Navigation – Plan du site

Morphologie verbale de la langue goo

Verbal morphology of the Goo language
Глагольная морфология языка гоо
Ekaterina Aplonova

Résumés

L’article décrit la morphologie verbale de la langue goo (mandé‑sud). La langue goo est parlée à l’Ouest de Côte d’Ivoire par sept à huit mille locuteurs. Les langues les plus proches sont le toura et le dan. L’étude est basée sur les donnés recueillies au cours de deux missions de terrain en Côte d’Ivoire. Dans le goo, essentiellement, les valeurs grammaticales verbales sont exprimées par les éléments pronominaux. Les formes verbales subissent les modifications tonales et peuvent ajouter des suffixes en fonction des costructions où ils sont employées. La plupart des constructions expriment des valeurs aspectuelles, plutôt que temporelles. On distingue les constructions de l’habituel, du progressif, du parfait, du résultatif, de l’aoriste, du futur, du prospectif, du subjonctif, de l'impératif, du continuatif, du présumptif et les constructions immédiates. Les constructions négatives sont moins nombreuses, souvent une construction négative correspond à plusieurs affirmatives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Distance temporelle supérieure à celle entre le kla-dan et le dan-blo, ou entre le gouro et le yaou (...)

1La langue goo est parlée dans la région des Dix-Huit Montagnes à l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Le goo est une des langues du groupe linguistique mandé-sud. Les langues les plus proches du goo sont le dan et le toura. Le nombre des Goo en Côte-d’Ivoire est d’environ 7 000. Jusqu’à 2012 le goo était occasionnellement mentionné comme « un parler mixte dan-toura » (Bearth 1971 : 5). Son statut en tant qu’une langue à part a été établi en 2012. Selon la lexicostatistique, la distance entre le goo et le toura correspond à une existence séparée depuis environ 1300 ans1, et la distance entre le goo et le dan-gouèta est de 160 ans (Vydrin 2013 : 189).

  • 2 Sauf qu'en 2017, une chanson en goo a été diffusée par une station de radio locale.

2Pour le moment, il n’existe aucune publication en goo sauf un petit guide d’orthographe où est incluse un conte en goo Gẹ̀ẹ̀dȁȁɓȁyi̋li̋ (‘L’arbre rouge’). Il n’y a pas d'émissions radio2, ni enseignement scolaire. Au cours de ces dernières années, le goo a été l'objet de plusieurs publications. Deux articles de Valentin Vydrin ont été publiés (2013, 2014) où des données préliminaires sur la langue goo ont été présentées : une description du système phonologique, une analyse du vocabulaire de base, quelques traits morphologiques et syntaxiques. En outre, un article plus complet a été publié en russe (Aplonova & Vydrin 2017).

3Dans cet article, je suis l’orthographe utilisée dans l’article précité. Notamment, les tons sont marqués par des accents : le double accent aigu () désigne le ton extra-haut ; un accent aigu (), le ton haut ; l’accent grave (), le ton bas ; le double accent grave (), le ton extra-bas. Le point au-dessous des voyelles e et o (ẹ, ọ) désigne l'articulation avec la racine de langue retraitée (–ATR), un trait qui est phonologique en goo. La nasalization est marquée par la tilde au-dessous de la voyelle.

4Cette étude est basée sur les données recueillies au cours de deux missions de terrain en Côte d’Ivoire, en août‑septembre 2015 et en janvier 2017. J’ai travaillé avec un seul assistant, Goo Roger Douané, originaire du village Zagwɛɛ. J’ai utilisé les questionnaires typologiques d’Östen Dahl (Dahl 1985; Dahl 2000) et d’Andrey Shluinsky adaptés aux réalités africaines ; un petit corpus de textes oraux spontanés a été exploité également. Ces textes ont été enregistrés, transcrits, traduits et annotés dans le programme Toolbox. Les auteurs de ces textes sont aussi originaires de Zagwɛɛ. Les exemples issus de ces textes sont dotés des références ; la liste des textes est donnée à la fin de l'article.

5L’article comporte deux parties. Dans la première, une description des éléments morphologiques exprimant les valeurs grammaticales verbales sera présentée, notamment les éléments pronominaux (2.1), les modifications tonales (2.2), les suffixes (2.3) et les auxiliaires (2.4). Dans la deuxième, les constructions verbales seront analysées avec un accent sur la concurrence des constructions de l’aoriste et du parfait dans les textes naturels.

Éléments morphologiques exprimant les valeurs grammaticales verbales

Éléments pronominaux

6Dans les langues mandé-sud, les valeurs du TAM et de la polarité sont exprimées non seulement dans la forme verbale, mais aussi (et surtout) par des éléments pronominaux. Par exemple, afin de former une construction du parfait (1a), il faut utiliser un élément pronominal particulier, tandis que la forme du verbe reste la même que celle de la construction de l’imparfait négatif (1b) ou de l’impératif (1c).

(1a)

Ɓa̰̋

blȉ.

1SG.PRF

sauter

7‘J’ai sauté’.

(1b)

Ɓa̰̋a̰̋

blȉ.

1SG.IPFV.NEG

sauter

8‘Je ne saute pas’.

9(1c) Blȉ! ‘Saute!’

10Les éléments pronominaux ont un paradigme flexionnel riche. Ils se subdivisent en deux groupes: pronoms sujets (Tableau 1) et marques pronominales prédicatives (MPP, Tableau 2). Les pronoms sujets sont en distribution complémentaire avec les groupes nominaux (GN) complets (2a, b), tandis que les MPP ne le sont pas ; elles doivent apparaître même en présence d'un GN sujet (3a, b).

(2a)

Ẹ̀

ya̰̋

páá

ɓȁ.

3SG.EXI

œil

lancer:3SG

sur

11‘Il le voit’.

(2b)

Búgá

kɤ̋

ya̰̋

páá

ɓȁ.

Bouga

MP

œil

lancer:3SG

sur

12‘Bouga le voit’.

13Dans (2a), un pronom sujet ẹ̀ de la série existentielle est utilisé, tandis que dans (2b) le sujet est représenté par un groupe nominal complet, et le pronom sujet est absent.

(3а)

Yà

ya̰̋

páá

ɓȁ.

3SG.PRF

œil

lancer:3SG

sur

14‘Il l'a vu’.

(3b)

Búgá

yà

ya̰̋

páá

ɓȁ.

Bouga

3SG.PRF

œil

lancer:3SG

sur

15‘Bouga l’a vu’.

16Dans (3a), une MPP yà de la série du parfait est utilisée ; elle est obligatoire même en présence d'un groupe nominal sujet (3b).

Tableau 1. Pronoms sujets

Série

SG

PL

1

2

3

1

2

3

Existentiel, exi

ẹ̀, yà

kọ̋

ka̋

wọ̀, wà

Immédiat, imm

ẹ̏

kọ́

ká

wọ̏

Impératif, imp

Ø

kọ̏ (incl.)

kọ̀ọ̋ (excl.)

kȁ

Subjonctif, subj

ẹ̏

kọ̋

ka̋

wọ̏

Conditionnel, cond

yȁ

kọ́

ká

wȁ

Tableau 2. Marques pronominales prédicatives (MPP)

Série

SG

PL

1

2

3

1

2

3

Parfait, prf

ɓa̰̋

ɓa̋

yà

kwa̋

ka̋

wà

Prospectif, pros

ɓà̰á̰

ɓìí

ẹ̀ẹ́

kọ̀ọ́

kàá

wọ̀ọ́

Imparfait négatif, ipfv.neg

ɓa̰̋a̰̋

ɓa̋a̋

yȁá

kwa̋a̋

ka̋a̋

wȁá

Négatif, neg

ẹ̏

kọ́

ká

wọ̏

17Le pronom existentiel de la 3ème personne singulier ẹ̀ fusionne régulièrement avec le pronom non-sujet de la 3ème personne singulier en fonction de complément d'objet direct, ce qui donne une forme contractée yà (4).

(4)

Yà

sí-á

ɓɤ̋

ẹ̀

lṵ́-á̰á̰

ka̋.

3SG.EXI:3SG

prendre-INF1

puis

3SG.EXI

venir\T1-INF1:3SG

avec

18‘Elle l’a pris, puis elle l’a apporté’. [150812_Gbo_Maslo_Yo_Prizrak(Part1).018]

19En (4), le prédicat de la première proposition est un verbe transitif sí ‘prendre’ qui exige un objet direct formel, même si du point de vue sémantique on n’en a pas besoin. Pourtant, vu que le sujet est exprimé par le pronom existentiel de 3ème personne du singulier ẹ̀, une forme contractée est utilisée.

20Dans la série impérative les pronoms de la 1ère personne du pluriel s’opposent par la clusivité : un pronom inclusif est présenté en (5), et un pronom exclusif en (6).

(5)

Kọ̏

lő

gbűŋ̋gí!

1PL.IMP.INCL

aller

à.la.maison

21‘Allons à la maison !’ (une invitation à l'interlocuteur à partir ensemble).

(6)

Kọ̀ọ̋

lő

gbűŋ̋gí!

1PL.IMP.EXCL

aller

à.la.maison

22‘Allons à la maison ?’ (une demande, de la part de plusieurs invités, de permission de partir auprès du maître de la maison).

23Dans les textes oraux, on trouve des cas où les pronoms existentiels (7) et subjonctifs accompagnent des GN sujets, selon le modèle des MPP. Apparemment, cela manifeste une évolution des pronoms personnels vers MPP.

(7)

Ɓɤ̋

làa̋

ẹ̏

ló,

ɓɤ̋

yȁ

puis

3SG

maman

3SG.SUBJ

aller\T1

puis

3SG.PRF.LOG

ȁ̰ȁ̰

tó.

3PL

laisser

24‘Puis sa mère part, elle les a laissés ici’. [Kiriku.095]

Modifications tonales

25Chaque lexème a son ton lexical qui peut être remplacé par des tons grammaticaux (présentés dans les colonnes « Contour tonal 1 » et « Contour tonal 2 » du Tableau 3). Ainsi, les verbes se subdivisent en classes tonales (Tableau 3) en fonction de leur structure segmentale et leur contour tonal lexical.

Tableau 3. Les classes tonales des verbes

Classe

Structure segmentale

Contour tonal lexical

Contour tonal 1

Contour tonal 2

Nombre des verbes

1

CV

eB

H

H

36

2

CVV

eB-eB

B-B

B-(B)

49

3

CVV

H-H

B-B

H-(H)

9

4

CVV

eH-H

B-B

eH-eH

21

5

CV

H

H

eH

33

6

CVlV

B-H

B-H

B-eH

4

26Note. Abréviations: C, consonne ; V, voyelle ; eB, ton extra-bas ; B, ton bas ; H, ton haut ; eH, ton extra-haut. Dans la dernière colonne, le nombre de verbes par classe est indiqué (en se basant sur un dictionnaire goo dont la version actuelle comporte 1013 lexèmes, y compris 152 verbes).

27Dans la plupart des constructions verbales, le verbe apparaît avec son contour tonal lexical sans suffixes. Parmi les constructions affirmatives, il s'agit de celles du parfait (20), du prospectif (24), de l’impératif (31), du subjonctif (28) ; parmi les constructions négatives, ce sont celles de l’imperfectif (42), du perfectif (44) et du subjonctif (45). Le contour tonal lexical peut être remplacé par le contour tonal 2, sauf si le verbe apparaît dans la position finale dans la phrase.

28Le verbe assume le contour tonal 1 à l’habituel (14) et dans l'aoriste, dans ce dernier cas il s’adjoint en même temps le suffixe d'infinif-1 (18). Le contour tonal 2 se combine toujours avec des suffixes et des clitiques. Il apparaît dans les constructions affirmatives du progressif (15), du résultatif (33), du passé et du futur immédiat (34, 35), du futur (23) et dans les constructions négatives correspondantes. De plus, le verbe dans la construction du prohibitif (46) a un contour tonal 2 également.

Suffixes

29Le goo possède des formes suffixées suivantes: trois formes d’infinitif, le supin et le gérondif.

30L'infinitif, le gérondif et le supin sont d’abord des formes verbales non-finies. Cependant, en goo, ils peuvent apparaître également en fonction des verbes finis (cf. Tableau 4). On dirait que pour le goo, une interprétation du caractère fini comme caractéristique graduelle de la proposition entière (Givón 2001:25–26) conviendrait mieux qu'une opposition binaire des formes verbales.

Tableau 4. Formes suffixées

Forme

Structure

Constructions finies

Emplois non-finis

gérondif

V\T2-ẹ̀

résultative

action accompagnante (8), nominalisation phrastique (9)

infinitif-1

V\T1-á

de l’aoriste

actant sentenciel du verbe bọ́ ‘terminer’ (10)

infinitif-2

V\T2-ȁ

du futur, prohibitive

actant sentenciel du verbe zĩ́ ‘commencer’ (11)

infinitif-3

V\T2-lȁ

progressive

actant sentenciel du verbe tó ‘laisser/rester’ (40)

supin

V\T2-i̋

immédiate

prédication seconde à valeur de but (12)

31Abréviations : T1, contour tonal 1; T2, contour tonal 2 (cf. Tableau 3).

(8)

Ka̋

lő-lȁ

gàà-ẹ̏

kȁ.

2PL.EXI

aller\T2-INF3

1SG

regarder-GER

avec

32‘Vous êtes en train de me regarder en marchant’.

(9)

Lȉȁŋ́

zʌ̏

lʌ̃̏-ẹ̏

kɤ̋

gbẹ̋ẹ̏

ka̋.

mot

tuer

2SG

PP-GER

COP

difficile

avec

33‘Il est difficile de parler avec toi’.

(10)

Yà

bọ́

wɤ́sí-á.

3SG.PRF

arrêter

pleurer-INF1

34‘Il a arrêté de pleurer’.

(11)

Ẹ̀

zĩ́-ã́

wɤ́si̋-ȁ.

3SG.EXI

commencer-INF1

pleurer\T2-INF2

35‘Il a commencé de pleurer’.

(12)

Ẹ̀

ló-á

yi̋

gùlù

si̋-i̋.

3SG.EXI

aller-INF1

eau

trou

prendre\T2-SUP

36‘Il est allé puiser de l’eau’.

Auxiliaires

37Les auxiliaires sont des marques prédicatives qui expriment des valeurs de TAM et de polarité mais n’ont pas de valeurs pronominales, telles que la personne et le nombre.

38Les origines de certaines marques prédicatives sont assez transparentes : ce sont des verbes grammaticalisés. Ainsi, gọ̏ (qui provient du verbe gọ́ ‘partir’) et lȍ (qui provient du verbe ló ‘aller’) forment les constructions immédiates, gṵ́ (gṵ́á̰ ) ‘être dans le passé’ forme une construction d'ultérieur et celle du présomptif (41), tṵ̋ȁ̰ ‘continuer’ forme une construction du continuatif (39). Le verbe auxiliaire gọ́ à ton haut apparaît dans la construction du prohibitif.

39Le verbe gṵ́ ‘être dans le passé’ change sa forme en fonction de la construction. Dans la construction de l’ultérieur, il a deux variantes équivalentes : gṵ́ (le contour tonal de base) et gṵ́á̰ (le contour tonal de base + suffixe de l’infinitif 1 -). Dans le présomptif, il assume un contour tonal extra‑bas. Actuellement, ce verbe fonctionne uniquement comme un auxiliaire. Pourtant, dans le dan-gouèta, son homologue gṵ̄ s’emploie comme un verbe lexical également.

40Quant à tṵ̋ȁ̰ ‘continuer’, il est fort probable que cette forme comporte un suffixe (tṵ̏ + -ȁ), ce qui est conforté par l'existence en dan‑gouèta d'un verbe apparenté tṵ̏ ‘continuer, être encore’.

41La marque négative ka̋, qui apparaît dans de nombreuses constructions négatives (cf. 2.2.3), remonte à la marque négative ká du Proto‑Dan‑Gouro. L’origine de la marque affirmative imperfective kɤ̋ utilisée auprès du sujet exprimé par un groupe nominal complet (13) a été l’objet d’une étude détaillée par Thomas Bearth (1995).

(13a)

Gbɛ̋ɛ́n-bọ̏

kɤ̋

wìì

wɛ̋ɛ̋-bọ̏

ɓɤ̀ɤ̀.

chien-PL

MP

viande

os-PL

manger\T1

42‘Les chiens mangent des os’.

(13b)

Wọ̀

wìì

wɛ̋ɛ̋-bọ̏

bhɤ̀ɤ̀.

3PL.EXI

viande

os-PL

manger\T1

43‘Ils mangent des os’.

44En plus, il y a deux lexèmes, lṵ́ ‘déjà’ et kụ́ụ́ ‘ne … plus’, qui apparaissent obligatoirement dans les constructions du présomptif (lṵ́) et du continuatif (kụ́ụ́). Apparemment, ils sont d'origine adverbes. Pourtant, le fait qu'ils doivent être utilisés obligatoirement dans ces constructions empêche de les attribuer à la classe des adverbes, donc, la question de leur appartenance à une partie de discours reste ouverte.

Constructions verbales

Tableau 5. Constructions verbales du goo

Construction verbale

Affirmative

Négative

Habituel

exi — (O) — V\T1

ipfv.neg — (O) — V

Progressif

exi — (O) — V\T2-lȁ

ipfv.neg — (O) — V\ T2-lȁ

Passé immédiat

imm – gọ̏– (O) – V\T2-sup

neg — ka̋gọ̏– (O) – V\T1-sup

Aoriste

exi — (O) — V\T1-inf1

neg — ka̋ — (O) — V

Parfait

prf — (O) — V

Résultatif

exi — V\T2 -ger ka̋

ipfv.neg — (O) — V\T2-ger ka̋

Futur

exi — (O) — V\T2-inf2

ipfv.neg — (O) — V\T2-inf2

Prospectif

pros — (O) — V

Futur immédiat

imm – lȍ – (O) – V\T2-sup

neg — ka̋lȍ – (O) – V\T1-sup

Subjonctif

subj — (O) — V

neg — gọ́ — (O) — V

Impératif/Prohibitif

imp — (O) — V

neg — gọ́ — (O) — V\T2-inf2

Continuatif

exi tũ̋ã̏ — (O) — V\T2-inf2

ipfv.neg tũ̋ã̏ — (O) — V\T2-inf2  kụ́ụ́

Présomptif

prf gũ̏ — (O) — V lṹ

Ultérieur

exi gṹ/gṹã́— (O) — V\T2-inf2

45Formellement, on peut distinguer les constructions de base et les constructions périphrastiques, mais elles sont au même plan en ce qui concerne leur sémantisme grammatical. Les constructions négatives sont moins nombreuses que celles affirmatives. Elles ne sont pas toujours en parallèle avec les constructions affirmatives, et pour cette raison elles seront examinées séparément.

Constructions affirmatives de base

46L’habituel décrit l’action qui se produit d’habitude et qui tend à devenir une caractéristique du sujet. La série existentielle des pronoms sujets est employée, et là où le sujet n’est pas pronominalisé, la marque prédicative kɤ̋ apparaît. Le verbe assume le contour tonal 1.

(14)

Ẹ̀

ɓḭ̀lḭ̀

gi̋-wó.

3SG.EXI

riz

l’intérieur-faire\T1

47[Qu’est-ce que ton frère fait le matin d’habitude?] ‘Il désherbe le riz’.

48Le progressif renvoie à une situation concomitante soit avec le moment de la parole, soit avec un autre événement qui sert de point de repère temporel. La série existentielle des pronoms sujets est employée ; si le sujet est exprimé, il est suivi de la marque prédicative kɤ̋. Le verbe assume le contour tonal 2 et s’adjoint le suffixe de l’infinitif 3, -lȁ.

(15)

Tìà

kɤ̋

wéé

ɓi-lȁ

maki

gi̋.

Tia

MP

vin

boire\T2-INF3

maquis

dans

49‘[Maintenant] Tia est en train de boire du vin au maquis’.

50Le progressif peut être employé dans la construction de l’ultérieur.

(16)

Ẹ̀

gṵ́-á̰

gíyȁ

̰́-ȁ̰

yɛ̋ɛ̋

3SG.EXI

être.dans.le.passé-INF1

manioc

pile\T2-INF2

hier

kɤ́

Tìà

kɤ̋

lẹ̀ẹ̀

zʌ́-lȁ

bẹ̀í.

CNJ

Tia

MP

endroit

tuer\T2-INF3

au.champ

51‘Hier, pendant qu’elle pilait le manioc, Tia désherbait le champ’.

52Le progressif peut exprimer les valeurs du prospectif ou du futur immédiat (17).

(17)

kɛ́ɛ́

va̰̋a̰̋lɤ̋,

bus

kɤ̋

lő-lȁ.

3SG

faire

vite

bus

MP

aller\T2-INF3

53‘Dépêche-toi ! Le bus va partir !’

54L’aoriste renvoie aux actions accomplies. La construction de l'aoriste comporte soit un pronom de la série existentielle, soit, si le sujet est exprimé, la marque prédicative kɤ̋ dans la position post-sujet. Le verbe assume le contour tonal 1 et s’adjoint le suffixe de l’infinitif-1 –á. Ainsi, l’exemple (18) peut avoir deux significations différentes : soit le chef reste toujours là où il est arrivé, soit il est déjà parti.

(18)

Lȕȕtíí

kɤ̋

lṵ́-á̰.

chef.de.village

MP

venir\T1-INF1

55‘Le chef du village est arrivé’. 1) On peut le voir maintenant. 2) Il est déjà reparti.

56On peut mentionner son incompatibilité avec l’adverbe lṵ́ ‘déjà’.

(19)

*

lọ̋ọ̏lʌ̃̋

kɤ̋

gwíȁ

zɔ̰́á̰

lṵ́.

1SG

jeune.sibling

MP

manioc

piler\T1-INF1

déjà

57(le sens attendu: ‘Ma soeur cadette a déjà pilé le manioc’.)

58Le parfait renvoie à une action dont l’effet a une incidence sur la situation actuelle. Il se forme par les MPP de la série du parfait ; le verbe maintient son contour tonal lexical. Contrairement à (18), l'exemple (20) ne peut se référer qu'à une situation dont le résultat est toujours visible.

(20)

Lȕȕtíí

lṵ̏.

chef.de.village

3SG.PRF

venir

59‘Le chef de village est arrivé’ (et on peut le voir au moment de la parole).

60La construction du parfait rend aussi le sens expérientiel qui désigne une action accomplie par le sujet au moins une fois dans sa vie.

(21)

Ɓa̰̋

ya̰̋

pȁ

ɓȁ.

1SG.PRF

œil

lancer

3SG

sur

61‘J’ai été là-bas’.

62Le parfait ne s’emploie jamais avec l'adverbe zḭ̋ȁ̰ ‘souvent’.

*(22)

Ɓa̰̋

ya̰̋

pȁ

ɓȁ

zḭ̋ȁ̰.

1SG.PRF

œil

lancer

3SG

sur

souvent

63(le sens attendu: ‘J’ai été là-bas souvent’.)

64La construction du futur exprime toutes les valeurs de la zone sémantique du futur. Si nécessaire, les adverbes temporaux peuvent être employés. La construction du futur comporte soit un pronom de la série existentielle, soit, si le sujet n’est pas pronominalisé, la marque prédicative kɤ̋ dans la position post-sujet. Le verbe assume le contour tonal 2 et s’adjoint le suffixe de l’infinitif-2 –ȁ.

(23)

gẹ̋ẹ̏

̰̀ɔ̰̀

̰́-ȁ̰.

1SG.EXI

banane

boule

piler\T2-INF2

  • 3 Fotou : un plat national ivoirien, une pâte de consistance élastique, à base de banane, d'igname, d (...)

65‘[Quand je reviens,] je pilerai le foutou3-banane’.

66Le prospectif se réfère à une action pour le déroulement de laquelle toutes les conditions sont réunies. La construction prospective comporte une MPP de la série prospective ; le verbe porte son contour tonal leixical.

(24)

gọ̏

gúyȁ

pɔ̰̋-ḭ́

ɓi̋í

lṵ́á̰

2SG.IMM

IMM.PST

manioc

creuser\T2-SUP

2SG.PROS

venir:3SG

ka̋

ɓi̋í

kűán.

avec

2SG.PROS

plucher

67‘Dès que tu as déterré une racine de manioc, tu l’apportes et tu l’épluches’. [150808_RG_foutou.002]

68Le prospectif est difficilement compatible avec les circonstants se référant au futur plus ou moins éloigné.

(25)

??Ɓà̰á̰

lő

bẹ̀í

lőő

zi̋àà

pi̋ẹ́.

1SG.PROS

aller

au.champ

semaine

plus.tard:3SG

PP

69‘Je vais aller au champ la semaine prochaine’.

70Le prospectif peut exprimer l’obligation (26) et l'intention (27).

(26)

dọ̋ọ́

ẹ̀ẹ́

ɓà

kwi̋í

lőődɔ́

tȍ.

1SG

aîné

3SG.PROS

POSS

maison

vendre

maintenat

71‘Mon frère/ma soeur aîné(e) doit vendre sa maison’.

(27)

Ẹ̀ẹ́

kwíí

yɛ́

si̋

kɤ́

yȁ

dàà

ɓȁ.

3SG.PROS

peau

ce

prendre

CNJ

3SG.SUBJ:3SG

entrer

3SG

PP

72‘Elle veut prendre cette peau pour la mettre sur elle’. [150812_Gbo_DeuxFemmes.046]

73Le subjonctif est utilisé dans une proposition autonome pour exprimer des valeurs modales différentes : l’ordre (28), la suggestion (29).

(28)

Kɤ́

bọ́

ta̋ȁ

ɓì-a̰̋

sɛ̋ɛ̀sɛ̋ɛ̀zɤ́.

CNJ

2SG.SUBJ

finir

tabac

boire\T2-INF2

maintenant.INT

74‘Arrête de fumer tout de suite !’

(29)

Kọ̋

dṵ̀à̰

ẹ̏ ?

1PL.SUBJ

balader

Q

75‘Promenons-nous !’

76Il est utilisé également dans les propositions subordonnées à valeur de but introduites par la conjonction kɤ́.

(30)

A̋á

pi̋ẹ̋

kɤ́

ge̋ȅ

kɔ̰̀ɔ̰̀

zɔ̰̏.

1SG.EXI:3SG

désir

CNJ

2SG.SUBJ

banane

boule

piler

77‘Je veux que tu prépares le foutou-banane’.

78La construction subjonctive comporte un pronom sujet de la série subjonctive ; le verbe apparaît avec son contour tonal lexical.

79L’impératif exprime les valeurs d’injonction. À cause du sémantisme de l'impératif, le sujet d'une construction impérative ne peut être que pronominal, et au singulier le sujet ne peut pas être exprimé ouvertement (31). Par contre, le sujet pluriel doit être exprimé (32). Le verbe apparaît avec son contour tonal lexical.

(31)

Ø

lẹ̀ẹ̀

sa̋la̋a̋ !

2SG.IMP

endroit

nettoyer

80Nettoie ici !’

(32)

Kȁ

lẹ̀ẹ̀

sa̋la̋a̋ !

2PL.IMP

endroit

nettoyer

81Nettoyez ici !’

Constructions affirmatives périphrastiques

82Le résultatif désigne une situation qui présuppose une action précédente (Nedjalkov 1988:7). La construction résultative est formée par un pronom existentiel ou, si le sujet n'est pas pronominalisé, par la copule kɤ̋ ; le verbe assume le contour tonal ascendant et adjoint le suffixe de gérondif ẹ̏ ; La forme verbale est suivie de la postposition ka̋.

(33)

Ɓá̰à̰

lȁke̋le̋

wɛ̋ɛ̋

kɤ̋

yɛ̋ɛ̋-ẹ̏

ka̋.

1SG.POSS

clé

os

COP

casser\T2-GER

avec

83Ma clé est cassée’.

84La construction du passé immédiat exprime une action qui vient de se produire. Cette construction est formée par un pronom existentiel ou, si le sujet n'est pas pronominalisé, par la marque prédicative kɤ̋ ; le pronom sujet ou la copule est suivi(e) par le verbe auxiliaire gọ̏ ; le verbe significatif assume le contour tonal ascendant et adjoint le suffixe de supin –i̋.

(34)

Ẹ̏

gọ̏

pɔ̰́ɔ̰́

ɓɤ̀-í.

3SG.IMM

IMM.PST

chose

manger\T2-SUP

85‘Il vient de manger’.

86Le futur immédiat renvoie à une action qui va se dérouler dans un avenir proche par rapport au moment de la parole. Cette construction est formée par un pronom existentiel ou, si le sujet n'est pas pronominalisé, par la marque prédicative kɤ̋ ; le pronom sujet ou la copule est suivi(e) par le verbe auxiliaire lȍ ; le verbe significatif assume le contour tonal 2 et adjoint le suffixe de supin –i̋.

(35)

lȍ

ɓa̋la̋

kɛ́-i̋

bẹ̀í.

1SG.IMM

IMM.FUT

travail

faire-SUP

au.champ

87‘Je vais travailler au champ’.

  • 4 Cf. (Fedotov 2012) où la pertinence de l’attitude de locuteur envers la distance temporelle est ana (...)

88Cette construction désigne l’événement proche du moment de la parole. Cf. cependant l'exemple (36) où l’événement n’est pas immédiat en termes de la distance temporelle absolue4, cependant c'est la construction du futur immédiat qui est utilisée. Il s'avère que « la semaine prochaine » est incluse par le locuteur dans le domaine du futur proche.

(36)

lȍ

lői̋

bẹ̀í

1SG.IMM

IMM.FUT

aller\T2-SUP

au.champ

lőő

zi̋àà

pi̋ẹ́.

semaine

plus.tard:3SG

PP

89‘Je vais aller au champ la semaine prochaine’.

90La construction du futur immédiat peut exprimer également les valeurs modales d’assertion (37) et d’obligation (38).

91(37) A̋ lȍ lői̋ bẹ̀í. ‘[C’est sûr que] je vais aller au champ’.

(38)

lȍ

kɔ̀ɔ̀

zűlű-í.

2SG.IMM

IMM.FUT

bras

laver\T2-SUP

92‘Tu dois laver tes mains’.

93La construction continuative exprime la continuation de l’action ou l’état. Cette construction est formée par un pronom existentiel ou, si le sujet n'est pas pronominalisé, par la marque prédicative kɤ̋ ; le pronom sujet ou la copule est suivi(e) par le verbe auxiliaire tṵ́ȁ̰ ; le verbe significatif assume le contour tonal ascendant et s’adjoint le suffixe de l’infinitif-2.

(39)

yã̋

yȁȁli̋ẹ̋

páá

ɓȁ

kɤ́

ẹ̀

tṹã̏.

1SG

œil

fois

lancer-INF1:3SG

sur

CNJ

3SG.EXI

CONT

ɓà

kwi̋í

dɔ́-ȁ.

3SG

POSS

maison

construire-INF2

94‘Quand je l’ai vu, il était en train de construire sa maison’.

95Le même sens peut être exprimé par le verbe tó ‘laisser/rester’ suivi par un verbe significatif à l’infinitif-3.

(40)

Ẹ̀

tó-á

pɤ́-lȁ...

3SG.EXI

laisser\T1-INF1

parler\T2-INF3

96‘[Quand il est parti,] elle était en train de parler…’ [Kiriku.055]

97Le présomptif exprime une supposition du locuteur au sujet d'une action qu'il croit être déjà accomplie. Il se forme par les MPP de la série parfaite suivis par le verbe auxiliaire gṵ̏ ; le verbe significatif apparaît avec son contour tonal lexical ; l'adverbe lṵ́ ‘déjà’ apparaît obligatoirement à la fin de la phrase.

(41)

Yà

gṵ̏

gọ́

lṵ́.

3SG.PRF

PRSM

partir

déjà

98‘Il devrait partir déjà’.

Constructions négatives

99En fonction du contexte, l’imperfectif négatif peut exprimer les valeurs négatives de l’habituel (43) et du futur (42). Il se forme à l’aide des MPP imperfectives négatives ; le verbe apparaît dans sa forme lexicale.

(42)

Kwa̋a̋

ɓa̋la̋

kɛ́ɛ́

tȉlȉ.

1PL.IPFV.NEG

travail

faire

demain

100‘Nous ne travaillons pas demain’.

(43)

Ɓa̰̋á̰

wɔ̀ɔ̀

ɓȁ̰.

1SG.IPFV.NEG:3SG

voix

entendre

101[Il parle toujours très bas] ‘Je ne l’entends pas’.

102L’homologue négatif du parfait et de l’aoriste est le perfectif négatif. Il se forme à l’aide des MPP perfectives négatives et l'opérateur ka̋ qui suit la MPP.

(44)

Ẹ̏

ka̋

lṹ

dọ̏.

3SG.NEG

NEG

venir\T2

jamais

103Il n’est jamais venu’.

104Les constructions négatives du progressif, résultatif, continuatif, futur et les constructions immédiates sont des homologies des constructions correspondantes affirmatives.

105Le sémantisme des constructions du subjonctif négatif (45) et du prohibitif (46) diffère par le degré du contrôle sur la situation exercé par le locuteur. Le prohibitif est une interdiction directe, tandis que le subjonctif négatif est une interdiction par une tierce personne.

(45)

Kɤ́

ẹ̏

gọ́

lũ̏ !

CNJ

3SG.NEG

PROH

venir

  • 5 Le commentaire de l'assistant: » On prie Dieu qu’il ne vienne pas ».

106Qu’il ne vienne pas!’5

(46)

Kő

wɛ̀ɛ̀

ẹ̏

gọ́

lṹ-ã̏.

1PL.EXI

dire\T1

3SG.NEG

PROH

venir\T2-INF2

107‘Nous lui avons interdit de venir’.

108Dans l'exemple (45), avec une construction du subjonctif négatif, le locuteur n'a aucun contrôle sur le fait de l’arrivée, tandis qu’en (46) les locuteurs contrôlent la situation. Néanmoins, dans la plupart des cas ces deux constructions sont interchangeables.

(47)

Kőó

pi̋ẹ̋

kɤ́

ẹ̏

gọ́

lũ̏.

1PL.EXI:3SG

PP

CNJ

3SG.NEG

PROH

venir

109‘Nous voulons qu’il ne vienne pas’.

110ОК(48) Kőó pi̋ẹ̋ kɤ́ ẹ̏ gọ́ lṹ-ã́. (même sens)

La concurrence entre les constructions de l’aoriste et du parfait dans les textes

111Dans la plupart des contextes la construction du parfait (se référant aux situations dont les résultats sont pertinents au moment de la parole) peut être remplacée par celle de l’aoriste (capable à exprimer n'importe quelle action accomplie), et les données d’élicitation ne suffisent pas pour l'analyse de la distribution des deux constructions. Dans ce chapitre seront traitées les données provenant de textes oraux transcrits et annotés. Actuellement, le volume de ce corpus est assez modeste, environ 400 propositions, ce qui correspond approximativement à 20 minutes de l’enregistrement audio. Néanmoins, même si l’échantillon est limité, il est possible de dégager certaines tendances de l’usage des deux constructions.

112Dans cette analyse, je m'inspire beaucoup d'une étude similaire accomplie par Maria Khachaturyan (2016). Toutes les utilisations de l’aoriste et du parfait dans les textes analysés ont été marquées par deux paramètres : le type de sujet dans les constructions de l’aoriste/ parfait (GN / pronom ou MPP), et le type de la proposition (principale/ subordonnée) où apparaît la construction aoriste/ parfait. Le nombre total d'occurrences de ces constructions est 155, dont 108 sont des constructions du aoriste et 47 sont celles du parfait.

113Le Tableau 6a présente la répartition des deux constructions selon le type de sujet.

  • 6 Les distributions présentées dans les tableaux 6a et 6b sont statistiquement significatives. Les do (...)

Tableau 6а. Le type de sujet dans les constructions du aoriste et du parfait6

Aoriste

Parfait

TOTAL

N

Fréquence

N

Fréquence

GN

6

0,3

12

0,7

18

Pronom

102

0,7

35

0,3

137

TOTAL

108

47

155

114Le Tableau 6a (de même que le tableau 6b) est organisé comme suit : les colonnes fournissent des informations sur le nombre de constructions verbales de l’aoriste et du parfait, tandis que les lignes donnent le nombre des sujets exprimés par les GN et les pronoms. La colonne « Fréquence » montre le rapport du nombre de verbes dans les constructions dans lequelles le sujet est exprimé par un GN ou par un pronom, au nombre total de constructions verbales ; constructions du parfait dans lequel le sujet est exprimé soit par un GN, soit par un pronom au nombre total de constructions verbales.

115Selon les données présentées dans le Tableau 6a, la pronominalité du sujet est en corrélation avec le choix de la construction. Le sujet peut être exprimé par un GN avec une probabilité plus élevée dans la contruction du parfait que dans celle de l’aoriste. On peut supposer que cette distribution est due aux contextes typiques de l’apparition de l’aoriste, plutôt qu'à la forme du sujet. L’aoriste est la construction la plus utilisée dans le narratif où il est très typique d'avoir un protagoniste à qui on fait référence le plus souvent par le moyen des pronoms, plutôt que par les groupes nominaux complets.

116Tous les textes disponibles sont des narrations. Cela veut dire que les actions mentionnées dans ces textes sont accomplies et ne sont plus d'actualité au moment de la parole, ce qui est typique de l’aoriste. Par contre, le parfait apparaît dans les textes pour décrire des événements en connexion avec le moment de parole. Cf. (49), où la situation est décrite pour la première fois: un soldat de la sorcière veut attaquer le guerrier par derrière et, à cet effet, il le prend de dos [le aoriste], alors Kiriku (le neveu du guerrier, le protagoniste de l'histoire) avertit son oncle que le guerrier l'a pris de dos [le parfait].

(49)

Dí-lọ̏ọ̏

yɛ́

ɓà

sa̋ya̋

dọ́

ẹ̀

sorcellerie-femme

celui-là

POSS

soldat

un

3SG.EXI

bɔ́-á

zi̋à

<...>

Ɓɤ̋

yȁ

pɤ́

passer\T1-INF1

3SG

derrière

puis

3SG.SUBJ:3SG

parler

3SG

yọ̀ọ̀

lʌ̏n:

“Sa̋ya̋

dọ́

bɔ́

zi̋à!”

oncle.maternel

PP

soldat

un

3SG.PRF

passer

2SG

derrière

117‘L’un des soldats de la sorcière a pris le dos de l’(oncle maternel) [afin de le tuer], puis il (Kirkou) a dit à son oncle maternel : « Un soldat t’est passé par derrière »’ [Kiriku.055-57].

118Le Tableau 6b présente la répartition des constructions du parfait et de l’aoriste selon le type de clause.

  • 7 Les données du Tableau 6b ont été vérifiées à l'aide du test exact de Fisher, qui analyse la répart (...)

Tableau 6b. Types de propositions comportant les constructions du parfait et de l’aoriste7

Aoriste

Parfait

TOTAL

N

Fréquence

N

Fréquence

Principale

93

0,7

46

0,3

139

Subodonnée

15

0,9

1

0,1

16

TOTAL

108

47

155

119Comme on peut le voir dans le Tableau 5b, la construction aoriste est utilisée dans les propositions subordonnées plus souvent que celle du parfait (0,9 contre 0,1). Cf. (50), où le prédicat de la proposition subordonnée introduite par la conjonction lɛ́ est exprimé par la construction de l’aoriste.

(50)

[[Lʌ̃̋-bọ̏

ló-á

ɓã̀ã̀

gɔ̃̏

lɛ́]

wȁá

kɛ́ɛ́].

enfant-PL

aller-INF1

oiseau

PP

CNJ

3PL.IPFV.NEG:3SG

faire

120[Les enfants ont eu l’idée d’aller au champ pour chasser les oiseaux qui mangeaient les récoltes]. ‘Quand les enfants sont arrivés, ils (les enfants) n’ont rien fait’. [150812_Gbo_DeuxFemmes.021]

121Il est fort probable qu’une telle distribution reflète l’influence des facteurs non-formels qui puissent être plus importants et qui exigent une étude plus nuancée d’un corpus plus fourni.

Textes spontanés

Titre au Toolbox

Durée

Description

150812_Gbo_Maslo_Yo_Prizrak

11:18

L’histoire d’un garçon qui était un batteur excellent et qui est mort à cause du soleil.

150812_Gbo_DeuxFemmes

4:02

Un conte qui raconte une histoire de deux co‑épouses.

150808_RG_foutou

00:50

Une recette de foutou.

Kiriku

07:02

Un résumé du dessin animé « Kiriku ».

Liste des abréviations

122\T1 – modification tonale1

123\T2 – modification tonale 2

124CNJ – conjonction

125COP – copule

126CONT – continuatif

127EXI – série pronominale existentielle

128GER – clitique de gérondif

129GN – groupe nominal

130IMM.PST – auxiliaire au passé immédiat

131INCL – pronom inclusif

132INF1 – suffixe de la première forme de l’infinitif

133INF2 – suffixe de la deuxième forme de l’infinitif

134INF3 – suffixe de la troisième forme de l’infinitif

135IPFV.NEG – série imperfective négative des MPP

136MP – marque prédicative

137MPP – marque pronominale prédicative

138NEG – série négative des MPP/ opérateur négatif

139ONM – onomatopée

140POSS – série pronominale possessive/ postposition possessive

141PP – postposition

142PRF – série parfaite des MPP

143PROH – auxiliaire du prohibitif

144PROS – série prospective des MPP

145PRSM – présomptif

146SUBJ – série pronominale subjonctive

147SUP – suffixe de supin

Haut de page

Bibliographie

Références

Aplonova, Ekaterina & Valentin Vydrin. 2017. Goo jazyk (Гоо язык) [Goo]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Anderj Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 457–469. St. Petersburg: Nestor-Historia.

Bearth, Thomas. 1971. L’énoncé toura. Norman (Oklahoma): Société international de linguistique.

Bearth, Thomas. 1995. Nominal periphrases and the origin of the predicative marker in Mande languages – an alternative view. Afrikanistische Arbeitspapiere 41. 89–117.

Dahl, Östen. 1985. Tense and aspect systems. Blackwell. Oxford.

Dahl, Östen. 2000. The grammar of future time reference in European Languages. In Georg Bossong & Bernard Comrie (eds.), Tense and Aspect in the language of Europe, 309–328. Mouton de Gruyter. Berlin, New York.

Fedotov, Maksim. 2012. Konstrukcii immediatnogo predshestvovanija v iazyke gban. Nabroski k tipologii immediatnosti (Конструкция иммедиатного предшествования в языке гбан. Наброски к типологии иммедиатности) [Les constructions immédiates dans la langue gban. Une esquisse pour la typologie des constructions immédiates]. Problemy jazyka: Sbornik nauchnykh statej po materialam Pervoj knoferencii-shkoly “Problemy jazyka: vzgl’ad molodykh uchenykj” (Moskva, 20-22 sent’abr’a 2012) (Проблемы языка: Сборник научных статей по материалам Первой конференции-школы «Проблемы языка: взгляд молодых ученых» (Москва, 20–22 сентября 2012 г., ИЯз РАН) [Problems of language: Collected papers following the 1st Conference-school “Problems of language: A vision by young scholars”], 316–343. Moscow: Institut jazykoznanija, Russian Academy of Sciences.

Givón, Talmy. 2001. Syntax: An Introduction. John Benjamins. Vol. II. Amsterdam, Philadelphia.

Khachaturyan, Maria. 2016. Semantics of perfective aspect and topic time: the case of Mano (Mande). Berkeley.

Lafage, Susanne. 2002. Le lexique fraçais de Côte d’Ivoire (appropriation et créativité). Le français en Afrique. Revue du Réseau des Observatoires du Français Contemporain en Afrique 16–17. http://www.unice.fr/bcl/ofcaf/16/16.html.

Nedjalkov, Vladimir (ed.). 1988. Typology of resultative constructions. Translated from the original Russian edition (1983). John Benjamins. (Typological Studies in Language 12).

Vydrin, Valentin. 2013. Goo : présentation d’une langue. Mandenkan 50. 171–194.

Vydrin, Valentin. 2014. Goo, neizvestnyj jazyk mande (Гоо, неизвестный язык манде) [Goo, an unknown Mande language]. In Alexander Zheltov (ed.), Antropologija i lingvistika. Materialy peterburgskikh ekspedicij v Afriku (Антропология и лингвистика. Материалы петербургских экспедиций в Африку) [Anthropology and linguistics. Materials of field trips to Africa from St. Petersburg], 67–127. St. Petersburg: Muzej antropologii i etnografii RAN (Kunstkamera).

Haut de page

Notes

1 Distance temporelle supérieure à celle entre le kla-dan et le dan-blo, ou entre le gouro et le yaouré qui sont normalement vues comme des langues séparées.

2 Sauf qu'en 2017, une chanson en goo a été diffusée par une station de radio locale.

3 Fotou : un plat national ivoirien, une pâte de consistance élastique, à base de banane, d'igname, de taro, ou de manioc. Présenté sous forme de boule (Lafage 2002).

4 Cf. (Fedotov 2012) où la pertinence de l’attitude de locuteur envers la distance temporelle est analysée par rapport au choix de la construction du futur immédiat.

5 Le commentaire de l'assistant: » On prie Dieu qu’il ne vienne pas ».

6 Les distributions présentées dans les tableaux 6a et 6b sont statistiquement significatives. Les données des tableaux 6a ont été vérifiées à l'aide d'un test statistique chi-carré, ce qui permet de postuler la présence d'une corrélation entre les paramètres testés en comparant la distribution observée avec celle attendue. Le résultat du test est la valeur de p qui désigne la probabilité que la différence entre la distribution observée et la distribution attendue puisse apparaître au hasard, c'est-à-dire que, plus la valeur de p est importante, plus la distribution est importante. Dans ce cas, p <0,0001, ce qui permet de postuler la présence d'une corrélation entre les paramètres vérifiés.

7 Les données du Tableau 6b ont été vérifiées à l'aide du test exact de Fisher, qui analyse la répartition observée. Le test du chi-carré n'a pas été utilisé, car il est inapplicable pour les échantillons où les données de distribution prévues au moins dans une cellule sont inférieures à 5. Quant au test de Fisher, il peut être appliqué à pratiquement n'importe quel échantillon. Selon le test, la probabilité d'une disribution identique dans les données sous l'hypothèse nulle est assez faible: p < 0,05, ce qui nous permet également de postuler la présence d'une corrélation entre les paramètres vérifiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ekaterina Aplonova, « Morphologie verbale de la langue goo », Mandenkan [En ligne], 58 | 2018, mis en ligne le 05 mars 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/1207 ; DOI : 10.4000/mandenkan.1207

Haut de page

Auteur

Ekaterina Aplonova

National Research University Higher School of Economics, Moscow
aplooon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Mandenkan (Llacan)
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • OpenEdition Journals