Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXV(1)Les chroniquesRevue des revuesThe International Journal of Afri...

Les chroniques
Revue des revues

The International Journal of African Historical Studies, « Colonial Encounters Between Africa and Portugal »

Boston, African Studies Center, XXXVI (1), 2003
Alexis Wick
p. 252-253
Référence(s) :

The International Journal of African Historical Studies (Boston, African Studies Center), XXXVI (1), 2003, ISSN : 03617882, n° spécial, Jeanne Marie Penvenne (ed.), « Colonial Encounters Between Africa and Portugal ».

2003

Texte intégral

1Cet excellent numéro spécial du International Journal of African Historical Studies, relatif aux interactions coloniales entre l’Afrique et le Portugal, est dirigé par Jeanne Marie Penvenne, historienne du Mozambique. Il est issu d’un congrès sur ce thème tenu en avril 2002 dans le cadre d’une importante initiative tenue à l’université de Brown aux États-Unis sur le thème : « Integrating Lusophone Studies in the Social Sciences and Humanities : Strategic Contributions to the Comparative Study of Politics, Culture and Identity ». Le volume s’ouvre par un survol historique global, court et compact de l’état de la recherche sur l’Afrique dite lusophone. Suivent des contributions originales dans leurs sujets et distinctes dans leur approche méthodologique. Elles se concentrent sur des domaines particuliers de l’histoire sociale (comme l’éducation, l’idéologie ou la mobilité de la main-d’œuvre) et les articulent dans un cadre théorique qui cherche à déconstruire la vision manichéenne de la situation coloniale et à détruire le mythe de l’omnipotence de l’État colonial.

2Ainsi, A. Errante examine les manières par lesquelles le système scolaire au Mozambique a joué un rôle central dans la modulation des identités raciales et nationales (p. 8-9). Elle inverse ainsi la relation traditionnelle entre métropole et colonie (par laquelle une dynamique est imposée par la première sur la seconde), et dévoile les « pathologies, distortions, and alternative conceptions of nation and race that the colonial complex itself might have produced » (p. 11). P. Mendy se focalise lui aussi sur le système éducatif dans son enquête récapitulative de l’idéologie et de la réalité (et de la contradiction entre les deux) de la mission civilisatrice du Portugal en Guinée-Bissau. E. Allina-Pisano explore le thème de la mobilité de la main-d’œuvre (dans une région frontalière du Mozambique) comme dimension cruciale de la constitution et de l’articulation du pouvoir colonial lui-même (plutôt qu’une simple résistance à celui-ci). Il conclut que la situation coloniale était en fait caractérisée par la négociation, plutôt que la capitulation, et insiste sur « the mediated nature of colonial authority, which was articulated through local and African agents » (p. 80). I. Rodrigues déplore le fait que les analyses des représentations et des idéologies coloniales négligent généralement d’examiner comment ces métaphores et idéologies étaient en fait co-écrites par les populations colonisées. Ainsi, annonce-t-elle, « this essay also suggests that colonial ideologies – in this case the use of sexuality to explain the formation of Creole identities – were not fabrications of a distant metropole to be exported, consumed, and contested in the colonies. Rather, such tropes often found inspiration and co-authorship in the social practices of the colonies. Moreover, Creole populations were in a privileged position to co-author and to transform colonial ideologies, often subverting its outcomes into a political project of their own » (p. 84). Et finalement, R. Roque se place explicitement dans une nouvelle tradition historiographique qui s’intéresse aux « complexités contextuelles de pratique » du colonialisme (le rendant hétérogène et contradictoire), et qui s’éloigne des dichotomies coloniales de colonisateur/colonisé. « Colonialism », dit-il, « is now better imagined, for example, as a co-product of Western and indigenous agencies, and an internally fractured entity » (p. 108). Il approche ainsi l’étude du colonialisme en remplaçant les notions de supériorité et d’hégémonie par celles de la vulnérabilité et des contingences coloniales (p. 123).

  • 1 A.L. Stoler & F. Cooper, « Between Metropole and Colony – Rethinking a Research Agenda », in A.L. S (...)
  • 2 Ibid. : 1.

3L’orientation théorique de ces recherches résonne avec le célèbre appel de F. Cooper et A. Stoler de « traiter la métropole et la colonie dans le même champ analytique »1 – des auteurs que les interventions réunies par J. M. Penvenne citent d’ailleurs souvent. « Europe was made », affirment F. Cooper et A. Stoler, « by its imperial projects, as much as colonial encounters were shaped by conflicts within Europe itself »2. Les études qui épousent cette thèse, dont nous avons ici un échantillon sur le cas des colonies portugaises, ont ouvert la voie à de nouvelles découvertes sur les complexités des dynamiques coloniales, et dévoilé leur impact sur la construction des idéaux et des pratiques de l’« Europe », qui sont par la suite retranscrits comme naturels et autonomes – et pourtant universels. Ils montrent en particulier que les identités elles-mêmes qui marquent l’Européen comme Européen étaient articulée, construite, et définie dans et par les contextes coloniaux. Ainsi, ces études examinent la pratique du colonialisme, plutôt que son discours ou son idéologie – en d’autres mots, elles engagent et contestent les catégories conceptuelles de leurs questionnements, plutôt que de les endosser sans aucun sens critique. En parallèle, cette approche rejette le « mythe de l’omnipotence du colonialisme » que sous-tend le modèle historiographique traditionnel, insistant sur les vulnérabilités internes du colonialisme et sur la « participation » des populations locales aux dynamiques coloniales, permettant de bien mieux comprendre les subtilités des logistiques d’opération, tant des situations coloniales que postcoloniales.

Haut de page

Notes

1 A.L. Stoler & F. Cooper, « Between Metropole and Colony – Rethinking a Research Agenda », in A.L. Stoler & F. Cooper, Tensions of Empire : Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley, University of California Press,1997 : 1-56, 4.

2 Ibid. : 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Wick, « The International Journal of African Historical Studies, « Colonial Encounters Between Africa and Portugal » »Lusotopie, XV(1) | 2008, 252-253.

Référence électronique

Alexis Wick, « The International Journal of African Historical Studies, « Colonial Encounters Between Africa and Portugal » »Lusotopie [En ligne], XV(1) | 2008, mis en ligne le 10 mars 2016, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lusotopie/893

Haut de page

Droits d’auteur

Lusotopie

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search