Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63Vers une lexicographie mandingue ...

Vers une lexicographie mandingue sur la base de grands corpus annotés

Towards corpus-driven dictionaries for Manding languages
Корпусная лексикография для языков манден
Valentin Vydrin
p. 89-110

Résumés

La disponibilité des corpus électroniques annotés comptant des millions de mots pour les langues maninka et bambara permet de penser des dictionnaires de nouvelle génération. Dans un tel dictionnaire, l'élaboration de la polysémie, combinabilité, valences syntaxiques, caractéristiques stylistiques, régionales et dialectales pour chaque lexème (et pour chaque sens du lexème) sera basée sur l'analyse du concordancier dérivé du corpus. Désormais, il devient possible d'évaluer statistiquement chaque trait caractéristique du lexème. Une analyse lexicographique, sur la base des concordanciers, est présenté sur l'exemple des lexèmes bambara bánban et jàhadi.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Depuis une dizaine d'années, des corpus annotés de textes écrits ont été créés pour plusieurs langues mandé, dont les plus volumineux sont ceux pour le bambara (plus de 11 millions de mots en avril 2020) et le maninka de Guinée (plus de 3,5 millions de mots), cf. plus en détail (Vydrin, Maslinsky & Méric 2011 ; Vydrin 2013 ; Vydrin 2014 ; Vydrin, Rovenchak & Maslinsky 2016).

2L'annotation de ces corpus est effectuée avec les dictionnaires électroniques Bamadaba (Bailleul et al. 2011) pour le Corpus Bambara, et Malidaba (Vydrin 2018) pour le Corpus Maninka. Ces deux dictionnaires diffèrent beaucoup par leur degré d'élaboration. En avril 2020, le Bamadaba comptait plus de 13 150 entrées dans la partie principale (en outre, il comporte des annexes : dictionnaires des toponymes, des noms claniques et des prénoms, des termes encyclopédiques). Le Bamadaba est disponible sur le site du Corpus Bambara de Référence, il est constamment complété. Les sources de nouvelles données lexicographiques sont surtout les textes prépares pour le sous-corpus désambiguïsé et, d'autre part, d'autres dictionnaires, surtout, (Vydrine 1999 ; Dumestre 2011).

3Le dictionnaire Malidaba (maninka–français–anglais–russe) a été mis en ligne1 au printemps 2018. En avril 2020, il comptait un peu moins de 7000 entrées dans la partie principale ; de nouvelles données y sont intégrées constamment. Si l'on compare le Malidaba avec le Bamadaba, il est beaucoup moins homogène : certaines entrées sont assez élaborées, d'autres, surtout vers la fin du dictionnaire, le sont moins. Quoi qu'il en soit, c'est le premier dictionnaire bilingue (ou plutôt quadrilingue) maninka de taille moyenne avec notation tonale, l'information grammaticale et la polysémie plus ou moins élaborée, et avec la possibilité de navigation par les mots maninka et par les équivalents français, anglais et russes.

4Si l'on compare le Bamadaba avec le dictionnaire de Dumestre (2011), on dirait qu'ils sont en complémentarité. Le dictionnaire de Dumestre dépasse le Bamadaba pour le nombre d'entrées (15 850) et souvent pour l'élaboration de la polysémie. Le Bamadaba gagne en structuration de la polysémie et en notation grammaticale, en ce qui concerne surtout les valences verbales. En plus, le Bamadaba a l'avantage d'être un dictionnaire électronique : il est régulièrement mis à jour, et, ce qui est très important, il a un accès direct au Corpus Bambara de Référence (chaque lexème comporte un lien à un concordancier généré à partir du sous-corpus désambiguïsé).

5On peut dire que la lexicographie mandingue a déjà profité des projets des grands corpus annotés des langues mandingues. Cependant, il faut avouer qu'à ce stade le potentiel lexicographique de ces corpus n'est exploité qu'à un degré insignifiant. L'existence des corpus annotés comportant des millions de mots est un grand atout qu'il serait tentant d'utiliser pour créer des dictionnaires dérivés des corpus numériques (angl. « corpus-driven dictionaries »), en s'appuyant sur l'expérience de la lexicographie moderne. Un tel dictionnaire représenterait le vocabulaire d'une langue d'une façon stéréoscopique, ce qui permet d'observer chaque lexème de sorte qu'on voie plus clairement son fonctionnement dans la langue.

  • 2 Il suffit de mentionner des ouvrages classiques (Kilgarriff 1997; Kilgarriff, Rundell & Dhonnchadha (...)

6La littérature sur la lexicographie de corpus étant très riche,2 je ne pense pas qu'il soit nécessaire de présenter ici les approches élaborées dans le cadre de cette discipline. Au lieu de cela, je chercherai à démontrer le potentiel du Corpus Bambara de Référence dans le domaine de la lexicographie avec l'exemple de deux lexèmes, le verbe bánban et le nom jàhadi.

2. Bánban

2.1. Bánban dans les dictionnaires « classiques »

7Prenons pour le point de départ la présentation de ce lexème dans les grands dictionnaires bambara disponibles.

  • 3 Dans ce qui suit, codé comme DUM.

8Chez Dumestre (2011)3 ce lexème apparaît en deux variantes phonétiques, bánban et báman, et ses sens sont présentés en liste par les équivalents français suivants :

  • 4 Les index à deux lettres renvoient aux sources dont la liste est donnée dans l'Introduction du dict (...)
  • 5 Les trois derniers sens sont nominaux. Dumestre considère les cas de conversion « verbe → nom » com (...)

s'évertuer, persévérer, faire de son mieux, prendre au sérieux ; prendre appui ; enfoncer, fixer solidement BA4 ; centrer, concentrer ; tendre, déployer, hisser ; effort tendu KT, attention soutenue, sérieux5.

9Cette liste des équivalents est suivie de seize exemples illustratifs.

  • 6 Dans ce qui suit, VYD. Dans le dictionnaire de Charles Bailleul (Bailleul 2007) la polysémie de ce (...)

10Dans le dictionnaire Mandingue-Anglais (Vydrine 1999)6 qui traite du bambara et du maninka de Guinée, trois formes de ce lexème sont mentionnées : bánban (pour les deux langues en question), bánba (bambara) et báman (un dialecte bambara non-spécifié).

11La polysémie du verbe est présentée en hiérarchie numérotée, chaque sens étant doté de l'indice concernant la structure des valences (transitif, intransitif, réfléchi ; là où d'autres valences sont attestées, la postposition introduisant l'oblique est indiquée). Pour les sens dont la répartition est limitée, des marques dialectales sont données : (m) pour maninka, (b) pour bambara. Voici les sens de bánban selon (Vydrine 1999), en notant que les expressions idiomatiques et les exemples illustratifs sont omis. Les traductions françaises des équivalents anglais sont données entre les crochets.

1. (m) vt stretch out tightly [tendre]

2.1. vt fix tightly ; hammer in [fixer fortement ; enfoncer, clouer]

vr establish oneself firmly [s'établir solidement]

2.2. (m) vt strengthen [renforcer]

3. vt set sth. (against — lá), lean sth. (on, against — lá) [appuyer qqch. (sur — lá)), mettre (contre — lá)]

vr lean (on — lá, kàn, mà) [s'appuyer (contre — lá, kàn, mà)]

4. vr take pains (over — lá), be zealous (in — inf.) [faire un effort (pour — lá), faire du zèle (en — inf.)]

5. (m) vt support, give assistance [soutenir, donner l'assistance]

6. (bSegu) vr get off cheap, extricate oneself [se débrouiller, se tirer d'affaire]

12Il s'avère que les deux dictionnaires se complètent :

  • on trouve dans DUM les sens ‘centrer, concentrer’, ‘hisser’, ‘prendre au sérieux’, absents de VYD ;

  • on trouve dans VYD les sens ‘vr s'établir fermement’, ‘s'appuyer’, ‘se débrouiller, se tirer d'affaire’ (en dialecte de Ségou), absents de DUM. On y trouve également les sens maninka (mais non pas bambara) ‘vt renforcer’ (pourtant, on peut réunir ce sens avec 2.1 ‘fixer’) et ‘vt soutenir, donner assistance’ (en fait, on peut rapprocher ou même réunir ce sens avec 2.2. ‘renforcer’).

13Il faut mentionner également que le sens 1 en VYD, ‘vt tendre’, marqué comme typique du maninka, apparaît dans DUM ; on peut donc conclure qu'il est typique de l'ensemble de l'aire maninka et bambara.

14La polysémie consolidée de bánban peut être présentée comme suit :

1.1 vt tendre

1.2 vt hisser, déployer

2.1. vt fixer fortement ; enfoncer, clouer ; établir solidement

vr s'établir solidement

2.2. (m) vt renforcer

2.3. (m) vt soutenir, assister

3. vt appuyer qqch. (sur — lá)), presser qqch. (contre — lá)

vr s'appuyer (contre — lá, kàn, mà)

4.1 vr faire un effort (pour — lá), faire du zèle (en — inf.)

4.2 vr prendre au sérieux

4.3 vt centrer, concentrer (surkàn)

5. (bSegu) vr se débrouiller, se tirer d'affaire.

2.2. Bánban dans le Corpus Bambara de Référence

15En mai 2013, j'ai effectué une étude de la polysémie de ce verbe sur la base du Corpus Bambara de Référence qui comportait à l'époque environ 1,5 million de mots. J'ai trouvé 123 occurrences de banban, dont 12 (des emplois nominaux et des homonymes) ont été mis de côté, ce qui m'a laissé 111 occurrences (y compris quelques formes dérivées dont les sens sont en correspondance régulière avec les sens du verbe, et quelques emplois nominalisés du verbe dans les noms composés).

16A ce moment-là, presque une moitié du Corpus (environ 700 000 du nombre total de 1,5 millions mots) était constitué par les textes de l'Ancien Testament. Le premier résultat intéressant a été que parmi les 111 occurrences de bánban, 76 (68,5 %) provenaient de l'Ancien Testament. Autrement dit, il s'est avéré que dans cette source, bánban a été 2,5 fois plus fréquent (109 occurrences par million) que dans les autres textes du Corpus (42,5 occurrences par million).

17On peut indiquer également que la variante phonétique báman (mentionnée dans les deux dictionnaires de référence, DUM et VYD) a eu 0 occurrences.

18En septembre 2017, j'ai réanalysé l'utilisation de bánban dans le Corpus Bambara de Référence qui comptait à ce moment-là 4,1 million de mots en dépassant la version du mai 2013 de 2,73 fois. Conséquemment, le taux des textes de l'Ancien Testament s'était abaissé dans le Corpus à 17 %.

  • 7 Comme je l'ai déjà dit, entre septembre 2017 et avril 2020 le Corpus a considérablement grandi et a (...)

19Le nombre total des occurrences de banban (y compris les formes dérivées et les mots composés) a été de 253. Après la mise de côté des homonymes, des lexèmes dérivés irréguliers (comme le causatif lábanban) et des emplois nominaux, ce nombre a baissé à 226. Concernant le taux d'occurrences dans l'Ancien Testament (109 par million) et dans le reste du Corpus (44 par million), la tendance reste la même qu'en 2013.7

20Malgré l'augmentation de l'échantillon, la variante phonétique baman n'est toujours pas apparue (plus précisément, toutes les 5 occurrences de la forme bamanna qu'on pourrait croire d'être des formes perfectives intransitives de notre verbe, se sont avérées des écritures erronées du mot bámàna ‘bambara’). A l'évidence, cette variante n'appartient à l'usage écrit du bambara moderne.

21Dans ce qui suit, je présenterai une analyse détaillée de la polysémie du verbe bánban sur la base des données du Corpus Bambara de Référence (version du septembre 2017). Dans cette analyse, la séquence des sens correspond, dans ses grandes lignes, à celle qu'on a vue plus haut. Les nouveaux sens seront introduits à côté de ceux qui leur sont les plus proches sémantiquement. Auprès de chaque sens, après la marque de valence (vt, vi, vr), le nombre d'occurrences du verbe bánban sera indiqué entre parenthèses.

22Concernant ces données numériques, il faut préciser qu'à part les occurrences purement verbales, j'ai pris en compte les formes dérivées régulières et les mots composés où le sens verbal se manifestait clairement ; pour certains sens, le taux de fréquence de ces mots dérivés et composés s'est avéré assez élevé. Mais pour les sens où se manifeste la labilité verbale (ambivalence), l'opposition « transitif / intransitif / réfléchi », la nominalisation neutralise cette opposition (ex., ‘établir solidement’ vs. ‘s'établir solidement’), ce qui crée un problème pour les résultats statistiques. Un autre problème concerne les emplois passifs : faut-il les compter avec des occurrences intransitives ou transitives ? (J'ai pris la décision de les rajouter aux emplois transitifs : ‘être établi’ est compté avec ‘établir solidement’, plutôt qu'avec ‘s'établir solidement’).

23D'autre part, les calculs sont compliqués par le syncrétisme des sens. Il est souvent difficile de dire auquel des sens adjacents il faut attribuer un emploi du verbe, ex. : 2.1. ‘établir solidement’ ou 2.2 ‘renforcer’ ? 4.1 ‘faire un effort pour’ ou 4.2 ‘prendre au sérieux’ ?

24Il est vrai que ces réserves rendent approximative la distribution des occurrences par les sens. Et pourtant, il y a toutes les raisons d'affirmer que les données statistiques permettent d'identifier les tendances principales de la polysémie.

25Considérons maintenant les sens du verbe bánban un par un.

261.1 vt (3) tendre

(1)

lá,

áw

jɔ̀`

bánban

jí`

cɛ́fɛ̀…

ce

à

2pl.emph

ipfv

filet\art

tendre

eau\art

parmi

‘Alors vous tendez le filet au milieu du fleuve…’ [Maléfices].

27Dans VYD, ce sens est doté de la marqué dialectale (m) ( = maninka), cependant, il apparaît dans DUM. Parmi les 3 occurrences, l'un provient du journal Jɛkabaara, où le verbe décrit des relations entre les gens (il s'agit donc de son emploi figuré), deux autres viennent de « Maléfices et manigances » et représentent donc la zone dialectale de Ségou. On peut donc enlever la marque dialectale, cependant, ce sens reste relativement rare en bambara.

281.2 vt (0) hisser (voile, drapeau)

29Ce sens n'est pas représenté dans le Corpus où bánban ne se conjugue pas avec le mot dàrapo ‘drapeau’ ; d'ailleurs, on ne trouve pas ce sens parmi les exemples illustratifs dans DUM. En fait, pour ‘hisser le drapeau’, on utilise en bambara le verbe yɛ̀lɛn, et l'idée de « hisser les voiles » est étrangère aux Bambara qui sont un peuple foncièrement terrestre. Sans doute, pour bánban, il s'agit d'un sens marginal ou même fantôme ; probablement, on peut le réunir avec le sens 1.1 ‘tendre’ ou l'éliminer carrément.

302.1. vt (22) fixer fortement ; enfoncer, clouer ; établir solidement

31vi (3) s'établir solidement

32vr (0) s'établir solidement

33Il n'y a aucun exemple de réalisation de ce sens dans une construction réfléchie ; d'autre part, on trouve quelques cas d'emploi de construction intransitive, ce qui n'est pas prévu par les dictionnaires. Mais parmi les trois occurrences, un seul est incontestable, et dans les deux autres cas nous avons un participe résultatif bánbannen utilisé dans les contextes identiques (2). Il s'avère donc que l'emploi intransitif est marginal aussi.

(2)

Dùgukolo`

bánban-nen

bɛ́

kóɲùman

àní

sé

terre\art

fixer-ptcp.res

être

bien

et

3sg

ipfv.neg

arriver

kà

lámàga.

inf

remuer

34La terre est établie solidement, on ne peut pas la remuer [Layidu Kɔrɔ].

  • 8 En anglais, «the whelks problem». Il s'agit d'une situation où un échantillon comporte un texte tra (...)

35Curieusement, parmi les 22 occurrences transitifs de bánban dans ce sens, 19 viennent de l'Ancien Testament (en s'agissant presque toujours de la Création), 2 viennent du journal Jɛkabaara, et un, de Kibaru. Il s'avère donc que le taux élevé des occurrences pour ce sens (environ 10 % de toutes les occurrences du verbe) s'explique par « l'effet de buccin » décrit par Adam Kilgarriff (1997 : 138–139) ;8 il n'est attesté que rarement en dehors de l'Ancien Testament.

362.2. vt (55) renforcer, rendre solide

37vi (31) se renforcer, s'enraciner ; devenir stable

38vr (3) se renforcer, s'enraciner

(3)

N

míiri`

lá,

dè

ka

ɲì,

mɔ̀gɔ`

1sg.emph

pensée\art

à

ce

foc

qual

bon

ce

ipfv

personne\art

bánban

tendre

39‘A mon avis, c'est ça qui est bon, cela renforce l'homme’ [Cɛ sigidamaw].

40Dans VYD, le sens ‘renforcer’ est doté de la note (m) ( = maninka), et il n'est pas mentionné dans DUM ; on pourrait donc penser qu'il n'existe pas en bambara. Et pourtant, ce sens s'avère le plus fréquent dans le Corpus Bambara de Référence, surtout l'interprétation abstraite de ‘renforcer’. En plus, des occurrences des emplois intransitifs (très nombreuses) et réfléchies (plus rares), non-attestés dans VYD, ont été trouvées.

41La distribution des occurrences par sources est relativement équilibrée. Plus précisément, on y trouve aussi un déséquilibre au profit de l'Ancien Testament, mais à moindre degré que pour le sens 2.1.

Tableau 1. La distribution par les sources des occurrences de bánban en sens 2.2

Ancien Testament

Jɛkabaara

Kibaru

autres

vt

25

21

4

5

vi

7

24

0

0

vr

2

0

1

0

422.3 vt (3) soutenir, assister

(4)

(Ála…)

ò

mîn

ye

nê

bánban

ka

nê

sìgi

Dieu

ce

rel

pfv.tr

1sg.emph

tendre

inf

1sg.emph

asseoir

nê

fà`

Dawidi

ka

màsa-sigilan`

kàn

1sg.emph

père\art

Davide

poss

roi-siège\art

sur

43‘(Dieu…) qui m'a aidé et m'a fait asseoir sur le trône de mon père David’ [Layidu Kɔrɔ].

44Ce sens est absent dans DUM, et dans VYD il est marqué comme appartenant au maninka. Dans le Corpus, on le trouve dans l'Ancien Testament, d'où viennent les trois occurrences.

453. vt (1) appuyer qqch. (sur — lá), presser qqch. (contre — lá)

46vr (0) s'appuyer (contre — lá)

47vr (0) s'appuyer (contre — mà)

48vr (22) s'appuyer (surkàn)

49vi (12) s'appuyer (sur — kàn)

(5)

y'

ɲɔ̀ngiri

kà

màrifa`

bánban,

kà

múgu`

3sg

pfv.tr

refl

s'agenouiller

inf

fusil-art

tendre

inf

poudre-art

cì

dájɛ

kélen

ná.

frapper

hyppotrague

un

à

50Il s'est agenouillé, il a appuyé la crosse de son fusil (contre son épaule) et tiré sur un hippotrague’ [Bamanankan ni tubabukan].

  • 9 Cependant, dans VYD, on trouve une autre expression: kà màrifa` bánban à lá ‘braquer le fusil (...)

51Ce sens en emploi transitif est attesté dans VYD, où une expression est mentionnée : kà màrifa` bánban appuyer la crosse du fusil (contre l'épaule, pour tirer).9

52Aucune occurrence n'est attestée dans la construction réfléchie avec la postposition lá. Cependant, un exemple de cet emploi est donné dans DUM :

(6)

y'

bánban

térikɛ`

lá

kà

jɔ̀yɔrɔ`

sɔ̀rɔ.

3sg

pfv.tr

refl

tendre

3sg

ami-art

à

inf

place-art

trouver

53‘Il s'est appuyé sur son ami pour obtenir une place.’

  • 10 Plus de la moitié des occurrences pour ce sens sont représentées par des mots composés ou dérivés, (...)

54La construction réfléchie avec la postposition mà, semble-t-il, n'est possible qu'avec le nom dùgu ‘terre’ (en bambara, la collocation dùgu mà est lexicalisée). Elle a été absente du Corpus en 2017, mais une occurrence est apparue dans la version du Corpus d'avril 2020. Par contre, la construction réfléchie avec la postposition kàn s'avère très fréquente, de même que la construction intransitive avec la même postposition (non-attestée dans VYD ni DUM). La différence entre l'emploi réfléchi et intransitif est en conformité avec la tendance générale : avec le sujet animé, le verbe tende à être réfléchi, et avec le sujet inanimé, intransitif (Vydrine 1995 : 171).10

55L'analyse des occurrences (intransitives et réfléchies) avec la postposition kàn montre que dans presque tous les cas (à une exception près) il s'agit de ‘s'appuyer’ dans le sens abstrait (‘s'appuyer sur qqn. dans ses actions’, ‘s'appuyer sur les règles’, etc.), cf. (7). Par contre, dans une construction avec la postposition lá, bánban exprime le fait de s'appuyer physiquement, cf. (6).

(7)

y'

bánban

nìn

fɔ́-li`

kàn.

3pl

pfv.tr

3pl

tendre

ce

dire-nmlz-art

sur

56‘Ils se sont appuyés sur ces paroles’ [Jɛkabaara 266].

  • 11 En septembre 2017, les volumes de textes provenant de chaque journal, Jɛkabaara et Kibaru, étaient (...)

57Quant à la distribution de ces occurrences, un seul exemple vient du journal Kibaru, et 4 viennent de l'Ancien Testament. Tous les autres proviennent de Jɛkabaara,11 et presque toutes appartiennent à la plume d'un seul auteur, Toumani Yalam Sidibé, le rédacteur-en-chef et auteur principal de ce journal. On peut conclure que l'emploi fréquent du verbe bánban dans ce sens est une particularité du style personnel de Toumani Yalam Sidibé.

584.1 vr (20) faire un effort (pour — kàn, dans — fɛ̀, pour — Inf., Sbjv), faire du zèle (en — fɛ̀, kàn)

59Contrairement à VYD, l'oblique (l'objet d'application des efforts) est introduit par les postpositions fɛ̀ (s'il s'agit d'une sphère d'activité, (8)) ou kàn (s'il s'agit du but d'activité, (9)), plutôt que lá.

(8)

n

ka

kán

k'

án

bánban

kɔ́ɔri-sɛnɛ

ìn

fɛ̀…

1pl

qual.aff

égal

inf

1pl

tendre

coton-cultiver

def

par

60‘Nous devons cultiver le coton avec du zèle...’ [Jɛkabaara 116].

(9)

n

ka

dá

án

yɛ̀rɛ̂

lá ;

k'

án

bánban

án

ka

1pl

sbjv

coucher

1pl

même

à

inf

1pl

tendre

1pl

poss

kɛ́-ta-w

kɛ́-cogo

ɲuman`

kàn.

faire-ptcp.pot-pl

faire-façon

bon\art

sur

61Nous devons avoir confiance en nous-mêmes et faire un effort pour faire bien tout ce qui doit être fait [Jɛkabaara 113].

62Assez souvent, le verbe apparaît en ce sens sans oblique.

63Concernant la distribution des occurrences de bánban en ce sens, Jɛkabaara prédomine (13 occurrences sur 20, dont 9 appartiennent à Toumani Yalam Sidibé), les autres apparaissent dans les sources diverses.

644.2 vr (14) prendre au sérieux (qqch.kàn, mà)

65Ce sens est mentionné dans DUM, il est absent de VYD. L'analyse du Corpus Bambara de Référence témoigne que le sens ‘prendre au sérieux’ appartient au noyau sémantique du verbe bánban. La postposition introduisant l'oblique (« ce qui est pris au sérieux ») n'est pas donnée dans DUM, mais les données du Corpus montrent que cette postposition est kàn, plus rarement mà (la nuance de sens entre ces deux postpositions dans ce contexte n'est pas claire).

(10)

Án

k'

án

bánban

báara`

kàn.

1pl

sbjv

1pl

tendre

travail\art

sur

66‘Prenons le travail au sérieux’ [Jɛkabaara 249].

67Si on analyse la distribution des occurrences, Jɛkabaara (11 occurrences) prédomine toujours.

684.3 vt (11) centrer, concentrer (surkàn)

69vr (6) se concentrer (sur — kàn)

(11)

Ánw

ODIMO

̀gɔ-w

kòni

kɛ́-len

bɛ́

k'

án

1pl.emph

abbr.

personne-pl

mais

faire-ptcp.res

être

inf

1pl

bárika

bánban

dè

kàn.

force\art

tendre

ce

foc

sur

70‘Mais nous, les gens de l'ODIMO, nous concentrons nos efforts sur cela’ [Jɛkabaara 91].

71Ce sens aussi existe dans DUM, mais non pas en VYD. Il faut dire qu'il est parfois difficile de le distinguer (cela concerne surtout l'emploi réfléchi) des sens 4.1 et 4.2.

72Toutes les occurrences réfléchies et 10 (sur 11) occurrences transitives proviennent de Jɛkabaara, dans la plupart de cas des écrits de Toumani Yalam Sidibé.

734.4. vr (9) persister (dans — kàn), insister (sur — kàn)

(12)

bánban

nánbara`

kàn,

bàn

3pl

ipfv

3pl

tendre

fraude\art

sur

3pl

ipfv

3pl

refuser

kà

kɔ́sègin.

inf

revenir

74‘Ils persistent dans l'injustice, ils refusent de revenir’ [Layidu Kɔrɔ].

75Ce sens n'apparaît ni dans DUM, ni dans VYD. Sa proximité sémantique avec les sens 4.1, 4.2, 4.3 est indubitable, mais il est pourtant nettement à part. 5 occurrences de ce sens proviennent de Jɛkabaara (dont une seule appartient à T. Ya. Sidibé), les autres 4 viennent de l'Ancien Testament.

765. (bSegu) vr (0) se débrouiller, se tirer d'affaire

77Ce sens est mentionné dans VYD (sans exemples illustratifs), les données du Corpus ne le confirment pas.

78On trouve dans le Corpus deux autres sens pour lesquels je n'ai trouvé qu'un seul exemple dans l'échantillon de septembre 2017 (dans les deux cas, la source est Jɛkabaara, et l'auteur est T. Ya. Sidibé).

796. vi (1) peser lourdement (surkàn)

(13)

Sarili

Tayilɔri

ka

fànga`

gɛ̀lɛya`

bánban-na

Charles

Taylor

poss

force\art

lourdeur\art

tendre-pfv.intr

kósɛbɛ

liberiya-ka-w

kàn…

très

Libérien-gent-pl

sur

80Le pouvoir de Charles Taylor pesait lourd sur les Libériens...’ [jekabaara281_8sidibe_wale].

817. vi (1) avoir pour cause (qqch. — lá), provenir (de — lá)

(14)

Fóyì

wɛ́rɛ

ma

kɛ́

jàmana-den-w

ka

hínɛ`

rien

autre

pfv.neg

faire

pays-enfant-pl

poss

pitié\art

bɔ́-ɲɔgɔn-na`

kɔ́,

n'

bánban-na

jàmana`

sortir-recp\art

après

si

cela

tendre-pfv.intr

pays\art

ɲɛ́-maa-w

ka

jɔ̀-yɔrɔ`

fá-bali-ya`

lá

œil-personne-pl

poss

dresser-place\art

remplir-ptcp.priv-abstr\art

à

kà

táa

súgu-kɔnɔ-fɛn-w

sɔ̀ngɔ`

dàn-sigi-li`

mà.

inf

aller

marché-dans-chose-pl

prix\art

limite-asseoir-nmlz\art

adr

82Rien d'autre n'a allégé le lot des habitants du pays, et la cause en est que les dirigeants du pays n'ont pas fait ce qu'ils devraient faire pour limiter les prix des marchandises aux marchés’ [Jɛkabaara 276].

83Pour 5 occurrences (moins de 2 % de l'échantillon) le contexte est insuffisant pour définir le sens.

2.3. Un résumé pour bánban

84L'analyse des occurrences du lexème dans le Corpus Bambara de Référence permet de considérablement préciser et détailler la présentation de ses caractéristiques sémantiques, grammaticales et stylistiques dans le dictionnaire :

85— détecter les sens qui n'avaient pas été répertoriés par des dictionnaires « classiques » (2.2. ‘renforcer’ ; 2.3. ‘assister’ ; 4.4 ‘persister, insister’ ; 6. ‘peser lourdement’ ; 7. ‘provenir’) et, éventuellement, de se débarrasser des sens fantômes ;

86— préciser l'information concernant les collocations et les valences verbales ;

87— ranger les sens par fréquence. Ainsi, pour bánban le sens ‘tendre’ (le fil de trame ; une corde, un filet de pêche…) qui peut être considéré comme étymologiquement primaire (et pour cette raison il est mis en premier lieu dans VYD) s'avère peu fréquent dans le bambara moderne. Si on veut rendre le dictionnaire plus commode aux utilisateurs, il serait probablement plus approprié de donner les premières places aux sens avec les indices statistiques les plus élevés (ou, au moins, les données statistiques pourraient être présentées pour mieux orienter les utilisateurs) ;

88— prendre en compte les particularités des sources. Ainsi, il s'est avéré que les sens 2.1, 2.2, 2.3 de bánban (d'ailleurs, avec de bons indicateurs statistiques) sont typiques surtout des textes de l'Ancien Testament. D'ailleurs, la plus grande partie des occurrences de ce verbe vient soit de l'Ancien Testament, soit des textes écrits par Toumani Yalam Sidibé (originaire de Kita). Évidemment, cette conclusion est d'intérêt pour la lexicographie bambara.

3. Jàhadi

3.1. hadi dans les dictionnaires « classiques »

89Ce mot est un emprunt à l'arabe où jiha:d signifie ‘effort’ (surtout un effort pour la religion) ; ‘lutte’ ; ‘guerre’ (religieuse).

90Dans le dictionnaire (Vydrine 1999), l'entrée jàhadi est présentée d'une façon préliminaire, avec deux sens :

911 jihad (Muslim holy war) 2 (m) calamity

92Dans (Bailleul 2007) aussi, jàhadi a deux sens :

931 grand malheur, catastrophe, accident grave

942 guerre ‘sainte’ (pour les musulmans)

95Enfin, (Dumestre 2011), qui mentionne deux variantes phonétiques de ce mot, jàhadi et jàadi, donne les sens suivants :

96catastrophe, malheur ; guerre KT, guerre sainte

97Les trois dictionnaires s'accordent donc en ce qui concerne les sens ‘catastrophe, malheur, calamité’ et ‘guerre sainte’ (pour les musulmans), et DUM y rajoute le sens ‘guerre’.

3.2. hadi dans le Corpus Bambara de Référence

98Dans le Corpus Bambara de Référence consulté en avril 2020, j'ai trouvé 161 occurrences de ce lexème. Elle apparaît sous trois variantes phonétiques : jàhadi (133), jàadi (12) et jìhadi (16), dont la dernière est absente des dictionnaires « classiques ».12

99Quant à la polysémie de ce lexème, elle s'est avérée beaucoup plus riche dans le Corpus que dans les dictionnaires. Dans ce qui suit, chaque sens détecté sera présenté et discuté.

1001 calamité, malheur ; catastrophe (75 occurrences)

(15)

Kɛ̀lɛ`,

jànkó

múgu`

ni

kìsɛ`

mánà

dòn

guerre\art

surtout

poudre\art

et

grain\art

cond.aff

entrer

3sg

lá,

kɛ́

kó

cɛ̀jugu

yé,

kɛ́

jàhadi

yé.

à

3sg

ipfv

faire

affaire

vilain

pp

3sg

ipfv

faire

calamité

pp

101La guerre, surtout si on met en action des armes à feu, c'est une chose vilaine, cela devient une calamité’ [Kibaru 24].

102Ce sens est de loin le plus fréquent, ce qui confirme l'intuition de Dumestre et Bailleul qui l'ont mis en première position dans leurs dictionnaires.

  • 13 Dans d'autres contextes, jàhadi kɛlɛ signifie ‘une guerre sainte (des musulmans)’, cf. plus bas ; m (...)

103J'ai d'abord attribué le sens ‘guerre’ (mentionné dans DUM) à 4 occurrences. Cependant, après réflexion, je suis arrivé à la conclusion que dans un cas (18), le sens peut être interprété comme ‘troubles’, et dans les 3 autres cas, comme ‘calamité’, en particulier dans l'expression jàhadi kɛlɛ (16)13 ou dans le contexte suivant : Ségu Damonson ka jàhadi tuma` [Jɛɛmu ni jiidi] qui signifie, sans doute, ‘la période néfaste de Da Monson de Ségou’. Les données du Corpus ne confirment donc pas l'existence du sens ‘guerre’ du mot jàhadi.

(16)

Fabali

nà-na

Natala,

ma

mɛ́n,

shúbaa-w

ni

Fabali

venir-pfv.intr

Natala

3sg

pfv.neg

durer

sorcier-pl

et

nyàgwan-w

ye

shí

ban

kɛlɛ`

dábɔ,

sorcier.bienfaisant-pl

pfv.tr

semence

finir

guerre\art

commencer

jàadi

kɛ̀lɛ-ba.

calamité

guerre-augm

104Quand Fabali est venu à Natala, peu après, les sorciers et les contre-sorciers ont entamé une guerre d'extermination, une guerre dévastatrice’ [Jama 5].

105Curieusement, on ne trouve qu'une seule occurrence de la variante jìhadi avec ce sens (contre 63 jàhadi et 8 jàadi).

1062.1 troubles (15)

107Dans la grande majorité de cas, ces occurrences se réfèrent aux événements de mars 1991 (la chute du régime de Moussa Traoré et les troubles qui l'ont accompagnée), comme dans (17). On trouve quand même quelques cas où il s'agit d'autres troubles, mais toujours postérieurs à mars 1991 (18). On peut donc supposer que ce sens du mot jàhadi a émergé en mars 1991. Il n'apparaît que dans la presse, aux articles concernant les actualités politiques.

(17)

n'

fɔ́

bɛ́ɛ

b'

kàlamà

sàn

1991

2sg

cert

3sg

dire

tous

ipfv

3sg

au.courant.de

an

1991

márisi-kalo

jàhadi`

nà-na

ni

tákisi-ko`

ni

mars-mois

calamité\art

venir-pfv.intr

et

taxe-affaire\art

et

wúsuru-ko`

láafu-li`

yé.

patente-affaire\art

avilir-nmlz\art

pp

108Comme tout le monde sait, les troubles du mois de mars 1991 ont entraîné de la négligence par rapport aux taxes et impôts’ [Kibaru 359].

(18)

Sègin`

tùn

ka

kán

kà

kɛ́

ntòlatan

ìn

kàn

dón`

retour\art

pst

qual.aff

égal

inf

faire

football

ce

sur

jour\art

mîn

Bàmakɔ,

bɔ́-ra

mà,

k'

dá

kàn

rel

Bamako

ce

sortir-pfv.intr

3sg

adr

inf

3sg

poser

3sg

sur

jàhadi`

tùn

wúli-la

Álizeri,

mɔ̀gɔ

cáman

nín`

calamité

pst

se.lever-pfv.intr

Alger

personne

nombreux

âme\art

tó-ra

mîn

ná.

rester-pfv.intr

rel

à

109Le jour où ce match devait avoir lieu de nouveau à Bamako, il a été ajourné, car des troubles ont commencé à Alger, dans lesquelles beaucoup de gens ont péri’ [Jɛkabaara 35-36].

110Parmi les 15 occurrences, la variante jàadi est apparue une fois, et jàhadi, 14 fois.

1112.2 crime (7)

(19)

sé

kà

kɛ́

fána

jàhadi

nìn-nu

kɛ́-baga`

3sg

ipfv

arriver

inf

faire

aussi

calamité

ce-pl2

faire-ag.occ\art

dɔ́n

kà

dá

kàn

sàriya-w

ɲɛ́madògo.

ipfv.neg

connaître

inf

poser

3sg

sur

loi-pl

ipfv

3pl

dissimuler

112Il se peut aussi que les auteurs de ces crimes restent inconnus, parce que les lois les cachent’ [Ntomokun].

113Dans toutes les occurrences de ce sens, le lexème apparaît sous sa variante jàhadi.

1143 guerre sainte (19)

115Ce sens se réalise souvent dans le cadre de l'expression jàhadi kɛlɛ (20), mais pas seulement (21).

(20)

fúrucɛ`

bàn-na

sèn-na-kolon

diinɛ`

mànton-w

3sg

époux\art

refuser-pfv.intr

pied-à-nu

religion\art

peuple-pl

ka

jàhadi

kɛlɛ`

lá.

poss

calamité

guerre\art

à

  • 14 Une secte musulmane active au Mali dans les années 1990.

116‘Son époux a refusé de participer à la guerre sainte des adeptes de la « religion des nu-pieds »14 [Kibaru 319].

(21)

Ìrisi-w

bìn-nen`

Áfuganisitan

kàn

k'

mìnɛ

sàn

russe-pl

tomber-ptcp.res\art

Afganistan

sur

inf

3sg

attraper

an

1979,

sìlamɛ-w

ye

jàhadi`

wúli

ìrisi-w

kámà.

1979

musulman-pl

pfv.tr

calamité\art

se.lever

russe-pl

pour

117Quand les Russes ont attaqué l'Afganistan et l'ont occupé en 1979, les musulmans ont commencé une guerre sainte contre les Russes’ [Kibaru 472].

118La majorité des occurrences pour ce sens de jàhadi vient des journaux Kibaru et Jɛkabaara, deux proviennent de livres sur l'histoire, et deux, du Coran.

119Concernant la forme du mot, nous avons 1 occurrence de jàadi et 4 jìhadi (toutes les quatre dans un article de Kibaru No. 532), dans les autres 14 cas (y compris les deux venant du Coran), c'est jàhadi.

1204 effort religieux (32)

(22)

yé

jàhadi`

kɛ́

ála-ko`

lá,

jàhadi

lakika`

lá

2pl

imp

calamité\art

faire

Dieu-affaire\art

à

calamité

vrai

à

ála

yé !

Dieu

pp

121‘Faites un effort pour la cause de Dieu, un vrai effort pour Dieu !’ [Kurana 22].

122Très souvent, ce sens est réalisé dans le contexte kà jìhadi` kɛ́ Ála ka síra` kàn ‘faire un effort sur le chemin de Dieu’.

123La quasi-totalité des occurrences (plus précisément, 30) vient du Coran, les deux restantes apparaissent dans des textes de Hadiths ou des citations de Hadiths. Il semble que ce soit le seul sens de notre lexème admis dans le Coran (à part le deuxième sens religieux, ‘guerre sainte’, cf. ci-dessus) : on ne trouve pas dans le Livre Saint d'occurrences de jàhadi pour ‘calamité’, ‘trouble’ ou ‘crime’. Je suppose qu'Alihaji Modibo Jara, le traducteur de Coran en bambara, a sciemment évité d'utiliser ce mot dans un sens profane.

124Une autre particularité intéressante du sens en question concerne la variabilité phonétique. Parmi les 32 occurrences, nous trouvons 10 jìhadi (9 dans le Coran, 1 dans le livre de Hadiths). Il est vrai que la variante jàhadi reste prédominante, mais le ratio est 1 : 2, plutôt que 1 : 8 pour la totalité d'échantillon (et si on compte le taux pour toutes les occurrences du lexème dans des sens autres que ‘effort religieux’, on trouve presque 1 jìhadi pour 50 jàhadi + jàadi). Évidemment, nous observons une tendance à utiliser la forme phonétiquement proche de l'original arabe pour le sens « canonique », sans doute, pour éviter des confusions avec les sens « profanes ». Par contre, dans l'Ancien Testament nous ne trouvons que la forme jàhadi avec le sens profane ‘calamité, désastre’.

1255. objet magique, fétiche (6)

126Toutes les occurrences (dans la forme jàhadi) viennent d'une seule source, l'interview de Souleyman Kantè par Amadou Tamba Doumbia, et se réfèrent à un seul objet, le fétiche qui assurait la puissance de Sumanguru Kantè, le roi de Soso.

(23)

Bá`

dè

n'

ka

jàhadi`

bɔ́-ra

mère\art

foc

et

3sg

poss

calamité\art

sortir-pfv.intr

jínɛ-w

bólo.

esprit-pl

cntrl

127‘C'est la mère qui a apporté son fétiche de chez les esprits’.

128Il reste 6 occurrences où le contexte est insuffisant pour identifier le sens. Cela constitue moins de 5 % du total et ne doit donc pas influencer notablement les conclusions.

3.3. Un résumé pour jàhadi

129Comme ce mot est emprunté à l'arabe, il est certain que ses sens primaires soit ‘effort (religieux)’ et ‘guerre sainte, guerre de religion’. Logiquement, on peut supposer une direction suivante de l'évolution sémantique pour ce lexème :

130(en arabe : effort religieux > guerre sainte) > calamité, catastrophe, malheur > crime > troubles

131Il s'avère qu'en bambara les nouveaux sens (surtout ‘calamité, catastrophe, malheur’) ont pris le dessus en éclipsant le sens original (‘effort religieux’), qui reste réservé aux contextes religieux.

  • 15 En maninka de Guinée, il n'existe qu'une seule forme, jàhadi.

132Le fait que la variante dominante, jàhadi, manifeste une modification de la voyelle par rapport à la forme arabe, de même que la prépondérance du sens ‘calamité’ (non-existant en arabe) témoigne au profit du caractère ancien de cet emprunt. Par conséquent, la variante jìhadi, sans doute, résulte d'un emprunt plus récent, ce qui explique son utilisation presque exclusive dans le sens original (‘effort religieux’).15

133***

  • 16 Je souligne qu'il s'agit des études lexicographiques plutôt « classiques », où le Corpus ne sert qu (...)

134Les deux petites études que je viens de présenter visent à démontrer le potentiel du Corpus Bambara de Référence pour la lexicographie « classique ».16 Les avantages du Corpus semblent évidents, et il serait difficile de mettre en question son indispensabilité dans l'élaboration des dictionnaires académiques bambara à l'avenir. Cependant, je vois ici au moins deux questions :

  • est-ce que le Corpus Bambara de Référence est suffisamment grand et équilibré pour qu'un dictionnaire dérivé de ce Corpus représente la richesse lexicale de la langue d'une façon adéquate ?

  • 17 D'après mon évaluation très approximative, entre 70 et 80%. Sans doute, certaines publications manq (...)

135En avril 2020, ce Corpus comptait plus de 11 millions de mots (dont plus de 1,5 million dans le sous-corpus désambiguïsé). Il comportait une grande majorité de tous les textes publiés en bambara jusqu'ici,17 et si on le juge déséquilibré, cela veut dire que l'ensemble de la production écrite bambara est déséquilibré aussi. On peut se rappeler que le premier dictionnaire dérivé d'un corpus annoté, Cobuild English Dictionary (1987), se basait sur un corpus de 6 millions mots (puis revérifié sur un corpus de 9 millions) ; le Corpus Bambara dépasse ce chiffre ;

  • serait-il réaliste de créer un dictionnaire dont chaque entrée se baserait sur le concordancier complet (de la façon dont je l'ai essayé de faire ici pour ces deux lexèmes) ?

  • 18 Dans NoSketchEngine, le moteur de recherche du Corpus Bambara de Référence, il y a une option de gé (...)

136Cette question est plus épineuse : la compilation d'un dictionnaire dérivé d'un grand corpus s'avère très complèxe, elle sous-entend une analyse profonde du concordancier de chaque lexème. Les deux lexèmes analysés dans cet article, bánban et jàhadi, sont de fréquence moyenne.18 Le tri manuel des concordanciers de ces deux lexèmes m'a pris environ une journée de travail. Conséquemment, pour un dictionnaire de 12 000 à 15 000 entrées, on aurait besoin de dizaines années de travail d'un lexicographe qualifié, et il n'y a aucune garantie qu'une vie suffirait pour achever un tel travail.

137Une solution qui s'impose pourrait être celle d'un projet collectif. D'ailleurs, des gros dictionnaires académiques sont le plus souvent créés par des collectifs de lexicographes.

138Pour les lexèmes très fréquents, on peut penser à se limiter à des échantillons limités randomisés, ce qui pourrait donner une économie considérable.

139Une autre piste pourrait être l'application de la méthode de la désambiguïsation automatique des sens basée sur la mise en grappe contextuelle. Il faut avouer que les résultats de premiers essais entrepris en 2018 ont été plutôt décevants, mais des modifications de l'algorithme pourraient probablement les améliorer. Cf. la publication (Maslinsky 2019) où certaines pistes allant dans ce sens ont été tracées.

Gloses et abréviations

1, 2, 3 — 1, 2, 3 personne

abbr — abréviation

adr — postposition à valeur adressative et directive

aff — affirmatif

art — article tonal

augm — suffixe augmentatif

(b)bambara

(bSegu)bambara de Ségou

cert — futur certain

cntrl — postposition avec la valeur de contrôle

cond — conditionnel

def — le « nouvel article défini »

emph — pronom personnel emphatique

foc — particule de focalisation

gent — suffixe de nom d’habitant ou originaire d’une localité

imp — impératif

inf — infinitif

intr — intransitif

ipfvimperfectif (inaccompli)

(m) — maninka

neg — négation, négatif

nmlz — suffixe de nom d'agent

pfv — perfectif (accompli)

pl — pluriel (-w)

pl2marque non-productive du pluriel (-lu)

poss — marque possessive

pp — postposition au sémantisme large ()

pstmarque du passé discontinu

ptcp.pot — participe potentiel

ptcp.res — participe résultatif/statif

qual — marque affirmative de l’énoncé qualitatif

recp — pronom réciproque ; suffixoïde à valeur de « nom de partenaire »

refl — pronom réfléchi

rel — relativisateur

sbjv subjonctif

sg — singulier

tr — transitif

vi emploi intransitif d'un verbe

vr emploi réfléchi d'un verbe

vt emploi transitif d'un verbe

Haut de page

Bibliographie

Sources

[Bamanankan ni tubabukan] — Bamanankan ni tubabukan kalancogo ɲuman. Méthodologie convergente de l'enseignement des langues nationales de du français. Bamako : IPN - DNAFLA – DNEF, 1994, 28 p.

[Cɛ sigidamaw] — Diarra, Justin (Jɔ̀nkɛ). Etapes de la vie de l'homme Bambara dans la société traditionnelle (Cɛ sigidamaw). Édité par José Morales. Falajɛ.

[Jama] — Jama (une revue irrégulière).

[Jɛɛmu ni jiidi] — Jara, Modibo. Jɛɛmu ni jiidi. Bamako : Imprimerie SISA.

[Jɛkabaara] — Jɛkabaara (mensuel)

[Kibaru] — Kibaru (mensuel)

[Kurana] — Kuranɛ kɔrɔ bayɛlɛmanen bamanankan na. Naaniye fɔlɔ. Jara, Alihaji Modibo (traducteur). Bamako, 2011.

[Layidu Kɔrɔ] — Layidu Kɔrɔ. Bamakɔ, 2006.

[Maléfices] — Dumestre, Gérard ; Touré, Seydou. Maléfices et manigances : Chroniques maliennes. (version bambara).

[Ntomokun] — Ɲare, Sanba. Ntomokun. Bamako : EDIS, 2010.

Bibliographie

Bailleul, Charles. 2007. Dictionnaire Bambara-Français. 3rd edn. Bamako : Donniya.

Bailleul, Charles, Artem Davydov, Anna Erman, Kirill Maslinsky, Jean-Jacques Méric & Valentin Vydrin. 2011. Bamadaba  : Dictionnaire électronique bambara-français, avec un index français-bambara. http://cormand.huma-num.fr/bamadaba.html.

Dumestre, Gérard. 2011. Dictionnaire bambara-français suivi d’un index abrégé français-bambara. Karthala. Paris.

Hanks, Patrick. 2012. The corpus revolution in lexicography. International Journal of Lexicography 25(4). 398–436.

Kilgarriff, Adam. 1997. Putting frequencies in the dictionary. International Journal of Lexicography 10(2). 135–155.

Kilgarriff, Adam, Michael Rundell & Elaine Uí Dhonnchadha. 2006. Efficient corpus development for lexicography: building the New Corpus for Ireland. Language Resources and Evaluation Journal 40(2). 127–152. https://doi.org/10.1007/s10579-006-9011-7.

Maslinsky, Kirill. 2019. Positional skipgrams for Bambara: a resource for corpus-based studies. Mandenkan 62. 165–183. https://doi.org/10.4000/mandenkan.2119.

Vydrin, Valentin. 2013. Bamana Reference Corpus (BRC). In Chelo Vargas-Sierra (ed.), Procedia - Social and Behavioral Sciences: Corpus Resources for Descriptive and Applied Studies. Current Challenges and Future Directions: Selected Papers from the 5th International Conference on Corpus Linguistics (CILC2013), vol. 95, 75–80. Alicante : Elsevier. http://www.sciencedirect.com/science/journal/18770428.

Vydrin, Valentin. 2014. Projet des corpus écrits des langues manding  : le bambara, le maninka. In Mathieu Mangeot, Fatiha Sadat & Brigitte Bigi (eds.), Actes de l’atelier sur le traitement automatique des langues africaines TALAf 2014. Actes des Ateliers TALN 2014. Marsel. http://www.taln2014.org/site/actes-en-ligne/actes-en-ligne-ateliers/.

Vydrin, Valentin. 2018. Malidaba : Dictionnaire électronique maninka-français-anglais-russe, avec des index français-maninka, anglais-maninka, russe-maninka. http://cormand.huma-num.fr/cormani/dictionnaire.html.

Vydrin, Valentin, Kirill Maslinsky & Jean-Jacques Méric. 2011. Corpus Bambara de Référence. http://cormand.huma-num.fr/index.html.

Vydrin, Valentin, Andrij Rovenchak & Kirill Maslinsky. 2016. Maninka Reference Corpus: A presentation. In TALAf 2016  : Traitement automatique des langues africaines (écrit et parole) Atelier JEP-TALN-RECITAL 2016. Paris. http://talaf.imag.fr/2016/Actes/VYDRIN_ET_AL%20-%20Maninka%20Reference%20Corpus:%20A%20Presentation.pdf.

Vydrine, Valentin. 1995. Verbes réfléchis bambara. Part 2 : Classification des verbes réfléchis. Mandenkan 29. 1–114.

Vydrine, Valentin. 1999. Manding-English Dictionary (Maninka, Bamana). vol. 1. St. Petersburg: Dmitry Bulanin Publishing House.

Haut de page

Notes

1 Sur le site du Corpus Maninka de Référence, http://cormand.huma-num.fr/cormani/.

2 Il suffit de mentionner des ouvrages classiques (Kilgarriff 1997; Kilgarriff, Rundell & Dhonnchadha 2006; Hanks 2012).

3 Dans ce qui suit, codé comme DUM.

4 Les index à deux lettres renvoient aux sources dont la liste est donnée dans l'Introduction du dictionnaire.

5 Les trois derniers sens sont nominaux. Dumestre considère les cas de conversion « verbe → nom » comme polysémie. Dans ce qui suit, les sens nominaux ne sont pas pris en considération.

6 Dans ce qui suit, VYD. Dans le dictionnaire de Charles Bailleul (Bailleul 2007) la polysémie de ce verbe est représentée plus laconiquement ; je ne la considère donc pas spécialement.

7 Comme je l'ai déjà dit, entre septembre 2017 et avril 2020 le Corpus a considérablement grandi et a atteint 11 140 640 mots. J'ai décidé de ne pas reprendre l'analyse du verbe bánban sur le nouvel échantillon : peut-être, cela permettrait de rajouter quelques nuances, mais je ne pense pas que cela modifierait cardinalement les choses. Cependant, j'utilise les données du Corpus-2020 là où cela semble nécessaire.

8 En anglais, «the whelks problem». Il s'agit d'une situation où un échantillon comporte un texte traitant spécialement d'un objet (par exemple, le buccin, whelks) qui est assez rarement mentionné ailleurs. La présence de ce document rend la fréquence du mot en question exagérée et fausse la statistique.

9 Cependant, dans VYD, on trouve une autre expression: kà màrifa` bánban à lá ‘braquer le fusil sur qqn.’ Il n'est pas clair lequel parmi ces deux sens se réalise dans l'exemple (5).

10 Plus de la moitié des occurrences pour ce sens sont représentées par des mots composés ou dérivés, et le caractère réfléchi ou intransitif dans ces cas est hypothétique.

11 En septembre 2017, les volumes de textes provenant de chaque journal, Jɛkabaara et Kibaru, étaient sensiblement égaux.

12 Dans le dictionnaire Bamadaba, http://cormand.huma-num.fr/bamadaba.html, outre ces trois variantes, on trouve une quatrième, jàhadu, mais cette forme n'apparaît pas dans le Corpus.

13 Dans d'autres contextes, jàhadi kɛlɛ signifie ‘une guerre sainte (des musulmans)’, cf. plus bas ; mais dans la phrase (16) il ne peut pas s'agir d'une guerre pour l'Islam.

14 Une secte musulmane active au Mali dans les années 1990.

15 En maninka de Guinée, il n'existe qu'une seule forme, jàhadi.

On peut se poser une question : ne faut-il pas considérer jàhadi et jìhadi en bambara comme deux lexèmes différents (de même que, par exemple, chef et chief en Anglais) ? Cette solution est tout à fait envisageable, mais pour le moment, je les traiterai comme des variantes d'un seul lexème, car parmi les sens de jìhadi il n'y en a aucun qui ne serait pas valable pour jàhadi.

16 Je souligne qu'il s'agit des études lexicographiques plutôt « classiques », où le Corpus ne sert que comme source des exemples naturels (même si c'est une source très riche). L'application des méthodes du traitement automatique de langue (TAL) pour la lexicographie est un sujet à part, je n'y touche pas dans cet article.

17 D'après mon évaluation très approximative, entre 70 et 80%. Sans doute, certaines publications manquantes seront retrouvées, numérisées et intégrées dans le Corpus, mais une partie risque d'avoir disparu pour toujours. Mais il ne faut pas oublier que le bambara est une langue vivante, et que de nouveaux textes bambara sont générés sans cesse.

18 Dans NoSketchEngine, le moteur de recherche du Corpus Bambara de Référence, il y a une option de génération de la liste des lexèmes en ordre décroissant de fréquences. Malheureusement, cette option n'est pratiquement pas utilisable pour le corpus entier (à cause de l'homonymie abondante), et même pour le sous-corpus désambiguïsé, l'ordre des fréquences est sensiblement perturbé pour plusieurs raisons. Cependant, on peut évaluer approximativement le rang de bánban dans cette liste autour du 1500ème, et celui de jàhadi autour du 2000ème.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Vydrin, « Vers une lexicographie mandingue sur la base de grands corpus annotés »Mandenkan, 63 | -1, 89-110.

Référence électronique

Valentin Vydrin, « Vers une lexicographie mandingue sur la base de grands corpus annotés »Mandenkan [En ligne], 63 | 2020, mis en ligne le 21 septembre 2020, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mandenkan/2281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mandenkan.2281

Haut de page

Auteur

Valentin Vydrin

INALCO — LLACAN — St. Petersburg State University.vydrine@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search