Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXV(1)La recherche : Indiens des cinq c...Les Indiens d'Afrique orientale e...La communauté indienne à Dar-es-S...

La recherche : Indiens des cinq colonisations d'Afrique orientale. Mobilités et identités en diaspora de 1870 à nos jours
Les Indiens d'Afrique orientale et centre orientale

La communauté indienne à Dar-es-Salaam durant la domination allemande (1891-1914)

Le positionnement d’une diaspora au sein d’une société coloniale
A comunidade indiana em Dar-es-Salaam durante a dominação alemã (1891-1914). O posicionamento de uma diáspora no seio de uma sociedade colonial
The Indian ommunity in Dar-es-Salaam during the German domination (1891-1914). The diaspora position within the colonial society
Franck Raimbault
p. 141-159

Résumés

Quelles relations entretinrent à Dar-es-Salaam le colonisateur allemand et la communauté indienne entre 1891 et 1914 ? Malgré le statut de sujets britanniques, les Indiens se virent proposer une place de choix au sein de la société coloniale en construction. Ils furent nombreux, toutes obédiences religieuses confondues, à l'accepter car les opportunités économiques dans la capitale de l'Afrique Orientale Allemande étaient importantes. Afin de conserver et renforcer leur assise sociale, les négociants indiens développèrent un discours d'attachement à l'œuvre coloniale allemande. Certes, celui-ci dut s'adapter et se faire plus défensif à partir de 1905, lorsque le petit colonat européen, hostile à la présence indienne à la fois pour des raisons économiques et raciales, émit de virulentes critiques. De cette confrontation avec une réalité coloniale mouvante émergea une identité indienne transcendant des appartenances religieuses par ailleurs fort vivaces.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur l’histoire économique de la région au xxe siècle : A. Sheriff, Slaves, spices and ivory in Zan (...)

1Principale ville de l'actuelle Tanzanie, Dar-es-Salaam doit son existence au sultan omani de Zanzibar, Majid, qui décida au début des années 1860 de bâtir directement sur le littoral est-africain une ville portuaire capable d’accueillir à la fois les vapeurs occidentaux à fort tirant d’eau et les caravanes venant de l’intérieur chargées d’ivoire et d’esclaves. À cette époque, le sultanat prospérait depuis un demi-siècle, grâce à son rôle d’intermédiaire entre les collecteurs d’ivoire de l'intérieur du continent et le marché mondial. L'une des principales raisons du dynamisme de l'économie régionale était le rôle joué par les financiers et les marchands indiens installés à Zanzibar. Ces derniers n’hésitaient pas notamment à avancer les capitaux nécessaires à la constitution de caravanes qui devaient s’enfoncer de plus en plus loin dans le continent, au fur et à mesure que les réserves en ivoire s’épuisaient1.

2Pour permettre un développement rapide de son projet, le sultan s’appuya sur les élites qui l’entouraient à Zanzibar, à savoir les nobles omani, ainsi que des marchands et des entrepreneurs arabes et indiens. Pour inciter les investissements et les installations, il accorda de nombreuses facilités matérielles, notamment en matière foncière. La mort de Majid en 1870 entraîna l’arrêt brutal de l’implication du sultanat dans le développement de la ville. Du rang de future capitale, Dar fut ravalée à celui de centre économique régional car elle parvint tout de même à polariser son arrière-pays, l’Uzaramo. Signes de son relatif dynamisme, ses effectifs passèrent de 900 habitants à la fin des années 1860 à plus de 3 000 dans les années 1880. En 1873, une petite soixantaine de marchands indiens y contrôlaient déjà une bonne partie des flux commerciaux.

  • 2  Pour une histoire succincte de Dar-es-Salaam : J. Sutton, « Dar-es-Salaam : a sketch of a hundred (...)

3Le destin de cette ville ouverte sur le monde se trouva relancé par le scramble opposant dans la région Allemands et Britanniques. La domination des seconds sur l’île de Zanzibar contraignit les premiers à promouvoir un point de la côte capable d’accueillir les navires venant de métropole et le cœur de leur appareil administratif. Dar-es-Salaam devint ainsi en 1891 la capitale de l’Afrique Orientale Allemande (AOA)2.

4Dans le contexte de cette rivalité germano-britannique, quelle place l'administration allemande allait-elle accorder à la communauté indienne, une minorité étrangère dont les membres étaient sujets britanniques ? Par ailleurs, les marchands indiens travaillaient et collaboraient depuis des décennies avec le pouvoir omanais. Quelle position adopter face à l’irruption d’un nouvel acteur politique, dont la caractéristique première n’était certainement pas la douceur ?

Allemands et Indiens en Afrique orientale en 1891

5L’administration coloniale créa d'emblée un ordre juridique binaire distinguant Européen d’une part, et indigène d’autre part. Les Indiens se trouvèrent donc relégués dans une catégorie juridique comprenant l’ensemble des Africains. Cela ne constituait pourtant pas une manifestation de défiance à l'égard des communautés exogènes déjà présentes dans la région.

Le pragmatisme d’un colonisateur impécunieux

  • 3  M. Wright, « Local roots of policy in German East Africa », Journal of African History, IX (4), 19 (...)
  • 4  J.S. Mangat, A history of the Asians in East Africa ca. 1886 to 194, Oxford, Clarendon Press, 1969 (...)

6L'implication du Reich allemand en Afrique orientale se fit avec de faibles moyens financiers et humains. Bismarck et son successeur, Caprivi, partageaient la même analyse sur le sujet : il ne revenait pas à l’État allemand d’investir pour assurer le développement et l'exploitation de la colonie. Le premier gouverneur, Julius von Soden, arriva dans la colonie en avril 1891 et se convainquit rapidement lui aussi qu’une aventure coloniale ambitieuse ne serait pas rentable. L’action de l’administration devait selon lui se limiter à faire prospérer les circuits commerciaux existants, pour mieux les taxer. Or, étant donné l’absence de moyens administratifs pour œuvrer en ce sens, cela passait obligatoirement par les acteurs déjà présents3. Il demanda donc aux autorités britanniques en Inde d’inscrire la colonie sur la liste des pays vers lesquels l’immigration indienne était autorisée4.

7Par ailleurs, les autorités coloniales allemandes jugeaient la collaboration indienne indispensable pour régler un ensemble de problèmes ponctuels, mais fort importants. Il leur fallait ainsi organiser rapidement des caravanes afin d’envoyer dans l’intérieur du matériel et des hommes afin de concrétiser la prise de possession du territoire de la colonie. Deux problèmes plus locaux se posaient : d'une part, peupler les rangs de l'administration et, d'autre part, construire une capitale faisant honneur à l’œuvre coloniale allemande, le tout au moindre coût. L’exemple de Zanzibar, où travaillaient déjà des ouvriers qualifiés et des fonctionnaires d’origine indienne, paraissait intéressant.

L’importance de la présence indienne dans la région

8Grâce à la longue expérience zanzibarite de firmes commerciales hambourgeoises, les autorités coloniales allemandes n'ignoraient rien de l'importance du rôle des marchands indiens dans l’économie régionale. Quels éléments fondaient la position économique privilégiée de la communauté indienne ?

  • 5  A. Sheriff, Slaves, spices and ivory…, op cit. : 24 à 30 ; S. Andriananjanirina-Ruphin, Zanzibar 1 (...)
  • 6  A. Sheriff, Slaves, spices and ivory…, op. cit. : 77 et suivantes.

9En 1891, la petite communauté indienne de Dar-es-Salaam ne constituait qu’un des nombreux nœuds d’un vaste réseau diasporique s’étendant de Bombay au Mozambique. Au sein de cet espace, Dar n’était qu’un élément très secondaire dépendant directement du grand centre régional qu’était Zanzibar. L'île accueillait alors quelque 7 000 Indiens, dont les allées et venues entre leur terre d’accueil et Bombay étaient grandement facilités depuis 1873, suite à la création d’une ligne régulière mensuelle par la Steam Navigation Company5. Ce groupe n’avait rien d’homogène : les différences sociales et religieuses y étaient fort importantes. Mais ces membres partageaient un point commun : ils contribuaient tous d’une manière ou d’une autre au développement économique de la région. Y arrivant pour la plupart pauvres, beaucoup savaient profiter des moindres opportunités pour accumuler du capital afin de développer leurs affaires. Pour cela, ils acceptaient des conditions de vie fort modestes, très proches de celles des Africains à leur arrivée. Les migrants dernièrement débarqués étaient volontaristes, prêts à travailler à bon compte et dans des conditions difficiles pour les compatriotes déjà installés. Cela permettait à ces derniers de renforcer ainsi leurs assises économiques. Ces qualités furent reconnues par le Sultan qui leur accorda graduellement, entre 1810 et 1840, le même statut qu’aux marchands arabes6.

  • 7  Ibid. : 103-116.

10En se faisant banquiers, les plus riches et les plus audacieux des marchands indiens prirent le contrôle des principaux leviers de l’économie régionale. Ils n'hésitèrent pas à financer les caravanes arabes ou swahilies partant pour l’intérieur, permettant ainsi le développement des réseaux commerciaux vers l’ouest, dans des régions encore riches en ivoire. Ces hommes d'affaires limitaient leurs risques en exigeant des garanties des chefs de caravanes. La plus prisée d’entre elles était la mise en gage d’une plantation de girofliers (sur l'île de Zanzibar) ou d'une cocoteraie (sur la côte). Les propriétaires terriens multiplièrent les hypothèques dès les années 1840, beaucoup furent incapables de rembourser du fait d'un train de vie dispendieux ou d'échecs commerciaux. La chute du cours du clou de girofle à la fin de la même décennie ne fit qu’accentuer le phénomène, si bien qu’en 1860 les trois quarts des plantations étaient directement ou indirectement dans les mains des banquiers indiens. L’interdiction faite à ces derniers de posséder des esclaves dans les années 1870 explique qu’ils ne cherchèrent pas toujours à obtenir la pleine propriété des plantations. Ils se contentaient de prendre possession des récoltes, reléguant le propriétaire au rang de gestionnaire de sa main-d’œuvre servile7. La même arme, le crédit, permettait à certains marchands indiens de contrôler une partie du marché du travail. En effet, pour rembourser tout ou partie de leurs créances, les propriétaires d’esclaves prêtaient leur main-d’œuvre servile la plus fidèle, qui leur était attachée par des liens quasi clientélaires. Certains Indiens purent ainsi développer des affaires de location de porteurs pour les Européens, de plus en plus nombreux à explorer la région.

  • 8  J. Gray« Dar-es-Salaam under the Sultans of Zanzibar », Tanganyika Notes and Records, 33, 1952 : (...)

11Mais l’emprise de la communauté indienne se jouait également à des niveaux bien plus modestes. Grâce à la frugalité de ses membres, elle était au contact du moindre marché solvable africain et des producteurs agricoles. Ces derniers étaient d’autant plus disposés à vendre aux marchands indiens que leurs rapports dépassaient largement le cadre de simples transactions commerciales. Les échanges économiques s'imbriquaient dans un ensemble de relations sociales qui étaient souvent facilitées par une profonde connaissance de la culture de la côte chez les migrants. En effet, beaucoup appartenaient à des dynasties implantées depuis des décennies dans la région. Par ailleurs, ceux qui commençaient une carrière – les plus jeunes ou les migrants de fraîche date – faisaient leurs armes dans des endroits relativement isolés. Ils se retrouvaient transplantés au cœur de petits bourgs où leur faible nombre ne leur permettait pas de constituer un groupe à la sociabilité fermée. Ainsi en 1873, la présence indienne à Dar et ses environs se répartissait de la manière suivante : 21 marchands vivaient dans la ville même, 17 résidaient dans le village de Magogoni et 20 dans celui de Tuliani8. Les contacts avec les locaux étaient donc intenses, ce qui facilitait la familiarisation avec la culture du cru et permettait de connaître les besoins exacts de leurs clients et fournisseurs. Il existait d'ailleurs des liens d’hospitalité entre les deux parties : il arrivait souvent que le marchand indien accueille à son domicile l'agriculteur venu de l’intérieur pour vendre sa production, avec plus ou moins d’égard suivant son rang.

  • 9  Chronique de Kurasini (juin 1894-1909), non côtée (n.c.), non paginée (n.p.), Archives de la missi (...)

12Des conditions de vie relativement semblables facilitaient cette imbrication entre activité économique et contacts sociaux. Le petit marchand qui n’avait pas encore fait fortune vivait à la mode locale ; lorsqu’il s’était un peu enrichi, il continuait à vivre à proximité des Africains pour être au plus près de ses affaires. Comme un Swahili de quelque importance, il possédait des esclaves : la soixantaine de négociants indiens présents à Dar et ses environs en 1873 en avaient 90 avant l’interdiction. Par ailleurs, ces derniers, à près de 80 %, n'étaient pas mariés : nul doute que nombre d’entre eux aient pris des concubines parmi les filles du pays ou parmi les esclaves qu’ils possédaient. Ces unions plus ou moins passagères donnèrent naissance à quelques enfants métis désignés sous le nom de jotawa en goujarati, chotara en swahili. Les sources allemandes et britanniques en fournissent quelques exemples9.

13Dans les années 1880, la communauté indienne de la région comptait également dans ses rangs un certain nombre d’ouvriers qualifiés, d’artisans et de fonctionnaires. Parmi ces derniers, beaucoup travaillaient pour les douanes, c'est-à-dire non pas directement pour l’État, mais pour la compagnie indienne qui les tenait en fermage par période de cinq ans. On trouvait parmi les artisans des spécialistes de la métallurgie, des tailleurs, des lavandiers, des barbiers. La colonie portugaise de Goa fournissait même au sultan une fanfare.

Une administration bienveillante

14L’attitude de l’administration allemande vis-à-vis de la communauté indienne s’expliquait à la fois par le peu de moyens dont elle disposait et par le pragmatisme de ces hauts fonctionnaires. Entre 1891 et 1905, la recherche d’une plus grande participation indienne à l’intérieur de l’édifice social mena les Allemands à multiplier les signes et les mesures destinés à rassurer et attirer les membres de cette communauté. Le premier de ces éléments fut l’aspect juridique.

  • 10  RKA, 69648 / 27 : 5-8 ; RKA, 922 : 14-15 ; Deutsches Kolonialblatt (DKB), 1892 : 246.
  • 11  RKA, 5584 : 9-10 et 18-20.

15L'administration allemande créa dès son arrivée une distinction juridique forte entre Européens et non-Européens, mais cela ne se traduisit pas par un traitement homogène des personnes ressortant de la catégorie dite « indigène ». Les peines auxquelles les Indiens pouvaient être condamnés ne comportaient pas de caractères infamants : punitions corporelles et mise en chaîne leur étaient épargnées ; les interdits alimentaires des prisonniers hindous devaient être respectés. Au nom d’un niveau supérieur de civilisation, les Indiens jouissaient donc d’une pratique juridique plus clémente que celle qui s’appliquait aux Africains10. Par l’ordonnance gouvernementale du 1er mai 1897, les Indiens de Goa, sujets portugais, se virent même octroyer le statut d’Européens. Cette décision se fondait sur la proximité culturelle entre Goanais et Européens, notamment à cause de la pratique du catholicisme, et sur la grande utilité des premiers pour la colonie11.

  • 12  DKB, 1891 : 335.
  • 13  RKA, 6466 : 24-39.

16Un autre dossier montre les bonnes dispositions initiales des autorités allemandes envers la communauté indienne : celui de sa place dans l’espace urbain. Cette reconnaissance se concrétisa d’emblée avec l’ordonnance sur les constructions du 14 mai 1891 qui érigeait officiellement la zone arrière du port en quartier indien12. Certes, cette réglementation sanctionnait une situation existante, mais elle garantissait aux marchands de ce groupe la pérennité de leur situation en ville, aux abords immédiats du port où arrivaient et partaient les marchandises. Le colonisateur reconnaissait donc dans la loi et dans l’espace leur rôle d’intermédiaires commerciaux. Par ailleurs, la propriété foncière des Indiens fut également garantie par les premiers jalons d'un cadastre urbain. Entre juin 1892 et janvier 1894, un fonctionnaire enregistra les droits de propriété existants, en faisant traduire les actes de l’époque zanzibarite, ou à défaut, en auditionnant des témoins. Il soulignait que ces premiers pas dans la clarification de la situation foncière avaient été très appréciés chez les Indiens et les Arabes qui, depuis, rassurés, s'étaient mis à construire des maisons en pierre13.

17Dans sa pratique quotidienne, l'administration prit en compte la présence de la communauté indienne en recrutant à Zanzibar quelques personnes possédant de grandes compétences linguistiques et capables de s'exprimer en goujarati, hindoustani, swahili, anglais et portugais, et susceptibles d’apprendre rapidement l’allemand. Cet effort visait certes à faciliter la taxation des transactions commerciales, mais dans le même temps, cette prise en compte des idiomes parlés par la communauté indienne constituait une manifestation de la reconnaissance de son rôle éminent dans l’économie régionale.

  • 14  RKA, 7428 : 6.
  • 15  Deutsch-Ostafrikanische Zeitung (DOAZ), 12 avril 1913.

18Par ailleurs, les autorités coloniales cherchèrent précocement à se faire une idée précise de la diversité de la communauté indienne. Dès 1893, l’administration chercha à mieux la connaître à l'aide de trois critères : l'importance de chaque communauté religieuse, le sex ratio, la structure professionnelle14. Il fallut cependant attendre 1913 avant de voir une statistique d’une précision équivalente15. Mais le recensement de 1893 permet de constater que la diversité communautaire des Indiens retint de suite l’attention de l’administration.

  • 16  DOAZ, 26 octobre 1901.

19Le colonisateur ne se contenta pas d'une simple identification des différentes communautés religieuses. Il eut soin d’entrer en contact avec leurs représentants, non seulement pour régler toutes sortes de problèmes quotidiens, mais aussi d’accorder à ces hommes une reconnaissance officielle en les associant étroitement aux fêtes officielles de la colonie. Les plus importantes étaient les anniversaires impériaux qui étaient fêtés tous les 27 janvier et les 22 octobre. Le défilé militaire organisé en l’honneur du Kaiser et de la Kaiserin était l’occasion pour les autorités de mettre en scène leur vision de la société coloniale. La place particulière accordée aux personnalités indiennes, placées non loin des hauts fonctionnaires européens, dans un groupe comprenant également les membres les plus prestigieux de la communauté arabe, constituait une démonstration officielle de la reconnaissance et de l’intégration des communautés indiennes16.

20Par ailleurs, les différents groupes indiens pouvaient organiser librement les principaux temps forts de leurs calendriers religieux respectifs. Les descriptions données par la presse locale de ces événements montrent que leurs échos dépassaient largement le cadre communautaire pour affecter toute la ville et sa population. Par le biais de ces fêtes religieuses, chaque communauté avait l’occasion de prendre plus ou moins possession de l’espace urbain et d’affirmer ainsi aux yeux des autres habitants leur existence.

21Durant les premiers temps de leur domination, les Allemands allèrent au-delà de la connaissance et de la reconnaissance de la communauté indienne. Ils cherchèrent également à l’associer, certes de manière limitée, à leur pouvoir. Cela prit d’abord la forme d’un dialogue avec les notables concernant aussi bien la prise en compte des intérêts économiques de la communauté que des questions de vie quotidienne. Selon les convictions des fonctionnaires en place, la qualité de ce dialogue évolua au cours du temps, mais globalement il ne s’interrompit jamais. Ensuite, les autorités coloniales cherchèrent à associer les Indiens les plus en vue socialement aux travaux du tribunal pour « indigènes ». Cet échelon de la justice coloniale était présidé par le chef du district. Cependant, ce dernier ne devait arrêter son jugement qu’après avoir pris l’avis d’assesseurs choisis parmi les plus éminents membres de la société coloniale, au rang desquels figuraient les représentants de la communauté indienne.

  • 17  RKA, 796 : 3.
  • 18  DOAZ, 5 octobre 1901.
  • 19  RKA, 976 : 155.
  • 20  Archives nationales de Tanzanie (TNA, Dar-es-Salaam), G 3 / 45 : 46, 167 et 183.

22En octobre 1896, fort de cette expérience qu’il considérait comme probante, le gouverneur par intérim von Benningsen voulut aller plus loin en ouvrant à l'élite indienne et arabe la porte d’un Conseil municipal qui restait à créer17. La mise au point des institutions municipales traîna en longueur, et le texte final ne fut promulgué que le 29 mars 1901. Il prévoyait la présence d’au moins un représentant de la population non-européenne au sein du Conseil de district. Le premier conseil, nommé par le gouverneur dans la foulée, comptait cinq membres : trois Allemands, un notable swahili et un marchand bohra, du nom de Pirbay Adamji. Son suppléant était un négociant ismaélien nommé Saleh Thawer. Ces deux hommes étaient tous deux anciennement installés à Dar, possédaient des affaires florissantes et étaient des personnalités marquantes de leur communauté. Ainsi, le second était le kamaria (trésorier) de sa communauté18. À la même époque, des marchands indiens participèrent également à un autre domaine de décision important : celui de la fiscalité. L’ordonnance du 22 février 1899 instaura une taxation de l’activité professionnelle19. Dès 1900, une commission d’estimation de la taxe fut créée pour le district de Dar-es-Salaam. Elle était chargée de fixer le montant de l’imposition en se basant sur les renseignements fournis par les commerçants, mais aussi grâce à l’idée qu’elle arrivait à se faire du chiffre d’affaires. Les contribuables avaient la possibilité de faire appel de ses décisions et de réclamer une diminution de leur imposition. Pour sa défense, le monde économique indien pouvait compter sur la présence d'un de ses membres, le plus souvent une personnalité de la communauté khoja20.

La communauté indienne face à la situation coloniale

23Les autorités coloniales furent dès leur installation à la recherche de partenaires prêts à collaborer à une relance rapide de l’économie régionale. Du fait de la qualité de leur implantation socio-économique dans la région, les marchands indiens semblaient particulièrement intéressants. Le gouvernement multiplia les mesures réglementaires et symboliques prenant en compte la présence indienne et la facilitant. Comment les Indiens réagirent-ils à ces opportunités offertes par le nouveau pouvoir ?

Des entrepreneurs indiens sensibles aux nouvelles opportunités

24La prise de possession politique de l’est africain par les Occidentaux à partir du milieu des années 1880 marquait une rupture totale avec la période ouverte dans les années 1820 par l’arrivée des premiers navires marchands américains dans le port de Zanzibar. Pourtant, l’évolution des ambitions des Européens dans la région ne détourna pas les Indiens d’une étroite collaboration avec ces derniers.

L’acceptation des évolutions politiques

  • 21  DKB, 1897 : 206-7.

25Bien au contraire, August Leue, fonctionnaire de la DOAG envoyé à Dar-es-Salaam en mai 1887 pour y fonder une station, notait dans ses mémoires que la collaboration des marchands indiens fut immédiate, ce qui facilita grandement son installation. Il n’est pas sûr que les humbles marchands de Dar aient perçu avec acuité les changements qui s’annonçaient. En revanche, Sewa Haji, le marchand le plus fortuné de la côte, ne pouvait ignorer les ambitions des puissances européennes et leur signification politique. Cela ne l’empêcha nullement de mettre toutes ses compétences et son entregent au service d’une administration balbutiante, demandeuse de porteurs afin d’affirmer son pouvoir dans l’intérieur de la colonie. Chacun des partenaires y trouvait son compte : le marchand permettait au conquérant de pallier son manque de contrôle sur le corps social ; le second assurait au premier à la fois enrichissement et reconnaissance. C’est ainsi que Sewa Haji reçut la Königlichen Kronen-Orden, décoration qui était conférée par l’Empereur lui-même21.

L’expansion des affaires commerciales

  • 22  Voir par exemple TNA, G 21 / 702, n.p.

26L’élévation de Dar-es-Salaam au rang de capitale en avril 1891 ouvrit de multiples opportunités d’enrichissement aux entrepreneurs indiens. Avec l’arrivée du premier gouverneur dans la colonie, la ville devint le siège d’une administration centrale civile et militaire alors qu’elle possédait déjà une administration locale, une compagnie de plusieurs centaines de soldats ainsi que deux stations missionnaires. La présence de ces structures se traduisit d'emblée par des investissements conséquents et la présence de 3 à 400 Européens. Ces gens disposaient donc d’un pouvoir d’achat régulier et non négligeable pour la région. Les auberges et les hôtels européens travaillaient également avec des fournisseurs indiens, ainsi que le montrent les dossiers juridiques des faillites européennes22.

  • 23  RKA, 7428 : 6.

27Ces colons et ces structures employaient un personnel africain important : soldats, porteurs, domestiques, ouvriers vinrent étoffer les rangs de la cité dont les effectifs passèrent d’environ 3 500 en 1887 à 10 000 approximativement en 1894, pour culminer à 19 000 en 1913. Bien que modestes, leurs revenus permettaient l’expansion du marché. Les duka, petites échoppes installées dans des maisons de style africain de taille plus ou moins modeste, se créaient au fur et à mesure que la ville s’étendait. Les commerçants indiens vendaient tout ce qu’un Africain de l’intérieur ou urbain pouvait souhaiter acquérir, mais ils jouaient également un rôle de banquier auprès des salariés africains en gardant dans leur coffre, contre rémunération, les maigres économies des seconds. L’ensemble de ces opportunités explique que l’on comptait 224 marchands indiens en 189423.

  • 24  TNA, G 7 / 198 : 34.

28Un des problèmes majeurs se posant à tout nouvel arrivant à Dar-es-Salaam était de trouver un toit. L’expansion rapide de la ville entraînait une tension permanente sur le marché de l’immobilier. Beaucoup parmi les premiers colons étaient incapables de financer la construction de leur logement ou de leur magasin. C'est pourquoi ils se tournèrent vers les propriétaires indiens d’immeubles anciennement présents. Le gouvernement lui-même recourait à la location d’édifices appartenant à des marchands indiens pour y loger ses fonctionnaires24.

  • 25  RKA, 6466 : 24-39.

29Mais les propriétaires fonciers et immobiliers indiens ne se contentèrent pas d'une clientèle européenne. Ceux installés avant l’arrivée des Allemands avaient souvent acquis des cocoteraies en périphérie immédiate de la ville. Ils captèrent à leur profit une partie de l’importante dynamique démographique de Dar en y accueillant des migrants africains. En 1894, un fonctionnaire notait que plusieurs centaines de huttes étaient ainsi construites sur les terrains de Sewa Haji, ce qui permettait à ce dernier d’exploiter les Africains25. « Exploiter » signifiait ici plusieurs choses : désherber sa parcelle de manière à ce que les palmiers y poussent le mieux possible et s’assurer que personne ne vienne voler des noix et enfin les récolter ; se ravitailler chez son logeur. Puis, la pression démographique augmentant, il devint possible au propriétaire d’exiger un loyer. Enfin, les marchands indiens comprirent également vite l’intérêt de construire des maisons de style swahili pour en louer les pièces.

  • 26  RKA, 69648 : 42 à 44.

30Du fait de l’absence de banques d’affaires dans la région, certains petits entrepreneurs européens dépendaient plus ou moins directement du capital indien. Le phénomène est difficile à estimer pour les années 1890, mais une proposition faîte en 1895 par Sewa Haji au consul allemand à Zanzibar montre cependant que cette dépendance était potentiellement importante. Le marchand indien se faisait fort de rassembler en trois mois auprès de ses compatriotes un prêt 60 millions de roupies au cas où l'administration allemande serait prête à prendre en charge la construction d’un chemin de fer entre Dar-es-Salaam et le lac Tanganyika et 60 millions supplémentaires si la ligne était prolongée vers les lacs Victoria et Nyassa26.

  • 27  DOAZ, 17 février 1907.
  • 28  DOAZ, 14 avril 1909.

31L’existence de relations financières entre Indiens et Européens est mieux documentée par la suite. En 1907, l’avocat d’affaire Kurt Toeppen, un Allemand installé à Zanzibar, affirmait que beaucoup d'Européens se mettaient à dénoncer la présence indienne dans la colonie après avoir essuyé une réponse négative à une demande de prêt27. En avril 1909, une association de colons réclama la création d'un institut bancaire afin de s'affranchir autant des grandes maisons commerciales européennes, qui profitaient alors du prêt accordé pour assujettir économiquement le débiteur, que des marchands indiens, qui prêtaient certes sans intérêt, mais exigeaient le monopole du commerce de détail avec les Africains travaillant pour le débiteur28. Le fait que ces prêts fussent sans intérêt montre que les marchands indiens ne cherchaient pas à mettre en difficulté financière leurs partenaires européens, mais au contraire à s’assurer un accès à leur réseau social, afin d’en faire un marché captif, dans la droite ligne des pratiques pré-coloniales.

  • 29  RKA, 935 : 21.

32Par ailleurs, les marchands indiens continuèrent à prêter aux Africains comme avant la période coloniale. Ils étaient peut-être encore plus enclins à le faire car la présence d’un appareil judiciaire très efficace et à leur écoute leur garantissait le recouvrement de leur créance. De plus, les Africains préféraient largement se tourner vers leurs marchands indiens, afin d’obtenir un prêt ou déposer l’argent économisé, plutôt que de s’adresser à un Européen ou une institution coloniale comme la Caisse municipale. En 1908, le gouverneur von Rechenberg fournissait l’explication suivante : en cas de litige, dans le premier cas les deux parties se retrouvaient devant le tribunal pour indigènes ; dans le second cas, un litige avec un Européen obligeait à passer devant le juge pour Européens devant lequel la parole d’un Noir ne pesait rien par rapport à celle d’un colon29. Comme dans la période précédente, la pratique du prêt permit un transfert foncier important en faveur des marchands indiens.

  • 30  Notamment, DOAZ, 1er août 1908 et 10 février 1912.

33Certains hommes d’affaires indiens cherchèrent à créer de nouveaux services ou produits pouvant intéresser les habitants d’une ville tropicale en pleine expansion. Le recensement de 1894 montre que la ville comptait deux entreprises ismaéliennes mettant de l’eau en bouteilles, produit destiné principalement à une clientèle européenne. Elles furent cinq au maximum, mais les exigences sanitaires de l’administration ainsi que l’extension de l’activité d’une brasserie allemande dans le secteur de l’eau rendit le marché hautement concurrentiel. Seules les entreprises les plus solides subsistèrent en sachant moderniser leur appareil de production, notamment pour le rendre conforme aux normes d’hygiène, mais elles étaient en mesure de tenir la dragée haute à leur collègue européen30.

  • 31  DOAZ, 28 septembre 1901 et Deutsch-Ostafrikanische Rundschau (DOAR), 5 octobre 1910.
  • 32  DOAZ, 26 novembre 1904.

34Des entrepreneurs indiens investirent également dans le secteur des transports urbain et portuaire. Ils possédaient la flottille des grosses barques. En 1910, elles étaient une trentaine à aller chercher les passagers des vapeurs arrivant dans le port car ces derniers ne pouvaient pas accoster directement31. À partir de 1901, des entreprises de transport assuré par pousse-pousse virent le jour. L’initiative en revenait à un Européen, mais à partir de 1905, il fut écarté du secteur par une concurrence indienne très réactive. Les prix de la traversée vapeur-port et des courses en ville étaient limités administrativement et la concurrence était rude. Les propriétaires s’en tiraient généralement en reportant sur leurs employés africains une partie de cette pression. En fait, ils louaient à la journée pour une somme fixe les outils de travail ce qui leur garantissait une sorte de rente32.

Le développement et la diversification des effectifs

35L’ensemble des opportunités entrepreneuriales offertes par la présence du colonisateur attira un nombre croissant d’hommes d'affaire indiens de toute envergure. La structure socioprofessionnelle de la communauté se diversifia cependant au fil des ans avec l’arrivée de techniciens qualifiés, travaillant soit à leur compte, soit pour des entreprises européennes. Pour compléter le tableau, il faut rajouter l’arrivée de quelques lettrés engagés par le gouvernement comme secrétaires et traducteurs. Un autre phénomène marquant fut l’arrivée de femmes, puis de familles, signe indiscutable que Dar-es-Salaam perdait son statut de front pionnier au sein du réseau diasporique s’étendant autour de l’océan Indien.

36La promotion de Dar au rang de capitale coloniale entraîna une augmentation significative du nombre d’Indiens y résidant. La communauté vit ses effectifs multipliés par six dans les premières années de la domination allemande pour compter plus de 600 personnes en 1894. Les effectifs crurent plus lentement ensuite : 800 en 1898, aux alentours de 900 dans les premières années du xxe siècle. Que venaient faire ces Indiens ? Pour beaucoup, la motivation était la même que celle de leur prédécesseur : commercer. Cependant, en 1894 les marchands indiens ne constituaient plus que les deux tiers des hommes de la communauté, contre 100 % en 1874. Un tissu urbain en pleine élaboration et une population relativement riche avaient également attiré des artisans et des professionnels du service.

37Le recensement de 1894 renseigne également sur la composition religieuse de la communauté indienne. Il permet de constater que les Banians, c'est-à-dire les Hindous, étaient le principal moteur de la différenciation de la structure socioprofessionnelle : les commerçants banians ne représentent plus qu’un gros quart de leur communauté, qui fournit alors le gros des artisans et des ouvriers spécialisés (menuisiers, couturiers, lavandiers, barbiers). Les Maimans, un groupe sunnite, étaient à peu près dans le même cas de figure : leur petite communauté (44 personnes) se répartissait entre marchands (40 %) et menuisiers (40 %). Comme en 1874, Banians et Khoja étaient en 1894 en nombre à peu près équivalent (plus de 120 hommes chacun), mais les seconds constituaient toujours un groupe exclusivement marchand. Il en allait de même pour l’autre groupe chiite, les Bohras (52 personnes).

38Si les Banians contribuaient le plus à la diversification socioprofessionnelle de la communauté, les groupes musulmans étaient responsables de sa féminisation. De nombreux interdits empêchaient les Hindous d’envisager une installation à long terme. C’est pourquoi très peu s’installaient à l’étranger en famille. En revanche, les musulmans n’avaient pas ces appréhensions et lorsqu’un endroit leur paraissait propice à une vie familiale normale, ils faisaient venir leurs épouses d’autant plus volontiers que ces dernières participaient souvent à leurs activités professionnelles.

L’élaboration d’un discours pro-colonial par les marchands

39En réponse à l'apparente bienveillance des autorités allemandes à son égard, la communauté indienne chercha, collectivement et individuellement, à les assurer de sa fidélité. Afin de pérenniser la bienveillance du nouveau pouvoir, elle élabora un discours d’attachement à l’œuvre coloniale allemande.

  • 33  RKA, 750 : 5.
  • 34  RKA, 989 : 16.
  • 35  RKA, 798 : 84.

40L’exemple en la matière fut donné par l’un des plus prestigieux et des plus fortunés marchands indiens : Sewa Haji Paroo. Nous avons déjà vu comment ce marchand de Bagamoyo n’hésita pas une seconde à mettre au service des Allemands les porteurs dont il disposait. Il s’agissait là d’un acte économique aux conséquences politiques évidentes puisque ces caravanes partaient dans l’intérieur pour asseoir l’autorité du nouveau pouvoir. Mais Sewa Haji fit rapidement plus que collaborer sur le plan économique. Il chercha également à se présenter comme un auxiliaire efficace de l’œuvre civilisatrice du gouvernement colonial en mettant à sa disposition des sommes d’argent substantielles pour réaliser des projets d’intérêt général. Ce faisant, Sewa Haji sortait de l’évergétisme communautaire classique pour faire preuve de générosité à l’égard de l’ensemble de la société coloniale. Dès décembre 1890, il fit la promesse de financer la construction d’une école et d’un hôpital à Bagamoyo et de faire don de 1 000 roupies pour l’érection d’une mosquée33. Lorsqu’en juillet 1891 le projet de création d’un système scolaire se précisa, le gouverneur y impliqua Sewa Haji afin d’amoindrir la méfiance de la population musulmane en général, et de la communauté indienne en particulier34. Les bonnes dispositions de Sewa Haji se concrétisèrent en avril 1892 sous forme d’un don de 12 400 roupies en échange duquel l’administration s’engageait à prendre en charge à Dar-es-Salaam la réalisation et la gestion d’une école et d’un hôpital35. Ce don permettait à Sewa Haji d’accroître de beaucoup sa « surface » sociale, vers le haut comme vers le bas. D’une part, il voyait son nom immortalisé sur deux bâtiments situés dans le centre-ville et destinés à améliorer le sort de la population de la capitale ; d’autre part, ce don renforçait sa position auprès d’une administration demandeuse d’aides en tout genre. D’ailleurs, le contrat scellant la donation fut rédigée entre le marchand et le gouverneur en personne et à cette occasion, le premier fut gratifié d’une titulature originale et fort flatteuse : « grand et noble homme d’affaires indien ». Mais ces 12 400 roupies permettaient également à Sewa Haji d’affirmer que lui et les siens avaient toute leur place au sein d’une société côtière en recomposition. En finançant une école et un hôpital, œuvres civilisatrices par excellence, le marchand démontrait au nouveau pouvoir que, non seulement la communauté indienne était capable de dépasser ses intérêts économiques particuliers, mais qu’en plus elle comprenait la démarche coloniale entreprise par les Allemands et qu’elle s’inscrivait entièrement derrière elle.

  • 36  TNA, G 7 / 198 : 1a.

41Ce discours d’attachement à l’œuvre coloniale allemande se retrouvait de manière plus ou moins explicite dans les échanges épistolaires entretenus par les marchands de Dar-es-Salaam avec l’administration. Les premières lettres émanant de la communauté indienne trouvées dans les archives de l’administration allemande concernent la défense de possessions foncières ou immobilières. L’absence de documents écrits fondant les droits de propriété aiguisa les appétits de ceux qui pensaient être en position de force. Ainsi, le wali omanais de la ville (en charge de la gestion des quartiers indigènes) chercha à accaparer le terrain qui avait servi de premier cimetière à la communauté khoja. En réaction, cette dernière envoya au gouverneur le 28 octobre 1891 une pétition comportant 47 signatures. La lettre de la communauté khoja ne se fondait pas sur le seul droit. Elle recelait une indiscutable dimension politique : après avoir rappelé les circonstances entourant l’affaire, elle se concluait en prédisant qu’avec le contrôle du pays par un pouvoir civilisé, la population indienne ne ferait que croître. Les signataires se déclaraient persuadés que le gouverneur avait à cœur de ne pas blesser les sentiments religieux d’une nation humble et paisible. Par ce discours, ils soulignaient de manière très habile que le développement économique de la colonie passait par eux, mais qu’en revanche leur ambition se limitait à la seule sphère économique. Cela sous-entendait qu’il n’en était pas de même pour tous : il s’agissait ici de souligner clairement la différence avec l’autre élite impliquée dans cette affaire, les Omanais, qui avaient dominé politiquement la région jusqu'alors. Sans accuser de manière frontale les Arabes, les Khoja cherchaient à se montrer comme les sujets les plus loyaux et les plus sûrs36. Cette doléance collective fut rédigée en anglais, mais les hommes d’affaires indiens trouvèrent rapidement les moyens de satisfaire la fierté nationale des Allemands en utilisant leur langue dans les requêtes qu’ils leurs adressaient.

  • 37  RKA, 69648 / 27 : 71 à 75.

42L’affirmation d’une posture indienne à la fois pro-allemande et pro-coloniale fut réaffirmée au plus haut niveau et avec force au cours d'une visite de l’Aga Khan dans la région en 1899. Le but premier de son voyage était de réaffirmer son emprise sur les différentes communautés ismaéliennes résidant en Afrique de l’Est. De ce point de vue, sa halte dans la capitale de l’AOA, du 25 au 30 septembre 1899, fut couronnée de succès : il y fut en effet reçu avec faste par des Khojas venus de toute la région lui manifester leur attachement. Durant une semaine, la communauté sut imposer à la ville ses couleurs festives et démontrer à la fois sa richesse, son unité et sa dévotion à l’égard de son leader religieux, alors âgé de 19 ans. Ces éléments crédibilisaient la position de His Highness Aga Sultan Muhamed Shah face aux autorités allemandes, si bien que sa visite prit une tournure semi-officielle. Il fut notamment longuement reçu par le gouverneur von Liebert. Ce dernier souligna dans un rapport adressé à sa hiérarchie non seulement le charme émanant d’un hôte rompu aux mondanités européennes, faisant honneur au titre de noblesse britannique qu’il portait, mais également son intelligence. De manière plus concrète, le gouverneur allemand fit l’éloge d’un projet économique exposé par son hôte : il s’agissait de développer l’agriculture de la colonie, en installant des paysans khoja dans les régions à fort potentiel rizicole. Le prince indien pensait qu’une société allemande, au capital de laquelle il se disait prêt à participer, pouvait prendre en charge les frais liés à l’installation des paysans, en l’échange de quoi elle aurait un monopole sur l’achat de la production. Au sein de la haute administration, cette visite renforça l’idée que la communauté khoja était décidément un atout essentiel dans le développement d’une économie régionale alors en déclin. L’Aga Khan eut en plus l’habileté de faire passer un article dans le Times of India où il faisait l'éloge de l'action de l'administration coloniale allemande en soulignant le sérieux de son entreprise de civilisation. Il se félicitait encore de la qualité de l’accueil qu’il avait reçu et niait le bien-fondé des critiques qui étaient faites aux autorités allemandes à propos du traitement quotidien imposé à la population indienne (importance de la pression fiscale, attitude méprisante et non-respect des fêtes religieuses). Il demandait enfin aux Indiens de s’adapter aux manières du « continent »37.

Les remises en cause allemandes (1905-1914)

43En février 1905 débuta à Dar-es-Salaam la réalisation d'une ligne de chemin de fer partant de la côte pour rejoindre les rives du lac Tanganyika, via Tabora. En diminuant considérablement les temps de transport par un facteur 20 ou 30 sur le principal axe commercial de la colonie, le colonisateur se promettait un boom commercial important, notamment dans le secteur agricole. Cette évolution fit jouer trois paramètres intervenant dans le positionnement social de la communauté indienne de Dar.

Les conséquences sociales de la construction du chemin de fer central

  • 38  M.S. Honey, A history of India merchant capital and class formation in Tanganyika, 1840-1940, Univ (...)

44Le premier élément est l’importance prise par cette ville au sein du réseau diasporique indien : en s’imposant comme une place moderne entre la colonie et le reste du monde, Dar-es-Salaam devint l’avant-poste d’un far west économique à conquérir, s’affranchissant peu à peu de l’influence séculaire de Zanzibar. Nombre de petits marchands ou artisans indiens y arrivaient directement en provenance de Bombay, y transitaient quelque temps avant de gagner l’intérieur du pays où l’économie se monétarisait. Ainsi, selon Honey, 1 187 migrants seraient partis de Bombay pour gagner directement la capitale de l'Afrique Orientale Allemande entre 1911 et 191238.

45En devenant capitale économique, Dar-es-Salaam attira également un nombre croissant d’Indiens, les occasions d’y gagner sa vie étant démultipliées. La communauté comptait 925 personnes en 1904, 1 612 en 1907 et 2 629 en 1913. Ce quasi-triplement des effectifs s’accompagna de la poursuite de la féminisation, de l’éclatement de la structure socioprofessionnelle et d’une diversification religieuse et régionale. La part de l’ensemble femmes/enfants gagna ainsi près de 10 points entre 1893 et 1913, passant de 43 % à 52 %. Les ouvriers qualifiés et les artisans comptaient à la fin de la période coloniale allemande pour 36 % des effectifs masculins, contre 18 % au début. Enfin, le recensement de 1913 faisait apparaître quatre nouvelles rubriques communautaires (Khoja ithnachéri, Juifs, Ceylanais et une bien floue « autres sectes musulmanes »).

  • 39  Sur cet aspect voir : J. Iliffe, Tanganyika under German rule, 1905-1912, Cambridge, Cambridge Uni (...)
  • 40  DOAZ, 26 février 1899.
  • 41  DOAZ, 9 novembre 1907 et 3 mars 1909.

46Le troisième élément susceptible de faire évoluer la situation de la communauté indienne fut le renforcement des effectifs d'un colonat allemand lui étant de plus en plus hostile et capable de le faire savoir39. Le journal local était ainsi rempli d'articles portant sur l'Inderfrage, la question indienne. La présence indienne était dénoncée sur plusieurs modes. Le thème de la rapacité et de la malhonnêteté du marchand indien était probablement le plus récurrent40. Une accusation plus diffuse, et touchant plus spécifiquement les Indiens de Dar-es-Salaam, résidait dans leur manque d’urbanité. Les Indiens étaient présentés comme des barbares faisant un mauvais usage de la ville et n’ayant assimilé que partiellement et imparfaitement la modernité européenne. Enfin, deux groupes étaient particulièrement visés à l’intérieur de la communauté indienne : les Ismaéliens et les Banians. Le statut de cible privilégié des premiers s’explique par le fait qu’ils étaient les plus riches, les mieux organisés et les plus écoutés du gouvernement. Les dons de la communauté à leur chef spirituel, l’Aga Khan, estimés par la DOAZ en 1908 à 35 000 roupies par an, étaient dénoncés comme une sorte d’impôt communautaire ne profitant absolument pas à la colonie. Il ne s’agissait ici que de l’aspect financier d’une accusation beaucoup plus large et dangereuse : les Ismaéliens constituaient un État dans l’État41. Les Banians étaient quant à eux cloués au pilori pour leur soi-disant absence d’hygiène. En fait, l’image des Hindous se détériora avec l’arrivée massive d’ouvriers qualifiés qui devaient se contenter de conditions d’hébergement extrêmement précaires en raison de la carence de logement.

L’évolution de l’attitude de l’administration vis-à-vis de la communauté indienne

  • 42  RKA, 798 : 188.
  • 43  RKA, 812 : 150 et suivantes ; RKA, 813 : 227-230 et 238.

47L’analyse de la haute administration concernant le bien-fondé de la présence indienne ne changea pas fondamentalement après 1905. Cette position de principe n’empêcha cependant pas certaines concessions en faveur du colonat. Un exemple précoce fut la suppression du siège réservé au représentant des « indigènes », le plus souvent un Indien, au sein du conseil municipal en 190442. Cependant, l’administration centrale ne recula pas sur un dossier essentiel qui aurait menacé directement la présence des marchands indiens dans la colonie : la demande répétée des colons de l’obligation pour tout marchand de tenir sa comptabilité en swahili ou en allemand43.

48Les positions de l’administration locale à l’égard de la communauté indienne étaient beaucoup plus circonspectes. À ce niveau, les fonctionnaires avaient d’avantage en tête l’application de multiples règles de police, auxquelles les Indiens ne se pliaient pas toujours de bonne grâce, ainsi que la répression de diverses fraudes, que l’intérêt général de la colonie. La fréquentation quotidienne du petit colonat les rendait également plus sensibles que les hauts fonctionnaires à ses revendications et aux clichés véhiculés par ce dernier. Enfin, les jeunes générations de fonctionnaires étaient sensibles à un discours colonial plus strictement nationaliste. Elles étaient également moins pragmatiques et cherchaient à faire respecter de manière toute administrative les textes existants. Ainsi, à partir de 1906, et plus encore vers 1912, le district voulut accroître son contrôle sur la vie intérieure de la communauté indienne, ou plus exactement des groupes religieux la composant.

Les réactions de la communauté indienne face à ces changements

  • 44  DOAZ, 19 novembre 1910.

49À la mi-novembre 1910, les 150 menuisiers banians de Dar cessèrent le travail durant quelques jours pour protester contre l'interdiction faite à leur communauté par le chef de district de boycotter l'un des leurs accusé d'adultère44. Le mouvement de grève ne prit fin qu’après la médiation de hauts fonctionnaires du gouvernement.

L'appel à l'administration centrale

50Cet exemple montre que chaque communauté religieuse indienne était seule face aux prétentions régulatrices de l’administration. De fait, il s’instaurait une sorte de négociation entre les règles communautaires et la loi du colonisateur. Si la communauté ne pouvait faire autrement que d’accepter les sanctions prises par l’administration pour des actes contrevenant aux règles européennes (par exemple, la condamnation d'un mari ayant coupé le nez de sa femme adultère), la communauté attendait en retour que l’administration coloniale accepte le contrôle social exercé collectivement sur chacun des membres. Or, dans un contexte juridique lui échappant, la seule sanction que la communauté pouvait prendre contre une faute grave était l’organisation de la mort sociale de son auteur. En ayant recours à la grève, les menuisiers hindous contraignirent l'administration centrale à arbitrer le différend qui les opposait au chef de district.

51Conscientes de ce qu’elles devaient à l'appui de l’administration centrale, les communautés indiennes créèrent peu à peu des occasions de lui manifester leur attachement. Il pouvait s’agir d’occasions ponctuelles, comme un mariage au sein de riches familles, ou bien d’événements plus réguliers : par exemple, l’anniversaire de l’Aga Khan pour les Khoja ou celui du roi du Portugal pour les Goanais. Ces fêtes étaient l’occasion de réaffirmer l’attachement du groupe à la domination allemande et d’obtenir un renouvellement de la reconnaissance officielle. Ce jeu se reflétait dans les discours échangés. La réaffirmation de reconnaissance mutuelle était probablement plus difficile pour les Hindous que pour les Khojas ou les Goanais. En effet, ils formaient un ensemble disparate, divisé en castes et peu homogène sur le plan socio-économique. Dépourvus de représentants prestigieux et indiscutables, ils avaient du mal à être écouté par le pouvoir central. Cela explique le fait qu’ils aient recouru à la grève pour se faire entendre.

L’émergence d’une solidarité de groupe à fondement économique

  • 45  DOAZ, 15 mars 1902 ; S. Ruphin, op. cit. : 621-3 ; RKA, 5584 : 54 et 59-60.

52Négociants et entrepreneurs indiens se rapprochèrent pour lutter contre les attaques des colons et les prétentions de l’administration à mieux contrôler leurs activités. Les premiers à s’organiser formellement dans la région ne furent pas ceux de Dar-es-Salaam : l’exemple vint de Mombasa, de Zanzibar et de Tanga45. En fait, les marchands de Dar ne se dotèrent pas d’une structure associative, mais ils furent en mesure d’apporter des réponses organisées, collectives et dépassant le cadre religieux lorsque cela s’avéra nécessaire.

  • 46  DOAZ, 24 décembre 1908 et 2 janvier 1909 ; DOAR, 23 octobre 1909.

53Un exemple assez spectaculaire fut le défi lancé par quelques négociants indiens à une société allemande de transport maritime, la DOAL, dont les vapeurs reliaient la métropole et Bombay aux ports de la colonie. Deux problèmes majeurs étaient dénoncés. Le premier était le fait que la compagnie refusait le droit aux Indiens qui en avaient les moyens de voyager en 1e classe. Le second était le refus de dédommager correctement les marchandises importées en cas d’avarie lors du transport. La communauté réagit en trois temps, ne négligeant aucun levier pour obtenir gain de cause. L’affaire fut d’abord portée devant la justice. En vain. Cet échec ne découragea pas les marchands, qui se réunirent chez un riche bohra. Au cours de cette réunion fut décidé le boycott de tous les produits débarquant à Dar des vapeurs de la DOAL. Une délégation composée de membres influents de chaque groupe religieux alla expliquer au gouvernement le sens de cette action. Face à ce boycott, la compagnie européenne dut négocier. Mais les marchands n’en restèrent pas là. à partir d'octobre 1909, leur action prit un tour plus offensif : un certain nombre d’entre eux s’entendirent pour louer des vapeurs pour leur cargaison de riz plutôt que de continuer à subir les tarifs de la DOAL46.

  • 47  DOAZ, 24 février 1906.

54Les négociants indiens surent également sortir des frontières de la colonie pour défendre leurs intérêts et leur réputation, montrant ainsi qu’ils avaient une vision globale de la réalité coloniale. L’une des actions les plus spectaculaires fut une campagne de presse en métropole en 190647. Au lendemain de l’insurrection Maji-Maji, qui embrasa le sud du territoire, la presse de la colonie mit en cause les marchands indiens dont les pratiques auraient créé un terrain favorable au soulèvement. La communauté répliqua en envoyant une lettre collective publiée dans plusieurs organes de presse métropolitains, qui répondait point par point à ces critiques. Elle justifiait les pratiques usuraires par les risques encourus ; faisait des marchands africains les responsables de la diffusion du mouvement de révolte ; affirmait que la présence indienne dans la région était ancienne et avait encore un bel avenir devant elle ; soulignait que les marchands qui rapatriaient du capital à Bombay après plusieurs années passées dans la colonie ne faisaient pas autre chose que les colons allemands, mais dans de moindres proportions. Le discours des marchands se déplaçait quelque peu par rapport à celui de la période 1891-1905. Ces derniers ne se contentaient plus de louer l’action de l’Allemagne pour son œuvre civilisatrice, mais étaient désormais contraints de justifier le bien-fondé de leur présence dans la colonie, d'exhiber une identité est-africaine que leur auraient conférée l’ancienneté de leur implantation et leur action en faveur du développement.

Les espaces permettant l’émergence d’une identité indienne

  • 48  Du fait de leur statut juridique d’Européens, les Goanais pouvaient légalement consommer et vendre (...)

55Au-delà des rapprochements fondés sur la défense d’intérêt économique, il existait en ville des espaces sociaux permettant à ses hommes et ses femmes qui partageaient pour la plupart les mêmes langues et les mêmes origines géographiques de prendre conscience d'une identité commune dépassant les clivages religieux. Ainsi, cafés et cercles de jeux constituaient des lieux où une sociabilité informelle liant des collègues de travail pouvait s’épanouir, en dehors du contrôle social exercé par le groupe religieux. Les affaires judiciaires ayant pour cadre des cafés goanais montrent clairement que des relations intercommunautaires existaient dans les moments de détente pris entre hommes48.

  • 49  Les Bohra possédaient leur propre école et professeur en 1906, Missionnaire Kupfernagel, rapport d (...)

56En dehors de la rue, les enfants indiens purent se côtoyer quant à eux dans une structure scolaire créée à leur attention en 1893 grâce au don de Sewa Haji49. L’enseignement était assuré par un professeur indien, rémunéré par le gouvernement. Cependant, leur classe fut dissoute en 1907, et ils suivirent alors les mêmes cours que leurs camarades africains, auxquels on rajouta deux heures hebdomadaires de goujarati.

  • 50  Chronique de Sainte Marie (1898-1914), AMBSO, n.p.
  • 51  DOAZ, 23 octobre 1911.
  • 52  DOAZ, 28 janvier 1905.

57Les représentants de la communauté indienne créèrent également des espaces de représentation où ils donnèrent leur groupe à voir au reste de la société coloniale comme un corps cohérent. Ainsi, ils saisirent toutes les occasions possibles pour organiser de concert des moments festifs visant à honorer les principaux dignitaires allemands de la colonie. Alors que le gouverneur von Liebert s’apprêta à se marier, la communauté lui offrit le 19 janvier 1899 un feu d’artifice pour son enterrement de vie de garçon50. En 1911, le gouverneur von Rechenberg fut l’objet d’une attention particulière : une délégation indienne l’accompagna pour son retour définitif en Europe jusqu'au port de Mombasa51. Par ailleurs, la communauté indienne manifestait fréquemment son attachement à la famille impériale. Ainsi, un télégramme de félicitations fut envoyé à Guillaume II pour son 50e anniversaire. Dans la perspective de la venue à Dar d’Adalbert von Hohenzollern, fils de l’empereur, un comité intercommunautaire se réunit en janvier 1905 à la mosquée ithnasheri ; ce dernier mit en place une collecte de fonds afin d’organiser des réjouissances52.

* * *

58En 1891, il est encore difficile de parler de « communauté indienne » de Dar-es-Salaam. Les Indiens étaient peu nombreux, une petite centaine, éparpillés entre le centre-ville et la grande périphérie. Le nombre de familles, essentiellement ismaéliennes, se montait à une petite dizaine, ce qui laisse supposer que beaucoup de ces marchands vivaient avec des concubines africaines. Dar-es-Salaam n’était donc qu’une sorte de front pionnier : les principales entreprises commerciales basées à Zanzibar, souvent familiales, y envoyaient des cadets ; on y trouvait également des marchands de moyenne envergure tentant d’accumuler du capital dans un endroit relativement peu concurrentiel.

  • 53  Les archives allemandes ne permettent malheureusement pas d’aborder avec profondeur et finesse ce (...)

59En érigeant Dar-es-Salaam au rang de capitale et en se montrant ouvert vis-à-vis des Indiens, le colonisateur créa des conditions politiques, économiques et sociales favorisant l’affirmation d’une identité double : d’une part, les divisions religieuses, fortement structurantes en Inde, devinrent opérantes au quotidien grâce à la croissance et à la féminisation des effectifs ; d’autre part, l’ensemble des Indiens présents furent amenés à se découvrir comme faisant partie d’une même entité face au reste de la société coloniale. Ce dernier point fut d'autant plus important que les colons allemands et les jeunes fonctionnaires se firent agressifs. Ces hommes issus de la même région du monde et parlant souvent la même langue se découvrirent sur ces terres est-africaines des points communs, au point de se considérer comme une communauté. Celle-ci ne se substituait pas aux groupes religieux d’origine, mais les regroupait pour améliorer leur position et les protéger dans une société coloniale en formation. Par leurs regards et leurs pressions, les acteurs européens jouèrent un grand rôle dans cette évolution. Certes, le tableau est incomplet, du fait de la quasi-absence du rapport aux citadins africains (somme toute 80 à 90 % de la population urbaine) dans ce processus de formation identitaire. Mais l’objet d’étude était ici la place d’une population exogène dans la société coloniale. Le rapport entre Indiens et Africains est une autre histoire….53

mai 2007

Haut de page

Notes

1  Sur l’histoire économique de la région au xxe siècle : A. Sheriff, Slaves, spices and ivory in Zanzibar. Integration of East African commercial Empire into the world economy (1770-1873), Londres, James Currey, 1987, 297 p.

2  Pour une histoire succincte de Dar-es-Salaam : J. Sutton, « Dar-es-Salaam : a sketch of a hundred years », in J. Sutton (ed.), « Dar-es-Salaam. City, port and region », numéro spécial Tanganyika Notes and Records, 71, 1970 : 1-19.

3  M. Wright, « Local roots of policy in German East Africa », Journal of African History, IX (4), 1968 : 621-630 ; J. Koponen, Developement for exploitation : German colonial policies in Mainland Tanzania, 1884-1914, Münster, Lit verlag, 1994, 741 p. :173.

4  J.S. Mangat, A history of the Asians in East Africa ca. 1886 to 194, Oxford, Clarendon Press, 1969, 216 p. : 46.

5  A. Sheriff, Slaves, spices and ivory…, op cit. : 24 à 30 ; S. Andriananjanirina-Ruphin, Zanzibar 1840-1939 : le développement d’une cité pluri-ethnique, doctorat de 3e cycle, Université Paris 7, 1993, 2 vols, 746 p. :72-75 et 82.

6  A. Sheriff, Slaves, spices and ivory…, op. cit. : 77 et suivantes.

7  Ibid. : 103-116.

8  J. Gray« Dar-es-Salaam under the Sultans of Zanzibar », Tanganyika Notes and Records, 33, 1952 : 1-22, 3.

9  Chronique de Kurasini (juin 1894-1909), non côtée (n.c.), non paginée (n.p.), Archives de la mission bénédictine de Sankt Ottilien (AMBSO) ; District Book of Dar-es-Salaam, n.p., Reichskolonialarchiv (RKA, Archives fédérales d’Allemagne, Berlin).

10  RKA, 69648 / 27 : 5-8 ; RKA, 922 : 14-15 ; Deutsches Kolonialblatt (DKB), 1892 : 246.

11  RKA, 5584 : 9-10 et 18-20.

12  DKB, 1891 : 335.

13  RKA, 6466 : 24-39.

14  RKA, 7428 : 6.

15  Deutsch-Ostafrikanische Zeitung (DOAZ), 12 avril 1913.

16  DOAZ, 26 octobre 1901.

17  RKA, 796 : 3.

18  DOAZ, 5 octobre 1901.

19  RKA, 976 : 155.

20  Archives nationales de Tanzanie (TNA, Dar-es-Salaam), G 3 / 45 : 46, 167 et 183.

21  DKB, 1897 : 206-7.

22  Voir par exemple TNA, G 21 / 702, n.p.

23  RKA, 7428 : 6.

24  TNA, G 7 / 198 : 34.

25  RKA, 6466 : 24-39.

26  RKA, 69648 : 42 à 44.

27  DOAZ, 17 février 1907.

28  DOAZ, 14 avril 1909.

29  RKA, 935 : 21.

30  Notamment, DOAZ, 1er août 1908 et 10 février 1912.

31  DOAZ, 28 septembre 1901 et Deutsch-Ostafrikanische Rundschau (DOAR), 5 octobre 1910.

32  DOAZ, 26 novembre 1904.

33  RKA, 750 : 5.

34  RKA, 989 : 16.

35  RKA, 798 : 84.

36  TNA, G 7 / 198 : 1a.

37  RKA, 69648 / 27 : 71 à 75.

38  M.S. Honey, A history of India merchant capital and class formation in Tanganyika, 1840-1940, University of Dar-es-Salaam, Ph.D. thesis, 1982 : 128.

39  Sur cet aspect voir : J. Iliffe, Tanganyika under German rule, 1905-1912, Cambridge, Cambridge University Press, 1969, 235 p.

40  DOAZ, 26 février 1899.

41  DOAZ, 9 novembre 1907 et 3 mars 1909.

42  RKA, 798 : 188.

43  RKA, 812 : 150 et suivantes ; RKA, 813 : 227-230 et 238.

44  DOAZ, 19 novembre 1910.

45  DOAZ, 15 mars 1902 ; S. Ruphin, op. cit. : 621-3 ; RKA, 5584 : 54 et 59-60.

46  DOAZ, 24 décembre 1908 et 2 janvier 1909 ; DOAR, 23 octobre 1909.

47  DOAZ, 24 février 1906.

48  Du fait de leur statut juridique d’Européens, les Goanais pouvaient légalement consommer et vendre des alcools forts, privilège refusé à ceux ressortant de la catégorie « indigène ». C’est pourquoi les bars goanais étaient assidûment fréquentés par tous les Indiens désireux de consommer de l'alcool. TNA, G 21 / 515.

49  Les Bohra possédaient leur propre école et professeur en 1906, Missionnaire Kupfernagel, rapport du 3e trimestre de la station de Dar-es-Salaam, BMG, III-10 : 1.

50  Chronique de Sainte Marie (1898-1914), AMBSO, n.p.

51  DOAZ, 23 octobre 1911.

52  DOAZ, 28 janvier 1905.

53  Les archives allemandes ne permettent malheureusement pas d’aborder avec profondeur et finesse ce sujet. Nous conseillons au lecteur de se tourner vers les travaux de l'historien américain James Brennan, qui traitent des rapports entre Indiens et Africains à Dar-es-Salaam pour les périodes britannique et post-coloniale. Voir notamment J.R. Brennan, Nation, Race and Urbanization in Dar es Salaam, Tanzania, 1916-1976, Ph.D. thesis, Evanston, Illinois, Northwestern University, juin 2002, 305 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Raimbault, « La communauté indienne à Dar-es-Salaam durant la domination allemande (1891-1914) »Lusotopie, XV(1) | 2008, 141-159.

Référence électronique

Franck Raimbault, « La communauté indienne à Dar-es-Salaam durant la domination allemande (1891-1914) »Lusotopie [En ligne], XV(1) | 2008, mis en ligne le 08 mars 2016, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lusotopie/817

Haut de page

Auteur

Franck Raimbault

Université Paris 1. Centre d’études des mondes africains

Haut de page

Droits d’auteur

Lusotopie

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search