Navigation – Plan du site

AccueilAppel à contributionAppel en cours2021-2 Distances, connivences et ...

2021-2 Distances, connivences et dissensions. La relation d'enquête en terrains lusophones

Les chercheurs de sciences sociales, et particulièrement celles et ceux qui mettent au cœur de leur démarche la pratique de l'enquête de terrain, ont souvent travaillé au sein de milieux sociaux pour lesquels ils ont de la sympathie. On peut facilement comprendre pourquoi des études sur des groupes qui partagent une orientation idéologique, des références culturelles ou une appartenance de classe, des désirs politiques ou un intérêt esthétique avec le chercheur deviennent une tendance centrale de la production scientifique. Méthodologiquement, la proximité entre les deux parties qui s'engagent dans une relation d'enquête effacerait les réticences des enquêtés et permettrait au chercheur d'entrer en communication directe avec eux. La connivence essentielle au travail d'enquête de type ethnographique, qui appelle une empathie, une compréhension et une écoute particulières, est cependant souvent le résultat d'un long et patient travail d'approche, d'apprivoisement et de reconnaissance mutuelle qui n'a rien d'évident et de naturel (Cefaï 2003, Weber 2009).

Certes, l'immersion dans un groupe proche de celui de l'enquêteur peut rendre la tâche plus aisée dès le début, si un minimum de réflexes cognitifs, d'habitus de classe, d’expérience d’une minorisation ou de représentations du monde sont effectivement communs. Elle peut à l'inverse effacer et passer sous silence des sous-entendus, des préjugés ou des manières de penser qui devraient être explicités pour être compris et analysés. Or, et une bonne partie de la littérature anthropologique des sociétés occidentales le montre de façon exemplaire, des ajustements, des apprentissages, des efforts sont toujours nécessaires pour participer aux activités sous analyse et mener à bien une enquête. Jeanne Favret-Saada (1977) a poussé la logique ethnographique au maximum en érigeant la participation de l'ethnologue dans les processus de sorcellerie au risque de passer à côté de ce qu'il se passe en réalité.

Le partage de la langue, au premier chef, mais également des techniques du corps (Renahy 2005), des réseaux interindividuels, de la connaissance des institutions politiques, des topographies ou de l'histoire, s'ils ne sont pas les objets même de l'enquête, constituent donc les conditions nécessaires pour créer la proximité que réclame le travail de terrain. Ce partage existe parfois avant l'enquête, mais il s'affine et se complexifie, s'actualise et se reconfigure au fil de l'enquête d'une manière plus ou moins radicale selon le degré de connaissance de départ. Quelle que soit la distance culturelle, politique ou cognitive qui sépare le chercheur de son milieu d'enquête, elle se doit d'être abolie, au moins partiellement et ponctuellement, au risque de constituer un handicap majeur au déchiffrement des situations sociales. La situation d'enquête, en tant que dispositif social de domination, doit être corrigée, pour faire advenir l'échange (Bourdieu 2007 : 1389-1424). Ainsi s'expliquerait une tendance méthodologique à travailler avec et sur des milieux, des objets et des contextes avec lesquels le chercheur se sentirait proche et facilement en empathie.

De la même manière, les travaux sur archives, sur documents ou sur la matérialité ne seraient peut-être pas efficaces si des connaissances sociologiques et des affinités idéologiques n'entraient pas directement en ligne de compte dans le processus de recherche. Qu'un membre d'un groupe minorisé poursuive un travail sociologique ou de science politique sur son propre groupe ouvre et simplifie la phase d'appréhension du sujet et des sources. Cette exigence de proximité se traduit parfois aujourd'hui en un choix méthodologique et politique, mobilisant dans certains cas la théorie des savoirs situés (Standpoint Theory, Harding 1991), qui exclut les chercheurs considérés comme étrangers aux contextes minoritaires. On serait ainsi aujourd'hui devant un champ scientifique dont l'épistémologie rendrait indissociable proximité, empathie et travail critique.

A l’inverse, les travaux prenant le contrepied de cet état de fait et qui entendent décrire, analyser, comprendre et comparer des situations sociales, culturelles ou politiques distinctes voire à l'opposé de leur propre position personnelle décrivent bien souvent la complexité des ajustements et parfois le travestissement que le chercheur a dû opérer pour enquêter sur des groupes avec lesquels il partage peu ou aucune sensibilité (Laurens 2009). La portée de ces ajustements sur les recherches varie selon les disciplines et les terrains d’enquête. Si la mise à distance des conceptions propres au chercheur s’impose d’emblée lorsqu’il travaille sur des terrains éloignés – et dont les cadres de pensées sont fortement distincts de sa société d’origine – ou des époques très anciennes, elle devient plus complexe lorsque le chercheur travaille sur des périodes et terrains dans lesquels il est « pris » en tant que citoyen et universitaire ou sur des sujets fortement commentés dans l’espace public. Les travaux menés sur des objets tels que l’immigration, la colonisation, le racisme ou les extrêmes politiques pour n’en citer que quelques-uns (Di Matteo 2007, Dos Santos 2017), engagent le chercheur dans les débats publics qui traversent les champs politiques de sa société d’origine ou de celle qu’il étudie. Ces débats influent sur la manière dont les recherches sont perçues, interprétées et diffusées, menant à des enjeux méthodologiques particuliers que ce dossier exceptionnel entend questionner.

L’étude d’objets pour lesquels le chercheur n’a aucune sympathie peut d’abord être questionnée sous l’angle de la relation que le chercheur entretient avec son objet : que devient alors le chercheur qui se confronte à une altérité avec laquelle une empathie ne va pas de soi voire semble presque impossible ? Que faire d'une différence telle qu'elle suppose un travail permanent de distanciation à l’égard de ses propres convictions, parfois scientifiquement construites, pour saisir les tenants et les aboutissants de positionnements cognitifs ou politiques des milieux observés ? Comment faire des sciences sociales sur des situations et des groupes avec qui on ne partage rien ?

Outre cette dimension individuelle, les enjeux méthodologiques peuvent également être questionnés sous l’angle du positionnement du chercheur dans les sphères académique et politique : comment les sympathies/antipathies à l’égard d’un objet influent-elles sur les collaborations scientifiques ? Comment les débats traversant le champ politique influent-ils sur la manière dont le chercheur pense son objet et se positionne, éventuellement publiquement, à son égard ?

La Lusotopie constitue un terrain propice à ce type de questionnements en raison de certains des processus et évolutions qui caractérisent les territoires qui la composent. Si le partage d’une langue commune facilite des recherches comparatives et la circulation de chercheurs, de savoirs et de cadres analytiques, ces territoires sont également traversés par des dynamiques qui alimentent des oppositions, voire des polarisations fortes au sein des champs politique et académique.

L’héritage des épisodes coloniaux joue sur la relation que le Portugal entretient avec les pays et les citoyens auparavant soumis à son administration et par conséquent, sur les lectures scientifiques faites de phénomènes tels que la lusophonie, les contours du racisme (Machado 2004) ou les migrations (Morier-Genoud & Cahen 2013, Minga 2020). Dans les pays anciennement colonisés par le Portugal, les chercheurs perçus comme Portugais peuvent être identifiés comme représentants d’une puissance impériale quand bien même ils s’en défendent (Pina-Cabral 2002).

En outre, compte tenu de l’histoire coloniale et de la répartition des territoires de la Lusotopie au « Nord » et au « Sud », les savoirs produits en leur sein dépendent de structures économiques, de traditions politiques et de logiques institutionnelles distinctes et hiérarchisées qui influent sur le regard porté sur les phénomènes politiques et sociaux et encadrent les processus de diffusion des savoirs et les interprétations jugées légitimes ou non.

Enfin, ces territoires ont abrité ou connaissent une réémergence de régimes et pratiques autoritaires, de droite et de gauche, lesquels alimentent une polarisation politique mais également scientifique autour de thématiques liées à la mémoire, à la violence ou aux rapports de domination.

Ce numéro exceptionnel de Lusotopie entend questionner les enjeux méthodologiques et analytiques de recherches menées sur des objets ou des groupes sociaux avec lesquels le chercheur ne partage aucune affinité sociale, politique ou esthétique, ou à l’inverse, avec lesquels il est très proche. Les articles pourront prendre la forme d’articles classiques mais également de note de recherche (20 000 signes), d’entretiens ou d’essai.

Lancement de l'appel : 22 mars 2021
Réception des contributions : 30 juin 2021
Versions définitives : 30 septembre 2021
Publication : 30 novembre 2021

Références citées

Bourdieu, P. 2007, La misère du monde, Paris, Points.

Cefaï, D. 2003, L'enquête de terrain, Paris, La Découverte.

Di Matteo, L. 2007, L’idiotie en politique, Subversion et populisme en Italie, Paris, CNRS.

Dos Santos, I. 2017, “Postures du chercheur dans les processus mémoriels et patrimoniaux des migrations. Réflexivité revisitée,” Communications, 100 : 57-71.

Favret-Saada, J. 1977, Les Mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard.

Harding, S. G. 1991, Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, Ithaca, Cornell University Press.

Laurens, S. 2009, Une politisation feutrée. Les hauts-fonctionnaires et l’immigration en France (1962-1981), Paris, Belin

Machado, I. 2004, “Imigrantes brasileiros no Porto. Aproximação à perenidade de ordens raciais e coloniais portuguesas,” Lusotopie, 11 : 121-140.

Minga, E. A. de Paula, 2020, A construção do outro na opinião pública. Representações contemporâneas do Brasil e dos brasileiros na sociedade portuguesa, Dissertação de Doutoramento, Lisboa, FCSH-UNL.

Morier-Genoud, E. & Cahen, M. eds. 2013, Imperial Migrations. Colonial Communities and Diaspora in the Portuguese World, Basingstoke-New York, Palgrave Macmillan.

Pina-Cabral, J. 2002, “Agora podes saber o que é ser pobre. Identificações e diferenciações no mundo da Lusotopia”, Lusotopie, 9 : 215-224.

Renahy, N. 2005, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte.

Weber, F. 2009, Manuel de l'ethnographie, Paris, Presses universitaires de France.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search