Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Dossier d'articlesLa Révolution française dans l’hi...

Dossier d'articles

La Révolution française dans l’historiographie anglaise

Alan Forrest et Pierre Serna

Résumés

Dès le mois de juillet 1789, la Révolution française fut un sujet de réflexion , de discussion et de polémique intense dans les Îles britanniques. La France allait-elle revivre « une glorieuse révolution » comme celle de 1688, ou bien allait-elle affronter l’adversité de la République née en 1649 après l’exécution du roi Charles Ier ? Depuis plus de deux cent trente ans, une somme d’interprétations a été produite de l’autre côté de la Manche pour comprendre cet événement monstre dont les Britanniques voulurent se protéger, tout en ne cessant de le commenter. Ce numéro de LRF propose des contributions d’historiennes et d’historiens qui tracent le cadre historiographique et dressent le bilan des études ainsi que des nouveaux champs de recherches. Les articles rendent compte de cette « étrange étrangeté » que fut la Révolution française pour les habitants du Royaume-Uni, et de la vitalité des recherches encore aujourd’hui menées pour comprendre ce duel interminable entre les deux meilleurs ennemis de l’époque moderne, et ce jusqu’à Waterloo…

Haut de page

Texte intégral

George Cruikshank, A Radical reformer, - (ie) a neck or nothing man! Dedicated to the heads of the nation. [Un réformateur radical, ou un homme de cou ou rien. Dédié aux têtes de la Nation.], eau-forte colorée à la main, publiée par Thomas Tegg, 1819 (©The Trustees of the British Museum)

  • 1 Ce numéro est issu d’un colloque qui s’est tenu à Vizille au musée de la Révolution française en se (...)

1Dès ses origines, la Révolution française n’a cessé de fasciner les Anglais, de les enthousiasmer à certains moments – comme lors de l’abolition de la féodalité ou la promulgation d’une nouvelle constitution monarchique –, et de les horrifier à d’autres – comme lorsque la monarchie constitutionnelle cède la place à la république, ou l’état de droit au régicide, ou la paix sociale à la turbulence et la guerre –, du moins pour une majorité de sa population1. L’évidence de cet intérêt exceptionnel s’impose au travers du grand nombre d’ouvrages et de brochures, sans même évoquer l’énorme production d’estampes et de caricatures, émanant de Londres et des villes anglaises de province au cours de la décennie révolutionnaire. Les îles britanniques ont les yeux et les oreilles braqués vers leur voisin devenu incontrôlable. 1688 semble se reproduire, avec un siècle de retard tout de même, de l’autre côté du Channel(« britannicité oblige »), lorsque la Révolution des Français prend un tour tout à fait nouveau, non sans rappeler le moment tabou de l’histoire d’Angleterre : le cauchemar de 1649 et le cou coupé du roi après son procès. Au fil du temps, et à mesure que la Révolution se radicalise, l’accueil heureux d’une révolution mettant un point final à une monarchie absolue transforme la célébration de l’entrée dans un régime parlementaire avec un contrôle du pouvoir royal au rejet catégorique d’une république mettant en danger le fondement même de la monarchie impériale, aristocratique et libérale anglaise. L’espoir initial qui a accueilli la Révolution en 1789 fait place à la peur que le désordre et la violence, associés à la France révolutionnaire au moyen d’une propagande inlassable, se propagent en Angleterre.

2Toute la population des îles britanniques n’a pas réagi de façon unanime aux nouvelles qui parvenaient de France. La peur n’était pas universellement partagée, loin de là. Il n’y avait pas de consensus dans l’opinion publique et, si une majorité observait, après 1792, les soubresauts de la politique française avec une suspicion sans doute fondée, une minorité radicale cherchant à imiter les Français et rêvant d’organiser sa propre révolution chez elle a toujours plus ou moins existé, sans pouvoir se développer une fois la guerre déclarée entre les deux pays en février 1793. Pour Charles James Fox et l’opposition parlementaire, comme pour les radicaux de la London Corresponding Society, les nouvelles de Paris portent un réel espoir et l’idée même de révolution devient synonyme de régénération d’une monarchie largement corrompue et affaiblie depuis l’indépendance de ses colonies d’Amérique, portant le flambeau de la liberté contre la métropole devenue indigne de ses idéaux. La prudence est de mise cependant. Il ne s’agit pas d’identifier les whigs radicaux avec les clubistes jacobins. Ils ne pouvaient plaquer l’une sur l’autre deux réalités si différentes et allaient être considérés de part et d’autre de la Manche tels des outsiders qui voyaient les événements parisiens de l’extérieur, conscients qu’ils ne pouvaient se détacher du contexte politique du royaume britannique. La Révolution française ne sera jamais la leur : ils en seront toujours séparés, plus que par la Manche, par une représentation du monde différente et par un contexte que le cadre social français, hérité de l’Ancien Régime et son bouleversement, et la guerre à outrance entre les deux ennemis séculaires rendaient impossible à imiter.

3Pourtant, cette observation, littéralement par le haut de la France, par le Nord, constitue une position privilégiée et elle est partagée par les écrivains et les historiens anglais qui mettent leur plume au service de la Révolution française au cours des deux siècles à venir. En outsiders, ils jouissent d’une plus grande indépendance que ces historiens en France pour qui toute remise en cause de la Révolution ou toute défense de 1794 pose un défi à la question du régime et donc aux origines républicaines, demeurant un idéal à atteindre et jamais totalement consolidé, comme le présent le prouve, contrairement à la stabilité du modèle anglais finalement inamovible depuis 1688, et encore renforcé par le jubilé récent de la reine, couronnée depuis soixante-dix ans. Cette posture quelque peu surplombante des historiens anglais n’implique pas nécessairement une plus grande objectivité, bien entendu, car ils avaient eux aussi leurs présomptions, préjugés, traditions culturelles et idéologies politiques, dont la principale est la croyance répandue selon laquelle l’équilibre idéal du pouvoir et de l’autorité a été atteint au xviie siècle avec la Glorieuse Révolution de 1688. Pour eux, comme pour une grande proportion de la population, l’Angleterre a été dotée du don de la modération, ayant trouvé le juste milieu entre les branches exécutive, législative et judiciaire du gouvernement, là où les concepts mal entendu de liberté, encore plus mal compris d’égalité, et totalement abstrait de fraternité font courir le risque permanent d’une contestation légitime opposée à un ordre légal. 1789, contrairement à 1688, ne porte pas sa fin en soi. Au contraire, la Révolution française a créé elle-même une sorte de déséquilibre la rendant infinie et, par là-même, dangereuse pour le pays. Il en a résulté des cycles de violences menant la foule, le petit peuple, dans la politique, l’image même du non-sens pour les flegmatiques britanniques, confirmés dans leur analyse par le chaotique xixe siècle politique français et la non moins turbulente vie civique française, avec ses désordres, ses failles ou ses moments de gloire sans suite qui ont jalonné le xxe siècle.

4Les philosophes et les politologues, tels que Edmund Burke et Thomas Paine, Mary Wollstonecraft et William Godwin, sont parmi les premiers à réagir à la Révolution française. Ils ont interprété la révolution conformément à leurs principes, respectivement conservateurs ou radicaux. L’évocation de ces seuls noms suffit à dire la puissance de réflexion en jeu en Angleterre et la fonction matricielle de ces pensées pour toute l’histoire des interprétations de la Révolution. Il n’est pas exagéré de soutenir que Burke a pensé les fondements même de l’anti-révolution et que, de ce point de vue, sa pensée s’impose encore aujourd’hui avec une acuité jamais surpassée. De même, Paine, dans la réponse qu’il a formulée, a posé les bases d’une pensée progressiste et d’un universalisme encore aujourd’hui à l’ordre du jour pour les femmes et les hommes qui croient au progrès démocratique et à sa dimension de partage social comme moteurs des sociétés à venir. Quant à Mary Wollstonecraft, elle fut une des premières historiennes de la Révolution française, toute en nuances, saisissant bien les avancées du mouvement français tout en pointant ses limites dans les violences civiles qu’elle condamna avec courage, non sans insister sur la condition des femmes en révolution. Burke a exercé une influence particulière sur les premiers historiens de la Révolution en Grande-Bretagne, surtout après les massacres de septembre et le déclenchement de la politique dite de « Terreur », les orientant vers un constitutionnalisme profondément conservateur. Pendant les premières phases de la Révolution, en revanche, l’opinion a été beaucoup plus divisée et, dans les colonnes des périodiques de l’époque, comme la Monthly Review ou l’Edinburgh Review, on peut lire des débats vigoureux contenant des jugements très variés sur les mérites de la Révolution et sur le bien et le mal qu’elle pourrait causer. Plus tard, les enjeux du pour ou contre s’effacent devant l’impératif de la guerre et de la mobilisation des esprits. Il ne s’agit plus, à partir de 1793, de discuter le pour ou le contre des événements politiques secouant le pays voisin, mais de faire preuve d’un patriotisme de guerre contre un pays belligérant et qui ne va cesser d’inquiéter, voire d’angoisser les dirigeants et la population anglaise, et ce jusqu’à la bataille de Waterloo en juin 1815, qui conclue définitivement le conflit entre les deux pays par la victoire d’Albion. Victoire initiant un siècle de domination mondiale d’un côté, traumatisme débutant la pagaille politique séculaire de l’autre… Une des plus belles places de Londres ou une morne plaine pluvieuse de Belgique…

  • 2 Pascal Dupuy, Face à la Révolution et l’Empire. Caricatures anglaises (1789-1815), Paris, Musée Car (...)
  • 3 Colin Jones, The Fall of Robespierre, 24 hours in Revolutionary Paris, Oxford, Oxford University Pr (...)

5La Terreur et la guillotine occupent une place essentielle dans les représentations de la Révolution française au xixe siècle outre-manche. Une génération de jeunes poètes –Wordsworth, Coleridge et Southey en tête – passe de l’exubérance à la désillusion, leur joie lors du soulèvement des masses et l’assaut sur la Bastille conclue par le désespoir avec les politiques de la Terreur et son cortège d’exécutions en série, rendues incompréhensibles par leur sévérité et leur nombre. Cette image tachée de sang, avec l’ensemble de l’imaginaire qu’elle traîne de façon complexe – la justice anglaise n’étant pas beaucoup plus tendre avec ses rebelles mais étalant sa violence sur le long terme et sur l’espace mondial de son empire –, domine tout au long du xixe siècle. Il suffit de relire le Paris fictif campé par Charles Dickens dans A Tale of Two Cities, publié en 1859 et qui va bientôt graver à ce point ces scènes dans la conscience populaire de la nation que le roman se substitue au réel historique. Pour le grand public anglais, Robespierre incarne à lui seul la phase radicale de la Révolution et le principal instigateur de l’effusion de sang, qualités qui lui valurent un degré égal de crainte et de mépris. En une confusion savamment orchestrée par les élites anglaises ou les amateurs de sensations fortes et de romans historiques, sang, guillotine, Robespierre, Terreur, et peut être France… viennent à se confondre de façon inquiétante et étrange, en une perception qui transforme le proche voisin en une entité éloignée, étrange, presque bizarre selon les canons esthétiques du xixe siècle et son goût pour le fantastique, le morbide et le scabreux, que l’on préfère projeter sur l’autre plutôt que de s’interroger soi-même sur les originalités anglaises, comme les caricatures qu’un James Gillray dévoilent2. Le récent ouvrage de Colin Jones sur les dernières heures de Maximilien montre que l’intérêt pour le destin atypique du révolutionnaire français intrigue et pousse toujours à de nouvelles enquêtes, dans ce cas fort réussie3.Après l’exécution de l’Incorruptible, le 10 Thermidor, les perceptions anglaises changent à nouveau et, dès la fin des années 1790, on note que c’est le personnage de Napoléon Bonaparte qui intrigue le plus les observateurs et commentateurs outre-manche : parmi ceux qui lui consacrent des biographies figurent deux des plus grands écrivains de leur époque, William Hazlitt et Walter Scott, ce dernier ayant été l’écrivain le plus populaire de langue anglaise pendant de longues périodes du xixe siècle.

6Parmi les premiers historiens de la Révolution en Angleterre, même s’il n’a jamais occupé de poste universitaire, il faut compter John Wilson Croker (1780-1857), homme politique proche de Robert Peel et des Tories, fervent admirateur de Burke et connu pour des opinions archi-conservatrices sur les affaires du moment. En tant qu’historien, en revanche, il fut scrupuleux dans sa méthodologie et la révolution a été pour lui une affaire de recherche historique, de vérification des faits, d’exhumation des sources : son principal héritage est l’éventail étendu des sources qu’il a porté à la connaissance du public britannique et qu’on peut retrouver aujourd’hui dans la collection Croker de la British Library. Comme beaucoup d’autres, son approche était largement positiviste, même si elle restait critique des excès qu’il attribuait à la révolution en France.

7Dans le monde universitaire anglais, encore largement limité à Oxford et à Cambridge jusqu’au milieu du xixe siècle, une interprétation whig s’est vite imposée. Effectivement, c’est sous l’influence d’amis de premier plan que celui qu’on peut regarder comme le premier véritable historien de la Révolution en Angleterre, William Smyth, est nommé en 1807 à la chaire d’histoire moderne à Cambridge, poste qu’il occupe jusqu’à sa retraite quarante ans plus tard. La position universitaire ne garantit alors ni la gloire ni l’influence, dans un domaine, l’histoire, qui n’est pas encore codifié à l’intérieur du monde académique. Alors que l’époque romantique inaugure une nouvelle approche de l’écriture de l’histoire, la contribution de Smyth à l’historiographie de la Révolution se voit limitée par sa désillusion et par une forte tendance à la moralisation. Vers la fin du siècle, on retrouve une approche positiviste que l’on pourrait qualifier de typiquement anglaise dans les cours de Lord Acton à l’université de Cambridge, publiés sous le titre de Lectures on the French Revolution. Acton ne condamne pas les actions des révolutionnaires ; ce n’est pas à son avis le métier de l’historien. Il se borne à rédiger un récit approfondi des événements des années 1790, décrivant en détail la violence et les souffrances qu’ils ont causées, laissant son lecteur juger...

8L’université n’est pas le seul lieu de production de connaissances sur la décennie 1789-1799. L’historien du xixe siècle dont les écrits sur la Révolution ont attiré la plus grande attention critique est sans aucun doute Thomas Carlyle, dont l’ouvrage en trois volumes, La Révolution française, a été publié par la maison d’édition Little & Brown de Boston en 1837. Mais Carlyle ne peut être considéré comme un historien comme les autres. Ne respectant pas les règles de l’historiographie moderne, ses ouvrages ne constituent pas une histoire objective tirée d’une riche base d’archives, ni une vue d’ensemble mesurée du sujet. En revanche, il a produit un récit profondément engagé – on pourrait le qualifier de tory radical – et grandement enrichi par son imagination poétique, un récit qui donne l’impression d’avoir été écrit par un témoin oculaire, rassemblant des épisodes, réels ou imaginaires, pour ajouter de la couleur, du dynamisme et de l’énergie immédiate aux événements décrits. Il s’est largement inspiré des écrits d’autres témoins-historiens, d’articles de journalistes et surtout de mémoires personnels, démontrant sa sympathie pour les dilemmes auxquels sont confrontés les personnages individuels du drame et s’autorisant des envolées littéraires en imaginant les scènes dramatiques et hautement larmoyantes autour de lui. Alfred Cobban le décrivit, assez justement, comme un « peintre de mots » en train d’observer « une société en naufrage ». À cet égard, il a fait un appel direct à l’esprit romantique de l’époque. Son style et le sens qu’il a essayé de créer, en donnant l’impression d’être présent au milieu du drame, ne le protègent pas de la critique, en particulier de la part de ceux qui le voyaient plus comme un romancier ou un essayiste que comme un historien. Pourtant, ces reproches n’enlèvent rien au fait que sa Révolution française a été largement diffusée et que, près de deux siècles après sa publication, elle reste à ce jour disponible en librairie – un succès qu’aucun de ses critiques n’est en mesure de revendiquer. Malgré ses défauts et ses excès stylistiques, Carlyle reste l’un des historiens les plus influents de la Révolution française dans la Grande-Bretagne du xixe siècle. Son succès, plus que sa méthode, interroge l’attente sociale de son public et la construction d’un imaginaire largement partagé sur la France qui a considérablement influencé la perception non seulement de la Révolution de 1789 et de 1792, mais de toute l’histoire de France et de son peuple essentialisée dans le drame de 1793-1794. Les critiques furent sévères, mais la vraie question demeure : Carlyle et sa double dynamique du récit spectaculaire et d’une fine sensibilité attendue par son public britannique ont-t-ils influencé, sans qu’ils le reconnaissent, les historiens dits sérieux parce qu’universitaires ?

9Existe-t-il une « approche britannique » de la Révolution française, une « école britannique » distincte non seulement de « l’école française », mais aussi de celles d’autres pays, y compris, bien sûr, les autres pays anglo-saxons ? En examinant le travail des grands historiens du xxe siècle et, parmi eux, de ceux qui font l’objet des articles qui suivent, il est parfois difficile d’identifier une approche ou une méthodologie commune. Plusieurs d’entre eux ont suivi Alfred Cobban dans son rejet du marxisme français et sa recherche d’une interprétation plus libérale des événements en France. Il peut même sembler y avoir eu une certaine réticence vis-à-vis de l’idéologie – il suffit de penser aux marginaux chers à Richard Cobb pour évoquer l’image d’un individualisme débridé –, mais cela n’a pas empêché George Rudé d’être l’un des historiens les plus éminents de l’école marxiste, évoquant la foule parisienne comme symptôme de la politique de classe. Si les Britanniques ont souvent privilégié l’histoire sociale de la Révolution, cela ne signifie pas pour autant que la politique révolutionnaire a été ignorée. Pour preuve, on n’a qu’à penser à J.M. Thompson ou à Albert Goodwin, Norman Hampson ou William Doyle. Que de nombreux doctorants du monde anglophone soient venus étudier en Angleterre, avec Cobban à Londres ou avec Cobb à Oxford, a inévitablement produit une sorte de creuset intellectuel, rendant la contribution britannique à la discipline moins distincte des autres, en particulier celles des universitaires canadiens, australiens ou même américains. Sans doute, le bicentenaire de 1789 y a contribué aussi, offrant maintes opportunités de débats et d’échanges intellectuels, rapprochant le monde révolutionnaire aux dépens des particularismes nationaux, mais auxquels les historiens britanniques essaient toujours d’apporter une contribution à part.

Fighting for the dunghill or Jack Tar settling citoyen François, James Gillray, H. Humphrey, Estampe, 1798, Musée de la Révolution française. Inv.1999.66 (© Coll. Musée de la Révolution française – Domaine de Vizille)

10Ainsi les articles de ce numéro de LRF rendent-ils compte en partie de cette richesse et diversité d’une production historiographique encore vive, désormais partagée puisque les historiens français comme leurs collègues britanniques s’intéressent aussi à l’historiographie d’outre-Manche pour saisir sa particularité et sa forte influence sur les études révolutionnaires et sur la construction de la représentation du monde français vu de Londres.

11Plus qu’une présentation des articles, cette dernière partie de l’introduction propose un chemin qui n’a rien de directif. Pourquoi ne pas partir de l’article de Colin Jones sur « Commerce et révolution en France et en Grande-Bretagne au xviiie siècle » ? En quelques pages, l’historien, qui vient de publier l’histoire des dernières heures de Robespierre, dresse un tableau saisissant de concision et de synthèse sur les soixante-dix dernières années de l’historiographie anglaise sur la Révolution et ses rapports avec les historiens français et américains en un triangle géopolitique particulièrement bien vu : « Il était une fois deux pays qui avaient inventé les révolutions, à l’un échut la révolution industrielle, il était le plus riche et avait une considérable avance sur l’autre, mais évidemment le paya par une paupérisation sans précédent par la suite ; l’autre inventa la révolution des droits démocratiques et eut un rayonnement universel, mais le paya par un retard économique structurel et par une anarchie politique dont il mit longtemps à se remettre ». Si le résumé est quelque peu forcé, Colin Jones n’est en rien responsable de ce constat des deux révolutions que Hobsbawm lui-même décrit dans the Age of Revolutions 1789-1848 (édition originale : 1962, L’ère des révolutions, 1789-1848, Fayard, 1970). Au fond, l’auteur décrit une double tradition, conservatrice du côté de l’Angleterre et marxiste des deux côtés de la Manche, qui avait intellectuellement besoin de poser les fondements d’un retard économique de la France et d’une crise de l’Ancien Régime pour expliquer l’ampleur du fait révolutionnaire puis sa dimension politique. Cette dernière n’avait fait que confirmer, au travers l’œuvre de Lefebvre, qui fut si influente en Angleterre, le poids et l’autonomie de la ruralité dans le processus révolutionnaire anglais. Dans cette perspective, la thèse d’Olwen Hufton, The Poor of Eighteenth Century France (1974), confirmait les origines sociales d’une révolution causée autant au sommet de l’État par l’incapacité de décoller économiquement qu’à sa base par le poids de cet appauvrissement d’une partie importante de la société qui allait demeurer un des boulets de la Révolution, comme le montre Alan Forrest par l’étude des indigents du sud-ouest jusqu’au Bas-Rhin, traduit en 1986. Le cadre posé, il perdura au moins jusque dans les années 1980-1990. Pourtant, pour Colin Jones, les travaux de Daniel Roche sur la consommation permirent à l’histoire économique et sociale de revenir sur le devant de la scène interprétative pour donner une nouvelle dynamique aux questions posées sur la Révolution. S’inscrivant dans la lignée des travaux sur la consommation et en proposant de nouvelles perspectives, les travaux de Daniel Roche ont permis de relativiser cette pauvreté de la France ou, du moins, de comprendre différemment la question des prix et la focalisation sur ceux du pain, qui n’étaient plus la seule entrée pour appréhender les causes de la Révolution. Les notions de commerce, d’échange, de consommation permettent de mieux saisir un monde en mouvement qui faisaient des sans-culottes, femmes et hommes, des consommateurs de café et de sucre, ce qui eut de nombreuses conséquences politiques, notamment au moment des émeutes en 1792. Ce faisant, c’est encore une fois l’originalité de la Révolution française qui est pensée, sa radicalité et son évolution. C’est pourquoi il faut revenir aux racines du débat, dans les années 1950-1960, lorsque les clés interprétatives, pas du tout démodées à la lecture des recherches sur le capitalisme et le marché mondial menées aujourd’hui, sont posées dans des domaines différents, comme le montrent les articles de Pamela Pilbeam et Peter McPhee. On connaît le rôle d’Alfred Cobban dans la construction d’une histoire dite révisionniste, puis critique de la Révolution dans le texte fondateur lu devant l’ambassadeur de France en Angleterre, en 1954, autour du mythe de la Révolution française. Cobban y exprimait plus que ses doutes sur le schéma marxiste d’une révolution bourgeoise et d’un bouleversement social, faisant de 1789 une révolution politique et offrant par là même à François Furet le cadre idéologique dans lequel il se plaça dix ans plus tard. L’intérêt de l’article de Pamela Pilbeam, « A liberal voice and a Fabian: Alfred Cobban », n’est pas tant de discuter ce point de vue que de revenir sur les fondements de la pensée de Cobban. L’autrice insiste sur un aspect peu connu de la pensée de Cobban, dont elle pense qu’il est la clé de son interprétation de la Révolution française bien plus que des idées conservatrices : son fabianisme. Reprenant sa biographie intellectuelle et les formes de son engagement, l’article montre que, depuis les années trente, Cobban était profondément inspiré par l’idée d’un socialisme réformiste résolument antimarxiste, inspiré par le triptyque educate, agitate, organise, et que ce fut davantage son fabianisme qui lui inspira ses critiques contre la Révolution française qu’une posture libérale inspirée par la politique économique et sociale de l’an II. L’article a le mérite de resituer cette pensée au sein de la gauche anglaise et d’insister sur le rayonnement de Cobban dans les études révolutionnaires, et tout particulièrement auprès des historiennes dont il dirigea de nombreux travaux, telles Eveline Cruickshanks, Joan Bedale, Nora Temple, Cynthia Dent, Olena Heywood et, surtout, Olwen Hufton et l’autrice elle-même, Pamela Pilbeam.

12Dans les faits, ce n’est pas seulement en France que la polémique rebondit : à cette époque, Lefebvre dominait totalement les études révolutionnaires et n’eut jamais le goût de la joute écrite. C’est bien en Angleterre que la thèse de Cobban fit discussion, là où une grande école d’historiens marxistes s’affirmait en livrant ses œuvres les plus fortes sous les plumes de E. P. Thomson, Christopher Hill et celui qui, devenu élève de Lefebvre, ne put trouver de poste universitaire dans les îles britanniques et dut trouver refuge en Australie, où il fit une partie de sa carrière. Ainsi, le portrait que Peter McPhee dresse de George Rudé dans « Un moment marxisant : l’œuvre de George Rudé (1910-1993) » permet de mieux saisir la vitalité de son approche par rapport à un des reproches le plus souvent fait à la Révolution française : la violence. Avec Richard Cobb et Albert Soboul, Rudé fut dénommé un des trois mousquetaires de Lefebvre. Après avoir tant travaillé sur le monde rural, le maître confia à la nouvelle génération le soin de fouiller les archives urbaines et de déchiffrer la société et la politique des villes en Révolution. Il en résulta trois thèses soutenues coup sur coup, en 1959, pour Soboul et Rudé sur les sans culottes parisiens et sur la foule en révolution, et pour Cobb sur les armées révolutionnaires. Les trois se caractérisent par une érudition impeccable au moment de rendre leur travail. La thèse de Rudé était particulièrement attendue, car, depuis Lebon, une théorie bien ancrée soutenait la violence consubstantielle à une foule assemblée et qui plus est en révolution. Reprenant le dossier, Rudé étudia les foules de 1789 à 1795 pour montrer, bien plus que leur violence, leur façon d’agir, leur fonction politique et leur raison sociale en une démonstration qui fit date. Le travail de Rudé ne s’arrêta pas là et il fut capable de faire dialoguer, comme le rappelle Peter McPhee, les deux histoires, de France et d’Angleterre, cherchant des points de rencontre dans les manifestations sociales plutôt que des raisons de les séparer ou de les opposer sur des questions économiques.

13La foule n’est pas que violence, elle peut être aussi l’expression de la réjouissance, voire de la fête, fut-elle difficilement compréhensible pour les Anglais face aux récits des fêtes révolutionnaires. L’article de Rémy Duthille, « “Le ciel est aristocrate” : les fêtes révolutionnaires françaises vues par la presse britannique », offre un nouveau regard sur l’acculturation forcée et rapide de l’autre côté de la Manche au moment de recevoir les récits des assemblées de patriotes réunies pour célébrer, commémorer ou rendre les hommages à tel personnage hors du commun. La recherche dans la presse britannique des récits montre comment l’enthousiasme du début vire rapidement au malentendu, voire à l’aversion. Une césure culturelle se produit dont la fête est l’agent accélérateur. Avec leurs nouveaux symboles, leurs formes plus démocratiques, leur spectaculaire, les fêtes offrent le miroir déformant et déformé d’un monde réellement différent, que la presse transcrit sous des formes grimaçantes ou monstrueuses, avec, en fond de décor, point tant la France réelle que les luttes politiques anglaises fort tendues entre radicaux et conservateurs de l’époque. C’est que les deux pays sont en guerre et toutes leurs relations en sont bouleversées.

14L’article d’Olivier Aranda, « L’historiographie anglaise de la puissance navale pendant la Révolution française », s’avère particulièrement précieux pour faire le point sur la question du sea power comme clé de lecture du conflit armé entre les deux pays. De façon convaincante et érudite, l’auteur décrit les grandes époques de l’historiographie maritime du point de vue anglo-américain. Il décrit la construction des préjugés d’une histoire navale qui devait expliquer et finalement légitimer la puissance anglaise sur les océans du monde. De Robinson à Mahan pour arriver à Norman Hampson défile une série d’historiens qui ont étudié l’affrontement séculaire des deux marines. L’étude se poursuit jusqu’à nos jours en montrant le principal apport des plus récentes études nuançant l’inéluctable puissance de la marine anglaise, mais, surtout, offrant une focale nouvelle sur l’histoire sociale des marins et sur l’histoire des décisions politiques et de leur contexte en lien avec les amirautés. Olivier Aranda plaide pour une histoire de l’Atlantique décloisonnée, à l’image de celle tentée par Alan Forrest récemment dans The Death of the French Atlantic: Trade, War, and Slavery in the Age of Revolution (2020). Désormais, l’historiographie anglaise tient compte non plus seulement d’une histoire autocentrée d’une britannicité dominant logiquement un empire des mers, mais devant aussi composer avec l’histoire coloniale mouvementée de la période, la guerre avec les États-Unis au début du xixe siècle, le contexte politique français, mais surtout, avec l’histoire des îles britanniques dans leur ensemble.

15C’est à point nommé donc qu’arrive l’article de Mathieu Ferradou, « De William Jackson à Theobald Wolfe Tone : un lobby irlandais entre le Comité de Salut public et le Directoire ? », pour rappeler que l’histoire d’une relation frontale entre Angleterre et France ne peut s’écrire désormais sans la troisième dimension – irlandaise – du problème. L’article montre combien, depuis les années 1780-1790, puis après 1789, et surtout 1792, les irlandais s’unissent et comprennent la geste française. Toute révolution est une guerre d’indépendance, encore faut-il que la révolte devienne une révolution et que la sédition armée parvienne au rang de guerre civile. L’article démontre une connaissance des archives tant françaises qu’irlandaises et compose une histoire croisée des projets et des attentes de la part des hommes autour de Tone, autant que des plans français intégrant l’Irlande dans la politique sœur de façon plus importante que l’historiographie ne l’avait considérée jusque-là ; démonstration faite d’un enrichissement d’une historiographie nouvelle, reprenant les grandes interrogations actuelles sur les espaces frontières, sur l’histoire coloniale, sur l’histoire sociale de la guerre, reprenant à nouveaux frais la question des relations entre France et Angleterre dans une mondialité des révolutions entre 1775 et 1815. Demeure pourtant « l’étrange étrangeté » de cette révolution française pour bien des Anglais encore aujourd’hui amateurs, voire passionnés, d’histoire française.

16À sa façon, « Thomas Carlyle, The French Revolution: A History, London, Chapman and Hall, 1910, E. J. Sullivan and Me », l’article de Valérie Mainz, illustre ce drame rejoué d’un moment repoussoir et si décrié au Royaume-Uni. Un imaginaire anglais s’est largement construit autour du livre de Dickens racontant le destin de deux villes si opposées : Londres et Paris. Dans son article, l’autrice part plutôt du livre de Thomas Carlyle, The French Revolution: A History, réédité en 1910 et illustré par E. J. Sullivan avec une série de trente-trois dessins en pleine page, et cent vingt-quatre illustrations ou portraits. Elle montre l’importance du contexte anglais des années 1900-1910, quand le Labour Party prend toujours plus d’importance, quand le mouvement des suffragettes déstabilise le conservatisme d’une société rigide. C’est dans ce Royaume-Uni à la fois puissant et secoué sur ses bases qu’il faut voir ces images, qui parlent autant de l’aversion des Anglais au moment d’évoquer la Révolution française – telle que l’imaginaire de la guillotine et du sang qui s’est imposé dans leur représentation – que de leur épouvante au moment d’imaginer ce que pourrait être la diffusion des idées françaises ou de cette révolution par-delà la Manche. Montrée de façon grotesque, mêlant Marat et Marie-Antoinette, la terreur n’est plus tant la Terreur des Français que celle éprouvée par les Anglais à l’idée de ce que pourrait être « la démocratie couronnée » et mise en image de façon monstrueuse.

17Précieux, les articles de ce numéro sur l’historiographie anglaise expliquent et illustrent comment se construisent les idéologies, les identités et les romans nationaux en confrontation avec les pays voisins, amis ou ennemis, redoutés ou dominés. L’historiographie anglaise ne peut revendiquer pour elle un splendide isolement. Au contraire ! L’impression se construit au fil des articles que l’insularité et la puissance des îles britanniques a renforcé un double phénomène, celui d’une volonté de connaître l’adversaire pour mieux le circonscrire, en un blocus non seulement matériel, mais aussi historique et intellectuel, et surtout celui, moins conscient mais que les historiens et les historiennes débusquent et dévoilent, d’exorciser leurs propres inquiétudes, leurs propres luttes sociales, leur hantise de la corruption d’un système prétendu excellent, celui de la monarchie parlementaire, sans même évoquer la violence du système social sur lequel reposait la domination britannique.

  • 4 Presses universitaires de Rennes, 2008

18Encore faudrait-il ne pas noircir toujours le tableau au risque de tomber dans le travers des deux romans nationaux se construisant l’un contre l’autre. Ce numéro de LRF constitue aussi et avant tout la preuve de l’amitié franco-anglaise et de ses fécondes recherches communes, comme le rappelle le titre du beau livre de Renaux Morieux, Une mer pour deux royaumes : La Manche, une mer franco-anglaise4.

French Liberty, British Slavery, James Gillray, H. Humphrey, Estampe, 1792, Musée de la Révolution française. Inv. 1991.40 (© Coll. Musée de la Révolution française – Domaine de Vizille)

Haut de page

Notes

1 Ce numéro est issu d’un colloque qui s’est tenu à Vizille au musée de la Révolution française en septembre 2019, dans le cadre des activités du Comité international d’histoire de la Révolution française, dont le siège est à Vizille, et enrichi de nouvelles contributions. Les responsables de ce numéro tiennent à exprimer leur reconnaissance à toute l’équipe du musée et tout particulièrement à son conservateur, Alain Chevalier, et à sa directrice de communication, Hélène Puig.

2 Pascal Dupuy, Face à la Révolution et l’Empire. Caricatures anglaises (1789-1815), Paris, Musée Carnavalet, 2008.

3 Colin Jones, The Fall of Robespierre, 24 hours in Revolutionary Paris, Oxford, Oxford University Press, 2021 .

4 Presses universitaires de Rennes, 2008

Haut de page

Table des illustrations

Légende George Cruikshank, A Radical reformer, - (ie) a neck or nothing man! Dedicated to the heads of the nation. [Un réformateur radical, ou un homme de cou ou rien. Dédié aux têtes de la Nation.], eau-forte colorée à la main, publiée par Thomas Tegg, 1819 (©The Trustees of the British Museum)
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/7012/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Fighting for the dunghill or Jack Tar settling citoyen François, James Gillray, H. Humphrey, Estampe, 1798, Musée de la Révolution française. Inv.1999.66 (© Coll. Musée de la Révolution française – Domaine de Vizille)
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/7012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Légende French Liberty, British Slavery, James Gillray, H. Humphrey, Estampe, 1792, Musée de la Révolution française. Inv. 1991.40 (© Coll. Musée de la Révolution française – Domaine de Vizille)
URL http://journals.openedition.org/lrf/docannexe/image/7012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alan Forrest et Pierre Serna, « La Révolution française dans l’historiographie anglaise »La Révolution française [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lrf/7012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lrf.7012

Haut de page

Auteurs

Alan Forrest

University of York

Pierre Serna

IHMC-IHRF
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search