Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23À la sourceÀ la source

Texte intégral

1Une évidence ? Dans un monde instable, traversé de rumeurs, de fausses nouvelles, de documents tronquées, de photos truquées, d’informations biaisées, le retour à l’archive s’impose comme une action saine. Dans un monde où les lanceurs d’alerte sont menacés et les libertés d’expression toujours davantage surveillées par des moyens de technologie de pointe, la vérification simple par la preuve du document conservé et montré se révèle salutaire. Comme un besoin de légitimer le métier d’historien et sa fonction dans les sciences humaines, fondés sur la méthode de la démonstration par la preuve et par l’épreuve de vérité qu’est l’exhumation du document original, une décision collective a vu le jour au sein du comité de lecture de La Révolution française : consacrer une rubrique à l’exposition d’une source, documents iconographiques ou manuscrits, voire imprimés, originaux, peu connus. À la source. Littéralement, se porter au plus près du réel historique, de ce qui s’est passé, pour s’en nourrir, pour garantir la réalité du document, sa vérité matérielle, à défaut de croire qu’il énonce une vérité, ce qui est un autre problème. « À la source » implique réellement de présenter un élément d’un fonds conservé et de parcourir en sens inverse le chemin vers l’amont qui part de l’analyse pour montrer au lecteur où l’interprétation a été puisée, pour lui donner son sens, sa valeur, sa réalité tangible.

2Cette pratique n’est pas nouvelle, nul n’a prétention d’invention dans cette initiative. Cependant, le fait qu’elle renaisse à ce moment-là de notre histoire, de nos parcours générationnels et de notre destin européen montre la nécessité revendiquée d’asseoir un futur sur la construction de solides fondations enfoncées dans un passé qui ne saurait être manipulé et utilisé à d’autres fins que celles de problématiser l’histoire en une science complexe visant à restituer le passé à l’aune des questions que le présent et ses défis nous posent.

3Il n’est point besoin de sources spectaculaires pour construire l’intérêt de l’historien. Pour inaugurer cette rubrique, un témoignage d’un acteur aristocrate, Charles-Gaspard-Elisabeth-Joseph, marquis de Bailly, sur l’affaire de Nancy au travers de sa correspondance. Ce sont les sources qui construisent l’histoire, les historiens et les historiennes. Les outils d’interprétation, quelle que soient leur puissance d’investigation, viennent ensuite, utilisés selon des méthodes précises. C’est aussi cette vérité que rappelle cette rubrique désormais intégrée à LRF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Serna, « À la source »La Révolution française [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lrf/7029 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lrf.7029

Haut de page

Auteur

Pierre Serna

Directeur de la revue LRF
IHMC-IHRF
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut d'histoire moderne et contemporaine
  • Logo Institut d’histoire de la Révolution française
  • Logo École normale supérieure (ENS)
  • Logo Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search