Navigation – Plan du site

2019-1 Judaismes dans les lusotopies contemporaines

Éditeurs

  • Marta Francisca Topel, Universidade de São Paulo, Brésil

  • Cyril Isnart, UMR 7307 IDEMEC, Aix Marseille Université, CNRS, France

En tant que branches d’une religion toujours plus enracinée dans des territoires spécifiques et présente sur plusieurs continents du monde (Brodes-Benayoun dir. 2015), certaines communautés juives entretiennent, pour des raisons historiques ou politiques, une relation spécifique avec leurs origines géographiques et culturelles portugaises. Dans les lusotopies, c’est-à-dire dans les espaces connectés par l’histoire du Portugal, les activités économiques et l’expansion coloniale ont contribué favorablement à l’établissement des communautés juives, jusqu’au long moment de répression menée par l’inquisition catholique. Durant plusieurs siècles sont apparus et se sont développés des groupes et des individus dont la double appartenance à la religion juive et au contexte portugais s’est traduit par des stratégies d'ajustement religieux, social et culturel (Yovel 2009). Même si des obstacles légaux et des constructions politiques et symboliques de l’altérité juive comme une donnée naturelle ont pu freiner ces phénomènes, des modes de vie, des styles rituels, des réseaux de communication, des parcours de mobilité, des engagements dans le destin national se sont développés. Cependant, les épisodes du passé juif qui révèlent et déterminent des formes variées et complémentaires des identités juives ne se limitent à ceux de la fin du Moyen-Âge, depuis ce que l’on appelle les « marranes » (Schwarz 1925 ; Novinsky 1972, 2001) jusqu’aux expériences plus contemporaines (Pignatelli dir. 2017). Les mobilités typiques de la fuite de l’inquisition du XVIe au XVIIIe s. (Wachtel 2001), les migrations favorisées par les régimes libéraux du XXe s. (Medina et Barromi 1987/1988, Franco 2004), les mouvements de réfugiés fuyant les persécutions nazies (Pimentel 2006, Schaefer 2014) et le tourisme des racines séfarades (Leite 2017), ou encore les répercutions des récentes lois de nationalité espagnoles et portugaises pour les descendants de séfarades, dessinent une géographie dynamique et changeante des lusotopies juives. Ce type de trajectoires s’articulent avec des référents territoriaux et historiques divers, tels l’État d’Israël, la terre de l’Israël de la bible, le territoire médiéval d’Al-Andaluz, les espaces de refuge méditerranéens, européens, américains ou asiatiques des Séfarades. Simultanément, les processus de transnationalisation, globalisation et de rediasporisation du judaisme reconfigurent des traits identitaires de ces communautés à travers de nouvelles frontières religieuses internes et externes.

Ce numéro de la revue Lusotopie souhaite mettre en perspective les épopées des milliers de Chrétiens-nouveaux qui fuyaient l’inquisition en Méditerranée, en Europe du nord, en Asie ou en Amérique latine ; la vitalité de communautés qui ont revendiqué durant les dernières décennies leur passé séfarade-portugais ; les diverses configurations et reconfigurations des rituels et des sentiment d’appartenance de ces groupes ; les mobilités forcées durant la première moitié du XXe s. provoquées par les politiques d’extermination des Juifs d’Europe ; la dispersion des survivants de la Shoah en Afrique ou sur les continents américains. Ces phénomènes, de différentes manières et avec des intensités variables, composent un large éventail de recompositions religieuses, politiques, culturelles et familiales de groupes dont les liens avec la péninsule ibérique - et spécialement avec le Portugal - est en reconstruction permanente, et fixe, dans le même temps, Israël sur sa ligne d’horizon.

Pour mettre en lumière la diversité des destins contemporains du judaïsme, ce numéro de la revue Lusotopie propose d’adopter le pluriel « judaismes » et « lusotopies ». Le pluriel permet de questionner et de révéler les caractéristiques, les lignes et les résurgences de l’identification de groupes ou d’individus avec leur origine portugaise, lointaine ou imaginée, incorporée ou instrumentale, qui activent les mémoires collectives (principalement dans l’évocation des multiples terres-mères), les cadres légaux, les structures politiques et les règles de convivialité religieuse des contextes dans lesquels ils s’inscrivent. La question centrale interroge la variabilité des stratégies qui sont mises en place par les Juifs, relativement au passé des pays de langue portugaise, aux traditions rituelles et leur transmission religieuse, ainsi qu’à leur positionnement politique dans ces espaces, hier et aujourd’hui.

En ce sens, nous attendons des analyses sur des communautés, des figures ou des institutions collectives qui permettront d’interroger la superposition entre les lieux d’origine et de destination comme ceux de la mobilité ; comment la mémoire se réinvente et organise le présent, dans ses dimensions matérielles comme symboliques ou d’appartenance ; ou encore, quelle est l’influence du droit et des législations sur les pratiques de transmission ou d’effacement des identifications religieuses. S’agissant d’une approche des situations les plus récentes, les contributions devront privilégier les XIXe, XXe et XXIe s., dans des contextes où se trouvent des groupes séfarades, au-delà du « monde lusophone », et à partir des perspectives complémentaires de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, du droit, de la science politique, des études juives ou des sciences de la religion.

Les auteurs souhaitant proposer un article sont invités à envoyer un résumé de 500 mots maximum avant le 20 avril 2018 à lusotopie[at]gmail.com

Si le résumé est retenu, les articles complets sont attendus pour le 15 septembre 2018.

La revue Lusotopie publie des articles en français, portugais et anglais.

Bordes-Benayoun, C. dir. 2015, Socio-anthropologie des judaïsmes, Paris, Honoré Champion.
Franco, M. 2004, “Diversão balcânica: os israelitas portugueses de Salónica”, Análise social, XXXIX (170) : 119-147.
Pignatelli, M. dir. 2017
, Judeus e Cristãos Novos no Mundo Lusófono, Lisboa, Colibri.
Pimentel, I. 2006,
Judeus em Portugal Durante a II Guerra Mundial, Lisboa, A esfera dos livros.
Lehmann, D. 2014, Messianic Jews and ‘Judaizing’ Christians - notes from Brazil and Israel. http://www.davidlehmann.org/adlehmann/2014/01/22/271/
Leite, N. 2017, Unorthodox Kin. Portuguese Marranos and the Global Search for Belonging, Berkeley, University of California Press.
Medina, J. et Barromi, J. 1987/1988, “O projecto de colonização judaica em Angola”, Clio, 6 : 79-105.
Novinsky, A. 1972, Cristãos novos na Bahia. São Paulo: Perspectiva.
Novinsky, A. 2001, “Os cristãos-novos no Brasil colonial: reflexões sobre a questão do marranismo”,
Tempo, 6-11.
Schaefer, A. 2014,
Portugal e os refugiados judeus provenientes do território alemão, Coimbra, Imprensa da Universidade de Coimbra.
Schwarz, S. 1925, Os Cristãos Novos em Portugal no século XX, Lisboa.
Wachtel, N. 2001, La foi du souvenir. Labyrinthes marranes, Paris, Seuil.
Yovel, Y. 2009,
The Other Within: The Marranos: Split Identity and Emerging Modernity, Princeton University Press.

  • Logo Idemec
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo MMSH
  • OpenEdition Journals