Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Marques rétrospectives en kla-dan

Marques rétrospectives en kla-dan

Retrospective shift markers in Kla-Dan
Показатели ретроспективного сдвига в языке кла-дан
Nadezda Makeeva

Résumés

Il existe en kla-dan deux marques rétrospectives, kɯ̰̀ et kà, qui servent à décaler au passé les situations dont la localisaton sur l’axe de temps est déjà déterminée. Les deux marques se distinguent par les traits suivants : leur fonction morphosyntaxique et l’appartenance à une partie de discours, les constructions concernées et le sémantisme.
La marque kɯ̰̀ est un verbe, elle se caractérise par la distribution élargie ayant compatibilité avec un nombre de constructions non-verbales et verbales y compris la construction du futur. La marque kà est un opérateur à distribution limitée : il ne dessert que les constructions de l’aspect neutre et les constructions négatives perfectives. Quant au sémantisme des marques rétrospectives, à part des valeurs typiques des marques du passé discontinu, elles expriment aussi les valeurs qui les rendent peu ordinaires du point de vue typologique.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction1

  • 1 Cette recherché a été effectuée dans le cadre du Projet RNF №17-78-20071. Les données ont éte (...)

1Le kla-dan appartient au groupe linguistique mandé-sud. Les locuteurs du kla-dan habitent dans les quatre régions suivantes :

  • 18 villages au sud-ouest de la préfecture de Ouaninou à l’ouest de la Côte d’Ivoire (Santa, Gbagbadougou, Drodougou, Sefesso et autres) et deux villages guinéens (Fakorodou, Gelekolodou) près de la frontière avec la Côte d’Ivoire ;
  • 9 villages kla au sud et au sud-est de la ville de Touba (Godoufouma, Silakoro, Zala, Gboni, Zo, Londana, Boni, Gouan) ;
  • le village Zouzousso-I dans la préfecture de Biankouma.

2Le nombre des locuteurs du kla-dan peut être évalué à 25000 (Simons & Fennig 2018). Trois dialectes du kla-dan peuvent être postulés en fonction de leur région de diffusion : santa, godoufouma, zouzousso. Cet article se base sur les données de deux dialectes du kla-dan : santa et zouzousso.

3Le terme « marque rétrospective » a été introduit dans la terminologie linguistique par Vladimir Plungian. Dans (Plungian 1998) la marque rétrospective est considérée comme la marque dont la fonction est le décalage au passé de la situation dont la localisaton sur l’axe temporel est déjà déterminée par une forme verbale. Le terme « marque rétrospective » a un précédent : c’est le terme « temps rétrospectif’ » proposé par Antonina Koval par rapport au système verbal peul (Koval & Gnalibouly 1997: 33). En peul toutes les formes aspectuelles constituant un inventaire assez diversifié peuvent être dotées d’une marque rétrospective -no(o)(-) qui atteste l’opposition « temps neutre vs. temps rétrospectif ». Dans (Plungian & van der Auvera 2006) la marque rétrospective est présentée comme la technique morphologique la plus répandue pour exprimer la valeur pour laquelle les auteurs proposent le terme de « passé discontinu » (« discontinuous past »). Dotées d’une marque du temps discontinu, les formes duratives et habiuelles acquièrent l’interprétation de passé interrompu (« framepast ») tandis que les formes perfectives acquièrent la valeur de résultat annulé (« cancelled result ») (Plungian & van der Auvera 2006: 325). Parfois la marque du passé discontinu peut se combiner aussi avec les formes verbales aspectuelles et modales qui renvoient au futur. Dans ce cas les valeurs obtenues sont plutôt celles de modalité, plus précisement la valeur irréelle et la valeur atténuative (Plungian & van der Auvera 2006: 341), celle-ci peut exprimer des voeux et des demandes polis. Ainsi, la valeur principale des marques du passé discontinu peut être décrite comme la rupture (« break ») entre le moment actuel/le moment de la parole et le moment du déroulement de la situation. Quant à la valeur irréelle, elle peut être représentée comme une rupture entre le monde réel et le monde irréel (Plungian & van der Auvera 2006: 342).

4Le plus souvent dans les langues du monde, les marques du passé discontinu servent à exprimer des valeurs supplémentaires (temporelles, discursives ou modales) qui se regroupent d’une façon très stable. Il s’agit des valeurs suivantes : le passé éloigné, l’information ancienne ou secondaire par rapport à la ligne narrative principale, le démarrage d’une narration, la valeur irréelle, la valeur atténuatiave (Plungian & van der Auvera 2006).

5L’expression des valeurs du passé discontinu par des marques rétrospectives est une stratégie très fréquente, mais elle n’est pas la seule possible. La même fonction peut être remplie par des formes du plus-que-parfait dont la fonction principale est d’exprimer l’antériorité au passé. Dans la littérature spéciale, on mentionne des valeurs secondaires du plus-que-parfait (« des valeurs absolues »), et leur liste est presque identique à celle des valeurs supplémentaires du passé discontinu : le passé éloigné, le passé interrompu, le résultat annulé, l’expérentiel, l’évidentiel, l’information ancienne ou secondaire par rapport à la ligne narrative principale, le démarrage d’une narration, la valeur irréelle, la valeur atténuatiave (Sichinava 2013).

6Du point de vue formel, les marques rétrospectives sont des modificateurs secondaires : des morphèmes de ce type ne s’appliquent pas à une base verbale privée des marques aspecto-temporelles, mais ils se combinent avec des formes à part entière du point de vue morphologique qui sont déjà localisées sur l’axe du temps (Plungian & van der Auvera 2006: 343). Dans la plupart des cas, les marques du passé discontinu sont représentées par des verbes auxiliaires ou des clitiques (ce qui est typique des langues d’Afrique de l’Ouest), bien que des affixes puissent être attestés dans cette fonction également (Plungian & van der Auvera 2006: 343).

7Il est très typique des marques rétrospectives ou des marques du passé discontinu d’apparaître dans les systèmes dits atemporels (Plungian & van der Auvera 2006: 326), c’est-à-dire ceux visant à exprimer des valeurs aspectuelles (« aspect-prominent ») ou modales (« mood-prominent »), la marque rétrospective étant le seul procédé exprimant une valeur temporelle proprement dite. Dans ce type de système, des formes aspectuelles ou modales acquièrent la référence temporelle par défaut : les formes imperfectives sont interprétées comme faisant référence au présent ; les formes perfectives expriment le passé, et les formes modales (telles l’intentionnel ou le prospectif) expriment le futur. Des langues se caractérisant par des systèmes verbaux de ce type sont concentrées dans quelques régions géographiques, l’Afrique de l’Ouest étant parmi ces régions (Plungian & van der Auvera 2006: 326).

8Dans le système verbal du kla-dan, tout comme dans les systèmes verbaux de la majorité des langues mandé, les valeurs aspectuelles prédominent. Cependant, on y trouve une autre construction exprimant une valeur temporelle propre (différente du passé discontinu), la construction du futur (4.1.).

9Les marques rétrospectives existent dans la plupart des langues mandé. Il convient de mentionner la marque rétrospective tùn de la langue bambara (Idiatov 2000; Vydrin 2017a), les marques nùn et tɛ̀rɛ(n) du kakabé (Vydrina 2017), la marque nú en soussou (Shluinsky 2017), la marque wóó de la langue toura (Idiatov & Aplonova 2017), la marque kʌ̄ en dan-gouèta (Vydrin 2017b), la marque kɛ̀ɛ̀ en mano (Khachaturyan 2017), la marque yàà en mwan (Perekhvalskaya 2017a), la marque yá̰á̰ en boko (Perekhvalskaya 2017b). Néanmoins la plupart de ces marques n’ont pas d’origine commune proto-mandé, leurs formes et fonctions syntaxiques varient considérablement. Ainsi, la marque tùn du bambara occupe la position entre le groupe nominal sujet et la marque prédicative de sorte que son appartenance à une quelconque partie de discours est obscure (Vydrin 2017a: 88–89) (1), la marque rétrospective yàà du mwan est une copule et occupe la position de sommet de la proposition (Perekhvalskaya 2017a: 725) (2), l’opérateur kʌ̄ du dan-gouèta occupe la position juste après la marque prédicative (Vydrin 2017b: 482) (3), tandis que la marque kɛ̀ɛ̀ du mano est une particule et occupe la position postverbale (Khachaturyan 2017: 708) (4). Voici quelques exemples :

(bambara)
(1) tùn bɛ́ dɔ́n fɔ́kabɛn tùn tɛ́
3SG RETR IPFV.AFF 3SG savoir accord RETR IPFV.NEG
sé kà kɛ́ túgun.
pouvoir INF faire plus

10‘Il savait déjà que la réconciliation était impossible’ (Idiatov 2000: 49).

(mwan)
(2) yàà yīláá ékē dìŋ ɓē.
3PL COP.RETR s’asseoir\HAB REC voisin ici

11‘Ils s’installaient l’un près de l’autre’ (Perekhvalskaya 2017a: 731).

(dan‑gouèta)
(3) Yā̰ā̰ɗi̋ɤ̋ ŋ̄ ɗē yɤ̏ kʌ̄ bāā zɔ̰̏
hier 1SG.NSBJ mère 3SG.EXI RETR manioc piler\NTR
gbɛ́.
beaucoup

12‘Hier ma mère a pilé beaucoup de manioc’ (Vydrin 2017b: 499).

(mano)
(4) Āà wàà kɛ́ì kɛ̀ɛ̀.
3SG.PRF entrer maison.LOC RETR

13‘Il était entré dans la maison’ (il n’y est plus ) (Khachaturyan 2017: 702).

14Les marques rétrospectives se distinguent aussi par le nombre des constructions concernées : ainsi, la marque tǔn du bambara s’emploie dans tous les types des constructions verbales (sauf la construction impérative), aussi bien que dans les constructions non-verbales (Idiatov 2000: 46; Vydrin 2017: 89), la marque wóó en toura peut s’employer dans presque toutes les constructions verbales (sauf la construction impérative) (Idiatov & Aplonova 2017: 604), tandis que la marque kʌ̄ du dan-gouèta ne s’emploie que dans les constructions de l’aspect neutre et dans deux constructions négatives rétrospectives (qui se distinguent par des séries de marques prédicatives).

15Il convient de mentionner ici les marques rétrospectives toura et gouro qui présentent un intérêt particulier pour la famille mandé. Dans ces deux langues il existe une classe lexico-sémantique d’opérateurs temporels dont la marque rétrospective fait partie. En toura ces marques occupent la position juste après la marque prédicative, tandis qu’en gouro elles occupent la position postverbale et constituent une sous-classe d’adverbes. En dehors de la marque rétrospective, ces classes comprennent un nombre de lexèmes qui expriment différentes valeurs temporelles. En gouro, la classe des opérateurs contient les lexèmes suivants : yīlà ~ yālà ~ yílà/yíɓà̰ ‘avant-hier, il y a longtemps’ (assume les fonctions de marque rétrospective), tūlū ‘d’habitude ; il y a plus d’un jour (le résultat persiste au moment où l’on parle)’, kō̰ó̰ ‘aujourd’hui’ (du matin jusqu’au soir), láʊ́ ‘aujourd’hui ou très récemment’, sḭ̄ḭ́ ‘tout à l’heure’. Toutes ces marques indiquent une distance temporelle ou changent le sémantisme des constructions de base de manières différentes (Kuznetsova & Kuznetsova 2017: 819–820).

16L’ordre de base des constituants dans la proposition verbale en kla-dan est « (S –) Aux (– Op) – OD – V (– OI pp) » si le verbe est transitif et « (S –) Aux (– Op) – V (– OI pp) » si le verbe est intransitif. S est le sujet (dont la position peut rester vide), Aux est la marque prédicative conjuguée (MPC), Op est l’opérateur, V est le prédicat verbal, OD est le complément d’objet direct, OI est le complément d’objet indirect ou circonstant, pp est la postposition.

17L’aspect, le temps, la modalité et la polarité sont des catégories de la phrase et sont exprimées par plusieurs éléments : 1) marque prédicative conjuguée, 2) opérateur, 3) verbe auxiliaire, 4) forme flexionnelle du verbe lexical. Dans les formules des constructions verbales, les informations concernant la MPC et les caractéristiques morphologiques du verbe sont données en accolade.

  • 2 Le problème de l’emploi des constructions conjointes et de la dépendance syntaxique est examiné (...)

18Certaines constructions à MPC de la série existentielle ont des corrélés dits conjoints où cette MPC est remplacée par la MPC de la série conjointe ; dans ce cas le verbe subit une modification tonale. Il s’agit des constructions de l’aspect neutre, rétrospective, imperfective, de l’imparfait et irréelle. Les constructions conjointes s’emploient dans les phrases complexes, en particulier corrélatives, conditionnelles et concessives, et dans la première partie de la phrase temporelle. En simplifiant les choses, on pourrait constater que les constructions conjointes sont des corrélés subordonnés des constructions correspondantes à MPC de la série existentielle2. Dans le paradigme négatif l’opposition entre les constructions non-conjointes et les constructions conjointes est neutralisée. Car la dérivation des constructions conjointes est régulière, leurs schèmes ne sont pas indiqués dans les tableux suivants.

2. Marques rétrospectives du kla-dan et leurs traits morphosyntaxiques

19Il existe en kla-dan deux marques rétrospectives, kɯ̰̀ et kà, qui se distinguent par leurs propriétés morphologiques et syntaxiques ainsi que par leur distribution et le sémantisme. Nous allons les examiner à tour de rôle.

2.1. La marque kɯ̰̀

20Du point de vue morphologique et syntaxique, la marque kɯ̰̀ est un verbe qu’on peut traduire comme ‘être au passé’. Son étymologie est obscure. Dans le dialecte santa, ce verbe apparaît sous la forme gɯ̰̀, et en zouzousso, kɯ̰̀. Il peut apparaître dans les constructions non-verbales ou verbales. Considérons-les à tour de rôle.

2.1.1. Constructions non-verbales

21En kla-dan il y a trois types de constructions non-verbales : équative, qualitative et locative. L’introduction de kɯ̰̀ transforme, du point de vue formel, la construction non-verbale en une construction verbale dont le type est déterminé par la série de MPC. Le corrélé rétrospectif de la construction non-verbale affirmative est la construction de l’aspect neutre dont la structure est (S – ) Aux{EXI} – (DO) – V{NTR} et le corrélé de la construction non-verbale négative est la construction négative imperfective à structure (S – ) Aux{NEG.IPFV} – (DO) – V. Dans ces constructions la position verbale est occupée par le verbe kɯ̰̀ dont le contour tonal lexical subit un changement standard : dans la construction affirmative de l’aspect neutre il est remplacé par le contour ultra-bas (dans la construction conjointe de l’aspect neutre il est remplacé par le contour tonal bas), dans la construction négative imperfective le contour tonal du verbe ne change pas. Les schèmes des constructions affirmatives et négatives non-verbales et des constructions corrélées verbales à verbe kɯ̰̀ sont présentés dans le Tableau 1.

Tableau 1. Constructions non-verbales et leurs corrélés verbaux à verbe kɯ̰̀

Construction non‑verbale Présent Passé
Construction équative
Construction équative
négative
(S – ) Aux (EXI) – GN – ká
(S – ) Aux (NEG.IPFV) – GN – ká
(S) – Aux (EXI) – kɯ̰̏ – GN – ká
(S) – Aux (NEG.IPFV) – kɯ̰̀ – GN – ká
Construction qualitative
Construction qualitative
négative
(S – ) Aux (EXI) – ADJ
(S – )Aux (NEG.IPFV) – ADJ
(S) – Aux (EXI) – kɯ̰̏ – ADJ
(S) – Aux (NEG.IPFV) – kɯ̰̀ – ADJ
Construction locative
Construction locative
négative
(S – ) Aux (EXI) – GP/LOC
(S – ) Aux (NEG.IPFV) – GP/LOC
(S) – Aux (EXI) – kɯ̰̏ – GP/LOC
(S) – Aux (NEG.IPFV) – kɯ̰̀ – GP/LOC

22Les exemples (5a) et (6a) présentent des constructions non-verbales équative et locative, et les exemples (5b) et (6b) sont leurs analogues avec le verbe auxiliaire kɯ̰̀.

(5а) Ŋ̀ dʌ̀ yȅ lùèŋ́ɓḭ̀ ká.
1SG.NSBJ père 3SG.EXI chasseur avec

23‘Mon père est chasseur’.

(5b) Ŋ̀ dʌ̀ yȅ gɯ̰̏ lùèŋ́ɓḭ̀ ká.
1SG.NSBJ père 3SG.EXI être.PST\NTR chasseur avec

24‘Mon père était chasseur’.

(6а) Ɓla̋a̋ yȅ gɯ̰̋ŋ̋ lɤ̀.
mouton 3SG.EXI cour dans

25‘Le mouton est dans la cour’.

(6b) Ɓla̋a̋ yȅ gɯ̰̏ gɯ̰̋ŋ̋ lɤ̀.
mouton 3SG.EXI être.PST\NTR cour dans

26‘Le mouton était dans la cour’.

27Les constructions imperfectives (7b) sont originellement des constructions locatives et doivent être examinées avec les constructions non-verbales. Le suffixe de l’infinitif ká provient d’une postposition, qui au plan synchronique s’emploie avec une valeur comitative, parfois il s’emploie aussi avec une valeur de localisation temporelle (26, 46). Tout comme les constructions non-verbales à valeur locative, les constructions imperfectives (7a) sont décalées au passé à l’aide du verbe kɯ̰̀ (7b). Les schèmes des constructions imperfectives et leurs corrélés à verbe auxiliaire kɯ̰̀ sont présentés dans le Tableau 2.

Tableau 2. Constructions imperfectives et leurs corrélés à verbe kɯ̰̀

Construction verbale Présent Passé Construction verbale
Construction imperfective (S – ) Aux{EXI} – (DO) – V-ká (S – ) Aux {EXI} – kɯ̰̏ – (DO) – V-ká Construction de l’imparfait
Construction négative de l’imparfait (S – ) Aux{NEG.IPFV} – (DO) – V-ká (S – ) Aux{NEG.IPFV} – kɯ̰̀ – (DO) – V-ká Construction négative imperfective
(7а) Yȅ sɔ̰̋-kʌ̀-ká yràá gɔ̏.
3SG.EXI peur-faire-INF lion chez

28‘Il a peur des lions.’

(7b) Yȅ gɯ̰̏ sɔ̰̋-kʌ̀-ká yràá gɔ̏.
3SG.EXI être.PST\NTR peur-faire-INF lion chez

29‘Il avait peur des lions.’

2.1.2. Constructions verbales

30Lors du décalage au passé des situations exprimées par des constructions verbales, ces constructions sont insérées dans une proposition principale où le verbe kɯ̰̀ occupe la position de prédicat. La position du sujet de la proposition insérée doit rester vide. La présence de deux MPCs dans la construction et l’absence du GN sujet auprès de la deuxième MPC donnent lieu à un analyse de ce type de constructions comme des constructions sérielles (cf. la même proposition dans (Plungian & van der Auvera 2006: 345)), tandis que dans (Sichinava 2013) la construction du plus-que-parfait du kla-dan est mentionnée comme ayant une ressemblance avec des constructions du passé surcomposé de l’Eurasie (cf. les formes du passé surcomposé en franҫais il a eu oublié (Sichinava 2013: 125) ou en farsi kard-e bud-e ast).

31Les constructions verbales et leurs corrélés à verbe kɯ̰̀ sont présentés dans le Tableau 3.

Tableau 3. Constructions verbales et leurs corrélés à verbe kɯ̰̀

Construction verbale Présent Passé Construction verbale
Construction du parfait S – Aux{PRF} – (DO) – V (S – ) Aux{PRF} – kɯ̰̀ – Aux{PRF} – (DO) – V Construction du plus-que-parfait
Construction du futur (S – )Aux{PROSP} – (DO) – V (S – ) Aux{EXI} – kɯ̰̏ – Aux{PROSP} – (DO) – V
(S – ) Aux{NEG.IPFV} – kɯ̰̀ – Aux{PROSP} – (DO) – V
Construction irréelle
Construction irréelle négative

32Par le moyen du verbe auxiliaire kɯ̰̀, la construction du plus-que-parfait (9) est dérivée de la construction du parfait (8), et la construction irréelle (11) de la construction du futur (10).

  • 3 Lors du travail avec des locuteurs de la langue kla-dan on utilisait les questionnaires TMAQ (« Th (...)

33(TMAQ3 153) [Le locuteur vient de voir le roi arriver (plus tôt qu’on le croyait à arriver) :]

(8) Ɓȁ̰sá̰ yà yȍȍ vʌ̰̀ŋ̋.
roi 3SG.PRF venir déjà

34‘Le roi est déjà venu.’

(9) Fáŋ́lȁ yá kà lṵ̀ fɛ́tí tȁ yà kɯ̰̀
Fanta 3SG.JNT RETR venir\JNT fête sur 3SG.PRF être.PST
yà bàȁ.
3SG.PRF arranger

35‘Quand Fanta est venue à la fête, elle était bien habillée’.

(10) Ɓ̰̰ pʌ̀ ɓá gbȁlɛ̏ ɤ̀ gɔ̏,
1SG.PROSP chose certain demander 2SG.NSBJ chez 3SG.NSBJ
pʌ̏ li̋a̋ dȅ bɤ̋ɤ̋ yà ɓɔ̰́ ŋ̀ gɯ́.
chose\REF sympathie soi-même forme 3SG.PRF entrer 1SG.NSBJ dans

36‘Je vais te demander une chose, cette chose m’a beaucoup plu’.

(11) Yá̰á̰le̋ ɓɔ̰́ɓíí yȅ kɯ̰̏ yèé ɓȁ̰
hier voiture 3SG.EXI être.PST\NTR 3SG.PROSP frapper
ŋ̀ ɓȁ̰.
1SG.NSBJ sur

37‘Hier une voiture a failli m’abattre’.

38Deux (types de) constructions à verbe auxiliaire kɯ̰̀ n’ont pas de correspondances directes. C’est la construction de l’aspect neutre à verbe lexical kʌ̀ ‘devenir’ en forme de supin qui exprime la condition irréelle, imaginaire ou contrefactuelle :

(12) Yȅ kɯ̰̏ kʌ̀ lɛ̏ɛ̏ ŋ̀ɓȁ̰ kɔ́
3SG.EXI être.PST\NTR devenir.SUP que 1SG.POSS maison
yȅ Gṵ̏ȁ̰ȁ̰ pe̋ ŋ̀ kɯ̰̏ ɓà̰á̰ lúéé dȁ
3SG.EXI Bafing dans 1SG.EXI être.PST\NTR 1SG.PROSP ligne monter
yì gbà̰.
jour tout

39‘Si ma maison était près du Bafing, je pêcherais chaque jour’.

40Il existe encore une série de constructions à valeur du successif dont la structure inclut le verbe auxiliaire kɯ̰̀ à suffixe de futur et le supin du verbe lexical. Ces constructions s’emploient dans la deuxième partie de la phrase complexe à valeur de taxis. Les schèmes de ces constructions sont présentées si-dessous :

41yèlɛ̰̀ – (S – ) Aux{JNT} – kɯ̰̀-lȁ̰ – V{SUP} ;

42kɤ̀ – (S – ) Aux{CONJ} – kɯ̰̀-lȁ̰ – V{SUP} ;

43tó – (S – ) Aux{PRF} – kɯ̰̀-lȁ̰ – V{SUP}.

44Dans ces constructions la forme de la MPC est choisie en fonction de la conjonction de taxis qui les introduisent. Le choix de la conjonction est déterminé à son tour par le plan temporel et l’itération d’une situation : yèlɛ̰̀ s’emploie lors de la description des événements qui se succèdent au passé (13), kɤ̀ s’emploie lors de la description des événements qui se succèdent au futur (14), tó s’emploie dans le cas où les événements se succèdent régulièrement au présent ou au passé (15).

(13) Yȅ kɯ̰̏ bɛ̏ŋ̏-sɯ́-ká yèlɛ̰̀
3SG.EXI être.PST\NTR course-prendre-INF et 3SG.JNT
kɯ̰̀-lȁ̰ pɤ̏.
être.PST-FUT tomber.SUP

45‘Il courait jusqu’à ce qu’il soit tombé’.

(14) Ɓà̰á̰ t ɓáálá-kʌ̀ sɯ̏ ká kɤ̀ bḭ̋ yȅ
1SG.PROSP rester travail-faire NMLZ avec et nuit 3SG.CONJ
kɯ̰̀-lȁ̰ ɓɔ̰́ɔ̰̏.
être.PST-FUT tomber.SUP

46‘Je vais travailler jusqu’à ce que la nuit tombe’.

(15) Fȁtű yȅ se̋ lűű-ká tó yà kɯ̰̀-lȁ̰
Fatou 3SG.EXI feu eteindre-INF et 3SG.PRF être.PST-FUT
wȍ ya̋ȁ kɔ́ɔ́ lɤ̀.
sortir.SUP dehors maison.intérieur dans

47‘Avant de sortir de la maison Fatou éteint la lumière’.

2.2. La marque kà

  • 4 La classe des opeŕateurs ne contient que deux lexèmes. Le deuxième lexème est la marque de néga (...)

48L’élément kà est un opérateur.4 Son étymologie reste obscure. Il est probable qu’il provient du verbe kʌ̀ ‘devenir/faire’ : en dan-gouèta la marque rétrospective et le verbe à valeur ‘devenir-faire’ ont la même forme – kʌ̄. Néanmoins, au plan synchronique la marque rétrospective kʌ̄ ne peut pas être considérée comme un verbe auxiliaire parce qu’elle ne subit pas de changement du contour tonal qui est obligatoire dans les constructions à MPC de la série existentielle (Vydrin 2017b: 499).

49L’opérateur kà n’apparaît que dans les constructions verbales après la marque prédicative conjuguée. Dans le dialecte zouzousso la consonne de la marque devient sonore (gà) après la MPC 1 sg. ŋ̀. La marque kà sert à former la construction rétrospective (17) sur la base de la construction de l’aspect neutre (16). Kà apparaît également dans les deux constructions négatives perfectives dont le sommet est une MPC de la série négative imperfective (19) ou une MPC de la série négative perfective (21).

Tableau 4. Constructions verbales et leurs corrélés avec l’opérateur kà

Construction verbale Présent Passé Construction verbale
Construction de l’aspect neutre (S – ) Aux{EXI} – (DO) – V{NTR} (S – ) Aux{EXI} – kà (DO) – V{NTR} Construction rétrospective
Construction négative imperfective (S – ) Aux{NEG.IPFV} – (DO) – V (S – ) Aux{NEG.IPFV} – kà – (DO) – V Construction négative perfective 1
Construction négative perfective 2 (S – ) Aux{NEG.PFV} – (DO) – V (S – ) Aux{NEG.PFV} – kà – (DO) – V Construction négative perfective 3
(16) Ŋ̀ kpɔ̏ pɤ́ lɤ̀ lɛ̰̀.
1SG.EXI naître\NTR village dans FOC

50‘Je suis né au village’.

(17) Le̋ kɤ̀ glȕ yíí dȁ kɤ̏
avant pour.que guerre 3SG.NEG.PFV commencer encore
kà lűe̋ŋ̋ ɓe̋ȅ kʌ̏ kɛ̋ɛ̋ ɓá̰á̰ lìàa̋
1PL.ecxl.EXI RETR vie bon faire\NTR mais 1SG.NEG.IPFV demain
ɓȁ dɔ̀.
POSS savoir

51‘Avant que la guerre ait commencé, notre vie avait été bonne, mais maintenant je ne suis pas sûr de l’avenir’.

(18) Lè yɔ̋ɔ̋ yáá ló.
femme équivalent 3SG.NEG.IPFV exister

52‘Personne ne vaut une femme’.

(19) Wáá kà ɓɛ̰̀ yè.
3PL.NEG.IPFV RETR homme voir

53‘Ils n’ont vu personne’.

(20) Lḭ̋ Yáȁtʌ̏lʌ̰́ yíí pʌ̀ ɓá kʌ̀ ɓòó
si Dieu 3SG.NEG.PFV chose certain devenir 2SG.PROSP
sɔ̀ɔ́-ɓò.
3SG.NSBJ trouver

54‘Si le Dieu n’a pas fait quelque chose [pour toi], tu l’obtiendras’.

(21) Yá lṵ̀ ɓɛ̰̀ őő ɓɛ̰̀ ɓá yíí
3SG.JNT venir\JNT homme chaque homme certain 3SG.NEG.PFV
kà yè.
RETR.3SG.NSBJ voir

55‘Quand il est venu, personne ne l’a vu’.

3. Sémantisme des constructions non-verbales à marques rétrospectives

56Le sémantisme de la construction de l’imparfait peut être décrit comme « l’imperfectif + le passé ». La construction de l’imparfait et la construction imperfective expriment les valeurs suivantes : le progressif (22, 23), le statif (24, 25), l’itératif (26, 27), la seule distinction étant au plan temporel des situations qu’elles décrivent.

57(TMAQ 86) [Q : Ton frère qu’est qu’il fait а ce moment? (= Dans quelle activité est-il engagé?) R :]

(22) Yȅ blűű ɓɤ̏-ká t yà yi̋ ɓɯ̰̀ tȁ.
3SG.EXI pain manger-INF et 3SG.PRF eau boire 3SG.NSBJ sur

58‘Il est en train de manger du pain et de boire de l’eau’.

(23) Gbȁtȍ yȅ kɯ̰̏ ta̰̋-dȁ-ká Za̰̋ yȅ
Gbato 3SG.EXI être.PST\NTR chant-mettre-INF Zan 3SG.EXI
kɯ̰̏ gȁ-ká.
être.PST\NTR 3SG.NSBJ regarder-INF

59‛Gbato était en train de chanter, et Zan était en train de le regarder’.

(24) Ŋ̀ dɔ̀-ká lɛ̋ɛ̏trʌ̏ dȁȁ gɔ̏.
1SG.EXI attendre-INF 3SG.NSBJ lettre réponse chez

60‘J’attends une réponse à la lettre’.

(25) pɤ́ lȕȕtíȉ wɛ̀ɛ̏ y kɯ̰̏ yȁ-ká
3SG.NSBJ village chef ce 3SG.EXI être.PST\NTR habiter-INF
pɤ́ lɤ̀.
village dans

61‘Le chef habitait dans ce village’.

(26) Sa̋ȁ ɓe̋ȅ yȅ ɓò-ká wɔ̏ɔ̏yɔ̰́ɔ̰̏ yȉ
sacrifice bon 3SG.EXI s’effectuer-INF vendredi jour\REF
lɛ̰̀ɛ̰̏ k.
FOC.3SG.NSBJ avec

62‛Chaque vendredi on fait le sacrifice’.

(27) kɯ̰̀ pɤ́ lɤ̀ Za̰̋ yȅ
1PL.EXCL.JNT être.PST\JNT village dans Zan 3SG.EXI
kɯ̰̏ lṵ̀-ká ìȉ yùàá tȁ.
être.PST\NTR venir-INF 1PL.EXCL.POSS salutation sur

63‘Quand nous étions au village, Zan venait [régulièrement] nous saluer’.

64Il semble assez intéréssant que l’idée de la rupture avec le moment de la parole n’est pas tout à fait obligatoire pour la construction imperfective. On trouve des examples où rien n’est dit sur l’état actuel des affaires, en outre, il y a des exemples où la situation exprimée par la construction imperfective est conservée au moment de la parole :

65(28) [Maintenant tous les sorciers ont peur de manger la viande d’enfants. S’ils voient un enfant, ils disent : « Tue cet enfant ».]

Wȍ kɯ̰̏ sɔ̰̋-kʌ̀-ká lʌ̰́ lɔ̰̋ɔ̰̏ le̋.
3PL.EXI être.PST\NTR peur-faire-INF enfant même devant
Àa̋lḭ̏ lɔ̀ɔ̋dȅȅlʌ̰́ tó wà sɔ̰̋-kʌ̀ ȁ le̋.
même bébé et 3PL.PRF peur-faire 3SG.NSBJ devant

66‘Ils avaient peur même de l’enfant. Ils ont peur même du bébé’.

4. Sémantisme des constructions verbales à marques rétrospectives

4.1. Construction irréelle

67La construction irréelle se forme sur la base de la construction du futur qui exprime les valeurs suivantes : l’intentionnel (10), le proximatif, le prédictif (29) et le futur d’horaire (30).

(29) Ɓòó ló kàȁ sɛ̋ gɯ́ ɛ̀ tó ɓà̰ȁ̰
2SG.PROSP aller 2PL.POSS pays dans TOP et 1SG.CNTR.TOP
ɓà̰á̰ ló ŋ̀ɓȁ̰ pɤ́ lɤ̀ ɛ́ yèé kʌ̀ lɛ̏
1SG.PROSP aller 1SG.POSS village dans TOP 3SG.PROSP devenir que
kúá gó kúɤ́ŋ̏.
1INCL.AUG.CONJ quitter ensemble

68‘Tu partiras dans ton pays et moi, j’irai dans mon village, ainsi nous nous séparerons’.

69(FTRQ 90)

(30) Trɛ̀ŋ́ yèé l ɓḭ̏dìȉ ká.
train 3SG.PROSP partir midi avec

70‘(Selon l’horaire) le train part à midi’.

71En général les constructions irréelles s’emploient dans les constructions conditionnelles irréelles (imaginaires (31) et contrefactuelles (32-33)) ; la construction conjointe s’emploie dans la protase (31), la construction non-conjointe dans l’apodose (31-32), et la construction négative, dans les deux parties de la phrase complexe (33) :

(31) L̰ Sȉgí kɯ̰̀ yèé sɛ́ɛ̏lɛ̋ kʌ̀ dȉɛ̏ɛ̏
si Sigi 3SG.JNT être.PST\JNT 3SG.PROSP papier faire maintenant
gɯ́ yȅ kɯ̰̏ yèé tó flʌ́ʌ̏ gɯ́ lɛ̋lɛ̋ dò
dans 3SG.EXI être.PST\NTR 3SG.PROSP rester paix dans heure un
gɯ́.
dans

72‘Si Sigi était en train d’écrire une lettre maintenant, il serait libre dans une heure’.

(32) Y kɯ̰̏ kʌ̀ lɛ̏ yàȁ pɤ̀
3SG.EXI être.PST\NTR devenir.SUP que 3SG.PRF> 3SG.NSBJ dire
pɤ́ ɓḭ̏ lṵ̏ lʌ̏ : ŋ̀ ló-ká zőő sɯ́ɯ̏
village homme\REF PL pour 1SG.EXI aller-INF féticheur prendre.SUP
dɯ̀ɓḭ̏ lṵ̏ wȍ kɯ̰̏ wòó bȉ, wȍ
sorcier PL 3PL.EXI être.PST\NTR 3PL.PROSP se.cacher 3PL.EXI
kɯ̰̏ wòó bɛ̏ŋ̏-sɯ́.
être.PST\NTR 3PL.PROSP course-prendre

73‘S’il avait dit au villageois : « Je m’en vais checher un féticheur » , les sorciers se seraient cachés, ils auraient fui’.

(33) lèe̋ yáá kɯ̰̀ yèé
2SG.NSBJ mère 3SG.NEG.IPFV être.PST 3SG.PROSP 2SG.NSBJ
kpɔ́ ɓáá kɯ̰̀ ɓòó lṵ̀ sɛ̋ tȁ.
naître TOP 2SG.NEG.IPFV être.PST 2SG.PROSP venir terre sur

74‘Si ta mère ne t’avait pas mise au monde, tu ne serais pas venu sur terre’.

75En outre la construction irréelle du kla-dan s’emploie avec une valeur avertive, c’est-à-dire elle décrit la rupture du processus immédiatement avant le final (11). Le sémantisme de la construction irréelle est determiné par le fait que la valeur de la construction du futur était celle du prospectif. La valeur prospective à son tour s’était apparemment développée sur la base de la valeur intentionnelle (Vydrin 2012: 622), cette valeur archaïque est aussi conservée par la construction irréelle :

(34) Ŋ́ kɯ̰̀ ɓà̰á̰ wȍ kéȅ pɤ̀ ɤ̀ lʌ̏
1SG.JNT être.PST\JNT 1SG.PROSP voix qui dire 2SG.NSBJ pour
yèlɛ̰̀ɛ̰́ wɛ̏ lɛ̏.
et.3SG.JNT voici TOP

76‘C’est ce que je voulais te dire’.

4.2. Construction du plus-que-parfait

77La construction du plus-que-parfait se forme sur la base de la construction du parfait qui exprime les valeurs suivantes : le parfait (8), le résultatif (35), le parfait d’expérience (36). Voici quelques exemples :

(35) Ɓá̰ láŋ̏-ɓò le̋.
1SG.PRF croire 2SG.NSBJ devant

78‛Je te crois’.

79(TMAQ 42) [Q :]

(36) Ɓá ŋ̀ lȍȍ yè kɔ̏ dò kʌ̀ ʌ̏?
2SG.PRF 1SG.NSBJ frère.aîné voir fois un au.moins Q

80‘Avais-tu vu mon frère aîné au moins une fois?’

81La construction du plus-que-parfait exprime les valeurs suivantes : le parfait + le passé (9), le parfait d’expérience + le passé (37), le résultat annulé (38).

82(TMAQ 48) [Q : Quand vous êtes venus ici il y a un an, connaissiez-vous mon frère aîné? R :]

(37) Ɓá̰ kɯ̰̀ ɓá̰ yè.
1SG.PRF être.PST 1SG.PRF 3SG.NSBJ voir

83‘(Oui,) je l’avais vu (au moins une fois avant que je sois venu ici)’

84(TMAQ 129) [En regardant l’image d’une maison détruite :]

(38) Dè lɛ̰̀ yà kɯ̰̀ yà kɔ́ ɓɛ̰́ɛ̰̏ dɔ̀ ȅ?
qui FOC 3SG.PRF être.PST 3SG.PRF maison ce construire Q

85‘Qui avait construit cette maison ?’

4.3. Construction rétrospective

86La construction rétrospective se forme sur la base de la construction de l’aspect neutre qui exprime un nombre de valeurs de la zone perfective (16) aussi bien que de la zone imperfective (39-40).

87(TMAQ 117) [En parlant de l’eau dans un lac qui n’est en vue ni du locuteur ni de l’écouteur :]

(39) Ŋ̀ lȍȍ yȅ wɔ̰́ dɔ̏
1SG.EXI frère.aîné 3SG.EXI 3SG.NSBJ affaire savoir\NTR
tṵ̏ȁ̰ȁ̰ lɛ̏ɛ̏ yi̋ yȅ sìàȁ dɛ̏ɛ̏.
maintenant que eau 3SG.EXI froid aujourd’hui

88‘Mon frère aîné sait maintenant que l’eau est froide aujourd’hui’.

(40) Ɓɛ̰̀ ɓá lṵ̏ wȍ lṵ̏ ɓla̋a̋ ká, ɓɛ̰̀
homme certain PL 3PL.EXI venir\NTR mouton avec homme
ɓá lṵ̏ wȍ lṵ̏ tɔ̏ ká.
certain PL 3PL.EXI venir\NTR poule avec

89‘Certains gens amènent des moutons, certains gens apportent des poules’.

90La construction rétrospective exprime les valeurs suivantes : le passé interrompu (17), le passé éloigné (41), le résultat annulé (42) ; elle s’emploie aussi dans la protase de la construction conditionnelle contrefactuelle (43).

(41) Ŋ̀ lèe̋ yá kɯ̰̀ lʌ̰́ sɛ̰́ɛ̰́ ká
1SG.NSBJ mère 3SG.JNT être.PST\JNT enfant petit avec
ŋ̀ la̰̋ yȅ k dȁ lȁkùèȅ
1SG.NSBJ grand-mère 3SG.EXI RETR 3SG.NSBJ mettre\NTR école
gɯ́.
dans

91‘Quand ma mère était petite, ma grand-mère l’a emmenée à l’école’.

92(TMAQ 61) [Il fait froid dans la chambre. La fenêtre est fermée. Q :]

(42) kà fȅlɛ̰́ɛ̰̏trʌ̏ li̋-pȕ ȕ?
2SG.EXI RETR fenêtre bouche-ouvrir\NTR Q

93‘Avais-tu ouvert la fenêtre?’

94(TMAQ 106) [Le locuteur sait que le garçon s’attendait а recevoir l’argent qu’il ne l’a pas reçu.]

(43) Lḭ̋ gɔ̰̀ yȅ kà wʌ́ʌ̏ sɯ̏ yȅ
si 3SG.NSBJ garçon 3SG.EXI RETR argent prendre\NTR 3SG.EXI
kɯ̰̏ yèé ȁɓȁ lɔ̰̋ɔ̰̏bɔ̏ sà̰ŋ́ ɓò.
être.PST\NTR 3SG.PROSP 3SG.POSS amie cadeau effectuer

95‘Si le garçon avait reçu de l’argent, il aurait acheté un cadeau pour son amie’.

96Il existe aussi une forte tendance d’employer la construction rétrospective avec des circonstants temporels tels que « l’année passée », « un jour », « hier » :

(44) Pɤ́ ɓḭ̏ lṵ̏ wȍ kà zḭ̀à̰ŋ̀ bȁ yá̰á̰le̋.
village homme\REF PL 3PL.EXI RETR route nettoyer\NTR hier

97‘Les villageois ont débroussaillé la route hier’.

(45) kà sɔ̀ dȁ yɛ̰́ɛ̰̏ blɛ̏ɛ̏sɯ̏
2SG.JNT RETR 3SG.NSBJ tissu monter\JNT jour premier
kéȅ ká yȅ kà lȉ ŋ̀ lʌ̏, yȅ kà
REL avec 3SG.EXI RETR plaire\NTR 1SG.NSBJ pour 3SG.EXI RETR
ŋ̀ gȁ̰ ya̰̋ ɓȁ̰.
1SG.NSBJ tirer\NTR 3SG.NSBJ couleur sur

98‘Le premier jour où tu avais mis cette blouse, elle m’a plu, elle m’a attiré par sa couleur’.

99Mais assez souvent les locuteurs emploient la construction rétrospective (46b, 47b) là où on s’attend à l’emploi de la construction de l’aspect neutre (46a) ou de la construction du parfait (47a) :

100(TMAQ 99) [Q : Combien de temps est-ce que ton frère a mis а terminer la lettre? R :]

(46a) Yȅ lɛ̋ɛ̏trʌ̏ wȍ yȁ lɛ̋lɛ̋ dò.
3SG.EXI lettre voix mettre heure un
(46b) Yȅ kà lɛ̋ɛ̏trʌ̏ wȍ yȁ lɛ̋lɛ̋ dò.
3SG.EXI RETR lettre voix mettre\NTR heure un

101‘Il l’a écrit pendant une heure’.

(47a) Gbȁtȍ yà bʌ̀ʌ́ kpáȁdʌ̏ bȁ ȁɓȁ gìàa̋
Gbato 3SG.PRF herbe mauvais nettoyer 3SG.POSS manioc
gɯ́ lɤ̀.
intérieur dans

102‘Gbato a nettoyé son champ de manioc de mauvaises herbes’.

(47b) Kíéȅ lɛ̰̀ɛ̰́ kà ŋ̀ɓȁ̰ gìàa̋
association.de.travail FOC.3SG.JNT RETR 1SG.POSS manioc
gɯ́ lɛ̏ bȁ.
intérieur terre nettoyer\JNT

103‘C’est une association de travail qui a nettoyé mon champ de manioc’.

104En outre, la construction est attestée assez fréquemment dans les textes en exprimant des événements de la ligne narrative principale :

105(48) [Le chef du village s’est levé et il a appelé un homme, et il a dit : « Aujourd’hui allez convoquer les gens, convoquer les gens, j’ai besoin d’eux à la place publique. » Il ne leur a pas dit que le féticheur était venu.]

Yȅ kàȁ pɤ̏ lɛ̰̀ ŋ̀ɓȁ̰ wɔ̰̏
3SG.EXI RETR.3SG.NSBJ dire\NTR FOC 1SG.POSS affaire\REF
yȅ kà ɓȁ̰.
3SG.EXI 2PL.NSBJ sur

106‘Il n’a dit que : « J’ai besoin de vous »‘.

4.4. Construction négatives perfectives

107La marque kà est aussi un élément structurel de deux constructions négatives perfectives. La première construction (la construction négative perfective 1) se forme sur la base de la construction négative imperfective, l’autre (la construction négative perfective 3) se dérive à partir de la construction négative perfective 2. Néanmoins l’effet sémantique du décalage au passé des constructions négatives n’est pas identique à l’effet qui est observé dans le paradigme des constructions affirmatives, ce qui est lié à la dominance hiérarchique de la catégorie de polarité sur le temps et l’aspect (Urmanchieva 2003: 483). En outre, il n’existe pas de correspondance biunivoque entre les deux paradigmes : une construction affirmative peut avoir plus d’un corrélé négatif aussi bien qu’une construction négative peut avoir plus d’un corrélé affirmatif.

108En kla-dan il y a trois constructions négatives perfectives, elles sont présentées dans le Tableau 4 et dans les exemples (49b-d) : la position du sommet de la proposition est occupé par la MPC de la série negative imperfective (construction 1) ou perfective (constructions 2 et 3), dans le premier cas la présence de la marque rétrospective kà est obligatoire (49b), dans le deuxième cas, optionnelle (49c-d).

(49a) Y gɔ̏-dɔ̀ bɛ̏ŋ̏ ká ɓɛ̰̀ dò ɓȁ̰.
3SG.PRF tête-mettre course avec homme un sur

109‘Il a couru vers un homme’.

(49b) Yáá kà gɔ̏-dɔ̀ bɛ̏ŋ̏ ká ɓɛ̰̀ dò ɓȁ̰.
3SG.NEG.IPFV RETR tête-mettre course avec homme un sur
(49c) Yíí gɔ̏-dɔ̀ bɛ̏ŋ̏ ká ɓɛ̰̀ dò ɓȁ̰.
3SG.NEG.PFV tête-mettre course avec homm un sur
(49d) Yíí k gɔ̏-dɔ̀ bɛ̏ŋ̏ ká ɓɛ̰̀ dò ɓȁ̰.
3SG.NEG.PFV RETR tête-mettre course avec homm un sur

110‘Il n’a pas couru vers un homme’.

111Les trois constructions correspondent à la construction du parfait (49a) et semblent être synonymiques. De plus, lors de la présence de la marque rétrospective kà l’opposition entre la MPC de la série négative perfective et la MPC de la série négative imperfective est neutralisée. La construction des formes négatives du parfait à l’aide des marques qui servent à décaler des situations au passé dans le paradigme affirmatif est un phénomène assez repandu du point de vue typologique. Ce fait n’est pas surprenant : la valeur de parfait est basée sur le lien entre un événement au passé et le moment actuel, et la négation de cette valeur implique la rupture de ce lien. En outre, dans les langues du monde il y a une tendance de présenter une situation décrite par une prédication négative comme ayant un lien affaibli avec la réalité et de marquer la rupture entre la situation donnée et le moment actuel représentant la réalité. Autrement dit, dans la prédication négative la marque rétrospective est privée de sa fonction temporelle d’origine et sert à estimer la probabilité de la situation en négation (Urmanchieva 2003: 472). L’emploi des formes imperfectives dans les prédications négatives qui correspondent aux formes affirmatives du parfait est aussi stable du point de vue typologique (Urmanchieva 2003: 483).

5. Compétition entre les constructions

112La construction rétrospective est en compétition avec la construction irréelle et la construction du plus-que-parfait. Le Tableau 5 présente les valeurs exprimées par les trois constructions. Il s’avère que deux valeurs de cette liste, le résultat annulé et la condition irréelle, peuvent être exprimées par plus d’une construction.

Tableau 5. Compétition entre les constructions verbales à marques rétrospectives

Construction du plus‑que‑parfait Consrtuction rétrospective Construction irréelle
parfait + passé
parfait d’expérience + passé
résultat annulé
passé éloigné
passé interrompu
condition irréelle
avertif
intentionalité + passé

113En ce qui concerne la compétition entre la construction rétrospective et la construction irréelle, la première n’exprime que la condition contrefactuelle et s’emploie assez rarement.

114Quant à la compétition entre la construction retrospective et la construction du plus-que-parfait, elles sont fréquemment interchangeables lorsqu’il s’agit d’une valeur de résultat annulé :

115(TMAQ 62) [Il fait froid dans la chambre. La fenêtre est fermée. Q : Avais-tu ouvert la fenêtre (et l’as refermée plus tard)? R :]

(50а) Ŋ̏ŋ̏, ŋ̀ gà fȅlɛ̰́ɛ̰̏trʌ̏ li̋-pȕ.
oui 1SG.EXI RETR fenêtre bouche-ouvrir\NTR
(50b) Ŋ̏ŋ̏, ɓá̰ kɯ̰̀ ɓá̰ fȅlɛ̰́ɛ̰̏trʌ̏ li̋-pű.
oui 1SG.PRF être.PST 1SG.PRF fenêtre bouche-ouvrir

116‘Oui, j’avais ouvert la fenêtre’.

117Cependant, dans mes données il y a des phrases où mes informateurs n’ont pas accepté le remplacement d’une construction par l’autre sans modification de sens. Ainsi, il semble que la construction rétrospective ne peut pas exprimer la valeur du résultat annulé si les traces de l’événement sont visibles (51b). Il semble qu’il y a une tendance d’employer la construction rétrospective lorsque les participants de la situation sont éloignés du lieu d’acte de la parole (51a).

118(TMAQ 60) [La police investigue un cambriolage. L’inspecteur de police observe une fenêtre ouverte et des traces en-dessous, il dit :]

(51а) Yȅ kà ɓɔ̰̏ fȅlɛ̰́ɛ̰̏trʌ̏ yɛ̏ ɓɛ̰́ɛ̰̏ lɛ̰̀ɛ̰̏
3SG.EXI RETR entrer\NTR fenêtre trou ce FOC.3SG.NSBJ
k kɔ́ɔ́ lɤ̀.
avec maison.intérieur. dans

119‘Le voleur est entré dans la maison par cette fenêtre’ (au moment de la parole le voleur est absent, il s’est enfui).

(51b) Yà kɯ̰̀ yà ɓɔ̰́ fȅlɛ̰́ɛ̰̏trʌ̏ yɛ̏ ɓɛ̰́ɛ̰̏ lɛ̰̀ɛ̰̏
3SG.PRF être 3SG.PRF entrer fenêtre trou ce FOC.3SG.NSBJ
k kɔ́ɔ́ lɤ̀.
avec maison.intérieur dans

120‘Le voleur est entré dans la maison par cette fenêtre’ (au moment de la parole l’inspecteur tient le voleur sur la scène de crime).

6. Conclusion

121Il existe en kla-dan deux marques rétrospectives, kɯ̰̀ et kà, qui servent à décaler au passé les situations dont la localisaton sur l’axe de temps est déjà déterminée. Les deux marques se distinguent par les traits suivants : leur fonction morphosyntaxique, les constructions concernées et le sémantisme.

122La marque kɯ̰̀ est un verbe, tandis que kà est un opérateur. Le verbe auxiliaire kɯ̰̀ est introduit dans les constructions non-verbales, imperfectives, celle du parfait et celle du futur. La compatibilité de la marque rétrospective avec la construction du futur témoigne du degré assez avancé de sa grammaticalisation (Plungian & van der Auvera 2006: 342). Les marques de ce type peuvent être considérées comme des marques de sens large (« broad » (Plungian & van der Auvera 2006: 342), c’est-à-dire des marques à distribution élargie), tandis que l’opérateur kà, dans le cadre de la même terminologie, doit être traité comme une marque « étroite » (« narrow » (Plungian & van der Auvera 2006: 342), c’est-à-dire une marque à distribution limitée) : il ne dessert que les constructions de l’aspect neutre et les constructions négatives perfectives.

123Le sémantisme des constructions obtenues à l’aide du verbe auxiliaire kɯ̰̀ est, à première vue, assez prévisible et standard du point de vue typologique : la construction du parfait acquiert une valeur du résultat annulé, la présence d’un résultat ou d’une expérience au passé, tandis que la construction du futur acquiert une valeur avertive dans les propositions simples et s’emploie dans les deux parties des phrases complexes à valeur conditionnelle irréelle. Néanmoins, les constructions non-verbales et les constructions imperfectives acquièrent une valeur d’imparfait, sans que la rupture entre le temps de leur déroulement et le moment de la parole soit obligatoire, ce qui rend la marque kɯ̰̀ peu ordinaire du point de vue typologique.

124Le sémantisme de l’opérateur kà s’avère assez difficile à interpréter. La première particularité de la construction rétrospective provient de la valeur aspectuelle de la construction de l’aspect neutre dont elle est dérivée. Comme la construction de l’aspect neutre exprime des valeurs de la zone imperfective aussi bien que des valeurs de la zone perfective, la construction rétrospective exprime une valeur de passé interrompu aussi bien qu’une valeur de résultat annulé. La compatibilité de ces valeurs est aussi caractéristique des formes rétrospectivisées du factatif (Plungian & van der Auvera 2006: 327), catégorie qui est assez répandue parmi les langues d’Afrique de l’Ouest mais qui se distingue considérablement de l’aspect neutre du dan (Vydrin 2010).

125La construction rétrospective a aussi des valeurs supplémentaires typiques des marques du passé discontinu : le passé éloigné et la condition irréelle dont l’expression par les marques rétrospectives est caractéristique des langues d’Afrique de l’Ouest (Plungian & van der Auvera 2006: 340). À ce groupe des valeurs il convient d’ajouter l’importance de l’idée d’éloignement des participants de l’événement du lieu de l’acte de la parole.

126En outre, plusieurs cas d’utilisation de la construction rétrospective sont attestés où le sémantisme ajouté par la marque kà reste obscure, ce qui met la construction rétrospective dans les relations de compétition avec la construction de l’aspect neutre et la construction du parfait. Un cas semblable est présent dans les langues samoyèdes (Sichinava 2013: 21). De plus, la construction rétrospective s’emploie dans les textes pour désigner des événements de la ligne narrative principale et pas une information ancienne ou secondaire.

127Enfin, il semble assez intéressant que le système des constructions verbales du kla-dan contient deux marques rétrospectives, ce qui n’est pas très fréquent parmi les langues mandé. Le système du dan-gouèta, une langue proche qui appartient à la même macrolangue dan, contient des éléments apparentés kʌ̄ et gṵ̄ dont les fonctions sont semblables à celles des marques du kla-dan (Vydrin 2017b). Deux marques rétrospectives existent aussi dans le dialecte central du kakabé : nùn et tɛ̀rɛ(n). Les deux marques sont compatibles avec une série identique de constructions verbales qui semble assez diversifiée la marque tɛ̀rɛ(n) étant quand même moins fréquente. La différence des marques est attestée par leurs positions syntaxiques préférentielles : tɛ̀rɛ(n) s’emploie plus fréquemment dans la position après le GN sujet tandis que pour la marque nùn la position postverbale aussi bien que la position après l’objet indirect sont préférentielles (Vydrina 2017: 188–190).

Abréviations

128ADJ – adjectif

129CNTR – pronom de la série contrastive

130CONJ – marque prédicative conjuguée de la série subjonctive

131COP.RETR – copule à valeur rétrospective

132EXCL – marque prédicative conjuguée exclusive / pronom exclusif

133EXI – marque prédicative conjuguée de la série existentielle

134FOC – marque de focalisation

135FUT – marque de futur

136GN – groupe nominal

137GP – groupe postpositionnel

138HAB – forme habituelle de verbe

139INCL.AUG – marque prédicative d’inclusif augmenté / pronom d’inclusif augmenté

140INF – infinitif

141IPFV.AFF – marque prédicative imperfective affirmative

142IPFV.NEG – marque prédicative imperfective négative

143JNT – marque prédicative conjuguée de la série conjointe ; changement de contour tonal du verbe dans les constructions conjointes

144LOC – nom locatif

145NEG.IPFV – marque prédicative conjuguée de la série conjointe négative imperfective

146NEG.PFV – marque prédicative conjuguée de la série conjointe négative perfective

147MPC – marque prédicative conjuguée

148NMLZ – marque de la nominalisation de phrase

149NSBJ – pronom de la série non-subjective

150NTR – changement de contour tonal du verbe dans un nombre des constructions avec la MPC de la série existentielle

151PL – pluriel ; marque du pluriel

152POSS – pronom de la série possessive ; marque possessive

153PRF – marque prédicative conjuguée de la série du parfait

154PROSP – marque prédicative conjuguée de la série prospéctive

155PST – plan du passé

156Q – marque de question

157REC – pronom réciproque

158REF – changement référentiel du ton du nom

159REL – marque de relativization

160RETR – marque rétrospective

161SG – singulier

162SUP – supin

163TOP – marque de topicalisation

Bibliographie

164Dahl, Östen. 1985. Tense and aspect systems. Blackwell. Oxford.

165Dahl, Östen, Casper de Groot & Hannu Tommola (eds.). 1992. Future time reference in European languages. 1 (EUROTIP Working Papers 6). Vol. 2. Stockholm.

166Idiatov, Dmitry. 2000. Le sémantisme des marqueurs aspecto-temporels du bambara: une tentative d’analyse. Mandenkan 36. 1–59.

167Idiatov, Dmitry & Ekaterina Aplonova. 2017. Tura jazyk (Тура язык) [Tura]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 583–616. St. Petersburg: Nestor-Historia.

168Khachaturyan, Maria. 2017. Mano jazyk (Мано язык) [Mano]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 680–718. St. Petersburg: Nestor-Historia.

169Koval, Antonina I. & Bureima A. Gnalibouly. 1997. Glagol fula v tipologičeskom osveščenii (Глагол фула в типологическом освещении) [Fula verb from a typological perspective]. Moscow: Institut jazykoznanija RAN.

170Kuznetsova, Natalia & Olga Kuznetsova. 2017. Guro jazyk (Гуро язык) [Guro. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 765–877. St. Petersburg: Nestor-Historia.

171Makeeva, Nadezhda. 2017. Conjonctions de taxis en kla-dan. Mandenkan 48. 47–67.

172Perekhvalskaya, Elena. 2017a. Mwan jazyk (Муан язык) [Mwan]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 718–765. St. Petersburg: Nestor-Historia.

173Perekhvalskaya, Elena. 2017b. Boko jazyk (Боко язык) [Boko]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 1051–1093. St. Petersburg: Nestor-Historia.

174Plungian, Vladimir. 1998. Pl’uskvamperfekt i pokazateli «retrospektivnogo sdviga» (Плюсквамперфект и показатели «ретроспективного сдвига») [Plus-que-parfait et “marques rétrospectives”]. In Anderj Kibrik & Valentin Vydrin (eds.), Jazyk. Afrika. Ful’be. Sbornik nauchnyh statej v chest’ Antoniny Ivanovny Koval’ (Язык. Африка. Фульбе. Сборник научных статей в честь Антонины Ивановны Коваль) [La langue. L’Afrique. Les peuls. Recueil d’articles dédiés à Antonina Koval], 106–115. Saint-Pétersbourg – Moscou: Evropejskij dom.

175Plungian, Vladimir & Johan van der Auvera. 2006. Towards a typology of discontinuous past marking. Sprachtypologie und Universalienforschung 55(4). 317–349.

176Shluinsky, Andrey. 2017. Susu jazyk (Сусу язык) [Susu]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 221–247. St. Petersburg: Nestor-Historia.

177Sichinava, Dmitry. 2013. Tipologija pljuskvamperfekta. Slavjanskij pljuskvamperfekt (Типология плюсквамперфекта. Славянский плюсквамперфект) [Typologie du plus-que-parfait. Plus-que-parfait slave]. Moscou: АST-Press.

178Simons, Gary F. & Charles D. Fennig (eds.). 2018. Ethnologue: Languages of the World. 21st ed. Dallas, Texas: SIL International. https://www.ethnologue.com/​ (4 December, 2018).

179Urmanchieva, Anna. 2003. Otricatel’nye formy glagola v jazykah Afriki: morfologija i semantika (Отрицательные формы глагола в языках Африки: морфология и семантика) [Formes négatives dans les langues africaines: morphologie et syntaxe]. In Viktor Vinogradov & Irina Toporova (eds.), Osnovy afrikanskogo jazykoznanija: Glagol (Основы африканского языкознания: Глагол) [Fondations de la linguistique africaine: Verbe], 460–487. Moscou: Vostochnaja literatura.

180Vydrin, Valentin. 2010. “Nejtral’nyj vid” v dan-gouèta i akscional’nye klassy («Нейтральный вид» в дан-гуэта и акциональные классы) [L’"aspect neutre" en dan-goueta et l’Aktionsart]. Voprosy Jazykoznanija (5). 87–101.

181Vydrin, Valentin. 2012. Aspektual’nyje sistemy juzhnykh mande v diakhronicheskoj perspektive (Аспектуальные системы южных манде в диахронической перспективе) [Aspectual systems of Southern Mande languages in a diachronic perspective]. In Vladimir Plungian (ed.), Issledovanija po teorii grammatiki. Vypusk 6: Tipologija aspektual’nykh sistem i kategorij (Исследования по теории грамматики. Выпуск 6: Типология аспектуальных систем и категорий) [Studies in the theory of grammar. Iss. 6: Typology of aspectual systems and categories] (Acta Linguistica Petropolitana. Trudy Instituta lingvisticheskikh issledovanij (ACTA LINGUISTICA PETROPOLITANA. Труды Института лингвистических исследований РАН) [ACTA LINGUISTICA PETROPOLITANA. Transactions of the Institute for Linguistic Studies] 8 (2)), 566–647. St. Petersburg: Nauka.

182Vydrin, Valentin. 2017a. Bamana jazyk (Бамана язык) [Bamana]. In Valentin Vydrine, Yulia Mazurova, Anderj Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 46–143. St. Petersburg: Nestor-Historia.

183Vydrin, Valentin. 2017b. Dan jazyk (Дан язык) [Dan]. In Valentin Vydrine, Yulia Mazurova, Anderj Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 469–583. St. Petersburg: Nestor-Historia.

184Vydrina, Alexandra. 2017. Kakabe jazyk (Какабе язык) [Kakabe]. In Valentin Vydrin, Yulia Mazurova, Andrej Kibrik & Elena Markus (eds.), Jazyki mira: Jazyki mande (Языки мира: Языки манде) [Languages of the world: Mande languages], 172–212. St. Petersburg: Nestor-Historia.

Haut de page

Notes

1 Cette recherché a été effectuée dans le cadre du Projet RNF №17-78-20071. Les données ont été récoltées lors des missions de terrain en Côte d’Ivoire et en Guinée en 2007-2010. Je remercie Valentin Vydrin et Andrey Shluinsky dont les conseils, les remarques et la discussion de la problématique de cet article m’ont aidé à mieux comprendre le fond de la question. Je remercie également les relecteurs anonymes dont les remarques et commentaires m’ont été très utiles, ainsi que Gérard Dumestre pour la relecture et correction du franҫais.

2 Le problème de l’emploi des constructions conjointes et de la dépendance syntaxique est examiné plus en détail dans (Makeeva 2017).

3 Lors du travail avec des locuteurs de la langue kla-dan on utilisait les questionnaires TMAQ (« The TMA Questionnaire » (Dahl 1985)) et FTRQ (« Typological questionnaire: the expression of future time reference » (Dahl, de Groot & Tommola 1992)).

4 La classe des opeŕateurs ne contient que deux lexèmes. Le deuxième lexème est la marque de négation au futur gɯ́. Cette marque est une postposition d’origine, son apparition dans la position d’opérateur résulte de la réduction structurelle optionnelle de la construction négative de futur, plus précisement, en omission de la MPC de la construction insérée :

(S – ) Aux{NEG.IPFV} – gɯ́ – [Aux{PROSP} (DO) – V] >

(S – ) Aux{NEG.IPFV} – gɯ́ (DO) – V.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadezda Makeeva, « Marques rétrospectives en kla-dan », Mandenkan [En ligne], 60 | 2018, mis en ligne le 28 janvier 2019, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/1807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mandenkan.1807

Haut de page

Auteur

Nadezda Makeeva

Institut de linguistique, Moscou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Mandenkan (Llacan)
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search