Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXV(2)Les chroniquesNotes de lectureJacky Buffet, Modernisation agrai...

Les chroniques
Notes de lecture

Jacky Buffet, Modernisation agraire, oligarchies et mouvements paysans au Brésil. Une évaluation historique

Genève, Institut universitaire d’étude du développement (« Itinéraires. Notes et travaux », 56), 2000, 38 p.
Éric Sabourin
p. 273-274
Référence(s) :

Jacky Buffet, Modernisation agraire, oligarchies et mouvements paysans au Brésil. Une évaluation historique, Genève, Institut universitaire d’étude du développement, 2000, 38 p. ISSN 1023-4659 (« Itinéraires. Notes et travaux », 56).

Texte intégral

1J. Buffet dresse une évaluation historique de la relation entre la modernisation de l’agriculture brésilienne dans les années 1970-80, le pouvoir des oligarchies terriennes et l’émergence des mouvements paysans, depuis la période coloniale jusqu’au second gouvernement F.H. Cardoso. La publication se divise en deux parties. La première, purement historique reconstruit la trajectoire de l’accès à la terre et de la propriété foncière au Brésil depuis la colonie jusqu’au coup d’État militaire de 1964, en l’associant au développement du pouvoir politique et économique des oligarchies terriennes de la canne à sucre et du cacao, du café puis de l’élevage. L’équation agraire brésilienne repose sur l’autoritarisme et l’exclusion.

2À partir des années 1970, celles du miracle économique brésilien, le développement de l’industrie et du commerce reposera encore sur le pouvoir économique des oligarchies agraires, avant que celles-ci ne doivent accepter de négocier une plus large ouverture de l’économie au capital étranger, garantie des possibilités d’exportation des matières premières agricoles. Cependant, l’exclusion croissante d’une majorité de ruraux, voire d’urbains, des retombées économiques, alimentera une résistance paysanne, soutenue par des mouvements sociaux qui connaîtront leur apogée durant la transition démocratique des années 1990, en particulier le mouvement des sans terre. Face aux mobilisations de ces mouvements, souvent soutenus par l’Église, les syndicats urbains, la société civile, l’opinion internationale, voire par la classe moyenne brésilienne, le pouvoir politique aura alors recours aux mêmes stratégies paternalistes et clientélistes. Chaque mouvement social voit la mise en place d’un programme de développement spécifique, généralement participatif, voire la création de nouvelles agences (Sudene, Sudam, Banque Amazonienne, Banque du Nordeste) ou de nouveaux ministères (ministère Extraordinaire de la Réforme foncière, ministère du Développement agraire), dont la fonction première est de rassurer l’opinion et de désamorcer les luttes sociales.

3L’analyse de J.Buffet conclut que dans ce contexte, « la mise en œuvre d’une véritable réforme agraire n’aura jamais été aussi éloignée des chemins du possible ». Le gouvernement Cardoso s’étant employé à distribuer largement des terres publiques ou improductives, mais en se gardant bien d’y associer les moyens de les mettre en valeur (régularisation foncière, crédit, assistance technique et accès aux marchés). Au contraire, sous la pression de l’oligarchie rurale, il fit voter une loi interdisant l’expropriation des terres occupées, ôtant aux mouvements sociaux leur principal outil de revendication. En ce sens, la conclusion de J. Buffet est prémonitoire du maintien de ce blocage de la réforme agraire sous le gouvernement Lula, qui s’est limité à offrir des moyens de travailler la terre, mais n’a pas été capable de changer la législation et d’inverser durablement le processus d’exclusion. La pauvreté rurale a certes diminué grâce aux aides sociales, mais en faisant des paysans assistés des consommateurs plus que des producteurs, le fossé s’est creusé entre les appuis productifs à l’agriculture patronale et entrepreunariale et les appuis structurels à l’agriculture familiale et paysanne ou à la réforme agraire.

Septembre 2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Sabourin, « Jacky Buffet, Modernisation agraire, oligarchies et mouvements paysans au Brésil. Une évaluation historique »Lusotopie, XV(2) | 2008, 273-274.

Référence électronique

Éric Sabourin, « Jacky Buffet, Modernisation agraire, oligarchies et mouvements paysans au Brésil. Une évaluation historique »Lusotopie [En ligne], XV(2) | 2008, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lusotopie/705

Haut de page

Auteur

Éric Sabourin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Lusotopie

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search