Skip to navigation – Site map

HomeNumérosXXI(2)DossierL’extrême droite de Chega au Port...

Dossier

L’extrême droite de Chega au Portugal : entre normalisation et lutte pour l’hégémonie

Entretien avec Yves Léonard, le 14 décembre 2022
A extrema direita do Chega em Portugal : entre normalização e luta pela hegemonia
The far-right of Chega in Portugal: Between normalization and struggle for hegemony
Yves Léonard

Full text

Lusotopie : Pendant longtemps, le Portugal a été vu comme une exception en Europe, avec une extrême droite absente au Parlement. Et, en quelques années seulement, Chega, le parti d’André Ventura, a commencé par avoir un député, puis maintenant en a douze. Ce parti est quasiment devenu la troisième force politique du pays, notamment aux présidentielles. Comment peut-on expliquer ce changement aussi rapide ?

Yves Léonard : Il faut d’abord replacer Chega dans un cadre européen et, après, évidemment, le « portugaliser ». Le cadre européen, ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu’un mouvement s’est amorcé il y a une vingtaine d’années, qu’on pourrait qualifier de banalisation ou d’extrême-droitisation du champ politique. Le politologue néerlandais Cas Mudde a parlé de « dé-marginalisation » pour désigner ce phénomène, qui voit ces formations s’ancrer dans les territoires, être représentées au Parlement et acceptées par un pourcentage croissant de la population. Bref, quelles que soient les désignations qu’on retient, le phénomène est à peu près identique à l’échelle européenne : on a vu se multiplier des formations qui adoptent un discours souvent identique, avec des nuances nationales, mais qui tend à banaliser un certain nombre de discours et de pratiques qui, il y a vingt de cela encore, étaient pointés du doigt. Donc, ce phénomène est général et on vient d’en voir des traductions en Italie notamment, mais pas seulement : on le voit actuellement en Espagne avec Vox, on observe évidemment avec inquiétude ce qui se passe en France et ailleurs. Les exemples sont à l’infini. Et, dans ce cadre-là, effectivement, le cas portugais faisait un peu figure d’exception, puisqu’il y a eu, pardonnez-moi l’expression, du retard à l’allumage. C’est-à-dire qu’on avait une extrême droite au Portugal qui existait mais qui était totalement marginale et qui passait sous les écrans radar, oscillant à chaque consultation électorale entre 0,3 et 0,5 %. C’était le cas du PNR (Partido Nacional Renovador) – rebaptisé Ergue-Te en 2020 –, qui était le parti clairement revendiqué comme tel. Et ce, jusqu’au « coup de tonnerre » d’octobre 2019, c’est-à-dire l’élection d’André Ventura à l’Assemblée de la République.

Alors, pourquoi une telle singularité et, je dirais, un tel retard à l’allumage ? Ça fait partie des questions qui sont complexes. Les raisons qui sont le plus souvent invoquées, c’est bien sûr cette espèce de cordon sanitaire – mais l’expression n’est pas très bonne –, qui avait relativement bien fonctionné, alimenté notamment par toute la rhétorique autour de l’évènement 25 avril comme élément fondateur de la démocratie et, parallèlement, comme pierre angulaire de la Constitution de 1976. Celle-ci prévoyait un certain nombre de garde-fous qui ont assez bien résisté pendant de nombreuses décennies. Donc, je pense que c’est en partie parce qu’il y avait cet élément essentiel, ce cadre autour de l’évènement 25 avril et de la Constitution de 1976 que cela a fonctionné.

Ensuite, l’élément qui me semble essentiel pour comprendre cette émergence à la fois tardive et brutale, c’est le délitement des droites. Au Portugal, le Parti social-démocrate (PSD), le parti dominant à droite, a alterné au pouvoir depuis quarante ans avec le Parti socialiste. Le Parti social-démocrate, en octobre 2015, s’est retrouvé dans une configuration assez insolite : battu mais pas vraiment battu aux élections législatives et se cherchant, à partir de la Geringonça, c’est-à-dire cette alliance qui s’est dessinée à gauche, un nouvel horizon, un nouveau dessein, avec, comme toujours dans ce parti, la quête d’un leader charismatique. Leader charismatique qu’avait semblé incarner Passos Coelho, Premier ministre jusqu’en 2015. Et donc, il lui a fallu se trouver un nouvel horizon. C’est exactement dans ce contexte que s’inscrit l’émergence de Chega. Pourquoi ? Parce que Chega est né, formellement, début 2019, donc c’est un parti très récent, mais évidemment ceux qui l’ont fondé, à la tête desquels Ventura, ont tous un passé. Même si c’est un jeune leader politique, il ne vient pas de nulle part. Et d’où vient Ventura ? Il vient justement du PSD, le Parti social-démocrate, dont il était jusqu’en 2017 l’un des plus solides espoirs, ou du moins fortement protégé jusqu’en 2015 par le Premier ministre d’alors, Passos Coelho. C’est donc un transfuge d’une formation de centre-droit, de gouvernement, qui a migré pour des raisons multiples. En premier lieu par une lecture de la carte électorale et de ce qui se passait en Europe, avec une démarche assez carriériste, comme beaucoup – son alter ego espagnol Santiago Abascal de Vox a pratiqué à peu près de la même manière –, en décidant de franchir le cap et de quitter le PSD, qui était en crise et en relative perte de vitesse. Et il avait un atout supplémentaire dans sa manche : vouloir récupérer, siphonner non seulement les voix du PNR, le petit parti d’extrême droite – même si c’était peu important, son leader a déclaré que Ventura était venu faire du braconnage sur ses terres –, mais surtout siphonner les voix du CDS, l’autre parti de droite qui, lui, avait capitalisé ces trente dernières années sur des questions dont, finalement, Chega va s’emparer et faire son miel, notamment la récupération du fonds nostalgique, saudosista, à l’égard du passé colonial, de la présence et du rôle des anciens combattants, des retornados… Bref ce fonds de commerce, si on peut dire, électoral du CDS, également nommé Parti populaire, c’est Chega qui s’en est emparé. Et la suite a montré que ça avait fonctionné, parce que le CDS a disparu du Parlement lors des élections de janvier 2022.

  • 1 Forti, S., 2021, Extrema derecha 2.0. Qué es y como combatirla, Madrid, Siglo XXI. Voir également : (...)

Donc, c’est autour de ces éléments que s’explique pour partie l’émergence à la fois tardive et brutale de Chega. Et, effectivement, c’est aujourd’hui la troisième force politique. Il faut regarder cela avec recul : 7,5 % aux législatives de 2022, mais une perte de voix par rapport aux près de 12 % obtenus par Ventura à l’élection présidentielle en janvier 2021. Évidemment pour André Ventura ces présidentielles avaient valeur de test. Très clairement, il a voulu tester sa popularité personnelle et, comme il a une lecture très présidentialiste, ou du moins de l’homme providentiel, c’était une manière pour lui de se mettre en scène. Et cela a plutôt bien fonctionné, sur fond d’abstention très élevée à l’élection présidentielle début 2021, en pleine crise pandémique. Il a failli – heureusement qu’il y a eu la candidature d’Ana Gomes – virer en deuxième position. Ça s’est joué de très peu et c’était d’ailleurs son objectif. Il fait partie de cette veine des leaders charismatiques et – pour utiliser un terme que je n’aime pas trop, parce que je pense que c’est un concept fourre-tout qui nous éloigne de la réalité – disons populistes. Mais je ne crois pas que l’on avance beaucoup en disant cela parce que finalement, c’est beaucoup trop vague, on va y revenir. C’est un leader qui se veut charismatique, jeune, qui a utilisé avec un certain brio, comme ses émules en Europe, les réseaux sociaux et tout ce qui va avec, les chaînes d’information en continu, les réseaux sociaux. Il est même passé maître dans cet art – comme d’autres – de pouvoir mobiliser ses réseaux à ses propres fins et faire le buzz comme on dit. Donc de créer une sorte de viralité qui lui soit favorable. Ce n’est pas propre à Ventura et à Chega, c’est ce qu’on observe un peu partout dans le monde. On évoquera rapidement le Brésil aussi, où Bolsonaro en avait fait un de ses outils de conquête du pouvoir, et ça a failli le maintenir au pouvoir en octobre 2022 parce que sa campagne sur les réseaux sociaux était beaucoup plus aboutie que celle de son concurrent Lula. Bref, Ventura, là-dessus, est assez classiquement passé maître dans l’art de composer avec les réseaux sociaux et leurs algorithmes. C’est la lecture, que je trouve très pertinente, de Steven Forti, d’inscrire ce type de mouvement dans ce qu’il appelle les « extrêmes droites 2.01 ». Forti a développé une lecture comparatiste, à l’échelle européenne principalement, pour montrer la modernité de ces extrêmes droites, qui ont capté ces nouvelles technologies et les ont pliées à leurs propres desseins.

Lusotopie : Justement, à partir de cette idée de la modernité, quel est le rapport de Ventura et de Chega avec l’expérience dictatoriale de Salazar et l’État nouveau ? Comme vous l’avez dit, le moment fondateur de la démocratie, c’est le 25 avril, cette rupture avec le passé dictatorial. Est-ce qu’il va puiser dans les valeurs et dans la mémoire du salazarisme ou est-ce qu’il a une relation ambiguë avec cette mémoire ?

YL : J’opterais plutôt pour le deuxième terme. C’est-à-dire que c’est une relation ambivalente, ambiguë avec la mémoire du salazarisme. Pourquoi ? Parce que, finalement, Ventura vient picorer dans ce passé dictatorial essentiellement sur un fonds qui lui est favorable parce qu’il a un électorat à flatter – on évoquait précédemment ce saudosisme, cette nostalgie du passé colonial, de la grandeur, et le récit national que Salazar avait exalté. Ce sont des thèmes dans lesquels il puise allègrement. C’est-à-dire qu’il a une lecture assez proche de celle de Salazar sur ce que celui-ci appelait les « huit siècles d’histoire nationale », et qu’il ne modifie qu’à la marge. Autrement dit, il a une lecture très providentialiste de ce passé, de l’histoire du Portugal, avec ses moments de grandeur, identifiés évidemment, de manière paradigmatique, à la dictature salazariste et aussi à l’expansion – « les Découvertes » – et à une certaine partie du Moyen Âge avec, en gros, la fondation du Royaume et tout ce qui a contribué à créer un royaume pur, authentique, authentiquement portugais, c’est-à-dire rejetant à la marge, voire expulsant au début du xvie siècle les Maures et les Juifs, la dictature salazariste apportant la touche finale, si l’on peut dire, à cette lecture. Ventura le reprend à son compte, y compris dans la scénographie. On voit très bien comment il se met en scène régulièrement. J’ai souvenir, pendant la campagne présidentielle de 2021, qu’il était allé devant le château de Guimarães prononcer un discours d’inspiration salazariste pour célébrer ce qu’il appelle les « Portugais de bien » (os Portugueses de bem), pour célébrer avant tout ce récit national exalté, autour de la grandeur des châteaux médiévaux et de l’emprise du catholicisme, éléments constitutifs d’un récit qu’il assume pleinement.

Mais, en même temps, il tend aussi à prendre ses distances vis-à-vis de Salazar et du salazarisme dans ses déclarations. Il a déclaré à plusieurs reprises, si je résume, que « Salazar nous a fait perdre du temps », « qu’il a loupé le train de la modernité. » Et donc, d’une certaine manière, qu’il a raté un certain nombre de choses, et donc qu’il est inutile de le revendiquer à tout va. Et il a dit, au moment de la présidentielle, pas la peine de trop parler de Salazar, il suffit « d’avoir un Ventura au coin de la rue. » C’est donc une manière de prendre ses distances ; et de prendre ses distances aussi de manière assez habile. C’est une manière, comme beaucoup de ses émules à l’échelle européenne, de ne pas être taxé de fasciste. La qualification de fasciste, il la rejette catégoriquement, tout comme ce qui renvoie à l’extrême droite. Selon lui, il n’est pas d’extrême droite, il n’est pas de droite radicale, il est simplement un « Portugais de bien » qui veut défendre le Portugal éternel, celui qui aurait été bafoué par la révolution des Œillets le 25 avril et victime de ce qu’il considère comme une « déportugalisation » d’un pays à la cuture séculaire.

C’est donc une manière assez habile de chercher à se dédouaner d’un passé encombrant. La question a été posée au moment de la formation de Chega. Ana Gomes, qui fut candidate à l’élection présidentielle en 2021 à gauche, avait dit très clairement s’interroger sur le fait que le parti Chega avait été légalisé, c’est-à-dire sur le fait que le tribunal constitutionnel avait autorisé l’existence de ce parti, alors que sur sa nature, sur son mode opératoire et sur les personnes qui le composent – où on retrouve d’anciens salazaristes revendiqués comme tels –, c’était problématique au regard de la Constitution de 1976 qui dispose qu’aucune formation, association politique ne peut se réclamer ouvertement de ce passé fasciste. Et donc, à ce titre, l’existence légale même du parti Chega pouvait se poser. Bon, la chose a été finalement tranchée et Chega existe.

Donc, il y a le récit national. Il y a cette manière de se démarquer évidemment de l’absence de modernité salazariste, et son corollaire, qui d’ailleurs est une forme de singularité chez Chega et Vox, à l’échelle des extrêmes droites européennes, dans la mesure où il y a une revendication assez claire de ce qu’on pourrait appeler l’ultra-libéralisme. Ce qui n’était pas la marque de fabrique de Salazar, même si on trouve chez lui des éléments très clairs, et revendiqués comme tels. Friedrich Hayek et d’autres d’ailleurs mettront en avant ce néolibéralisme, inspiré de Walter Lippman dès la fin des années 1930. Très clairement, il y a une filiation derrière tout ça, qui n’est pas négligeable. Mais ce n’est pas là-dessus que Ventura joue, c’est plutôt une revendication pleine de l’ultra-libéralisme, très éloignée du corporatisme à la sauce salazariste. Donc, là-dessus, il n’y a pas d’ambiguïté. Après, derrière le récit national et la mise en scène, la chorégraphie qu’il utilise, il y a aussi l’évocation du triptyque « Dieu, patrie, famille », qui était également une des marques de fabrique de la propagande salazariste. C’est, en gros, cette récupération d’une idéologie et d’une vision organiciste de la société. C’est-à-dire un nativisme qui est vraiment consubstantiel à Chega, où on a les ingrédients habituels du strict respect des hiérarchies sociales, d’une société très hiérarchisée où le déterminisme du sang, de la famille, de la nation est essentiel.

C’est donc une réponse un peu en demi-teinte pour situer ce rapport au passé salazariste. Pour terminer sur ce point, je l’avais étudié il y a quelques mois dans le prolongement du cinquantième anniversaire de la mort de Salazar2. Lorsqu’il s’est agi, non pas de commémorer, mais enfin de célébrer, pour les nostalgiques, l’anniversaire de la mort de Salazar en juillet 2020, il y a eu – alors c’était après le premier confinement du printemps 2020, ça n’a pas eu un retentissement ni un succès considérable –, un rassemblement qui avait été organisé à Vimieiro et à Santa Comba Dão, où Salazar est né et où il est enterré. Ostensiblement, Ventura a fui cette célébration. Il est resté à l’écart. En revanche, on retrouvait là quelques représentants du PNR, désormais Ergue-te, parti revendiqué d’extrême droite, quelques nostalgiques évidemment ou anciens proches de Salazar, une association qui défend sa mémoire. Mais Ventura, assez habilement, avait fait le pas de côté pour ne pas, une fois encore, être identifié trop clairement à ce passé.

Lusotopie : L’une des premières sorties médiatiques qui a permis à André Ventura d’être connu concerne les Tsiganes, et ensuite il a plusieurs fois répété des propos les stigmatisant. Au Parlement, il n’a cessé de critiquer la députée Joacine Katar Moreira, qui était à l’origine membre du parti LIVRE, mais qui l’a rapidement quitté. Il a notamment déclaré qu’elle devait retourner en Afrique quand il y a eu le débat sur la rétrocession des œuvres d’art. En quoi les minorités et le racisme jouent-ils un rôle dans le discours et le positionnement de Ventura et de Chega ?

  • 3 Cet entretien a été réalisé alors que se déroulait la Coupe du monde de football masculin au Qatar, (...)
  • 4 Supporter du Sport Lisboa e Benfica, club de Lisbonne, le club qui compte le plus de supporters dan (...)

YL : Ventura, ses premiers faits d’arme, si l’on peut dire, il les a réalisés en stigmatisant ces minorités. Mais il ne faut pas oublier son rôle de commentateur footballistique, sur lequel il a beaucoup capitalisé parce que le football est une caisse de résonnance importante au Portugal (on le voit encore ces dernières semaines3). La société portugaise vit au rythme du football en quelque sorte et lui, en se faisant commentateur sportif à ses moments perdus, a acquis une notoriété, une visibilité qui était importante grâce à cela. Et notamment en se posant comme benfiquiste4 assumé.

Mais effectivement, il y a eu cette dimension très forte autour de la stigmatisation des communautés, notamment la communauté rom, tsigane, qu’il a très tôt pointée du doigt comme responsable de tout. En gros, une lecture assez classique au regard du nativisme qui est consubstantiel à Chega. C’est-à-dire cette dimension du bouc-émissaire, qui fait qu’une structure, un individu ou un groupe d’individus sont pointés du doigt et tenus pour responsables d’absolument tout. La communauté tsigane a eu affaire à des déclarations extrêmement violentes de Ventura. Et là, on atteint l’objectif principal qui est de capter l’attention, de créer de la viralité sur les réseaux sociaux et dans les médias. Il a tiré profit de tout cela pour accroître son audience. Et de la même façon, sur les propositions qui ont été faites par l’ex-députée Joacine Katar Moreira, où il a demandé clairement qu’elle reparte dans « son pays d’origine », indiquant ainsi qu’elle n’était pas portugaise au sens où lui l’entend. C’est le discours assez classique qu’on observe à l’échelle européenne. En France notamment, cela a été beaucoup développé par le Front national/Rassemblement national autour d’une suppression de la binationalité. Mais, une fois encore, c’est une traduction d’une lecture nativiste de la société.

Sur cette question du racisme, c’est là que vient se greffer évidemment l’un des « legs » du salazarisme, la mémoire du passé colonial. C’est évidemment toute l’imprégnation longue, durable et profonde de ce qu’on appelle le luso-tropicalisme. C’est-à-dire cette croyance en une « colonisation douce » où le brassage, le métissage seraient des vertus consubstantielles à l’éthos portugais. Évidemment, Ventura mobilise toute une rhétorique pour, à la fois, banaliser le passé colonial, le normaliser et dire que ce fut une colonisation somme toute douce. Il a, derrière lui, aussi, des retornados, les rapatriés, il a des anciens combattants, autant de clientèle électorale qu’il cherche à fidéliser. Mais il y a également tout ce vieux fonds luso-tropicaliste qui laisse entendre que, finalement, le Portugal est un pays par essence non raciste. Parce que, de longue date, depuis l’État portugais de l’Inde à Goa jusqu’à aujourd’hui, depuis Albuquerque jusqu’à la décolonisation, le Portugal aurait été comme nul autre dans le monde. C’est-à-dire qu’il n’aurait pas procédé comme les autres puissances coloniales européennes. Et donc, par ce biais-là, évidemment, il se serait trouvé complètement à l’abri et immunisé en quelque sorte du racisme. Donc il joue beaucoup sur cette dimension-là, sur cette lame de fond qui consiste à banaliser un discours d’essence raciste mais qui prétend ne pas l’être, parce qu’il dit une « portugalité » exemplaire. Donc, il surfe en permanence sur cette espèce d’ambiguïté, sur cette croyance assez largement partagée au Portugal que c’est un pays où il n’y a pas de racisme. Et la réalité, évidemment, est toute autre et plusieurs évènements ces dernières années l’ont montré, quelquefois de manière très dramatique. C’est le cas de l’assassinat en pleine rue de ce jeune acteur, Bruno Candé, il y a deux ans, en pleine rue, par un ancien combattant des guerres coloniales, qui l’a abattu parce que noir et qui lui aurait signifié « de rentrer chez lui » en Guinée. C’est sur cette dimension que Ventura joue, sur cette ambivalence, en essayant de « décomplexer », sinon de banaliser un discours qui n’attendait que lui d’une certaine manière pour ressurgir à l’avant-scène. À grands traits, c’est le mode opératoire de Ventura.

C’est un phénomène assez général, d’abord parce que ça renvoie à ce nativisme qui est consubstantiel à ces partis d’extrême droite, mais aussi parce que, chez Ventura, il y a un handicap, si l’on peut dire, supplémentaire au Portugal. L’un des carburants traditionnels des extrêmes droites est le rapport à l’immigration. Or ce rapport est un peu altéré au Portugal dans la mesure où c’est un pays traditionnellement plutôt d’émigration que d’immigration. À la différence d’autres pays voisins, il n’a pas été confronté d’emblée à des vagues d’immigration aussi importantes, même s’il y en a eu depuis les années 1990 venant des anciennes colonies africaines, d’Europe centrale et orientale après la chute du Mur de Berlin et lors des vagues d’élargissement. Bref, il a essayé de capitaliser sur tout ceci mais quantitativement il lui manque quand même des éléments chiffrés. C’est pour ça qu’il a tendance à maximiser son discours sur les deux volets qu’on vient d’évoquer, à savoir les communautés tsiganes, tous ceux qui viennent des confins de l’Europe aux marges de « la civilisation chrétienne », et par ailleurs tous ceux qui viennent – il dirait incrustés indûment au Portugal – des anciennes provinces d’outre-mer, des anciennes colonies africaines. Et donc, c’est par ce biais-là qu’il essaie d’écrire un narratif, de fixer l’agenda, et, serait-on tenté de dire, de gagner la bataille culturelle. Et sur cette question du racisme, il surfe effectivement sur les croyances très superficielles et erronées du luso-tropicalisme.

Ce sont des éléments en cours de construction et, en quelques années, il a réussi, d’une certaine manière, à placer non pas au centre du discours politique, mais au moins à jeter, notamment vis-à-vis des droites politiques, plus qu’un trouble sur une question, que jusque-là, le CDS notamment avait contenu par différents biais, avec des clientèles électorales, sans franchir certaines lignes rouges comme Chega. Enfin, la situation démographique – baisse de la natalité et population vieillissante – ainsi que l’essor de l’immigration – aujourd’hui supérieure à l’émigration, avec deux fois plus d’immigrants que d’émigrants depuis 2019 et 750 000 étrangers en situation régulière comptabilisés fin 2022 –, ces évolutions risquent de donner du grain à moudre pour les prochaines années à Chega.

Lusotopie : Au début, vous avez parlé du cadre européen, et notamment à propos du développement de l’extrême droite au niveau européen. Il y a aussi un autre cadre qui peut être pertinent, c’est le cadre lusophone, avec ce qui s’est passé au Brésil, avec ce qui se passe au Brésil, avec l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, qui puise évidemment dans un fonds lui aussi d’extrême droite, avec la propre histoire du Brésil. Quelles sont les connexions et quels sont les liens qui peuvent exister entre Chega et Bolsonaro au Brésil, en termes d’idées, en termes de circulation de dogmes peut-être et de ressources ?

YL : En termes de fonds commun idéologique, si on peut dire, il y a des correspondances évidentes. Quand on parle du triptyque « Dieu, patrie, famille », qui a été effectivement utilisé de manière un peu différente mais mis en avant par la propagande salazariste dès les années 1930, sa source d’inspiration on la retrouve précocement au Brésil, parce que c’est finalement un slogan qui vient du Brésil. Et chez Bolsonaro, il y a des emprunts, volontaires ou involontaires – avec lui c’est toujours très difficile à dire –, mais enfin, très clairement, il y a une rhétorique et un fonds communs avec ce discours salazariste, même si, à ma connaissance, il n’a jamais évoqué clairement Salazar et le passé salazariste. Mais derrière, il y a l’Action intégraliste brésilienne (AIB), fondée en 1932 par Plínio Salgado, toutes ces composantes qui sont parties constitutives du discours de Bolsonaro. Ce qui a sinon galvanisé mais été source d’inspiration pour Ventura, c’est évidemment cette version du discours tropicaliste tenu par Bolsonaro et le succès qu’il a rencontré parce que, au même titre qu’au début Ventura se revendiquait assez clairement de Salvini en Italie, il a trouvé chez Bolsonaro d’un côté le versant tropicaliste d’un discours qui lui allait assez bien et chez Trump aux États-Unis une utilisation des réseaux sociaux et des réseaux d’information comme source d’inspiration.

C’est plutôt au niveau de ces trois figures – Salvini, Trump, Bolsonaro – que se sont cristallisés le discours, la pratique et les idées de Ventura. Sur les méthodes, sur une partie du discours identitaire nativiste, il y a des correspondances étroites. Après, j’ignore s’il y a des sources de financement venues du Brésil, à la différence des équipes ayant entouré Trump, celles de Steve Bannon qui se sont intéressés de près à l’expérience de Ventura, invité d’ailleurs par Trump aux États-Unis et qui a une certaine audience dans les réseaux alt-right et trumpistes. Après, du côté du Brésil de Bolsonaro, les sources idéologiques sont assez proches, avec la même volonté de fixer l’agenda politique, avec cette viralité des messages. Mais l’élection récente de Lula devrait rebattre les cartes et priver Ventura d’une référence, sinon d’un modèle.

Lusotopie : Est-ce que l’on peut considérer que sur la question du racisme, le Portugal continue à être une exception en Europe ? Je repense à cette manifestation où Ventura affichait « Portugal não é racista » et je m’interroge sur l’adhésion en fait : dans quelle mesure les personnes qui adhèrent à ce parti continuent réellement à croire que le Portugal et eux-mêmes ne sont pas racistes ? Et la deuxième chose, c’est plutôt autour de la question du genre : quand on regarde aussi ce parti et les manifestations, on n’y voit que des hommes. Est-ce qu’on peut aussi y voir une exception du Portugal ?

YL : Alors sur cette question du racisme, tout à l’heure j’ai essayé de développer, mais c’est très difficile parce que ça renvoie à cette part, toujours très difficile à évaluer, d’une forme d’inconscient collectif, de représentation que les gens ont d’eux-mêmes. Je ne sais pas quelle est la part à la fois de sincérité et la part finalement de cécité. J’évoquais précédemment cette croyance finalement assez largement partagée, de longue date, sur « les vertus du luso-tropicalisme ». Une partie des élites en est imprégnée et une partie de la population en est convaincue. Et ça pose un problème évidemment vis-à-vis de la lecture de ce passé colonial, qui fait problème encore aujourd’hui au Portugal, sur la relative innocuité de ce passé. Je suis quand même assez frappé par la prégnance finalement de cette lecture, qui reste, même s’il y a, notamment dans les sciences humaines, beaucoup de travaux qui vont à l’encontre de cette vision, qui montrent bien cette réalité. Il y aussi des remises en question par tel ou tel acteur politique, on en a cité tout à l’heure avec la députée Joacine Katar Moreira, qui a, lors de son mandat, pointé du doigt un certain nombre de choses. Mais elle n’a pas été tellement suivie, elle a même été mise en difficulté, fragilisée. Donc, il y a des mouvements. Il y aussi le regard international sur ce rapport renouvelé au passé colonial et cette question du racisme, avec notamment les Nations Unies qui ont diligenté une commission qui s’est récemment rendue au Portugal et qui a montré justement toute la part de ces croyances assez vaines en une singularité, en une exceptionnalité portugaise. Donc, il y a des remises en question. L’histoire savante s’en est emparée, l’anthropologie, enfin beaucoup de travaux sont produits aujourd’hui. Mais il y a, en toile de fond, ce danger d’un discours on va dire zemmourien que développe une personne comme Ventura, c’est-à-dire un roman national fantasmagorique, sans grand rapport avec la réalité historique. Un discours qui séduit une partie de l’opinion qui, pour différentes raisons, n’a pas les connaissances ou la volonté d’approfondir, bref reste à une lecture très superficielle, cette forme simpliste « d’histoire de France – ici du Portugal – racontée aux enfants ».

Sur la question du genre, Chega effectivement est un parti très masculin. Cela renvoie à une vision très patriarcale, de la domination masculine, empruntée au « vivre habituellement » salazariste. Autour de Ventura, il y a peu de femmes, à part quelques jeunes femmes qui sont là pour donner peut-être le change, sinon un effet poudre-aux-yeux, « para inglês ver ». Mais c’est un parti qui s’appuie effectivement sur une organisation très masculine et avec un électorat ou des représentants majoritairement masculins. C’est le reflet d’une partie de la société, effectivement machiste, où la part des femmes est relativement réduite, à l’instar de ce qu’un Trump véhicule outre-Atlantique.

Lusotopie : Comment s’insère Chega dans le réseau européen des extrêmes-droites ? Quelles sont les principales analogies et singularités, notamment au regard de son voisin ibérique Vox ?

YL : Concernant cette insertion, puisqu’on a déjà parlé de Bolsonaro, de Trump et de Salvini, juste compléter pour dire qu’il y a quelques traits communs assez clairement identifiés. Comme je l’ai dit dans l’introduction, je fais miennes les analyses de Steven Forti à ce sujet Je trouve très pertinent de désigner sous le terme « d’extrêmes droites 2.0 », pour éviter quelques discours assez vains et qui peuvent nous éloigner de la réalité, sur les concepts de fascisme et de populisme notamment. Deux écueils à éviter, parce qu’on peut tourner en boucle très longtemps autour de leur définition et de leur plasticité. Donc, derrière les similitudes et l’insertion de Chega et de Ventura dans ces réseaux d’extrême droite, il y a la question de l’identitarisme et du nativisme, qui est vraiment au cœur – et j’emploie à dessein ces termes. Le nativisme donc et un nationalisme de repli, qui est une des clés pour se réapproprier selon eux la souveraineté nationale, parfois en critiquant le multilatéralisme, mais sans aller trop loin dans le cas de Chega parce qu’il y a une dimension européiste autour de la captation des fonds communautaires qui reste vitale pour le Portugal ; la revendication également d’une modernité toute technocratique, passant à la fois par l’acceptation de l’Alliance Atlantique et l’affirmation de valeurs très conservatrices sur la famille et les mœurs, un peu à la sauce italienne en mode Meloni, ce qu’on pourrait qualifier de « techno-souverainisme »5 ; une islamophobie qui est sous-jacente et assez présente chez Chega, donc la condamnation, on en a parlé, des immigrés comme facteur de trouble ; un anti-intellectualisme très prégnant, à l’image des autres mouvements d’extrême droite ; cette ambivalence que j’ai évoquée par rapport au passé de la dictature ; cette volonté évidemment très forte de fixer l’agenda politique.

Ce qui démarque un peu Chega des autres, c’est d’une part le rapport à la question économique – j’évoquai tout à l’heure l’ultra-libéralisme, revendiqué par Chega tout comme Vox en Espagne. Et, d’autre part, ce rapport, par essence complexe, au phénomène migratoire – Chega a réalisé un score élevé au sein de la circonscription des Portugais en Europe lors des dernières législatives – et à l’immigration au Portugal. Enfin, il faut prendre en compte la volonté exprimée récemment par Ventura de prendre pied dans le monde syndical en projetant de créer une fédération, « Solidariedade », s’inspirant ici de Vox en Espagne, pour lutter contre la social-démocratie et une unité syndicale ancrée à gauche depuis la révolution des Œillets. Outre une dimension politique évidente, clientéliste, Ventura entend ainsi conforter son assise dans des secteurs professionnels ciblés en priorité, comme les policiers, les médecins et les enseignants6.

Pour finir, il faut rappeler que Ventura est d’une très grande plasticité dans ses rapports avec les uns et les autres, accueillant aussi bien, lorsqu’il était en campagne, Marine Le Pen à Lisbonne, que nouant des liens avec d’autres qui ne sont pas exactement sur la même ligne. Bref, pour le moment, il est dans une phase d’ascension où il cherche avant tout à assurer son hégémonie à droite, vis-à-vis notamment d’une nouvelle formation comme Initiative libérale qui compte huit députés à l’Assemblée. Et donc, finalement, par cette banalisation de son discours, autrement dit cette capacité à incarner une forme de respectabilité en portant une cravate, l’enjeu pour lui est de conquérir et d’attirer dans son sillage une partie de la droite portugaise en proie à une crise de leadership persistante. Tout en lorgnant du côté d’abstentionnistes désenchantés à l’égard d’un système politique certes « résilient » – les deux tiers de l’électorat continuent de voter pour les deux principaux partis de gouvernement, principalement le PS et, en perte de vitesse, le PSD –, mais où des partis comme le CDS et le PC déclinent alors que le nombre d’abstentionnistes ne cesse de croître. Même si l’autoritarisme de Ventura commence à être sérieusement pointé du doigt au sein même de sa formation, même si la normalisation d’un discours « attrape-tout » pourrait éloigner de lui ses sympathisants les plus « antisystème », on voit bien que son entreprise est loin d’être condamnée à l’échec.

Top of page

Notes

1 Forti, S., 2021, Extrema derecha 2.0. Qué es y como combatirla, Madrid, Siglo XXI. Voir également : https://legrandcontinent.eu/fr/2022/06/14/extreme-droite-2-0-de-la-normalisation-a-la-lutte-pour-lhegemonie/

2 https://legrandcontinent.eu/fr/2021/04/25/salazar-et-le-salazarisme-la-posterite-politique-dun-dictateur/

3 Cet entretien a été réalisé alors que se déroulait la Coupe du monde de football masculin au Qatar, à l’automne 2022.

4 Supporter du Sport Lisboa e Benfica, club de Lisbonne, le club qui compte le plus de supporters dans le pays.

5 https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/09/26/giorgia-meloni-n-incarne-pas-le-retour-du-fascisme-mais-l-apparition-d-une-nouvelle-formule-politique_6143300_3232.html

6 https://setentaequatro.pt/enfoque/solidariedade-fiasco-ou-ameaca-real-para-o-sindicalismo-de-esquerda

Top of page

References

Electronic reference

Yves Léonard, “L’extrême droite de Chega au Portugal : entre normalisation et lutte pour l’hégémonie”Lusotopie [Online], XXI(2) | 2022, Online since 01 December 2022, connection on 02 March 2024. URL: http://journals.openedition.org/lusotopie/6351; DOI: https://doi.org/10.4000/lusotopie.6351

Top of page

About the author

Yves Léonard

Centre d’histoire de Sciences Po, France
yves.leonard[at]sciencespo.fr

By this author

Top of page

Copyright

The text and other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search