Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXIII(1)Les chroniquesLes notes de lectureManuel Baiôa (ed.), Elites e pode...

Les chroniques
Les notes de lecture

Manuel Baiôa (ed.), Elites e poder. A crise do sistema liberal em Portugal e Espanha (1918-1931)

Lisbonne, Colibri, 2004, 479 p.
Victor Pereira
p. 202
Référence(s) :

Manuel Baiôa (ed.), Elites e poder. A crise do sistema liberal em Portugal e Espanha (1918-1931), Lisbonne, Colibri, 2004, 479 p., ISBN 972-772-453-1.

Texte intégral

1Issu d’un séminaire international tenu à Évora en 2002, ce livre réunit 16 contributions centrées sur la crise du système libéral dans la Péninsule Ibérique. Les systèmes parlementaires libéraux des deux pays ont en effet été incapables de se transformer en de véritables démocraties et ont succombé à l’autoritarisme. C’est cet échec que tentent de comprendre la plupart des contributions. Parmi celles-ci, 3 sont comparatives. Manuel Baiôa propose comme introduction un cadre de lecture général. Le texte de Diego Cerezales Palácios et de Francisco Manuel Paloma González étudie la construction du système du maintien de l’ordre dans les deux pays. Et Fátima Nunes décrit les congrès de l’Association pour le Progrès de la Science qui réunirent des chercheurs portugais et espagnols.

2Un seul texte traite d’une problématique transversale, celui de Mercedes Gutiérrez Sánchez et de Fernando Jiménez Núñez qui se penchent sur l’influence de l’Integralismo Lusitano parmi l’extrême-droite espagnole. Ce mouvement d’extrême-droite, donc certains firent exagérément la matrice principale du salazarisme, est également étudié, à travers le parcours de Pedro Teotónio Pereira, par Fernando Martins. Pour terminer ce décompte sommaire, 9 contributions traitent exclusivement du Portugal et 3 du seul cas espagnol. Parmi ces textes, on peut relever le plus long et probablement le plus original, celui de Rui Ramos. Ce dernier pose une question a priori provocatrice : la Ie République portugaise était-elle libérale ? S’appuyant sur la littérature produite par la théorie et la philosophie politiques, il donne une réponse négative. Selon lui, la Ie République était révolutionnaire dans le sens où elle ne s’est jamais stabilisée institutionnellement et que le Parti Républicain (ou Parti Démocratique) a toujours considéré qu’il était le seul parti légitime pour gouverner la République et qu’il était le seul à représenter le « peuple ». En effet, les républicains refusaient le pluralisme, l’alternance et contrôlaient les élections (quand ils étaient au pouvoir) desquels ils avaient exclu la majorité de la population.

3Novembre 2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Pereira, « Manuel Baiôa (ed.), Elites e poder. A crise do sistema liberal em Portugal e Espanha (1918-1931) »Lusotopie, XIII(1) | 2006, 202.

Référence électronique

Victor Pereira, « Manuel Baiôa (ed.), Elites e poder. A crise do sistema liberal em Portugal e Espanha (1918-1931) »Lusotopie [En ligne], XIII(1) | 2006, mis en ligne le 10 avril 2016, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lusotopie/1526

Haut de page

Auteur

Victor Pereira

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Lusotopie

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search