Navigation – Plan du site

AccueilNumérosIILa recherche : Transitions libéra...Angola, les voies de l’ethnisatio...

La recherche : Transitions libérales en Afrique lusophone

Angola, les voies de l’ethnisation et de la décomposition

II. Transition à la démocratie ou marche à la guerre ? L’épanouissement des deux “partis armés” (mai 1991-septembre 1992)
Christine Messiant
p. 181-212

Notes de la rédaction

30 mai 1995

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la deuxième partie de l'article dont la publication a commencé dans Lusotopie n° 1-2, (...)

1Laissée aux mains des deux “partis armés” angolais, la transition ouverte par les accords Bicesse ne pouvait pas permettre que s’instaure une démocratisation1. Elle n’avait pas été conçue pour cela, mais pour mener à des élections venant consacrer un vainqueur – le vainqueur annoncé – et permettre à celui-ci d’exercer son pouvoir sans être contesté par les armes. Dans le pronostic alors généralement admis d’une victoire de l’UNITA, on ne s’est pas préoccupé de ce que pourrait être le pouvoir d’après les élections, et c’est pour cela qu’on n’a pas “affermi” pendant la transition les moyens de préparer cet après : il n’y avait rien d’essentiel à préparer. On se contenta de la facile thèse des “étapes”, celle de la “pacification d’abord”, la transition n’étant qu’une marche limitée, faible, à une démocratie qui serait-elle instituée précisément après les élections. Ce n’était pas une transition démocratique orientée prioritairement vers la pacification, mais une marche étroitement balisée et verrouillée à ces élections, la plus rapide et la plus linéaire possible, tenue hors de portée de ce que les accords appelaient “les autres forces politiques et la société. Les élections avaient essentiellement le statut de dernière bataille d’une guerre”.

2N’était pas non plus, dans cet esprit, poursuivi en tant que tel l’objectif d’une réconciliation : la nature du pouvoir issu des élections (dès lors qu’il respecterait les formes de la démocratie multipartite et les exigences de la “démocratie de marché”) n’était de fait pas à l’ordre du jour. Ce n’est pas seulement que la transition n’avait pas besoin d’être démocratique, elle n’avait pas même besoin d’être une transition : elle était une parenthèse. Il était alors plus indifférent encore que soient trouvées pour cette période un dispositif, des mesures, propices ou contraignant à l’apprentissage pré-electoral par les deux belligérants d’un exercice non monopoliste du pouvoir, pour ne pas parler de ceux propices à l’émergence d’un État de droit (réel) et d’une société civile autonome.

3La structure de la transition adoptée à Bicesse traduit à la fois les logiques hégémoniques des deux signataires – qu’il préserve – et leurs rapports de force, et l’indifférence, l’ignorance ou la partialité des trois pays étrangers présents dans les négociations (la “troïka”). Elle ne s’est pas “révélée” déficiente, inadaptée, elle a opéré une préemption de l’avenir. Il est en effet clair que ce qu’on appelle alors “la démocratie” (la transition et les élections) va aboutir à légitimer le fait que le parti majoritaire aux élections aura entre les mains, même dans le meilleur des cas (pas de majorité au Parlement, un désarmement matériel suffisant pour empêcher que la guerre ne reprenne), des pouvoirs considérables.

4On ne s’est pas plus préoccupé à Bicesse de la substance de la démocratie (universelle) – le droit des gouvernés de s’exprimer et de participer à la vie politique, l’obligation pour les gouvernants de rendre des comptes – qu’on n’a pris en considération la réalité du pouvoir en Angola, l’importance des liens avec ses détenteurs pour des aspects et à des niveaux élémentaires et vitaux de la vie des gens, les processus d’exclusion économique, sociale, culturelle liés à l’exclusion politique comme dans d’autres systèmes patrimoniaux, et le fait que ceux-ci y étaient plus radicaux encore du fait qu’ils s’étaient construits dans et par la guerre. Si des élections sont nécessaires pour instituer les citoyens comme légitimes demandeurs de comptes à leurs gouvernants et non comme clients et obligés, elles sont aussi insuffisantes ou dérisoires si rien ne doit en résulter, sinon la légitimation du pouvoir en termes de mainmise du parti vainqueur sur tout l’État et donc des processus d’exclusion liés au fonctionnement clientéliste.

5Au-delà du partage ou non-partage du pouvoir entre deux partis armés, ce qui était en jeu en Angola au sortir du conflit était la nécessité, pour permettre un développement national et donner un contenu à la démocratie, de “départidariser” l’État, de casser une machine et des réseaux nomenklaturistes ancrés et puissants, de façon à permettre la réintégration dans l’ensemble de la communauté et de la redistribution nationale des secteurs marginalisés, et aussi à empêcher qu’un processus d’exclusion ne soit réinstauré par le “nouveau” vainqueur – dans ce dernier cas sans doute avec toute la dureté liée à sa faiblesse “étatique“, sa volonté de revanche et son mode d’être guerrier.

6L’Afrique du Sud, sans conseil éclairé de la communauté internationale, s’oriente après la longue période d’exclusion et d’opposition radicales qu’a été l’apartheid, dans cette voie. Par la discussion des règles du jeu politique pour l’avenir, ouverte par les deux grandes forces politiques à toutes les autres et très largement publique, par la mise sur pied d’un exécutif transitoire multipartite, elle conjugue élections et “partage du pouvoir“. Ce dernier, loin d’ “annuler” les élections, leur donne au contraire aux yeux des électeurs leur plein sens politique, il est la garantie au sortir d’un long conflit qu’elles soient respectées, politiquement légitimes.

  • 2 2 Après avoir porté aux nues une démocratie "réduite aux élections", donnée pour "la" démocratie a (...)

7En Angola où aucun des partis armés ne place le souci du pays avant celui de ses intérêts propres, la communauté internationale n’envisagea pas le problème en termes de démocratie, de droits des citoyens et de nature du pouvoir. Quand elle s’en préoccupa, c’était trop tard, pour le “manipuler” selon l’urgence, et d’une façon opportuniste qui ne pouvait que discréditer la solution proposée2.

8Or en l’occurrence, la démocratisation était la condition de la pacification, et la bipolarisation y faisait doublement obstacle : par l’exclusion d’emblée quasi absolue de tous ces “autres” qui étaient pourtant la condition de sortir du champ clos de l’affrontement hostile du temps de guerre, et par le bicéphalisme qu’elle instaurait entre le gouvernement resté l’apanage du seul MPLA, et une direction de la transition, la Commission conjointe politico-militaire (CCPM), dans laquelle les deux partis armés étaient co-dominants.

9Tout tiers impartial et attaché en priorité à la pacification y étant absent – les tiers angolais exclus et la communauté internationale carente –, le processus d’ “application/non-application/violation” des accords put se dérouler sans obstacle majeur.

10Les deux pouvoirs n’ayant ni à composer avec la société, ni à lui rendre des comptes, ni même, “grâce” au bicéphalisme instauré, à composer l’un avec l’autre, vont dans cette période dite de “transition démocratique” où rien n’est fait pour les contraindre à changer leur mode d’être, pouvoir se déployer comme les deux organisations aux logiques et aux ambitions hégémoniques, les deux “pouvoirs uniques” qu’ils sont tous deux très différemment.

L’UNITA : un parti armé, piétinant à la porte du pouvoir, arrogant et menaçant

11Malgré la cohésion politique de son organisation et le nombre de cadres civils hors de ses rangs organisés, l’UNITA se révéla incapable d’opérer sa “civilisation“, de rompre avec un fonctionnement interne militarisé et un rapport avec la population fondé sur la force et son ostentation. De ce fait tous les “atouts” qu’elle s’était donnés ou croyait avoir allaient en fait se conjuguer pour se retourner contre sa victoire électorale attendue.

Une posture de force

12Convaincue que la population voyait en elle l’ “alternance nécessaire” à un pouvoir honni, elle était sûre de sa victoire électorale. Mais ne faisant aucun crédit à un ennemi qui n’avait cédé que sous une extrême contrainte, elle n’entendait pas non plus se démunir de ce sur quoi elle avait toujours pu compter, ses moyens armés.

13Sa position de force elle-même l’avait incitée à choisir un dispositif dans lequel elle pensait pouvoir “tout préserver” et “tout gagner“ : s’étant assuré une place de co-domination dans tout ce qui paraissait essentiel pour l’évolution jusqu’aux élections, elle avait jugé bon d’abandonner la “gestion” du pays au MPLA qu’elle pensait, vu la crise et les pressions internationales pour des mesures drastiques d’ajustement, ne pouvoir être qu’impopulaire. Signe de sa certitude de l’emporter, ce choix manifestait pourtant sa sous-estimation de ce que sont les moyens de l’État et son incompréhension de l’insistance non symbolique du MPLA à préserver les attributs de sa souveraineté.

14Persuadée que les Angolais seraient conquis par l’affirmation de sa puissance, sûre de gagner haut la main les élections, l’UNITA se comportait déjà en vainqueur : peu portée en outre à ce genre d’exercice, elle pensait n’avoir pas besoin de prendre de gants. Aussi n’en prend-elle, par rapport aux “autres forces politiques et à la société” tenues par Bicesse en lisière de la transition, aucun.

15Indépendamment même de son mode d’être anti-démocratique le plus foncier, de la superficialité de son affirmation démocratique, et de l’erreur de fond quant aux attentes de la société sur laquelle elle a fondé sa campagne, c’est la pente de sa situation structurelle : il est logique qu’elle préserve son face à face avec le gouvernement puisque c’est là qu’elle s’est assuré un pouvoir qu’elle n’a institutionnellement nulle part ailleurs.

La “confusion démocratique” et l’ordre de l’UNITA

  • 3 3 Terme consacré pour les partis de l'opposition civile, les partis "non armés".
  • 4 4  Cf. infra .

16Estimant ne pas avoir besoin d’alliés pour gagner, elle adopta à l’égard des “partis émergents“3 une attitude de rejet. Il n’était question que – d’autres qui n’avaient pas d’existence historique et “n’avaient pas lutté” ou avaient, comme le FNLA “abandonné le combat“ – puissent capitaliser l’opposition au gouvernement à la faveur de ce que Savimbi appelait à l’occasion la “confusion démocratique“. Aussi l’UNITA les ignora-t-elle systématiquement, sauf à les dénoncer comme des supplétifs du MPLA, ses créatures, ou ses rejetons, et ses tentatives de rapprochement, limitées, tardives, furent visiblement d’instrumentalisation. Elle ne cessa de faire obstacle à l’activité des autres partis dans ses zones, l’interdisant souvent simplement, voire violemment. Et “au nom des accords” elle s’opposa frontalement dès la première occasion (fin 1991), sans y mettre aucune forme, à la tenue d’une conférence multipartite pourtant consultative4.

17Elle ne prit pas de gants non plus dans ses façons d’agir avec la population. Bien peu de choses changeaient pour ceux qui avaient vécu dans les zones qu’elle administrait directement et c’est à son bon vouloir que certains étaient retenus là ou rendus libres d’en sortir, que des communautés allaient rester jusqu’aux élections sous son contrôle inentamé, même quand il fut plus ou moins formellement levé.

  • 5 5 Il est extrêmement difficile de savoir ce qu'il en a réellement été de l'ampleur de ces violence (...)
  • 6 6  Il était bien sûr indispensable que l'UNITA assure elle-même sa sécurité dès lors que la commun (...)
  • 7 7  Que ce soit pour les hommes venus de la guérilla dans les villes ou pour les "petits cadres" da (...)

18Partout d’ailleurs l’UNITA, revendique ce qu’elle a “gagné” à Bicesse, sa mise sur un pied d’égalité avec le gouvernement : elle tend à se poser comme étant déjà l’État, ce qui, étant donné ce qu’elle est, implique démonstration et ostentation de sa force : dans les régions, les villes où elle est politiquement assez puissante pour agir en maître, ses hommes en armes sont en nombre dans les rues et n’hésitent pas à intimider et abuser de leur pouvoir, brutaliser et menacer ceux qui n’obtempèrent pas, humilier des autorités alliées au MPLA, fussent-elles sobas (chefs traditionnels), voire se livrer discrètement dans des quartiers périphériques ou des villages à des éliminations5. Dans les villes où la majorité de la population lui est moins ou très peu favorable ou qui sont davantage sous le regard international, les hommes armés qui assurent la sécurité de ses dirigeants6 s’arrogent des droits et empiètent sur la liberté des citoyens (bloquant des rues et pâtés de maisons autour de leurs installations, fouillant et brutalisant à l’occasion des passants “suspects“). Même quand ils sont notoires, qu’il s’agit de crimes, ces abus de force resteront généralement impunis, réglés souvent non par la justice mais dans les instances de l’accord de paix. La brutalité du comportement des hommes en armes de l’UNITA n’est pas absente même chez des membres de sa direction, mais beaucoup plus forte parmi les soldats de base : au style de “gardes rouges” conforme à la discipline de l’UNITA, s’ajoute leur malaise face à un milieu peu familier et parfois ouvertement hostile, dans lequel ils n’ont en outre pas de place7.

Un vainqueur impitoyable

19L’UNITA se présentait devant les Angolais comme le parti des “opprimés, humiliés, exploités” par la dictature du MPLA. Elle a usé comme son adversaire de cadeaux – même importants, mais cependant beaucoup moins que ceux que le MPLA pouvait offrir ; de promesses en revanche, pour ses partisans bien sûr mais bien au-delà d’eux, dans la situa-tion d’opposition qu’elle s’était choisie, vagues mais aux mesures de la capacité d’espérer de chacun : la fin de l’oppression, de l’exploitation, de l’humiliation. Mais comme son adversaire elle a privilégié l’offensive et sa campagne passe d’abord par la dénonciation. Son langage et sa rhétorique sont cependant le plus souvent au mieux mal adaptés à la perception qu’ont la grande majorité des Angolais du pouvoir du MPLA, même s’ils le rejettent.

20Surtout, le ton est très généralement d’une grande violence. Il l’est contre son ennemi, le gouvernement-parti “voleur et assassin“, personnellement contre ses dirigeants, surtout contre ceux qui “espionnent et tuent” pour le pouvoir, et font dans sa radio l’objet de menaces quotidiennes limpides de “liquidation“ : les hommes de la Sécurité, auxquels bientôt seront associés les ninjas (la nouvelle police anti-émeute). Les menaces voilées ou proférées vont bien au-delà : contre tout ce que l’UNITA présente comme les “agents” de cet État : les administrateurs et les fonctionnaires d’autorité bien sûr, les dirigeants du parti, les policiers, les milices civiles ; beaucoup plus largement et sans grand discernement, contre tous ceux qui “collaborent“, “font partie” de ce pouvoir, et notamment génériquement les cadres : tous ces gens sont assimilés au camp du pouvoir qui les paie.

  • 8 8 Gigantesque marché "informel" où l'on trouve absolument de tout, situé à la sortie de Luanda, qu (...)

21L’UNITA ne s’en prend pas seulement au parti-État et à tout l’appareil d’État, mais au-delà encore à un nombre considérable de choses qui y tiennent par quelque bout, qui sont un produit, un résultat, de ce régime. Ainsi la corruption des dirigeants est-elle très violemment dénoncée mais avec elle, et amalgamée, l’accaparement des biens et du patrimoine de l’État par les profiteurs et privilégiés à la faveur de la privatisation, et encore la candonga (le marché noir), la “honte” de Roque Santeiro8, que Savimbi en personne stigmatise et dont il “promet” qu’il le fera disparaître “le premier octobre“… La cohorte des tares auxquelles mettra fin le règne de l’UNITA est innombrable.

22Par la violence de ses diatribes, l’UNITA donne l’image d’un pouvoir impitoyable qui bien sûr ne composera pas avec les “exploiteurs”, mais qui saura aussi ne pas épargner les “complices”, menacés de représailles, plus ou moins explicites et précises mais à coup sûr inquiétantes, pour “le premier octobre”.

  • 9 9 Ainsi pour les cadres, un dirigeant national m'expliquait-il (en avril 1992) que la dureté à leu (...)
  • 10 10 L'UNITA louera aussi (beaucoup plus tard que le MPLA) les services d'une entreprise de marketin (...)

23Il y avait dans cette posture de force et de violente agression de même que dans la démagogie contre les “collaborateurs du pouvoir” qu’on opposait au peuple un effet de position de l’UNITA dans la transition, et aussi un élément de choix tactique9, l’UNITA croyant – autre signe de son inadaptation à l’évolution en seize ans de la société angolaise – que l’affichage de sa force allait emporter le soutien de ceux qui avaient souffert du MPLA, qu’ils voulaient le voir “puni”. Mais il y a en outre le fait que l’UNITA s’est construite sur la croyance et la vénération du pouvoir de la force, que c’est son mode de penser et d’être. Et c’est cela surtout qui explique qu’elle n’ait pas été capable, au moins dans les domaines où elle a senti qu’elle avait fait des “erreurs” dans la menée de sa campagne politique, de rectifier le tir10. Que ce soit dans la forme de ses attaques verbales ou dans ses pratiques, ses “erreurs” – mais ce ne sont bien sûr pas, fondamentalement, des “erreurs” mais le reflet de ce qu’est devenue l’UNITA – ont en effet continué, se sont même aggravées face à de nouvelles attaques de l’ennemi.

  • 11 11 Ce qui a été pour le camp du MPLA comme une "divine surprise", la désertion de Tony Fernandes, (...)

24Les accusations faites par deux hauts dirigeants qui font défection au début de 199211, sur l’assassinat de deux autres dirigeants après les accords de Bicesse sur ordre de Savimbi et, à cette occasion, les confirmations des violations antérieures des droits de l’homme par Savimbi et des projets de reprise de la guerre par l’UNITA et d’existence d’armements et de milliers d’hommes soustraits à la démobilisation, viennent accréditer les craintes dans la population et leur donner une autre dimension.

  • 12 12 Pressé de toute part (notamment des États-Unis), Savimbi mettra en place une commission d'enquê (...)

25Ces accusations sont difficilement éliminables comme pure “propagande du MPLA”. Même si la communauté internationale, qui demandera des explications à l’UNITA, se contentera finalement de celles qui lui seront données, si peu crédibles soient-elles, on peut dire que cette désertion et la place qu’elle a prise dans la situation politique ont marqué le début du renversement du rapport de forces politique entre MPLA et UNITA. D’autant qu’elles ont suscité, de la part de l’UNITA, une nette aggravation de son agressivité : voyant dans cette défection la manifestation d’un complot (national et international), elle y réagira, outre la mascarade de la commission d’enquête du parti12, par une recrudescence de ses attaques contre tout ce qui y participe. Alors que toute la presse donne une large place à ces dénonciations, les attaques contre les journalistes “tous aux ordres” se déchaînent particulièrement, avec la menace explicite que plus un ne sera en place “le premier octobre”, claire leçon de choses sur l’inanité d’espérer que l’UNITA au pouvoir tolère liberté de la presse ou expression d’une opposition.

26Comme chaque fois qu’elle aura le pressentiment qu’elle risque de perdre pied et que la transition ne suit pas le cours prévu, l’UNITA face aux retraits, aux rejets, aux critiques, élargit et durcit ses attaques et répond par la force ou la menace de la force. Notamment, quand elle réalise mieux la puissance d’action que donne au MPLA sa mainmise sur l’État, et dès lors que la communauté internationale ne condamne pas les violations des accords par le gouvernement, ou n’obtempère pas à ses exigences, ou demande (sans ultimatum) des explications, elle va développer aussi ses attaques par rapport à la communauté internationale : ses représentants en Angola – troïka et ONU – et plus généralement les “étrangers” dont elle dénonce la collusion économique avec le MPLA, d’autant plus fortement qu’elle avait pensé pouvoir compter sur ses “amis étrangers” pour contribuer à “couler” économiquement le gouvernement. Là encore, l’UNITA ne fera ni détail, ni nuance : c’est largement par amalgame qu’elle dénonce l’intervention de la communauté internationale dans le cadre des accords de paix et celle des gouvernements et intérêts économiques dans les “affaires” avec le gouvernement.

Compter sur ses forces

  • 13 13 Il est là aussi très difficile de savoir l'ampleur de ce renforcement, l'intoxication ayant été (...)

27Parallèlement, surtout fidèle à ce qu’elle est, l’UNITA consolide ce qui est sa force principale. D’abord à la faveur du maintien de la fermeture de ses zones, puis de l’immensité du territoire en fait non administré, elle garde des forces et des chefs militaires en réserve, maintient ses chaînes de commandement, se prépare à ne pas démobiliser réellement ses troupes déclarées, qui après leur libération se regroupent. Elle ne livre qu’une partie de l’armement considérable qu’elle avait au moment des accords, dont des armes sophistiquées et lourdes. Elle renforce aussi son potentiel militaire dans les villes, faisant de ses locaux des bases militaires, constituant dans les quartiers, dans des appartements, des entrepôts, des stocks clandestins13. Loin de se démilitariser, l’UNITA entend rester sur le pied de guerre. Tout en le démentant afin que les élections se tiennent à la date prévue (comme le MPLA le veut aussi bientôt), elle laisse aussi entendre qu’il n’en est rien – c’est la meilleure garantie à ses yeux pour dissuader l’ennemi et “gagner les cœurs”.

  • 14 14 Dans sa situation en effet, l'essentiel des violations des accords était flagrant, et son "cham (...)
  • 15 15 Voir dans le dossier "L'Angola dans la guerre", Politique africaine, n° 57, mars 1995, les arti (...)

28Les conditions voulues par l’UNITA pour la transition et tolérées pendant son déroulement lui ont ainsi certes permis de rester armée et de déployer sa “vraie nature”. En exhibant sa force, en exposant ses violations14, en utilisant au plus sommaire (mais présumé efficace) ses moyens d’information, sa campagne, et la position qu’elle s’est voulue d’opposition irresponsable et triomphante, témoignant là comme ailleurs de son peu de préparation à gérer un État, en faisant montre de toute l’arrogance d’une armée victorieuse et qui attend le pouvoir auquel elle estime que sa lutte lui a donné droit, en affichant aussi sa prétention à détenir la vérité, à tout savoir : “l’UNITA sait tout, l’UNITA voit tout”, l’organisation de Jonas Savimbi se montre peu désireuse et incapable de se convertir à une vie politique civile ou d’en présenter un quelconque signe, de donner ne serait-ce que quelques apparences de démocratie, laisse planer au contraire l’ombre des polices15. Tandis que l’auto-intoxication liée à son fonctionnement totalitaire et à la radicalisation croissante l’empêchent jusqu’à la fin d’envisager qu’elle pourrait être défaite, mais sentant qu’elle perd du terrain, elle penchera également, pour en regagner, du côté du plus expédient, du plus démagogique et jugé “payant” pour gagner les suffrages du “peuple” : en même temps qu’elle haussera le niveau et la portée de ses menaces, elle les infléchira davantage non seulement contre la nature et les moyens d’oppression du régime et ses agents, mais dans le sens d’une mobilisation identitaire contre un pouvoir défini lui aussi par son identité, et contre les groupes identitaires censés en être les suppôts. Le dernier “produit” de la bipolarisation est en effet ce recours non entravé par les deux partis armés à ce type de mobilisation.

  • 16 16 Sur les différents sens de ce mot ambigu qui est désormais dans le vocabulaire du conflit, et s (...)
  • 17 17 L'UNITA a dans son journal et sa radio mené jusqu'aux élections une campagne contre la candidat (...)

29L’UNITA y a été particulièrement active et voyante. Privée d’autres moyens de peser sur le vote (ceux liés au pouvoir sur l’État), elle a tenu le discours populiste auquel elle était portée et que sa position lui permettait. Elle ne s’est pas contentée de cultiver le rejet du pouvoir en défendant l’“alternance nécessaire” en faveur des “opprimés, humiliés, exploités” qui était la ligne de fond de sa propagande. À la fois par (mauvais) calcul politique et parce qu’elle n’a pas été capable de contrôler l’expression de son hostilité historique et quasi personnelle aux “créoles” du MPLA16, la direction de l’UNITA a cherché à mobiliser tout le peuple contre la “caste” dirigeante et à poser avec elle ceux désignés comme profiteurs et suppôts du régime comme extérieurs au peuple. Si jusqu’aux élections il n’y a pas eu d’équivalence tracée en public par des dirigeants entre le pouvoir du MPLA et les Angolais métis ou blancs, ni d’attaques directes contre ceux-ci, il en allait ainsi en revanche dans beaucoup de discours privés et de campagnes de terrain. La violence des propos tenus contre les étrangers, et notamment les Portugais, et contre l’alliance entre la caste au pouvoir et ces profiteurs étrangers, a souvent dérivé, virant à la xénophobie et au racisme, jusqu’à l’aberrante campagne menée contre le “Santoméen José Eduardo dos Santos”17 prenant elle aussi place dans la délimitation plus ou moins allusive d’un camp défini par son extériorité identitaire. Il s’agissait, en creux ou plus explicitement, de dresser tout un peuple – “les Angolais d’abord, les Angolais toujours” –, noir et de culture bantoue, opprimé, face à des élites compromises avec les intérêts étrangers, corrompues, anti-populaires, qui seraient non africaines, soit “racialement” (métis et blancs, dont le MPLA serait “le parti”) soit culturellement (ignorance des langues, mépris pour la culture africaine). Même si elles sont en partie incontrôlées et pas toujours désirées par la direction de l’UNITA, ces attaques participent d’une vision de l’histoire de l’Angola et de sa vie politique qui fait partie de sa “culture”. Alors que toute attaque raciale est, évidemment, inopportune, les dérives xénophobes de son discours serviront à extérioriser aussi, par métonymie, les claros du peuple, en même temps qu’à l’inscrire dans la lignée de la lutte nationaliste et à récupérer à son profit l’affirmation nationale.

  • 18 18 Cf. la première partie de cet article, et celui de Jean-Michel Mabeko-Tali, Politique africaine(...)
  • 19 19 Étant donné le type d'intervention des médias pro-gouvernementaux (cf. infra), auraient eu tout (...)

30Il est indéniable que cette mobilisation identitaire a été générale et délibérée. Elle a été sans doute plus forte et plus ouverte dans les milieux jugés favorables, notamment parmi les regressados bakongo parmi lesquels elle pouvait faire fond à la fois sur les vieilles oppositions politiques-identitaires entre directions du FNLA et du MPLA et sur la conscience de beaucoup à la fois de leur différence (leur africanité) et, à divers niveaux, de leur marginalisation par les métis et les “créoles”18. Mais si l’on peut penser que l’argument d’un “pouvoir mbundu” a été utilisé partout dans le pays hors des régions mbundu, il n’y en a quasiment pas eu d’écho dans ce qui en a été rendu public, et pour cette raison et d’autres on peut penser qu’il a été utilisé avec plus de discrétion et probablement de modération que le premier19.

  • 20 20 Reprenant le slogan du MPLA … niant précisément l'existence de divers "peuples" : "De Cabinda a (...)

31Pour cette mobilisation identitaire du peuple tout entier contre un pouvoir “quasi étranger”, “quasi blanc”, l’UNITA a aussi joué très généralement de son africanité, de celle de ses dirigeants, de son enracinement politique et de sa proximité culturelle, de son immersion dans toutes les ethnies, sa connaissance de toutes les langues de l’Angola, “de Cabinda au Cunene”20. Mais elle a aussi, à l’intérieur de ce peuple africain, de cet ensemble de traditions et de groupes, nettement mis en valeur, que ce soit sous le vocable large du “Sud” ou surtout plus vaguement sous un “nous” souvent à peine ambigu, systématiquement joué de sa qualité de “représentant” des Ovimbundu, ses dirigeants employant dans la propagande et les meetings l’umbundu plus qu’une quelconque autre langue et, au regard du contenu de leur discours, le “nous” qui englobait aussi tout le peuple angolais opprimé, exploité, humilié auquel l’UNITA allait enfin permettre un avenir meilleur et rendre sa juste place était immédiatement compréhensible et se référait à l’évidence à la situation des Ovimbundu, posés à la fois contre les créoles et contre les “nordistes”.

32D’autant à la fois que les diverses supputations du résultat des élections continuaient à se faire fondamentalement sur des calculs ethniques – donc sur l’avantage numérique des Ovimbundu – et que l’UNITA s’était elle-même “umbunduisée” au long de la guerre, elle n’allait pas se priver de vivifier ce soutien, dès lors qu’elle le pensait non antagonique à celui de ces autres constituants du “nous”, que le rejet du pouvoir devait suffire à pousser dans ses bras.

MPLA : Le visage rassurant d’un parti-État

33Le MPLA est au plus bas en mai 1991. Mais il entreprend immédiatement aussi, à toutes fins – gagner les élections, se préparer à une défaite de façon à ne pas tout perdre et à survivre à une victoire électorale de l’UNITA, voire de l’annuler – de mobiliser toutes ses ressources. Il va lui aussi, comme son adversaire grâce au dispositif de la transition, pouvoir se déployer dans sa nature essentielle, pour en tirer un profit inespéré.

34Alors que l’UNITA utilise de façon fruste des ressources dont la gamme est limitée, la position même qui revient au MPLA dans le dispositif et sa grande “expertise” comme parti-État permettent au gouvernement de jouer d’un ensemble bien plus étendu de moyens. Il y fait preuve, dans cette période périlleuse pour lui, d’un impressionnant savoir-faire

  • 21 21 Par le biais de ce qui fut quasiment un syntagme figé, sous une forme qui avait l'avantage, dès (...)

35Alors que l’UNITA adoptait une posture de force, la position de faiblesse du MPLA l’a incité à la modération et à la modestie – tant était à faire : récupérer des soutiens perdus, empêcher toute perte supplémentaire, ménager tout ce qui n’était pas l’UNITA pour pouvoir faire face à cet adversaire redoutable. Le MPLA fit publiquement amende honorable pour les erreurs passées, en bloc et une fois pour toutes cependant21, et adopta résolument une posture de paix et d’ouverture.

  • 22 22 Un "tube" musical a été lancé avec la paix, dont le refrain était Angola no coração (l'Angola a (...)

36Pour les populations vivant sous son autorité – la très grande majorité –, la venue de la paix a elle-même apporté des bienfaits ; elle a signifié une liberté de déplacement depuis longtemps oubliée, une plus grande liberté de parole, et comme pour tous, avec la disparition de la peur, l’espoir d’une vie meilleure, avec “l’Angola au cœur”. C’est à les convaincre par ses paroles appuyées par des actes qu’il était celui qui pouvait faire vivre cet espoir, et qu’il s’assimilait à la nation elle-même22, que le MPLA s’est employé pendant la transition pour regagner le terrain électoral, sans délaisser ses intérêts matériels et politiques.

L’État comme ressource économique électorale

  • 23 23 Pour tous, des cendriers, des piles électriques, des tee-shirts, etc., à l'effigie du Président (...)
  • 24 24 En prolifération considérable sous la libéralisation, leurs dirigeants sont reçus par le Présid (...)
  • 25 25 Les chefs traditionnels qui reçoivent, en même temps que des uniformes que l'État ne leur avait (...)
  • 26 26 Par exemple, des voitures haut de gamme pour les collaborateurs ou, plus collectivement, pour l (...)

37La transition a ainsi amené promesses, et même cadeaux importés et distribués à une échelle bien plus ample que l’UNITA. Ils sont mesurés, leur composition dosée, ils sont gérés conformément à la longue habitude du gouvernement, dans des termes de “coût-bénéfice” : outre des babioles pour tous23, on va du presque purement symbolique – pour les chefs des groupes religieux non stratégiques mais qu’on ne saurait cependant négliger24, en passant par celui politico-économiquement ajusté auquel ont droit les sobas25, au plus “champagne” pour “les autres”26.

  • 27 27 Améliorations d'infrastructures, ouverture de fontaines, pose de l'électricité, extension de la (...)

38Certes c’est le MPLA qui en tant que parti-candidat et avec l’argent du parti distribue des tee-shirts, ou même des bicyclettes, et fait parader ses jeunes propagandistes, comme ceux de l’UNITA d’ailleurs, sur des motos rutilantes, et c’est même parfois José Eduardo dos Santos, l’homme (ou son épouse) qui fait sur ses deniers des cadeaux personnels, tandis que c’est le gouvernement ou le Président ou l’État qui reconstruisent, développent et inaugurent comme jamais27. Mais qui trouverait à y redire, ou sait la différence de ces divers deniers ?

  • 28 28 La somme représentait moins d'un an de leur éventuel loyer en dollars (la location à des étrang (...)

39S’ils sont plus symboliques qu’économiques pour ces sortes de grands électeurs que sont les chefs traditionnels et religieux, promesses et cadeaux sont plus tangibles quand il s’agit de s’assurer que les cadres, techniciens et autres bénéficiaires secondaires du régime et petits redistributeurs ne désertent pas son camp. Outre l’arrivée de voitures depuis longtemps en instance ou non prévues, et elles aussi différenciées, le plus important à ce niveau sera indéniablement la législation permettant la mise en vente d’une partie du patrimoine immobilier de l’État à ses occupants, et le début de celle-ci, pour des sommes tout à fait dérisoires28. Comme dans la grande majorité des cas, ces logements sont occupés, outre par la nomenklatura, par les employés et cadres de l’État et du parti, et sinon avec l’autorisation de l’État (ou du parti), selon un système d’attribution extrêmement inégalitaire et resté arbitraire, la privatisation leur bénéficiera à tous énormément (par rapport à ceux qui ne sont pas logés par l’État – et d’autant plus considérablement qu’ils étaient déjà “bien logés”.

40La “transition démocratique” a ainsi été un grand moment de distribution et de gestes, d’engagements, par les autorités de l’État (MPLA) à tous les niveaux et dans toutes les régions. Cette politique électoraliste généreuse du gouvernement au profit du MPLA, qui lui a aussi permis d’approvisionner plutôt bien en produits de base les magasins officiels, a pu se faire en puisant dans les ressources de l’État et en reportant des règlements et des mesures exigées par les instances financières internationales, mais différées bon gré mal gré “pour cause de transition”.

41Et tous ces cadeaux étaient plus que des cadeaux : ils étaient à la fois le signe indépassable que l’État, c’était le MPLA, la “preuve” qu’il avait suffi que “la guerre de l’UNITA” s’arrête pour que le Président, le gouvernement (le MPLA) s’intéressent de nouveau à leur peuple, et le gage de sa future politique populaire, effaçant quelque peu la tache de la corruption de la nomenklature comme un sous-produit de cette guerre imposée (comme tant d’autres maux de la société angolaise) et qui au mieux n’était plus, dans les rangs et au sommet du pouvoir, à l’ordre du jour – on le disait –, au pire n’était plus corollaire et synonyme d’un appauvrissement général.

42La transition (”la démocratie”) a aussi amené, après le règne du mépris et du silence pour tout ce qui dans la société n’était pas contrôlé par le MPLA-gouvernement ou des “amis”, une considération inédite et appuyée pour à peu près tout ce que cette société avait pu produire comme formes de regroupement même hors de ce contrôle. Sous le vocable internationalement légitime et donc repris à l’envi de “société civile”, le gouvernement-MPLA s’est attaché à montrer son attention et son respect pour toutes ces représentations, et à appeler à leur épanouissement, avec une prédilection pour tout ce qui était non politique et pour tous ceux qui apparaissaient comme des “chefs naturels”, leaders d’opinion, quoiqu’ils aient pu être vilipendés auparavant.

  • 29 29 Et avec elle la fin de la gratuité. On notera aussi que, dans une manœuvre assez typique de la (...)
  • 30 30 Danger, en partageant comme elle le faisait ses critiques entre UNITA et MPLA, de ne pas assez (...)

43À tout seigneur tout honneur aussi du côté des cadres “spirituels”. L’Église catholique, au sommet de son influence et récemment encore violemment dénoncée, a été soumise à une cour systématique, le gouvernement et le MPLA allant de promesses en engagements, et qui pour elle portaient sur des choses sérieuses voire essentielles en effet : la remise des biens immobiliers (très importants) confisqués à l’indépendance et le rôle prépondérant qu’elle pourrait reprendre dans le cadre de la privatisation de l’enseignement envisagée dès le niveau primaire29, dans l’éducation des enfants, la conduite des âmes. Cette politique de séduction, qui s’est exercée autant par ces biais massifs que par une cour systématique à tous les niveaux des autorités, est le signe de la nécessité impérieuse ressentie par le MPLA sinon de gagner, au moins de neutraliser une Église catholique pourtant naguère ennemi idéologique majeur, mais dont l’influence dans la population était reconnue et qui lui semblait constituer un danger30. Cela s’est fait, nécessité aidant, sans grands égards pour le pourtant vieil allié du MPLA dans le champ religieux, l’Église évangélique (méthodiste), dès lors qu’elle était à la fois moins implantée et écoutée dans la population (et de toute façon déjà acquise).

  • 31 31 On doit souligner le rôle qu'a eu la "vente" des appartements de l'État à leurs occupants (mesu (...)

44Avant de se vider de son sens puis de devenir à ses yeux, après le vote, le “fourrier” de la guerre, la “transition démocratique” a donc signifié pour la population une redistribution par l’État de quantités non négligeables : pour chacun à son niveau, elle a de fait été plus forte qu’elle ne l’était devenue dans les dernières années sous l’austérité. Les choix sont faits au seul bon vouloir du pouvoir – soit de son Assemblée nationale (cf. infra), soit du gouvernement, soit de la Présidence, soit d’individus influents – et relèvent d’un détournement abusif à des fins partisanes des biens de l’État, mais ce côté cour a indéniablement lui-même, sous le multipartisme naissant et à la faveur de la “libéralisation économique”, un côté jardin qui, pour ceux qui en sont bénéficiaires, va aussi s’épanouir, et porter électoralement ses fruits31.

  • 32 32 Les Portugais sont nombreux dans l'encadrement ou même la main d'œuvre qualifiée des chantiers (...)

45En même temps qu’en direction de l’électorat, et surtout des “grands électeurs” ou des “petits redistributeurs”, le MPLA a aussi fait usage de son accès illimité à l’État pour consolider ses alliances et sa situation politique et diplomatique. Malgré des contradictions secondaires réelles entre intérêts nationaux et étrangers et au sein des concurrents étrangers ou nationaux eux-mêmes, la manne est suffisante pour que le gouvernement déploie alors la gestion très politique de l’économie dont il est coutumier, faisant jouer la concurrence et accordant des traitements de faveur à “ses” patrons et aux différents intérêts étrangers en raison de leur bonne volonté et de leur collaboration, ou exerçant des représailles économiques (attribution des blocs pétroliers, etc.). Sa politique fait la part belle aux capitaux étrangers, qui n’interviennent sauf exception pas dans le pays en prenant des risques et engageant des investissements à long terme, mais qui y trouvent leur intérêt à court terme – on peut y faire des profits rapides – et veulent prendre leur place pour l’avenir, souvent avec l’aide de leurs gouvernements, avides de ne pas perdre celle-ci au profit d’autres pays s’ils attendaient les élections, et de s’assurer pétrole et marchés. La “transition” angolaise sera notamment pour le Portugal, grâce souvent aux fonds européens, pour ses sociétés, ses cadres mais aussi pour sa main-d’œuvre, l’occasion et l’espoir d’un grand retour32.

L’État comme proie

46Si le MPLA-gouvernement a fait usage des ressources de l’État pour contribuer à gagner des voix, la gestion par le MPLA de son gouvernement ne s’est pas réduite à une politique électoraliste d’intérêt commun, mais a aussi été, plus violemment pourrait-on dire, une politique partisane, et dans celle-ci, ce sont des intérêts économiquement bien plus importants qui sont en jeu.

  • 33 33 Celles qui pouvaient être rentables dans la situation de guerre et avec l'aggravation de la pén (...)
  • 34 34 Sur les procédures utilisées, et plus généralement cette reconversion, voir l'article d'Ennes F (...)

47Les intérêts étrangers entrent d’ailleurs aussi très directement (et donc sont fortement intéressés) dans cet aspect de la politique du gouvernement, qui a consisté en une appropriation massive, légale et illégale, du patrimoine de l’État : c’est en effet le plus souvent en association avec des capitaux étrangers (et avec des prête-noms) que les hommes du pouvoir ou choisis par lui sont devenus actionnaires des entreprises publiques les plus importantes partiellement ouvertes aux capitaux privés. Ils deviennent aussi propriétaires de celles qui, comme les maisons individuelles, comme les terres désormais largement mises sur le marché33, comme les plus petites entreprises et autres biens publics, ont été “libérées” par les lois de privatisation votées, et qui à la faveur ou en contravention de ces lois34, grâce au jeu des relations politiques et personnelles, sont réparties entre soi et aux fidèles, aux clients et aux alliés stratégiques.

  • 35 35 À son tour, que ce pillage ait eu lieu ainsi et ait pu "passer" contribue certainement à expliq (...)

48La politique de reconversion économique de la nomenklature a, par rapport à d’autres reconversions elles aussi massives et réussies au sortir de régimes de propriété collective, pris en Angola une tournure de prédation, voire de sac, un peu particulière : la privatisation y était en effet couplée à la “transition démocratique”, l’élection allait être en outre, entre UNITA et MPLA, la “dernière bataille” de la guerre, avec un vainqueur et un vaincu, et le pronostic électoral était d’abord sombre pour le MPLA. Dans cette période où le contrôle des institutions était “remis à plus tard”, où la communauté internationale avait autre chose en tête et dans son mandat et où l’UNITA comptait simplement, tout en le dénonçant, défaire “le premier octobre” ce que le MPLA faisait, elle a pu être menée sans frein. De plus, il ne s’agissait pas seulement de “se reconvertir au mieux”, mais encore pour certains, dans ce qui a été au départ une ambiance de “sauve-qui-peut”, de prendre tout ce qui pouvait l’être pour en cas d’une défaite électorale ne pas perdre avec le pouvoir la possibilité de mener le train qui était le sien (et notamment en l’investissant ou le gardant à l’étranger) et aussi de vider autant que faire se pouvait les coffres “devant l’ennemi”35.

49Indépendamment de cette appropriation légale, pseudo- ou para-légale de l’État au bénéfice premier de la nomenklature, il va de soi que dans une période si cruciale où toutes les forces devaient être gagnées, toutes les compétences mises au service de la victoire, prédation, pillage, corruption individuelle et pratiques mafieuses (et elles aussi avec des “intervenants” étrangers), évidemment non réprimés, vont elles aussi prendre leur envol.

  • 36 36 On ne connaît pas les dimensions exactes de cette hypothèque du pétrole, mais la production à v (...)
  • 37 37 Pour peu cependant que l'État reste le MPLA : même privatisée, l'économie angolaise allait enco (...)

50Ainsi, prenant dans cette période dite de transition démocratique un essor jusqu’alors inconnu, l’us et abus des ressources de l’État a, grâce surtout aux recettes déjà touchées et réservées du pétrole ou à celles futures mais déjà gagées36, permis au gouvernement (MPLA) d’en utiliser une part pour la victoire électorale sans pour autant amputer le profit personnel des membres de la nomenklature, les privatisations venant au contraire grandement accroître ce profit actuel et à venir37. Une politique qui se révélait, ainsi, “tout bénéfice” pour son camp, même si sous tous ses aspects elle ne pouvait qu’être extrêmement préjudiciable au développement ultérieur du pays, gravement hypothéqué.

Du bon usage de la démocratie

51Le MPLA a pu opérer la même “rentabilisation” de l’avantage comparé que lui donnait sa position au gouvernement par rapport à l’UNITA en matière d’exercice démocratique – et là en outre avec un soutien presque actif de l’UNITA dans le rôle de faire-valoir –, et sur ce terrain tirer parti de ce qui était sa faiblesse initiale et faire de nécessité vertu.

52Dans les mois suivant les accords, alors qu’il était très pessimiste sur ses chances, sûr de ne le pouvoir qu’en gagnant des alliés et donc en leur faisant une place un tant soit peu crédible, le gouvernement avait, en même temps que son congrès contemporain des accords appelait à de telles alliances (envisagées alors, désespoir oblige, très largement ouvertes à “tous sauf l’UNITA”) et qu’il célébrait l’émergence d’une société civile, quelque peu “laissé la bride sur le cou” à la société. Il avait notamment laissé se faire sans d’abord trop y intervenir une certaine libération du discours tenu dans les médias publics, où a régné quelques mois une liberté de ton jusqu’alors inconnue, et où des émissions, des journalistes sont parfois allés au-delà des limites (connues d’eux) des habituelles critiques inoffensives contre les maux affectant le régime, ont plus ouvertement et précisément dénoncé la corruption, voire se sont exprimés dans le sens de la nécessité de l’intégration de l’UNITA à la vie nationale et ont donné la parole ou des informations non tendancieuses sur des forces politiques civiles indépendantes.

53Au fur et à mesure cependant que la communauté internationale “laissait faire” les violations et les abus de pouvoir des deux côtés, qu’il était de moins en en moins nécessaire de donner des gages et même bientôt de trop respecter les formes de la démocratie, sinon celles tout à fait obligatoires pour que la transition démocratique soit avalisée, que l’UNITA se révélait incapable de même simuler la démocratie, alors le MPLA, loin de s’ouvrir, est progressivement revenu à sa pratique plus habituelle de l’ “ouverture” par une combinaison de répression, intimidation, neutralisation, cooptation et achat : avec tous les égards nécessaires dès lors qu’il s’agissait de consolider la victoire, mais dès lors que celle-ci ou le système lui semblaient mis en péril, sans égard même pour les formes (et d’autant moins que ce sera toujours moins nécessaire).

La “bonne” société

  • 38 38 Entre autres capacités d'adaptation – et facilités de rechute –, on ne peut que noter l'abandon (...)
  • 39 39 Mouvement associatif et mouvement civique seront analysés dans la troisième partie.

54Globalement, dans cette période pré-électorale et alors que “la démocratie” était une arme incomparable dans un face à face avec l’UNITA et encore comme un scrupule pour la communauté internationale, il convenait de valoriser la “société civile” par rapport au politique. Outre le soutien moral et à l’occasion financier, les clins d’oeil appuyés aux Églises et tout particulièrement à l’Église catholique, c’est aussi le soutien à la création d’associations dites “de classe”38, c’est-à-dire socio-professionnelles, plutôt que de syndicats (indépendants) qui ne sont la préférence d’aucune des grandes sensibilités de la direction. Elles étaient, en regard des partis – mus, eux, par nature, par des ambitions de pouvoir – la manifestation la plus saine de la société renaissante. Le gouvernement cessera même ses attaques contre l’Association civique angolaise, enfin reconnue. Dans la perspective des élections, les associations, même indépendantes, valaient mieux que les partis, elles devaient dans la mesure du possible en être dissociées, et l’ACA – de toute façon entrée en déclin –cessait d’être une cible39.

55Quelles que soient ces ouvertures faites au départ déjà selon leur innocuité et leur opportunité, le gouvernement a cependant, et toujours plus dès lors que cela lui a semblé possible, évité de prendre des risques et s’est opposé frontalement à ce qui, même non partisan, lui paraissait intolérable, dangereux.

  • 40 40 Accusation précise portée par un médecin pourtant de la "grande famille du MPLA" (il ne pouvait (...)
  • 41 41 Une intervention de "briseur de grève", si déplacée par son auteur et son contenu, si violente (...)

56Ainsi, alors que de nouveau l’ensemble des personnels de la santé et les médecins étaient en grève pour protester contre l’état de déreliction des hôpitaux, et qu’à ce long mouvement n’avaient daigné répondre ni le ministre, ni le gouvernement, et qu’ils demandaient, de guerre lasse, la démission d’un ministre de la Santé laissant son secteur à vau-l'eau alors qu’il était de notoriété publique – il venait même d’être dénoncé explicitement dans la presse40 – comme ayant des intérêts médicaux “privés”, c’est le Président de la République en personne qui est intervenu… pour défendre l’un de ses très proches et affirmer que personne n’avait le “droit” de réclamer sa démission41.

  • 42 42 Il déclara simplement "je ne reconnais pas le syndicat des journalistes". À cette occasion d'ai (...)

57Ainsi encore, alors que (en début d’été 1992) la situation, ayant beaucoup évolué, le permettait, quand, après moultes retards, il fallut mettre en place le Conseil de la communication sociale prévu par les accords pour veiller à l’impartialité des médias, la même affirmation sans états d’âme par un gouvernant du peu de cas qu’il faisait de la démocratie, des lois votées ou des accords : le coup de force du ministre de l’Information42 refusant que les trois représentants des journalistes qui devaient y siéger soient élus par une assemblée générale de tous les journalistes et les pressions pour que le vote se fasse au sein de l’Union des journalistes angolais, organisation du temps et sur le mode du parti unique.

Le parti et les autres

Les petits partis

58Le degré et la qualité de l’ “ouverture” du MPLA-gouvernement aux forces politiques s’est faite selon le même glissement sur la vague de la démocratie obligée pour l’abandonner dès qu’elle n’était plus nécessaire, a répondu aux mêmes exigences que pour la société, mais a pris pour y répondre d’autres voies.

59Là encore il y aura une évolution, en fonction du rapport de forces pressenti, mais là encore tous les pions sont concurremment joués : s’allier à des partis civils et les opposer éventuellement même à l’UNITA si la victoire autrement paraît trop incertaine, les neutraliser, les gagner, mais aussi tout faire pour les affaiblir à son bénéfice… et donner l’image d’un pouvoir démocratique.

  • 43 43 Il fallait recueillir au moins 3 000 signatures, dont au moins 150 dans 15 provinces du pays (s (...)
  • 44 44 L'UNITA, reconnue par les accords eux-mêmes, n'avait jusqu'alors pas jugé nécessaire de se soum (...)

60Là encore, le MPLA est prêt à payer le prix, mais pas plus. Déjà, les textes posaient des limites non négligeables à leur légalisation. Vu l’ignorance de la communauté internationale sur ce que qu’elles représentaient, vu l’intérêt convergent de l’UNITA pour que personne ne vienne amoindrir “sa victoire”, ces conditions ont été suffisamment contraignantes43 pour qu’en janvier 1992 encore aucun autre parti que le MPLA n’ait pu se faire enregistrer44, ce qui est finalement apparu assez inopportun pour l’image de la démocratie et a donc été modifié (mais beaucoup de temps, d’effort, d’argent, avaient été dépensés).

  • 45 45 La longueur des consultations bilatérales entre le Président ou le MPLA et différentes formatio (...)
  • 46 46 Pour une partie de l'opposition, la demande était d'une Conférence nationale.

61La conférence multipartite de janvier 1992 est elle aussi un exemple lumineux de la pratique par le MPLA de la démocratie, avant que son rétablissement et la radicalisation ne l’en dispensent. L’obligation démocratique faite par les accords au gouvernement était de “consulter les autres forces politiques” sur les questions touchant à la Constitution et aux élections, mais il était libre de le faire sous les formes voulues. Alors que fin 1991 son cas semblait encore bien désespéré (et après avoir perdu beaucoup de temps en consultations bilatérales)45, et qu’il semblait avantageux de “jouer la démocratie”, le Président décide de donner toute sa place à cette consultation et de convoquer une Conférence multipartite consultative pour janvier 1992, où sont en outre invités corps diplomatique et personnalités civiles et religieuses. L’UNITA, on l’a dit, refuse crûment d’y participer, le MPLA y vient avec ses experts et des textes préparés. Cependant, quand au cours des débats des partis de l’opposition demandent que soit mise en place une instance multipartite dotée de pouvoirs de décision, ou de contrôle46, le Président s’insurge contre ce qu’il dénonce comme un “coup d’État” institutionnel et met fin au débat : il ne saurait y avoir de contrôle multipartite ni sur le gouvernement ni sur la direction de la transition politico-militaire, la chose était claire dans les accords. Et alors que pourtant le MPLA s’était engagé à “défendre” devant l’Assemblée nationale les décisions auxquelles on était arrivé, et qu’il avait été décidé qu’une deuxième conférence multipartite se réunirait dans un délai spécifié rapproché, “les choses” ayant vite ensuite “évolué favorablement” par rapport à l’UNITA et la bipolarisation faisant bientôt boule de neige, il n’a nullement jugé bon de convoquer cette seconde conférence, et n’a retenu des résolutions de la multipartite que celles qui lui convenaient.

62L’issue de ce sommet d’exercice démocratique a en fait été le début de la fin des égards envers les partis de l’opposition civile en tant que tels : le rappel de Bicesse avait été fait devant la communauté internationale, il serait toujours temps, s’il le fallait, de tenir les engagements pris, et bientôt les désertions de Puna et Fernandes allaient, plaçant les enjeux à un autre niveau, faire passer à un plan très subalterne (également pour la communauté internationale) ce qui touchait à l’opposition civile.

63Le MPLA s’en est dès lors tenu à ses pratiques habituelles, ne cessant pas d’intervenir au sein de l’opposition soit par partis interposés soit pour y susciter des ralliements, y semer la confusion, acheter ce qu’il semblait important d’acheter, jouant de l’intimidation et de la promesse, dirigeant ses attaques contre ceux des partis qui pourraient représenter une opposition démocratique décente. Mais au fil de leur marginalisation, à laquelle les silences et l’ “information” données par les médias ont contribué puissamment avec l’aide d’autres moyens de l’État, il a bientôt été possible au MPLA de viser essentiellement à rendre inaudibles, et donc inexistantes, les forces potentielles d’une opposition qui ne soit pas l’UNITA. Et ceux-ci ne sont réapparus que dans le cadre de la campagne officielle dans les médias, un mois avant les élections, alors que leur marginalisation et les enjeux s’étaient élevés.

“La grande famille du MPLA”

64Je ne prendrai qu’un exemple de la politique du pouvoir envers son parti et ses partisans. Dans son essence, elle est la même que celle adoptée pour la conférence multipartite, et tout aussi illustrative de ce qu’est restée la direction du parti-État et des capacités d’une évolution démocratique en son sein pendant la transition. Le MPLA était devenu, sinon comme parti-État et nomenklature, un sigle, comme parti militant il était exsangue. Il fallait tenter d’éviter l’hémorragie, rassembler ses forces et donner l’image d’un parti vivant et populaire, pas celle désastreuse d’une nomenklature, mobiliser les militants et plus largement encore pour mener la campagne du parti dans le pays. On était seulement à l’aube du renversement de tendance, et la bipolarisation n’ayant pas encore produit tous ses effets, certains partis de l’opposition civile, ou l’abstention, pouvaient représenter une tentation pour d’anciens membres du MPLA ne le croyant plus capable de se réformer. Dans le parti lui-même des cadres de l’ancien MPLA, ne se reconnaissent plus ni dans la direction ni dans la ligne actuelle, d’autres, jeunes ou vieux, veulent des réformes, d’autres encore pourraient s’associer à un mouvement qui demanderait des comptes – tout particulièrement sur les méthodes de direction (et la concentration des pouvoirs dans la Présidence) et sur la corruption. Un Groupe de réflexion s’est même formé qui veut se faire entendre de la direction, et un ancien dissident, au parcours sinueux mais revenu au bercail, Chipenda, semble pouvoir être une tête de proue d’un regroupement de ces divers noyaux ou individus.

  • 47 47 Grand meeting de retrouvailles, plein d'émotion et sans autre contenu que la mobilisation contr (...)

65La direction du MPLA ne va pas s’opposer à ces militants, qui s’agitent pourtant, ni les rappeler à l’ordre. Elle veut, au-delà d’eux gagner toutes les brebis dispersées et désabusées qui ne croient plus dans le parti, et doit donner l’image de l’ouverture. Si cela peut se faire, c’est autour de la lutte commune contre l’ennemi commun, l’UNITA. Encore faut-il pour cela effacer l’image du MPLA-parti arrogant. Aussi la direction va-t-elle alors revivifier l’esprit du passé, celui du MPLA “mouvement” des temps héroïques et honnêtes, et vouloir aujourd’hui réunir tous les siens, au-delà des divergences bien compréhensibles, des erreurs du passé, magnanimement. Ce fut l’opération de “la grande famille du MPLA”, donnée comme gage futur d’un nouveau MPLA, héroïque, populaire et honnête47. Et “la convergence se fait” entre le groupe de réflexion constitué et la direction : celle-ci accepte la discussion sur la base des revendications avancées, prend le risque d’envisager pour Chipenda – qui présente, malgré tout, l’avantage d’être un bon orateur et d’être Ovimbundu (cf. infra) et qu’il vaut peut-être mieux avoir dans le parti qu’à l’extérieur – une vice-présidence. En échange de cette discussion et des engagements de la direction quant aux débats futurs et à une représentation du Groupe de réflexion, celui-ci accepte de remettre à “après les élections” ses revendications : il ne demandera pas jusque-là que des mesures soient prises contre les dirigeants les plus corrompus, et il n’y aura pas le débat dans le parti, l’affaire s’étant donc traitée à l’amiable. Un risque, interne, s’est éloigné pour la direction. Quand le danger extérieur et principal commencera à s’éloigner, elle pourra proposer bien en-deçà de ce qu’elle avait laissé espérer : il n’est plus question d’une vice-présidence pour Chipenda, mais seulement d’une direction qui se révélera très vite “gardée” de la campagne électorale et, en échange de la cessation du mouvement, de candidatures à l’Assemblée en position d’éligible pour un certain nombre de membres du groupe de réflexion.

66C’est sur cet avortement de ce qu’il y a pu avoir de velléités de réforme dans le parti que celui-ci va en fait prendre son essor, et connaître, à mesure que la victoire semble plus crédible, un nouvel élan, la perspective de gagner et de participer au nouveau pouvoir faisant, alors que la logique du plus fort ne cesse de s’ancrer au fil de la transition, boule de neige. Là encore, en son sein, la logique hégémonique du MPLA s’est exercée, choisissant une toute autre voie que le débat et la transparence, et elle a permis, avec l’assentiment des meneurs de la “réflexion”, un renforcement de son contrôle sur le parti. Ce faisant, elle a “évité”, avec un début de débat démocratique et de recomposition politique en son sein, toute éventualité d’une recomposition sur des bases démocratiques avec des forces extérieures, civiles, enrôlant au contraire la famille mobilisée dans la lutte contre l’opposition civile “voleuse de voix nécessaires à sauver le pays de l’UNITA” et la défense du parti au plus grand bénéfice de sa direction.

L’État comme apanage

67Le MPLA a de surcroît pu s’appuyer sur tout le fonctionnement habituel et peu visible de l’État et de l’administration, sur toute cette “gestion” que les accords lui laissaient, et ce d’autant plus que la transition angolaise est notable par l’absence de mesure visant à exercer sur les appareils de l’État un minimum de contrôle, et empêcher au moins que l’État de droit ne soit bafoué. On l’a dit, ces carences ont été favorables aux deux partis armés au détriment de tous les autres. Le gouvernement y a gagné cependant une latitude particulière, au bénéfice du MPLA.

  • 48 48 Ainsi, au-dessus du président du Conseil national électoral, membre du FNLA, le Directeur génér (...)

68Il est hors de question ici d’entrer dans le détail, mais on peut indiquer quelques points significatifs. La situation de l’Assemblée est éclairante : dans le cadre de la souveraineté maintenue du gouvernement, l’ancienne Assemblée populaire (c’est-à-dire celle du temps du parti unique) est rebaptisée mais intacte. Avec l’accord de l’UNITA : sa souveraineté s’arrêtait en effet aux portes de la CCPM. Elle était donc, pour tout ce qui dépendait de l’accord avec l’UNITA, une chambre d’enregistrement. Elle était en revanche opposable à “tous les autres”. L’épisode de la conférence multipartite est clair à cet égard : sous une forme bien différente de celle brutale adoptée par l’UNITA, le gouvernement a mis un terme à l’agitation démocratique, et tant la future Constitution que les textes devant encadrer le processus électoral ont résulté d’un accord des deux signataires. Mais hors de ce qui relevait de la “transition politico-militaire” proprement dite, la souveraineté de l’Assemblée n’était pas limitée, et elle a pu voter sans contrôle, retarder aussi, toute une série de lois régissant la vie des citoyens, dans tous les domaines de la gestion gouvernementale. Il lui a aussi été parfaitement loisible, ces lois votées, de ne pas ou très tard en faire paraître les décrets d’application et, l’administration étant sans contrôle elle aussi, de ne pas les appliquer. Le gouvernement étant chargé de nombreuses tâches nécessaires à l’avancement de la transition, des retards ont été délibérément créés pour retarder l’établissement des conditions de l’avancée du processus, notamment l’ouverture de la période électorale sous plus haute observation démocratique. En revanche tous les aspects de l’action soit strictement gouvernementale, soit multipartite mais “sous égide gouvernementale” qui pouvaient jouer un rôle dans le contrôle de l’État et particulièrement la préparation des élections – pour lesquelles l’ONU n’avait pas le mandat de contrôle qu’elle avait dans les autres domaines, mais seulement celui d’observation (et pas de moyens) – étaient mis en place loin des regards et confiés dans toute la mesure du possible à des personnes de confiance du parti au pouvoir, les organes stratégiques peuplés, voire investis, par des fidèles48.

  • 49 49 Pour l'UNITA, il s'agissait globalement d'une part d'aller au plus tôt aux élections, de l'autr (...)
  • 50 50 N'ayant pas intérêt à un enregistrement exhaustif de populations favorables à l'UNITA, il a pu (...)

69La bonne foi de la très grande majorité de ceux qui ont participé à l’effort pour que les élections aient lieu “coûte que coûte” n’est évidemment pas en cause, mais dans le jeu des deux signataires de Bicesse pour gagner non seulement l’électorat mais les élections, tout a été mis en œuvre, et aux revendications et aux blocages de Savimbi quant à cet enregistrement49 le gouvernement a répondu par des manœuvres plus fines et discrètes mais pas moins efficaces50.

70Au-delà de ces questions ultra-sensibles, le MPLA a pu largement compter aussi sur sa justice, laissée hors-jeu de la transition, et sur un arsenal et un personnel pénal restés profondément marqués par leur rôle et leur dépendance sous le parti unique, tandis que ses fidèles dans l’administration étaient, comme dans une série d’entreprises publiques (ou maintenant privées) à même de favoriser son activité ou d’entraver au contraire la formation ou l’activité d’autres partis. Alors qu’il faisait un large usage de l’appareil et de l’infrastructure publics, il n’hésitait pas à dénoncer à la cantonade tout ce qu’il stigmatisait comme manquement à la loi et à l’honnêteté des autres, pas non plus à sanctionner arbitrairement ou illégalement.

71Pour le MPLA, l’État était son apanage, il avait toujours fonctionné ainsi, et continuait à le faire, comme beaucoup d’ailleurs de ses membres, naturellement il n’était en outre pas question que cet État puisse si peu que ce soit “profiter” à d’autres, pas question non plus qu’il se prive de “montrer” (médias, rumeurs, calomnie aidant) la “vraie nature” (corrompue, ambitieuse) de l’opposition prétendument démocratique.

  • 51 51 Ils y ont en outre bénéficié de promotions particulièrement fortes, au point de susciter le res (...)

72Quant à la police qui, relevant de sa souveraineté, avait cependant fait l’objet dans les accords de Bicesse de dispositions spéciales afin d’en assurer la “neutralisation” et de surveiller qu’elle exerçait ses tâches sans attenter aux droits des citoyens, elle a pu être dans les faits préservée dans quasiment toutes ses dimensions par le gouvernement-MPLA. Pour m’en tenir ici à son aspect non directement militaire, le gouvernement a pu jouer là sur l’absolue dérision des moyens prévus à Bicesse pour le contrôle par des groupes de surveillance avec participation de l’UNITA et de policiers internationaux (90 en tout !), et aussi, au fil de la transition, sur la grande négligence de la communauté internationale pour ce secteur de “simple police” – celui qui affectait non “la transition” et directement les rapports entre les deux partis armés, mais les rapports de l’État et des citoyens – et la polarisation croissante de l’UNITA sur une dénonciation de la nouvelle police d’intervention rapide, les ninjas (cf. infra). Dans ces conditions de grande latitude, la transition démocratique s’est traduite en une matière pourtant très importante pour l’environnement des élections, non par une “neutralisation” mais un épanouissement de ce qu’était la police du parti unique : à la fois partisane et profondément gangrénée. Le gouvernement a pu faire entrer dans ses rangs des militaires démobilisés mais surtout y intégrer les cadres et personnels issus de la dissolution, pour cause de démocratie, des services de la Sécurité51. Et dans cette période où les “organes de l’ordre intérieur” étaient si importants pour le gouvernement (MPLA), il était en outre exclu qu’il soit procédé à des sanctions contre ses exactions, ou qu’il soit plus que d’opportunité sévi contre ses abus de pouvoir, ses rackets contre la population ou sa participation au détournement des biens de l’État : alors que la presse dénonçait la montée de la délinquance et de la criminalité organisée, très réelle, alors que la direction de la police peu avant les élections parlait de “liens” de bandes de trafiquants et criminels avec “des groupes politiques” (non identifiés publiquement), il était de notoriété publique que des policiers étaient impliqués dans les détournements massifs “à la source” : au port et à l’aéroport, et seules des arrestations de comparses ont été opérées.

Les forces armées

  • 52 52 C'est surtout à partir de la transition que les cadres de l'armée s'engagent massivement dans c (...)

73Le laisser-faire de la communauté internationale a également porté sur les questions militaires. Sur ce plan plus qu’irresponsable, il a indéniablement “favorisé” avec les conséquences tragiques qui vont en résulter, principalement l’UNITA : parce que, dans ce laxisme, il était plus facile pour elle de dissimuler dans ses zones hommes et armements ; parce qu’aussi, organisation armée, ses troupes disciplinées étaient prêtes, du haut en bas, à répondre aux ordres pour empêcher que la victoire ne soit “volée”. Le MPLA-gouvernement était lui dans une situation plus exposée, ses principaux dépôts d’armes connus, ses troupes peu dissimulables. L’aurait-il voulu d’ailleurs, lui n’aurait pas pu garder “en corps” son armée. La raison de la “bonne” démobilisation des troupes du gouvernement – comme elle l’avait d’ailleurs été de leur “mauvais” cantonnement et du désarmement – est moins sa bonne volonté démocratique ou celle du gouvernement que sa démoralisation, son état de déliquescence : les FAPLA se sont d’elles-mêmes débandées. Tant directement qu’indirectement, y est pour beaucoup la participation des officiers à l’appropriation légale et illégale du patrimoine public52 : l’absence de discipline dans les cantonnements et le non-entretien des matériels (qui les rend, en octobre 1992, inutilisables) est d’abord imputable au comportement des officiers qui abandonnent leurs hommes pour aller passer leurs week-ends en famille ou à la plage, s’occuper de leurs affaires en ville, ou qui se répartissent la flotte de véhicules militaires.

  • 53 53 Très à découvert pour sa masse, l'armée des FAPLA a pu rester hors du processus de démobilisati (...)
  • 54 54 Cette police et ces milices seront suffisamment prêtes à des actions de guerre pour constituer (...)

74Le gouvernement n’est cependant pas resté inerte. Il a cherché lui aussi à se constituer, en toute éventualité, des forces, et dans la mesure qui lui était possible vu sa situation, a aussi pu passer entre les mailles du filet des accords, la non-intervention de la communauté internationale s’étant, volens nolens, “exercée” bien qu’inégalement au bénéfice des deux signataires. Il y a eu en effet, du fait des blocages, des faiblesses et du caractère de plus en plus fictif du processus de démilitarisation, des effets automatiques pour les deux signataires (manque de contrôle, d’enquêtes, etc.). Il y a eu également, au fur et à mesure que la communauté internationale prenait une obscure conscience des dangers, mais sans se départir de son optimisme officiel et, surtout, en poursuivant sa marche résolue aux élections, des changements de perception et d’inclination dans la “communauté internationale” (étroite et plus large) au fil de la manifestation toujours plus menaçante par l’UNITA de sa “vraie nature”. L’hypothèse d’arrêter le processus devenant de plus en plus inenvisageable, l’impuissance à agir plus grande, il semble aussi que l’option ait été plus ou moins délibérément faite de compenser sur ce terrain aussi les violations de l’un par les violations de l’autre plutôt que d’y mettre un terme, pour arriver “au moins” à ce que chacun ait les moyens de dissuader l’autre – un “équilibre de la terreur” en quelque sorte… On ne sait pas aujourd’hui, le gouvernement n’ayant contrairement à l’UNITA pas choisi l’ostentation de sa force, quand et à quel niveau ont pu être préservés, hors d’une armée de toute façon “perdue”, quelque chose comme des chaînes de commandement strictement militaires, des unités de commandos53, ni si les objectifs initiaux du gouvernement étaient strictement défensifs – éviter des représailles, voire des éliminations en cas de victoire de l’UNITA, se protéger de celle-ci en cas de victoire du MPLA –, mais il est indéniable que la police anti-émeutes qu’il a constituée était par son équipement, son armement, son entraînement, sa composition, une force paramilitaire, et que la décision de la former a été prise assez tôt (l’Espagne a assuré la formation de ses cadres à l’étranger et y a aidé sur place). Malgré les protestations de l’UNITA (et des États-Unis), le gouvernement en justifia l’existence à la fois par sa souveraineté inscrite dans les accords et par la protection des citoyens et l’aggravation de la criminalité. Aucune mesure de contrôle sérieux ne sera prise et le gouvernement pourra ainsi monter la force d’élite de 2 ou 3 000 hommes strictement – et peut-être de beaucoup avec la reconstitution de commandos et de milices formées sur la base des organisations de l’”ordre intérieur” et des militaires démobilisés, eux aussi suffisamment préparés pour pouvoir engager le combat après les élections et le mener jusqu’à ce que l’armée se recompose54.

L’arme de l’information : propagande et marketing

75À l’utilisation sommaire, pamphlétaire, faite par l’UNITA de ses moyens d’information, le gouvernement-MPLA a su opposer une panoplie impressionnante de moyens et faire preuve d’une incontestable maestria dans leur utilisation. Il ne s’est privé ni de l’une ni de l’autre des possibilités de gestion de ce secteur, ayant recours concurremment à des méthodes et une propagande dans le style du parti unique et à un véritable marketing politique.

  • 55 55 Dans une conférence à Lisbonne plus d'un an plus tard, un responsable de cette campagne expliqu (...)

76Le MPLA (parti) a fait appel pour le plus grand profit non seulement de son information mais de toute son activité politique, aux services d’une entreprise de marketing politique – celle qui avait “fait” la campagne de Collor de Mello au Brésil –, extrêmement coûteuse mais extrêmement performante, qui n’a pas seulement été le côté “paillettes” de la campagne électorale du MPLA mais s’est mis au travail très tôt, accumulant enquêtes de terrain et avis d’experts, et sur les conseils et avec l’aide de laquelle le MPLA et son Président ont pu se présenter d’une manière adéquate pour gagner : s’appuyer bien sûr sur une dénonciation sans relâche, concrète, de Savimbi55, et de l’UNITA, organisation dictatoriale et criminelle, avide de pouvoir, et creuser son image de candidats épris de paix, tolérants et proches du peuple pourvu que cesse la guerre imposée et qu’on leur en laisse le loisir, sans tenter de répondre aux critiques et aux accusations.

77Sa position au gouvernement et la très grande supériorité de ses moyens ont donné un avantage déterminant par rapport à l’UNITA : sa politique d’information a pu en être démultipliée, décuplant ses effets dans tous les autres secteurs de son intervention et ceux-ci venant à leur tour toujours plus lui permettre une utilisation efficace des médias. Et là encore le gouvernement-MPLA a pu épouser la vague de la démocratie nécessaire puis de ses seules formalités pour contribuer à créer les conditions de l’abandonner ensuite.

  • 56 56 L'hebdomadaire O Correio da semana est passé au privé, sous la direction d'un cadre, modéré mai (...)

78Après le bref printemps où il a laissé s’exprimer des voix discordantes ou des critiques parfois intempestives dans les médias publics, il a, dès que cela a paru possible, resserré son contrôle sur l’ensemble des médias publics (rendus par ailleurs plus performants), nommant pour ce faire à la tête du ministère de l’Information un homme connu pour sa poigne. A en outre été menée, conformément à une libéralisation opportune et selon des procédures juridiques peu ouvertes mais assurant qu’il n’y aurait pas de dérapage, une libéralisation des médias56. Les nouveaux médias privés ont pu donner l’image d’ouverture sans risque pour le pouvoir qui était bienvenue, laissant s’exprimer des voix indépendantes, mais sans dépasser toutefois certaines limites. Les partis de l’opposition civile, qui eurent un temps une place d’expression autonome dans un Jornal de Angola lui extrêmement tenu, ont bientôt paru sous une forme quasi toujours négative, tronquée et, de plus en plus, indirecte dans les médias officiels, jusqu’à en être quasiment éliminés, dès lors que le silence ou le dénigrement les avait fait disparaître de la “scène publique”.

  • 57 57 Je ne connais pas l'origine réelle des fonds et des moyens de la radio commerciale Luanda Anten (...)

79Pour s’assurer que la marge de liberté soit idoine quant à eux qui prenaient la parole et ne se retourne pas contre ses objectifs, l’État n’a pas compté que sur la situation de dépendance des journalistes, plus ou moins grande mais toujours réelle, sinon pour les quelques correspondants de la grande presse étrangère : dépendance pour leur emploi et leur statut de cadre avec les avantages afférents, dépendance aussi, même pour ceux des médias privés, pour ce statut social autonome. Création et fonctionnement dépendaient en effet du bon vouloir du gouvernement à un niveau ou un autre57. Il a pu compter aussi, outre sur le peu de sympathie envers l’UNITA dans ce milieu comme parmi les autres cadres de la société du MPLA, sur la politique de l’UNITA elle-même et ses menaces contre les journalistes (cf. supra), qui lui ont permis de consolider une alliance précieuse en défense de la “classe” attaquée et de la liberté d’expression. Le gouvernement a aussi “rétribué” collectivement la “classe” par l’importation de voitures, tandis que les dénonciations et intimidations de journalistes indépendants dissuadaient d’aller trop loin, et qu’au besoin le ministre pouvait, en mettant brutalement un terme à un programme très écouté qui s’était risqué à dénoncer trop précisément les agissements d’un homme du pouvoir et la conduite du pouvoir à l’occasion, rappeler à l’ordre.

80Le bi-monopole de l’information de masse a nettement profité au gouvernement par rapport à l’UNITA. Il a eu dans ces conditions une efficacité beaucoup plus large pour le MPLA : il a été un facteur majeur du renforcement de la bipolarisation, contribuant à l’étouffement puis au laminage des autres forces politiques, mais aussi un facteur de radicalisation, lui permettant toujours plus de se livrer sans ambages, contre et comme celui qui devenait son unique concurrent audible, au besoin à de la franche désinformation, plus souvent à de l’information partielle et partiale, l’autorisant plus systématiquement lui aussi à ne faire connaître de la situation que ce qu’il l’intéressait qui soit connu et de passer sous silence ce qu’il lui convenait qui soit discret, et sous les formes et aux moments voulus.

Gagner les cœurs

81Pour ce qui est des moyens plus émotionnels de sa conquête de l’électorat, le gouvernement du MPLA était dans une situation assez sensiblement différente de celle de l’UNITA. Il avait, d’abord, des moyens extra-propagandistes “civils” (matériels ou d’ “autorité”) de loin plus importants que ceux de l’UNITA, certainement aussi convaincants que beaucoup de discours.

  • 58 58 Le MPLA s'est beaucoup préoccupé pendant la transition, tout en dénonçant l'iniquité de l'inter (...)

82Sa dénonciation de l’UNITA comme un pouvoir violent, brutal, non démocratique, non civilisé, a été faite sans retenue, visant à magnifier les peurs. En regard, lui-même se donnait à voir comme un pouvoir épris de paix, ouvert, tolérant, généreux, civilisé, urbain, en somme à l’occidentale, cosmopolite – un pouvoir, donc aussi, avec lequel les autres pouvoirs d’État, démocratiques, civilisés, occidentaux pouvaient traiter58 – et il y a eu peu de dérapages dans la campagne officielle du gouvernement-MPLA. Il ne s’est cependant pas tenu à ces moyens officiels, mais a lui aussi eu recours aux campagnes non officielles et dans celles-ci, par les rumeurs et des moyens d’État, à d’autres arguments.

83Il est clair qu’il n’était pas comme l’UNITA porté à l’exaltation ethnique ou “africaniste”, ni par tradition, ni par position et opportunité. Il s’était fondé sur le multiracialisme, l’antiracisme et l’anti-tribalisme. Pour la compétition actuelle, cette orientation originelle de fait très distinctive et toujours officiellement maintenue malgré des tensions récurrentes, pouvait constituer une marque de fabrique intéressante et fournissait un habillage opportun à une réalité différente – le net déséquilibre de la composition de la nomenklature et des bénéficiaires du pouvoir selon leur origine régionale, ethnique et raciale – sur laquelle il n’avait lui évidemment pas intérêt à s’appesantir. Tant cette réalité politiquement sensible que la complexité de la configuration socio-racio-ethnique interne au camp et au pouvoir du MPLA ont ainsi joué, étant donné la nature et la portée des enjeux, dans le sens d’une modération générale de l’argumentation raciale ou ethnique (et aussi à sa dispersion et sa diversité selon les propagandistes).

84Mais le MPLA a lui aussi dès le début de la transition, pour regagner les soutiens perdus dans les campagnes, décidé de valoriser à la fois son africanité propre et, on l’a dit, les signes et les hommes porteurs de l’africanité du pays. Il a mis en avant surtout ceux de ses dirigeants qui étaient capables de parler des langues africaines, et envoyé dans les provinces des propagandistes parler aux paysans et à leurs chefs dans leur langue. Il n’en est pas resté à cette distribution des rôles.

  • 59 59 Savimbi lui-même a ainsi été souvent traité de "paysan" (une marque de mépris dans la bouche de (...)
  • 60 60 Elle le sera plus encore après les élections, mais surtout après les combats-massacres de la To (...)

85Dans sa dénonciation du pouvoir de l’UNITA, le MPLA n’a pas lui non plus reculé devant les ambiguïtés délibérées et n’a pas “évité” les dérapages : il a très fréquemment joué sur le sentiment de supériorité des “civilisés”, et notamment des citadins, par rapport à ces “paysans” de l’UNITA59, entretenu aussi au-delà le mépris pour l’arriération de ses soutiens populaires et, plus que jamais audible alors60 dans la bouche de Luandais, du haut en bas de l’ “échelle sociale”, la condescendance pour les Ovimbundu, ce peuple de contratados (voire d’esclaves ou de brutes), ou la dévalorisation des élites umbundu.

  • 61 61 On en sait trop peu sur les "événements" d'août 1992 à Malange, qui se sont soldés surtout, sup (...)

86Et le MPLA a abondamment fait dire que l’UNITA était fondamentalement un mouvement tribal – la défection début 1992 des deux dirigeants cabindais venant apporter à cet égard, autant que leurs accusations, une aide importante – et que son arrivée au pouvoir serait la “revanche” des Ovimbundu, revanche prenant des couleurs très sombres dès lors que le chef de mouvement était un despote barbare : il était donné pour certain (cela déjà sous cette forme dans la presse officielle) qu’elle s’accompagnerait de représailles et de massacres, dont il ne fallait pas croire qu’elles se limiteraient au pouvoir, ou aux claros, mais menaçaient tous les autres groupes ethniques61.

87Concentrant cette vision dans une version à destination du “public cultivé” (notamment international), en un clair rappel du FIS algérien, le thème a été de plus en plus labouré du “fondamentalisme” de l’UNITA, exploité communément dans ses dimensions de “fondamentalisme bantu” et de “fondamentalisme ovimbundu”.

  • 62 62 Le montage fait à l'occasion manquait, pour un public un peu averti, de crédibilité, mais qui p (...)

88D’autres moyens ont encore été mis en œuvre par le gouvernement, dans une logique de provocation qui, si on ne saurait penser qu’elle était absente du côté de l’UNITA, était pour le MPLA cependant à la fois, dans sa situation et sa posture, plus indiquée et risquait d’être plus crédible. Symptomatiquement, la plus publicisée (en mai 1992) a précisément “porté sur le problème racial”. Qu’il ait été monté de toutes pièces ou seulement exploité (c’est plus probable étant donné la criminalité), l’assassinat (barbare) par des marginaux de familles portugaises (blanches) dont des enfants, a servi à une mise en accusation rapide par la police, après aveu des meurtriers, du fait qu’ils avaient agi sur ordre de l’UNITA62, et à une mise en scène puissante par les médias (sans compter la mobilisation de l’opinion au Portugal). Tant l’inhumanité que la cible de cet acte tombaient à point nommé pour donner une forme à ce “fondamentalisme” de l’UNITA, et avec une efficacité aussi bien internationale qu’intérieure. Cette opération n’a, de fait, pas peu contribué, dans le doute obligatoirement introduit vu les attaques verbales de l’UNITA, à semer l’inquiétude, évidemment chez les Blancs et les métis (s’il s’agissait de l’UNITA, métis et Blancs étaient pareillement visés) mais bien plus largement. Aussi muette soit-elle dans la campagne politique du MPLA, cette opération n’a pas peu contribué non plus, en même temps qu’elle provoquait l’UNITA et radicalisait le conflit, à “identitariser” plus encore non seulement les camps mais les enjeux et la perception de celui-ci, et sa formulation courante.

89Au terme de la transition qu’avait ouverte Bicesse, le rapport de forces politiques entre les deux signataires des accords s’est inversé. Sans analyser ici précisément ce qu’ils reflètent (ce qui sera fait en troisième partie), on doit souligner cependant quelques traits généraux :

90Il est clair que si l’UNITA a perdu du terrain électoral, c’est parce qu’elle est apparue comme inquiétante pour des choses – la paix, la sécurité, la tranquillité, le “droit des gens” – qui, importantes pour toutes la population, étaient pour la plupart “les plus importantes”. Les Angolais étaient immensément las d’une chose, outre de la guerre : de la “légitimité des armes”. Or l’UNITA a fait planer une menace de guerre et a accrédité toutes les inquiétudes qu’elle veuille imposer, sous des formes plus centuriennes encore, cette légitimité que les Angolais avaient déjà connue au sortir de la guerre de 1975-1976 avec le MPLA, et à laquelle la société était bien moins prête à consentir aujourd’hui. Et tout le comportement de l’UNITA donnait l’image d’une force intrinsèquement réfractaire à la démocratie dès lors qu’elle pouvait entamer son pouvoir actuel et ses chances de l’emporter. L’UNITA est apparue sauf pour ses partisans irréductibles, dans son décalage “culturel” patent avec l’évolution de la société, comme un pouvoir impitoyable.

  • 63 63 Il n'est donc pas étonnant qu'après sa défaite aux élections l'UNITA ait tenté de revendiquer ( (...)

91Il ressort aussi clairement de ce qu’on vient d’exposer que cela a été considérablement “rendu possible”, au long de la transition, par la position même qu’elle y avait prise, et que le choix fait par l’UNITA de ne pas entrer au gouvernement s’est révélé un piège politiquement redoutable : non seulement l’UNITA n’y a pas été contrainte à changer son mode d’être essentiel, mais elle a tendu à l’exploiter, et même à l’exhiber. Elle s’est affichée dans sa puissance. Elle a aussi laissé au MPLA, avec les moyens très considérables que donnait à celui-ci sa mainmise sur l’État la possibilité de magnifier à son gré cette ostentation et d’exploiter infiniment plus encore qu’il ne n’avait espéré ce qui apparaissait à Bicesse comme son seul atout politique63.

92Mais quels qu’aient été les moyens dont a en effet disposé le MPLA dans son affrontement avec elle, il n’a pu en user que parce qu’elle s’est dévoilée, aux yeux d’une population qui ne la connaissait pas bien, pour qui elle était parfois seulement l’”opposition armée” au MPLA et à ce titre pour beaucoup, en l’absence d’autre issue, le porteur possible de leurs espérances, comme au contraire un danger. Au terme de la transition, l’UNITA est restée une organisation armée, n’est pas prête à l’acceptation des règles d’un jeu politique d’où soit exclu le recours aux armes. Elle s’est même renforcée dans sa force militaire et sa détermination à ne pas laisser lui échapper un pouvoir dont elle estime qu’il lui revient “de droit” et pense jusqu’au bout qu’il ne pourra lui échapper que par fraude.

93Face à cet ennemi “en or”, et dès lors encore que les élections allaient, clairement, au terme de cette transition, être un duel, le MPLA a pu lui aussi se déployer dans sa nature essentielle, celle d’un parti-État et, lui, utiliser sa position pour se donner à voir comme un pouvoir épris de paix ; il a manifesté par des paroles et des actes qu’il était à l’écoute de son peuple, auquel il ne s’est pas opposé et qu’il n’a pas menacé, il a pu donner les signes de la démocratie, en respecter les formes. Dans son affrontement avec l’UNITA, il a pu apparaître, dans le temps, la mesure, les domaines où cela a été nécessaire, comme jouant le jeu de la démocratie, puis comme au moins “plus démocrate” que l’UNITA.

94Les moyens de l’État ont représenté un avantage considérable dans cette bataille électorale, notamment, alors que l’UNITA s’exhibait et montrait sa force, pour lui permettre, en renfort de la posture de paix qu’il avait adoptée, d’agir par les moyens moins bruyants fournis par son contrôle de l’appareil d’État, et de présenter ses aspects les plus avenants (sa capacité de redistribution, sa possibilité de fonctionner sans exiger l’entière soumission mais en laissant “aux autres” des marges appréciables, etc.), mais aussi d’articuler une gamme beaucoup plus riche d’instruments, démultipliant l’efficacité de son intervention, son monopole des médias publics ayant pu notamment donner toute sa mesure. Le parti-État a incontestablement fait la preuve de sa supériorité, à la fois pour la majorité des Angolais comme moins nocif qu’un pouvoir armé, et pour lui-même.

95Car ce n’est pas seulement par l’utilisation experte de l’État que le MPLA a pu renverser le rapport de forces politiques, mais par la poursuite, l’aggravation de son exploitation et de sa prédation. Non seulement il n’a pas opéré de transition démocratique, ne s’est pas converti à la démocratie. Le dispositif de la transition lui a permis un renforcement de sa logique et de ses ambitions hégémoniques : celles-ci sont encore avivées par rapport à Bicesse, alors que la victoire devient crédible, du fait de l’importance de ce qui a été acquis par la nomenklature à la faveur de la transition, et de ce que demain peut porter de promesses pour un avenir – pourvu que celui-ci en permette la “réalisation”. D’autant que le MPLA a appris aussi, dans cette négation en actes de la démocratie qu’a été la transition, que la démocratie multipartite qu’il avait crainte était en fait, sous certaines conditions, parfaitement accommodable au maintien de son pouvoir hégémonique (l’UNITA, elle, n’ayant, pourrait-on dire, “rien appris et rien oublié”). L’éventualité d’une perte ou d’un partage du pouvoir qui viendraient les entraver est pour lui moins envisageable encore qu’au début de la transition, et il n’entend pas y être contraint.

96À la veille des élections, au-delà de ses conséquences plus ou moins “positives” pour les deux camps, la transition démocratique n’a bien sûr pas amené une amorce de démocratisation, mais elle n’a pas non plus été la parenthèse qu’elle avait été conçue pour être. Pour en rester ici à ce qui est des politiques des directions des partis armés, elle a abouti à une régression des possibilités que le vainqueur du scrutin, quel qu’il soit, puisse amener une modification des modes d’exercice du pouvoir, de ses relations avec les citoyens, de la fin de l’arbitraire. La transition a été à cet égard une leçon de chose, la loi (celle de l’État et celle des accords) ne s’y étant imposée, pourtant sous le regard de la communauté internationale, qu’à ceux qui n’avaient pas les moyens de la faire, de la subvertir, de la contourner, de la violer, discrètement ou même notoirement. Et les deux pouvoirs armés se sont au contraire renforcés – dans leur logique et les moyens de domination, mais aussi dans leur contrôle sur leur camp, et encore au-delà : par l’étouffement que la bipolarisation leur a permise des autres forces politiques et de la société.

  • 64 Ces questions seront traitées dans la troisième partie.

97Leur radicalisation qui n’a cessé de se renforcer dans le champ clos de leur affrontement et du fait de leur non-désarmement, le risque toujours plus présent de la guerre, la peur – provoquée par la radicalisation alors que les élections vont choisir un vainqueur et un vaincu, et délibérément activée par eux dès lors que leur étaient laissés les moyens qu’ils jugeaient bons pour gagner l’électorat, et qu’ils n’ont pas reculé devant les plus expédients –, l’absence d’espace public et l’ignorance dans laquelle les Angolais sont tenus par une double information partiale, l’inexistence d’embryons de société civile autonome capable de peser, l’aggravation de la crise sociale qui, ne pouvant trouver d’issue civique ou politique, amène une décomposition, portant elle aussi à des replis identitaires64 que l’affrontement politique lui-même attise, tout cela a amené l’ancrage de plus en plus fort au cours de la transition d’une logique de ralliement et non d’adhésion, et elle se fait autour de directions restées fermement “au pouvoir” dans leurs partis, sans contrôle, nullement prêtes à perdre ou à partager. Ce ralliement n’a plus en septembre 1992 pour la majorité que l’objectif de trouver le moins mauvais maître et de s’assurer un protecteur. On est loin des conditions pour tenir des élections citoyennes. “Passer au vote” signifiera livrer ce vote à la merci des stratégies de pouvoirs armés. L’annuler, donc.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est la deuxième partie de l'article dont la publication a commencé dans Lusotopie n° 1-2, pp. 155-213. La troisième portera sur les autres forces politiques et la société et sur une analyse des élections et de la marche à la guerre. Outre la première partie de cet article, pour tout ce qui concerne le cadre précis de la transition, on peut se reporter à C. Messiant, "Angola : le retour à la guerre ou l'inavouable faillite d'une intervention internationale", L'Afrique politique 1994, Paris, Karthala-CEAN, 1994, pp. 201-229, et "MPLA et UNITA : processus de paix et logique de guerre", Politique africaine, n° 57, mars 1995, pp. 40-57.

2 2 Après avoir porté aux nues une démocratie "réduite aux élections", donnée pour "la" démocratie alors même que dans la transition angolaise elle était toujours plus étouffée, fictive, et qu'elle avait laissé faire cet étouffement, la communauté internationale (sous des formes différentes) va défendre, parfois contre ces élections, finalement peu adaptées "aux Africains", un "partage du pouvoir" – mais non comme une mesure démocratique nécessaire à la réintégration dans la nation des secteurs marginalisés, passant à ce moment de l'évolution politico-sociale par l'association au pouvoir de représentants élus conformément à leur représentation, mais comme partage du pouvoir entre chefs africains. L'opportunisme de cette position – pourtant tout à fait nécessaire –, le changement à 180° qu'il manifesta, donnèrent alors beau jeu aux tenants d'un pouvoir sans partage de demander à la communauté internationale de savoir ce qu'elle voulait leur imposer, une bonne fois pour toutes.

3 3 Terme consacré pour les partis de l'opposition civile, les partis "non armés".

4 4  Cf. infra .

5 5 Il est extrêmement difficile de savoir ce qu'il en a réellement été de l'ampleur de ces violences, exactions et même assassinats. Les rumeurs n'ont cessé de courir, parfois démenties, parfois pas et même dans ce cas, des "donnés pour assassinés" ont réapparu plus tard. Reste qu'on a tout lieu de penser que des éliminations physiques ont eu lieu avant même les élections et la crise qui la suit, et que, touchant des anonymes, elles ont été– comme tout ce qui touchait aux droits des gens et aux anonymes – passées par pertes et profits.

6 6  Il était bien sûr indispensable que l'UNITA assure elle-même sa sécurité dès lors que la communauté internationale ne le faisait pas. Les hommes chargés de cela avaient donc le droit d'être dans les rues et de protéger installations et dirigeants, mais n'avaient pas de statut de policiers. La limite était évidemment mince. Mais quand la police du MPLA, pour des raisons qui pouvaient être purement partisanes elles aussi, bloquait des rues et des pâtés de maison, fouillait des maisons, elle faisait simplement "son travail".

7 7  Que ce soit pour les hommes venus de la guérilla dans les villes ou pour les "petits cadres" dans des commissions locales de l'accord de paix à l'arrogance partagée des déjà-vainqueurs se mêle souvent la méfiance suscitée par des procédures, des modes de vie, un "monde" étranger et duquel ils se sentent exclus ; et en même temps qu'un ressentiment par rapport à cette exclusion (et d'une richesse qu'ils ne soupçonnaient pas), un sentiment d'infériorité face à une situation dont ils ont peur qu'elle soit "piégée", tous sentiments qui ne mâtinent pas cette arrogance mais en renforcent les effets pratiques de raidissement et de brutalité. Les dirigeants sont souvent plus à l'aise, mais eux aussi ressentent leur "non-appartenance" – qui est à la fois entravée par le MPLA et conseillée par l'UNITA et qui aura des conséquences non négligeables sur leur réengagement dans la guerre.

8 8 Gigantesque marché "informel" où l'on trouve absolument de tout, situé à la sortie de Luanda, qui tire son nom (comme il se devait) d'une telenovela brésilienne.

9 9 Ainsi pour les cadres, un dirigeant national m'expliquait-il (en avril 1992) que la dureté à leur endroit était purement électoraliste : il s'agissait de gagner les voix du peuple qui attendait qu'on les stigmatise, alors qu'eux étaient électoralement insignifiants ; mais il était évident qu'ils auraient leur place après la victoire, s'ils ne faisaient pas de sabotage.

10 10 L'UNITA louera aussi (beaucoup plus tard que le MPLA) les services d'une entreprise de marketing politique (beaucoup moins puissante) mais elle ne s'est pas autant fiée à son expertise (ou aux conseils de certains de ses amis) : l'UNITA "savait" ce que le peuple angolais voulait.

11 11 Ce qui a été pour le camp du MPLA comme une "divine surprise", la désertion de Tony Fernandes, co-fondateur de l'UNITA et de Nzau Puna, longtemps "ministre de l'Intérieur", ne l'a très probablement pas été pour certains de ses dirigeants. Leur défection a certainement été "aidée" par le gouvernement (et peut-être notamment par des intermédiaires pétroliers ?).

12 12 Pressé de toute part (notamment des États-Unis), Savimbi mettra en place une commission d'enquête interne, qui rendra son rapport, concluant que… l'un des deux transfuges était responsable de l'élimination.

13 13 Il est là aussi très difficile de savoir l'ampleur de ce renforcement, l'intoxication ayant été très forte sur ce point de la part du gouvernement : s'il y a eu enquêtes, elles n'ont pas été rendues publiques.

14 14 Dans sa situation en effet, l'essentiel des violations des accords était flagrant, et son "champ d'action" était "réduit" à la transition politico-militaire.

15 15 Voir dans le dossier "L'Angola dans la guerre", Politique africaine, n° 57, mars 1995, les arti-cles de Fred Bridgland et de G. de Loanda.

16 16 Sur les différents sens de ce mot ambigu qui est désormais dans le vocabulaire du conflit, et sur les autres termes employés ici concernant l'arrière-plan de la lutte pour le pouvoir, voir la première partie de cet article.

17 17 L'UNITA a dans son journal et sa radio mené jusqu'aux élections une campagne contre la candidature du président du MPLA sous le prétexte qu'il était sautoméen (il a des ancêtres de São Tomé).

18 18 Cf. la première partie de cet article, et celui de Jean-Michel Mabeko-Tali, Politique africaine, op. cit.

19 19 Étant donné le type d'intervention des médias pro-gouvernementaux (cf. infra), auraient eu tout intérêt à donner toute leur place, et même à grossir, tout ce qui ressemblait à des attaques "tribalistes" – comme ils l'ont fait en revanche pour les attaques racistes et xénophobes. Indépendamment de ce signe, le fait que la propagande centrale de l'UNITA soit formulée en termes politiques et sociaux – "les Angolais", ou "les opprimés" – n'est pas seulement dû à l'opportunité (notamment par rapport à la communauté internationale). La direction de l'UNITA est, d'abord, convaincue qu'elle-même représente "le peuple" (cette manière de voir fait, d'ailleurs, l'unité entre diverses trajectoires, situations, générations en son sein), et c'est ainsi qu'elle analyse jusqu'alors l'Angola (il n'est pas étonnant non plus que l'UNITA n'ait pas défendu le fédéralisme, par exemple). Il y aura bien à cet égard une involution, un "recul", mais qui demandera d'autres paliers – notamment, après l'échec électoral, les massacres de la Toussaint. C'est ensuite que le discours de l'UNITA ne parlera plus des "opprimés" mais des "peuples opprimés", des revendications politiques nouvelles accompagnant une position et vision infléchie.

20 20 Reprenant le slogan du MPLA … niant précisément l'existence de divers "peuples" : "De Cabinda au Cunene, un seul peuple, une seule nation".

21 21 Par le biais de ce qui fut quasiment un syntagme figé, sous une forme qui avait l'avantage, dès lors que le débat politique était opportunément, dans la transition instaurée, inessentiel et devenait même inutile : le MPLA en effet reconnaissait lui-même qu'il avait fait "des erreurs" ; sous la forme "le-MPLA-qui-a-toujours-reconnu-ses-erreurs…", il pouvait même en tirer gloire, et en faire un des gages de son aptitude pour l'avenir à ne pas s'imposer.

22 22 Un "tube" musical a été lancé avec la paix, dont le refrain était Angola no coração (l'Angola au cœur). Bientôt, subtilement, la campagne du MPLA s'est faite (dans les slogans, sur les tee-shirts, cendriers, etc.) sur le slogan "MPLA no coração", cette captation étant exemplaire de la politique du MPLA pendant la transition, et de la façon dont il entendait occulter sa nature de parti-État (qui lui fournissait les moyens indispensables à cette "présentation") en la donnant à voir comme parti-Nation.

23 23 Pour tous, des cendriers, des piles électriques, des tee-shirts, etc., à l'effigie du Président ou au sigle du MPLA. L'UNITA a fait de même, mais à un niveau quantitatif et qualitatif moindre.

24 24 En prolifération considérable sous la libéralisation, leurs dirigeants sont reçus par le Président et ont droit à une photo avec lui en première page du journal.

25 25 Les chefs traditionnels qui reçoivent, en même temps que des uniformes que l'État ne leur avait plus fournis depuis la colonisation, symbole de leur nouvelle dignité, des bicyclettes qui sont pour eux un bien utile et d'une valeur suffisante étant donné leur pauvreté générale et parfois leur misère, et des postes de radio qui leur sont tout à la fois utiles à eux et au MPLA. Photo en première page aussi, évidemment, mais là le président angolais revêt en outre le chapeau des sobas, échange de reconnaissance.

26 26 Par exemple, des voitures haut de gamme pour les collaborateurs ou, plus collectivement, pour les secteurs dans la période hautement stratégiques; mais surtout voir infra.

27 27 Améliorations d'infrastructures, ouverture de fontaines, pose de l'électricité, extension de la réception de la télévision et amélioration de la radio, livraisons de matériels, remise en route de services arrêtés depuis des années.

28 28 La somme représentait moins d'un an de leur éventuel loyer en dollars (la location à des étrangers, loin d'être générale, s'était cependant répandue, et d'autant plus qu'on avait davantage de maisons). Quelque temps après qu'avait commencé la "vente" – après estimation des biens –, qui venait de permettre aux résidents de belles villas d'un des beaux quartiers de Luanda de s'en rendre propriétaires pour, à l'époque, de un à trois millions de kwanzas en moyenne, on pouvait lire dans le Jornal de Angola que la construction d'une "maison" dans un musseque éloigné, sans eau ni électricité, ni égout, revenait vu le coût des matériaux au marché noir à… un million de kwanzas.

29 29 Et avec elle la fin de la gratuité. On notera aussi que, dans une manœuvre assez typique de la navigation du MPLA entre diverses exigences, l'Assemblée nationale a voté la fin de la gratuité des soins médicaux mais pour… le premier octobre.

30 30 Danger, en partageant comme elle le faisait ses critiques entre UNITA et MPLA, de ne pas assez dissuader de voter pour l'UNITA ; danger d'inciter à voter pour l'opposition civile aussi (ces aspects sont abordés dans la troisième partie à paraître).

31 31 On doit souligner le rôle qu'a eu la "vente" des appartements de l'État à leurs occupants (mesure prise dans toutes les villes) dans la crainte d'un changement de gouvernement.

32 32 Les Portugais sont nombreux dans l'encadrement ou même la main d'œuvre qualifiée des chantiers de construction qui fleurissent un peu partout. Les sociétés portugaises sont surtout présentes dans leurs secteurs traditionnels mais aussi dans un rôle d'intermédiaire et de sous-traitant "naturel" (et historique) pour des sociétés étrangères d'autres pays entrant ou présents sur le marché angolais.

33 33 Celles qui pouvaient être rentables dans la situation de guerre et avec l'aggravation de la pénurie dans les magasins d'État avaient déjà commencé à être appropriées par certains secteurs de la nomenklature des années auparavant, autour des villes et mises en valeur pour leur approvisionnement (ainsi, les quintas des alentours de Luanda, appartenant souvent à des cadres du MPLA notamment anciens combattants de l'ODP et travaillées par une main-d'œuvre "travailleuse et compétente" – la main-d'œuvre umbundu). Désormais, de grandes plantations sont aussi privatisées.

34 34 Sur les procédures utilisées, et plus généralement cette reconversion, voir l'article d'Ennes Ferreira, "La reconversion économique de la nomenklature pétrolière", Politique africaine, mars 1995, n° 57, pp. 11-26.

35 35 À son tour, que ce pillage ait eu lieu ainsi et ait pu "passer" contribue certainement à expliquer que la prédation et la corruption aient pu atteindre un nouveau palier, des niveaux encore incomparablement supérieurs ensuite, pendant la guerre d'après les élections.

36 36 On ne connaît pas les dimensions exactes de cette hypothèque du pétrole, mais la production à venir aurait déjà alors été largement gagée, soit dans des accords commerciaux soit en règlement de la dette.

37 37 Pour peu cependant que l'État reste le MPLA : même privatisée, l'économie angolaise allait encore dépendre des autorisations et crédits de l'État.

38 38 Entre autres capacités d'adaptation – et facilités de rechute –, on ne peut que noter l'abandon complet de la "classe" au sens marxiste qui avait pourtant été centrale (le MPLA était l'alliance ouvrière-paysanne incarnée), remplacée (sans autre forme de procès et sans la moindre attention à cette substitution) par celle au sens… corporatiste salazariste.

39 39 Mouvement associatif et mouvement civique seront analysés dans la troisième partie.

40 40 Accusation précise portée par un médecin pourtant de la "grande famille du MPLA" (il ne pouvait en être autrement, d'ailleurs, pour qu'un tel écho lui soit donné dans les médias – ce qui explique aussi qu'il y a eu cette intervention du pouvoir).

41 41 Une intervention de "briseur de grève", si déplacée par son auteur et son contenu, si violente dans ce qu'elle exprimait, qu'elle signifiait que le gouvernement ne cèderait sur rien d'essentiel, mais plus : elle rendait illusoire tout "recul" du pouvoir, et donc vain toute poursuite de l'"agitation" (la grève bien sûr, mais aussi la poursuite dans les médias de la "campagne" contre le ministre ou désormais toute mention de la corruption au sommet de l'État).

42 42 Il déclara simplement "je ne reconnais pas le syndicat des journalistes". À cette occasion d'ailleurs, le syndicat fut accusé de liens douteux avec l'UNITA (précisément d'en avoir reçu de l'argent). Plusieurs jours plus tard, en pages intérieures du journal et sans grand écho, il fut rectifié que l'argent, finalement, n'était pas de l'UNITA mais de Terra angolana, journal de l'UNITA, et que le MPLA (dans son affichage démocratique) en avait lui aussi donné.

43 43 Il fallait recueillir au moins 3 000 signatures, dont au moins 150 dans 15 provinces du pays (sur les 18), ce qui était loin d'être facile pour des partis neufs dans un pays où les déplacements posaient des problèmes de moyens et de temps (et de "dispenses" de travail), et alors surtout que ces signatures devaient être attestées par des pièces d'identité et autres documents exigeant parfois, dans un pays bouleversé et administrativement failli, énormément de démarches (sans compter les mauvaises volontés des administrations). On doit aussi noter que la légalisation passait par un tribunal, lui aussi inchangé par les accords : le tribunal a, de fait, appliqué "la loi" dans toute sa rigueur, invalidant de nombreuses signatures.

44 44 L'UNITA, reconnue par les accords eux-mêmes, n'avait jusqu'alors pas jugé nécessaire de se soumettre à cette procédure.

45 45 La longueur des consultations bilatérales entre le Président ou le MPLA et différentes formations politiques a en effet "permis" un retard dans la mise en place de l'environnement politique des élections, car elle était un préalable au vote par l'Assemblée de la loi électorale, dont dépendait le début du processus d'enregistrement et d'autres mesures de préparation du scrutin.

46 46 Pour une partie de l'opposition, la demande était d'une Conférence nationale.

47 47 Grand meeting de retrouvailles, plein d'émotion et sans autre contenu que la mobilisation contre l'UNITA et l'affirmation de l'esprit du "vrai" MPLA, la revigoration pour la victoire.

48 48 Ainsi, au-dessus du président du Conseil national électoral, membre du FNLA, le Directeur général des élections, présenté jusqu'aux élections comme avocat, et dont on reconnut ensuite qu'il était "aussi" colonel, ainsi le secrétariat technique du CNE, ainsi encore pour d'autres organes techniques de la transition. Ou encore pour l'appareil plus performant que celui du CNE de collecte des résultats électoraux mis en place par le ministère de l'Information, qui a joué un rôle non négligeable dans la montée de la tension au lendemain du scrutin.

49 49 Pour l'UNITA, il s'agissait globalement d'une part d'aller au plus tôt aux élections, de l'autre de garder un maximum de contrôle sur "sa population". Avec la même "franchise" qu'il avait mise, à Bicesse, à dire qu'il n'était pas nécessaire que les deux armées soient dissoutes avant les élections, il avait (soutenu d'ailleurs initialement par un porte-parole des États-Unis) d'abord déclaré, tandis qu'il refusait d'ouvrir ses zones pour permettre l' "extension de l'administration" – la réinstallation des fonctionnaires.

50 50 N'ayant pas intérêt à un enregistrement exhaustif de populations favorables à l'UNITA, il a pu largement lui aussi et dénoncer l'impossibilité pratique pour ses fonctionnaires de rester dans certaines zones de l'UNITA, et invoquer, puisque c'est le gouvernement qui était chargé d'assurer, avec l'aide internationale, les conditions de l'enregistrement, une foule de difficultés matérielles, logistiques, financières, pour le retarder dans ces zones adverses.

51 51 Ils y ont en outre bénéficié de promotions particulièrement fortes, au point de susciter le ressentiment de la hiérarchie de la police nationale. Un responsable de celle-ci se demandait ainsi en privé "quel était le bien qu'ils avaient fait au pays" pour mériter ce qu'il disait être une "double promotion".

52 52 C'est surtout à partir de la transition que les cadres de l'armée s'engagent massivement dans ces pratiques – qui constitueront une base solide pour l'étape de la guerre qui vient, où ils seront parmi les grands profiteurs de la corruption.

53 53 Très à découvert pour sa masse, l'armée des FAPLA a pu rester hors du processus de démobilisation dans l'enclave de Cabinda vu les actions armées des indépendantistes, avec plusieurs milliers d'hommes.

54 54 Cette police et ces milices seront suffisamment prêtes à des actions de guerre pour constituer le fer de lance du gouvernement dans la bataille à Luanda (et dans plusieurs capitales provinciales) le week-end de la Toussaint 1992, encadrant des civils.

55 55 Dans une conférence à Lisbonne plus d'un an plus tard, un responsable de cette campagne expliquera notamment comment a été choisie la photo de Savimbi qui a été le plus largement diffusée par le MPLA, le montrant en uniforme militaire et portant la main apparemment à son revolver (en fait à sa poche pour chercher un papier). Le plus souvent cependant, point n'aura été besoin de malentendu ou de montage-trucage. Ainsi, un simple montage (radiophonique, lui) de plusieurs discours de Savimbi a suffi à mettre à nu son double langage.

56 56 L'hebdomadaire O Correio da semana est passé au privé, sous la direction d'un cadre, modéré mais fidèle, du MPLA, une radio commerciale a vu le jour.

57 57 Je ne connais pas l'origine réelle des fonds et des moyens de la radio commerciale Luanda Antena Comercial (LAC ) ou du Correio, mais les radios devaient être légalisées, et tous les journaux sauf les feuilles offset devaient, pour être imprimés en Angola, trouver un créneau sur les imprimeries de l'État. Ainsi, le journal (quasi confidentiel cependant) pourtant très critique contre certains aspects de la politique du MPLA lancé à Huambo par un groupe d'intellectuels autour de David Bernardino et Marcelino – hommes remar-quables tous deux froidement assassinés après les élections –, Django, sortait-il sur ces presses, et il n'a sans doute été autorisé que parce que son opposition à l'UNITA était irréductible et totale. (Le journal de l'UNITA était, lui, imprimé à Lisbonne).

58 58 Le MPLA s'est beaucoup préoccupé pendant la transition, tout en dénonçant l'iniquité de l'intervention de la communauté internationale, de soigner son image non seulement dans l'électorat mais aussi dans cette communauté internationale et de tendre à un retournement en son sein du rapport de forces politique entre lui et l'UNITA. Entre autres moyens, ceux visant à valoriser toutes les proximités, les connivences diverses et fortes existant (et que seules la guerre froide et l'ignorance avaient jusqu'ici cachées) entre lui et l'Occident et les distinguant ensemble de l'UNITA. Ainsi pour le rôdage aux habitudes de la civilisation opposé à la brutalité des barbares à peine sortis de la brousse, l'universalisme de toujours du MPLA opposé à ce qui fut de plus en plus catalogué comme un "fondamentalisme" de l'UNITA, en somme (et parfois nettement) son métissage, pas seulement culturel, face à la "noirceur" de l'UNITA.

59 59 Savimbi lui-même a ainsi été souvent traité de "paysan" (une marque de mépris dans la bouche de ceux qui le faisaient). Mais Savimbi n'est ni Amin Dada, ni Bokassa.

60 60 Elle le sera plus encore après les élections, mais surtout après les combats-massacres de la Toussaint.

61 61 On en sait trop peu sur les "événements" d'août 1992 à Malange, qui se sont soldés surtout, supposément du fait de l'ire populaire, par l'expulsion de l'UNITA de certains quartiers – qu'elle occupait quasiment illégalement – et par la mort de militants de l'UNITA et qui, politiques, ont pris un tour ethnique.

62 62 Le montage fait à l'occasion manquait, pour un public un peu averti, de crédibilité, mais qui pouvait savoir vraiment ? Ce n'est que plus d'un an plus tard, quand il s'agissait pour le gouvernement de redorer un peu le blason de sa police, qu'on a dit que l'enquête, une fois approfondie, avait révélé qu'il s'agissait d'un crime crapuleux.

63 63 Il n'est donc pas étonnant qu'après sa défaite aux élections l'UNITA ait tenté de revendiquer (pour la transition jusqu'au deuxième tour des présidentielles, ou plus "définitivement"), portant sur des points cruciaux en effet, une participation au pouvoir pour, disait-elle, la "mettre sur un pied d'égalité" avec le MPLA.

64 Ces questions seront traitées dans la troisième partie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Messiant, « Angola, les voies de l’ethnisation et de la décomposition »Lusotopie, II | 1995, 181-212.

Référence électronique

Christine Messiant, « Angola, les voies de l’ethnisation et de la décomposition »Lusotopie [En ligne], II | 1995, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lusotopie/104

Haut de page

Auteur

Christine Messiant

Centre d’études africaines de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Groupement de recherche “Afrique australe" du CNRS (GDR n° 846)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search