Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXII(1-2)Les chroniquesNotes de lectureRui de Azevedo Teixeira (ed.), A ...

Les chroniques
Notes de lecture

Rui de Azevedo Teixeira (ed.), A guerra do Ultramar : realidade e ficção. Livro de Actas do II° Congresso internacional sobre a guerra colonial

Lisbonne, Editorial Notícias, 2002, 350 p., (« Artes e ideias »)
Michel Cahen
p. 284-285
Référence(s) :

Rui de Azevedo Teixeira (ed.), A guerra do Ultramar : realidade e ficção. Livro de Actas do II° Congresso internacional sobre a guerra colonial, Lisbonne, Editorial Notícias, 2002, 350 p., ISBN : 972-46-1377-1 (« Artes e ideias »).

Texte intégral

1Depuis 1998, Rui de Azevedo Teixeira enseigne à l’Universidade Aberta, et il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la guerre et le roman portugais. On ne s’étonnera donc pas de la teneur assez « littéraire » du présent ouvrage. Le deuxième Congrès international sur la Guerre coloniale a eu lieu du 12 au 14 novembre 2001 à Seixal et les 7 et 8 février 2002 à Maputo. Comme lors du premier congrès, le genre est au mélange des… genres, mettant côte à côte chercheurs et anciens acteurs. Il s’agit d’« actes » au sens strict et non point d’un ouvrage retravaillé à partir des communications : le volume publie intégralement des interventions très inégales, voire consternantes. À ce sujet, il ne suffit pas de rappeler que la démarche a été « ouverte à toutes les approches » : encore faut-il que ces « approches » soient fondées sur un minimum de méthodologie documentaire et scientifique, et ne soit pas la reproduction fidèle du discours colonial portugais des années soixante.

2Une large partie des communications portent sur la littérature, sans doute « recrutées » par l’éditeur, lui-même littéraire, ce qui justifie le sous-titre du recueil, « Réalité et fiction ». C’est certainement parmi ces dernières que le recueil trouvera son utilité principale. Quant à l’analyse historique et politique, seuls deux contributions sont de bon niveau : celles de Rui Bebiano sur « A esquerda e a oposição à guerra colonial » (pp. 45-50) et de David Martelo : « Populações brancas e tropas metropolitanas – um relacionamento destoante » (pp. 293-313). La première (R. Bebiano) montre ce que l’on ne sait pas assez, à savoir que les populations blanches d’Angola et du Mozambique ne s’intéressaient guère à la « défense de l’empire », considérant que la guerre était une question privée entre militaires (suspects d’en tirer bénéfice) et les « terroristes ». Ce mauvais relationnement sera d’ailleurs – suite aux incidents de début 1974 à Beira – à l’origine du passage à la contestation des militaires portugais au Mozambique, las de combattre pour « ces Blancs-là ». La seconde (D. Martelo) revient sur la position ambivalente de la gauche portugaise face à la guerre coloniale : le salazarisme est certes le coupable, mais cela n’empêche pas la défense de « cette partie du peuple [portugais] qui travaille dignement aux colonies » (p. 295, citation du bulletin Portugal Socialista du 8 juin 1967). Le parti communiste portugais, lui, soutient les luttes armées mais n’appelle pas pour autant à la désertion – ce que feront ses scissions d’extrême gauche – et ce n’est qu’en 1970 que son secteur armée, l’ARA, commettra divers attentats, tous tournés contre la guerre coloniale (navire de transport de troupe, etc.) et non en direction d’une lutte armée contre le régime salazariste lui-même. L’extrême gauche naissante (maoïste ou guévariste) développera diverses actions armées (attentant contre l’OTAN) et organisera des réseaux de désertion. Notons encore la trop courte, mais intéressante, communication de Margarida Ribeiro sur « As mulheres portuguesas e a guerra colonial » (pp. 211-220) .

3Les lecteurs plus intéressés par les analyses littéraires trouveront, quant à eux, matière dans nombre de communications portant à la fois sur les écrits post-1974 et sur la littérature « exotique » coloniale. Notons enfin la communication d’António Modesto Navarro, « Guerra colonial em Moçambique, e música de jazz » (pp. 35-38), pour l’originalité de sa thématique.

4Mai 2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cahen, « Rui de Azevedo Teixeira (ed.), A guerra do Ultramar : realidade e ficção. Livro de Actas do II° Congresso internacional sobre a guerra colonial »Lusotopie, XII(1-2) | 2005, 284-285.

Référence électronique

Michel Cahen, « Rui de Azevedo Teixeira (ed.), A guerra do Ultramar : realidade e ficção. Livro de Actas do II° Congresso internacional sobre a guerra colonial »Lusotopie [En ligne], XII(1-2) | 2005, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lusotopie/1316

Haut de page

Auteur

Michel Cahen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Lusotopie

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search