Navigation – Plan du site

Contribution à la dialectologie du soninké :
Correspondances phonologiques entre le parler du Kíngí
et le parler du Jàahúnú

Contribution to the Soninke dialectology: Phonological correspondencies between the Kíngí and Jàahúnú varieties
К диалектологическому исследованию сонинке: фонологические соответствия между говорами кинги и джахуну
Djibril Dramé

Résumés

Cet article s’intéresse à l’analyse dialectologique du soninké particulièrement entre deux parlers : le parler du Kíngí et celui du Jàahúnú, présentant des particularités dialectales évidentes.
Ils appartiennent tous à la même division dialectale appelée traditionnellement le parler de l’est. En effet, la présente analyse a consisté à comparer systématiquement les correspondances phonologiques entre les deux parlers considérés afin de dégager les régularités et de proposer des hypothèses pouvant expliquer les conditionnements des différentes correspondances avec le prolongement d’une analyse diachronique entre les deux variétés. C’est ainsi qu’il apparaît que la correspondance la plus productive concerne le vocalisme. Les correspondances les plus marquantes sont : K. a-e : J. e-e, K. a-i : J. e-i, K. a-o : J. o-o, K. a-u : J. e-u, et K. a-u : J. o-u. Une seule régularité se dégage dans le domaine des correspondances consonantiques, notamment : l. En ce qui concerne l’analyse portant sur les formes anciennes de deux parlers, il ressort que le parler du Kíngí maintiendrait plus de formes anciennes que celui du Jàahúnú.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article analyse les correspondances phonologiques entre deux parlers soninkés choisis à cause du fait qu’il y a de manière évidente des contrastes importants. Dans le cadre de l’étude entreprise pour cet article, j’ai sélectionné plus de 300 lexèmes qui présentent des formes partiellement différentes dans les deux parlers.

2Les données sur le parler du Kíngí sont tirées de la liste lexicale donnée en annexe de l’article sur la phonologie de ce parler publiée par Denis Creissels (2016), et les données sur le parler du Jàahúnú sont mes propres données de terrain. Par ailleurs, le fait que je suis locuteur natif du parler du Jàahúnú a facilité l’accès aux données de première main.

3Cet article est principalement basé sur les mots simples et complexes de deux parlers en question. Ces lexèmes représentent les catégories grammaticales différentes, notamment les noms, les verbes, les adjectifs, et les adverbes. Je les ai classés selon les types de correspondances phonologiques entre les deux parlers.

4L’objectif de cet article est de faire une étude comparée systématique entre les lexèmes de deux parlers afin de dégager les correspondances phonologiques régulières (c’est‑à‑dire qui concernent un nombre relativement élevé de lexèmes), d’analyser leur distribution, et d’élaborer dans la mesure du possible des hypothèses sur les processus diachroniques qui ont pu aboutir à la situation actuelle.

5L’approche utilisée dans le cadre du traitement de cet article est la phonologie structurale telle qu’elle a été développée par l’école de Troubetskoï et Martinet.

6Cette étude se propose ainsi de contribuer à une meilleure connaissance du soninké en général, et de la dialectologie du soninké en particulier. De ce point de vue, il convient de noter immédiatement que, par rapport aux grandes divisions dialectales du soninké telles qu’elles sont couramment reconnues, les deux parlers comparés appartiennent tous les deux au soninké de l’est, caractérisé par les deux traits suivants : le choix de h parmi les variantes dialectales f et h, et l’alternance consonantique conditionnée par le contact avec une nasale (Diagana 1995 : 18).

Les systèmes phonologiques de deux parlers comparés

7Au niveau des inventaires phonologiques, je n’ai rien observé qui puisse conduire à reconnaître une différence entre les deux parlers au niveau des systèmes phonologiques.

Les voyelles

Les voyelles brèves

8Les deux parlers ont une distinction phonologiquement pertinente entre voyelles brèves et voyelles longues. Selon mes observations, les inventaires de voyelles brèves dans les deux parlers sont identiques. Le soninké, de manière générale, comporte 5 timbres vocaliques, voir Tableau 1.

Tableau 1 : Voyelles brèves soninké

Antérieures

Postérieures

Fermées

i

u

Moyennes

e

o

Ouvertes

a

Les voyelles longues

9Tout comme les voyelles brèves, les voyelles longues sont identiques dans les deux variétés, voire Tableau 2. Conformément à la tradition des études soninké, la longueur vocalique sera notée en doublant la voyelle.

Tableau 2 : Voyelles longues soninké

Antérieures

Postérieures

Fermées

ii /i:/

uu /u:/

Moyennes

ee /e:/

oo /o:/

Ouvertes

aa /a:/

Les consonnes

10Le tableau 3 présente les phonèmes consonantiques du soninké qui, selon mes observations, sont identiques dans les deux parlers considérés.

Tableau 3 : Consonnes soninké

Labiales

Dentales

Palatales

Vélaires

Uvulaires

Glottales

Plosives non voisées

p

t

c

k

q

Plosives voisées

b

d

j

g

Fricatives

s

h

Nasales

m

n

ñ

ŋ

Approx. latérale

l

Vibrante

r

Semi-voyelles

w

y

11Il convient de préciser que dans le tableau 3, c’est volontairement que je n’ai pas mentionné le phonème x. L’explication tient au fait qu’à mon avis, l’analyse selon laquelle q et x sont deux allophones du même phonème, proposée par Denis Creissels (2016 : 12‑13) pour le parler du Kíngí, est valable aussi pour le soninké du Jàahúnú.

Les tons

12Mes observations sur le parler du Jàahúnú ne font apparaître aucune différence entre le système tonal de ce parler et celui du soninké du Kíngí tel qu’il est présenté par Denis Creissels (2016 : 27‑76).

Les différents types de correspondances phonologiques : correspondances régulières et sporadiques

Premières observations

13Pour les consonnes, les cas de contrastes sont plus nombreux, mais à une seule exception près, les correspondances observées dans des couples de mots présentant des consonnes différentes dans les deux parlers sont toutes limitées à un petit nombre de lexèmes (souvent un seul). Dans de tels cas, il n’est pas possible de dégager des régularités pour lesquelles cela vaudrait d’envisager une explication en termes d’évolutions phonologiques générales. Dans ce cas, je me suis contenté de mentionner la liste des lexèmes concernés dans la section 5.

14En ce qui concerne les voyelles, il y a aussi des contrastes qui concernent seulement un petit nombre de mots chacun, parfois une seule, mais il y a aussi un nombre important de contrastes qui présentent un caractère de régularité, et qui appellent donc une explication en termes de changements phonologiques réguliers dans l’histoire des deux parlers concernés. Ce sont ces contrastes qui sont analysés en priorité dans la suite du travail.

15En ce qui concerne le vocalisme des mots dans les deux parlers, il n’est pas intéressant d’analyser les correspondances en considérant les voyelles prises isolément. En effet, les régularités apparaissent beaucoup mieux si on analyse les séquences vocaliques dans les mots de deux syllabes ou plus. Pour ce qui concerne les mots monosyllabiques, la règle générale est tout simplement que les voyelles sont les mêmes pour les deux parlers, par exemple ró ‘entrer’, ̀tú ‘connaitre’, ̀tí ‘dire’, etc. Ceci confirme la nécessité d’analyser les contrastes entre voyelles en prenant en considération les séquences vocaliques. Il est également important de signaler que seules les correspondances concernant les timbres vocaliques ont un caractère de régularité. En ce qui concerne la longueur vocalique, j’observe sporadiquement des cas où les deux parlers ne coïncident pas, mais sans qu’aucune régularité ne se dégage.

16Les formes de deux dialectes sont accompagnées dans le texte par les indexes : K. pour Kíngí et J. pour Jàahúnú.

Les correspondances régulières entre schèmes vocaliques

La correspondance K. a–e : J.e–e

17Un nombre important de mots de deux, trois ou quatre syllabes diffèrent en ce que la forme du parler du Kíngí comporte une séquence vocalique a–e, alors que les formes correspondantes du parler du Jàahúnú présentent une séquence e–e.

Tableau 4 : Correspondance K. a–e : J. e–e

Kíngí

Jàahúnú

sens

bàrê

bèrê

lit

béetàyê

béetèyê

première partie de la matinée

dàagàrê

dàagèrê

herbe épineuse (sp.)

dàré

dèré

gros, large, important, orgueilleux

dùndárè

dùndérè

orgueilleux

gànbárè

gànbérè

guitare traditionnelle (ngoni)

hàné

hèné

tôt

háránpárè

háránpérè

beau

hàrê

hèrê

âne

hàsê

hèsê

meilleur

hàtê

hètê

peau, cuir, corps

hàttáyè

hàttéyè

thé

jàbê

jèbê

arbre à henné

jàyê

jèyê

rapide, urgent

jàrê

jèrê

griffe, croc

jàxê

jèxê

mouton

jíntàyê

jíntèyê

eau chaude

kàbé

kèbé

être interdit

káhè

kéhè

café

kánbárè

kánbérè

résine

kàmé

kèmé

cent

káránkárè

káránkérè

tibia

kátè

kétè

gras

kàyê

kèyê

rônier

kìsìmàrê

kìsìmèrê

petit-fils

málè

mélè

colle, cire, résine

màré

mèré

être éduqué

nàhé

nèhé

faire du bien

ñàmé

ñèmé

être fini

pàppákàyê

pàppákèyê

papaye

qàté

qèté

être chassé(e)

ràgé

règé

être attrapé

sàhé

sèhé

être écrit

ságè

ségè

haut du dos

tàbê

tèbê

trou dans lequel on dépose des graines (semis en poquets)

tàgé

tègé

forgeron

táhè

téhè

chigomier

tánŋè

ténŋè

front (tête)

támè

témè

tamis

táyè

téyè

chaud

wàré

wèré

libérer, laisser

yíllánkárè

yíllánkérè

lendemain

18Phonologiquement, ceci suggère que le parler du Jàahúnú a connu une harmonisation morphophonologique dont l’étendue est conditionnée par syllabation. Une hypothèse à la fois simple et phonologiquement plausible est donc que dans de tels cas, les formes du Kíngí seraient plus anciennes du fait de l’assimilation régressive dans le parler du Jàahúnú. En effet, je constate, à chaque fois, que dans les séquences K. a–e, le a est remplacé par une copie de la voyelle suivante dans le parler du Jàahúnú (e-e), ce qui peut être schématisé de la façon suivante :

19a → e / _Ce

20Nous verrons dans ce qui suit que cette hypothèse est d’autant plus plausible que le même type d’explication peut être envisagé pour les autres correspondances régulières que j’ai relevées.

21La question qu’il faut ensuite poser est celle d’un possible conditionnement de ce changement : il faut se demander s’il s’est produit chaque fois qu’on avait une séquence a–e, ou bien s’il a été soumis à des conditions. Dans cette perspective, il est crucial de tenir compte du fait qu’en soninké, les structures syllabiques possibles des mots dissyllabiques sont CVCV, CVVCV, CVNCV et CVCCV. Autrement dit, la première voyelle peut être longue ou brève, et si elle est brève, on peut trouver à l’intervocalique non seulement des consonnes simples, mais aussi des géminées (CC) et des séquences NC. J’observe que, dans les séquences a–e du parler du Kíngí alternant avec e–e dans le parler du Jàahúnú,

22– le a n’est jamais long, par exemple : K. hàtê : J. hètê ‘peau’

23– on a presque toujours une consonne simple entre le a et le e : le a et le e ne sont jamais séparés par une séquence NC, et les seuls cas où ils sont séparés par une géminée sont : K. tánŋè  : J. ténŋè ‘le front (tête)’ et K. màllê  : Jmèllê ‘abcès’. J’observe que dans ces deux cas, la consonne qui est géminée est une sonante. L’explication est que l’on observe encore une fois l’assimilation régressive propre au parler du Jàahúnú avec des séquences NC.

24Je propose donc comme conclusion sur la correspondance K. a-e  : J. e-e que le phénomène de l’assimilation régressive dans l’histoire du soninké du Jàahúnú est productif ; par contre, il n’existe pas dans le parler du Kíngí. Il faut remarquer que le e final dans le parler du Jàahúnú est lui-même dans beaucoup de cas issu d’un a final par une opération morphologique. Ceci concerne le e final des verbes et des certains substantifs, qui a souvent une explication morphologique comme amalgame de a et de i. En effet, on peut reconnaître en soninké un suffixe de détransitivisation -i qui a la particularité de s’amalgamer à la voyelle finale des bases verbales de deux syllabes ou plus de la façon suivante (Creissels 2016:11) :

25a + i → e

26o + i → e

27u + i → i

28Il est intéressant de mentionner que les formes du singulier des lexèmes de deux parlers ont presque tous les séquences a-a dans les radicales (pour les dissyllabes) et les formes du singulier sont les formes dérivées des lexèmes en isolation. Ceci permet de suggérer que les substantifs se terminant par e, ont subi un processus morphologique où le e final est obtenu du fait de l’amalgame d’un –i et un –a, ce qui est similaire à celui développé par Denis Creissels mentionné ci-dessus.

29Pour confirmer cette hypothèse, je propose le tableau suivant présentant des substantifs dont les formes de citation se terminent par –e mais avec le cadre a-a dans les radicales et des verbes dont les formes intransitives se terminent par –e (qui est obtenu par le processus de detransitivisation décrit ci-dessus) et les formes transitives avec le cadre a-a.

Tableau 5. Les formes radicales

Kingi

Jaahunu

sens

forme de citation

forme radicale

forme de citation

forme radicale

dàré

dàrá

dèré

dàrá

gros

hàtê

hàtá

hètê

hàtá

peau

jàbê

jàbâ

jèbê

jàbâ

arbre à henné

jàrê

jàrâ

jèrê

jàrâ

griffer

kàbé

kàbá

kèbé

kàbá

interdire

kàrí

kàrá

kèrí

kàrá

tuer

màré

màrá

mèré

màrá

éduquer

nàhé

nàhá

nèhé

nàhá

faire du bien

ñàmé

ñàmá

ñèmé

ñàmá

finir

sàhé

sàhá

sèhé

sàhá

écrire

tàhí

tàhú

tèhí

tàhú

attacher

qàté

qàtá

qèté

qàtá

chasser

ràgé

ràgá

règé

ràgá

attraper

wàré

wàrá

wèré

wàrá

laisser

30Ceci confirme avec certitude l’hypothèse que j’ai proposée ci-dessus pour le parler du Jàahúnú, celle du phénomène d’assimilation régressive. En effet, ce tableau démontre que les deux parlers ont généralement le cadre a-a dans les radicales et les transformations entre les deux formes ont lieu seulement au niveau des formes de citation. Phonologiquement et surtout avec le critère du triangle vocalique, c’est la séquence J. e-e qui peut être dérivé de celle de K. a-e. De ce point de vue, la séquence K. a-e est vraisemblablement plus archaïque que celle de J. e-e ; par contre, si on considérait l’hypothèse inverse, c’est-à-dire que la séquence J. e-e serait plus ancienne que K. a-e, on ne pourrait pas expliquer l’apparition de –a dans les radicales du Jàahúnú. Ceci montre que c’est a qui est la voyelle originelle de la première syllabe dans les deux dialectes.

31Une dernière remarque sur la correspondance K. a–e  : J. e–e est qu’une correspondance semblable s’observe pour des séquences de trois syllabes, avec a–a–e dans le parler du Kíngí et e–e–e dans le parler du Jàahúnú :

Tableau 6 : Correspondance K. a–a–e : J. e–e–e

Kíngí

Jàahúnú

sens

dàbárè

dèbérè

sortilège

làgàré

lègèré

benjamin

màràxé

mèrèxé

fanes

ñágámè

ñégémè

ordure

ságáré

ségéré

ramasser (intr.)

támàré

témèré

datte

32Dans les mots qui présentent cette correspondance, j’observe les mêmes régularités concernant les consonnes qui séparent les deux premières voyelles. Il convient donc de supposer que la règle de l’assimilation régressive vocalique posée ci-dessus pour le parler du Jàahúnú n’a pas été limitée à une seule syllabe, et a pu au contraire opérer récursivement.

La correspondance K. a–i : J. e–i

33La correspondance a–i : e–i est la deuxième correspondance qui concerne une proportion importante du vocabulaire.

Tableau 7 : Correspondance K. a–i : J. e–i

Kíngí

Jàahúnú

sens

ànnábì

ànnébì

prophète

bágì

bégì

tissu industriel

dàbárì

dèbérì

faire

dàlíilè

dèlíilè

preuve, droit, raison

dàntáxì

dàntéxì

expliquer, être expliqué, commenté

hàrìngìjê

hèrìngìjê

phacochère

hàrílà

hèrílà

obligation religieuse

hàyí

hèyí

dérober, être dérobé

jàrí

jèrí

griffer

kàhí

kèhí

se réunir

kàrí

kèrí

tuer

làhí

lèhí

avoir envie, vouloir

láqqítà

léqqítà

frapper

màní

mèní

quoi

mánì

ménì

sperme

mànímè

mènímè

combien

màníyà

mèníyà

pourquoi

ŋàrí

ŋèrí

voir, être vu

ŋáríñànŋè

ŋéríñánŋè

vilain

mùnáahàxí

mùnáahèxí

hypocrite, personne mal intentionnée

sàhí

sèhí

se mouiller

sáyì

séyì

jaunisse

sákkàtí

sákkètí

a fortiori

tàhí

tèhí

être attaché, noué

yàamárì

yàamérì

ordonner, conseiller

yàxí

yèxí

épouser, se marier

34On peut analyser cette différence en se référant au positionnement de chaque voyelle sur le triangle vocalique, qui fait apparaître la voyelle e à mi-chemin entre a et i. Autrement dit, la voyelle e a des caractéristiques phonologiques plus proches de celles de i que la voyelle a. Par conséquent, je peux faire l’hypothèse qu’à date ancienne, les deux parlers ont eu dans ces mots une séquence *a–i, et que cette séquence a été modifiée en soninké du Jàahúnú par un phénomène d’assimilation régressive partielle qui a converti les a suivis de i en e :

35a → e / _Ci

36En outre, cette hypothèse est cohérente avec celle proposée précédemment pour la correspondance entre K. a–e et J. e–e.

37En ce qui concerne le conditionnement de cette correspondance, j’observe qu’il confirme celui dégagé pour la correspondance entre a–e et e–e : seuls les a brefs sont concernés, jamais les a longs. J’observe toutefois une autre exception concernant les géminées : láqqítà léqqítà ‘taper quelqu’un brusquement’ qui peut être expliquée par le phénomène d’assimilation régressive partielle en soninké du Jà̀ahúnú proposée pour le cas similaire dans la section précédente.

38Par ailleurs, ici encore j’observe une correspondance semblable pour des séquences de trois syllabes, avec a–a–i dans le parler du Kíngí et e–e–i dans le parler du Jàahúnú :

Tableau 8 : Correspondance K. a–a–i : J. e–e–i

Kíngí

Jàahúnú

sens

gàràsí

gèrèsí

accrocher

hàlákì

hèlékì

détruire

jàbàrí

jèbèrí

transpirer

jàràgí

jèrègí

gronder

làgàrí

lègèrí

être le dernier à faire qqch

sàbárì

sèbérì

patienter

sàdáxì

sèdéxì

donner l’aumône

39Pour rendre compte de ceci, il convient donc de poser que, dans le parler du Jàahúnú l’assimilation régressive n’a pas été limitée à une syllabe mais a pu opérer récursivement.

La correspondance K. a–o  : J. o–o

40Dans cette section, je constate que la séquence vocalique a‑o dans le parler du Kíngí correspond régulièrement à une séquence de deux voyelles identiques o‑o dans le parler du Jàahúnú, ce qui renforce l’hypothèse selon laquelle l’histoire de ce parler a été marquée par des phénomènes d’assimilation régressive vocalique qui ne se sont pas produits dans le parler du Kíngí. Tout comme dans les sections précédentes, le vocalisme a‑o attesté dans le Kíngí est vraisemblablement plus ancien que le vocalisme o‑o du Jàahúnú. En effet, si on choisissait l’hypothèse inverse selon laquelle des séquences anciennes o‑o seraient devenues a‑o dans le parler du Kíngí, on aurait immédiatement un problème avec le fait que de nombreux mots ont o‑o dans les deux parlers, sans qu’on puisse expliquer pourquoi le changement en a‑o n’aurait pas eu lieu dans le parler du Kíngí. Or plus particulièrement, je n’ai jamais rencontré un lexème parmi les données du Jàahúnú attestant la séquence a‑o ; ce qui confirme avec certitude encore une fois l’hypothèse formulée au début de la section.

Tableau 9 : Correspondance K. a-o : J. o-o

Kíngí

Jàahúnú

sens

dàró

dòró

respecter, honorer

gàbó

gòbó

devenir nombreux, abondant

jàgó

jògó

décorer, orner

jàwó

jòwó ~ `jó

devenir rapide

kàhô

kòhô

association, groupement

kàsô

kòsô

prison

làbô

lòbô

couteau

làkólì

lòkólì

l’école

mántòrô

móntòrô

montre

tárò

tórò

faire souffrir, fatiguer

táwó

tówó ~ tó

devenir chaud

wásó

wósó

se vanter

yàbó

yòbó

d’accord, oui

41Je postulerai donc le changement suivant, propre au parler du Jàahúnú :

42a → o / _Co

43Tout comme dans la section précédente, cette correspondance concerne uniquement les a brefs (pas les a longs), et en règle générale la correspondance s’observe seulement avec des consonnes simples en position intervocalique. Il y a une exception qui doit être examinée à part : K. mántòrô : J. móntòrô montre. Ici, exceptionnellement, on a un groupe NC en position intervocalique. Mais il s’agit d’un terme d’emprunt, donc cela n’a pas beaucoup de sens de raisonner en termes de formes anciennes modifiées ou non par des évolutions phonologiques, il doit s’agir d’un accident comme on en observe fréquemment dans l’adaptation des termes d’emprunt. D’ailleurs dans ce cas précis, c’est la forme du Jàahúnú qui reste la plus proche de la forme française d’origine, ce qui veut dire que c’est plutôt le vocalisme a–o observé dans la forme du Kíngí qui nécessiterait une explication.

La correspondance K. a–u : J. e–u

44Dans les mots suivants, la séquence vocalique a–u dans le parler du Kíngí correspond à la séquence e–u dans le parler du Jàahúnú.

Tableau 10 : Correspondance K. a–u : J. e–u

Kíngí

Jàahúnú

sens

bàtú

bètú

suivre

hàsú

hèsú

meilleur

jánmù

jénmù

paix, tranquillité

kànú

kènú

avoir peur, être effrayé

tábúllè

tébúllè

nuage

45Dans le triangle vocalique, la voyelle e n’est pas exactement positionnée entre a et u, mais elle est à un niveau intermédiaire entre a et u en ce qui concerne le degré d’aperture. Dans le prolongement de l’analyse des correspondances déjà présentées, il est donc possible de voir dans a–u le vocalisme ancien des mots en question, et de postuler une assimilation régressive partielle portant sur le degré d’aperture, qui aurait modifié a en e dans le parler du Jàahúnú :

46a → e / _Cu

47J’observe que cette règle concerne seulement les a brefs. En ce qui concerne les consonnes en position intervocalique, elles sont presque toutes des consonnes simples, et dans le seul cas où la consonne intervocalique n’est pas une consonne simple (jánmù jénmù ‘paix, tranquillité’), c’est une géminée qui appartient à la catégorie des sonantes, ce qui est conforme aux régularités déjà dégagées pour des correspondances du même genre.

48J’ai aussi relevé un cas où la même correspondance porte sur une séquence de quatre syllabes. Conformément à ce qui a été déjà dit à propos de cas semblables, il convient donc de supposer que l’assimilation régressive partielle peut s’opérer récursivement dans le parler du Jàahúnú.

Tableau 11 : Correspondance K. a-a-a-u : J. e-e-e-u

Kíngí

Jàahúnú

sens

gàràbàsú

gèrèbèsú

sursauter

La correspondance K. a–u : J. o–u

Tableau 12 : Correspondance K. a–u : J. o–u

Kíngí

Jàahúnú

sens

bàxú

bòxú

provoquer

jàwú

jòwú ~ jó

rapide

kàbú

kòbú

neuf (nombre)

kàhú

kòhú

assembler, se réunir

láwúrà

lówúrà

vagin (resp.)

sáxú

sóxú

se coucher

tàhú

tòhú

chaussure

wàtú

wòtú

faire mal

49Par rapport au positionnement de a, u et o sur le triangle vocalique, on peut dire que la voyelle o est située à mi-chemin entre a et u et cela nous permet de proposer une explication identique à celles proposées précédemment : pour ces mots, le vocalisme a–u est vraisemblablement ancien, et il a été modifié dans le parler du Jàahúnú par le changement suivant :

50a → o / _Cu

51L’explication pour cette correspondance est qu’on observe une assimilation régressive partielle dans la séquence qui concerne le parler du Jàahúnú qui n’existe dans le Kíngí ; ce qui confirme l’hypothèse proposée en 3.2.1 ; 3.2.2 ; 3.2.3 ; 3.2.4.

La correspondance K. a–i : J. o–i

52Cette correspondance concerne trois lexèmes, qui font donc exception à la régularité selon laquelle a–i dans le parler du Kíngí correspond à e–i dans le parler du Jàahúnú.

Tableau 13 : Correspondance K. a–i : J. o–i

Kíngí

Jàahúnú

sens

bàyí

bòyí

étaler

wàhíbà

wòhíbà

dévoiler les secrets de quelqu’un

wàtí

wòtí

tomber malade

53Compte tenu du trait de labialité qui distingue o de e, phonologiquement, il est raisonnable de penser que le changement de a en o (plutôt qu’en e) peut être expliqué par le caractère labial de la consonne précédente dans les trois lexèmes en question et qui peut être schématisé pour le soninké du Jàahúnú comme suit :

54a → o / _Ci

La correspondance K. e–o : J. o–o

55Cette correspondance concerne seulement quatre termes, mais je la range tout de même parmi les correspondances régulières, car elle est imputable au même type d’évolution que les précédentes. Dans les deux cas, elle concerne une séquence de deux syllabes :

Tableau 14 : Correspondance K. e–o : J. o–o

Kíngí

Jàahúnú

sens

nèwó

nòwó

devenir facile

sénó

sónó

devenir propre

56Comme les cas précédents, cette correspondance peut s’expliquer à partir d’un vocalisme ancien e–o qui se serait conservé dans le parler du Kíngí, et qui dans le parler du Jàahúnú aurait été modifié par une assimilation régressive vocalique :

57e → o / _Co

58De manière analogue à ce qui a été observé pour plusieurs autres correspondances entre schèmes vocaliques, la récursivité des processus d’assimilation régressive explique une correspondance semblable portant sur des séquences de trois syllabes.

Tableau 15 : Correspondance K. e-e-o : J. o-o-o

Kíngí

Jàahúnú

sens

léhétó

lóhótó

s’aplatir

téhétó

tóhótó

devenir large, épais

La correspondance K. e–u : J. o–u

59Cette correspondance concerne seulement deux termes, mais je la range tout de même parmi les correspondances régulières, car elle est imputable au même type d’évolution que les précédentes.

Tableau 16 : Correspondance K. e–u : J. o–u

Kíngí

Jàahúnú

sens

héxú

hóxú

aboyer

ñéxú

ñóxú

être dégoûté

60L’hypothèse qui convient de dégager pour cette correspondance est que le changement de e en o peut être expliqué par l’influence de la consonne labiale précédente en Jàahúnú et qui peut être schématisé de la façon suivante :

61e → o / _Cu

Conclusion sur les correspondances régulières entre schèmes vocaliques

62Dans toutes les correspondances régulières entre schèmes vocaliques que j’ai dégagées, la deuxième voyelle est identique dans les deux parlers. La première voyelle est au moins aussi ouverte que la deuxième, et sauf dans les cas des correspondances K. e–o : J. o–o et K. e-u : J. o-u où la forme du Jàahúnú présente une voyelle moins ouverte que celle du Kíngí, ce qui suggère de rendre compte de ces correspondances par une règle d’assimilation propre au parler du Jàahúnú :

63a → e / _Ce

64a → e~o / _Ci

65a → e~o / _Co

66a → e~o / _Cu

67e → o / _Co

68e → o / _Cu

Les correspondances sporadiques entre schèmes vocaliques

69Dans cette section, je me contente d’énumérer les correspondances vocaliques entre soninké du Kíngí et soninké du Jàahúnú qui ont les deux caractéristiques suivantes : elles sont limitées chacune à très peu de mots, et il ne me semble pas possible de les expliquer en étendant simplement des explications déjà proposées pour des correspondances qui ont un caractère de régularité. C’est le cas notamment de toutes les correspondances mettant en jeu une différence de longueur vocalique.

70Seule une extension de la comparaison à des parlers autres que les deux considérés ici permettrait de poursuivre l’analyse.

Tableau 17 : Correspondances sporadiques

Kíngí

Jàahúnú

sens

báríkà

bérékè

bénédiction

búgú

bógú

sortir

dòmí

dèmí

s’habituer

gùsú

gùusú

courber

hàccárè

hàccárì

expliquer, traduire

hásí

héesí

étendre pour sécher

hùnùkúrè

hùnùkírè

jumeau

hùtá

hùtú

rater, manquer

jìgìjàpí

jìgìjàpá

bégayer

kátò

kétò

devenir gras

kóróndánmè

kóróndónmè

petit tabouret des femmes

kúhú

kóhú

réunir

mòllô

mòllê

haricot

nòoné

nòoní

être tracé

ñérú

ñéerú

sept

ñérò

ñóorò

devenir égal, s’ajuster

péexì

píixì

insulter par un bruit de succion

qálábántè

qálábéntì

canaille

qéntà

qíntà

immature

rítì

ríitì

apporter

sámáqqè

súmáqqè

serpent

sàlúmè

sèlímè

mendier

ségú

séegú

huit

sìláamè

sìláamì

musulman

tèlèhô

tèlìhô

téléphone

yérú

yéerú

l’an dernier

wàayí

wòyí

vanner

La correspondance r : l, l’unique correspondance régulière entre consonnes

71Parmi les mots qui ne présentent pas exactement le même consonantisme dans les deux parlers concernés, seule la correspondance : l concerne un nombre important de mots, et peut donc être qualifiée de régulière. Comme on peut le voir dans le tableau suivant, elle se produit exclusivement en position intervocalique, jamais en position initiale. Dans tous les cas c’est le parler du Kíngí qui présente un r, tandis que le parler du Jàahúnú présente un l.

Tableau 18 : Correspondance : l

Kíngí

Jàahúnú

sens

bóorí

bóolí

fétiche

bòrónŋè

bòlónŋè

vestibule

bùrú

bùlú

enterrer

bùrùxú

bùlùxú

effacer

gòorí

gòolí

tanner (une peau), défricher un champ

háqqíré

háqqílé

esprit

làxàsàràmúràanê

làxàsàràmúlàanê

fin de l’après-midi

máráccá

máláccá

être amer

máràccê

málàccê

amer

mùrá

mùlá

rhume

pòorê

pòolê

caoutchouc, lance-pierre

tórómí

tólómí

tordre

túrí

túlí

être tressé

túrú

túlú

tresser

sàgárànmê

sàgálànmê

porc-épic

72Phonologiquement, l et r ont des articulations très proches. Il est bien connu que dans les langues du monde, l et r sont souvent en distribution complémentaire, et historiquement, le changement de l en r ou de r en l est très largement attesté. En outre, en soninké, où la géminée rr n’existe pas, c’est la géminée ll qui correspond à la consonne simple r. Il n’y a donc rien de surprenant dans une telle correspondance.

73Il y a toutefois un problème dans la perspective de proposer une explication diachronique, car il ne semble pas possible de trouver des conditionnements phonologiques qui permettraient de faire une hypothèse sur les évolutions qui ont eu pour résultat cette correspondance. En effet, les mots qui attestent cette correspondance présentent trop de variété dans leurs formes (notamment en ce qui concerne leurs structures syllabiques, leurs schèmes vocaliques et la nature des autres consonnes) pour qu’on puisse dégager un contexte particulier.

74Par ailleurs, à côté des mots qui présentent un r dans le Kíngí et un l dans le Jàahúnú, il y a aussi beaucoup de mots qui ont r dans les deux parlers, et aussi d’autres qui ont l dans les deux parlers. On peut seulement remarquer (mais sans pouvoir en tirer une conclusion sur la nature des consonnes à l’origine de ces correspondances) que les mots qui ont r dans les deux parlers sont beaucoup plus nombreux que ceux qui ont l dans les deux parlers.

Tableau 19 : Correspondance : r

Kíngí

Jàahúnú

sens

bírá

bírá

vivre

bóorá

bóorá

déshabiller

bùrí

bùrí

être enseveli, se faire une entorse

bùró

bùró

devenir méchant

dàró

dòró

respecter

gàará

gàará

mentir

gìrí

gìrí

se lever

gòró

gòró

piler

gòorí

gòorí

contourner

hìrí

hìrí

devancer

hóoró

hóoró

affranchir

húurì

húurì

devenir oisif

jàará

jàará

soigner

jàrí

jèrí

griffer

jùrí

jùrí

réduire en poudre

kárá

kárá

casser

kàrá

kàrá

mourir

kàrí

kèrí

tuer

kòrí

kòrí

échouer

kórì

kórì

tamiser

kòorí

kòorí

entourer

kòoró

kòoró

faire tarir

màrá

màrá

éduquer

mìrí

mìrí

tisser

mùró

mùró

se refroidir

ŋàrí

ŋèrí

voir

párè

párè

se faire élégant

qáarù

qáarì

pleurer bruyamment

qírí

qírí

appeler

qìirí

qìirí

traîner

qòoró

qòoró

grandir

qóoró

qóoró

ramasser

qúrá

qúrá

devenir blanc

qúurù

qúurù

devenir brumeux, terne, rouiller

sárà

sárà

faire étouffer (nourriture avalée de travers)

sárè

sérè

prendre congé

sàará

sàará

mettre au monde

séerá

séerá

enseigner, imiter

síró

síró

s’améliorer

sórò

sórò

déféquer

tèré

tèré

marcher, voyager

tíirì

tíirì

avoir un vertige

Tableau 20 : Correspondance : l

Kíngí

Jàahúnú

sens

gìiló

gìiló

devenir long

léelé

léelé

être en retard

qàlá

qàlá

au courant de

qíilè

qíilè

appeler en sifflant

sólí

sólí

emplir

tàló

tàló

trébucher

yóolà

yóolà

noyer, faire sombrer

75La seule conclusion possible est qu’il conviendrait d’élargir la comparaison aux autres parlers soninké, et peut‑être aux autres langues mandé, avant de pouvoir avancer dans l’analyse de ces correspondances.

Les correspondances sporadiques entre consonnes

76Les autres correspondances entre consonnes que j’ai observées concernent la plupart du temps un seul lexème chacune, parfois deux, mais jamais plus de deux. Il s’agit donc manifestement de correspondances rares qu’il n’y a pas lieu d’expliquer par des changements phonologiques réguliers qui se seraient produits dans l’histoire des deux parlers. Il est vrai que dans presque tous les cas, les consonnes impliquées dans la correspondance sont suffisamment proches phonologiquement pour qu’il soit facile d’imaginer des évolutions qui auraient pu conduire à une telle correspondance, mais les correspondances sont trop isolées pour que cela ait un sens de discuter de telles hypothèses. Je me contente donc d’énumérer ici ces correspondances.

Tableau 21 : Correspondances sporadiques

Kíngí

Jàahúnú

sens

báamè

báanbè

nager

bùrùdàamê

gùrùdàamê

tronc d’arbre

dànbí

dànpí

être piétiné

dànbú

dànpú

piétiner

cáakù

cákkù

sac

dép

tép

rempli (idéophone)

gìkkê

jìkkê

espoir

gòndámè

gòndánmè

pilon

gùdâ

gùjâ

natte en tiges de mil

hénqéñé

héngéñé

hanche

jíqqà

díqqà

attraper d’un seul coup

kíllù

kíilù

esprit

láahídú

láayídú

promesse

lènjúrù

lòojúrù

handicape

qáhúyè

qáwúyè

brutal

qáxásó

qáxáccó

amer, devenir amer

sámú

sánkú

disparaître

sìnànqórè

sìñànqórè

charbon

tàbàadê

tàbàatê

pas (trace du pied)

tìgâ

cìgâ

arachide

tólónqó

tóñónqó

broyer

tónŋè

tóngè

association

tùgùmâ

tùhùmâ

soupçon

wùlùhâ

wùllùhâ

prière du matin

wùttê

hùttê

prise, butin

Conclusion

77Dans cet article, j’ai décrit et analysé les correspondances phonologiques entre le parler soninké du Kíngí et celui du Jaàhúnú. Lorsque les formes de ces deux parlers présentent des différences, ces différences peuvent être plus ou moins régulières.

78J’ai dégagé plusieurs correspondances régulières dans le domaine des schèmes vocaliques qui peuvent toutes s’analyser en postulant que la forme du Kíngí est plus ancienne, et que le parler du Jàahúnú se distingue par une tendance marquée par l’harmonisation des voyelles chaque fois qu’une voyelle est suivie d’une autre voyelle au moins aussi fermée.

79Aussi, de façon particulière, j’ai pu montrer les diverses transformations de la voyelle brève a en position lexicale interne (que l’on trouve inchangée en soninké du Kingi, et qui peut devenir soit [e], soit [o] en soninké du Jàahúnú).

80L’unique correspondance régulière concernant les consonnes que j’ai dégagée est la correspondance : l, pour laquelle par contre aucune hypothèse historique ne se dégage des observations que j’ai pu faire.

81De manière générale, il est intéressant d’observer que les deux parlers comparés, bien qu’identiques au niveau de leurs inventaires phonologiques et classés tous les deux parmi les parlers soninké de l’est sur la base des critères généralement cités pour caractériser les parlers soninké (correspondance : h et alternance consonantique), présentent néanmoins des différences systématiques dans la forme des mots.

Haut de page

Bibliographie

Références

Creissels, Denis. 2016. Phonologie segmentale et tonale du soninké (parler du Kingi). Mandenkan 55. 3–174.

Diagana, Ousmane Moussa. 1995. La langue soninkée : morphosyntaxe et sens à travers le parler de Kaédi (Mauritanie). Paris : Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Djibril Dramé, « Contribution à la dialectologie du soninké :
Correspondances phonologiques entre le parler du Kíngí
et le parler du Jàahúnú
 », Mandenkan [En ligne], 58 | 2017, mis en ligne le 27 février 2018, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/1181 ; DOI : 10.4000/mandenkan.1181

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Mandenkan (Llacan)
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • OpenEdition Journals