Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXII(1-2)Lusotopie chez Brill

Lusotopie chez Brill

Nouvelle étape pour une revue de douze ans d’âge
Michel Cahen
p. v-vii

Texte intégral

1Lusotopie a été fondée entre 1992 (l’association) et 1994 (la revue annuelle) par un anthropologue, Christian Geffray, une sociologue, Christine Messiant et un historien, Michel Cahen, tous trois décidés à développer l’analyse politique des espaces contemporains issus de l’histoire et de la colonisation portugaise. Ce trio initial a rapidement été rejoint par nombre de spécialistes en sciences sociales, d’une trentaine de diverses nationalités, et dont les langues de travail étaient le portugais, le français et l’anglais.

2Ce qui intéressait le réseau ainsi formé n’était pas une « aire culturelle lusophone » dont il contestait la prégnance, ni l’étude du Portugal pour le Portugal, du Brésil pour le Brésil ou du Mozambique pour le Mozambique. Ce qui l’intéressait était de poser les problèmes généraux de l’analyse sociale et politique dans le monde contemporain – la réforme de l’État, la démocratie politique, l’ethnicité, le néolibéralisme, les guerres civiles, les mouvements sociaux, le nationalisme, etc. – avec pour seule spécificité que son « aire empirique de recherche » était formée par les espaces issus de l’histoire et de la colonisation portugaise. Christian Geffray le précisa très nettement : l’objectif était de faire émerger les enjeux contemporains que, grâce à ce terrain spécifique, il serait possible de verser à la réflexion globale des sciences sociales.

3Cependant, justement parce que le fait linguistique était relativisé, d’autres « traces » historiques étaient pointées. Par exemple, si personne ne parle portugais à Goa, si les Goanais, très loin de là, ne sont pas « tous des catholiques » qui n’y forment qu’une petite minorité, en revanche, Goa est le seul État de l’Inde régi par le droit romain et la minorité catholique y est plus importante qu’ailleurs. Par exemple, le modèle de l’État centralisateur, principal acteur de l’économie, l’imaginaire de la nation homogène à produire par le parti unique, l’uniformité linguistique, le lusotropicalisme, etc., tous ces traits très « portugais » n’étaient-ils pas conservés dans l’Angola et le Mozambique « marxistes-léninistes » des années 1977-1989 ? Au Brésil, outre le lusotropicalisme et autre « cordialité », le fait que, dans la tradition syndicale locale, les travailleurs d’une entreprise ne peuvent adhérer qu’à un seul syndicat affilié à une seule centrale, et que les syndicalistes sont souvent des « experts » extérieurs à l’entreprise, tout cela ne vient-il pas très clairement de la tradition corporatiste portugaise ? Le fait catholique n’a-t-il pas été un axe de résistance et d’identité à Timor ?

4Et naturellement le fait linguistique lusophone existe, même s’il est relatif. Comme le dit si bien Eduardo Lourenço, la lusophonie ne peut être qu’une aire spécifique d’intersection avec d’autres identités. Mais quand personne ne parle portugais, même cette définition rigoureuse débarrassée des oripeaux d’une lusophonie post-impériale souvent synonyme d’une dilatation de lusitanité, n’est plus opératoire. Les lieux (topoi) façonnés, au moins partiellement par l’histoire et la colonisation portugaises, n’en existent pas moins. Ce fut donc la « lusotopie », concept inventé par Louis Marrou en 1992, et bientôt, Lusotopie, la revue !

5Pourtant des revues comme Lusotopie sont souvent consignées (reléguées ?) au statut de revues d’études d’« aire culturelle », expression qui, en français, est plus précise et restrictive que l’anglaise Area Studies. Aire culturelle ou Area Studies désignent néanmoins tout sauf des études généralistes : on n’est ainsi jamais loin des Subaltern Studies... Or Lusotopie se réclame bien d’une aire empirique de recherche : c’est tout autre chose. Les espaces contemporains issus de l’histoire et de la colonisation portugaises dessinent (sans la définir) une aire tout aussi prégnante que d’autres « aires » qui ne se nomment pourtant guère dans les revues consœurs qui s’y consacrent. Pourquoi Lusotopie serait-elle une revue d’« aire culturelle » puisqu’elle analyse les espaces issus de l’histoire portugaise, quand la Revue française de Sciences politique, la Revue Historique, l’American Journal of Political Science, Political Science Quarterly, le Journal of Contemporary History, etc., toutes excellentes revues qui étudient, pour 95 % de leur contenu, seulement le monde occidental, seraient « généralistes » ? Le centre du monde se prendrait-il, même scientifiquement, pour la totalité ? On mesure là le poids des hégémonies au sein des sciences sociales, et là résidait, et réside toujours, une des difficultés principales du projet : celui qui ne travaille pas sur le centre a du mal à se faire admettre comme un « généraliste » !

  • 1 La liste de ces dossiers peut être retrouvés sur le site de la revue (<www.lusotopie.sciencespobordeaux.fr>) ou dans l’éditorial du numé</www> (...)

6Pour autant, nous n’avons pas bougé d’un centimètre de cette orientation fondatrice, qui a permis la collaboration féconde, dans Lusotopie, d’auteurs d’une trentaine de nationalités, et souvent originaires des pays du Sud. L’existence d’une revue trilingue (français, portugais, anglais), a créé un espace original et égalitaire d’échanges scientifiques. Ainsi, pendant onze ans, Lusotopie a publié de gros volumes annuels, avec à chaque fois un dossier thématique1.

* * *

  • 2 À la date du 12 juillet 2005, le site <www.lusotopie.sciencespobordeaux.fr> avait été visité par 33 532 visiteurs, soit une centaine de </www> (...)

7Pour que le contenu internationalisé (thèmes, auteurs) de Lusotopie soit efficace, il fallait cependant que la diffusion de la revue soit aussi de plus en plus internationalisée. Certes le site internet (<www.lusotopie.sciencespobordeaux.fr>) a-t-il partiellement permis cela2, mettant à la disposition du lectorat ses articles en texte intégral et gratuit. La revue sera désormais électroniquement hébergée, comme les autres revues publiées chez Brill (<www.brill.nl>), sur la base Ingenta, et l’accès sera libre pour tous les abonnés individuels, ainsi que pour tous les usagers des institutions abonnées. Les résumés trilingues et quelques articles continueront à être en accès libre sur le site de la revue.

  • 3 Un seul volume a jusqu’à présent paru : Jacky Picard (ed.), Le Brésil de Lula. Les défis d'un socia (...)

8Mais rien ne remplacera jamais l’édition « papier » : on ne peut tout lire à l’écran, et on ne saurait tout imprimer sur feuilles A4 ! La revue « papier » reste, en réalité, le cœur de toutes les revues qui publient des articles assez longs, même si le site internet en est le complément indispensable. C’est compte tenu de tout cela que Lusotopie a décidé de « migrer » de la maison française Karthala (Paris), à Brill (Leiden), vieille maison fortement internationalisée qui publie déjà une centaine de revues. La revue en attend une plus grande diffusion internationale, en particulier dans les pays anglo-saxons et en Amérique latine. Brill attend de Lusotopie un outil pour une meilleure pénétration des marchés brésilien et luso-africain. Le partenariat avec Karthala se poursuit, puisque la collection de livre « Lusotopie » reste chez cet éditeur3.

* * *

9La revue était un gros pavé annuel : elle sera désormais semestrielle et plus maigre, toutefois encore consistante (de 150 à 250 pages par numéro). Elle inclura souvent, mais non systématiquement, des dossiers thématiques (tel celui du présent volume sur « Genre et rapports sociaux dans les espaces lusophones ») ; la section des articles de mélange pourra mettre l’accent sur un thème traité en trois à cinq articles ; la section bibliographie restera toujours très importante.

10Nous avons beaucoup d’idées pour l’avenir : islam en lusophonie ; judaïsme en lusophonie ; nationalismes ; racisme, racialisme, antiracisme ; mondialisation et enjeux géopolitiques lusophones ; Macao chinois ; Lula II ; la Galice sans Fraga ; trente ans d’indépendance en Afrique lusophone ; genre et politique ; Timor sans l’Indonésie ; le Portugal et l’Espagne ; etc. Nous souhaitons que la section des articles de mélange aborde plus systématiquement l’actualité. Il y aura donc des changements par petite touche. Mais Lusotopie ne change pas de projet éditorial, et s’engage dans une nouvelle phase, plus professionnalisée, plus internationalisée, de son existence.

11Découvrez ce premier numéro publié chez Brill, le douzième volume depuis 1994. Et faites-nous parvenir vos critiques, vos idées. Et vos abonnements, bien sûr !

Bordeaux, 12 juillet 2005.

Haut de page

Notes

1 La liste de ces dossiers peut être retrouvés sur le site de la revue (<www.lusotopie.sciencespobordeaux.fr>) ou dans l’éditorial du numéro de Lusotopie 2004 : M. Cahen, « Lusotopie 1994-2004 : vive la suite ! », Lusotopie 2004 (Paris, Karthala), XI, septembre 2005 : 7-14.

2 À la date du 12 juillet 2005, le site <www.lusotopie.sciencespobordeaux.fr> avait été visité par 33 532 visiteurs, soit une centaine de visites par semaine depuis 1998, et plus de 200 visites hebdomadaires depuis aun an. Cela est notable, mais encore largement insuffisant.

3 Un seul volume a jusqu’à présent paru : Jacky Picard (ed.), Le Brésil de Lula. Les défis d'un socialisme démocratique à la périphérie du capitalisme, , Paris, Karthala 344 p., ISBN : 2-84586-410-8, résumés en français, portugais et anglais (« Livres Lusotopie », 1). Parmi divers projets en cours d’étude ou de préparation : Viriato da Cruz ; Économie politique de l’Angola post-colonial ; Le parti communiste portugais et la question coloniale ; le racisme au Portugal ; etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cahen, « Lusotopie chez Brill »Lusotopie, XII(1-2) | 2005, v-vii.

Référence électronique

Michel Cahen, « Lusotopie chez Brill »Lusotopie [En ligne], XII(1-2) | 2005, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lusotopie/1151

Haut de page

Auteur

Michel Cahen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Lusotopie

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search