Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXV(1)Les chroniquesComptes rendusFrancisco Manuel Gomes, Memórias ...

Les chroniques
Comptes rendus

Francisco Manuel Gomes, Memórias de uma Guerra Inacabada. Portugal, os Estados Unidos e o Processo de Descolonização Angolano

Lisbonne, Colibri, 2006, 241 p
Jean-Pierre Chavagne
p. 211-213
Référence(s) :

Francisco Manuel Gomes, Memórias de uma Guerra Inacabada. Portugal, os Estados Unidos e o Processo de Descolonização Angolano, Lisbonne, Colibri, 2006, 241 p., ISBN : 972-772-594-5.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un mémoire de sciences politiques présenté par Francisco Manuel Gomes à l’Université d’Oxford en 2004. Il est préfacé par Alberto João Jardim, gouverneur de Madeira où l’auteur est résident. Il comporte seulement deux chapitres principaux : l’un consacré à l’histoire portugaise de 1928 à 1974 et l’autre à l’échec de la politique des États-Unis en Angola pendant la période de 1961 à 1974. Une introduction et une conclusion consistantes, ainsi qu’une surabondante bibliographie et quelques annexes, complètent utilement les deux chapitres.

2Francisco Manuel Gomes n’a pas tout lu ce qui se rapporte de près ou de loin à son sujet, puisqu’il déplore, dans son introduction, n’avoir pas eu les moyens de consulter les archives nationales des États-Unis. Il semble cependant avoir lu tout le reste. Sa bibliographie compte ainsi plus de 500 références (p. 205 à 226). Il a de plus consulté un grand nombre de chercheurs dont il cite les noms, et utilisé les interviews disponibles des principaux acteurs des événements de la période (11 interviews dont 4 par lui-même), en plus de livres et articles en anglais, français, portugais, et espagnol, y compris des travaux de recherche non publiés des universités américaines et britanniques.

3Il présente lui-même la méthode adoptée pour cette recherche sous le nom d’« analyse narrative ». L’aspect analytique n’échappera à aucun lecteur. Il analyse en effet le contexte sociopolitique portugais dans lequel la crise coloniale angolaise a pris naissance et le développement des relations diplomatiques entre le Portugal et les États-Unis pendant la période de la guerre coloniale angolaise. Il explore la politique coloniale du régime de l’Estado Novo, la nature autoritaire du régime, la structure de l’économie portugaise, les pressions des divers secteurs sociaux, les syndicats, les étudiants, le parti communiste portugais, l’église, l’armée, les groupes financiers. Il passe en revue les intérêts géopolitiques des États-Unis en Angola, la façon dont a été définie, dans le contexte de la guerre froide, la politique extérieure des États-Unis par rapport à l’Estado Novo et enfin la façon dont les relations luso-américaines ont influencé la stratégie coloniale portugaise et ont rendu le Portugal capable de prolonger la guerre pendant 13 ans, en décalage avec le contexte du continent africain et malgré des pressions internationales. Si en outre Francisco Manuel Gomes déclare son analyse narrative, c’est sans doute parce qu’il s’agit d’histoire et qu’il prend le temps de raconter les événements, mais aussi parce qu’il recourt au témoignage d’un des principaux acteurs, António de Oliveira Salazar, dont il cite le journal assez fréquemment dans le premier chapitre, en arrière-plan des événements et de leur analyse. Narratif aussi parce que l’auteur place délibérément cette phase de l’histoire d’un pays dans ce qu’il appelle « le drame universel de notre temps » (p. 25), qui pour lui est la lutte entre les systèmes de la richesse et la pauvreté, autrement dit l’oppression soutenue par la civilisation occidentale et les conséquences qu’elle produit, notamment sur le continent africain.

4Le premier chapitre qui va des pages 27 à 144, est le plus important en nombre de pages. Francisco Manuel Gomes s’attarde en effet pédagogiquement sur l’Estado Novo pour lequel le colonialisme a constitué, dès son début en 1926, un pilier du régime et une composante majeure, et ce jusqu’au dernier jour, si on le mesure à ses 148 000 combattants militaires en 1973, point culminant de l’engagement portugais sur les trois conflits en Afrique (Guinée-Bissau, Angola et Mozambique) et aux 9 471 militaires portugais morts dans ces trois conflits, la moitié au combat et le reste dans des accidents (tableau de la p. 108). Il revient aussi sur les raisons du 25 avril (p. 115) et nous montre les militaires, conscients d’une perte à terme des colonies et qui ne veulent pas qu’on leur reproche la défaite. La compassion pour les peuples colonisés a certes joué, mais en regard de l’intérêt corporatiste des militaires, elle n’est pour lui qu’une « version romantique ». Les événements des 24, 25 et 26 avril 1974 sont passés en revue en soulignant que le premier point du programme du Mouvement des Forces Armées était bien de mettre fin à la guerre coloniale. Il donne ensuite les repères événementiels principaux des mois suivants, jusqu’au 10 novembre 1975, veille de l’indépendance de l’Angola, en dénonçant l’incapacité du gouvernement portugais à décider à qui transmettre les responsabilités politiques du territoire (p. 143). La dernière phrase de ce chapitre donne le ton de sa condamnation : « Derrière eux, ils ont laissé une nation au bord d’une guerre civile sanglante et brutale, qui, au long des 27 années qui ont suivi, a mis à l’épreuve, violé et castré l’esprit, l’intégrité et l’humanité du peuple angolais au-delà de n’importe quels paramètres ou principes rationnels » (p. 134).

5Le deuxième chapitre examine la politique extérieure des États-Unis par rapport à l’Angola et au régime de l’Estado Novo, et particulièrement l’évolution des interventions diplomatiques des États-Unis pendant la période 1961-1974, en mettant à jour l’influence de ces interventions sur la résistance que le Portugal a opposé à l’idée même de décolonisation pendant cette période. Francisco Manuel Gomes s’attache ainsi à démontrer que les États-Unis ont eu un rôle décisif dans le maintien de la politique coloniale rigide de la dictature portugaise, ce qui semble être le véritable but de son travail.

6Il argumente en montrant que les États-Unis ont eu dans cette période un comportement irréfléchi et bien léger en regard de la gravité des conséquences qui se prolongent encore aujourd’hui, d’où son titre « Mémoires d’une guerre inachevée », et il parle ici des 13 ans de guerre coloniale. En pleine guerre froide, la motivation est très forte pour les États-Unis d’empêcher l’installation des Russes en Angola. Les bases aériennes de Santa Maria et de Lajes aux Açores ont été l’objet d’une sorte de pacte entre les États-Unis et le Portugal. Ces bases sont d’une telle importance géostratégique pour les États-Unis, qu’ils apportent alors leur appui au Portugal pour retarder l’autodétermination des colonies, en échange de l’autorisation portugaise d’en disposer. Est également mis en perspective avec la thèse du rôle prépondérant des États-Unis, l’épisode célèbre du navire Santa Maria et du capitaine Henrique Galvão, en janvier et février 1961, que Francisco Manuel Gomes relate dans ce deuxième chapitre. L’aggravation de la situation au Vietnam à la fin des années 1960 est aussi prise en compte en ceci qu’elle a servi le Portugal en faisant taire les pressions morales des États-Unis. En 1968, Richard Nixon et Henri Kissinger apportent alors un véritable appui financier à l’Estado Novo. Les trois gouvernements américains entre 1961 et 1974, Kennedy, Johnson et Nixon, ont bien aidé Salazar puis Caetano à ajourner l’indépendance de l’Angola. Le Portugal n’aurait pas gagné militairement en Angola sans l’affrontement des trois mouvements de libération, et cette division a été entretenue par les États-Unis qui ont par exemple financé Holden Roberto, chef d’un des trois mouvements belligérants, jusqu’à ce que la Chine les remplace. Francisco Manuel Gomes tend à laisser penser que rien de décisif ne s’est passé en Angola, mais tout s’est déroulé à l’extérieur, que le Portugal et les États-Unis ont tout décidé du sort des Angolais. Malgré tout, les États-Unis n’avaient pas vu venir la conspiration militaire portugaise qui a conduit au 25 avril 1974.

7La conclusion de l’ouvrage se penche sur l’échec de la politique américaine en Angola après le 25 avril, sur le retrait de l’armée portugaise de ce pays fin 1975 et sur les débuts de la guerre civile entre les trois mouvements angolais, FNLA (Front national de libération de l’Angola), Unita et MPLA. Il apporte ainsi un nouvel éclairage sur cette période ratée de décolonisation. Aussitôt après les accords d’Alvor du 15 janvier 1975, les États-Unis décident une aide secrète au FNLA et à l’Unita, qui sera très forte dans les derniers mois qui ont précédé l’indépendance, le 11 novembre de la même année, pendant que, de leur côté, l’Union soviétique et Cuba apportaient leur aide au MPLA, qui prendra officiellement le pouvoir et l’a conservé jusqu’aujourd’hui. La guerre civile qui a suivi l’indépendance et s’est prolongée jusqu’en 2002 (26 ans d’hostilités) est clairement interprétée par Francisco Manuel Gomes comme la conséquence des 13 ans de guerre coloniale, et ces deux périodes ont produit des effets qu’il dit « castrateurs dans le contexte angolais, non seulement au niveau social, mais aussi au niveau culturel, économique et politique » (p. 194).

8À l’égard de la responsabilité des États-Unis et du Portugal, et du sort de l’Angola, Francisco Manuel Gomes ne se comporte pas dans son travail en historien froid et laisse s’exprimer une certaine émotion qui a aussi parfois des allures revendicatives ou partisanes. Cette attitude ne nous paraît cependant pas excessive, parce qu’elle n’envahit pas le texte et que, bien étayée par la minutie de la recherche, elle donne au contraire un caractère humaniste au livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chavagne, « Francisco Manuel Gomes, Memórias de uma Guerra Inacabada. Portugal, os Estados Unidos e o Processo de Descolonização Angolano »Lusotopie, XV(1) | 2008, 211-213.

Référence électronique

Jean-Pierre Chavagne, « Francisco Manuel Gomes, Memórias de uma Guerra Inacabada. Portugal, os Estados Unidos e o Processo de Descolonização Angolano »Lusotopie [En ligne], XV(1) | 2008, mis en ligne le 09 juin 2016, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lusotopie/848

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chavagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Lusotopie

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search