Navigation – Plan du site

Conjonctions de taxis en kla‑dan

Taxis conjunctions in the Kla‑Dan language
Таксисные союзы в языке кла‑дан
Nadezhda Makeeva

Résumés

Il existe en kla‑dan trois conjonctions facultatives de taxis qui introduisent la deuxième proposition de la phrase complexe à valeur de taxis : yèlɛ̰̀, kɤ̀, tó. Chacune de ces conjonctions admet l’emploi d’un nombre restreint des constructions aspecto‑temporelles dont le choix est determiné par des règles spéciales. Un nombre de constructions introduites par les conjonctions kɤ̀ et yèlɛ̰̀ s’interprètent par rapport au point de repère temporel établi par la première proposition de la phrase complexe.
Yèlɛ̰̀, kɤ̀, tó sont souvent interchangeables, la différence dans la distribution des conjonctions se révèle dans les enchaînements des phrases simples dont chacune est introduite par la même conjonction. Il s’avère que les trois conjonctions sont distribuées en fonction du plan temporel où s’effectuent des événemets de tels enchaînements. Tó s’emploie également dans les phrases simples où le point de repère est exprimé par un circonstant temporel occupant la position initiale de la phrase. C’est sans doute pour cette raison que la conjonction tó est en train d’acquérir peu à peu la fonction d'une marque de topicalisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Informations sur la langue kla‑dan

  • 1 Cette recherche a été effectuée dans le cadre du Projet RNF № 17-78-20071. Les données ont été réco (...)

1Le kla‑dan appartient au groupe linguistique mandé‑sud1. La zone principale de diffusion du kla‑dan se trouve au sud‑ouest de la préfecture de Ouaninou à l’ouest de la Côte d’Ivoire, et en Guinée près de la frontière avec la Côte d’Ivoire. Elle comporte 18 villages ivoriens (Santa, Gbagbadougou, Drodougou, Sefesso et autres) et deux villages guinéens (Fakorodou, Gelekolodou). 9 villages kla se trouvent au sud et au sud‑est de la ville de Touba (Godoufouma, Silakoro, Zala, Gboni, Zo, Londana, Boni, Gouan). Le village kla le plus méridional en Côte d’Ivoire, Zouzousso‑I, se trouve dans la préfecture de Biankouma. Le nombre des locuteurs du kla‑dan peut être évalué à 25 000 (2001). Trois dialectes du kla‑dan peuvent être postulés selon la région de leur diffusion : santa, godoufouma, zouzousso. Cet article se base sur les données des dialectes santa et zouzousso.

2Résumons tout d’abord brièvement les informations phonologiques et morphosyntaxiques essentielles sur la langue kla‑dan.

3Les traits caractéristiques du système phonologique du kla‑dan sont :

  • la polytonalité : quatre niveaux tonals (ultra‑bas, bas, haut, ultra‑haut) ;

  • un système vocalique riche : 10 voyelles orales et 7 voyelles nasales ;

  • l’absence de phonèmes consonantiques nasaux : les consonnes nasales sont des allophones des sonantes orales, des implosives et des consonnes labiovélaires (dans le pied nasalisé /l/ se réalise comme [n] au début du pied et comme [l̃] ~ [r̃] au milieu du pied, /y/ et /w/ ont des allophones [ɲ] ~ [] et [w̃] respectivement, /ɓ/ se réalise comme [m] ; /gb/ et /kp/ ont des allophones [gm] et [km] respectivement).

4L’ordre des constituants de base dans la proposition verbale est « (S –) Aux – OD – V (– OI pp) » si le verbe est transitif et « (S –) Aux – V (– OI pp) » si le verbe est intransitif. S est le sujet (dont la position peut rester vide), Aux est la marque prédicative conjuguée (MPC) (dont la position peut rester vide à l’impératif 2SG et qui exprime cumulativement les valeurs suivantes : personne, nombre, valeurs de TAM et polarité), V est le prédicat verbal, OD est le complément d’objet direct, OI est le complément d’objet indirect ou circonstant, pp est la postposition.

5Une particularité caractéristique de la langue kla‑dan et d’autres langues mandé‑sud est que l’aspect, le temps, la modalité et la polarité sont des catégories de la phrase. Ces valeurs sont exprimées par la phrase entière, et leur expression peut mettre en jeu les éléments suivants : 1) une marque prédicative conjuguée, 2) l’opérateur qui suit immédiatement la marque prédicative conjuguée, 3) le verbe auxiliaire, 4) la forme flexionnelle du verbe lexical. Dans les formules des constructions verbales les informations concernant la MPC et les caractéristiques morphologiques du verbe sont données en accolades.

6Par exemple, la structure de la construction négative d’imparfait est :

7(S – ) Aux{NEG.IPFV} kɯ̰̀ – (DO) – V‑ká

8Sa valeur grammaticale est exprimée par la combinaison de trois éléments suivants : la série négative imperfective de la MPC, le verbe auxiliare kɯ̰̀ ‘être.PST’ et l’infinitif du verbe lexical à suffixe ‑ká. La structure de la construction rétrospective est (S – )Aux{EXI} – kà(DO) – V{NTR}, dans ce cas la valeur grammaticale est exprimée par trois éléments suivants : la série existentielle de la MPC, l’operateur kà qui fonctionne comme une marque rétrospective et le verbe lexical au contour tonal ultra‑bas. Ces deux constructions sont présentées dans les exemples suivants :

(1)

Yɛ̰́ɛ̰̏

dò

yɛ̰́ɛ̰̏

plɛ̏

íí

kɯ̰̀

lȕȕtíȉ

jour

un

jour

deux

1PL.EXCL.NEG.IPFV

être.PST

chef.du.village

yè‑ká.

voir‑INF

9Un jour, deux jours nous n’avons pas vu le chef du village’.

(2)

Yȅ

kà

yȍȍ

gbèŋ̀

fȉtìȉ

ká.

3SG.EXI

RETR

arriver\NTR

nuit

crépuscule

avec

10‘Il est arrivé dans la crépuscule du soir’.

La base théorique

11Le terme « taxis » a été introduit dans la terminologue linguistique par Roman Jakobson (1957). Dans ma description des valeurs de taxis, je me sers de la terminologie proposée par Victor Khrakovskij (2009), dans une version adaptée aux données de la langue kla‑dan. Dans (Khrakovskij 2009) le taxis est considéré comme une catégorie fonctionnelle et sémantique qui se réalise dans des constructions polyprédicatives où des moyens grammaticaux différents s’utilisent pour marquer la localisation temporelle d’une situation P1 relativement à une autre situation P2 dont la localisation temporelle est caractérisée par rapport au moment de la parole. Selon (Khrakovskij 2009), la situation P1 est prototypiquement dépendante tandis que la situation P2 est prototypiquement principale. En kla‑dan, il semble qu’assez souvent la dépendance syntaxique ne coïncide pas avec la dépendance sémantique. En outre, il est difficile de trouver des critères sûrs pour tracer une limite entre les relations de subordination et les relations de coordination. C’est pourquoi je vais classifier les relations de taxis sur la base de la dépendance sémantique. Cette dépendance peut se manifester non seulement en emploi « anaphorique » mais aussi en emploi aspecto‑temporel non spécifique d’une construction aspecto‑temporelle.

12Tous les types logiquement possibles de relations temporelles entre deux situations peuvent être réduits à trois valeurs principales : antériorité, simultanéité, successivité. L’antériorité et la successivité peuvent être distantes, de contact et interrompue/interrompante. Si la situation P2 succède à la situation P1 dans un intervalle temporel, il s’agit d’antériorité distante ; si la situation P2 succède à la situation P1 immédiatement après l’achèvement naturel de la situation P1, on parle d’antériorité de contact ; si la situation P1 cesse sous l’influence de la situation P2 sans qu’elle s’achève naturellement, il s’agit d’antériorité interrompue (Khrakovskij 2009 : 29–30). La simultanéité peut être absolue ou partielle. On parle de simultanéité absolue si la situation P1 occupe la même période temporelle que la situation P2, et de simultanéité partielle si l’une des situations se localise dans le cadre de la période occupée par l’autre situation (Khrakovskij 2009 : 29–30).

13Le moyen principal d’expression du taxis en kla‑dan est une phrase complexe dans les deux parties de laquelle des différentes constructions aspecto‑temporelles non spécialisées sont utilisées. La deuxième proposition peut être introduite par l’une des trois conjonctions yèlɛ̰̀, kɤ̀, tó dont chacune conditionne le choix des constructions aspecto‑temporelles. Nous considérons ces conjonctions comme des conjonctions de taxis.

14À part ces trois conjonctions de taxis, il existe des moyens spécialisés d’expression de la valeur d’antériorité et de successivité. Premièrement, il y a une conjonction sa̰̋ɓà̰à̰ quand ; avant que’ qui exige une construction subjonctive et exprime les valeurs d’antériorité et de simultanéité partielle. Cette conjonction sera considérée dans la partie 2.2. Deuxièmement, il y a une construction spécialisée à valeur d’antériorité avec un verbe pɤ̀ dire’ et une construction spécialisée à valeur de successivité de contact et de successivité interrompante avec une marque du futur lȁ̰ (dialecte santa)/marque de successivité relative lȁ̰ȁ̰ (dialecte zoouzousso). Ces procédés ne sont pas pris en considération dans cet article.

15Dans la plupart des cas, l’utilisation des conjonctions de taxis dans la deuxième proposition de la phrase complexe est facultative. Dans l’exemple (3а) les deux parties de la phrase complexe ne sont liées par aucune conjonction, et l’utilisation de l’imparfait dans les deux propositions suffit pour exprimer la simultanéité de deux situations duratives. Dans l’exemple (3b) la deuxième proposition de la phrase complexe est introduite par la conjonction t qui demande l’utilisation du parfait.

(3а)

Gbȁtȍ

yȅ

kɯ̰̏

ta̰̋‑dȁ‑ká

Za̰̋

yȅ

Gbato

3SG.EXI

être.PST\NTR

dansemettre‑INF

Zan

3SG.EXI

kɯ̰̏

gȁ‑ká.

être.PST\NTR

3SG.NSBJ

regarder‑INF

16Gbato était en train de chanter, et Zan le regardait.

(3b)

Gbȁtȍ

yȅ

kɯ̰̏

ta̰̋‑dȁ‑ká

t

Za̰̋

yà

Gbato

3SG.EXI

être.PST\NTR

dansemettre‑INF

et

Zan

3SG.PRF

gȁ.

3SG.NSBJ

regarder

17Id.

18Le caractère de la relation syntaxique entre les deux parties de la phrase complexe exprimant les valeurs de taxis reste à discuter. La démarcation entre deux types des relations syntaxiques, la coordination et la subordination, pose de nombreux problèmes et demande une étude approfondie. Le critère le plus sûr qui puisse être proposé pour la définition du statut syntaxique d’une proposition est celui du type de construction utilisé : la construction subjonctive et les constructions conjointes s’emploient dans des phrases indépendantes d’une manière très limitée, c’est pourquoi l’utilisation de ces constructions dans une des propositions d’une phrase complexe témoigne de son statut subordonné.

19La structure de la construction subjonctive est (S – ) Aux{CONJ} – (DO) – V. Lorsque cette construction est utilisée dans une proposition indépendante, elle est introduite facultativement par la conjonction kɤ̀ et exprime une valeur de souhait :

(4)

Kɤ́ɤ́

kʌ̀

ɓɛ̰̀

gbȁŋ̏

ká

lìàa̋,

pour.que. 2SG.OPT

devenir

homme

grand

avec

demain

kóó

kʌ̀

lȁ̰

flőőtìí

ká,

pour.que.2SG.OPT

devenir

femme.respectable\REF

riche

avec

kóó

kʌ̀

ɓȁ̰sá̰

ká.

pour.que.2SG.OPT

devenir

roi

avec

20‘Que tu deviennes une personne importante demain, que tu deviennes une dame riche, que tu deviennes reine’.

21En général la construction subjonctive s’emploie dans les contextes suivants : les subordonnées à valeur de but, les subordonnées complétives saturant une valence du verbe pɤ̀ ‘dire (de faire qch), ordonner’, les subordonnées complétives auprès des verbes modaux et des constructions non verbales à valeur modale (bɯ̰̏ŋ̏ ‘pouvoir’, sȕȅȅ ‘pouvoir’, Х ȁ pe̋ ‛vouloir’ (litt. ‛Х est dans ce que…’).

22Les constructions conjointes sont les correspondants d’un nombre de constructions où la position de sommet est occupée par la MPC de la série existentielle : la construction d’aspect neutre, la construction rétrospective, la construction imperfective, la construction d’imparfait et la construction irréelle. Les schèmes de ces cinq constructions et de leurs correspondants conjoints sont présentés dans le Tableau 1.

Tableau 1. Constructions à MPC de la série existentielle et leurs corrélés conjoints

Constructions non conjointes

Constructions conjointes

Construction d’aspect neutre

(S – )Aux{EXI} – (DO) – V{NTR}

(S – )Aux{JNT} – (DO) – V{JNT}

Construction rétrospective

(S – )Aux{EXI} – kà(DO) – V{NTR}

(S – )Aux{JNT} – kà – (DO) – V{JNT}

Construction imperfective

(S – )Aux{EXI} – (DO) – V‑ká

(S – )Aux{JNT} – (DO) – V‑ká

Construction d’imparfait

(S – )Aux{EXI} kɯ̰̏ – (DO) – V‑ká

(S – )Aux{JNT} kɯ̰̀ – (DO) – V‑ká

Construction irréelle

(S – )Aux{EXI} – kɯ̰̏ – Aux{PROSP} – (DO) – V

(S – )Aux{JNT} – kɯ̰̀ – Aux{PROSP} – (DO) – V

23Les constructions conjointes s’emploient surtout dans les phrases complexes, plus précisément dans des phrases corrélatives, conditionnelles et concessives, dans des phrases complexes à valeur de taxis. De plus, le remplacement des constructions à MPC de la série existentielle pour les constructions conjointes est obligatoire dans les deux premiers types de phrase. À quelques exceptions près, les propositions comportant des constructions conjointes apparaissent dans la première proposition de la phrase complexe et se terminent facultativement par une marque de topicalisation à/ɛ̀/àà/ɛ̀ɛ̀. Les constructions conjointes peuvent être considérées comme des homologues subordonnés des constructions à MPC existentielles. En même temps, les constructions conjointes s’emploient aussi dans deux types de phrases simples qui remontent apparemment aux propositions subordonnées de phrases complexes. Il s’agit d’abord de la construction imperfective conjointe à valeur habituelle :

(5)

Ǝ́

ye̋‑ká

yɛ̀

wɔ̰̏‑gɯ́

lɛ̏.

2SG.JNT

parler‑INF

travail

affaire\REF‑dans

souvent

24Tu parles du travail souvent’.

25Probablement cette construction remonte à une phrase complexe à valeur qualitative « Х est tel que… ».

26Dans le deuxième cas, il s’agit du déplacement du constituant focalisé en début de proposition, ce qui remonte apparemment à une construction clivée :

(6)

Tɔ̏

sȕȕ

lɛ̰̀

se̋

á

kàȁ

ɓɤ̏

poule

abri

FOC

feu

3SG.JNT

RETR>3SG.NSBJ

manger\JNT

kùɛ̀ɛ̏

bȉȅŋ̏.

année

passée

27C’est le poulailler que le feu a brûlé l’année passée’.

28Les constructions conjointes peuvent être employées dans les deux parties d’une phrase complexe à la fois. Par exemple, la proposition corrélative comporte une construction conjointe ; et lorsqu’un constituant de la deuxième proposition est focalisé et déplacé à gauche, sa construction verbale devient conjointe aussi :

(7)

Wɔ̰́

wɔ̰́

ké

kʌ̀‑ká

kɔ́ɔ́

affaire

chaque

affaire

REL

3SG.JNT

devenir‑INF

maison.intérieur

lɤ̀

lè

lɛ̰́ɛ̰̏

gbà̰

sɛ̰̋ŋ̋

gɯ́‑bɯ̰̏ŋ̏‑ká.

dans

femme

FOC.3SG.JNT>3SG.NSBJ

tout

tout

intérieurpouvoir‑INF

29‘C’est la femme qui arrive à faire toutes les travaux de ménage’ (litt. ‘les affaires qui se font à la maison’).

30Ainsi au plan synchronique l’emploi de la construction conjointe dans une proposition ne peut pas être considéré comme un critère suffisant pour la définition de son statut syntaxique.

31En même temps, dans la première proposition des phrases complexes à conjonctions yèlɛ̰̀, kɤ̀ et tó, les constructions non conjointes (3b) peuvent être employées aussi bien que leurs correspondants conjoints :

(8)

Fȁtű

kɯ̰̀

sɔ̀

zű‑ká

Fatou

3SG.JNT

être.PST\JNT

vêtement

laverINF

TOP

3SG.NSBJ

lú

yȅ

kɯ̰̏

tȁ‑ɓò‑ká.

fille

3SG.EXI

être.PST\NTR

surfaceécarter‑INF

32‘Quand Fatou était en train de laver les habits, sa fille l’aidait’.

33Apparemment, l’emploi des conjonctions yèlɛ̰̀, kɤ̀ et tó est conditionné surtout par la position non initiale de la proposition qu’elles introduisent, plutôt que par le caractère des relations syntaxiques entre les deux propositions.

Conjonctions de taxis en kla‑dan

Conjonction yèlɛ̰̀

34La conjonction yèlɛ̰̀ demande l’une des deux constructions conjointes suivantes : la construction imperfective (9) ou la construction d’aspect neutre (10‑11), en fonction du caractère du déroulement de la situation décrite dans la deuxième partie. La construction d’aspect neutre se réfère à une situation ponctuelle dans le passé, et la construction imperfective décrit une situation qui a duré. La relation de taxis entre les deux parties de la phrase est déterminée par les valeurs aspecto‑temporelles des constructions utilisées. La construction imperfective de la deuxième proposition décrit la situation durative simultanée avec une autre situation décrite dans la première proposition :

(9)

Kòpá

kɯ̰̀

yɛ̀

kʌ̀‑ká

bɯ̋

lɤ̀

Kopa

3SG.JNT

être.PST\JNT

travail

faire‑INF

champ

dans

TOP

yèlɛ̰̀ɛ̰̏

bɔ́ɔ́

ya̋

kpȁ‑ká

gɯ̰̋ŋ̋

lɤ̀.

et>3SG.NSBJ

épouse

3SG.JNT

repas

préparer‑INF

cour

dans

35‘Pendant que Kopa était en train de travailler au champ, sa femme était en train de préparer la nourriture à la maison’.

36La construction conjointe d’aspect neutre employée dans la deuxième partie de la phrase complexe se réfère à un événement dans le passé qui s’effectue sur le fond d’un autre événement décrit dans la première partie de la phrase (10) ou lui succède (11), en fonction du caractère aspectuel de cet événement, qui peut être soit duratif (10), soit ponctuel (11) :

(10)

Mȁlìȉ

yȅ

kɯ̰̏

mi̋li̋‑ɓò‑ká

yèlɛ̰̀

yá

Marie

3SG.EXI

être.PST\NTR

penser‑INF

et

3SG.JNT

3SG.NSBJ

gɔ̏

le̋‑gblɯ̋ɯ̏lɯ̰̀.

tête

CAUStourner\JNT

37‘Marie était en train de penser, la tête penchée’ (litt. ‘Pendant que Marie était en train de penser, elle a penché la tête’).

(11)

Là

yi̋

yá

kà̰

yèlɛ̰̀

yɛ̰́ɛ̰̏

yá

ɓlɯ̀

pluie

eau

3SG.JNT

cesser\JNT

et

soleil

3SG.JNT

briller\JNT

gbe̋ȅ.

fortement

38‘La pluie a cessé, et le soleil a brillé fortement’.

39La construction imperfective conjointe introduite par la conjonction yèlɛ̰̀ s’emploie de manière « anaphorique ». C’est‑à‑dire, elle ne s’interprète pas relativement au moment de la parole comme si elle était employée d’une manière indépendante, mais par rapport au point de repère temporel établi par la première proposition de la phrase complexe (Nikitina 2009 : 740, 743).

40Du point de vue diachronique, on peut penser que la conjonction yèlɛ̰̀ remonte à la combinaison du pronom contrastif 3 sg. yè avec la marque de focalisation lɛ̰̀, et que la structure de la proposition introduite par yèlɛ̰̀ a pour origine une construction du type clivé. Cette hypothèse pourrait expliquer l’utilisation de la construction conjointe auprès de cette conjonction.

Conjonction kɤ̀

41Kɤ̀ ~ ~ est la conjonction la plus multifonctionnelle en kla‑dan. Elle introduit les subordonnées à valeur de but, les subordonnées complétives auprès des verbes modaux (bɯ̰̏ŋ̏ pouvoir’, sȕȅȅ ‘pouvoir’), les subordonnées complétives saturant la position du sujet dans les propositions à valeur qualitative avec des adjectifs d’estimation ; elle peut exprimer également la valeur de taxis. Cette dernière fonction de kɤ̀ sera considérée dans le présent article.

42La conjonction kɤ̀ exige l’une des deux constructions suivantes : la construction du parfait ou la construction imperfective, en fonction du caractère du déroulement de la situation décrite dans la proposition qu’elle introduit. La relation de taxis entre les deux parties de la phrase est déterminée par la valeur aspecto‑temporelle des constructions utilisées. La construction imperfective non conjointe introduite par la conjonction kɤ̀ s’emploie de manière « anaphorique », elle décrit la situation durative sur le fond de laquelle l’événement de la première proposition a lieu (12), soit la situation durative simultanée avec une autre situation durative décrite dans la première partie de la phrase (13). Dans le premier cas, la valeur de taxis peut être caractérisée comme simultanéité partielle, dans le deuxième cas il s’agit de la simultanéité absolue :

(12)

Ɓɛ̰̏ɛ̰̏

Sɛ̏ŋgɔ̋

sɔ̰̋‑dɔ̀

á,

kè

serpent

3SG.JNT

Singo

dentsposer\JNT

TOP

et>3SG.NSBJ

dʌ̀

lṵ̏

wȍ

ɓáálá‑kʌ̀‑ká

bɯ̋

lɤ̀.

père

PL

3PL.EXI

travailfaire‑INF

champ

dans

43Quand un serpent a mordu Singo, ses parents étaient en train de travailler au champ’.

(13)

Ŋ̀

lȍȍ

yá

kɯ̰̀

lɛ̋ɛ̏trʌ̏

wȍ

1SG.NSBJ

frère.aîné

3SG.JNT

être.PST\JNT

lettre

voix

yȁ‑ká]

kɤ̀

ŋ̀

dɔ̀‑ká

gɔ̏

gɯ̰̋ŋ̋

lɤ̀.

faire.asseoir‑INF

et

1SG.EXI

attendre‑INF

3SG.NSBJ

chez

cour

dans

44‘Pendant que mon frère aîné était en train d’écrire une lettre, je l’attendais dans la cour’.

  • 2 Il reste à trouver les facteurs qui conditionnent l’interprétation des relations de taxis entre le (...)

45La construction du parfait employée dans la deuxième proposition (introduite par kɤ̀) décrit soit un événement ponctuel qui s’effectue sur le fond de la situation durative décrite par la première proposition de la phrase complexe (14), soit un événement ponctuel qui succède à un autre événement (15) ou le précède(16)2.

(14)

Yɛ̰́ɛ̰̏

ɓlɯ́‑ká

kɤ̀

ɓá̰

ŋ̀ɓȁ̰

sɔ̀

soleil

3SG.JNT

briller‑INF

TOP

et

1SG.PRF

1SG.POSS

vêtement

zḭ́ɛ̰́ɛ̰̏lɯ̰̀

ɓlɤ̀ɤ̋

ɓȁ̰.

accrocher

corde

sur

46‘Quand le soleil sera en train de briller, j’accrocherai le vêtement sur la corde’.

(15)

Sȉgí

glű

pìèȅ

le̋‑kɯ̰̀

á̰á̰

Sigui

3SG.NSBJ

ventre

douleur

3SG.JNT

devant‑attraper\JNT

TOP

kɤ̀

yà

ló

lɔ̏ɔ̏trɔ̀ɔ̏pɤ̏

lɤ̀.

et

3SG.PRF

aller

hôpital

dans

47‘Une fois que les maux de ventre attrapent Sigui, il va à l’hôpital’.

(16)

Ŋ́

gó‑ká

ɓáálá

le̋

kɤ̀

ŋ̀ɓȁ̰

ɓʌ̀ŋ́

lṵ̘̏

1SG.JNT

quitter‑INF

travail

devant

et

1SG.POSS

enfant

PL

wà

yì‑zʌ̀.

3PL.PRF

sommeil‑tuer

48‘Quand je reviens du travail, mes enfants sont déjà endormis’.

49La présence de la conjunction kɤ̀ est obligatoire dans la deuxième proposition d’une phrase dont la première proposition est introduite par la conjonction sa̰̋ɓà̰à̰ quand ; avant que’ ; une telle phrase rend la valeur d’antériorité de contact et de simultanéité partielle. La conjonction sa̰̋ɓà̰à̰ exige une construction subjonctive, et la conjonction kɤ̀ exige une construction du parfait ou imperfective. Le choix entre ces constructions est déterminé par la valeur de taxis : la successivité pour une construction du parfait (17) ou simultanéité partielle pour la construction imperfective (18). Dans le premier de ces cas on peut aussi parler d’interprétation temporelle « anaphorique » de la construction du parfait.

(17)

Sa̰̋ɓà̰à̰

ŋ́

yȍȍ

gáálí

gɯ́

lɤ̀

kɤ̀

ɓɔ̰́ɓí

quand

1SG.SBJV

arriver

gare

intérieur

dans

et

camion

3SG.PRF

ló.

aller

50Quand je suis arrivé à la gare, le camion était déjà parti’.

(18)

Sa̰̋ɓà̰à̰

ɤ́

lṵ̀

gɯ̰̋ŋ̋

lɤ̀

kɤ̀

ɓɛ̰̀

gbʌ̰̀

wȍ

quand

2SG.SBJV

venir

cour

dans

et

homme

tout

3PL.EXI

pʌ̀

ɓɤ̏‑ká.

chose

manger‑INF

51Quand tu viendras à la maison, tous seront en train de manger’.

Conjonction tó

52La conjonction tó introduit la deuxième proposition et exige la construction du parfait, quel que soit le temps et le caractère du déroulement de la situation. Ainsi, dans l’exemple (19) la construction du parfait de la deuxième proposition introduite par la conjonction tó décrit une situation durative qui se déroule au présent, simultanément avec une autre situation durative décrite par la construction imperfective non conjointe de la première proposition. Dans l’exemple (20) la construction du parfait décrit un événement ponctuel qui a eu lieu au passé sur le fond d’une situation durative décrite par la construction conjointe de l’imparfait de la première proposition. Les relations de taxis entre les deux situations peuvent être considérées respectivement comme une simultanéité absolue (19) et comme une simultanéité partielle (20) :

(19)

Yȅ

blűű

ɓɤ̏‑ká

tó

yà

yi̋

ɓɯ̰̀

tȁ.

3SG.EXI

pain

manger‑INF

et

3SG.PRF

eau

boire

3SG.NSBJ

sur

53Il est en train de manger du pain et de boire de l’eau’.

(20)

Fȁtű

kɯ̰̀

gìàa̋

zɔ̰̀‑ká

tó

ȁlṵ̏

Fatou

3SG.JNT

être.PST\JNT

manioc

piler‑INF

TOP

et

3PL.NSBJ

yȁyőő

gbɛ̰́

lʌ̰́

ɓɔ̰́

gɯ̰̋ŋ̋

lɤ̀

bɛ̏ŋ̏

ká.

voisin

POSS

chien

enfant

3SG.PRF

entrer

cour

dans

course

avec

54Alors que Fatou était en train de piler le manioc, le chien du voisin est entré dans la cour en courant’.

55Dans certains cas le point de repère temporel n’est pas indiqué d’une façon précise dans la première proposition, ce qui s’explique par la polysémie de certaines constructions aspecto‑temporelles. Cela se produit, par exemple, là où la première proposition contient une construction d’aspect neutre (conjointe ou non‑conjointe) et ne comporte pas de circonstances temporelles. Dans ce cas, le plan temporel des deux situations, aussi bien que la relation de taxis entre ces situations, ne sont pas déterminés, de sorte que plus d’une interprétation sont possibles. Ainsi, dans les exemples (21) et (22) la première partie de la phrase contient une construction conjointe d’aspect neutre qui peut décrire soit un événement ponctuel au passé (21), soit une situation habituelle (22). En conséquence, la construction du parfait de la deuxième proposition (introduite par la conjonction tó) décrit soit un événement qui succède à un autre événement au passé (21), soit un événement qui succède régulièrement à un autre événement chaque fois que ce dernier a lieu (22) :

(21)

Là

bà̰

sɯ̏

le̋

kɯ̰̀

á̰á̰

tó

pluie

pleuvoir

NMLZ

devant

3SG.JNT

attraper\JNT

TOP

et

ɓáálákʌ̀

ɓḭ̏

lṵ̏

gbʌ̰̀

wà

lṵ̀

gɯ̰̋ŋ̋

lɤ̀.

travail‑faire

homme\REF

PL

tout

3PL.PRF

venir

cour

dans

56Dès que la pluie a commencé, les travailleurs sont rentrés à la maison’.

(22)

Sȉgí

glű

pìèȅ

lɛ̏

yá

le̋‑kɯ̰̀

á̰

Sigi

POSS

ventre

plier

NMLZ

3SG.JNT

devantattraper\JNT

TOP

tó

yà

ló

lɔ̏ɔ̏trɔ̀ɔ̏pɤ̏

lɤ̀.

et

3SG.PRF

aller

hôpital

dans

57Dès que Sigui a mal au ventre, il va à l’hôpital’.

Distribution des conjonctions de taxis

58Les conjonctions tó, kɤ̀, yèlɛ̰̀ s’avèrent fréquemment interchangeables. Les exemples (23a‑c) sont constitués de trois phrases complexes semblables dont les propositions décrivent des situations duratives qui se déroulent au passé, et leur relation de taxis peut être considérée comme de simultanéité absolue. La première proposition contient une construction conjointe d’imparfait, et la deuxième contient des constructions différentes, en fonction des conjonctions qui les introduisent : une construction imperfective conjointe correspond à la conjonction yèlɛ̰̀ (23a), une construction non conjointe imperfective est introduite par la conjonction kɤ̀ (23b), une construction du parfait est introduite par la conjonction tó (23c).

(23a)

Fȁtű

kɯ̰̀

sɔ̀

zű‑ká

yá̰á̰le̋

àà

Fatou

3SG.JNT

être.PST\JNT

vêtement

laverINF

hier

TOP

yèlɛ̰̀

lú

gìàa̋

zɔ̰̀‑ká.

et

3SG.NSBJ

fille

3SG.JNT

manioc

piler‑INF

(23b)

Fȁtű

kɯ̰̀

sɔ̀

zű‑ká

yá̰á̰le̋

Fatou

3SG.JNT

être.PST\JNT

vêtement

laverINF

hier

TOP

kè

lú

yȅ

gìàa̋

zɔ̰̀‑ká.

et>3SG.NSBJ

fille

3SG.EXI

manioc

piler‑INF

(23c)

Fȁtű

kɯ̰̀

sɔ̀

zű‑ká

yá̰á̰le̋

Fatou

3SG.JNT

être.PST\JNT

vêtement

laverINF

hier

TOP

tó

lú

gìàa̋

zɔ̰̀.

et

3SG.NSBJ

fille

3SG.PRF

manioc

piler

59Pendant que Fatou était en train de laver les habits, sa fille était en train de piler le manioc’.

60Malgré la similitude fonctionnelle entre ces trois conjonctions, on constate certaines différences d’emploi. Les propositions introduites par les conjonctions de taxis tó, kɤ̀, yèlɛ̰̀ constituent souvent des enchaînements. Dans de tels enchaînements indiquant une énumération d’événements qui ont eu lieu au passé, c’est la conjonction yèlɛ̰̀ qui s’emploie :

(24a)

Yèlɛ̰̀

áȁ

kùɛ̀ɛ̏

ɓḭ̏

lṵ̏

ɓȁ

et

3SG.JNT>3SG.NSBJ

fardeau

homme\REF

PL

POSS

kùɛ̀ɛ̏

lṵ̏

gbà.

fardeau

PL

donner\JNT

61‘Et il a adoré ses fétiches’.

(24b)

Yèlɛ̰̀

á

gɔ́

tɛ̰̋

dȁ

ȁlṵ̏

lʌ̏,

gɔ́

et

3SG.JNT

cola

rouge

monter\JNT

3PL.NSBJ

pour

cola

pű

dȁ

ȁlṵ̏

lʌ̏.

blanc

monter\JNT

3PL.NSBJ

pour

62‘Et il leur a posé des noix de cola rouges, des noix de cola blanches’.

(24c)

Yèlɛ̰̀

á

lìàŋ́‑zʌ̀ʌ̏

tȁ.

et

3SG.JNT

paroletuer\JNT>3SG.NSBJ

sur

63‘Et il a prononcé les paroles là‑dessus’.

(24d)

Yèlɛ̰̀

á

zḭ̀à̰ŋ̀

sɯ̀

tṵ̏ȁ̰ȁ̰

yèlɛ̰̀

et

3SG.JNT

route

prendre\JNT

maintenant

puis

3SG.JNT

kɯ̰̀‑lȁ̰ȁ̰

lṵ̀

ìȉ

Kpɔ̋ɔ̏

lɤ̀

être.PST\JNT‑SUBS

venir

1PL.EXCL.POSS

Kpoho.1

dans

64‘Et il s’est mis en route, et finalement il est venu chez nous à Kpoho 1’.

65Dans la plupart des cas les événements que décrivent les phrases introduites par la conjonction tó se succèdent régulièrement au passé ou au présent (25), ou bien ils s’accomplissent simultanément (26).

(25a)

Lȕȕtíȉ

tó

yà

sa̋ȁ

kpɔ́

ya̋

chef.du.village

et

3SG.PRF

sacrifice

accoucher

3SG.NSBJ

repas

lṵ̏

tȁ.

PL

sur

66Le chef du village fait le sacrifice sur le repas’.

(25b)

T

yà

ɓɛ̰̀

dò

sɯ́,

yá

kʌ̏

Lȕȁȁ

et

3SG.PRF

homme

un

prendre

3SG.JNT

devenir\JNT

Loua

ká,

yá

kʌ̏

Kȉɛ̏ɓɔ̰̀ɔ̰̏

ká,

yá

kʌ̏

avec

3SG.JNT

devenir\JNT

Tchemoko

avec

3SG.JNT

devenir\JNT

Sȁȁyi̋

ká.

Sahi

aveс

67‘Et il choisit une personne, que ce soit Loua, que ce soit Tchemoko, que ce soit Sahi’.

(25c)

T

yà

ɓɛ̰̀

dò

sɯ́,

tó

yà

pɤ́

ɓḭ̏

lṵ̏

et

3SG.PRF

homme

un

prendre

et

3SG.PRF

village

homme\REF

PL

lȍ‑ɓò.

сonvoquer

68‘Et il choisit une personne et cette personne convoque les villageois’.

(26)

T

ɓla̋a̋

wɛ̀ɛ̏

yà

zʌ̀

pɤ́

gɯ́

ɓ̰

l̰

et

mouton

ce

3SG.PRF

tuer

village

intérieur

homme\REF

PL

ya̰̋a̰̋

tó

yàȁ

zʌ̀

lȕȕtíȉ

ya̰̋a̰̋

tó

sur.yeux

et

3SG.PRF>3SG.NSBJ

tuer

chef.du.village

sur.yeux

et

yàȁ

zʌ̀

ɓ̰

ŋ̀

dȅ

bɤ̋ɤ̋

ya̰̋a̰̋

3SG.PRF

tuer

1SG.CNTR

1SG.NSBJ

même

forme

sur.yeux

69‘Et ce mouton est tué en présence des villageois, et on le tue en présence du chef du village, on le tue en ma présence’.

70La conjonction tó s’emploie également lors de la description des événements qui se succèdent au futur :

(27)

Ŋ̀

lṵ̀‑lȁ̰

gɯ̰̋ŋ̋

lɤ̀

tó

ɓá̰

ŋ̀

zű

tó

1SG.EXI

venir‑FUT

cour

dans

et

1SG.PRF

1SG.NSBJ

laver

et

ɓá̰

pʌ̀

ɓɤ̏

tó

ɓá̰

ló

yì‑zʌ̀ʌ̏.

1SG.PRF

chose

manger

et

1SG.PRF

aller

sommeiltuer\SUP

71Je viendrai à la maison, je me laverai et j’irai me coucher.

72Dans les phrases introduites par la conjonction tó le point de repère peut être indiqué non seulement dans la phrase précédente, mais aussi par un circonstant temporel tout au début de la phrase. Dans la plupart des exemples tirés de notre corpus, il s’agit d’événements qui se produisent régulièrement :

(28)

yì

ká

tó

ɓɛ̰̀

gbà̰

sɛ̰̋ŋ̋

lṵ̀,

pɤ́

3SG.NSBJ

jour

avec

et

homme

tout

tout

3SG.PRF

venir

village

gɯ́

ɓḭ̏

lṵ̏

gbà̰

lṵ̀

ȁ

sa̋ȁ

ɓȁ̰.

dans

homme\REF

PL

tout

3SG.PRF

venir

3SG.NSBJ

sacrifice

sur

73‘Ce jour‑là tout le monde vient, tous les villageois viennent au sacrifice’.

74Apparemment on peut parler d'une évolution fonctionnelle de la marque de topicalisation, parce que ce ne sont pas seulement des circonstants temporels qui peuvent être déplacés à gauche, mais aussi des groupes nominaux en fonction de sujet (25) et en fonction de complément d’objet direct (29) :

(29)

Àa̋lḭ̏

lɔ̀ɔ̋dȅȅlʌ̰́

tó

wà

sɔ̰̋‑kʌ̀

le̋.

même

bébé

et

3PL.PRF

peurfaire

3SG.NSBJ

devant

75‘Ils ont peur même de l’enfant’.

76Kɤ̀ est la seule des trois conjonctions qui permet l’interprétation « anaphorique » de la construction du parfait. D’autres particularités de kɤ̀ sont liées à sa fonction primaire, c.‑à‑d. l’introduction de subordonnées à valeur de but. Tout comme la conjonction tó, kɤ̀ s’emploie lors de l’énumération d’événements qui se succèdent au futur. Dans ce cas, tout comme dans les subordonnées à valeur de but, kɤ̀ exige la construction subjonctive :

(30)

Ŋ̀

lṵ̀‑lȁ̰

gɯ̰̋ŋ̋

lɤ̀

kɤ̀

ŋ́

pʌ̀

ɓɤ̏

kɤ̀

1SG.EXI

venir‑FUT

cour

dans

et

1SG.SBJV

chose

manger

et

ŋ́

ŋ̀

zű

kɤ̀

ŋ́

ló

yì‑zʌ̀ʌ̏.

1SG.SBJV

1SG.NSBJ

laver

et

1SG.SBJV

aller

sommeiltuer\SUP

77Je viendrai à la maison, je mangerai et j’irai me coucher.

L’emploi des conjonctions de taxis dans les constructions conditionnelles et concessives

  • 3 Les phrases complexes à valeur conditionnelle et concessive ont été analysées en détail dans (Ma (...)

78Les conjonctions kɤ̀ et tó peuvent s’employer dans la deuxième proposition des phrases complexes à valeur conditionnelle ou concessive.3

  • 4 J’utilise la classification des types sémantiques des constructions conditionnelles proposée par (...)

79Dans tous les types sémantiques de constructions conditionnelles, le choix d’une construction verbale pour la deuxième proposition introduite par la conjonction kɤ̀ ne dépend que du plan temporel et du caractère du déroulement de l’événement. Les constructions aspecto‑temporelles s’interprètent par rapport au moment de la parole comme si elles étaient employées dans une phrase autonome. C’est le type sémantique de condition, c’est‑à‑dire le degré de probabilité de la réalisation d’un événement, qui conditionne l’interprétation de la deuxième proposition. Comparons des phrases conditionnelles « suppositionnelles » (31, 33) et, d’autre part, des phrases de condition « imaginaire » (32) et « contrefactuelle »4 (34).

(31)

Lḭ̋

ɓɛ̰́

ɓá

yíí

kʌ̀

Sȉgí

te̋ŋ̋‑sɯ̏

si

homme

certain

3SG.NEG.IPFV

être.PST

Sigui

empêcher\NMLZ

dȉɛ̏ɛ̏

gɯ́

sɯ̏

ká

kè

yȅ

sɛ́ɛ̏lɛ̋

yȁ‑ká.

maintenant

dans

NMLZ

avec

TOP

et

3SG.EXI

papier

faire‑INF

80‘Si personne n’empêche Sigui, il est en train d’écrire un livre’.

(32)

Lḭ̋

ɓɛ̰́

ɓá

yáá

kɯ̰̀

yèé

kʌ̀

Sȉgí

si

homme

certain

3SG.NEG.IFV

être.PST

3SG.PROSP

faire

Sigui

te̋ŋ̋‑sɯ́

sɯ̏

ká

dȉɛ̏ɛ̏

gɯ́

kè

Sȉgí

yȅ

sɛ́ɛ̏lɛ̋

empêcher

NMLZ

avec

maintenant

dans

et

Sigui

3SG.EXI

papier

kʌ̀‑ká.

faire‑INF

81‘Si personne n’empêchait Sigui, il écrirait un livre maintenant.’

(33)

Lḭ̋

Sȉgí

kà

ȁɓȁ

wʌ́ʌ̏

sɔ̀ɔ́‑ɓò

yá̰á̰le̋

si

Sigui

3SG.JNT

RETR

3SG.PROSP

argent

obtenir\JNT

hier

kè

yà

ló

pɤ́

lɤ̀.

TOP

et

3SG.PRF

aller

village

dans

82‘Si Sigui a reçu l’argent hier, il est parti au village’.

(34)

Lḭ̋

Sȉgí

kɯ̰̀

yèé

wʌ́ʌ̏

sɔ̀ɔ́‑ɓò

yá̰á̰le̋

si

Sigui

3SG.JNT

être.PST\JNT

3SG.PROSP

argent

obtenir

hier

kè

yà

ló

pɤ́

lɤ̀.

et

3SG.PRF

aller

village

dans

83‘Si Sigui avait reçu l’argent hier, il serait parti au village’.

84La conjonction tó introduisant la deuxième proposition d’une phrase complexe exige une construction du parfait, quel que soit le type sémantique de la condition et la valeur aspecto‑temporelle de la proposition. Cette valeur, de même que le degré de probabilité, est déterminée par le contexte constitué par la première proposition. Tout comme dans les enchaînements de propositions, cette conjonction tend à s’employer dans des contextes habituels et futurs.

(35)

Lḭ̋

ŋ̀

gɔ̏

wù‑ká

ŋ̀

tȁ

tó

si

1SG.NSBJ

tête

3SG.JNT

casser‑INF

1SG.NSBJ

sur

et

ɓá̰

bɛ̏lɛ̋

gà

sɯ́.

1SG.PRF

médicament

os

prendre

85‘Si j’ai mal à la tête, je prends le médicament’.

(36)

kʌ̏

lɛ̏

ɓɤ̀ɤ́

sɛ́ɛ̏lɛ̋

wȍ

pɤ̀

á,

tó

3SG.JNT

faire\JNT

que

2SG.PROSP

papier

voix

dire

TOP

et

ɓá̰

lȁdíóȍ

lűű.

1SG.PRF

radio

eteindre

86‘Si tu lis un livre, j’débrancherai la radio’.

87De manière similaire, les conjonctions kɤ̀ et tó s’emploient dans la deuxième proposition d'une phrase concessive proprement dite (37, 39) ou d'une phrase concessive universelle (38, 40).

(37)

Àa̋d

bɛ̏lɛ̋

gà

ɛ̏

yíí

kà

klɛ̋ɛ̋ya̋ȁ‑ɓò

même.si

médicament

os

ce

3SG.NEG.PRF

RETR

santé‑effectuer

kɛ̋ɛ̋

kɤ̀

ɓá̰ȁ̰

le̋‑ɓʌ̰̋ŋ̋.

mais

et

1SG.PRF>3SG.NSBJ

PRF‑avaler

88‘Bien que ce comprimé ne m’aide pas, je l’ai pris’.

(38)

Ŋ́

lò

Sȉgí

gɯ̰̋ŋ̋

lɤ̀

kɔ̏

őő

kɔ̏

1SG.JNT

aller\JNT

Sigui

POSS

cour

dans

fois

chaque

fois

kéȅ

gɯ́

kè

yȅ

ɓáálá‑kʌ̀‑ká.

REL

dans

TOP

et

3SG.EXI

travail‑faireINF

89Chaque fois que je viens chez Sigui, il est en train de travailler’.

(39)

Àa̋lḭ̏

ŋ̀

ya̰̋‑dɔ̀‑ká

wɤ́ɤ́

lɤ̀

tó

même.si

1SG.EXI

oeilposer‑INF

3SG.NSBJ

visage

dans

et

yà

dȅ

kʌ̀

lɛ̏

yáá

ŋ̀

yè‑ká.

3SG.PRF

soi‑même

faire

que

3SG.NEG.IPFV

1SG.NSBJ

voir‑INF

90‘Bien que je regarde son visage, il se comporte comme s’il ne me voyait pas’.

(40)

Sȉgí

ɓȁ̰wɔ̰̏

pɤ̀

ɓɛ̰́

őő

Sigui

3SG.JNT

3SG.NSBJ

problème

dire\JNT

homme\EMPH

chaque

ɓɛ̰́

kéȅ

lʌ̏

tó

ɓɛ̰̀

gbʌ̰̀

wà

ye̋e̋‑tó

homme\EMPH

REL

pour

TOP

et

homme

tout

3PL.PRF

rire‑laisser

ɓȁ̰.

3SG.NSBJ

sur

91‘Quelle que soit la personne à laquelle Sigui parlait de son problème, tout le monde se moquait de lui’.

Conclusion

92Il existe en kla‑dan trois conjonctions facultatives de taxis qui introduisent la deuxième proposition de la phrase complexe : yèlɛ̰̀, kɤ̀, tó. Chacune de ces conjonctions admet l’emploi d’un nombre restreint des constructions aspecto‑temporelles dont le choix est déterminé par des règles spécifiques. La conjonction tó exige la construction du parfait, la conjonction yèlɛ̰̀ exige la construction conjointe imperfective ou la construction conjointe de l’aspect neutre, et la conjonction kɤ̀ exige la construction non conjointe imperfective ou la construction du parfait (dans tous les cas, le choix entre les constructions est en fonction du caractère du déroulement de la situation). La particularité importante des conjonctions kɤ̀ et yèlɛ̰̀ est l’emploi « anaphorique » des constructions imperfectives (non‑conjointe et conjointe respectivement), c’est‑à‑dire une interprétation temporelle déterminée par le point de repère défini par le contexte. La construction du parfait introduite par la conjonction kɤ̀, elle aussi, peut avoir l’interprétation temporelle relative, surtout dans une construction à valeur d’antériorité et simultanéité partielle, où la première proposition de la phrase est introduite par la conjonction sa̰̋ɓà̰à̰ ‘quand ; avant que’.

93Yèlɛ̰̀, kɤ̀, tó sont souvent interchangeables, comme si les phrases complexes à valeur de taxis représentaient un contexte de neutralisation de l’opposition sémantique entre les trois conjonctions. La différence dans la distribution des conjonctions se révèle dans les enchaînements des phrases simples dont chacune est introduite par la même conjonction. Yèlɛ̰̀ s’emploie pour désigner les événements qui se succèdent au passé. Kɤ̀ s’emploie pour décrire les événements qui se succèdent au futur, ce qui est lié de manière évidente à sa fonction primaire d’introduire les subordonnées à valeur de but. Les propositions introduites par la conjonction tó décrivent les événements qui se succèdent au futur, de même que les événements qui se succèdent régulièrement au présent ou au passé, ou se produisent simultanément. A la différence de deux autres conjonctions, tó s’emploie également dans les phrases simples où le point de repère est exprimé par un circonstant temporel occupant la position initiale de la phrase. C’est sans doute pour cette raison que la conjonction tó est en train d’acquérir peu à peu la fonction d’une marque de topicalisation.

94Dans une phrase complexe à valeur de taxis, le point de repère est introduit par la première proposition. Les conjonctions de taxis qui introduisent la deuxième proposition relient l’événement désigné par sa construction verbale avec ce point de repère. Ainsi, la partie subordonnée du point de vue sémantique succède à la partie sémantiquement indépendante.

Abréviations

95Aux – marque prédicative conjuguée (MPC)

96CAUS – marque causative

97CNTR – pronom de la série contrastive

98EXCL – marque prédicative conjuguée exclusive / pronom exclusif

99EXI – marque prédicative conjuguée de la série existentielle

100FOCmarque de focalisation

101FUT – futur

102INF – infinitif

103JNT – marque prédicative conjuguée de la série conjointe ; changement de contour tonal du verbe dans une construction conjointe

104MPC – marque prédicative conjuguée

105NEG.IPFV – marque prédicative conjuguée négative imperfective

106NMLZ – marque de la nominalisation phrastique

107NSBJ – pronom de la série non‑sujet

108NTR – changement de contour tonal du verbe dans des constructions avec la MPC de la série existentielle

109OD – complément d’objet direct

110OI – complément d’objet indirect ou circonstant

111PL – pluriel ; marque du pluriel

112POSS – pronom de la série possessive ; marque possessive

113pp – postposition

114PRF – marque prédicative conjuguée de la série du parfait

115PROH – marque prédicative conjuguée de la série prohibitive

116PROSP – marque prédicative conjuguée de la série prospective

117PST – passé

118REF – changement référentiel du ton du nom

119REL – marque de relativisation

120RETR – marque rétrospective

121S – sujet

122SBJV – marque prédicative conjuguée de la série subjonctive

123SG – singulier

124SUBS – marque de la successivité relative

125SUP – supin

126TOP – marque de topicalisation

127V – prédicat verbal

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Chumakina, Marina. 2001. Kognitivnaja i formal’naja struktura konstrukcij obuslovlennosti (Когнитивная и формальная структура конструкций обусловленности) [La structure cognitive et formelle des constructions conditionnelles]. Moscou : Université d’état de Moscou Ph.D. dissertation.

Jakobson, Roman. 1957. Shifters, verbal categories, and the Russian verb. Selected Writings, vol. 2, 130–47. The Hague : Mouton.

Khrakovskij, Victor. 2009. Taksis : semantika, sintaksis, tipologija (Таксис : семантика, синтаксис, типология) [Le taxis : son sémantisme, syntaxe, typologie]. In Victor Khrakovskij (ed.), Tipologija taksisnykh konstrukcij (Типология таксисных конструкций) [Typologie des constructions de taxis], 11–113. Moscou : Znak.

Makeeva, Nadezhda. 2013. Uslovnye konstrukcii v jazyke kla‑dan (Условные конструкции в языке кладан) [Constructions conditionnelles en kla‑dan]. In Alexander Zheltov (ed.), Collection africaine ‑ 2013, 377‑395. St. Petersburg : Musée d’Anthropologie et Ethnographie.

Makeeva, Nadezhda. 2016. Ustupitel’nye konstrukcii v jazyke kla‑dan (Уступительные конструкции в языке кла‑дан) [Les constructions concessives en kla‑dan]. In Victor Vinogradov, Antonina Koval, Maria Kosogorova & Andrey Shluinsky (eds.), Issledovanija po jazykam Afriki 6 (Исследования по языкам Африки 6) [Études des langues d’Afrique 6], 178–194. Moscou : Kliutch‑S.

Nikitina, Tatiana. 2009. Taksis v jazyke wan (Таксис в языке уан) [Le taxis dans la langue wan]. In Victor Khrakovskij (ed.), Tipologija taksisnykh konstrukcij (Типология таксисных конструкций) [Typologie des constructions de taxis], 731–749. Moscou : Znak.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été effectuée dans le cadre du Projet RNF № 17-78-20071. Les données ont été récoltées lors des missions de terrain en Côte d’Ivoire et en Guinée en 2007-2012. Je remercie de tout mon cœur Tatiana Nikitina dont les conseils, les remarques et la discussion de la problématique de cet article m’ont aidé à mieux comprendre le fond de la question. Je remercie également les relecteurs anonymes dont les remarques et commentaires m’ont été très utiles, ainsi que Gérard Dumestre pour la relecture et correction du français.

2 Il reste à trouver les facteurs qui conditionnent l’interprétation des relations de taxis entre les deux propositions.

3 Les phrases complexes à valeur conditionnelle et concessive ont été analysées en détail dans (Makeeva 2013 ; Makeeva 2016).

4 J’utilise la classification des types sémantiques des constructions conditionnelles proposée par Marina Chumakina (Chumakina 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadezhda Makeeva, « Conjonctions de taxis en kla‑dan », Mandenkan [En ligne], 58 | 2018, mis en ligne le 28 février 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/1191 ; DOI : 10.4000/mandenkan.1191

Haut de page

Auteur

Nadezhda Makeeva

Institut de linguistique, Moscou


umuta11@yandex.ru

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Mandenkan (Llacan)
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • OpenEdition Journals