esclavage. Dans le cadre de cette dernière, il accueillait non seulement les chercheurs universitaires venus de tous horizons, mais aussi des gens qui, par intérêt pour le sujet, avaient contribué de façon significative aux connaissances historiques. Il avait sa propre opinion, souvent critique, sur tous les débats ouverts pendant ces rencontres, mais il fut toujours prêt à écouter les vues des autres. Il avait une connaissance encyclopédique des ouvrages sur ces questions et pouvait exprimer son admiration pour les contributions faites par des gens dont il ne partageait nullement les orientations politiques, comme Blanche Maurel et Gabriel Debien, nostalgiques de l’ancien empire colonial qui ont néanmoins fait des recherches sérieuses et découvert des sources archivales importantes.

8Quand je pense à ce que nous avons perdu avec la disparition prématurée de Marcel Dorigny, je me souviens surtout des soirées si chaleureuses passées chez lui. Avec sa femme Marie-Odile, il avait l’art de recréer l’atmosphère des salons de l’époque des Lumières dans son appartement du xviiie arrondissement. Ceux d’entre nous qui avaient la chance d’y être invités savaient d’avance que nous allions nous retrouver à table avec une compagnie qui mélangeait les arts et la science historique. La conversation allait porter sur tous les aspects de la culture et de l’histoire de la France et des Antilles. Nous allions jouir non seulement des saillies pleines d’esprit de notre hôte, mais de ses talents de cuisinier, avec la perspective d’un verre d’un excellent rhum tiré de l’excellente cave de la maison. Marcel Dorigny a pu parfois être critique à l’égard des défaillances des philosophes du dix-huitième siècle sur les question de l’esclavage, mais ces soirées ont fait revivre ce qu’il y avait de meilleur dans l’esprit de Voltaire, de Diderot et de leurs contemporains.

9La pandémie de COVID m’ayant empêché de venir en France pendant les derniers années de la vie de Marcel Dorigny, je n’avais pas pu le féliciter pour sa nomination comme chevalier de la Légion d’honneur en 2020, ni lui demander comment il avait reconcilié l’acceptation de cet honneur avec sa vision assez critique du fondateur de cette institution. S’il y a des réunions de la Légion au ciel, j’imagine que Dorigny ne va pas hésiter à s’exprimer à l’égard de la politique de Napoléon aux colonies. Mais j’aime à penser qu’il a accueilli cet honneur bien mérité comme un signe que les efforts qu’il a faits, ensemble avec tant de collègues dans les domaines divers de son activité, pour répandre une meilleure connaissance de ce chapitre sombre de l’histoire française avaient porté leurs fruits.

Haut de page

Notes

1 Marcel Dorigny, dir., Les Abolitions de l’Esclavage de L. F. Sonthonax à Victor Schoelcher. 1793, 1794, 1848, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 1995 ; traduction anglaise : The Abolitions of Slavery from Léger-Félicité Sonthonax to Victory Schoelcher, 1793, 1794, 1848, New York, Berghahn Books, 2003.

2 Marcel Dorigny et Bernard Gainot, dirs., La Société des Amis des Noirs, 1788-1799. Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage (Paris : Editions UNESCO, 1998) ; Marcel Dorigny, “The Abbé Grégoire and the Société des Amis des Noirs,” in Jeremy D. Popkin and Richard H. Popkin, eds., The Abbé Grégoire and His World (Dordrecht : Kluwer, 2000), 27-39 ; Marcel Dorigny, ed., Les ‘Bières flottantes des nègriers’ : Un discours non prononcé sur l’abolition de la traite des Noirs (novembre 1789-mars 1790) (Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1999) ; Yves Bénot et Marcel Dorigny, dirs.., Grégoire et la cause des Noirs (1789-1831). Combats et projets (Paris : Société française d’histoire d’outre-mer, 2000).

3 Marcel Dorigny, dir., Léger-Félicité Sonthonax. La première abolition de l’esclavage. La Révolution française et la Révolution de Saint-Domingue (Paris : Société française d’histoire d’outre-mer, 1997 ; 2e edition 2005) ; Yves Bénot et Marcel Dorigny, dirs.., Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises. Aux origines de Haïti (Paris : Maisonneuve et Larose, 2004).

4 Marcel Dorigny, Révoltes et revolutions en Europe et aux Amériques, 1773-1802, Paris, Belin, 2004 ; Marcel Dorigny et Bernard Gainot, Atlas des Esclavages, Paris, Autrement, 2006 (4e édition, 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeremy D. Popkin, « Marcel Dorigny (1948-2021) : L’ami des gens de toutes les couleurs »La Révolution française [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lrf/7004 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lrf.7004

Haut de page

Auteur

Jeremy D. Popkin

University of Kentucky

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search